Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

Chapeau à l’UNESCO: recycling rules in Champagne!

UNESCO's latest Patrimoine Mondial

UNESCO’s latest Patrimoine Mondial – a Champagne vineyard @Epernay

Inevitably there will be some who criticise UNESCO for classifying the vineyards of Champagne. They will point to the remnants of blue rubbish that can still be found in some of the Champagne vineyards – vestiges of spreading Paris rubbish on the vineyards in previous decades. Although such sniping is understandable, UNESCO should be applauded for giving the Champenois credit for being early and enthusiastic adopters of recycling, even though it may have modified the terroir….

Brave decision, UNESCO! I look forward to hearing, with very keen anticipation, that the CIVC has been given an award for upholding the freedom of the Press.

Jim Budd


1 commentaire

Cocorico ! Enfin, j’ai le tire-bouchon patriote !

Vous êtes fier de la renommée mondiale de notre production pinardière ? Je n’en doute pas une seconde et vous aurez certainement à cœur de célébrer le 14 Juillet à l’aide d’une bonne bouteille. Eh bien, puisque la fête nationale approche, ce tire-bouchon révolutionnaire tombe à pic !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Il m’a été adressé, hélas pas à temps pour le signaler à l’occasion de la fête des Pères, par Alexandre Chopine (ça ne s’invente pas !) de la société Id Logia qui l’a breveté et le commercialise depuis Maisons-Alfort. Sa particularité ? Sonore, il diffuse dès son ouverture, enfin trois secondes après, une tonitruante Marseillaise exécutée en une douzaine de secondes, ce qui ne laisse que peu de temps au sommelier pour opérer.

Il eut été souhaitable en effet que notre hymne national se déclenchât au moment même où le liège sort triomphalement de son logement, mais bon, on ne peut pas tout demander d’un coup à nos chères têtes pensantes du marketinge et de la technique à la française. D’autant que je ne suis pas certain que l’objet en question, pratique au demeurant puisqu’il assure une bonne prise en mains, soit made in France. Confirmation sur le site Id Logia où l’on m’explique sur un mode navré que le gadget est made in China.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Équipé de 3 piles, le tire-bouchon La Marseillaise est doté d’une lame et d’un décapsuleur, mais ces dernières fonctions ne sont pas liées, selon mon expérience, au déclenchement de la musique.

Son prix ? 12 €, en le commandant sur le site (voir plus haut). Existe aussi en version rugby ou foot. Et non, ce que vous venez de lire n’est pas une pub, mais bel et bien une info !

Michel Smith


4 Commentaires

Astonishing! Bourgueil through three centuries: 2011 back to 1893

1947 thru to 1893.

1947 thru to 1893.

This post first appeared in June 2012 on our old Overblog site. I am sure that for all of us this remarkable tasting was one of the high collective points of Les 5 du Vin, so I am delighted to resurrect it on our current site.

Astonishing! Bourgueil through three centuries: 2011 back to 1893
It was on all counts a remarkable experience. To sit in that treasure of a cave deep in the limestone at Domaine Lamé-Delisle-Boucard and taste such a range of wines starting with 2009 and ending with the legendary 1893. Undoubtedly this was the stand-out event of les 5 du Vin’s visit to Bourgueil and Saint-Nicolas-de-Bourgueil in early June.

We started on ground level in the chai of Lamé-Delisle-Boucard (LDB) tasting the promising 2011s from vat as well as a 2009 showing the typical concentration from this warm year.

Then we headed underground – leaving the 21st century for the 20th. First we tasted two 1989s – one from LDB and one from Domaine des Ouches. The two Gambiers ­ – Denis and Thomas – had joined us for the tasting.

1989: LDB – rich, sweet ripe fruit with good colour. The hot summer and autumn of 1989 is evident from the level of maturity in the fruit.

1989: Ouches – still keeping well but lighter. The Gambiers say they think they picked a little too early. Prolonged hot summers like 1989 were rare then, so difficult to get the picking date right.

1975: Sweet cherry fruit, less rich than the more famous and more seen 1976 but attractive. In the Chinon tasting from 1934 to 2005 last September the 1975 Domaine Spelty showed very well.

1976: the famously hot and very dry across northern Europe. The weather broke in September soon after UK Prime Minister appointed Denis Howell as the Minister for Drought. I remember flying into Heathrow from Corfu in late August and being struck by how brown the UK looked. The LDB had still rich fruit with an opulent texture. Showing very well.

1969: The 60s were a mixed bag with some fine vintages like 1961 and 1964 but also some very poor ones – 1963, 1965 and 1968. Curiously this 1969 had a touch of apricot, lovely texture and some light acidity. Unsurprisingly not as rich as the 1976 but again lovely texture and good length.

1964: This is a famous vintage in Chinon and the 1964 from Domaine Dozon showed brilliantly at last September’s Chinon tasting. The LDB was a little less impressive – softly textured but quite marked acidity.

(An update: on a visit to the domaine about 10 days ago Philippe Boucard opened another 1964 which showed very well especially but it needed about half an hour to show its best.)

1961: There were two 1961’s one from Domaine des Ouches and one LDB. Both were impressive with the fruit on the Ouches still remaining remarkably fresh, while the LDB had wonderful delicacy and balance.

All the remaining wines came from Lamé-Delisle-Boucard:

1959: This is one of the fabled Loire years of the 20th century – possibly not quite the level of 1947, 1921 and perhaps 1989. However, there are some that put 1990 above 1989. This Prestige was very impressive with rich, concentrated dried fruits and a very longfinish.

1955: Less rich than the imposing 1959 but still sweet fruit, delicate and fine.

1949: Along with 1947 a great vintage from the 1940s. This 1949 had quite a mushroomy character and again a delicacy to this bottle.

1948: This was a surprise as 1947 and 1949 have high reputations but little is heard of 1948. I don’t remember tasting a 1948 before but was impressive.  Again some mushroom character but less marked than the 49. Attractive red currant fruit with quite marked acidity.Also famous for being the birth year of Michel Smith of les 5 du Vin.

1947: Some fungal character – a blend of rich, powerful fruit and finesse.

1947 rosé: The great surprise of the tasting – a dry rosé from 1947. Although I have drunk a range of Cabernet d’Anjou’s from the 1940s, I have never tried a Loire dry rosé of this age. Onion skin colour, remaining wonderfully fresh with peach and apricot flavours and a touch of moka in the finish. Remarkable!

1934: I first tasted a 1934 Loire red (Domaine René Couly) at the Chinon vertical tasting last September and was amazed by its quality and freshness. This 1934 Bourgueil wasn’t as splendid as that bottle but it still had fruit.

1933: This was better than the 34 with delicate sweet wild red fruits.

1906: Slightly fungal but with a lovely Pinot Noir colour and still an extraordinary finesse.

1893: With what other Loire vintage could such an extraordinary vertical tasting conclude? It had to be 1893, still the earliest Loire vintage known. Picking here at Lamé-Delisle-Boucard began on 2nd September. My guess is that picking 2012 won’t start until early October. This 1893 had attractive fungal, sous bois aromas and still wonderfully opulent, sweet fruit and length. Still a bottle to enjoy and savour 119 years on!

This was a real demonstration that Loire reds, as well as its whites, can indeed age and age attractively. Not all Loire reds are fresh and fruity needing to be consumed when young!

Our grateful thanks to the amazing generosity of the Lamé-Delisle-Boucard team!’

Our very generous hosts

Our very generous hosts

jimeos1s


5 Commentaires

Ne dîtes plus Val d’Orbieu

Ne dîtes plus Val d’Orbieu, ni UCCOAR, dites Vinadeis.

L’ancrage languedocien, la coopération avé l’accent, les portraits en noir et blanc des viticulteurs du Midi profond laissent donc la place à un logo légèrement abscons (une coquille qu’on espère pleine), et un nom qu’on croirait tiré des aventures d’Astérix.

C’est fou: le latin n’a jamais eu autant de succès dans les bureaux de publicité que depuis qu’on ne l’étudie plus en classe – témoins Vinci, Aventis, Fluxis, Vivendi, Foncia, In Vivo ou Adeis assurances.

Il est vrai que le nouveau groupe entend mettre l’accent sur le vrac et les beverages autant que sur le vinum.

3806208610

Quant au « baiseuline » (je crois que ‘est comme ça qu’on dit à Narbonne), « The pioneer’s footprint », il fait sans doute référence à l’empreinte du coquillage – la spirale évoquant l’éternel retour des saisons, des millésimes, à moins qu’il ne s’agisse d’une allusion au retour… sur investissement.

Hervéis

 


8 Commentaires

Attendu que… (la Loi Evin ou le syndrome de Stockholm de la presse française)

Attendu que les députés et sénateurs ont voté la semaine dernière un amendement de loi visant à rendre plus aisée la communication autour du vin; et notamment à séparer les articles de presse de la publicité, alors que plusieurs décisions de justice se basant sur la loi Evin avaient contribué à entretenir le flou à ce sujet.

Attendu que la Ministre de la Santé entendait faire supprimer cet amendement « pour en revenir à l’équilibre de la Loi Evin » – qui est aussi équilibrée qu’un hippopotame sur le fil d’un funambule, puisqu’elle ne fait aucune différence entre alcool et vin.

pasteur

Attendu que le Gouvernement a réécrit cet amendement mais sans en changer véritablement la teneur et l’a incorporé à la Loi Macron.

Attendu que le Gouvernement a adopté la procédure du vote bloqué et que l’amendement sera voté.

Attendu qu’il s’agit là d’une première et petite éclaircie dans une longue période sombre pour la communication sur les vins en France.

Attendu que les hygiénistes (qui sont loin de constituer la majorité des professions médicales, quoi que puisse en dire l’ANPAA et ses affidés) parlent eux-mêmes de défaite, ce qui me donne l’envie de lever mon verre à leur santé.

Attendu que la consommation de vin en France n’a pas cessé de baisser ces vins dernières années.

Attendu que l’Italie et l’Espagne enregistrent les mêmes tendances (et même plus fortes en Espagne), bien que la loi Evin n’y existe pas.

Attendu que le marché du vin est à ce point atomisé qu’aucune marque n’a vraiment les moyens d’influencer de manière significative la consommation.

Attendu que l’alcoolisation des jeunes n’est pas essentiellement liée au vin, produit cher et moins rapide que les alcools forts pour l’effet recherché.

Attendu que les études liant consommation d’alcool (dont le vin, mais dans des proportions inconnues) et le cancer sont à la fois partielles et partiales et que leurs chiffres semblent tirés d’un chapeau.

Attendu, à l’inverse, que plus de 80 ans de recherches ont permis d’isoler dans le vin des molécules positives pour la santé – même si ce n’est pas là ma principale raison d’en consommer, ce que je fais avec modération.

liv0342

Attendu que la baisse de consommation du vin ne se traduit pas par une baisse de la fréquence des cancers, bien au contraire (hélas).

Attendu que la valeur culturelle du vin a été reconnue par une loi, même si d’aucuns, parmi nos élites progressistes, libertaires et liberticides confondues, jugent le produit « ringard » (ça ne se fume même pas!).

Attendu que le journalisme viticole ne consiste pas à inciter à boire plus, mais à proposer meilleur à boire.

Attendu que la modération est une vertu qui s’applique aussi bien aux ministres dans leurs déclarations qu’aux journalistes dans leurs écrits ou aux buveurs dans leur consommation.

Attendu que l’Etat gagnera en cohérence à protéger un secteur pourvoyeur d’emploi et de rentrées fiscales, plutôt que de lui mettre des bâtons dans les roues.

Attendu qu’en pratiquant, jusqu’ici, l’amalgame entre vin et alcools forts, l’Etat a favorisé ces derniers, qui disposent de marques déjà puissantes et qui se satisfont très bien des limitations sur la publicité et la communication, n’ayant quasiment rien à dire au consommateur en ce qui concerne la composition, le mode d’élaboration, ou l’origine de leur produit, sans parler de l’élaborateur).

Attendu que le principe de précaution est trop facilement invoqué pour les sujets où l’éducation est le meilleur outil pour la protection des masses.

Attendu qu’aujourd’hui, 17 juin, c’est la Saint Hervé, saint breton et aveugle mais ayant tout de même réussi à tirer des larmes d’un loup qui venait de lui dévorer son âne… et à lui faire remplacer ce précieux compagnon (se non e vero, e bene trovato).

Attendu que j’ai déjà beaucoup attendu, beaucoup entendu, des gouvernements de gauche comme de droite, en matière de vin, et que c’est bien la première fois que je vois quelque chose se réaliser (Flamby 1, Hyperprésident 0).

Je déclare donc qu’il est du devoir de tout journaliste de mener une enquête honnête sur le sujet plutôt que de continuer à relayer les campagnes d’intoxication des lobbyistes hygiénistes soutenues par le Ministère de la Santé.

Ce qui n’a pas été fait, hélas, dans la plupart des cas: à l’annonce du dépôt du texte définitif de l’amendement du gouvernement, nombreux sont les médias qui ont évoqué « la victoire du lobby du vin » contre « le monde de la santé », sans se poser plus de questions.

C’est pitoyable.

Malgré l’échec des hygiénistes, dont je me félicite, j’ai dans la bouche le goût amer d’avoir dû assister à un étalage d’ignorance et de paresse intellectuelle.

Je le regrette, non seulement pour le vin, qui est ma petite sphère de compétence, mais pour l’information en général. Car si la vérification des sources, la confrontation des points de vue, la recherche de l’objectivité sont aux abonnés absents pour un sujet comme le vin, je me demande ce qu’il en est de la couverture des grands problèmes mondiaux. Et c’est beaucoup plus grave.

Pour finir, je ne peux m’empêcher de comparer avec quelle retenue (pour ne pas dire de dégoût) certains médias évoquent le vin – serait-ce du mépris? un manque d’intérêt financier? la peur du gendarme? une nouvelle variante du syndrome de Stockholm qui voit la victimes de la censure sympathiser avec leurs oppresseurs?   – et avec quelle audace ils militent parfois pour la libéralisation de substances illégales.

images

Hervé Lalau


16 Commentaires

Affaire Blot/Chidaine: have Vouvray and the INAO exceeded their legal powers?

François Chidaine and Jacky Blot with their 2013 Vouvrays

Barring the vinification of Vouvray in Montlouis

Is the ban on Jacky Blot and François Chidaine vinifying their Vouvray in the commune of Montlouis on a sound legal basis?  

 A brief resumé of the current position:
Vouvray’s appellation rules were changed in October 2009 to ensure that all still wines bearing the Vouvray appellation are made within the Vouvray AC. The only exception is Nazelles-Négron, a neighbouring commune just outside the eastern limit of the appellation.

Montlouis producers were allowed to make wine under the Vouvray name until after the 2013 vintage. 

Jacky Blot, of Domaine de la Taille aux Loups and who has five hectares of Vouvray vines, has been making his Vouvray in Montlouis since 1998. In October 1999, The INAO formally granted permission to do so, with no time limit given. 

François Chidaine, with 10 hectares of Vouvray, bought the famous Clos Baudoin in the centre of Vouvray in 2001. Having built a modern winery in Montlouis Chidaine also started in 2013 to make his Vouvray in Montlouis as the facilities at the Clos Baudoin are antiquated.

Blot and Chidaine were inspected by the INAO in January 2015 and told that their 2014 harvest could not be called ‘Vouvray’ as it had been made in Montlouis. Blot will be selling his ‘Vouvrays’ as Vin de France at up to 24 euros a bottle.

‘We were not consulted or informed about the proposed ban on vinifying Vouvray in Montlouis,’ said Blot and Chidaine.

 ••

Last Wednesday I interviewed Jacky Blot and François Chidaine about their recent ban – from the 2014 vintage – on vinifying their grapes from their Vouvray vineyards. Later that day I had a phone interview with Philippe Brisebarre, president of the regional committee of the INAO. Philippe was the president of the Syndicat des Vignerons de l’Aire d’Appellation Vouvray when the Vouvray rules were changed in 2009 to exclude the possibility of vinifying still Vouvray in the commune of Montlouis. Since 1974 the making sparkling Vouvray outside AC Vouvray has been banned.

Both Jacky Blot and François Chidaine were adamant that they had neither been consulted nor informed about the change to the Vouvray rules barring the vinification of their Vouvrays in the commune of Montlouis. They both cite the success of the Vouvrays on having provoked the Syndicat to restrict the vinification of still Vouvray to the aire of AC Vouvray with part of Nazelles-Négron the sole exception outside the zone. 

During my meeting with Blot and Chidaine it emerged that Blot had been given permission in September 1999 by the INAO to vinfiy his Vouvray in the commune of Montlouis. The INAO placed no time restriction on this dérogation. See the correspondence here.  

Both Jacky Blot and François Chidaine hope that a solution can be found. However, while Blot will be selling his 2014 ‘Vouvray’ labelled Vin de France (see below), Chidaine is waiting for September in the hope that he may legally be able to label his wines as Vouvray.    

La Taille aux Loups 2014 Bretonnière Vin de France (aka Vouvray)

La Taille aux Loups 2014 Venise Vin de France (aka Vouvray)

Philippe Brisebarre
In contrast Philippe Brisebarre held out no possibility of there being a solution:  

‘I have nothing against Blot and Chidaine,’ Philippe told me. « However, our hands are tied by the EU law. Even if we wanted to change the law we can’t. I have spent six months trying to find a solution. »

Brisebarre explained that EU law allowed places outside an appellation’s zone where these wines had been vinified prior to 1970 could continue to do so but this wasn’t possible if there was no tradition of this before 1970. Vouvray could be vinified in Nazelles-Négron because Vouvray had been vinified in part of this commune prior to 1970. This wasn’t the case for the commune of Montlouis.

Philippe explained that the famous appeal against the very restrictive Pomerol appellation had succeeded because of this 1970 rule. He pointed out that the décret of Saint-Nicolas-de-Bourgueil does not allow Saint-Nicolas to be vinified in Chinon.

I asked Philippe about the commune of Montlouis being close to AC Vouvray since the distance from both Blot’s and Chidaine’s vineyards to their wineries in the hamlet of Husseau, part of coomune of Montlouis, was less than that from the western extremity  of AC Vouvray and the commune of Nazelles-Négron. « We don’t measure the distance, » he explained. « The Loire (which separates the two communes) is a barrier. »

Philippe also insisted that in 2007 he had discussed with François Chidaine the intended change to the appellation rules. At the time Chidaine vinified his Vouvray at the Clos Baudoin within the commune of Vouvray, so the change wouldn’t have affected him. It was only in 2013 that once François had built his new winery that he started vinifying his Vouvray within the commune of Montlouis. François assumed that the 1999 permission granted to Jacky Blot to vinify Vouvray in the commune of Montlouis would also apply to him and to others within the commune.

Chidaine cannot remember having had this discussion with Brisebarre.

 •

Although I am no lawyer and may well be looking at the wrong legisation, it is far from clear that the hands of the Vouvray Syndicat and the INAO are as tied as Philippe Brisebarre says.

Firstly there is the unlimited permission that the INAO granted Jacky Blot on 9th September 1999 to vinify his Vouvay in the commune of Montlouis.

Secondly the Reglement (CE) n o 607/2009 de la Commission du 14 juillet 2009 allows the possibility of vinfying an appellation’s wines in an immediately adjacent zone (à proximité immediate de la zone délimitée concernée) or in the same administrative zone or a neighbouring one (dans une zone située dans la même unité administrative ou dans une unité administrative voisine, conformément aux régles nationales). 

The pre-1970 rule cited by Philippe Brisebarre appears only to apply if the area is outside the immediate vicinity:

En outre, les États membres peuvent permettre, par des autorisations individuelles et sous réserve d’un contrôle approprié, qu’un v.q.p.r.d . soit obtenu en transformant des raisins en moût et du moût en vin, ainsi qu’en élaborant ce vin, même en dehors d’une aire à proximité immédiate de la région déterminée en question : 

a ) lorsqu’il s’agit d’une pratique traditionnelle, si cette pratique :

– était en usage avant le 1er septembre 1970, ou, en ce qui concerne les États membres ayant adhéré à la Communauté après cette date, avant la date de prise d’effet de leur adhésion,

– n’a pas été interrompue depuis ces dates,’

See here.   

So a key question is whether Montlouis is in the same administrative area as Vouvray or in a neighbouring one (à la même unité administrative ou dans une unité administrative voisine) or is the Loire a barrier as Brisebarre maintains. If it is ‘une unité administrative voisine’ (adjoining) then the before September 1970 usage rule does not apply.  

Montlouis and Vouvray are clearly individual communes and in different cantons (the grouping of several communes). However, looking at the geographical boundaries* of the communes of Montlouis, Vouvray and the adjacent commune of Vernou-sur-Brenne indicates that there is a very good case for classifying them as immediate neighbours and that the Loire is not the barrier that Brisebarre relies upon for justifying the exclusion of the commune of Montlouis.


 The commune of Vouvray – shaded area
(source the Mairie de Vouvray)

Detail of the southern part of the commune of Vouvray

NB Vouvray includes a small part of the south bank of the Loire 

by the Pont Charles de Gaulle built in 1993.

Commune of Montlouis (shaded) borders the communes 

of Vouvray and Vernou even sharing a land border by the 

Pont Charles de Gaule where Vouvray encroaches 

on the south side of the Loire and 

also further east where Montlouis meets Vernou 

appearing to just touch the north bank of the Loire 

Montlouis and Vouvray also share an island in the middle of the river

 The commune of Vernou-sur-Brenne, which shares a boundary 

with Montlouis even like Vouvray claiming a small part of the south bank 

of the Loire.

Montlouis and Vernou also share an island in the middle of the river    

These maps showing the limits of the three communes – Montlouis, Vouvray and Vernou – indicate that rather than the Loire being a barrier the river ensures that the boundaries of the three communes are closely linked. It would surely be a considerable legal challenge to attempt to prove that the commune of Montlouis is not a neighbouring administrative unit (une unité administrative voisine) of Vouvray.

Brisbarre’s example of Saint-Nicolas-de-Bourgueil not allowing their wines to be made in Chinon is a false analogy as the Chinon does not adjoin Saint-Nicolas-de-Bourgueil unlike Montlouis which adjoins Vouvray. Producers are permitted, however, to vinify Saint-Nicolas in the following nearby communes on the south bank of the Loire: Avoine, Beaumont-en-Véron and Savigny-en-Véron.  

If commune of Montlouis is indeed an administrative neighbour of the Vouvray, it would appear that EU law relating to traditional usage pre-1970 does not apply, so the Vouvray rules did not need to be changed to comply with EU regulations in 2009 and that a dérogation to allow Vouvray to be vinify within the commune of Montlouis could be granted if the Syndicat des producteurs de Vouvray/INAO wish, especially as this would conform with the INAO’s favourable decision of September 1999. 

Would, I wonder, France’s Conseil d’Etat find that Vouvray’s change of the regulations in respect of the commune of Montlouis-sur-Loire in their décret of 15th October 2009 to be necessary, proportional and suitable to protect the reputation of the Vouvray appellation?  

Reglement (CE) n o 607/2009 de la Commission du 14 juillet 2009
5) La limitation à une zone géographique donnée du conditionnement d’un produit vitivinicole bénéficiant d’une appellation d’origine ou d’une indication géographique, ou des opérations liées à sa présentation, constitue une restriction de la libre circulation des marchandises et de la libre prestation de services. À la lumière de la jurisprudence de la Cour de justice, de telles restrictions ne peuvent être imposées que si elles sont nécessaires, proportionnées et de nature à protéger la réputation de l’appellation d’origine ou de l’indication géographique. Toute restriction doit être dûment justifiée au regard de la libre circulation des marchandises et de la libre prestation de services.

Appendices:
Reglement (CE) n o 607/2009 de la Commission du 14 juillet 2009
5) La limitation à une zone géographique donnée du conditionnement d’un produit vitivinicole bénéficiant d’une appellation d’origine ou d’une indication géographique, ou des opérations liées à sa présentation, constitue une restriction de la libre circulation des marchandises et de la libre prestation de services. À la lumière de la jurisprudence de la Cour de justice, de telles restrictions ne peuvent être imposées que si elles sont nécessaires, proportionnées et de nature à protéger la réputation de l’appellation d’origine ou de l’indication géographique. Toute restriction doit être dûment justifiée au regard de la libre circulation des marchandises et de la libre prestation de services.

Article 6
Production dans la zone géographique délimitée

Par dérogation aux dispositions fixées (voir etc.) et sous rèserve que le cahier des charges le prévote, un produit d’une appellation d’origine protégée (AOP) ou d’une indication géographique protégée peut être transforme en vin

a) dans une zone à proximité immediate de la zone délimitée concernée, ou

b) dans une zone située dans la même unité administrative ou dans une unité administrative voisine, conformément aux régles nationales, ou

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ALL/?uri=CELEX:32009R0607

From http://www.lavigne-mag.fr
(which appears to suggest that the dérogation given by the INAO in 1999 to Jacky Blot should continue, although of course this is a magazine article and not a décret.)
Toutes les nouvelles demandes de dérogation devraient donc s’appuyer dans le futur sur ce nouveau cadre collectif. Pour les dérogations individuelles légalement enregistrées dans le passé – il s’agit de quelques dizaines -, elles seront définitivement accordées, même si le lieu de vinification se trouve en dehors de l’API nouvellement définie, et ce à plusieurs conditions. ‘ Lorsque la pratique était en usage avant septembre 1970, qu’elle n’a pas été interrompue depuis et qu’elle porte sur des quantités qui, depuis lors, n’ont pas augmenté, auprès du transformateur en question, plus que celles correspondant à l’évolution générale du marché ‘, stipule le règlement européen de 1999.
(http://www.lavigne-mag.fr/archive/article/resserrer-les-regles-d-octroi-VI1242115108.html

EU rules regarding proximity

RÈGLEMENT (CE) N o 607/2009 DE LA COMMISSION du 14 juillet 2009
3 . Par dérogation au paragraphe 1 deuxième tiret, un v.q.p.r.d . peut être obtenu ou élaboré dans une aire à proximité immédiate de la région déterminée en question lorsque l’État membre concerné l’a prévu par autorisation expresse et sous certaines conditions .

En outre, les États membres peuvent permettre, par des autorisations individuelles et sous réserve d’un contrôle approprié, qu’un v.q.p.r.d . soit obtenu en transformant des raisins en moût et du moût en vin, ainsi qu’en élaborant ce vin, même en dehors d’une aire à proximité immédiate de la région déterminée en question : 

a ) lorsqu’il s’agit d’une pratique traditionnelle, si cette pratique :

– était en usage avant le 1er septembre 1970, ou, en ce qui concerne les États membres ayant adhéré à la Communauté après cette date, avant la date de prise d’effet de leur adhésion,

– n’a pas été interrompue depuis ces dates,

et

– porte sur des quantités qui, depuis lors, n’ont pas augmenté, auprès du transformateur en question, plus que celles correspondant à l’évolution générale du marché;

b ) dans les autres cas et s’il s’agit d’une pratique en usage avant le 1er septembre 1989, pendant une période transitoire qui se termine au plus tard le 31 août 1992 . 

http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/ALL/?uri=CELEX:32009R0607


6 Commentaires

Quand efficacité rime avec qualité : l’exemple autrichien

J’ai exprimé récemment sur ce blog, lors d’une série d’articles sur la région autrichienne de Styrie, tout le bien que je pense d’une partie des vins de ce pays. Je reviens d’un autre voyage dans ce pays, qui fut concentré sur la région de Burgenland. Ce voyage m’a permis d’apprécier, une fois de plus, la remarquable intelligence, la qualité organisationnelle et la compétence générale de l’organisme chargé du marketing et de la communication de l’ensemble des vins d’Autriche. Je dois dire que je ne connais aucune autre inter-profession ni agence de communication ayant une charge si large qui arrive à la hauteur de l’Austrian Wine Marketing Board (AWMB). Il faut dire qu’ils ont des moyens, mais il n’y a pas que cela….

 IMG_6837l’entrée d’une ferme viticole en Burgenland

 

Nous, journalistes traitant du vin, sommes régulièrement sollicités pour tant d’événements liés à notre métier que nous pouvons effectuer des comparaisons autant entre les organisateurs qu’entre les vins qui nous avons à déguster. Nos jugements sont forcément variables et nous avons tous, je pense, nos préférences parmi les inter-professions ou agences qui ont la charge de nous informer et d’organiser visites, conférences, salons, dégustations, etc., afin de faire connaître et mieux comprendre les vins des producteurs, régions ou pays concernés. Ces préférences sont basées sur nos expériences, mais aussi sur nos sensibilités individuelles, tant de telles opérations sont soumises à la loi du maillon le plus fiable.  Oui, car un détail négligé, un document mal rédigé ou une information qui manque peuvent facilement gâcher toute ou partie d’une impression chez quelqu’un un peu exigeant ou ayant un minimum d’expérience dans la filière vin. Et je ne parle pas là de notre confort personnel lors d’un voyage, bien que cela peut aider à mettre dans de bonnes dispositions pour recevoir les informations disponibles. Personnellement je me moque pas mal des grands repas dans des restaurants chics, surtout s’ils durent des heures : ce n’est pas mon truc. Les hôtels de luxe, je m’en moque aussi. D’autres peuvent y être sensibles. En revanche, l’absence d’une connexion wifi efficace dans un hôtel peut m’agacer.

 IMG_6845Portugal ? Non, c’est en Autriche, au même lieu que la photo précédente

 

Qu’est ce qui assoit, selon moi, le très haut niveau de compétence de l’AWMB que j’ai cité en exemple en introduction et qui est le sujet principale cet article ? Si les vins d’Autriche ne représentent que 1% de la production mondiale, ce pays est quand-même riche et bien organisé. Cela aide! Il a aussi une âme artistique affirmée avec une culture riche. Et les autrichiens ont un sens d’humour, comme le prouve Willi Klinger, qui dirige cet organisation et qui dit « nous sommes très forts en Autriche, car nous avons réussi à faire croire à pas mal de monde que Beethoven était autrichien et que Hitler était allemand « . Mais tout cela ne suffit pas à garantir la réussite d’un voyage de presse. On dit que le diable réside dans le détail. Si je regarde les détails du voyage auquel j’ai participé il y a une semaine, il y a avait non seulement un programme très alléchant, intelligemment conçu et avec de nombreuses options pour les 165 participants, mais un soin extraordinaire apporté dans les détails, que cela soit dans le domaine de la logistique ou de l’information. Et le tout mis en musique avec une gentillesse et une réactivité de la part des équipes en charge qui force le respect.

 IMG_6851un bâtiment de chai avec une belle charpente « bateau » sur la frontière avec l’Hongrie

 

Vous avez bien lu : il y avait 165 journalistes ou autre professionnels du vin dans ce voyage, et ils venaient de très nombreux pays différents. Accueilli à l’aéroport par une voiture et conduit à un hôtel à Vienne (qui détient, il me semble, la seule appellation contrôlée de vin de tous les capitaux européens), je découvre une série de documents dans un sac dédié. Rien d’exceptionnel vous me direz.

IMG_6856

Mais voyons ces documents. Très peu de bla-bla : Une lettre d’accueil qui explique l’intendance et qui donne un numéro de « hotline » dédié 24h/24 ; un plan de Vienne avec l’implantation des hôtels et lieux concernés et, des tickets de transports en commun pour se rendre au dîner/dégustation de départ, ainsi qu’à celui de la fin, ou bien se balader dans le capital ; un dossier de presse très complet sur les vins d’Autriche  ; des dossiers sur différents sujets d’actualité avec des statistiques à jour ; et une série de carnets de dégustation qui correspondaient aux options de voyages que j’avais pris. Tous les dossiers, et d’autres informations, se trouvaient aussi sur une clé USB. Il y avait aussi une étiquette très solide pour ma valise et le programme détaillé. Pour illustrer l’attention au détail, un mot sur les carnets de dégustation, dont ci-dessous un exemplaire (c’est le grand cahier pour la dégustation finale dont je vous parlerai aussi).

IMG_6858

Chacun avait une reliure en spirale, ce qui facilite grandement la manipulation des pages, et une place sur la couverture pour y inscrire mon nom (il m’arrive d’égarer mon carnet et de perdre ainsi mes notes). Chaque carnet à thème comprenait une récapitulation de l’ensemble du programme et des cartes des vignobles concernés. Les vins à déguster y étaient tous listés dans l’ordre des différentes dégustations, ainsi que les vins servis lors des repas, le tout regroupé sous des en-têtes qui permettait de vérifier qu’on était sur la bonne page et dans la bonne série. Pour chaque vin, outre un espace pour ses notes, il y avait un numéro de référence, le nom du producteur et de la cuvée, le cépage, le millésime, le % alcool, le grammage en sucre résiduel et la zone de prix (moins de 10 euros, 10/20, plus de 20….). Les menus de chaque repas y figuraient aussi, ainsi qu’en annexe, les adresses de tous les producteurs dont on pouvait déguster les vins et un rappel des principaux statistiques de l’Autriche et de la région visitée, plus un commentaire sur les conditions de chaque millésime récent.

Created with Nokia Smart Cam

avant la dégustation (photo DC)

Quant au voyage lui-même, qui a duré en tout 3 journées pleines plus la soirée d’accueil, il était riche, instructif et parfaitement organisé. On pouvait, à chaque étape, parler avec quelques vignerons présents. Il y avait aussi des visites de lieux culturels, comme, dans le cas du circuit que j’avais pris, le musée archéologique de la ville romaine de Carnutum ou du palais Esterharzy, et chaque fois une dégustation organisé dans le lieu en question. Bien sur il y avait quelques heures de bus, mais les distances n’y sont pas énormes et les routes impeccables. J’ai beau chercher, je ne trouve pas de défaut à ce voyage. Avoir une connexion wifi dans les bus serait un plus, une sorte de cerise sur le gâteau.

Created with Nokia Smart Cam

la dégustation des 100 grüner veltliner (photo DC)

Les deux derniers événements ont formés une sorte d’apothéose. De retour à Vienne vers une heure de l’après-midi de mardi, nous attendait, au Palais Niederösterreich au cœur de Vienne, un très bon déjeuner/buffet avec des produits simples mais de qualité, puis, au rythme de chacun, car on pouvait enter et sortir quand on voulait, une grandiose dégustation (assise) de 100 vins du cépage roi d’Autriche, le blanc grüner veltliner. Imaginez une immense salle de l’ère des Habsbourg, remplie de longues tables à 6 places avec leurs chaises posées en rang d’école de part et d’autre d’une allée centrale. A chaque place correspondait un numéro et on disposait d’une pile de cartes sur lesquelles on inscrivait son numéro de place et le numéro de la série (flight) de vins qu’on souhaitait déguster. On tendait la carte en l’air et quelqu’un venait vite le récupérer. Une ou deux minutes après, un serveur arrivait avec les vins dans un sac à compartiments, numérotés et, bien entendu, à température.  On pouvait déguster, si on le voulait, jusqu’à 24 de ces séries qui comportaient entre 3 et 6 vins. J’ai eu le courage d’en déguster 16 issus des différents groupes, car les séries étaient ordonnés en 4 groupes stylistiques : « jeunes et élégants », « vins de réserve, puissants », « grüner à maturité » (millésimes plus anciens) ; « innovant et sauvage » (en gros, ces trucs qui correspondent plus ou moins aux vins dits « nature »).

 BeethovenWilli Klinger déguisé (remarquablement) en Beethoven. Roll over Ludwig !

 

Pour la dernière soirée, une belle fête  dans les jardins (avec possibilité de repli dans les salles du palais) du Palais Schönburg, avec plein d’autres vins, des tapas de qualité, de la musique de l’époque du bâtiment pour commencer, mais qui a évolué ensuite vers des choses plus modernes. Nous sommes 200 ans après le Congrès de Vienne, ou Talleyrand a exercé ses talents d’une manière remarquable pour sauver le France du désastre provoqué par le petit corse. Du coup l’équipe des organisateurs s’est déguisé en tenues de cette époque et Willi Klinger à trouvé les temps de me trouver un déguisement en Duke of Wellington. Quelle promotion !

 

Quelles leçons peut-on tirer de tout cela ? L’équipe de AWMB est dédiée, importante et bien formée. Elle gère toute la communication collective sur les vins d’Autriche, aussi bien les opérations à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays. Elle a un effectif permanent de 22 personnes, plus une filiale de 8 personnes qui s’occupe d’aspects logistiques, comme l’expéditions d’échantillons (concours, salons, opération à l’étranger), voyages, hôtels etc. Les personnes avec lesquels j’ai eu à faire sont tous bien formés (WSET 2 minimum, et souvent 3) et parlent au moins deux ou trois langues. Elles sont disponibles et aimables et comprennent les préoccupations et contraintes de nos métiers. Elles aiment le vin et savent travailler bien en équipe. Voilà quelques ingrédients. Si vous n’avez pas la possibilité d’y aller un jour, visitez au moins ce site : http://www.austrianwine.com/ ou rendez-vous sur le stand autrichien à Vinexpo.

Quant aux vins que j’ai dégusté, rouges et blancs, je vous en parlerai les deux semaines prochaines.

David Cobbold

texte et photos, sauf la dernière, car un Duke ne porte pas d’appareil photo, n’est-ce pas ? Duke of Ellington ?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 13 158 autres abonnés