Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

Some Portuguese treats

IMG_1876

Relaxed dinner by the Tagus at Atira-te ao Rio

Portugal remains a treasure trove for good value wines in all three colours many from their storehouse of native grape varieties. It is also possible, for those prepared to take a punt, a place to find some remarkable old wines at bargain prices.

How long this will last is perhaps now a question worth asking for in 14 years of coming to Lisbon during July I can never remember a year when Lisbon has been so full of visitors. It seems that many have now discovered the attractions and value of Portugal’s capital. It is a hot destination and not just because it was 37˚C yesterday up from 36˚C on Sunday.

IMG_1923 (1)

2015 Alvarinho, Vinho Verde, pingo doce own label 3.98€

 

Anselmo Mendes is a Vinho verde specialist making a whole range of wines from this northern Portuguese region including a very fine single vineyard Alvarinho that I cited last week. This own label from supermarket pingo doce is at the other end of the scale. It does, however, offered both plenty of flavour and just amazing value with this Alvarinho that has both texture and a clean refreshing acidity. Ideal as apéro or with some grilled prawns, for instance.

IMG_1897
2009 Dona Berta Vinha Centenária, Reserva Branco

IMG_1900

Dona Berta – a quite opulent, Douro white made from a range of grapes: Códega do Larinho, Rabigato, Viosinho, Gouveio and Malvasia Fina. We enjoyed this at at Pedro’s Garrafeira Alfaia in the Bairro Alto. There are no wine list, so either you tell Pedro what sort of wine you would like to drink or you choose it from the shelves.

IMG_1913
2014 Arinto dos Açores sur lies, DO Pico, Açores, António Maçanita     

Another of Pedro’s choices, this is a rare Arinto from the Azores. Only 1600 bottles are made of this precise, saline and mineral wine. It was a fine foil for the sea bass baked in salt that Pedro’s wife cooked for us – what a treat!

IMG_1910

Sea bass cooked in salt

Some golden oldies

IMG_1922


NV Terras Altas Dão, José Maria da Fonseca 

 

In last Tuesday’s post I mentioned a couple of old wines that we had bought from the garrafeira nacional in the Mercado da Ribeira at Cais Sodre. We bought eight as these bins ends were offered at 5.95€ each – buy three to get the fourth for free. It was such a compelling offer that we bought eight on the basis that if a few were undrinkable, they would still have been good value.

To date we have drunk and enjoyed five of our eight bottles, so feel that we already had a bargain. Last Friday night we dispatched a further three. Firstly came the quite deeply golden NV Terras Altas Dão, José Maria da Fonseca. We have no definite information about this white wine. José Maria da Fonseca no longer make a white from the Dão. It is, however, thought it may well have come from the 1960s. Although it naturally had some oxidation, it was certainly still complex, clean and precise with some touches of dry honey. 


IMG_1918 

A pair from the Ribatejo – Dom Hermano 1985 Reserva and 1980 Garrafeira  

It was fascinating to taste this pair of Dom Hermano reds from the Casa Agricola Herd. de D. Luis de Margaride in Almeirim. Both were in good shape with 12.5% alc but the 1980 Garrafeira with a production of 50,000 bottles had considerably greater length and complexity than the 1985 Reserva. The 1980 Garrafeira was bottled in November 1984, while the 1985 Reserva bottling was in March 1987.

IMG_2179

 

 

 


9 Commentaires

Mauvaise foi et idées courtes

le-mauvais-danseur-attribue-ses-maladresses-au

Je le sais bien, il est très facile de dire des autres qu’ils sont de mauvaise foi. On peut même le faire lorsque cela vous arrive aussi. Si je prends mon cas personnel, et lorsque je regarde un match de rugby dans lequel le club que je soutiens (Stade Français ou l’Angleterre, selon les contextes) n’a pas les faveurs de l’arbitrage à des moments décisifs d’un match, j’avoue être capable d’une mauvaise foi flagrante. Pourquoi parler de cela et quel rapport avec le vin ? Parce que le vin est aussi un sujet qui suscite des passions, certes triviales (peut-être), et donc d’accès de mauvaise foi de la part de tenants de telle ou telle thèse ou hypothèse. Et cela vaut aussi pour les opposants des mêmes !

mauvaise_Foi-1

Un parfait exemple de mauvaise foi dans le domaine du vin vient de m’être livré par mon collègue Eric Riewer, à propos d’une des réactions à la dégustation à l’aveugle de vins français et californiens qui a pris le nom un peu prétentieux de « Jugement de Paris ». J’ai parlé récemment sur ce blog de cet événement qui date de 1976,  et qui fut aussi symbolique que symptomatique du nivellement du terrain de jeu mondial des vins, y compris pour les « grands » vins. L’exemple concerne la réaction d’Odette Khan dans la revue qu’elle dirigeait à l’époque : La Revue de Vin de France. Mme Khan était membre de ce jury, presque entièrement français, qui a voté, à l’aveugle, un Chardonnay de Californie à la première place d’une série de vins de ce cépage, dont plusieurs grands noms de la Bourgogne (Drouhin, Leflaive, Ramonet et Roulot), puis un Cabernet Sauvignon de la Californie à la première place d’une série des vins rouges face à des grands noms du bordelais rive gauche (Haut Brion, Mouton, Léoville Las Cases et Montrose), Eric s’est procuré une copie du numéro de La RVF daté de Septembre-Octobre 1976 et qui contient un éditorial de Mme Khan à propos de cette dégustation.

3504948980

Son papier s’intitule « Une Dégustation de Vins Californiens », alors qu’il y avaient 4 vins français et 6 californiens dans chaque série. Elle prétend ensuite qu’une bonne dégustation à l’aveugle devraient séparer les vins selon leur origine, en pratiquant une série des vins français, puis une série de vins américains (ou l’inverse), évidemment avec le jury bien au courant de l’origine de chaque série; Facile dans ce cas-là pour un membre de jury un tant soit peu chauvin, de part pu d’autre, de tricher ! Autre point ou la dame et question a été malhonnête (et erronée) dans ses avis, elle déclara ceci : « s’agissant en l’occurrence des vins jeunes, donc pour les rouges français en tout cas des vins « à attendre », il était impossible de les comparer. » Elle implique clairement que les vins rouges californiens n’allaient pas tenir dans le temps, à la différence des bordelais. Le temps lui a donné tort, car chaque fois que les mêmes vins, dans les mêmes millésimes, ont été dégustés ensemble, que cela soit 10, 30 ou 40 ans plus, tard, la marge d’avance des notations des californiens s’est accru ! On peut aussi rajouter que les millésimes des bordelais n’étaient pas pour les défavoriser car il s’agissait de 1970 ou de 1971, millésimes jugés très bons ou excellents à l’époque.

La revue du vin de France n°260

Mme Khan termine son papier sur une notre de forte condescendance : « je me permets de rappeler à mes amis vignerons (français, bien entendu ndlr) qui si je suis, comme eux, persuadée de la précellence de nos vins (ben voyons), il ne faut pas ignorer que nos amis américains, à notre école, ont appris à bien vinifier, qu’ils peuvent déjà présenter de bonnes choses et que, sait-on jamais, ils pourront peut-être un jour découvrir chez eux d’heureux micro-climats (elle veux dire » méso-climats » mais c’est une erreur bien trop courante, même aujourd’hui ndlr) leur permettant de mettre en bouteilles des crus nobles ». Sur le plan d’écoles, je note simplement qu’un seul des responsables des 6 cabernets de Californie avait fait ses études en France : il s’agit de Bernard Portet, qui est fils d’un ancien régisseur à Château Lafite. Les autres avaient soit fait des études aux USA, soit n’avaient pas de formation formelle au vin (comme Paul Draper, de Ridge Vineyards).

Se tromper de temps en temps dans ses jugements, ce n’est pas grave et cela arrive bien souvent. Mais se tromper lourdement sur toute la ligne en pratiquant une grande mauvaise foi et en oublient de vérifier ses informations, ce n’est pas du bon travail de presse. Maintenant nous avons tous, si nous somme de bonne foi, que de bons et grands vins peuvent se faire dans de très nombreux pays et régions et qu’il n’y a aucune « précellence » des vins français parce qu’il viennent de ce pays. Et c’est tant mieux pour le consommateur d’où qu’il vienne, comme cette affaire de 1976 a sonné le réveil pour certains producteurs un peu endormis.

Une petite note d’ironie pour terminer. J’ai trouvé, dans le même numéro de la RVF, à la page  41, une rubrique qui faisait écho des quelques dégustations diverses. Parmi ces notes, celles-ci :

Cabernet-Sauvignon 1972, Sterling Vineyards (Napa Valley) : Une très belle bouteille………à déguster un tel vin on se dit que les vigneron français ont intérêt à ne pas s’endormir sur leurs lauriers »

Je ne sais pas si Mme Khan a relu cet article avant publication !

 

David Cobbold

PS. Je dois rajouter, pour être complet, que j’écris ceci sous l’influence très bienveillante d’une excellente bouteille de Château Margaux 1983, la presque dernière de ce niveau de vin qu’il me reste dans ma cave. A l’époque, je pouvais encore me payer des bons primeurs de Bordeaux.


6 Commentaires

A Vrazon to continue?

IMG_1806
Spectacular Porto 

This weekend we were in Porto for the first Vrazon Meetup. Despite a heat wave with temperatures into the mid-30s, it was a very enjoyable weekend. Meeting up with old friends and making new ones, sharing good bottles and some excellent food.

We had two good visits. One on Saturday to Poças’ Port Wine Lodge new visitors’ centre on Rua Visconde dos Devesos 186, Vila Nova da Gaia. Then on Sunday we went up the Douro to Quevedo.

IMG_1811

On Saturday afternoon there was a valedictory discussion over the rise, history and demise of EWBC/DWCC (European Wine Bloggers’ Conference/ Digital Wine Communicators Conference). It is clear that these conferences, which initially sailed under the colours of the European Wine Bloggers Conference, have now run its course. Put together by Robert McIntosh and Ryan and Gabriella Opaz (Catavino/Vrazon) eight successive conferences in seven different countries is a very considerable achievement. These EWBC/DWCC conferences facilitated great networking opportunities, which I think will be their most lasting legacy followed by the Born Digital Awards (www.digital-awards.eu/) with the revived version now in its second year.

If Vrazon do organize further conferences the format will be changed. They are likely to be held in one place and to feature marketing with a perspective from outside the wine industry.

Will this weekend’s meet up prove to be a one-off – a fine wake for DWCC – or will there be future get-togethers of EWBC/DWCC alumni? Certainly there is a clear wish from the weekend’s participants to meet again to talk and share wine etc. but as yet there are no definite plans.

It is unfortunate that to date the Vrazon and the #winelovers group, which grew out of contacts made at these conferences, have yet to find a way to be complementary. Hopefully in the future there will be opportunities to explore how the two groups can work together.

The programme
Friday night – BYOB at Prova
On Monday at the Mercado da Ribeira, Cais do Sodre, Lisboa we noticed that the Garrafeira Nacional had a bin-end sale of assorted bottles from the last century. Each was offered at 5.95€ and if you bought three the fourth was free. We decided that this was definitely worth a punt, especially with the BYO coming up. So it proved as we took along a 1974 from Lisbon – a ‘revolutionary wine – and a 1987 100% Baga from Bairrada. The 1987 was fine with nicely balanced fruit and acidity. Although the 1974 was initially rather stinky putting off anyone who comes to an immediate judgment on a old wine, the stink fairly rapidly declined revealing still quite concentrated prune and fig fruit. Still certainly drinkable at least in my probably not very discerning book….

IMG_1784

IMG_1783
1974 – a ‘revolutionary’ wine from Lisbon


Saturday daytime
Poças Port (http://www.pocas.pt/en/) is a family Port house founded in 1918. They have just opened their visitors’ centre, which is friendly, relaxed and far removed from the glitz of some of the larger Port houses. We enjoyed a short visit and then lunch with a chance to taste their wines. On a very hot day their crisp, unoaked Coroa d’Ouro 2014 Douro white hit the spot.

IMG_1815
Poças

Saturday evening – O Gaveto (http://www.ogaveto.com/home)

IMG_1817

What a great seafood restaurant! Hugely generous portions of a seafood – platter featuring oysters, shrimps, prawns, crabs etc. This was followed by very good Amêijoas à Bulhão Pato and then sea bass and rice. They also have a great wine list and wine service. We chose a couple of top Alvarinho Vinho Verdes from Anselmo Mendes – the stunning single vineyard Alvarinho as well as the Curtimenta Alvarinho.

Several of our group expressed surprise at the quality now available from Vinho Verde. From my experience this is not that new, it is just that the UK doesn’t always see the best.

IMG_1818

Due to the generosity of one of the group we had a 1990 Riserva Bondi-Santi and a 2000 Emidio Pepe Montepulciano d’Abruzzo.

IMG_1822

IMG_1825

Sunday – into the Douro cauldron and a lovely visit to Quevedo (http://quevedoportwine.com/)



I have long wanted to visit Oscar Quevedo at his family winery in the Upper Douro in the small town of São João da Pesqueira high up above the Douro with spectacular views. Our visit was a fine introduction but I must go back for a more detailed visit. Vitor Mendes of Covela was also there, so this was a good opportunity to taste these wines again.

IMG_1847
Well over 30˚C with swimming in Douro for some


Sunday evening – return to Prova
Recently Porto has become very popular, so finding a unreserved table for eight – all that remained of our group of just over 30 – proved to be challenge. After finding several recommended restaurants full we returned to Prova, which were able to accommodate us. Here we enjoyed a series of wines and snacks and talked further about future meet-ups.

 

IMG_1854
Another fine Vinho Verde Alvarinho

JimVitLoire-Benoît Gautier


8 Commentaires

Minervois-La Livinière

360px-Aude_(flume)Minervois, au nord de Carcassonne, et Corbières, au sud, se regardent à travers de la basse vallée de l’Aude qui les sépare. La première zone se situant sur les contreforts de la Montagne Noir, et le deuxième sur une partie du piémont des Pyrénées Orientales.

Environ quinze jours après avoir exploré, rapidement, l’appellation Corbières-Boutenac, j’ai visité son pendant de l’autre côté de la basse vallée de l’Aude, Minervois-La Lavinière. De part et d’autre de l’axe Carcassonne-Narbonne, qui se situe dans le sillon tectonique qui sépare les Pyrénées du Massif Central, deux zones de piémont servent de socle aux appellations languedociennes jumelles, Corbières et Minervois. A l’intérieur de ces deux zones assez étendues, et forcément hétéroclites sur le plan de la qualité des vins qui y sont produits, un groupe de producteurs dans chaque zone a mené une opération dont le but était de sortir leur production, ou du moins une partie, d’un problème d’image et de prix qui les handicapait sur le plan de la reconnaissance de la qualité, et donc de la rentabilité.

DSC_0154Cabanon de vigneron (il lui manque la couverture en lauzes) à côté du chai de Château Maris, avec la Montagne Noire au fond.

Le premier à dégainer, après les longueurs habituelles imposées par les rigidités du système d’appellations en France, fut Minervois-La Lavinière, qui sera le sujet de cet article. L’appellation existe officiellement depuis 1999. Corbières Boutenac, dont j’ai déjà parlé ici, lui a emboîté le pas quelques années plus tard, en 1985. L’approche dans les deux cas fut très comparable : délimiter une aire d’appellation restreinte avec des désignations parcellaires précises selon les critères habituels (climat local, exposition, altitude et types de sols), mais aussi imposer des règles de production (encépagement, rendement, vieillissement avant vente, etc.). Pour mener à bien un tel projet, puis pour le faire durer dans le temps en portant des résultats à la hauteur des espérances, il fallait aussi un petit groupe d’hommes et de femmes ayant conviction et ténacité.

DSC_0149Murs de pierres plates ponctuent le paysages et forment terrasses, comme ici au Clos d’Ora de Gérard Bertrand. La pose verticale est la plus résistante, mais la plus difficile à exécuter.

Minervois-La Lavinière, ou La Lavinière tout court comme les brochures de l’appellation aiment à la présenter, concerne actuellement un petit nombre d’hectares mais dont le nombre varie considérablement selon les sources: 350 hectares selon les documents de l’appellation, ou bien 200 hectares selon le site officiel des vins du Languedoc. Faudrait peut-être se mettre d’accord ! Comme à Boutenac, le potentiel classé est bien au-dessus de ce modeste chiffre, car l’aire comporte 2.700 hectares et touche 6 communes, et les producteurs utilisent tous (ou presque) les deux appellations dans leurs gammes. Encore une fois comme à Boutenac, l’appellation La Lavinière ne s’applique qu’aux seuls vins rouges. Les blancs ou les rosés sont nécessairement sous l’appellation de base, Minervois.

DSC_0129A La Lavinière on s’occupe aussi de retrouver les variétés de vigne rares, et même non-identifiées comme ici, en les plantant dans un conservatoire ampélographique

Les règles de l’appellation ont cru bon de limiter l’altitude maximale des parcelles acceptées à 330 mètres, et ceci d’une manière qui me semble assez arbitraire, surtout à la lumière du réchauffement climatique et de la nécessité de réduire les taux d’alcool dans les vins du sud. A part cela, je n’ai pas les moyens de trop chipoter sur la logique de ces règles qui, après tout, ont été établis par les producteurs eux-mêmes, même si je trouve certaines inutilement compliquées et restrictives. Des petits arrangements permettent parfois de simplifier un peu les choses ! La Lavinière et Boutenac font appel au même quatuor de cépages principaux (syrah, grenache, carignan et mourvèdre), mais avec des priorités différentes. Alors que Boutenac impose entre 30 et 50% de Carignan (attention: à la vigne, pas dans les vins !), La Lavinière impose que les trois autres constituent au moins 60% de l’encépagement. Dans les faits c’est la Syrah qui domine dans la plupart des vins de La Lavinière, ce qui n’est pas le cas à Boutenac. La Lavinière a aussi eu la sagesse de laisser en place quelques variétés plus rares : Lledoner Pelut, Cinsault, Aspiran Noir, Picpoul Noir et Terret Noir.

portrait4

Les contraintes techniques d’une appellation, qu’elle soient géographiques, végétales ou autres, sont une chose mais le vin se fait par les hommes et femmes, et c’est là où la volonté, la sensibilité, le talent et les techniques jouent des rôles qui font l’essentiel de le différence entre un vin et un autre dans la même appellation. A La Lavinière des personnalités fortes ont joué, je dirais nécessairement, des rôles clés dans la genèse et la promotion/défense de l’appellation. Cela a commencé avec ses fondateurs Maurice Piccinini et Roger Piquet, respectivement en charge de la cave coopérative La Lavinière et propriétaire du domaine privé Château de Gourgazaud. Cela s’est poursuivi avec Michel Escande, de Borie de Maurel, suivi par Patricia Domergue, du Clos Centeilles. Et la présidente actuelle est aussi une femme, Isabelle Coustal, propriétaire de Château Sainte Eulalie (en photo).

ETIC-OCA0007Comme les Cazes, de Bordeaux, bon nombre de producteurs ou d’investisseurs d’autres pays ou régions de France sont venus s’installer dans le Minervois, en apportant savoir-faire et faire-savoir.

A la différence de Boutenac, des investisseurs venus d’ailleurs, parfois de loin, parfois de plus près, pèsent aussi dans l’appellation La Lavinière et y apportent à la fois leur regard, leur savoir-faire, leur capacité à faire connaître, et leur réseaux commerciaux. Deux producteurs importants de la région languedocienne, Gérard Bertrand et la famille de Lorgeril, y côtoient les Cazes (de Bordeaux), les Grands Chais de France (de partout mais d’origine alsacienne), ou l’anglais Robert Eden et l’écossais Guy Crawford. Est-ce cela, ou l’ancienneté un peu plus importante qui expliquerait l’impact plus grand de La Lavinère (50% de plus de surfaces exploitées aujourd’hui) ? Je n’est sais rien mais je pense que cela joue.

 

Cette fois-ci je n’ai pas demandé à procéder d’abord à une dégustation extensive de tous les vins de l’appellation. C’était un tort de ma part que je regrette maintenant car cela ne m’a pas permis pas d’avoir une idée du niveau générale des vins de La Lavinière comme j’ai pu le faire avec ceux de Boutenac. Le voyage de presse, très bien organisé et encadré, à permis pas mal de visites et de dégustations assez détaillées dans sept domaines, puis des rencontres avec d’autres producteurs et quelques-uns de leurs vins lors de repas. Les domaines visités étaient Clos Centeilles, Borie de Maurel, Ostal Cazes, Clos d’Ora, Château de Fauzan, Château Maris et La Borie Blanche. Pour ma part, les dégustations les plus marquantes étaient celles des vins de Clos Centeilles, d’Ostal Cazes et de Château Maris, avec de bons ou très bons vins parmi ceux dégustés ailleurs ou lors des repas.

 

Le cas de Clos d’Ora est un peu à part dans cet ensemble. Il ne s’agit pas d’un clos au sens de clôturé, mais de 9 hectares faisant partie du vignoble de Laville Bertrou, géré comme une entité spécifique avec son petit chai très moderne et dépouillé et son lieu de réception au dessus. Le point qui frappe beaucoup d’observateurs, moi compris, est le prix de vente de ce vin. Un peu à la californienne, il vise un public très différent du reste de l’appellation et qui considère que plus un vin est cher, plus il est désirable ; car le Clos d’Ora se vend aux alentours de 200 euros la bouteille (le domaine annonce 185), alors que le prix moyen des très bonnes cuvées dans l’appellation est plutôt autour des 25/30 euros. J’ai dégusté ce vin en trois millésimes et il est très bon, pas surpuissant mais finement équilibré. Mais rien ne justifie objectivement un tel prix hormis une volonté de se positionner d’une manière symboliquement très forte, ce que Gérard Bertrand a osé faire. On pourrait penser que cela ferait sourire ou grincer des dents les autres producteurs de l’appellation, mais on aurait tort. En tout cas l’écho que j’ai eu était qu’ils sont heureux que leur appellation ait été choisie pour une opération de communication de ce type. Car il y a beaucoup de «comm» autour du projet, avec toute la panoplie du discours appuyé sur la biodynamie et du mulet qui tire la herse entre les rangs (comme par hasard en action au moment de notre visite), sur le terroir d’exception, etc., etc.

Je vous parlerai maintenant des vins plus abordables que j’ai aussi beaucoup aimé et qui donne un peu une idée des styles qu’on peut trouve à La Lavinière, tout en situant un peu les domaines qui sont à leur origine.

DSC_0140Patricia Domergue dans ses vignes au Clos Centeilles, près du village de Siran. Elle s’est bien battu pour son appellation et fait des vins formidables

 

Clos Centeilles

La maison et le chai se trouvent ensemble et tout près du petit village triste de Siran, ou nous logions dans l’hôtel de charme Château de Siran, qui est réellement charmant et qui doit être un des rares bâtiments de ce village ayant un peu de cachet. Patricia Boyer Domergue (qui n’est pas «du pays») a acheté ce domaine en 1990 et a longtemps présidé avec énergie la jeune appellation. Le clos est réel et ancien, et part de la petite église du 13ème siècle, Notre Dame des Centeilles. Patricia ne s’est pas contenté de suivre les règles des appellations mais a aussi beaucoup œuvré pour préserver et expérimenter la richesse ampélographique locale, devenue malheureusement historique en grande partie. Elle cultive, entre une vingtaine d’autres variétés, Rivayrenc (de différentes couleurs), Œillade et Araignan. Un des ses beaux vins blancs est issu de 15 variétés différentes en s’appelant Mosaïque de Centeilles. Le 2015, sous une désignation vin de pays, est complexe, un peu gras, de belle texture et long. La gamme est de ses vins est large car, sur ses 12 hectares de vignoble, Centeilles produit 9 vins différents à partir de 23 cépages., et dans à peu près tous les types (sauf bulles). Mais un seul est de l’appellation Minervois La Lavinère, et il est magnifique, alors je vais m’y limiter.

DSC_0143Magnifique calade au Clos Centeilles. J’aime tant le beau travail de pierre.

Verticale de Clos Centeilles (la plupart des ces vins fut dégusté à la découverte et au domaine)

chose rare : certains de ces vins sont encore disponibles à la vente au domaine, et seront plus faciles à trouver sur commande quand la nouvelle cave/oenothèque sera terminée.

1992

L’année de naissance de sa fille Cécile, qui commence à travailler à temps partiel sur le domaine tout en poursuivant ses études. Ce vin est encore un peu austère, donc resté très jeune, avec de la mâche causée par des tannins fermes, beaucoup de fond et de densité. Long et vibrant.

2001

(dégusté à l’aveugle mais à un autre moment, lors de la présentation de « La Collection de La Lavinière 2016)

Beau nez, évolué mais complet et accompli, avec une grande complexité. C’est raffiné et vibrant en bouche et l’ensemble est d’une grande finesse. Un vin toute en élégance qui a vieilli remarquablement.

2003

On dirait un Barolo de bel âge, tant les arômes de vieux cuir sautent au nez. D’une grande complexité, ce vin formidable est un des meilleurs que j’ai dégusté lors de ce voyage.

2007

Le nez est fabuleux et se révèle progressivement, couche par couche, avec une part de truffes généreusement servies, de la réglisse et de la prune en abondance. C’est aussi charmeur qu’intense et très long. Un autre vin splendide.

2009

La composition est donnée pour un tiers de chaque cépage, entre Syrah, Grenache et Mourvèdre. Je ne sais pas s’il en va de même pour les autres millésimes mais je soupçonne que cela varie selon le millésime et la matière.

Encore un nez formidable. Des tannins fins, presque fondus. Vin dynamique qui conserve une expression marquée par le fruit.

2010

(dégusté à l’aveugle mais à un autre moment, lors de la présentation de « La Collection de La Lavinière 2016)

Un jeunot selon les canons de ce producteur, car les millésimes postérieurs ne sont pas encore à la vente. Le nez est plus chaleureux que pour les autres, avec des notes de cacao et de torréfaction. C’est aussi plus robuste par sa matière, avec une pointe de sécheresse en finale qui montre que les tannins ne sont pas encore fondus. C’est un très bon vin mais qui mériterait un peu de patience.

DSC_0148Fabrice Darmaillacq, le Directeur Technique de l’Ostal Cazes, avec les bouteilles de la dégustation verticale

Domaine L’Ostal Cazes

Basé à l’ancienne Tuilerie Saint Joseph, qui fut d’abord restauré et derrière laquelle un chai moderne fut construit par Robert Eden (dont je parlerai plus tard), ce domaine fut crée par Jean-Michel Cazes et sa famille en 2002 après l’acquisition de deux propriétés puis le bâtiment. Il occupe maintenant 60 hectares de vignes et 25 d’oliviers sur un ensemble de 150 hectares. Il est géré sur place Fabrice Darmaillacq, le Directeur Technique, qui nous a rejoint à plusieurs reprises pendant le voyage et dont les commentaires furent toujours très intéressants. Les vins partent en tiré bouché à Bordeaux pour intégrer le réseau de distribution de la famille Cazes.

Verticale de l’Ostal Cazes

2003

Année de canicule et de vendanges précoces. Le vignoble venait d’être acquis et donc les replantations qui allait le modifier en profondeur n’avaient pas encore eu lieu. Les bords de la robe dense sont bien brunis. Le nez m’a semble assez bordelais, avec des notes de cèdre et de mine de plomb (mais est-ce imaginaire, connaissant le propriétaire ?) Les arômes me semblent par ailleurs un peu brouillés. En bouche c’est d’abord charnu, puis avec une touche de vivacité et un peu d’amertume en finale.

2004

Une année très contrastée avec la précédente, ayant été frais et pluvieux. La robe est similaire au 2003. Le nez est plus frais et plus tenu dans son expression. Ferme et « minéral », un peu monolithique dans son expression.

2005

La robe semble nettement plus jeune et le beau nez à encore la fragrance des fruits rouges frais. C’est un vin au stylé élancé et fin qui évite l’amertume des deux précédents et possède une belle longueur.

2007

La robe est encore plus juvénile que celle du 2005. Le nez combine notes épicées et de fruit confits dans un registre aussi jeune et frais. L’amertume est bien maitrisée et la texture soyeuse. Ce vin a gardé une jeunesse étonnante et reste parfaitement équilibré. Il était mon préféré de cette dégustation.

2009

Robe dense et nez chaleureux, aussi fumé qu’épicé. Je sens du fruit en confiture en bouche avec une finale trop chaleureuse à mon goût. N’a pas l’élégance des 2005 et 2007.

2010

L’année fut sèche. Beaucoup d’intensité de couleur et un nez dense, et peu expressif encore. Cet aspect massif est aussi évident en bouche. Les tannins sont bien présents mais l’équilibre tient bien. Vin long et bien structuré qu’il convient d’attendre quelques années.

2011

L’été fut pluvieux puis la période avant les vendanges fur sèche. Rendement généreux. Le nez est sur le versant de fruits confits et de la cuisson. Ce vin semble plus austère et ses composants (acidité/tannins/fruit) ne sont pas encore bien fondus. Vibrant de jeunesse, je pense qu’il fait mentir, comme d’autres bons vins de cette appellation, la tendance du marché à consommer ces vins jeunes. Il leur faut, au contraire, entre 7 et 12 and pour se révéler, après une phase de jeunesse ou leur fruité s’exprime pleinement.

2012

Un année très sèche, malgré des pluies vers le 15 août. La robe semble un peu moins dense. Le nez est délicieusement friand et offre toute la gourmandise de son fruit. Doté d’une jolie fraîcheur, moins tannique et concentré que le 2011 qui sera potentiellement plus complexe peut-être, on peut boire ce vin aujourd’hui.

Le domaine n’a pas mis en bouteille le millésime 2013

2014

Nez très frais et un vin carré, clair et net. Les saveurs en bouche sont précises et dynamiques, la qualité du fruit excellente et l’ensemble est bien équilibré malgré une pointe d’amertume en finale (mais qui pourrait être un atout dans le temps). N’a pas le charme du 2012 pour l’instant et finit sur une note chaleureuse.

En tout une belle dégustation qui prouve encore une fois la bonne capacité de garde de ces vins.

DSC_0169Robert Eden, de Château Maris, en pleine explication des ses vins

Château Maris

Celui qui a construit le chai d’Ostal Cazes et qui l’occupait alors s’appelle Robert Eden, un anglais qui a roulé sa bosse en Australie et ailleurs avant d’atterrir dans ce coin du Languedoc. Il a maintenant un nouveau chai, construit selon des principes très écologiques pour vinifier et faire murir les vins de son domaine, appelé Château Maris. On connaît encore peu ces vins en France car ils étaient surtout exportés un peu partout, mais cela commence à évoluer et on peut en trouver dans des réseaux « bio », ou chez Metro. Eden a acquis le domaine en 1997 et l’a rapidement converti en viticulture bio et biodynamique. On trouve dans le chai la panoplie du genre avec des cuves en béton et en bois, des œufs en béton, une climatisation naturelle et, pour le visiteur, des odeurs très agréables et une sonorité apaisante. Vous me direz « et alors ? » Je vous répondrai que c’est bien agréable lorsqu’on y passe une heure à déguster et à écouter.

Nous avons dégusté une bonne série de vins et je ne suis pas certain que tous revendiquent l’appellation Minervois-La Lavinière. Tant pis, ils sont bons quand-même, mais pas donnés. Pourquoi est-ce que les vins « bio » sont souvent vendus si chers ?

DSC_0163

Les Anciens 2014

Un pur Carignan, ce vin est un délice avec une belle intensité de fruit et beaucoup de fraîcheur. Long, pur et très bon. (Prix dans les 19 euros).

Las Combes 2013

Un pur Grenache, très juteux aussi et qui a su rester frais. (Même prix).

Les Planels 2014, Minervois La Lavinière

80% Syrah, 20% Grenache. Vibrant et très juteux. Excellent. (prix inconnu)

Les Amandiers 2014

Un pur Syrah, élevé en barriques neuves. Soyeux de texture avec une superbe qualité de fruit et très long. (prix 35 euros)

Brama 2014 (blanc)

Grenache gris à 100% vinifié à la bourguignonne (je crois). Long et gras, mais avec une vivacité extraordinaire. J’ai beaucoup aime ce vin. (prix dans les 30 euros)

Mirren de LorgerilMirren de Lorgeril

Vignobles de Lorgeril, Borie Blanche (verticale de la cuvée La Croix)

Les Lorgeril sont propriétaires d’une demie douzaine de domaines en Languedoc et en Roussillon. Borie Blanche fut acquis il y a 20 ans en le chai actuel est occupé depuis 2002. La vinification fait appel à un fonctionnement par gravité et un système de pigeage aménagé dans un chai ancien qui reste naturellement frais grâce à se construction en hauteur et partiellement enterré. On voit ici une combinaison intéressante entre techniques anciennes, bien aidés par des choses très modernes car la suivie de la vigne est aidé par de l’imagerie satellite. Grenache et Syrah dominent les plantations, dont les nouvelles reviennent au système du gobelet.

Des deux millésimes de la cuvée appelée Borie Blanche, terroirs d’Altitude, j’ai bien aimé le 2012, frais et délicat, mais j’ai trouvé le 2013 anguleux et simple. Ce vin vaut dans les 10 euros, ce qui constitue une entrée de gamme pour l’appellation. S’en est suivie une bonne verticale de la cuvée haute de gamme, appelée La Croix. Son prix de vente se situe entre 25 et 30 euros.

La Croix 2008

Le nez reste marqué par le bois. En bouche on trouve une matière splendide, vibrante et juteuse. Sa tenue dans le temps est remarquable, le vin semblant encore jeune et vivace.

La Croix 2009

La matière est très belle, charnu et longue en bouche. Les tannins semblent plus fermes, ou bien plus extraits. J’ai préféré le 2008 sur le plan du style.

La Croix 2010

Nez magnifique, aussi frais que profond. Très intense et long en bouche, il semble très complet mais aura besoin de temps car sa densité est encore un peu chargée.

La Croix 2011

On trouve peut-être davantage de précision dans ce vin hyper juteux avec un équilibre parfait. C’est aussi fin que gourmand. Excellent vin.

La Croix 2012

Précis mais plus austère que les deux précédents. Les tannins semblent déjà fondus et l’équilibre est bonne.

Comme chez l’Ostal Cazes, il n’y a pas eu de 2013

La Croix 2014

Prometteur, forcément très serrée encore. Patience….

 

D’autres vins que j’ai bien aimés, lors de divers dégustations ou repas :

Château de Fauzan, la Balme 2008 (environ 15 euros, je crois : distribué en France par Grands Chais de France)

Encore un vin qui a su conservé une belle qualité de fruit après 8 ans. Je commence à croire dans la capacité de garde des meilleurs vins de cette appellation. Structuré et équilibré aussi. J’ai dégusté d’autres vins prometteurs de ce domaine. L’approche de ce jeune vigneron, qui est aussi très intéressant à écouter sur l’histoire et la géographie de sa région, laisse penser que ce domaine va très bien évoluer dans les années à venir.

Clos des Roques, Mal Pas 2008 (16 euros)

Un vin dans lequel domine le mourvèdre (avec du syrah) et qui a subit une vinification intégrale. Excellent.

Domaine de Tholomies 2011

Ce domaine a été acquis par Grands Chais de France, le plus grand producteur de vin dans ce pays et qui amorce un virage remarqué vers des produits haute de gamme en complément à ses activité de base. Dans la Languedoc, cette société a aussi rachetée Les Belles Eaux (ex-Axa millésime) et l’ancien domaine de Chantal Comte, la Tuilerie. Vin très juteux autour d’une superbe qualité de fruit. C’est peut-être encore un peu massif mais sa longueur et son équilibre indiquent un beau potentiel. Le millésime 2011 sort souvent très bien dans les dégustations que j’ai pu faire dans cette région, bien que je n’aime pas trop généraliser sur les millésimes.

Château de Cesseras 2012 (environ 15 euros)

Faisant partie de la sélection « Collection 2016 » qui a été faite par un jury de sommeliers et de journalistes, ce vin a un nez splendide, aussi élégant que complexe. Son caractère m’a semble presque bourguignon, entre autres par sa finale en dentelle. Cela semble aussi une bonne affaire.

Domaine La Syranière 2013 (23 euros)

Peut-être un peu marqué par son élevage encore mais une belle réussite dans une année qui semble avoir été difficile. Dans la gamme « vin de garde », avec beaucoup de matière et une belle précision. Je l’ai gouté deux fois, dont une à l’aveugle avec la série « Collection 2016 ».

Borie de Maurel, La Féline 2014 (environ 15 euros)

La touche laissée par la macération carbonique m’a un peu gêné au nez, mais la suite est charnue, riche et long en bouche.

 

Conclusion

Une bien belle appellation, aussi bien sur le plan physique (topographie, paysages et lieux) que pour la qualité de ses meilleurs vins. Nul besoin de payer 200 euros, ni même 50, pour se faire très plaisir avec un Minervois-La Lavinière. Une trentaine euros suffiront pour acheter les meilleurs cuvées et on peut aussi trouver de belles choses autour de 15 euros, du moins en France.

Une de mes bonnes surprises a été la très bonne tenue dans le temps de certains vins. Peut-être que la part relativement forte du syrah y est pour quelque chose ?

Je suis personnellement rétif aux arômes gazeuses induits par une macération carbonique mal maitrisée et je trouve que cette technique fait se ressembler les vins les uns aux autres, tout en durcissant les tannins. Mais peu de vins dégustés souffraient de cela et plusieurs domaines n’ont pas, ou de moins en moins, recours à cette technique.

C’est aussi une région ou les fortes personnalités sont bien présents, ce qui rend les visites souvent passionnantes.

David Cobbold

(texte et photos)


13 Commentaires

Mouchão: Portugal’s Tondonia

IMG_0104
Scenes from the winery 

IMG_0113

Last Thursday we headed out from Lisbon to the Alentejo for a day visit to the fabled Mouchão estate. Normally the Alentejo in summer is hot and dry. Instead on Thursday we were met with heavy rain lit up by impressive flashes of lightning. We were shown round by David Marques Ferreira, who has been estate manager for the past three years. CRM and I had met David at last December’s Adegga Wine Market in Lisbon.

David FerreiraDavid Marques Ferreira

Established in the 19th century Mouchão is the oldest estate in the Alentejo – the other side of the River Tejo. The 1000 hectare estate is owned by the Reynolds family, who in the 19th century, were the leading producers of cork. At the end of the 19th century they decided to diversify  into wine and in 1890 planted their vines – they have 38 hectares with no intention to increase the area under vine. They chose to major on Alicante Bouschet, a teinturier  variety, which remains Mouchão’s signature grape variety. David Ferreira –Alicante Bouschet is « our body and soul ». The winery was built in 1901.

IMG_0107

Mouchao

« Alicante Bouschet gives us more than just colour, » David Ferreira explained. « We get big tannins and freshness. Our vines are at 200 metres altitude, which is high for the Alentejo. Some of our vines are at 300 to 400 metres, so we get freshness and acidity. This helps our wines to age well – the 1954 is still good ».

« Although we have a variable geology, sand and clay is the basis, so we retain moisture during the hot summers, » Ferreira continued. « The estate is between two rivers – hence the name Mouchão. We are very much in the middle of nowhere ».

« We work very traditionally here – limiting production, hand picking, no destemming, wholebunch  fermentation, foot treading in lagars and a manual press etc.We mainly use old vats of 5000 litres and prefer French oak with malo in barrel but also use some Brazilian wood. « 

IMG_0122
A barrel from the time when the estate was confiscated
and run by the local cooperative 

The estate remains in the Reynolds family, which is now into the seventh generation. However, there was a ten-year interruption of ownership following the 1974 Revolution. The estate was confiscated and the wines were made by the local cooperative and sold under the co-op’s name. It was returned to family ownership in 1985.

« The vineyards were in a poor state, » explained Ferreira. « Nothing had been planted and existing vines had not been maintained. We nearly lost our Alicante Bouschet! »

logo

IMG_1694

We tasted five wines:

2015 Dom Rafael Branco – blend of Antão Vaz and Arinto 7.69€
Still very youthful and tight in the finish but with attractive pineapple and grapefruit notes. Good value.

2013 Dom Rafael Tinto – blend of Alicante Bouschet, Trincadeira and Aragonez 8.99€
This spends one year in a mix of large vats and small barrels and then a further year in bottle. As Mouchão’s entry level red, I think this elegant wine is stunning value! It has lovely velvety texture, herbal and spicy notes, structure and acidity. Really a steal at 8.99€ and will clearly age well over the next few years.

Dom Rafael Tinto-2010

2012 Ponte de Canas – Alicante Bouschet (40%), Touriga Nacional,Touriga Franca, Syrah 16€
Unlike the other Mouchão wines this has a small percentage of Syrah that gives this wine additional freshness and edge. The 2012 already has attractive texture and powerful fruit but ideally it needs several more years in bottle to show its best.

Over lunch we had an interesting discussion with David over Ponte de Canas  as he indicated that the current name used on the label may not make it sufficiently clear that Ponte de Canas was actually a wine from Mouchã0.

We suggested that Mouchão ought to be part of the Ponte Canas name and suggested Ponte Canas de Mouchão or Ponte de Mouchão citing that. for instance, Château Latour uses Les Forts de Latour. Clearly the name is under discussion, so we may see a change in the future.

2011 Mouchã0 – 85% Alicante Bouschet, 15% Trincadeira 35€
We were privileged to be the first to taste the 2011 grand vin, which will be released soon.  Naturally this deep coloured wine is still very young and tight in the finish but it has a lovely warm spicy aromas and an opulent texture.

2011 Vinho Licoroso – 100% Alicante Bouschet 19€
This is Mouchão’s version of Port – made in the same way using grape spirit distilled at the winery to stop the fermentation and fortify the wine. Very concentrated with long rich cherry and prune fruit.

IMG_0112
The still 

•••

IMG_1701
A Taberna do Paulo
Rua 1 de Maio, 28 | Santo Antonio de Alcorrego

IMG_1702

IMG_1703

After the tasting we all drove to nearby Santo Antonio de Alcorrego to the brightly decorated A Taberna do Paulo where we had a very enjoyable lunch featuring three different types of migas – plain, with tomato, and with coriander – accompanied by small lamb chops.

Our visit to Mouchão reminded me of Tondonia in Haro (Rioja). It has the same sense of calm and great respect for tradition.

Ferreira summed up – « We say Mouchão is Mouchão! »

 

IMG_1752

 

 

Jim Budd

 


9 Commentaires

Choses diverses, dégustées et aimées

Dans cette période de départ en vacances, pour certains du moins, je voulais donner de la place à des vins que j’ai goûtés et aimés récemment, sans nécessairement avoir de la matière pour tout un article sur chacun d’entre eux.

Coïncidence ou signe de mes préférences actuelles ou de saison, ils sont tous blancs.

Yann AlexandreYann Alexandre et son épouse

Commençons par des bulles, de Champagne en l’occurrence.

J’ai découvert ce vin et son producteur lors d’une récente conférence de presse tenue à Paris par un groupe issus des Vignerons Indépendants de Champagne et à propos de leur démarche vers une agriculture plus éco-responsable (les cyniques vont dire « mieux vaut tard que jamais », mais moi j’applaudis). Le vigneron en question s’appelle Yann Alexandre et son domaine est basé à Courmas, au sud-ouest et proche de Reims dans la zone parfois appelée la Petite Montagne de Reims. Je n’ai pas encore eu le temps d’aller le voir sur place, mais ce n’est que partie remise, tant j’ai trouvé le style des vins inspirant et le vigneron intéressant. Plutôt que de recopier des parties de son site web, qui est très claire et dénué de toute artifice, je vous invite à aller voir vous-même si cela vous intéresse. Sa production est très limitée, mais de la plus haute qualité.

http://www.champagneyannalexandre.fr/

Voici mes notes rapides sur les deux cuvées dégustées :

IMG_7650

Yann Alexandre, Roche Mère Brut Nature

Intense, au fruité élancé et  juteux, et à la texture légèrement crayeuse mais sans excès. C’est fin et très gourmand.

Yann Alexandre, Sous les Roses Blanc de Noirs

La dimension de ce vin est plus large et plus imposante que le précédent. Le fruité s’exprime d’une manière encore plus savoureuse et la longueur est magnifique.

J’ai adoré la pureté et la sapidité des saveurs de ces deux vins qui sont capables à la fois de donner un plaisir immédiat et d’en garder sous le pied pour révéler des couches de complexité. Attention, ces champagnes ne sont pas donnés car je les vois en vente chez des cavistes à des prix entre 35 et 50 euros, du moins pour les cuvées comme celles-ci. Mais on est dans le domaine du très très bon pour la région.

Les Anjou de la Grande Gauterie

Maintenant place à des vins plus abordables, cette fois-ci de la Loire et produits par un néo-vigneron américain, Daniel Henderson au Domaine de la Grande Gauterie.

IMG_7644

J’ai croisé Daniel à plusieurs reprises dans des dégustations à Paris et nous sommes tous les deux professeurs pour des écoles différentes qui proposent les formations WSET. Il a récemment investi dans un domaine  angevin et a élaboré toute une gamme de vins à partir du millésime 2015. Le domaine s’appelle Grande Gauterie et se situe à Saint-Lambert du Lattay. Je pense qu’il a eu de la chance de démarrer avec un millésime de cette qualité, mais j’ai trouvé que ses vins sont réussis à travers toute la gamme d’une dizaine de cuvées que j’ai dégusté (voir photo). Même le Cabernet d’Anjou, qui n’est pas un type de vin que j’apprécie généralement, était parfaitement fait et bien équilibré, tendrement fruité et gentiment doux. Rouges de Cabernet Franc et blancs secs de Chenin Blanc sont impeccables et les doux montent progressivement en intensité à travers les cuvées sans jamais perdre leur sens d’équilibre. Et, cerise sur le gâteau, les prix (public) sont très doux, allant de 5 à 6 euros pour les cuvées de base à 8 à 12 euros pour les cuvées plus spécifiques et limitées. J’ai noté aussi que ses tarifs sont bien étudiés pour laisser travailler les cavistes car les prix aux professionnels sont à la moitié des prix public. C’est assez rare chez des « petits » vignerons et mérite d’être souligné. Voilà un début remarquable et je lui souhaite pleine réussite.

Partons maintenant vers l’Est et hors de France…

Vendredi soir, après avoir oublié à midi de me rendre à une dégustation de vins du Jura (l’inconscient nous joue des tours, et plus souvent qu’on ne le pense !), je me suis rendu à une dégustation de vins allemands du Rheinhessen produits par deux jeunes femmes, Gesine Roll et Katharina Wechsler, sur leurs domaines respectifs. Bien que la situation évolue favorablement, il est effectivement trop rare de pouvoir déguster des vins allemands en France. Cette fois-ci, c’est l’excellent caviste parisien, Soif d’Ailleurs, dont j’ai déjà parlé ici, qui a aidé à équilibrer les choses.

image1Gesine Roll, à gauche, et Katharina Weschler avec tous les vins de la dégustation

Weingut K. Weschler, Westhoffen, Rheinhessen

D’abord les vins de Katharina, dont le site web est uniquement en allemand, ce qui me surprend car elle parle parfaitement français et anglais et a fait des études à Paris en sciences économiques avant de revenir vers le domaine familiale de Westhoffen, faire des études d’oenologie et commencer à vinifier en 2009. Auparavant son père vendait les raisins. Ses vins sont tous sous capsule à vis, heureusement.

http://www.weingut-wechsler.de/

K. Weschler Scheureube 2015

Je n’ai pas dégusté grand nombre de vins de cette variété intéressante qui est un croisement entre le Riesling et une vigne sauvage, produit en Allemagne début 20ème. C’est même surprenant qu’il n’ait pas eu plus de succès que le bien plus ordinaire Müller-Thurgau; il doit y avoir une histoire de rendement là-dessous.

Vin franchement, mais subtilement, aromatique, tranchant par une acidité puissante bien intégrée. Un fruité très agréable, de la longueur et un bel équilibre. J’en boirais volontiers à l’apéritif. (prix public 13 euros)

K. Weschler Riesling Westhoffen 2015

Le Riesling « de village » de ce producteur, selon une équivalence logique avec la Bourgogne.  C’est d’une délicieuse finesse, assez fruité au départ, puis rapidement plus crayeux. Il finit parfaitement sec. Sa très belle acidité (9,5 g) le pousse vers les longueurs. Un vin élancé et très salivant. (prix 16 euros).

K. Weschler Riesling Kirchspiel 2014

Issu d’un premier cru de la commune de Westhoffen, ce vin est hyper précis et d’une belle intensité. Encore très jeune et donc un peu austère, il semble aussi plus léger que le vin précédent, probablement à cause d’un fruité plus discret et d’un millésime plus compliqué. Je pense qu’il lui faudra une bonne année de plus pour trouver tout son potentiel. (prix 28 euros).

Weingut Weedenborn, Monzernheim, Rheinhessen 

Le domaine de 16 hectares de Gesine Roll est situé à courte distance de celui de Katharine Weschler et les deux femmes sont amies. A le différence de Katharina, Gesine aime le Sauvignon Blanc, sans négliger le Riesling. Autre particularité du domaine : la présence de terres rouges, qui donnent d’ailleurs leur nom à certaine cuvées. Encore une fois, le site web est uniquement en allemand :

http://www.weedenborn.de/

Weedenborn Terra Rossa Sauvignon Blanc 2015

J’ai d’abord trouvé les arômes de ce vin un peu trop violents, me rappelant quelques vins de l’Afrique du Sud.  Les choses s’améliorent bien en bouche avec plus de rondeur tout en restant vif et expressif.

Weedenborn Terra Rossa Riesling 2014

40% de ce vin a été élevé dans des grands récipients en bois. Un Riesling sec de grand style, intense, croquant et fin. J’aime aussi sa pointe d’amertume en finale. Très bonne longueur.

Neumeister (Styrie)

J’ai un peu discuté avec Gesine Roll de vins de Sauvignon Blanc d’autres pays et nous avons trouvé une référence en commun : les vins de Neumeister, à Straden en Styrie (Autriche). Elle échange même des bouteilles avec cet excellent producteur dont j’ai déjà parlé ici-même. Cela tombe bien car je voulais terminer cet article par un des meilleurs Sauvignons Blancs que j’ai dégusté de ma vie.

IMG_7346

http://www.neumeister.cc/

Et ce site est bilingue allemand-anglais.

Neumeister Stradener Sauvignon Blanc, Alte Reben 2012

Je ne trouve pas mes notes de dégustation pour ce vin, mais je l’ai dégusté à deux reprises : une première fois au domaine, et une deuxième sur le stand du producteur à Prowein. Chaque fois, il m’a tiré des larmes des yeux par sa beauté. Je ne peux pas en dire plus ! Il n’est pas bon marché (55 euros annoncé sur le site de vente directe du producteur), mais cela reste bien moins que des vins de Didier Dagueneau, par exemple. Il n’est produit que dans les très bons millésimes. J’ai appris récemment que ce producteur, comme d’autres de sa région, a souffert du gel en 2016 et ne récoltera pas grande chose cette année. Goûtez ce vin (et d’autres de chez lui) si vous en avez l’occasion.

David

 


3 Commentaires

Unfortunately livin’ in interesting times

Given the extraordinary political fall out from the UK Referendum vote on 23rd June 2016 it is still difficult to concentrate on wine. Of course, this is also not helped by the start of the world’s greatest sports event – Le Tour de France.

It is likely that anyone, who proposed what happened last week, as the plot for a political thriller might well have had it rejected on the grounds that it was too far fetched. Firstly David Cameron resigning as Prime Minister having lost the EU Referendum, which he had no need to call in the first place. Then the Leave ‘leadership’ fall out – Michael Gove knifing Boris Johnson front and back. At the same time there is turmoil in the Labour Party with Jeremy Corbyn after most of his fellow Labour Members of Parliament passed a vote of no confidence in his leadership. Finally this morning the vile leader of UKIP – Nigel Farage – has resigned as leader to spend more time with his family.

IMG_1651

2014 The Bub, bottle fermented Pinot Noir, haywire 

Hoping that Gove has finished the ambitions of Johnson to become Prime Minister, I celebrated with a few glasses of the 2014 Le Bub sparkling from the currently very appropriately named haywire – a crush pad winery in Canada’s Okanagan Valley, British Columbia.  The winery in Summerland owned by Christine Coletta and Steve Lornie. The Bub is a blend of Pinot Noir and Chardonnay – a fresh, vibrant fizz. Johnson doesn’t deserve anything more complex.

IMG_1654
2014 Free Form, haywire

The 2014 Free Form natural and unfiltered Pinot Noir – a second sample from haywire – had more complexity. It is an attractive mid-weight Pinot Noir, which is rather more than can be said for the disappointingly bland and little thin 2012 Pinot Noir from Kumeu Village, New Zealand.

IMG_1657
2012 Pinot Noir, Kumeu Village, New Zealand

Other shorts
Delighted to see Mark Cavendish win the first stage of the 2016 Tour de France at Utah Beach taking his list of stage wins to an amazing 27 and putting on the Yellow Jersey for the first time. Equally pleased to see Peter Sagan win yesterday – his first stage since 5th July 2013 – and also to wear the Yellow Jersey for the first time.  

Good also to see France show how poor the English football team is by comprehensively beating Iceland – England’s conquerors. I was very impressed by Iceland’s spirit continuing to fight hard despite being 4-0 down at half time.

Tomorrow I’m off to Lisbon for a while – looking forward to some excellent Portuguese wines and to get out of this madhouse for a while!

TDF 2016 update: 4.7.2016
Mark Cavendish just shades the sprint on Boulevard Foch in Angers to take his tally of Stage wins to an amazing 28 – equal to the great Bernard Hinault.

Jim 

 

 

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 15 996 autres abonnés