Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


12 Commentaires

Luberon rouge: du bon et du moins bon

les-trains-_-lheure-21-01-11

On dit parfois qu’à la différence des trains, les vins dont on doit parler sont ceux qui arrivent à l’heure: autrement dit, ceux qui nous donnent entière satisfaction. Et en général, j’ai tendance à adopter ce principe en passant sous une voile pudique les vins qui ne me plaisent pas pour différentes raisons. J’ai tourné ma récente dégustation de vins rouges de l’appellation Luberon (ex Côtes de Luberon) plusieurs fois dans mon esprit avant de me résoudre à en faire le sujet d’un article car j’étais un peu déçu par cette série: pas de véritable coup de cœur parmi les 13 vins que j’ai dégusté, mais quand-même une demi-douzaine de bons vins. Est-ce suffisant ? Certains diront oui, mais je suis peut-être trop exigeant. Après tout, quand j’ai commencé à travailler dans le vin, il y a plus de 30 ans, seulement 10% des vins d’une appellation me semblaient être acceptables ou mieux que cela. Aujourd’hui on est plus près de 50 ou de 60%. C’est un sacré progrès et il faut en être conscient et aussi reconnaissant aux producteurs pour leur efforts. Et, si je peux me permettre un bref item pro-domo, on peut également remercier l’ensemble des prescripteurs, journalistes ou pas, pour leurs niveaux d’exigence qui ont aussi poussé les producteurs à relever leur niveau de jeu.

luberon-vignes

Avant de voir le cas de cette dégustation en détail et de tenter de donner les raisons de ma (petite) déception, voici quelques faits sur cette appellation situé à l’extrémité sud des appelations du Rhône et la beauté physique, très provençale, de ces paysages fait partie, très certainement, de sa capacité à séduire.

carte_vins

Le vignoble du Luberon AOC couvre quelques 3,300 hectares et s’inscrit entièrement à l’intérieur du Parc naturel régional éponyme, touchant 36 communes. Il produit actuellement, selon les chiffres d’Inter Rhône, 53% de vin rosé, 27% de rouge et 21% de blanc. Si la montée de la part de vin rosé suit la triste tendance nationale, la part des blancs dans un vignoble sudiste me semble intéressante et souligne peut-être une aptitude climatique de cette zone. Effectivement, une rapide étude des températures moyennes, maximales et minimales pendant la phase végétative de la vigne indique que le température moyenne entre avril et septembre est de 17,6°C, tandis que l’amplitude thermique moyenne pour les 3 mois de juin, juillet et août est proche de 14 degrés. Les altitudes varient entre 200 et 500 mètres. Je ne sais pas si ces facteurs climatologiques sont inhabituels dans la zone sud, mais cela semble fournir un terrain favorable aux vins blancs dont une bonne partie est commercialisée sous l’étiquette La Vieille Ferme de la famille Perrin. Mais je n’arrive pas à m’expliquer, en tout cas par des facteurs liés au climat, le fait que beaucoup des vins rouges que j’ai dégusté manquaient de fraîcheur et avaient parfois des tanins amers.

Les cépages autorisés en rouge sont :  syrahgrenache noir, mourvèdrecarignan et cinsault, mais on autorise aussi, en cépages secondaires, picpoul noircounoise noiregamay et pinot noir

Ma dégustation en générale

Il s’agissait d’un envoi fait par l’appellation et qui s’est constitué uniquement de vins rouges. Les vins étaient de différents millésimes, entre 2011 et 2015.

Difficile dans ce cas de comparer réellement les productions de chaque domaine, mais l’idée était d’avoir une idée globale de ce qu’on peut trouver dans le commerce sous le nom Luberon.

Beaucoup de ces vins semblait rechercher un peu trop d’extraction et, du coup, ont produit des tanins un peu sévères et, parfois, des amertumes excessifs. Des acidités m’ont semblé aussi un peu déficientes dans certains vins. Bon nombre sont en agriculture biologique, mais sans que cela ait un lien évident avec la qualité des vins. Il y avait aussi une tendance vers la bouteille très lourde dans les cuvées les plus chères. Je pense que cela devrait passer de mode.

Sur le plan positif, la qualité du fruit et de la maturité est excellente dans l’ensemble des vins. On serait étonné à moins dans un climat sudiste, mais quand-même.

Le Lubéron est une région à la mode sur le plan touristique, et cela se reflète aussi dans les prix de ces vins, qui, sans être déraisonnables (sauf pour un vin), n’est pas non plus très bas, avec un prix moyen autour de 12 euros.

Les meilleurs de la série

Château La Verrerie, Grand Deffand 2013

Syrah 95%, 5% Grenache

(prix 35 euros)

Ce vin, issu d’une parcelle spécifique, a la robe dense et le nez mur et puissant qui évoque des fruits noirs, la terre et les feuilles mortes. En bouche il est structuré autour de tanins fermes qui assèchent un peu la finale. C’est un bon jus assez intense, dans un style qui frise un peu trop la violence à mon goût. Aura besoin de quelques années en cave. Vin ambitieux, certes, mais prix élevé pour cette qualité.

 

Les Terres de Mas Lauris 2015

Grenache 60%, Syrah 40%

(prix 9 euros)

Joli fruité de type fruit noir. Des tanins bien présents et une amertume agréable donnent un vin de caractère, un peu raide pour l’instant. A attendre deux ou trois ans. Prix très raisonnable : on constate, entre ce vin et le précédent, que l’écart de prix entre deux vins de cette appellation peut être conséquent sans que le plaisir gustatif ne suit le même écart !

 domaine_de_peyre_une

Domaine des Peyre, Le Méridional 2014

Grenache Noir 50%, Syrah 35%, Carignan 15%

(prix 12,50 euros)

La robe rubis est plus claire que la plupart des vins de cette série. J’ai aimé le côté accessible et souple de ce vin qui a soigneusement évité tout excès en matière d’extraction. Un fruité fin, assez discret mais avec une bonne persistance. Il a de l’intensité en bouche avec des saveurs précises et des tanins fermes mais bien intégrés. Bonne longueur.

 

La Cavale 2014, Vignobles Paul Dubrule

Grenache, Syrah, Carignan

(prix 20 euros)

Robe d’un rubis de moyenne intensité. Nez fin, équilibré entre fruité discret et notes boisés qui tendent vers le sous-bois. Ce raffinement d’ensemble se confirme en bouche par un toucher fin, une relative allégresse, des tanins discrets et un fruité suffisant. Joli vin.

 

Château Val Joanis, Les Griottes 2015

90% syrah, 10% Grenache

(Prix 13/14 euros)

Issu d’un vignoble situés à près de 500 mètres d’altitude, ce vin a une robe rubis sombre aux bords pourpres. Nez intense qui mêle fruits aux épices. Ce fruité semble acidulé et vif en bouche, dans une structure souple, fine et peu tannique. La fiche technique annonce un élevage en barriques dont 30% sont neuves, mais ce bois est totalement intégré et je ne l’ai pas remarqué (toujours déguster avant le lire une fiche technique !). Très agréable par sa fraîcheur et la qualité de son fruité.

 

Marennon, Versant Nord

Syrah 80% Grenache 20%

Prix : 8,50 euros

J’ai perdu mes notes sur ce vin mais je me souviens de l’avoir trouvé bien équilibré entre fruité et structure. Il représente aussi un excellent rapport qualité/prix.

 

Les moins bien ou mal aimés

 

Fontenille 2014

Grenache 70% Syrah 30%

(prix inconnu)

Robe intense, pourpre. Nez intense et complexe, aux fruits noirs mais avec un accent animal qui me fait craindre une contamination de type brettanomyces. Belle qualité de fruits et structure en adéquation. La finale est ferme mais assez équilibré. A l’aération le côté animal semble se renforcer, et ma crainte aussi.

 

Château Clapier, cuvée Soprano 2014

Syrah 55% Grenache 25% Pinot Noir 20%

(Prix 13 euros)

Nez réduit, puis des arômes peu nets, à l’expression fruité brouillonne. Amertume et raideur en finale.

 

Château La Dorgonne 2011

Syrah 95% Grenache 5%

(Prix 13 euros)

Semble fatigué, oxydé et manquant de fruit mais conservant encore un boisé excessif.

Le bio n’est pas une panacée !

 

Château Les Eydins, cuvées des Consuls 2011

Grenache 70% Carignan 20% Syrah 10%

(Prix 14 euros)

Etiquette horrible, arômes médicinaux et tannins secs. Mais c’est bio alors certains vont adorer !

 

Bastide du Claux, Le Claux 2014

Syrah 65% Grenache 25% Mourvèdre 10%

(Prix 14 euros)

Dur et asséchant, à la finale amère. Bouteille d’une lourdeur inutile.

 

Domaine Théric, Les Luberonnes, Le Puy des Arts 2011

Grenache 60% Syrah 40%

(Prix 12 euros)

Robe évoluée, aux bords pâles. Une amertume sensible en bouche qui masque le fruit. Vin solide mais trop rustique et à la finale dure.

 

Domaine Le Novi, Amo Roujo

Grenache 85%, Syrah/Cinsault/Marselan 15%

(Prix introuvable)

Bouteille lourde et présentation soignée mais j’ai trouvé ce vin trop extrait et alcooleux. Il peut plaire à certains palais par sa puissance. Et c’est du bio.

 

David


Poster un commentaire

Gérard Boulay: two Sancerres + 2017 VitiLoire

Gérard Boulay: two magnificent 2014 Sancerres

 

2014 Monts Damnés


2014 La Côte 

Saturday evening two friends – Suzie and Mark – came for apéros. They are now Epeigné-les-Bois’ sole wine producers with their bijou vineyard – Clos Chossay.

I thought it would be interesting to try two of Gérard Boulay’s single site wines – Monts Damnés and La Côte – both from 2014.

I decided to serve the Monts Damnés first as it is more austere and mineral, while La Côte, which is the last of Gérard‘s vines to be harvested, had a little more weight. Both were excellent and still young with many years ahead of them. 

Les Monts Damnés site is now well known but La Côte (La Grand Côte) is much less well known – in part because it is off the beaten track unlike Les Monts Damnés.

 View of Chavignol (nestling below the surrounding hills in the distance)

Les Monts Damnés are to the right of the village in this photo,
while La Grande Côte is round to the left towards Amigny
beyond Le Cul de Beaujeu, which dominates Chavignol

  Some of the slopes of  Les Monts Damnés looking towards Sancerre
Gérard Boulay 

•••

 

 

The annual VitiLoire consumer fair in the centre of Tours, which is always held on the last weekend in May, is well worth visiting. It is a great opportunity to taste a wide range of wines from all over the Loire as well as to buy them.

5 spots incontournables pour les wine lover 
Press release:

‘À seulement 1 heure de Paris, VitiLoire est la plus grande manifestation gratuite et grand public autour des 79 appellations des vins du Val de Loire, 1er vignoble oenotouristique de France. Le temps d’un week-end prolongé, c’est également l’occasion de découvrir Tours, Cité Internationale de la Gastronomie, les bars à vins, les restos, les meilleurs cavistes de la ville et de vivre des expériences inédites dans le vignoble !

VitiLoire
Gastronomie, vins, patrimoine, culture : Tours remet le couvert avec la 15e édition de Vitiloire ! Avec ses grandes tablées conviviales et sa ribambelle de petits kiosques d’artisans locaux et de producteurs viticoles, VitiLoire est un événement 100 % locavore. C’est aussi le meilleur moyen pour goûter les grandes appellations de la région, telles que Sancerre, Vouvray, Chinon et de commander ses bouteilles directement auprès de petits vignerons. Du bar à vins qui invite les amateurs à voyager dans le temps grâce à une sélection de millésimes aux ateliers de dégustation pour s’initier aux vins du Val de Loire et comprendre leur processus de fabrication, VitiLoire est un vrai rendez-vous pour les amateurs ou dégustateurs avertis.

VitiLoire 2017 // Samedi 27 de 10h à 19h et dimanche 28 mai de 10h à 18h
3 560 m2 d’exposition à ciel ouvert en plein centre-ville
• 79 AOC du Val de Loire
• 140 exposants (vignerons, caves coopératives et négociants du Val de Loire, artisans des métiers de bouche, services) • 10 chefs cuisiniers Tourangeaux
• Fréquentation 2016 : 35 000 visiteurs
• Entrée libre

  • 5 € le verre collector pour déguster les vins
• Nombreux services : livraisons, grooms, garderie d’enfants
• Horaires : samedi de 10h à 19h, dimanche de 10h à 18h
•

Lieux : Place de la Gare, Boulevard Heurteloup, Jardin de la Préfecture

Bar à vin/resto/caviste : le vin dans tous ses états
Verre d’A.O.P Touraine sur la Place Plum’ ou à la Guiguette de Tours sur Loire à l’heure de l’apéro, bars à vins, cavistes : Tours égrène intra-muros une multitude de bonnes adresses. Avec sa déco trendy, son épicerie et sa jolie cour privative, La Réserve comble tous les goûts avec une carte des vins riche de 70 références qui font voyager les palais dans tous les vignobles de France. Authentique par nature, La Cave sur la Place tire son épingle du jeu avec une sélection de vins en bio, biodynamie et nature. Côté agapes, le QG est un nouveau restaurant artisanal qui prône les circuits courts et les produits frais avec une belle sélection de vins au verre à partir de 5€. La Réserve // 84 rue Colbert – La Cave sur la Place // Place Velpeau – Le QG // 9, place du Grand-Marché, formule déjeuner à 21€

Segway© dans les vignes
Ecologique, silencieux et insolite, le segway s’aventure désormais au coeur des différentes A.O.C des Vins de Loire. Balades de 1h30 ou 2h avec ou sans dégustation de Vins de Loire, la société Gyroway propose plusieurs randos-vignes en gyropode au départ d’une cave partenaire à destination de Chinon, Touraine, Bourgueil, Saint Nicolas de Bourgueil, Vouvray, MontLouis ou Saumur Champigny.

Gyroway // Balade de 2h – 49€ pour les adultes / 39€ pour les moins de 16 ans

Nuit dans un domaine viticole
Propriété viticole en pleine nature, le Château de Fontenay, producteur en A.O.C Touraine à Bléré, propose 4 chambres d’hôtes avec vue sur le Cher et 12 hectares de vignes. Le lieu parfait pour se reposer, méditer et se ressourcer à l’ombre des des glycines…
Le + : certains éléments de la déco du château proposés à la vente !

A partir de 99€ la nuit pour 2 personnes

Randos dans le vignoble
Organisées par le service Archives et Patrimoine de la Ville de Tours et encadrées par le Comité Départemental de Randonnée Pédestre d’Indre-et-Loire et l’Of ce de Tourisme de Tours, VitiLoire propose 3 circuits pédestres thématiques à la découverte du patrimoine viticole et gastronomique de Tours ainsi qu’une grande randonnée à Vélo de 3 heures. Vigne, Loire et Littérature // samedi 27 – Une balade de 6,5 km qui permet de découvrir le passé viticole de Saint-Cyr-sur-Loire, terre de nombreux écrivains tels que Balzac, Anatole France ou encore Tocqueville.

Vigne en ville // dimanche 28 – Une balade de 8,4 km qui relie VitiLoire au domaine viticole du Clos de Rougemont.
Cité de la Gastronomie // samedi 27 – Un parcours urbain de 4 km pour découvrir les spécialités culinaires de la ville autour des Halles de Tours.

Histoire et Paysages du Vouvray – dimanche 28 – Randonnée cycliste de 25 km immerge les visiteurs en plein coeur des vignobles de Vouvray…’

Scenes from previous editions:

 

 

 

img_1039


10 Commentaires

L’appellation Bordeaux montre la voie, y compris pour les cépages résistants

Nous avons tous entendu parler de reportages télé ou écrits mettant en cause l’usage excessif de produits phytosanitaires (pourquoi dit-on toujours pesticides dans ce cas, alors que les produits sont bien plus divers ?) dans le vignoble français et qui pointent particulièrement du doigt le Bordelais. J’ignore si le vignoble bordelais utilise davantage de produits « phyto » par hectare que les autres régions viticoles de France, mais  ce qui me semble logique est que l’humidité du climat atlantique, associé à des températures souvent élevés dans le sud-ouest, doit rendre plus délicat le passage à une viticulture libre de produits fongicides qu’ailleurs. Disons que la donne agricole n’est pas identique d’une région à une autre. Clairement il doit être plus facile d’être en bio dans le Languedoc qu’à Bordeaux, la plupart des années.

 logo-bx-bxs-rouge

Mais Bordeaux se devait de réagir collectivement à cette mise en cause médiatisée et il l’a fait de belle manière. Le 10 février, le syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur (appellations qui représentent plus de 50% de la surface viticole de la Gironde) a adopté cinq modifications agro-écologiques de ses cahiers des charges. Ces modifications sont :

1). l’interdiction de l’usage d’herbicides sur le contour des parcelles

2). l’interdiction de l’usage d’herbicides sur la totalité de la surface du sol

3). l’obligation d’enlever et de détruire les pieds morts

4). tout opérateur doit mesurer et connaître son Indice de Fréquence de Traitement (IFT). 

5). demande officielle de pouvoir cultiver et revendiquer en AOC d’autres cépages que ceux autorisés dans le cahier des charges, à hauteur de 5 % de la surface totale de l’exploitation et de 10 % de l’assemblage final.

cite-du-vin-bord-005Hervé Grandeau et Bernard Farges, que je n’ai jamais vu dans de telles tenues !

Si les 4 premières mesures semblent tomber sous le bon sens, le cinquième est, à mon avis, très intéressante et innovante et j’y reviendrai. Les trois premières modifications ont été adoptées à l’unanimité, mais les deux dernières ne l’ont été qu’à la majorité. Pour le 4ème, deux responsables du syndicat, Bernard Farges et Hervé Grandeau sont montés au créneau : «par les temps qui courent, il vaut mieux jouer la transparence et ne pas taire les choses» a dit Grandeau, le président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, tandis que Bernard Farges, le président du syndicat, dit : «Nous avons tout intérêt à montrer ce que nous faisons, car de toute façon notre consommation de pesticides va diminuer», et aussi «Il nous faut être intransigeants et irréprochables dans nos comportements sur nos parcelles, avec nos salariés et voisins» .

cepages-resistants-icv Mais c’est la dernière mesure qui me semble la plus intéressante, sans contester l’absolue nécessité des 4 autres. Cette remise en cause des pratiques figées des AOC est une bouffée d’air frais, et qui porte un double enjeu : la lutte contre les maladies avec la nécessité de diminuer les produits de traitement, mais aussi une nécessaire adaptation aux effets du réchauffement climatique. Que Bordeaux porte ce dossier au comité de l’INAO est une bonne chose car cette appellation à du poids. J’espère que d’autres soutiendront cette belle initiative ! Et Bordeaux ne vise pas du tout d’implanter des cépages rendus célèbres dans d’autres régions, ce qui est intelligent étant donné l’esprit protectionniste qui sévit ici ou là. Il s’agit bien de variétés résistantes et le témoignage d’un vigneron qui expérimente avec ces variétés me semble bien illustrer l’intérêt de la démarche.

ducourt-w

Les vignobles Ducourt couvrent 450 hectares, essentiellement dans la région Entre-deux-Mers et sont exploités en agriculture raisonnée depuis 2004. Les frères Jérémy (ci-dessus) et Jonathan Ducourt ont planté, en 2014, 3 hectares de variétés résistantes développés en Suisse (un des pays, avec l’Allemagne et l’Italie, le plus en pointe sur cette voie de recherche). Ce sont les pionniers de cette approche en Gironde, même si un domaine en Languedoc, le Domaine de la Colombette, est plus largement avancé avec 40 hectares de cépages de ce type. Jérémy Ducourt souligne l’avantage de ces variétés: «En trois ans, je n’ai eu à traiter que quatre fois mes parcelles de vignes résistantes. Soit une réduction de 80 % par rapport au témoin».

Nous pouvons émettre le voeux que l’INAO accepte des expérimentations de ce type plus largement, et sans pénaliser les producteurs en exigeant l’exclusion des  résultats, s’ils sont bons, du système AOC en se cramponnant à cette notion absurde de « typicité » qui ne veut rien dire.

 

David


1 commentaire

Congratulations – David Guitton on first French vineyard-starred restaurant

david-guitton

David Guitton, owner chef of
La Table de la Bergerie

Last week Michelin launched their 2017 Red Guide. Amongst the new stars was La Table de la Bergerie in Champs-sur-Layon (Anjou), which is attached to the excellent Domaine de la Bergerie.

Although it is common in wine regions like Australia and California to have restaurants attached to wine estates, it is rare in France. It is even rarer that such a restaurant has a Michelin star. You could argue that Château Cordeillan-Bages in Pauillac is similar as it is close to Château Lynch Bages and is also owned by the Cazes family. However, it isn’t actually attached to Lynch-Bages, which is some 450 metres away and currently the restaurant doesn’t have a Michelin star.

David is married to Anne Guigniard, who together with her father, Yves, runs the 36 ha Domaine de la Bergerie making a very fine range of Anjou wines including Savennières and Quarts de Chaume.

Born in Saint-Nazaire David had wide experience before starting La Table in 2009.  He worked in Washington DC (USA), in Zurich and Lausanne (Switzerland) as well as in London and Monaco where he worked for Alain Ducasse and Joël Robuchon.

I have been lucky enough to eat on a number of occasions at La Table de la Bergerie. The food is always delicious and David is a very talented chef. A visit to La Table de la Bergerie is highly recommended. The menus include the option of matching the dishes with wines from Domaine de la Bergerie. The restaurant is small so booking is essential.

La Table de la Bergerie, 49380 Champ sur Layon – Tél. 02 41 78 30 62

img_0249

img_2763

Jim Budd


11 Commentaires

Gascogne, Béarn et Pays Basque, un bref itinéraire gourmand

bearn_pays_basque_1200_696_70

Entre la France du Sud-Ouest et l’Espagne côté basque, je viens de consacrer quelques jours à un voyage de découverte sur la route qui mène de mon deuxième chez moi, en Gascogne, vers San Sebastian, en passant par Tarbes et Pau, le temps d’un long weekend et sous un ciel hivernal redevenu à peu près clément la plupart du temps.

Etape 1: Tarbes

La première halte fut à Tarbes (pas sur cette carte) après une paire d’heures de route dans la vieille mais vaillante Peugeot break (plus de 200.000 km au compteur et 20 ans d’âge) qui nous sert de moyen de transport quand on vient se poser dans le Sud-Ouest par le train. A première vue, cette ville de Tarbes ne m’inspire que très peu, voire pas du tout. C’est triste comme un dimanche après-midi, mais nous sommes un jeudi matin ! Et cette impression se confirme en me promenant dans le centre où tout semble dédié aux fringues, aux ongles (!), aux bijoux de pacotille et à d’autres futilités. Ce n’est malheureusement pas un cas unique en France, mais cela reste très déprimant ! Les seuls bistrots vus sont des cafés modernisés aux terrasses qui envahissent la place centrale, groupés côte à côte comme pour mieux s’affirmer par un effet de masse dans ce désert gastronomique. Leur offre, en mets comme en liquides, sans parler de la vulgarité des décors, ne me disait rien qui vaille. N’ayant rien trouvé d’autre après 15/20 minutes de marche, je me dirigeais vers la voiture pour repartir vers Pau sans manger quand, en esquivant la très pâle tentation d’un «You Sushi» (sic), j’aperçois, face à une grande halle moderne, deux barriques posées debout devant un petit bistrot. Bon signe peut-être ? Et, en effet, Le Comptoir du Marché à Tarbes s’est avéré l’endroit parfait pour une pause déjeuner délicieuse avec une douzaine de vins proposés dans un appareil de type Cruover et des tapas/pinxhos/raciones faits avec de bons produits aussi frais que variés. La sélection des vins est correcte, sans grande originalité peut-être, mais il y a du choix et de la qualité. Côté prix, 49 euros pour deux, avec trois excellentes tapas, un plat, deux cafés, et en incluant 20 euros de vins divers que nous nous sommes servis à la machine avec une carte. L’endroit est petit, le décor épuré et agréable, les produits sont de qualité et le service aimable. C’est suffisant et c’est bien.

Le Comptoir du Marché, 6 Place du Marché Brauhauban, 65000 Tarbes (Tel : 05 62 53 97 89)

Etape 2: Pau

Je ne connaissais pas cette ville, lieu de naissance d’Henri IV. Par l’internet, j’avais réservé une chambre dans le réseau airbnb dans une villa du 19ème, La Villa Dampierre, appartenant à un couple de montagnards qui l’ont adapté à cette nouvelle fonction avec goût, suite au départ de leurs enfants grandissants. L’endroit est facile d’accès par voiture mais un peu à l’écart du centre ville qu’on peut néanmoins gagner à pied en 15 minutes en passant par des zones assez peu avenantes. Pour dormir et se garer, c’est pourtant tranquille et assez agréable.

Villa Dampierre, 39 Avenue Duffau, 64000 Pau, (tel : 05 59 30 39 51)

46984_1434468391_imanol-1-eric-traversie-pau-330_330x350

Après une visite à pied de la ville, du château et du musée des Beaux Arts, dîner tôt dans un joli lieu qui s’appelle La Cave à Manger des Contrebandiers. En s’associant avec le rugbyman fraîchement retraité, Imanol Harinordoquy, qui a démarré ce concept à Biarritz, l’enfant du pays et producteur de vin du Sud-Ouest Lionel Osmin tente ici une nouvelle aventure en parallèle avec son activité principale dont j’ai déjà parlé à cet endroit. Le lieu est sobre, voir sombre, avec cette tendance métal/bois dans le décor qui allie industrie et artisanat et qui sert de fond à une production alimentaire très inspirée du pays basque espagnol et de cette habitude des portions modulables entre tapas/pinxhos et raciones. Moi qui n’aime pas manger beaucoup le soir, cette approche de la nourriture me convient bien mieux que des traditionnels dîners français avec des portions plus copieuses. Et les ingrédients, comme les préparations, sont de très belle qualité. Point de pain partout en support des tapas, mais des petites portions de choses variées entre terre et mer, légumes et viandes, puis fromages et desserts. Côté liquide, un total de 24 vins est proposé au verre, dont un bon tiers est issu de la large gamme de Osmin & Cie qui est spécialisée dans le Sud-Ouest de la France, le reste ayant des origines diverses entre l’Allemagne, l’Italie, la France (hors Sud-Ouest) et, pour une large part, l’Espagne. En outre, il y a, pour ceux qui veulent aller plus loin, une carte de plus de 200 vins et une belle série de whiskies, ainsi que toute la gamme de la Chartreuse (miam-miam). Les prix de ces vins au verre sont raisonnables (entre 3 et 9 euros, ce dernier pour du Champagne Ruinart), ce qui, sans atteindre le niveau encore plus accessible que j’ai découvert à San Sebastian, est un cran en dessous de ce qu’on peut trouve à Paris pour des vins équivalents.

La Cave à Manger des Contrebandiers, 12 Rue Gachet, 64000 Pau (tél : 0559800325)

 

carte

Etape 3: Saint-Sébastien

Cette ville au double nom (Donostia/San Sebastián) est une légende et certainement un des temples de la gastronomie mondiale aussi bien pour les mets que pour des vins accessibles, mais aussi dans le registre du haut de gamme. N’ayant pas les moyens de la deuxième catégorie, je me suis défoulé dans la première, d’autant plus que je logeais dans la vieille ville, en plein dans le quartiers des bars à pinxhos. Quel bonheur ! C’était ma première visite, mais cela ne sera certainement pas ma dernière.

Deux nuits sur place, et 5 périodes de repas permettent à peine d’explorer les énormes ressources gastronomiques d’un seul quartier de cette belle ville, très 19ème dans ses atours architecturaux et très heureusement dédiée aux piétons. Je dis « périodes de repas » car on vit ici selon les horaires espagnols ce qui signifie que le repas de milieu de journée, surtout le weekend, commence vers 13h pour s’étendre jusqu’à 16h, voire plus, tandis que la plage du repas du soir est encore plus large et encore plus tardive. Il faut s’y habituer.

img_7998

Notre logement était propre mais très mal insonorisé, ce qui est un handicap la nuit vu les rentrées tardives des voisins (un conseil pour Saint-Sébastien : prenez un hôtel plutôt qu’une location, c’est moins cher et le service existe !).  Mais c’était dans le quartier des bars à pinxhos et les rues autour offrent un choix incroyable de lieux pour tâter des mets du coin et des vins de toute l’Espagne. On tombe bien (pour la suite) car le premier bar en sortant dans la rue, La Cantine, est tenu par un couple français et décoré par des tableaux voués au rugby. Comme il y avait le match Angleterre/Galles (et quel match ce fut !) qui se jouait le samedi en fin d’après-midi, j’ai demandé et obtenu une ouverture un peu prématurée du resto pour pouvoir voir le match. Je suis bien tombé : le patron a joué à Pau et à Lourdes. Merci Claudio ! Les gnocchis y sont excellents et la patronne fait une Sangria blanche au Prosecco de toute beauté. Des bons vins au verre aussi, dont une forte présence de Riojas de Muga, que j’ai vu un peu partout dans cette ville.

La Cantine, Calle San Jeronimo 22, Saint-Sébastien (tél : +34 913 427 508)

L’après-midi, après quelques autres essais, une promenade le long d’une des deux grandes baies de Saint-Sébastien, appelée La Concha. Pause dans le bar éponyme pour boire un PX de méditation devant l’océan et deux surfeurs aussi intrépides que privés de vagues.

old-town

Puis la soirée de vendredi commence et quelques explorations de bars à tapas/pinxhos. Je ne sais plus comment dire entre ces deux appellations, mais c’est plutôt la dernière qui semble dominer ici. Pour environ 2 euros ou un peu plus vous avez une petite portion d’un mets dont la qualité, comme la sophistication, varie beaucoup selon l’endroit. Ma technique pour choisir le bon endroit et d’abord d’essayer de voir s’il est bien fréquenté par des locaux. C’est un premier bon point. Puis de regarder si les produits sont présentés systématiquement sur le comptoir et sur des morceaux de pain. Si ce dernier critère se vérifie, sans avoir respecté le premier, on passe son chemin. Dans le doute on essaie timidement. J’ai trouvé que cette grille à double ou à triple entrées fonctionne plutôt bien.

gettyimages-san-sebSan Sebastian (Photo (c) Getty)

Le meilleur endroit de la soirée fut indiscutablement le bar Borda Berri, lieu assez petit avec des serveuses efficaces mais pas très amènes, à la différence de la plupart des bars visités, il faut le dire ou l’efficacité règne mais avec le sourire en prime. Par contre, les tapas étaient d’une très grande qualité, servis dans de petites assiettes (et pas sur du pain), fraîchement préparés en cuisine : morcilla avec haricots rouges et poulpe magnifique, par exemple (et j’en oublie). Toujours des bons vins abordables, mais aussi une excellente bière artisanale de la catégorie IPA.

Bar Borda-Berrin Fermin Calbeton 12, Saint-Sébastien (tél : +34 943 43 03 42)

Le dimanche matin, café dans un bar populaire à côté du marché puis visite du dit marché et, plus longuement, du musée de la ville dont l’architecture allie dans un contraste saisissant modernité bétonnante et passé religieux. Ce qui est sympa et bien lié à la culture locale est que votre ticket d’entrée au musée vous donne droit à une tapa et un verre de vin à prix réduit dans le café du musée. Une idée pour la France, si en retard sur l’accueil du touriste ?

pintxos-3-1

Cela a ouvert la voie au déjeuner (encore d’autres tapas, bien entendu) dans une autre très bonne adresse, fréquentée exclusivement par des locaux et servant, en plus des vins et de la bière, un très bon cidre basque sec qu’on sert à rasade en versant au bout du bras pour faire un peu mousser. Je crois bien d’ailleurs que ce breuvage est une invention du pays. Ce bar s’appelle La Viña et les mets proposés, dont beaucoup de poissons, s’étalent en vrac dans des grandes assiettes sur le comptoir ou, comme ailleurs, on doit jouer des coudes (avec patience si nécessaire) pour se faire une place ou bien prendre son assiette et aller s’asseoir sur un blanc s’il y a de la place.

La Viña, Calle 31 Agosto 3, Saint-Sébastien

J’ai fort peu parlé des vins dans cette chronique, mais j’ai bu surtout des Riojas de bonne facture et quelques blancs plus moyens, entre des Ruedas sur le versant végétal et des Rias Baixas corrects sans plus. Une excellente bière artisanale basque et un bon cidre. Et, ci-dessus, une série d’alcools et liqueurs très intéressants proposés gentiment par le patron de La Cantine : du haut en bas, pomme (le clair), une plante qui ressemble à de la gentiane (le jaune) et une excellente liqueur de prunelle (en bas). Ce fut un très bon weekend et je retournerai  avec plaisir à Saint Sébastien.

David Cobboldimg_8005

 


2 Commentaires

Two Loire newcomers: Le Fief Noir (Anjou) + Anjou Untamed

An exciting the new discovery at Millésime Bio:


Alexis Soulas and Dominique Sirot

 

In 2014 winemakers Dominique Sirot and Alexis Soulas bought the 20-hectare Domaine des Chesnaies in Saint-Lambert-sur-Lattay (Anjou). Alexis and Dominique met while making wine in Corsica. Alexis is from Paris, while Dominique is from Le Puy en Velay not too far from the source of the Loire. Amateurs of Chenin Blanc they decided on a joint venture in the Loire.

They were able to buy Domaine des Chesnaies, which was being converted to organic viticulture. The process was complete in 2015. They had visited this domaine for the first time in 2012. The majority of the 20-hectares of vines is in the commune of Saint-Lambert-du-Lattay but they also have some in the neighbouring commune of Chanzeaux, just to the south east.

 

Recently they decided to change the name to Le Fief Noir to emphasis their attachment to the terroir of Anjou. 2014 was their first vintage. Picking is by hand into small cases. Unfortunately like so many others in 2016 they were hit by the April frosts. They lost 50% of the crop.

I was impressed by their well-made and precise wines across all three colours. Most were from 2016 and yet to be bottled. There were three Anjou Blancs – all pure Chenin – from different soils – L’Echappé and Ouest Coast from 2016 and 2015 L’ame de Fond from vines on sand and gravel at the base of the coteaux which was vinified in a mix of new and one fill barrels of 228 and 300-litres.

L’âme de Fond will be bottled in February and has attractive texture and a light lactic character from the malolactic fermentation.

 

Dominique Sirot


They have just one rosé, which is in their Ouest Coast range. Made from 70% Grolleau and 30% Cabernet Sauvignon with no maceration, so it’s pale in colour and attractively easy to drink.

I tried three reds. 2015 Somnambule is an Anjou Rouge – 95% Cabernet Franc and 5% Cabernet Sauvignon – with quite sooty aromas, leafy character, sweet fruit and light structure. Then the 100% Grolleau 2016 Ouest France has delicious juicy, lightly spicy black fruits. A Vin de France this is un vrai vin des copains.

2014 Le Rêveur Anjou Villages is half Cabernet Sauvignon and half Cabernet Franc. It spent 18 months in barriques and is richly textured with ripe black fruits and well worked tannins – a good sign as Anjou reds can easily have very severe, tough tannins unless carefully handled.

Alexis Soulas


Then two Coteaux du Layons. The 2015 Nouvelles Confidences Coteaux du Layon is a light modern apéro style Layon with nicely balanced sweetness and acidity. La Mignonne Chaume is also from 2015 is much richer with 150 grams of residual sugar, marked botrytis character and peach and apricot fruit. The grapes had 22-23% potential alcohol.

Dominique and Alexis explained that botrytis arrived quickly and evenly in 2015, so they only needed to make two sweeps through the vines, whereas in 2014 it wasn’t as even so they had to make several more tris.

 

Anjou Untamed: new version out

 

bu0a1113

A new version of Anjou Untamed is just out. Great photos and brief profiles of many vignerons in Anjou-Saumur.

Photos by Jean-Yves Bardin – text in English by Patrick Rigourd and Bernard Reeves. 25 € Full review to follow but details from here. Jean-Yves Bardin can be contacted on jybardin@yahoo.fr or 06.77.18.19.26

jim-vinho-verde