Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


5 Commentaires

Fonab Castle, Pitlochry – a pampered Highland stay

View-TayThe stunning view from the brasserie at Fonab

Entrance + Castle
Entrance to Fonab Castle

Bar+brasserie

The glass fronted bar and brasserie with the castle behind

c4efb-fino
A glass of Don Fino Sherry from Sandeman in
the Fonab Bar to start the evening

We spent a great weekend at Fonab Castle on the outskirts of Pitlochry as my pre-birthday treat. Saturday night we were in Sandeman Room where we were expertly looked at after by James Payne, the maître d’hôtel at Fonab and responsible for the wine. I first met James back in the 1990s when he was at Pont de la Tour. From time to time sommeliers get a bad press for being arrogant. This certainly does not apply to James: he is a very good one  – very relaxed, very professional and knowledgeable and not at all intimidating. 

James Payne with the Sandeman 1982 Vintage Port 


Dinner in the Sandeman Room is a set menu – we also decided to go for the flight of recommended wines. We learned during dinner that we had the same table as the Scottish legend Tom Cannavan (Wine Pages).  

Tom Cannavan on a barrel throne in Chile 


The amuse bouche which included
some foie gras and roasted apricot

 

2016 Bone Dry, Van Buhl, Trocken, Pfalz (above and below)
Some grassy Sauvignon Blanc like – notes crisp acidity

 

Consommé – chicken, truffle and tarragon – being poured over the raivoli

Character Amontillado Sherry, Sandeman
James’ choice with the consommé


Scottish Salmon –
Confit of pink citrus – fennel – cucumber
There is almost always a dish that we forget to
photograph before we are halfway through the dish 

The 2014 Astolabe Chenin Blanc, Wrekin Vineyard, Marlborough (NZ)
was matched with the salmon. When t
asted on its own the Chenin has a delicately
attractive character with interesting floral notes.
Unfortunately the sweetness in the salmon as well as the cucumber overpowered
this Chenin – hiding the fruit while accentuating the acidity

Perthshire Lamb – Provençal vegetables – basil – artichokes  

2009 Ampodium, Côte Rotie, Domaine Rostaing. James kindly added this into our flight
Lovely, sensuous and complex Côte Rotie. Kept under Coravin and first broached
some five weeks ago and still very good. Was a great match with the rare filet of lamb

2014 Vinha Grande, Douro. Still youthful and quite tannic but came into
its own with the slow cooked lamb 

Pre-dessert – this fruit based  pre-dessert was a fine foil for the
2015 Vouvray Moelleux 
from Vigneau Chevreau (below)

Panna Cotta – lavender – textures of strawberry

The Panna Cotta needed something richer and
more powerful than the Vouvray, which the
2015 Kika Noble late harvest Chenin Blanc
from Miles Mossop Wines in Stellenbosch

Birthday chocs

All in all this was an excellent and very enjoyable meal – the high point of a great weekend stay at Fonab Castle, a wonderful place for a pampered few days away.


NouveauOs


5 Commentaires

Il y a des plus forts que nous

L’autre jour, je tournais, d’une manière distraite, les pages d’un exemplaire d’une revue sur le vin de Champagne à laquelle j’ai contribué quelques portraits de chefs de caves. Le magazine en question s’intitule C le Magazine. Et je tombe sur un commentaire qui m’impressionne beaucoup, avant de m’interroger. Le texte n’est pas signé, mais la personne a clairement un talent rare : il peut déceler les arômes d’un vin sans même ouvrir le flacon ! Le texte que je vais citer est à propos d’une cuvée de Mumm appelée, en toute simplicité, « Le Rosé ».

« On devine les arômes de petits fruits rouges avant même de l’avoir débouché ».

Le chat de ma fille a clairement des ambitions qui vont dans le même sens que ce dégustateur émérite.

Je ne sais pas comment faire comme cette personne, mais j’en suis un peu envieux. Imaginez un peu l’économie de temps et d’efforts, sans parler des échantillons envoyés par les producteurs, si on pouvait décrire les arômes, puis les saveurs, d’un vin sans avoir à passer par le stade fastidieux d’ouverture des flacons. Nous venons de déguster environ 750 vins pour un guide sur les vins pas chers. Il n’y aura pas de champagne de chez Mumm dans de guide de « Bons Vins à Petits Prix », car le prix plafond pour les champagnes est fixé à 20 euros, donc cet exemple n’est pas très pertinent, mais j’ai calculé que l’économie de temps que cette capacité extra-sensorielle nous aurait permis de réaliser lors de notre mission se chiffrait à au moins 3 journées pleines de travail.

David

 

 

 


3 Commentaires

Haridimos Hatzidakis – very sad news from Santorini, Greece

Stone at the Haridimos Hatzidakis winery
Giannis Krassaki

Facebook post from Vasilis Ioannou

I was very shocked and sorry to learn on Friday evening that the inspirational winemaker Haridimos Hatzidakis, based in in Santorini and making wonderful wines – world class Assyrtiko, had died suddenly that day. 

I will treasure the couple of visits that I made to Hatzidakis winery on the Greek island of Santorini. The pleasure of meeting and tasting with him as well as visiting and seeing the remarkable coiled and curled vines on Santorini. 

He was one of the leaders of the recent renaissance of Greek wines and will be sorely missed. 

My sincere condolences to Haridimos’ family and close friends. The cause of Haridimos’ death is as yet unknown.


7 Commentaires

Le vin et les effets de l’alcool

J’ai souvent pensé (ou bien dit, ce qui n’est pas exactement  la même chose) que je bois du vin essentiellement pour les sensations gustatives qu’il me procure, et non pas pour l’effet crée dans mon cerveau par la part d’alcool qu’il contient. Que cette part soit variable dans une fourchette allant de 5,5% (une bouteille de Moscato d’Asti partagée l’autre jour) à 15% ne change rien au principe, et il faut aussi admettre que les vins que nous buvons se situent le plus souvent vers le haut de cette fourchette. Je n’aime pas la sensation d’ivresse, et encore moins les comportements qu’elle engendre, chez soi ou chez les autres. Mais il faut aussi admettre que la chaleur et la liberté des échanges peuvent bénéficier d’un certain relâchement qui est aidé à la fois par le partage implicite dans une dégustation de vins entre amis ou connaissances, ET par l’effet désinhibitateur de l’alcool. Sans tomber dans les excès ridicules des prohibitionnistes, nous ne devons jamais nier cette part d’alcool, pas plus que les dangers qu’elle peut représenter.

Pour résoudre ce dilemme, je me demande si je ne préférerais pas que le vin ne contienne pas d’alcool du tout. Cela règlerait aussi bon nombre de problèmes de communication ici en France et ferait exploser le marché mondial du vin. Pour l’instant cette transformation sans perte de saveurs n’existe pas et les quelques vins sans alcool que j’ai pu goûter n’ont guère enchanté mon palais.

C’est un récent article de mon collègue Richard Hemmings sur le site web de Jancis Robinson (https://www.jancisrobinson.com/articles/is-alcohol-in-wine-taboo) qui m’a incité à écrire sur ce sujet qui a trop tendance à être occulté par la plupart des gens qui parlent du vin. Hemmings prend, à la fin de son article, une position intermédiaire sur le sujet. La mienne serait un peu différente dans le sens ou, dans un monde idéal, j’aimerais pouvoir obtenir tous le plaisirs que je vis avec le vin sans aucun effet de l’alcool. De quel ordre sont ces plaisirs alors ? Ils combinent le sensoriel et l’intellectuel, voire l’imaginaire. Si le sensoriel domine, l’imaginaire n’est jamais très loin dès lors que nous passons beaucoup de temps à essayer de comprendre pourquoi un vin ne ressemble pas à un autre. Car le vin n’est ni simplement une boisson, ni une boisson simple. Entrent en ligne de compte, et dans nos cerveaux pas encore émoussés, des images du passé ou du présent qui s’attachent au vin que nous sommes en train de boire : la tête du vigneron, le paysage dont est issu le vin, le ou les cépages, des outils de vinification, les gens avec qui nous avons déjà partagé ce vin, etc, etc. Comme disait quelqu’un, boire du vin c’est boire de l’histoire et de la géographie.

Les mots choisis pour parler de l’acte de consommer du vin indiquent aussi à quel point sa part d’alcool constitue un tabou dans notre petit univers de gens du vin. On dit « déguster » plutôt que « boire » par exemple. Car boire ne désigne pas seulement l’acte de se désaltérer : le mot peut aussi signifier s’enivrer, et cela on ne veut pas trop le voir ni l’admettre. L’ambiguité des religions (et pas seulement l’islam) à l’égard de la consommation d’alcool est, à mon avis, symptomatique de notre ambivalence envers cette substance qui peut nous libérer, nous donner du plaisir, mais aussi nous faire mal et nous aliéner. Evidemment tout est dans le dosage : avec modération, avec modération, comme l’injonction imposée par la loi Evin en France. Mais qu’est-ce que la modération ? J’avoue en tout cas que je ne respecte pas souvent les consignes de l’OMS en matière de consommation d’alcool, même si je fais des efforts.

David

 


Poster un commentaire

Central Loire Vineyards: forthcoming events

Events: 14th August to 9th September 2017 

Plenty of events here for the diaries of those of you in the Central Loire vineyards for the next month or so. 

 

 

 

 

 

 

Exhibitions:

 

NouveauOs


4 Commentaires

Vacances

Dhafer Youssef en concert à Marciac mercredi 2 août

Je plaide coupable. Pendant les 51 semaines passées j’ai parlé de pinard. Mais là je suis « en vacances » comme on dit, tout en faisant plein de choses car je ne suis pas un grand adepte du farniente. Et du coup, je n’ai pas du tout envie d’écrire sur le vin. J’en bois, bien sûr, avec un plaisir variable en fonction du vin en question (rien que du banal). Mais je n’ai pas du tout envie d’en parler cette semaine.

Cette semaine j’ai fait trois journées de moto sur les petites routes magnifiques et tortueuses des Pyrénées, j’ai commencé à poser des carreaux en ciment sur 20 mètres carrées, j’ai nettoyé et replanté des zones dans le jardin, j’ai arrosé, je suis allé à Marciac écouter le formidable Dhafer Youssef, puis j’ai déjeuné avec des amis dans la région, j’ai fait quelques corrections à un livre qui va sortir à l’automne, j’ai regardé une partie du Grand Prix moto et de la finale du Super Rugby, et j’ai passé du temps avec des membres de ma famille. Et tout cela suffit amplement à remplir mes journées. Et donc, je me répète, je n’ai pas envie de parler du vin cette semaine. Désolé. J’espère que vous me pardonnerez chers lecteurs.

Une terrasse en carreaux de ciment (Carocim, le top du genre) avec de dessins volontairement déconstruits en cours de pose chez moi, mais l’ouvrier est parti écrire un blog, paraît-il…

David


2 Commentaires

Matching Loire wines with Sticky Mango’s Asian street food

Peter Lloyd

 

Back in in 1980 Nigel Wilkinson opened the RSJ Restaurant in Waterloo (London). It soon became famous for its extensive selection of Loire wines. Earlier this year Nigel and the RSJ celebrated their 37th anniversary.

With Nigel beginning to edge towards retirement changes were made. Peter Lloyd, who had been a talented chef at the RSJ a number of years ago, came back as a partner having discovered and been seduced by Asian street food.

BU0A0103

BU0A1685

In October 2016 the lower part of the RSJ was transformed into Sticky Mango with the upper part still serving the RSJ’s French inspired modern British cuisine. However, since the RSJ’s kitchen is decidedly compact, trying to cook two very different menus naturally proved to be a real challenge. Furthermore Sticky Mango was doing well.

Earlier this year Sticky Mango took over the whole restaurant. The wine list still majors on the Loire, although in time that may broaden out.

Sticky Mango Tasting with Loire wines

Last Monday (24th July) Peter Lloyd and Tom King held the first food and wine matching evening at Sticky Mango@RSJ. Winewise we held true to our long commitment to the Loire, while Peter’s food was typically brilliant. (Jim reports*)

It proved to be a fascinating experiment seeing how well the food and wine would knock along together. 

 Irish Rock Oyster
Coconut & Lime Granita, Chilli Tapioca Pearls

2015 Muscadet de Sevre et Maine sur lie 

Le Verger Pierre Luneau-Papin

Although Muscadet is famous for being an ideal match with seafood this was the evening’s least successful match. The oyster was fat, delicious with an attractive sweetness, while this particular Muscadet had good freshness but without the weight and concentration to stand up to the oyster. Another richer Muscadet from the Luneau-Papin stable or an older Muscadet with more evolved flavours would, I suspect, have been a more successful match. 

Moving away from the Loire and France it would be worth trying an Alvarinho, Vinho Verde from Anselmo Mendes. 

 Soft shelled crab

 

with the fried steam buns

Tempura Soft Shell Crab 

Singapore Chilli Sauce, Fried Steam Buns  2016 Pouilly Fumé, Domaine Treuillet

Sébastien Treuillet

In contrast to the Muscadet, the 2016 Pouilly Fumé from Sébastien Treuillet was a brilliant match with the delicious soft shelled crab. The Pouilly Fumé had enough weight to match the tastily spicy flavours of the crab. 

 JG’s Black Pepper Shrimp

Sun-dried Pineapple, Jicama & Pea Shoots

2016 Saumur Blanc, Domaine de Nerleux

Amélie Neau  

2015 Saumur-Champigny 

Domaine de Nerleux, Amélie Neau

  

It was interesting to find that the red – Saumur-Champigny – proved to be a better match with the spicy shrimp than the Saumur Blanc, which was rather overwhelmed. However, the Saumur Blanc proved to be good with the next dish – the chicken.

 Mamak BBQ Corn Fed Chicken
Charred Long Bean, Pickled Red Onion Salad
with Jasmine Rice
2015 Chinon Domaine de la Noblaie
Jérôme Billard 

 
 

I thought the 2015 Chinon was too tannic to be a good match with the chicken. Perhaps another year or two in bottle would be beneficial for this match. Perhaps a 2014 or 2012 or perhaps an earlier vintage might be a better match. 

The Sticky Mango:
Sweet Sticky Rice, Coconut & Vanilla,
Whipped Condensed Milk, Mango
Peter’s signature dessert

 


Pandan Macaron 

Kaya Jam, Caramel & Soy Sauce Ice Cream
2014 Coteaux du Layon Saint-Lambert-du-Lattay
Vincent and Emmanuel Ogereau

I was surprised that the Coteaux du Layon stood up as well as it did to The Sticky Mango, which is nowhere near as sweet as the description suggests. The Layon was, however, completely overpowered by the very sweet Macaron, which perhaps needs something like a Muscat de Rivesaltes or a Muscat from Spain or Portugal. 

Sticky Mango
33 Coin Street
London SE1 9NR
Tel: 020-7803 9733
E Mail: info@stickymango.co.uk

Latest menu here This includes a 28 day aged Côte de Boeuf with Nam Jim Jaew Dressing, which I fancy must be worth trying along with Panang Ox Cheek Curry. 

* I have been a consultant to the RSJ Restaurant (now Sticky Mango@RSJ) for over 30 years. However, on this occasion I paid in full (£49) to be part of this food and wine matching evening.  

 

Jim Budd