Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


4 Commentaires

Eating well in Scotland: Islay & Highlands

 The Harbour Inn, Bowmore

I have posted in previous summers on how eating out in Scotland has improved enormously over the past 20 years or so. The quality of Scottish ingredients is now celebrated whether is fish and shellfish, meat or game. Little wonder that the Highlands of Scotland are now attracting discerning visitors from many European countries.

Here are reports of four meals we have enjoyed while in Scotland over the past few weeks: two on Islay – The Harbour Inn and The Bridgend Hotel – and two in Newtonmore – The Letterbox and The Evening Flower.

The Harbour Inn, Bowmore, Islay 

One of the views from the restaurant 

On a Sunday evening we had a very enjoyable meal in The Harbour Inn, Bowmore. We ate in the section that looks out over the harbour and the bay. CRM and I shared a tasty slate of antipasto and there was plenty there for two as a starter. CRM and her mum then chose the pan fried hake – a generous filet that was perfectly cooked. You could tell without tasting that the fish was just right as the milky flakes glistened.

I went for the chargrilled squid and rabbit confit paella, which was a flavoursome and interesting variation on a traditional paella.

Without studying the wine list in detail we went for a 2015 Muscadet Sèvre-et-Maine, Vieilles Vignes sur lie from Château du Poyet in La Chapelle Heulin and which belongs to the Bonneau family. It had some attractive weight from the 2015 vintage but good refreshing acidity without being sharp. Drinking well now it would be no problem keeping this for another five years or more.

Happy to recommend The Harbour Inn – we would certainly go back.        


Antipasto – cooked and cru ham, salami, chicken, Kalamata olives and celeriac  


2015 Muscadet Sèvre-et-Maine,
Vieilles Vignes, Château du Poyet 


Pan fried hake with mash potato, wilted spinach etc.

Paella of chargrilled squid and rabbit confit 
•••

 

The Bridgend Hotel, Bridgend, Islay

The Bridgend Hotel, Bridgend, Islay

The weather on Islay is truly execrable. Fortunately, there are some good places to eat. On a Wednesday evening we tried the Bridgend Hotel and were very favourably impressed starting with the warm welcome. We were settled in Strath Lounge for pre-dinner drinks and a look at the menu featuring locally sourced ingredients 

The dining room is attractively airy and the public areas of the hotel are well appointed as are doubtless the bedrooms. 

We were very happy with our menu choices. Only the wine list could do with improvement – no vintages, a rather limited choice and it would be good to see some more interesting wines included. The list plays safe. It would be nice to see more ambition to match the quality of the food. In contrast they have a comprehensive list of local whiskies.

Starters:   

 Langoustine salad with garlic mayonnaise 

Warm langoustine tails with herb butter

2014 38 Parcelles, Ventoux, Famile Quiot
Carignan, Cinsault, Grenache Noir, Syrah
– attractive soft, spicy fruit, quite light colour

Grilled lemon sole with asparagus and fennel

Lamb cutlet and loin with pea mash, new potatoes 

Medallions of venison with beetroot,
parsnip crisps, potato croquettes
– the venison was nicely pink just as I had ordered 

Sliced pear, almond tart with honey ice cream 

Chocolate crème brulée with roasted marshmallows

The Letterbox, Newtonmore

The Letterbox, Main Street, Newtonmore 

Last week we had a very good return visit to The Letterbox Restaurant in Newtonmore. The restaurant opened in 2010.  

It was encouraging to see that it was busy. We started with a glass of South African Chenin Blanc while we considered our choices. Three of us opted for the two course evening menu – starter and main course – for £16.95.  

First courses: 

I chose the tasty mackerel paté, while the others went for the chicken mousse – also tasty, well made and generous portions.       

Mackerel paté with a salad and oak cakes 

Apricot, asparagus and chicken mousse 

Main courses: 

Our three choices of main courses 

 

 

 Plaice fillets in a cream sauce with samphire,
carrots and new potatoes
– off the a la carte specials menu

A rich and very good venison stew with haggis dumplings

Meat balls with tagliatelle: another rich and copious dish

 2014 Fleurie, Cru du Beaujolais, Patrick Chodot,
Fleurie from a good vintage
which partnered even the rich dishes well

Profiteroles with a cream filling

Créme Brulée with apricot and vanilla

We have had several meals at The Letterbox and have always been impressed, so am happy to recommend this restaurant. I do wonder, however, at the wide range of dishes offered in a restaurant that has space for a maximum of just over 30 covers. On the set dinner menu there are five choices of starter and main course. The à la carte menu has a big choice and then there is a specials board with five starters and five mains. It is difficult to see how this makes economic sense. 

The Evening Flower

 

On Saturday evening we celebrated the eve of my birthday at The Evening Flower – the café in Newtonmore that is The Wild Flour during the day. The Evening Flower runs on Friday and Saturday and is really excellent with the great advantage that you can bring your own wine, beer etc.

We were a party of 16 – family and friends. Our wine choices were not fancy but instead assured value. Freixenet Cordon Negro Cava as the celebratory apéro.    

 

First courses: 

Excellent seared Orkney king scallops,
asparagus, garlic butter & capers 

Seared wood pigeon breast, Stornaway black pudding,
raspberry & balsamic dressing, pine nuts

Goats’ cheese, toasted walnuts, red onion marmalade

   2014 Muscadet Sèvre et Maine sur lie,
Domaine de la Tourmaline, Gadais Père et fils


Mains:

Lamb cutlets, creamy rosemary mash, mint & balsamic sauce

Sage, apricot & garlic pork chop,
apple & fennel seed sauce, new potatoes

Ribeye steak, roast tomato, flat mushroom, new potaoes

pea shoots, red wine & caramelised onion gravy

2015 Combe aux Jacques, Beaujolais Villages

Louis Jadot – delicious and enough concentration
and structure for the beef

Desserts:   

 

Chocolate and walnut torte

Vanilla crème brulée with strawberries 

Celebratory chocolate brownie with candles
and a scoop of chocolate ice cream 

Not sure that he asked permission but was happy to share my birthday with Usain Bolt…..

NouveauOs

 


6 Commentaires

Cave de Plaimont 2/2

carte31

Voici la deuxième partie de ma dégustation des vins (une partie seulement) de l’excellente Cave de Plaimont dans le Gers, qui couvre plusieurs appellations de la région (voir carte ci-dessus). Je n’ai pas dégusté les vins doux à cette occasion, ni les Madirans. La semaine dernière, j’ai parlé des vins blancs secs. Je vais passer sur les rosés de ma dégustation, qui sont corrects mais qui ne m’ont pas emballés, pour vous parler cette semaine uniquement des vins rouges. J’ai émis quelques conclusions à la fin de cet article.

CDT32_0000172Paysage gersois

 

Les vins rouges de Plaimont

Favori de Gascogne 2014

(Merlot et Cabernet Sauvignon / Prix 3 euros)

Couleur rubis clair. Nez net, avec des notes d’une intensité moyenne de fruits rouges et des touches de sous-bois. Un fruité très plaisant en bouche pour ce joli vin qui est même remarquable à ce prix-là. 

Rive Haute 2014

(Merlot et Tannat / Prix 4 euros)

Robe proche du vin précédent. Les tannins y sont plus présents, donnant une structure un poil plus austère. Plus qu’honnête à ce prix.

Corolle 2015

(Merlot et Cabernet Sauvignon / Prix 4,70 euros)

Je n’aime pas la forme du flacon qui rappelle certains rosés de Provence. Vin tendu et un peu amer en finale. Le plus faible de la gamme, de loin.

Nature Secrète 2014

(Vin bio : Merlot et Cabernet Sauvignon / Prix 5,20 euros)

Le nez est net, à la différence de la version blanc de ce vin. Un vin pimpant et frais qui possède aussi une petite structure aux tannins fins bien suffisante pour cadrer son joli fruité. Encore un excellent rapport qualité/prix.

Domaine de Bazin 2014

(Merlot et Syrah/ Prix 5,40)

Couleur rubis, de moyenne intensité. Assez aromatique autour de fruits rouges, de prune et une touche d’épices. L’attaque est assez ronde et la texture soyeuse. Un vin plein avec une bonne longueur. Tout à fait remarquable à ce prix et bon en tout cas. 

Béret Noir 2014, AOC Saint Mont

(Tannat, Fer Servadou et Cabernet Sauvignon / Prix 6 euros)

L’encépagement lui donne une forte coloration sud-ouest. Le Fer Servadou s’appelle Pinenc dans cette région, et Braucol à Gaillac et il fait partie de la famille des carmenets. Vin vif, ayant du relief. Il est même un peu anguleux à ce stade. Un bon gascon à l’accent rocailleux mais qui viellera bien trois à cinq ans.

 

moonseng_plaimont_etiq

Moonseng 2015

(Merlot et Manseng Noir / Prix 6,20)

Issu d’une parcelle à côté de Lectoure, voici un vin qui possède une vrai originalité (y compris dans le nom et dans l’habillage qui font probablement allusion à Fleurance, ville voisine de Lectoure qui consacre les astres chaque année) avec l’emploi d’un cépage rare qui a été remis en production par Plaimont : le manseng noir. Le volume reste encore confidentielle en attendant l’arrivée en production de nouvelles plantations mais l’avenir est prometteur car ce vin semble avoir trouvé son marché et est en rupture de stock chaque année. Il fait dire que c’est une vrai réussite : vivacité et caractère sont au rendez-vous, avec des tannins fins et une bonne présence de fruits noirs en bouche. Fin et assez long, c’est un très bon vin qui pourrait même se vendre plus cher. Mais c’est tout à l’honneur de Plaimont de le maintenir à un prix plus que raisonnable. Voici un petit film sur le Manseng Noir.

 

Domaine de Cassaigne 2014

(Merlot et Syrah / Prix 7,20)

Ce vin m’a semble trop marqué par le bois au nez. La matière est belle cependant, mais l’élevage reste bien trop dominant. Je ne suis pas un phobique du bois cependant, mais trop, c’est trop !

Les Hauts de Bergelle 2012, AOC Saint Mont

(Tannat, Fer Servadou et Cabernet Sauvignon/ Prix 6,20 euros)

Robe dense entre le rubis et le grenat. Le nez a des notes de fumé et d’épices au-dessus de sa base de fruits rouges. Dans ce cas l’élevage a bien joué son rôle en arrondissant la matière tannique, qui reste quand même bien présent. Bonne longueur. A conseiller sur des mets salés pour réduire l’impact du tannins et faire ressortir son fruit. 

Château Saint Gô 2011, AOC Saint Mont

(Tannat, Fer Servadou et Cabernet Sauvignon / Prix 9,20 euros)

Le nez est fondu et le bois bien assimilé. Une belle structure et une superbe qualité dans la matière. Vin harmonieux et complet dans son genre. J’en déguste de ce niveau de qualité qui valent deux fois ce prix !

Monastère de Saint Mont 2010, AOC Saint Mont

(Tannat, Fer Servadou et Cabernet Sauvignon / Prix 15,30 euros)

Un vin riche et très gourmand qui apparaît encore d’une jeunesse étonnante. La matière est dense, voire un peu épaisse. Je me demande même si l’extraction n’a pas été trop appuyée dans ce cas. Très belle longueur mais à attendre encore de préférence, sauf si on les aime massifs.

 

Aussi dégustés, à une autre occasion dans la même semaine :

Château de Sabazan 2014, AOC Saint Mont

(85% Tannat et le reste en Cabernet Franc / Prix 15 euros environ)

La mise est récente pour ce vin issu de ce qui est considéré comme un grand millésime localement. C’est puissant et l’acidité est bien présente (un des marqueurs du tannat). C’est même un peu mordant car il a pour effet de durcir les tannins. A oublier pendant 4 ou 5 ans à mon avis, et là il devrait se révéler pleinement.

La Madeleine 2015, AOC Saint Mont

(100% Tannat / Prix 35 euros)

Un échantillon pas encore en bouteille. Grand potentiel pour ce vin issus d’un parcelle de très vieilles vignes (plus de 100 ans) proche de la ville de Marciac. Beaucoup de volume au nez dominé par les fruits noirs. Le boisé est encore marqué, ce qui est normal à ce stade. On atteint les sommets dans la gamme de prix des vins de Plaimont mais c’est un vin rare et la qualité est bien au rendez-vous. J’attends de le déguster plus tard pour le cerner réellement.

94ba2bed11d407e6875091c7cfaad75f

Conclusions

A partir de sa base historique à Saint Mont (ci-dessus), Plaimont a su se développer d’une manière cohérente en s’associant avec, ou en englobant, plusieurs autres structures coopératives du Gers et des Pyrénées Atlantiques.

Quant aux vins (le nerf de la guerre, quand-même), il s’agit d’une gamme remarquable dans l’ensemble, avec très peu de faiblesses comme j’ai pu le constater. La modestie des prix de la très grande majorité des ces vins n’est pas leur seule attraction, loin de là. Il s’agit de vins de caractère, qui illustrent bien leur climat océanique, et qui jouent habilement sur la grande variété des cépages de la région, et les combinant différemment selon les cas. Je pense que ce dernier point sera augmenté dans les années à venir, à condition toutefois que les autorités nationaux  daignent prendre en compte tout le potentiel de cette diversité pour laquelle la Cave de Plaimont fait beaucoup pour en conserver ce qui peut encore l’être. Sur le plan commercial et local, leurs boutiques de vente sont claires, modernes et très agréables pour le client de passage. On y voit aussi, à côté des flacons en verre, la poursuite d’une vente en vrac, dont une bonne partie aux coopérateurs eux-mêmes qui viennent y remplir leur bidons en plastique. C’est cela aussi la réalité du vin en France.

 

David Cobbold

 


3 Commentaires

Islay distilleries rain OK

IMG_5337Caol Ila by the shore

Having spent a very long week on Islay it is now all too apparent why there are so many distilleries on the island. During our seven days it rained every day and this included at least 60 hours continuously. It is no surprise that Islay has over 400 days of rain annually – an astounding stat …. Also for at least 50% of our time on this watery destination it blew a gale.

All in all a profoundly depressing holiday week.

If it is depressing to spend a week in the rain can you imagine what it must be like to live on the island full time….

It is all too obvious that Islay’s appalling wet climate has long driven its inhabitants to strong drink. Hence the startling number of distilleries on Islay far more than the island’s population and land mass would imply.

There are now eight distilleries on Islay. This represents 7.5% of the whisky distilleries in Scotland. There are 106, apparently, currently in operation. According to the 2011 census the population of Islay is 3228 – just 0.06% of Scotland’s population of  5.3 million people. Equally the proportion of Islay’s land mass is just a small fraction of Scotland as a whole – 620.6 square kilometres against 80,077 square kilometres, so just 0.77%.

Of course the propensity for rain also provides a wonderfully plentiful supply of water for making whisky.

The number of distilleries on Islay may also provide a indication of climate change. Although eight would appear to be plenty to satisfy a population of 3228, there used to be many more distilleries on the island. An article on Islay’s « lost » Whisky Distilleries lists 13 that are now closed. In contrast only one new distillery – the Kilochoman Farm Distillery  – has opened in the last 124 years. It was founded in 2005. Thus it may be possible that Islay’s climate during the 19th century was even worse then than it is now. This improvement could have contributed to the demise of the 13 as the population gradually needed fewer drams survive the local climate.

IMG_5385Nigel talking about maturation – Caol Ila

Following my post last week – Islay partially distilled – Hervé asked about the role of terroir in whisky. I am an occasional consumer of whisky, mainly single malts, and make no claim to whisky expertise. We did just one distillery visit – Caol Ila, part of the Diageo group. Nigel, our Tour guide, did a good job pitching the Tour at a level that worked for those for whom this was a first distillery tour as well as those who had already been around a number of distilleries.

The basic Caol Ila tour is good value – £6 per person and you get to take away a whisky tasting glass, which retails at the distillery shop for £5 plus one malt from a choice of three to taste.

IMG_5188Lines of cut peats, Islay

Bearing in mind Hervé’s question last Tuesday about the role of terroir in whisky (Islay partially distilled) I was very interested when Nigel explained that due to the limitations of space here that much of the whisky produced at Caol Ila is shipped to mainland Scotland for maturation in a warehouse at Stirling. This would appear to rule out any substantial influence on the whisky’s flavour from the distillery’s very close proximity to the sea during its maturation.

IMG_5394
A maltings floor @Kilchoman

However, even though Caol Ila is a much more gently flavoured whisky, its shares the family Islay characteristics – salty, iodine, sea weed etc. – but far less in your face than a malt like Laphroaig. If a significant proportion of most of the Islay malts are aged on mainland Scotland, then, leaving aside the choice of cask, I assume that the flavour is set by choices and decisions made during the malting, fermentation and distillation processes along with the choice of water, barley with the use (or not) of peat during the malting as well as the shape of the stills playing a part.

If site doesn’t play a role, assuming a broadly similar climate, in cask maturation, I wonder whether it would be possible to reproduce the flavours of Islay malts miles away from this sodden island?

 

IMG_5388

NouveauOs


9 Commentaires

Plaimont : un bel exemple de gouvernance collective et des vins exemplaires pour leur prix (1/2)

 Cette semaine, quel contraste avec le vin dont je vous ai parlé la semaine dernière ! Car la gamme décrite ici à un prix moyen tout à fait en ligne avec le prix moyen des vins vendus (en globalité) en France. Ne dites pas que les 5  font dans l’élitisme. 

Ce n’est peut-être pas la peine de vous présenter la Cave de Plaimont, une coopérative aussi importante qu’exemplaire du Sud-Ouest de la France. Sa gamme de vins couvre les appellations Saint Mont (où se situe sa base), Madiran, Pacherenc de Vic Bilh, mais aussi la plus vaste zone des Côtes de Gascogne, dont les vins sont classés en vin de pays (pardon, Indication Géographique Protégée : mais qui a eu l’idée de ce terme aussi techno-absurde que peu communicatif de la substance concernée ?). Je vais vous parler de ces vins pendant deux semaines, en traitent d’abord des blancs secs, puis, la semaine prochaine, des vins rouges. Les doux et moelleux, cela sera peut-être pour une autre fois. Les rosés, je vais passer car ils ne m’ont pas emballés.

img_7009Décontracté dans la forme, mais très sérieux sur le fond : c’est cela l’esprit Plaimont

 

Pourquoi la Cave de Plaimont est-elle si exemplaire ? J’émettrais 3 raisons majeures, puis d’autres qui peuvent sembler secondaires mais qui sont aussi symptomatique d’un état d’esprit qui mérite d’être souligné. Première raison : la qualité des leurs vins. Deuxième raison : leurs prix généralement très modestes. Troisième raison : leur dynamisme commercial, qui passe par un bon réseau de vente, en France et à l’export (dont la Chine depuis longtemps), et qui inclut une série de boutiques en propre qui couvre bien tout le département du Gers, en débordant sur quelques points limitrophes. Il y a quelques années, ni Saint Mont ni les Côtes de Gascogne n’étaient connus. Grace à Plaimont et à quelques autres, notamment Tariquet, ces noms le sont maintenant, y compris à l’export. Et cela fait vivre beaucoup de vignerons, car c’est aussi le rôle de la coopération. Ce dynamisme se voit également par les actions de partenariat qui augmente la visibilité des vins. Je pense en particulier à celui avec le festival de Jazz de Marciac, dont Plaimont est un soutien de la première heure. Mais aussi leurs voyages promotionnels à travers le monde, avec l’emblématique béret vissé sur la tête des vignerons-ambassadeurs. La partie immergée de l’iceberg est moins connue, car moins visible. Il s’agit, entre autres, de travaux de recherche sur la très riche ampélographie du sud-ouest, initié par Plaimont et soutenu et suivie par l’INRA et l’ITV. Pour la première fois depuis 2010, le mois prochain verra deux journées pendant lesquels ces travaux seront présentés à la presse spécialisée. J’y reviendrai après l’événement.

Les vins blancs secs

Echo Indigo 2015 (capsule à vis)

Etrange mais vrai : parmi tous ces vins blancs, à mon avis si aptes pour ce type de fermeture, ce flacon et le seul d’adopter la capsule. Je sais bien que la France est encore rétrograde (pardon, réticent) à ce type de fermeture, mais il est grand temps de bouger !

Ce produit est réservé à l’export, mais son habillage moderne me plaisait quand je l’ai aperçu et j’ai demandé à le déguster. Robe claire, acidité moyenne, simple, fluide et plaisant. Je ne connais pas son prix mais cela ne doit pas être cher.

Le Favori de Gascogne 2014, Côtes de Gascogne

(Ugni Blanc et Colombard / prix 3 euros)

Robe citron clair. Vif et léger avec un peu de fruit, mais neutre dans l’ensemble. Longueur soutenue par une pointe d’amertume en finale. Rien à dire à ce prix !

Colombelle 2015

(90% Colombard, le reste en Ugni Blanc et Sauvignon Blanc / prix 4 euros)

Robe citron claire. Un fruité croquant porté par une belle acidité, mais pas seulement. Plus long et plus complexe que d’autres vins plus chers de la gamme.

Colombelle bio 2014

(90% Colombard, le reste en Ugni Blanc et Sauvignon Blanc / prix 4,50 euros)

La bouteille ouverte devant moi avait un sérieux problème (bouchon synthétique, donc pas de TCA) et sentait fort mauvais. La deuxième, déjà ouverte, était bien meilleure, assez vive, simple, désaltérant. Je n’ai rien contre le bio, mais je ne vois pas l’intérêt de ce vin par rapport au Colombelle non-bio, bien meilleur à mon goût et moins cher !

Caprice de Colombelle 2015

(50% Colombard, 50% Gros Manseng / prix 5 euros)

Même robe claire. Le fruité est plus intense et l’acidité moins prenante. Ce vin gourmand à plus de fond et de longueur que les précédents. Belles saveurs et un rapport qualité/prix très louable.

Domaine de Bazin 2013

(Colombard et Ugni Blanc / prix 5,50 euros)

Une des particularités de la gamme des vins de Plaimont est une forte présence de vins de domaines qui portent leur propre nom. D’ailleurs ce système a permis de sauver quelques châteaux de la ruine par un système astucieux dont je vous parlerai le semaine prochaine. Quant à ce vin, une touche d’oxydation lui donne un peu de complexité, mais le vin est assez court derrière.

Domaine de Cassaigne 2014

(Gros Manseng et Colombard / prix 7,20 euros)

L’acidité semble moyenne, en tout cas moins présente que sur les vins précédents. Du gras apporté par le Manseng en est peut-être la cause. Belle texture pour ce vin qui a de la personnalité.

L’Empreinte de Saint Mont 2011 

le seul vin de cette série qui est en AOC Saint Mont, les autres étant tous des IGP Côtes de Gascogne.

(Gros Manseng et Petit Courbu / Prix 11,50 euros)

Robe intense et nez expressif aux notes un peu fumées et épicées. Joli toucher en bouche car ce vin alterne le gras, une très légère impression tannique, et une bonne dose de fraîcheur. Il cache bien son âge tant il est vif et vivant. Un beau vin, juteux à souhait avec une belle longueur.

L’été gascon se poursuivra une semaine de plus pour moi, puis le retour vers le nord et d’autres pays.

David


5 Commentaires

Islay partially distilled

IMG_5178
Time for a dram – the clock at Bowmore Distillery 

IMG_5181Bowmore Distillery


We are spending a week on Islay, an island off the West Coast of Scotland and famous for its distilleries. We arrived on Saturday as foot passengers and our car arrived on Sunday midday due to problems with the ferries. This week’s post will be mainly photos taken on Monday when we took photos of four of the Islay distilleries and other aspects of the island. Islay has the largest concentration of distilleries in a small area apart, perhaps, from Speyside.

IMG_5176
The harbour at Bowmore  

IMG_5184
Bowmore: pagoda chimneys  

IMG_5212

IMG_5230
Laphroaig – one of the three major distilleries by Port Ellen and the most westerly
(above and below)

IMG_5215

IMG_5228
Seaweed close to the sea shore – the essence of Laphroaig?

IMG_5188
Peats – peat smoke is part of many Islay malts

IMG_5239
Lagavulin: the second of the three distilleries by Port Ellen

IMG_5242

IMG_5266
Ornamental copper still @Ardbeg

IMG_5275
Arbeg – third distillery  and the most easterly

IMG_5292
Port Ellen – a closed distillery now a maltings
remaining bottles of Port Ellen retail for up to more than £2000

IMG_5295
ChevereJm


2 Commentaires

In praise of older wines : Barbaresco Asili Riserva 1996 de Bruno Giacosa

 

Barbaresco GiacosajpgLa bouteille en question. La vigne à droite est un Muscat d’Hambourg, dont je mange les raisins rouges que l’oïdium et les guêpes veulent bien me laisser.

De temps en temps je sors de ma cave une bouteille un peu plus plus ancienne que la plupart de celles que je déguste d’habitude – une habitude qui est fondée davantage sur les besoins du métier que sur mes préférences gustatives car j’aime les vieux vins. Il m’est arrivé aussi, mais très rarement, de faire des folies et passer outre ma consigne générale qui consiste à ne jamais acheter un vin à plus de 50 euros le flacon. L’exemple de ce jour est parlant, dans les deux sens.

Je ne sais plus combien j’ai payé pour 6 (ou était-ce 12?) bouteilles et 6 magnums de ce Barbaresco Riserva 1996 de Bruno Giacosa (Azienda Falletto), mais c’était certainement bien plus que 50 euros le flacon. Le producteur est très réputé. Il fait partie des «traditionnalistes» de l’aire en question, c’est à dire qu’il fait appel à des botti et non pas à des barriques pour l’élevage de ses vins rouges. Je lui avais rendu visite une première fois en 1996, justement. Le chai, comme la maison, se situe dans le village de Nieve. L’homme est très réservé, presque taciturne, tandis que sa fille Bruna est expansive et chaleureuse. J’étais impressionné dès le début par ses vins, mais ils peuvent être fermes, et même limite durs dans leur jeunesse. Pour mon premier livre sur le vin, j’avais écrit un chapitre sur lui, et un autre, en guise de contre-point, sur une autre grande figure de la région : Angelo Gaja. On peut difficilement imaginer un contraste plus marqué entre deux personnages et les deux styles de vins qui leur ressemblent, bien qu’issus de la même région.

Alors, ce flacon? Il était sublime de finesse, de rondeur, de patine envoutante de vingt années qui ont eu leur effet sur le rude mais droit nebbiolo. La couleur n’est pas intense : grenat un peu bruni aux bords. Les arômes sont la promesse d’un plaisir raffiné en bouche, complexes et sauves, indéfinissables mais d’une clarté parfaite. Cela se confirme en bouche avec une sensation qui a perdu toute la fougue de la jeunesse mais qui a acquis une infinie tendresse, presque une douceur. Les tannins sont totalement fondus dans le fruit qui a acquis une finesse presque joyeuse. Je ne sais pas si mes convives l’ont apprécié. Ils l’ont bu, c’est déjà ça. Moi, j’étais dans une sorte de nirvana gustatif, sans mots, seulement le bonheur. Oui, cela vaut la peine d’attendre, parfois, et peut-être plus souvent qu’on ne le pense.

David


16 Commentaires

Chardonnay week (2) – Internationally planted but internationally adapted?

IMG_0044
The steep, westward facing Le Montaillant, Côtes de la Charité
planted with Chardonnay 

 IMG_0041
Les Pénitents 

I am increasingly convinced that as a general rule grape varieties show their best when the local climate means that in most years they are picked in the middle/latter part of September or early October in the Northern Hemisphere. In the Southern this would be March/April.

Most fruits are most flavoursome towards the limits of where they can be successfully ripened. The longer hang time allows the full flavours to develop.Scottish raspberries are a good example. Grown at the northern limits they are rightly famous for their quality. This is, of course, a fine line – go beyond the climatic limits and your fruit will not ripen or only in exceptional years.

In the last quarter of the 20th century there was a widespread belief that the way to raise quality and to please the consumer was to plant the fashionable varietals –  including Chardonnay but also Sauvignon Blanc, Cabernet Sauvignon, Merlot and Pinot Noir.

This is not, of course, an anti-Chardonnay post nor an anti-fashionable varieties.  No grape variety is ideally suited to all climatic conditions. Furthermore ‘native’ grape varieties tend to be better adapted to the local climatic conditions. In the heat of Sicily and Calabria, for instance, Chardonnay tends to be picked in early August whereas the local varieties aren’t ready until September giving them substantially longer hang time. I’ll admit to never having understood the attraction – apart from commercial recognition – of planting Chardonnay or indeed other cooler climate grapes in hotter climes. Perhaps over many years a Sicilian version of Chardonnay, adapted to the island’s climate will emerge.

Since Chardonnay is a cool climate variety it is hardly surprising that it is is most successful outside Burgundy in similar conditions such as Limoux, especially from Haute Vallée, or The Casablanca Valley or other similar sites close to the Chilean coast or alternatively grown at altitude. There are many other examples aorund the wine-making world.

It is good to see that there has been a move away – a welcome rebalancing – from the panacea of planting international varieties towards valuing indigenous grape varieties. What would be good is to have a balance and a diversity of flavours, although many consumers may well prefer the security of a grape variety, such as Chardonnay or Sauvignon Blanc, that they know rather than wonder whether they are likely to enjoy Arinto, Antao Vaz, Minella Bianca or Carricante. Consumers, however, appear to welcome the explosion of different craft beers and rapidly increasing selection of gins.

Chardonnay in the Loire plays a minor role beside Chenin Blanc and Sauvignon Blanc. I can well understand the pre-eminence of Chenin Blanc – the long established local variety – in the Western part of the Loire. What I need to explore is why it was that Sauvignon Blanc replaced Gamay and Pinot Noir in the early part of the 20th century after the ravages of phylloxera and not Chardonnay. After all Chablis is only around 100 kilometres from Sancerre – probably slightly less for a GPS savvy pigeon….

Apart from significant plantings of Chardonnay in the Pays Nantais where it used to make IGP Val de Loire whites, the majority of Loire Chardonnay is used in the production of Crémant de Loire and Saumur Mousseux. The best Loire Chardonnay I know is Les Pénitents from the Côtes de la Charité, previously called Coteaux Charitois,  made by Alphonse Mellot in Sancerre. I first came across these wines when the vineyard and winery was owned by a group of keen amateurs in La Charité-sur-Loire. The domaine was then called Caves des Hauts de Seyr.

It is possible that our distinguished editor will object that the Côtes de la Charité is administratively in Burgundy – thus outside the scope of this series. However, Côtes de la Charité gets its name from La Charité-sur-Loire, so I can cite its Loire connections.

 

 

Jim Budd

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 16 075 autres abonnés