Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Introduction aux vins d’Autriche

Notre collègue Hervé a fait part, cette semaine sur ce même site, de ses coups de cœur issus de la plus récente édition du Wine Summit. Il s’agit d’un des grands rendez-vous organisés autour des vins d’Autriche et qui a lieu tous les deux ans dans ce pays à l’intention des professionnels du vin.

 Avant de révéler demain les détails d’une importante dégustation qui aura lieu à Paris le 22 janvier et qui permettra aux professionnels de vin en France (et alentour) de faire plus ample connaissance avec les vins de ce pays, je vais vous présenter, d’une manière surtout factuelle et basique, les vins d’Autriche.

L’Autriche produit environ 1% des vins du monde. On est très loin des mastodontes comme la France, L’Italie, ou l’Espagne, mais ces vins méritent amplement notre intérêt, et, selon moi du moins, notre estime. Alors comment se structure la production autrichienne ?

La loi qui gouverne la production de vin en Autriche fait partie intégrale de la structure hiérarchique de la législation européenne sur le vin. Les catégories de vin peuvent relever de la tradition française des AOC (DAC en Autriche) mais aussi de la tradition allemande : Landwein, Qualitätswein, avec ou sans prédicats comme SpätleseAuslese et Eiswein.

Les régions de production en Autriche et leurs tailles

Comme on le voit clairement sur la carte ci-dessus, le vignoble autrichien est concentré dans la partie orientale du pays. Ce vignoble dans son ensemble couvre 46.500 hectares. Les Etats fédéraux de Niederösterreich (28.145 ha), de Burgenland (13.100 ha) et de Steiermark (4.633 ha) ont le statut de régions de vins reconnues, mais il y a aussi 16 autres régions de production, dont Vienne (637 ha), ainsi que Bergland qui contient cinq régions de production de vin : Kärnten, Oberösterreich, Salzburg, Tirol, Vorarlberg.

 

grappe et feuille du cépage grüner veltliner, la vedette autrichienne

Les cépages

36 variétés de vigne sont autorisées pour la production de vins de qualité (Qualitätswein et Landwein) en Autriche : 22 blancs et 14 rouges. La part des vins rouges est en hausse depuis 20 ans et atteint maintenant un tiers du vignoble total.

Parmi ces variétés on trouve des noms connus ailleurs comme RieslingPinot BlancChardonnay, Muskateller, TraminerPinot NoirMerlotCabernet Sauvignon et Syrah, mais des variétés domestiques dominent la production. Parmi elles, de loin la plus importante est le blanc Grüner Veltliner qui compte pour près d’un tiers de la surface total du vignoble du pays. On trouve aussi d’autres variétés blanches comme NeuburgerRotgipflerZierfandler et Roter Veltliner, puis, en rouge, les ZweigeltBlaufränkisch, Sankt Laurent et Blauer Wildbacher.

L’ampélographie et la viticulture ont une longue histoire en Autriche car l’Institut Fédéral de Viticulture à Klosterneuberg, près de Vienne, date de 1860, ce qui en fait la plus ancienne école de viticulture au monde.

Pour de plus amples informations, je ne peux que vous conseiller, surtout si vous lisez l’allemand, l’anglais, le russe ou le mandarin, de visiter l’excellent site de Wines of Austria :http://www.austrianwine.com/

David Cobbold


Poster un commentaire

Filipa Pato and William Wouters – a fascinating visit

William, Christina and Filipa

The Pato family are never ones to duck away of their name 

Duck hooks in the WC

Sign for the winery 

Winery and home  

 

It was well worth Le Voyage!

It was well worth a group of us on Monday 4th December making a 470-kilometre round day trip to see Filipa Pato and William Wouters at their home and winery in the small town of Óis do Bairro, some 35 kms to the north of Coimbra. 

I first met Filipa when she was just starting to make her own wine when she was working with her father – Luis Pato. I forget the date but it must have been around the end of 2002 or possibly some time in 2003. 

Blurred selfie outside the winery

 

Filipa in the vineyard (above and below)

 Stones in the vineyard 

Vineyards in the valley

Filipa amongst a parcel of old vines in the valley

 

We started our visit with a look at the vineyards in the valley close to the winery. These vineyards, which are planted with white varieties, are on very stony limestone.   

Filipa and William now have 15 hectares of vines in 24 parcels. There are eight or nine hectares of white varieties with around five of red. They have been gradually purchasing vineyard plots, especially parcels of old vines. They have four hectares of very old vines including a parcel with vines that are 130 years old – planted just after phylloxera. They also have some ungrafted vines from which they make a special cuvée. 

In 2014 when William, who is Belgian and a sommelier and chef, moved to Portugal full-time, they started to convert their vineyards to biodynamics in 2014. Previously the demands of commuting between Portugal and Belgium had made it impossible to take such a time consuming step. They decided to move straight to biodynamics rather than moving to organic viticulture first. Filipa and William started converting the parcels closest to their winery first. 

Harmony underpins their philosophy. For instance, for their biodynamic infusion treatments they use local plants as far as possible. Initially they used camomile but this isn’t a local plant, so, for instance, they use aloe vera, fennel and some nettles. Also they use willow ties for holding up the old vines to their supporting stakes. Cuttings from the old vines are used to propagate new plants.

In one of their oldest vineyards, some 15 kilometres from the winery, there are some olive trees. « The olives and the vines interact, » explains Filipa. « The flowering is around the same time and the olive harvest comes just after we finish picking the grapes. » 

A parcel of old vines (above and below)


AC/DC Back in Black

 

The theme of harmony continues in the winery where they choose to use larger size barrels – 500-litre and 12-hl wooden vats to reduce wood influence. They are also using amphores, which again provides harmony as there is clay with the limestone in their vineyards. 


 André Cid and Filipa inside the winery

Filipa and André Ribeirinho

Looking at the array of empty bottles lined up just below the ceiling André Ribeirinho comments that you can see that this is a winery that lives, breathes and loves wine. 

 1964 Quinta Ribeirinho 

Back in 1964 Filipa’s grandfather was the first 

local producer to bottle his wine

Following our quick visit to the winery under Filipa and William’s house we head upstairs for a brilliant lunch, which William has prepared. « We don’t do tastings without food, » Filipa explains. 


Our group @lunch
Filipa’s grandmother, at the far end, joined us for the meal

3B Blanc de Blancs

Blend of Bical, Cerical, Maria Gomes

        

We start lunch with the crisp 3B Blanc de Blancs, which is a field blend of Bical, Cercial and Maria Gomes. 

I asked Filipa about Cercial. « Is it the same as Sercial in Madeira but just spelt differently? » « It could be, » she replied. « Certainly it not the same as the Cercial found in Dão. Someone bought some Cercial vines from Dão and planted them here are they were clearly different to the ones that you find here in Bairrada. Ours in Bairrada appear to be closer to those in Madeira. » 

At the start of the lunch Filipa explained that: « It was very important to help animate the village’s life by choosing to remain in the village and not build a winery outside. We have already lost the village school. » 

 

1st course: Panna Cota with herb jelly 

Paired with 2016 Nossa Calcario Branco 

Made using wild yeasts 12% fermented in barrel 

Attractive texture shouldn’t be served too cold

2016 Post-Quer…s Baga

After the Panna Cotta William served a delicious mushroom and tarragon risotto, which was paired with their very interesting 2016 Post-Quer..s Baga. This 100% Baga sees no wood and is soft and ready to drink now and although the typical rustic Baga tannins are present they have been tamed. The Post-Quer..s name reflects both that no wood has been used and that a Spanish producerobjected to the original Post-Quercus name, as he had a wine of a similar name and alleged that their use of it infringed his copyright, so they took out some of the letters but leaving Qu, which is the Portuguese for arse.

The main course was a beef casserole made using Bairrada wine. This was served with the lovely soft opulent 2011 Tinto Calcario Nossa with its notes of spice and cedar wood. Tannins are present but well integrated in the wine’s long finish.

   2011 Tinto Nossa Calcario


Cheese from Serra da Estrella followed served with the precise 2011 Calcario Branco Nossa with its attractive citric nose, good concentration with some beeswax character. 

A fine lunch-time line-up…

There was a small pot of a Marquise of dark chocolate with three perfect raspberries to finish our great lunch. With had this with the 2013 Espirito de Baga – a reminder that Port isn’t this country’s only fortified wine. Full of black cherries Filipa and William first made this in 2010 with the help of Dirk Niepoort. They use 25% of brandy that is double distilled to 73%. Keeping to the theme of harmony the Espirito is closed with a beeswax seal to reflect the wine’s sweetness.

On our way back to Lisbon we visited with Filipa a couple of the parcels of old vine Baja that they have been acquiring some 15 kms to the south of Óis do Bairro

My grateful thanks to Filipa, William and their staff for a fascinating and great visit. It is great to see the promise that I saw on my first visit being so well fulfilled. 

 The old vine Baga 

(above and below)

Filipa and André in the gathering dusk

  Visit to FilipaP

 


2 Commentaires

Cabardès ou la progression d’une appellation

Les appellations de vin en France sont très nombreuses : bien trop nombreuses à mon avis, mais cela est un autre sujet que j’aborderai peut-être un autre jour. Pour avoir voix au chapitre, que cela soit en France ou, surtout, face à une concurrence mondiale, toutes ces appellations elles n’ont pas d’autres solution que de hausser leur niveau de jeu. C’est un peu comme le XV de France !

Je pourrais prendre plusieurs exemples de réussites, mais aussi d’échecs dans ce domaine. Je vais en prendre un seul et il s’agit d’une réussite dont la preuve m’a été fournie par une dégustation à l’aveugle organisée récemment à Paris pour des professionnels du vin et par les responsables de cette appellation présidée par Miren de Lorgeril.

Il s’agit de Cabardès. Bon sang, mais Cabardès, où est-ce? Et combien de divisions ? êtes-vous peut-être en train de vous dire.

Situation géographique : c’est une des appellations les plus occidentales du Languedoc, sur la ligne de partage entre deux grandes zones climatiques : atlantique et méditerranéenne.  Seule l’appellation Limoux est située un peu plus à l’ouest. La ville voisine du Cabardès est Carcassonne, célèbre pour sa magnifique cité médiévale; la Montagne Noire n’est pas très loin. Un des résultats de cette situation est que l’encépagement autorisé associe cépages atlantiques et méditerranéens, ce qui fournit une palette intéressante pour les vignerons.

Combien de divisions ? Pas beaucoup, car l’appellation ne compte que 450 hectares que se partagent 28 producteurs dont 3 caves coopératives. Mais cette petite appellation a des atouts que je vais essayer de vous démontrer. : elle exporte 50% de sa production et le prix moyen d’une bouteille de Cabardès chez un caviste en France tourne autour de 10 euros seulement. Les vins sont rouges à 85% car la vague du rosé n’en pas encore submergé cette appellation, heureusement !

Alors cette dégustation ? Bien organisé par le Syndicat de l’AOP Cabardès avec le concours d’un spécialiste et de la dégustation et de la statistique, Bernard Burtschy, elle s’intitulait « Les Remarquables 2017 ». On nous proposait de déguster à l’aveugle 22 vins rouges, issus de différents millésimes et choisis par les producteurs eux même pour représenter l’appellation au plus haut niveau possible. L’idée étant de créer de l’émulation en interne, et de montrer, à l’externe, que cette appellation peut produire de très beaux vins. Pour cela la sélection s’est faite avec des cuvées plutôt haut de gamme pour l’appellation, avec des prix qui allaient, pour la quasi-totalité, de 10 à 25 euros. Un seul vin dépassait ce dernier prix.

Et alors ?

Une réussite selon moi. Evidemment tous les dégustateurs n’était pas d’accord sur les meilleurs vins mais on sait bien à quel point la dégustation est une exercice subjective dans lequel entrent bon nombre de paramètres comme, par exemple, son propre goût, son humeur ou forme physique du jour, mais aussi parfois l’ordre de service des vins ou leur température. Collectivement, les membres du jury ont élu ces quatre vins comme « Les Remarquables 2017 »

Domaine de Cabrol – Vent d’Est 2015 (15/20 pour moi)

Château Jouclary – Guilhaume de Jouclary 2015 (14,5/20 pour moi)

Château de Pennautier – L’Esprit de Pennautier 2014 (16/20 pour moi)

Maison Ventenac – Mas Ventenac 2010 (14,5/20 pour moi)

Quelques observations et rajouts à ce constat global. Premièrement j’ai été très agréablement surpris par la qualité de l’ensemble des vins présenté à cette dégustation. Honnêtement, je ne situais pas la qualité de Cabardès à ce niveau-là, comme quoi il faut toujours éviter les préjugés ! Selon moi, le caractère de ces vins était bien plus méditerranéen qu’océanique, car ces cuvées m’ont semblé assez chaleureuses et rondes dans l’ensemble, et certaines avaient aussi une bonne structure de garde. Aucune ne souffrait de tanins verts, en tout cas, même s’il y avait quelques vins un peu faibles.

Je dois dire que je suis assez d’accord avec le résultat donné par l’ensemble des juges : j’ai bien noté les quatre vins en question, même si j’aurais envie de rajouter quelques autres qui m’ont fait très bonne impression et que j’ai parfois préféré comme :

Château Rayssac, cuvée l’Essentiel 2013 (16,5/20)

Domaine de Cabrol, La Dérive 2013 (16,5/20)

Domaine de Cazaban, Coup des C 2013 (15/20)

Maison Lorgeril, Montpeyre 2012 (15/20)

Château Saltis, comme autrefois 2005 (16/20)

Maison Ventenac, Grande Réserve de Georges 2014 (15,5/20)

En résumé, il s’agit d’une bonne opération qui devrait fonctionner aussi bien en interne (et tout cas on peut l’espérer) pour créer de l’émulation qu’en externe pour remonter l’image globale de l’appellation. Dans le détail, deux producteurs m’ont particulièrement impressionnés par la qualité des deux vins qu’ils avaient soumis à nos jugements : Pennautier/Lorgeril et Cabrol.

David Cobbold

 


Poster un commentaire

Adegga Wine Market 1st December Lisbon – tasting wines from Casa de Mouraz

 2015 António, Loureiro, Vinho Verde, 

Lopes Ribeiro, Casa de Mouraz

The latest edition of the Adegga Wine Market was held on Friday 1st December at the Lisbon Marriott Hotel. Once again it appeared to be a great success. I started off in the Premium Room where there was a opportunity to taste just under 60 of Portugal’s best wines including some showing how Portuguese wines can age. A few reds went back to 2002 while amongst the fortifieds there were Ports going back to 1975. Over the weekend I will be reporting on the wine from the Premium Room.

After finishing in the Premium Room I spent a brief time in the main room, which was getting increasingly crowded. I made a point of tasting the wines from Casa de Mouraz, who were badly affected by the recent Portuguese forest fires. There is a crowdfunding campaign being launched tomorrow in London to assist them in replanting vineyards and facilities damaged or destroyed by the fires.

Their whole range I tried was impressive including the fresh and crisply citric 2016 Air, Vinho Verde (8 €), which is a blend of Alvarinho, Loureiro, Avesso and Azal.  

Next the 2015 António, Loureiro, Vinho Verde, Lopes Ribeiro, Casa de Mouraz with more concentration than the Air. It was also well balanced. Moving south from the Vinho Verde to Dão for the 2015 Casa de Mouraz. This is a field blend of a number of grape varieties but principally Malvasia Fina, Encruzado and Bical. 

2015 Casa de Mouraz white

We finished the whites with the extremely good, citric and finely textured 2016 Encruzado, which apparently ages well. Certainly this is a bargain at 10 € through Adegga

From the four reds I tasted I particularly liked the 2014 ripely textured and concentrated Elfa (20€) from 85 year old vines – a range of grape varieties including 30 local grape varieties such us Baga, Jaen, Tinta-Pinheira, Alvarelhão, Alfrocheiro, Bastardo, Camarate, Cornifesto but no Touriga Nacional. I was also taken with the 2014 Casa Mouraz (8€) – like the its equivalent in white – this is a field blend with Touriga Nacional, Jaen and Alfrocheiro playing leading parts. It lovely sweet, concentrated black fruits. 2014 Private Selection (15€) was the last red – attractively textured its is still quite tight and needs more time. Made from 80% Touriga Nacional and 20% Jaen.   

 

2014 Dão, Casa de Mouraz 

 

2014 Private Selection, Dão,

Jim + Vinho Verde


2 Commentaires

Porto Vintage 2015

J’étais très heureux, la semaine dernière, de pouvoir me rendre à l’événement annuel organisé à Paris par l’Instituto dos Vinhos do Douro e do Porto ; d’autant plus que cette année, au lieu d’organiser cela autour d’un dîner, toujours trop long et trop chargé en accords finalement difficiles et fatigants, ils ont eu la bonne idée de présenter une dégustation assise du millésime 2015 en portos vintage et portos single quintas vintage (une explication de la différence suivra), ainsi que quelques raretés parfois surprenantes issus d’autres catégories de grands vins de porto.

Il ne faut pas oublier que la France, si elle est le plus important client à l’export pour les vins de porto, est aussi un des plus ignorants des qualités supérieures de ces vins mutés.

En gros, nous achetons des quantités considérables des portos ordinaires et pas assez des grands vins : la faute probablement à l’image du porto de base, jeune ruby ou tawny, comme l’apéritif type des retraités de ce pays.

Les chiffres des exportations publiés par l’Institut sont éloquents : pour les neuf premiers mois de cette année, la France tient bien sa place de premier pays en volume avec près d’un million et demi de caisses de porto importées, mais dont seulement 9% sont des qualités supérieures.Le Royaume Uni et les Etats-Unis, respectivement en 5ème et 6ème place sur le plan du volume, privilégient bien davantage les portos de qualité, qui représentent respectivement 53% et 57% de leurs importations.

Cela s’explique en partie par le poids de l’histoire. Le porto est, depuis ses origines, essentiellement un vin développé par et pour le marché britannique et les termes « vintage« , « late bottled vintage« , « tawny » ou « ruby » utilisées pour décrire différentes catégories de ce vin, ainsi que le nombre d’acteurs d’origine britanniques dans le vignoble et le négoce de porto (Taylors, Croft, Cockburn, Sandeman, Graham, Dow, Warre, Smith Woodhouse, Gould Campbell, Churchill, etc) sont des indicateurs assez claires sur ce point. Mais est-ce suffisant ?

En tout cas je crois que l’habitude française de boire le porto à l’apéritif constitue un frein puissant au développement d’une connaissance des grands vins de cette appellation, une des plus anciennes du monde. Cette habitude a même quelque chose de choquant pour un anglais un peu traditionaliste : j’ai le souvenir de feu mon beau-père (le mari de ma mère) refusant de servir ma compagne qui avait eu l’outrecuidance de demander une verre de porto à l’apéro !

Les Portos Vintage sont, comme leur nom indique, des vins issus d’une seule année. Il font partie de la grande catégorie des portos ruby, c’est à dire de couleur rouge. Pour préserver ce ton et la saveurs fruité qui vont avec, ces vins sont mis en bouteille assez jeunes. Mais des portos millésimés existent dans l’autre grande catégorie, celle des tawnies. Le mot « tawny » signifie couleur fauve ou ambré en anglais. Un Porto Tawny millésimé s’appelle Colheita, qui est le terme portugais pour vendange (vintage en anglais). Ces vins sont élevés longtemps sous bois et mis en bouteille après une période généralement longue, souvent au delà de 20 ans. Les tawnies de catégorie supérieure sont rarement des colheitas, mais peuvent en revanche avoir un compte d’âge moyen (10 ans, 20 ans, 30 ans) Tout est clair ? Mais ce n’est pas fini !

Dans la catégorie Vintage, il y a les Vintage et les Single Quinta Vintage (je vais passer sur les Late Bottled Vintage, car cela va devenir lassant à la fin). Quelle différence ? Comme en Champagne, chaque producteur est libre de déclarer un vin issu d’un seul millésime comme un vintage. Mais, à la différence de la Champagne, ces vins doivent toujours être contrôlés et approuvés par analyse et une dégustation à l’aveugle conduite par des spécialistes à l’Institut des Vins de Porto.

Les maisons de portos ne déclarent un vintage que dans une année qu’ils considèrent comme exceptionnelle et capable d’une très longue garde. Il s’agit de vins issus d’assemblages entre différentes parcelles et donc de différentes quintas (domaines). Mais les vins de certaines quintas peuvent être d’une belle qualité sans que cela soit le cas partout dans la vallée du Douro. Ils sont donc déclarés comme des Single Quinta Vintage et portent évidemment le nom de la quinta en question.

Le millésime 2015 est clairement dans une sorte de position intermédiaire : la plupart des grandes maisons n’ont pas déclaré de Vintages, mais ils ont souvent déclarés des Single Quinta Vintages. Les autres ont fait comme ils pensaient bien de faire. En résumé, c’est un bon millésime, mais probablement pas un grand millésime comme 2011 par exemple.

Ma dégustation de ces 16 vintage et single quinta 2015

NB. Je vais commenter tous les vins, et pas seulement ceux que j’ai aimé ! L’ordre est celui des la dégustation.

Quinta do Infantado 2015

Une belle quinta que j’avais visité l’an dernier et qui ne produit que des vins de son propre domaine (portos et vins du douro), ainsi qu’une excellente huile d’olive. Ce fut un des très bons vins de cette dégustation pour moi, mais dans un style particulier qui est issu d’une recherche d’une relative légèreté dans un vin de ce type. Le nez est riche et complexe avec des notes classiques de pruneau, de fumé et de ciste. Le toucher est fin et une belle sensation de fraîcheur accompagne le vin jusqu’à le fin (bonne longueur) ou on perçoit à peine une note plus chaleureuse. Les tanins sont parfaitement intégrés dans ce vin au style très accessible et qui finit presque sec. Le producteur a ensuite confirmé que le sucre résiduel y est bien inférieur à la moyenne. (16,5/20)

Quinta Santa Eufemia 2015

Je ne connaissais pas ce producteur auparavant. Il se situe dans la partie ouest de l’aire de l’appellation, près de Regua. Ce vin est plus chaleureux et classique que le précédent, mais le nez est moins expressif, entre notes fumées et florales. Les tanins sont encore bien présents et il lui manque un peu de fraîcheur. Niveau correct mais pas exceptionnel. (14/20)

Croft, Quinta da Roeda 2015

Nez à la fois fruité et bien complexe. En bouche, ce fruité juteux se confirme dans un style classique, bien équilibré et long. (15/20)

Quevedo 2015

Encore une marque que je découvrais à cette occasion. Le style est très fruité mais un peu simple, bonbon, sucré et souple. C’est plaisant, mais pas à garder – et pas au niveau de beaucoup d’autres. (13/20)

Ramos Pinto 2015

Une des maisons qui a décidé de déclarer un vrai Vintage cette année. Un très beau nez plein d’herbes sauvages et d’aromates sur un fond fermement fruité mais toute en élégance. Très bel équilibre en bouche, avec un beau style qui s’étire en longueur et une finale ferme qui laisse augurer une bonne garde. (16,5/20)

Sandeman, Quinta do Seixo 2015

Nez encore bien marqué par son élevage avec des notes de fumé, puis de goudron. Vin dans un style puissant et tannique, d’une bonne longueur mais manquant de finesse. (14,5/20)

Taylor’s, Quinta do Vargellas 2015

Le nez est assez fermé au début mais s’ouvre ensuite sur des sensations denses, d’une très belle ampleur. Ce côté intense et luxuriant se révèle réellement en bouche, autour d’une belle trame tannique. Ce vin aussi vibrant que structuré et complet, complexe et long. Un très beau classique de cette magnifique quinta. (17,5/20)

Fonseca Guimaraens 2015

Si Taylor’s ni Fonseca n’ont déclaré de Vintage en 2015, Fonseca a déclaré une sorte de second vin pour lequel la marque Guimaraens est utilisé. Le premier flacon avait un problème de TCA dû au liège. Le deuxième avait un nez fin, très frais, avec des odeurs de garrigue et de fruits noirs. En bouche on découvre un jus magnifique, aussi affiné que structuré dont la qualité du fruit est éclatante. Aussi long que fin, c’est un grand vin absolument délicieux. (18/20)

Cruz 2015

Nez très fumé aux arômes un peu lourds de goudron. En bouche, un contraste, car le vin apparaît presque délicat mais simple et sans structure. (12/20)

Rozes, Quinta do Grifo 2015

Peu expressif au nez. En bouche, chaleureux et brûlé, manquant de fruit. Simple. (12/20).

Burmester, Quinta do Arnozelo 2015

Un jolu vin bien fruité avec une structure fine mais présente. De la fraîcheur et du caractère avec une finale un peu trop sucrée à mon goût et un peu chaleureuse aussi. ‘(14,5/20)

Cruz, Dalva 2015

Une belle qualité de fruit et une structure fine. Il finit un peu court mais c’est un vin plaisant et bien équilibré à part une sensation un peu asséchante en finale (14/20)

Quinta do Ventozelo 2015

Le nez est fin et frais, avec un fruité séduisant. Son caractère très juteux en bouche n’est pas au détriment de la finesse. L’ensemble n’est pas très long mais il a beaucoup d’élégance et un bon équilibre. (15/20)

Quinta das Carvalhas 2015

Le nez est assez terreux et manque de fruit. Les tanins sont présents mais discrets et ke finale est marqué par l’alcool (12/20)

Niepoort 2015

Un vin aussi juteux que fin. Une très belle dynamique en bouche avec une arrivée de fraîcheur après la première sensation de fruit mûr. Finit bien équilibré, avec juste une légère sensation de chaleur. (15/20)

Vista Alegre 2015

Nez de fumé et de ciste. Très chaleureux en bouche et manquant de substance. L’alcool domine trop. (12/20)

Plus tard, lors d’une autre dégustation, j’ai parlé avec la lauréate de l’édition 2017 du concours Master of Port, Julia Scavo, que j’avais aperçue lors de cette dégustation. Nous avons échangé nos avis et les noms de nos vins préférés – et ils étaient identiques. 

David


3 Commentaires

Adegga Wine Market Lisbon 1st December 2017 @Marriott Hotel, Lisboa

Friday 1st December sees the 2017 winter edition of the Adegga Wine Market, which will again be held at the Lisbon Marriott Hotel. The Adegga Wine Markets are a great opportunity to taste and buy some of Portugal’s best and most exciting wines.

If you are in Lisbon this Friday and you want to get a good handle on what is happening in Portuguese wines then this event is unmissable. 

Ticket prices range from 15€ to 50€ per person. There is a special deal for two (60€). The price of the more expensive tickets can be set against wine bought. The winter edition includes the Premium Room – see details of the wines below. Tickets for this room cost 50€ a person.  

O Adegga WineMarket é um evento de vinhos de qualidade.

Descubra 500 vinhos de 60 produtores seleccionados.
Escolha e prove vinhos entre os 5€ e os 50€.
Compre os vinhos que mais gostou a preços de evento.
Receba em casa os vinhos que comprou directamente ao produtor.
Utilize o SmartWineGlass para se lembrar dos vinhos que provou.
Traga os amigos e aproveite o ambiente descontraído.

1 de Dezembro, Sexta-feira    |    Lisbon Marriott Hotel, Lisboa    

|    Siga o Evento no Facebook

informações

Innovations for this edition:

Adegga Bio
O Adegga Bio é uma nova experiência dedicada aos vinhos Biológicos, Biodinâmicos, Sustentáveis e Naturais dentro do Adegga WineMarket. O Adegga lança a nova experiência acompanhando a evolução do mercado mundial e o elevado interesse dos consumidores em conhecer produtos e produtores Bio.

Wine walks
Looking for the inside track on the 500 wines to taste? If so join a Wine Walk hosted by local experts journalists, winemakers, sommeliers, bloggers doing thematic 30 min tours of the event with groups of 10 people. Topics will include
’10 good white wines below 10€’.

• 

 

Return of the Sala Premium(Premium Room)
Uma experiência premium numa zona exclusiva dentro do Adegga WineMarket com prova de vinhos Premium, topo de gama e Vinhos do Porto antigos. Uma oportunidade para provar vinhos especiais. O bilhete de acesso à Sala Premium tem um custo de 50€.

Wines in the Premium Room are presented by sommeliers Sérgio Antunes e Vanessa Gonçalves.

Wines in the Premium Room:

Two Covela wines in the Premium Room this year

 

Liz, Jim, Anthony


9 Commentaires

Hall of Merit, les 5 producteurs de mon Panthéon français

La semaine dernière, notre ami Jim nous a donné son « Hall of Fame » du vin en France – ou plutôt faudrait-il parler de  « Hall of Shame », dans son cas!

Ma sélection relève d’une autre approche. Il s’agit de cinq producteurs français (je pourrais faire la même chose pour d’autres pays, mais restons local) qui ont toute mon admiration pour avoir réuni les cinq critères suivants dans leur production :

  1. Ils élaborent avec régularité et sans faille des bons vins depuis des années.
  2. Ils sont ou ont été innovants dans leur approche.
  3. Ils pratiquent des prix très raisonnables dans leurs appellations respectives
  4. Sans être des structures géantes, ils produisent des quantités qui rendent leurs vins disponibles assez largement et dans plusieurs pays et circuits ou en tout cas une partie de leurs gammes).
  5. Ils ne bénéficient pas de la rente de situation qui consiste à avoir hérité d’un domaine ou d’une unité de production dans une appellation ou zone  prestigieuse.

En prenant en compte tout cela, je nomme les 5 suivants, même s’il y a, forcément, d’autres candidats très valables ici ou là. Et, du coup, je suis bien obligé d’ignorer aussi certaines régions.

Champagne : Serge Mathieu

Loire : Henry Marionnet

Rhône : Marcel Richaud

Languedoc : Hecht & Bannier (H&B)

Bordeaux : la famille Despagne (Château La Tour Mirambeau, etc)

Maintenant, je vais vous donner mes raisons spécifiques pour chaque choix, hormis le critère de qualité qui est forcément un peu personnel. Et je devrais rajouter aussi parmi ces critères, la qualité humaine, élément à mes yeux indispensable pour figurer dans mon palmarès. Tous ces vignerons/producteurs remplissent évidemment cette condition.

Champagne Serge Mathieu, Aube

Michel Jacob et Isabelle Mathieu, l’équipe gagnante

http://www.champagne-serge-mathieu.fr

Quelqu’un qui se connecte au site web de ce producteur verra que j’ai écrit une introduction à leurs vins. Je peux dont être accusé d’une forme de biais en leur faveur. Mais mon texte reflète exactement ce que je pense, depuis longtemps, concernant la qualité des vins de cet excellent producteur encore peu reconnu en France, mais dont 70% de la production sont exportés. On peut aussi me reprocher d’inclure dans ma courte sélection un producteur de Champagne, si on considère qu’être nés dans cette région et d’hériter d’un vignoble constitue déjà une forme de « rente de situation », selon mes propres critères. Oui, mais ce domaine se situe dans l’Aube, dans un village peu connu et loin des grands crus de la Marne.

J’étais tombé par hasard sur ce producteur il y a 20 ans en faisant des recherches pour un petit guide de la Champagne pour un éditeur anglais. Je ne le connaissais pas à l’époque et j’écrivais ceci dans ce petit guide : « This family estate makes some beautifully fragrant Champagnes which are properly aged before being sold ». Cela reste tout aussi vrai aujourd’hui, même si ma connaissance de leur approche méticuleuse à la viticulture et à la vinification s’est approfondie depuis. Et je n’ai jamais été déçu par aucun de leurs vins. Comme souvent en Champagne, je juge la qualité d’un producteur surtout à l’aune de sa cuvée la plus vendue, qui est toujours son brut non-millésimé. Si le reste de la gamme est à la hauteur, le Brut Tradition de Serge Mathieu, issu à 100% du Pinot Noir, est pour moi aussi exemplaire que raisonnable en prix. En plus, il vieillit très bien.

Henry et Jean-Sébastien Marionnet, Touraine, Loire

Jean-Sébastien et Henry Marionnet

http://www.henry-marionnet.com/

Etre vigneron à Soings-en-Sologne est tout le contraire d’une rente de situation. Il faut faire bien et le faire savoir en permanence pour émerger, sans pouvoir exagérer sur les prix. C’est le cas d’Henry Marionnet depuis une trentaine d’années, et maintenant de son fils Jean-Sébastien. Cette année, le vin primeur de Marionnet était une fois de plus un des meilleurs vins primeurs que j’ai pu déguster. Ils élaborent un vin sans soufre ajouté depuis 25 ans, bien avant la mode galopante actuelle. Ils ont eu le culot de planter 5 hectares de vignes non-greffées, ce qui nous offre une possibilité unique de déguster, que cela soit avec le  gamay, le malbec ou le sauvignon, côte à côte, des vins faits de la même manière et issus de la même parcelle ; l’un avec une vigne franche de pied et l’autre avec une vigne greffée. La différence est aussi nette que saisissante et nous indique le degré de perte d’intensité de saveurs qui résulte du greffage opéré afin de résister au phylloxera. En trente ans, je n’ai jamais goûté un mauvais vin de ce producteur qui remplit avec brio tous mes critères pour cette sélection.

Marcel Richaud, Cairanne, Rhône Sud

Marcel Richaud et ses enfants

http://www.chateauneuf.dk (NB. Ce producteur ne semble pas posséder son propre site web, ce qui est assez curieux, mais ce site donne des informations factuelles sur le domaine)

Marcel Richaud a pris la suite de son père sur le domaine familial situé près de Cairanne, dans le Rhône méridional. Au lieu de vendre ses raisins à la cave coopérative, il a voulu élaborer des vins lui-même et cela avec une forte éthique aussi bien dans la vigne que dans ses vinifications. Si ses vins sont appréciés par le microcosme du « vin nature », il le sont également par un public bien plus large. Autrement dit, ils sont propres, libres de brettanomyces, d’oxydation prématurée et d’autres petits désagréments. La gamme offre des choix et des prix très raisonnables, selon le niveau. Là aussi, je n’ai jamais été déçu par un vin de Marcel Richaud, même si je ne les connais que depuis une vingtaine d’années : la pureté du fruit et la belle texture des vins les plus accessibles est remarquable , comme sont l’intensité et la complexité des cuvées plus limités, comme l’Ebrescade. Il est largement responsable, certes avec d’autres, de l’émergence de Cairanne en tant que « cru » dans le Rhône.

Hecht & Bannier, négociants, Languedoc et Provence

François Bannier & Grégory Hecht

http://hechtbannier.com

Il s’agit de deux personnes, François Bannier et Grégory Hecht, que je connais personnellement et je peux donc être accusé d’un biais en leur faveur. Je crois qu’il n’en est rien et, pour ma défense, je signale que d’autres que moi ont déjà largement approuvé leur démarche et la qualité de leurs vins. Hecht et Bannier ont démontré, dès leurs débuts en 2002, qu’ils ont de l’audace (et il en faut pour créer une entreprise dans le vin quand on ne naît pas dedans et que cette entreprise est innovante), un savoir faire et un vrai amour du vin et des choses bien faites. Aucun de leurs vins ne m’a jamais déçu, même si j’ai forcément des préférences. N’ayant pas l’argent pour acheter des vignes, ils ont décidé, dans la tradition des négociants/éleveurs qui ont fait la réussite de la Champagne, de la Bourgogne ou de la Vallée du Rhône, d’acheter des lots de vins soigneusement choisis dans différentes appellations du vaste Sud, de les élever avec soin, puis de les vendre, bien habillés, dans tous les coins du monde. Et les prix aux consommateur restent parfaitement raisonnables, entre 7 et 20 euros selon l’appellation. Leur originalité consiste a avoir instauré ce travail de sélection et d’élevage soigné dans une région qui en était dépourvue en dehors de quelques grandes structures et ainsi de présenter aux distributeurs et aux consommateurs une gamme qui rend lisible une région si importante.

Famille Despagne, Naujan & Postiac (région Entre-deux-Mers), Bordeaux

Thibault, Baseline et Jean-Louis Despagne

http://despagne.fr/

La famille Despagne possède 5 châteaux dans cette belle région de l’Entre-deux-Mers, pourtant pas favorisée par les a priori des consommateurs qui ne regardent que les étiquettes et les appellations : Tour-de-Mirambeau, Mont-Pérat, Bel-Air-Perponcher, Rauzan-Despagne et Lion-Beaulieu. Premiers vignerons français à être certifiés ISO9001 et ISO14001, ils ont aussi su créer un nouveau standard pour les vins de la région avec la gamme Girolate, issus de vignes plantées à 10.000 pieds à l’hectare et avec une vinification intégrale, rouge comme blanc. Mais ce sont, comme toujours, par leurs vins les plus accessibles que les Despagne doivent être jugés, selon moi. Là aussi, je n’ai pas le souvenir d’une déception. Après Jean-Louis, le père, la relève est assuré par Thibault et Baseline et leurs équipes. Qualité, régularité, ténacité, créativité, accessibilité… tous les critères sont présents ici, « in spades » comme on dirait dans mon pays natal.

David Cobbold