Château de Sérame : une renaissance exemplaire ?

Il domine la D11, comme un vieil aristocrate, fier et décati. Son haut palmier royal (Roystonea rgia) érigé au-dessus des grands arbres d’un parc qu’on devine monumental. Décor faste et majestueux, témoin d’une richesse passée. Le Château de Sérame abritait près de 300 âmes au 19° siècle, comme un petit hameau avec son école et son église. Le vin était sa principale ressource. Certains les appellent les châteaux pinardiers. On en trouve beaucoup dans la vallée de l’Aude et celle de l’Hérault, témoins de la grande époque viticole du Languedoc. Beaucoup sont abandonnés ou transformés, le Château de Sérame reprend vie avec les Vignobles d’Exéa, une des familles historiques du domaine.

Château de Sérame – photo Soufiane Raidi

J’ai visité le domaine avec le directeur d’exploitation Aymeric Izard et j’ai longuement discuté avec Anne Besse, la présidente des Vignoble d’Exéa pour m’imprégner de leur histoire et comprendre leur démarche. Magnifique et ambitieux projet de restauration résolument tourné vers l’avenir. D’abord, il y a la famille fondatrice avec les héritiers de Pierre d’Exéa, originaire d’Espagne, Chevalier de Louis de France. Après moultes péripéties de partages et de vente partielle, c’est la génération d’Anne qui reprend la main sur les quatre propriétés contiguës :  deux en AOC Corbières et IGP Pays d’Oc avec le Château de Sérame et le Château Tour de Montrabech et deux en AOC Minervois avec le Château d’Argens et l’Abbaye de Leingoust.

Anne Besse, présidente des Vignobles d’Exéa – photo d’Exéa

Anne, ses deux sœurs et son frère, venaient avec les autres familles passer leurs vacances à Sérame, «On venait l’été, on était nombreux, toujours entre 30 et 40 autant d’enfants que de parents. On jouait dans le grand parc mais l’accès à la cave était interdit. » Elle dit ainsi vouloir «redonner au territoire de l’Aude ce qu’ils ont reçu économiquement et affectivement dans leur famille». La fratrie va étudier toutes les hypothèses avant de mettre en place le grand chambardement. Les investissements sont énormes, ils se donnent cinq axes de développement : la mise en état du vignoble, l’actualisation de la cave, l’aménagement des bâtiments agricoles et la restauration du Château de Sérame. Tout ça dans une démarche éco-responsable et ce n’est pas un vain mot dans leur cas.

Dans la cour du Château, des panneaux pour expliquer les différents chantiers

Par ordre, le vignoble a été repensé pour mieux s’adapter au changement climatique et s’intégrer dans un modèle d’agroécologie. Aujourd’hui déjà sur les 600 ha en agriculture biologique, 250 sont consacrés au vignoble, 150 pour la consommation locale, olive, amande, céréale, miel,… «On n’a pas envie de grand luxe, notre objectif est plutôt de créer un lieu de rencontre, de partage, peut-être un tiers lieu,  une pépinière d’entreprise…» un food-truck à demeure permet d’accueillir des visiteurs mais aussi des stages de yoga ou de cuisine locale, des soirées musicales et culturelles. L’éthique sociale et l’amélioration de l’environnement sont au centre de chaque réalisation. Et toutes ces mesures se mettent réellement en place. Je vous invite à découvrir tous leurs projets en cours et à venir sur leur site internet.


Aymeric Izard, le directeur d’exploitation

Côté vignoble

5000 arbres ont été plantés en 2021, 5000 encore en 2022 et 5000 en projet pour 2023. Le vignoble est en bio depuis 2010 avec une partie en biodynamie. Après avoir exploré ce terroir formé par le fleuve Aude qui a déplacé son cours avant de se stabiliser il y a quelques 200.000 années pour laisser des terrasses de graves et des sols profonds de limons qui accueillent les AOC ou les IGP, les variétés de cépages ont été repensées. Arrachage d’un côté et plantation de l’autre, aujourd’hui 1/5 du vignoble est un plantier. Avec des cépages ancestraux (carignan, grenache, cinsault, aramon en rouge, etc) et des cépages résistants (solaris, muscaris, souvignier gris pour les blancs) et les tout derniers (dits Bouquet) suivis par l’INRAE de Pech Rouge Narbonne. Les vignes sont travaillées avec un couvert végétal.

Récupération de l’excès des produits phytosanitaires

Ils expérimentent sur place une machine UV Boosting qui réduit jusqu’à 30% la consommation d’intrants phytosanitaires par récupération.

Le quai de réception tout neuf bénéficie des dernières innovations pour un traitement doux de la vendange. Dans la cave, les cuves restaurées ou réaménagées côtoient les trop grands récipients historiques. L’équipe responsable de la viticulture et de l’œnologie est brillante de compétence, de modestie et de labeur. J’y ai retrouvé une ancienne étudiante, œnologue-apprentie, Mélanie Maurin, intégrée depuis cette année. A leur tête, ou plutôt, autour d’eux, Aymeric Izard orchestre aussi bien les réalisations que les projets. Je vous propose de partager ma dégustation d’une petite sélection de leurs vins.

Dégustation

La carte est composée d’AOC et d’IGP. Anne Besse insiste pour rester et même s’investir dans l’appellation, la reconnaissance en AOC Corbières ou Minervois fait partie de l’histoire du Domaine. Mais l’IGP permet de commercialiser de plus gros volumes et ils ne s’interdisent pas de produire une innovation qui irait en Vin de France. La gamme de vins se décline en 23 cuvées Je vous propose de suivre la déclinaison du Château de Sérame et le Château d’Argens.

Sources de Sérame, IGP d’Oc rosé 2021

Le plus modeste de la gamme (hors GD) est bien aromatique, un rosé tendre qui va bien avec ses notes d’agrumes douces entre orange et bergamote puis une touche de cerise au jus. Agrume aussi en bouche avec un équilibre acidulé et souple, un final d’un végétal frais. À 12% d’alcool, c’est un rosé de choix pour l’été. 6,80 €

 

Les Terrasses de Sérame, cabernet sauvignon malbec, IGP d’Oc 2020

Une cuvée aux accents du Sud-Ouest d’un rouge sombre et bleuté. D’emblée, elle raconte des histoires végétales, le poivron rouge et le buis, avec la fougère et la menthe verte, le fruit noir est bien mûr, gelée de myrtille et de mûres avec un rien de cerise. On garde cette fraicheur végétale et aromatique en bouche, les tanins sont légers, soyeux et fondus, ils apportent une fraiche et bonne amertume. Un assemblage occitan qui a su garder la fraicheur des cépages du Sud-Ouest avec la richesse et la douceur du Sud. 7,80 €

Cabernet sauvignon 70%, malbec 30%

 

Murmure de Sérame, viognier, IGP d’Oc blanc 2021

Petit univers doré, la robe comme l’évocation d’un biscuit grillé, du jus d’orange, de l’abricot sec ou de la pêche, tout bien mûr. La bouche étonne par ses contrastes, l’opulence du viognier balancée par la fraicheur végétale qui rappelle la rhubarbe, on sent du volume fondant et une salinité gourmande. Belle expression du viognier loin de ses terres d’origine. 9,30 €

Viognier 100%

Blason de Sérame, AOC Corbières rouge 2020

La robe couleur brique, porte déjà les premières rides du vin. Le nez a de la fraicheur camphrée qui se mêle aux fruits rouges. La cerise domine puis le poivre noir et une touche de violette. La bouche est souple et garde ses notes aromatique, les tanins sont fins et fondus. Le vin n’est pas très long mais il est bien fait et prêt à boire. 9,20 €

Syrah 50%, Grenache noir 30%, Carignan 20%

 

Château d’Argens, AOC Minervois 2019

Le vin a déjà trois ans et ça lui va bien. La robe violine semble présager une belle jeunesse. Le nez est bien expressif avec des notes fraiches et juteuses de framboise, surtout à l’ouverture. Ensuite, viennent la violette et la tapenade qui nus raconte la syrah bien menées. Puis une ribambelle d’épices qui rappellent le Sud. La violette et la tapenade encore en bouche, c’est à la fois fruité et épice, les tanins fondus apportent une texture fraiche, légèrement amertume. Un Minervois, comme on les aime, qui goutte le fruit et remplit la bouche de velours et d’épices. 12,40 €

Syrah 40%, Grenache noir 30%, Mourvèdre 30%, élevage partiel en fûts

Château de Sérame, Grande cuvée, AOC Corbières rosé 2021

Je me suis arrêtée devant l’étiquette, c’est charmant et délicat. Dans le médaillon deux mésanges charbonnière semblent dialoguer entourées d’enluminures et de volutes végétales, un papillon de nuit en fond, on entend la beauté de la Nature qui reprend sa place.

C’est rose prononcé mais clair. Le fruit est dans le verre, cerise à noyau et baies de framboise, une note florale entre rose et violette. Une belle présence en bouche entre l’acidité fraiche et fruitée, une texture fondante mais tendue qui rappelle le bois exotique et une salinité persistante et gourmande. Un rosé pour la table dès l’apéritif, il saura s’adapter à tout un repas. La grande cuvée est un vin de millésime. 18,20 €. On attend avec impatience le rouge élevé en fûts et en amphore.

Grenache noir 50%, mourvèdre 30%, syrah 20%

Plus d’informations sur leur site : https://lesvignoblesdexea.com

Nadine Franjus

2 réflexions sur “Château de Sérame : une renaissance exemplaire ?

  1. Merci Nadine
    Quid des différences de terroirs (ou autres paramètres) qui favorisent l’existe de superficies en AOC ou en IGP ? Choix marketing plutôt ? C’est ce qu’il me semble lire…
    Quels rendements en AOC et en IGP ? Quels élevages ?

    J’aime

  2. Nadine Franjus

    Sur cette grande surface, il y a des terroirs différents, les IGP occupent l’ancien lit de l’Aude et les AOC sont sur les premières terrasses. Ils ont fait faire une relevé géologique très précis qu’on peut voir sur leur site https://lesvignoblesdexea.com/5466PY47UL/presentation.
    Le choix marketing se fait pour d’éventuels vins « hors case » comme le vin orange. C’est un domaine qui croit en la nécessité de maintenir les AOC et la présidente s’investit auprès de l’ODG. C’est de plus en plus rare dans le Languedoc où la confusion entre IGP et AOC est entretenue par la communication du Pays d’Oc. Le rendement est plus limité en AOC (45 à 60 selon les aoc) et le double en IGP. Mais il y a très peu de zone d’AOC qui peut atteindre le rendement butoir surtout par ces années de sécheresse. Pour l’élevage, il y a peu de différence.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.