Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Filipa Pato and William Wouters – a fascinating visit

William, Christina and Filipa

The Pato family are never ones to duck away of their name 

Duck hooks in the WC

Sign for the winery 

Winery and home  

 

It was well worth Le Voyage!

It was well worth a group of us on Monday 4th December making a 470-kilometre round day trip to see Filipa Pato and William Wouters at their home and winery in the small town of Óis do Bairro, some 35 kms to the north of Coimbra. 

I first met Filipa when she was just starting to make her own wine when she was working with her father – Luis Pato. I forget the date but it must have been around the end of 2002 or possibly some time in 2003. 

Blurred selfie outside the winery

 

Filipa in the vineyard (above and below)

 Stones in the vineyard 

Vineyards in the valley

Filipa amongst a parcel of old vines in the valley

 

We started our visit with a look at the vineyards in the valley close to the winery. These vineyards, which are planted with white varieties, are on very stony limestone.   

Filipa and William now have 15 hectares of vines in 24 parcels. There are eight or nine hectares of white varieties with around five of red. They have been gradually purchasing vineyard plots, especially parcels of old vines. They have four hectares of very old vines including a parcel with vines that are 130 years old – planted just after phylloxera. They also have some ungrafted vines from which they make a special cuvée. 

In 2014 when William, who is Belgian and a sommelier and chef, moved to Portugal full-time, they started to convert their vineyards to biodynamics in 2014. Previously the demands of commuting between Portugal and Belgium had made it impossible to take such a time consuming step. They decided to move straight to biodynamics rather than moving to organic viticulture first. Filipa and William started converting the parcels closest to their winery first. 

Harmony underpins their philosophy. For instance, for their biodynamic infusion treatments they use local plants as far as possible. Initially they used camomile but this isn’t a local plant, so, for instance, they use aloe vera, fennel and some nettles. Also they use willow ties for holding up the old vines to their supporting stakes. Cuttings from the old vines are used to propagate new plants.

In one of their oldest vineyards, some 15 kilometres from the winery, there are some olive trees. « The olives and the vines interact, » explains Filipa. « The flowering is around the same time and the olive harvest comes just after we finish picking the grapes. » 

A parcel of old vines (above and below)


AC/DC Back in Black

 

The theme of harmony continues in the winery where they choose to use larger size barrels – 500-litre and 12-hl wooden vats to reduce wood influence. They are also using amphores, which again provides harmony as there is clay with the limestone in their vineyards. 


 André Cid and Filipa inside the winery

Filipa and André Ribeirinho

Looking at the array of empty bottles lined up just below the ceiling André Ribeirinho comments that you can see that this is a winery that lives, breathes and loves wine. 

 1964 Quinta Ribeirinho 

Back in 1964 Filipa’s grandfather was the first 

local producer to bottle his wine

Following our quick visit to the winery under Filipa and William’s house we head upstairs for a brilliant lunch, which William has prepared. « We don’t do tastings without food, » Filipa explains. 


Our group @lunch
Filipa’s grandmother, at the far end, joined us for the meal

3B Blanc de Blancs

Blend of Bical, Cerical, Maria Gomes

        

We start lunch with the crisp 3B Blanc de Blancs, which is a field blend of Bical, Cercial and Maria Gomes. 

I asked Filipa about Cercial. « Is it the same as Sercial in Madeira but just spelt differently? » « It could be, » she replied. « Certainly it not the same as the Cercial found in Dão. Someone bought some Cercial vines from Dão and planted them here are they were clearly different to the ones that you find here in Bairrada. Ours in Bairrada appear to be closer to those in Madeira. » 

At the start of the lunch Filipa explained that: « It was very important to help animate the village’s life by choosing to remain in the village and not build a winery outside. We have already lost the village school. » 

 

1st course: Panna Cota with herb jelly 

Paired with 2016 Nossa Calcario Branco 

Made using wild yeasts 12% fermented in barrel 

Attractive texture shouldn’t be served too cold

2016 Post-Quer…s Baga

After the Panna Cotta William served a delicious mushroom and tarragon risotto, which was paired with their very interesting 2016 Post-Quer..s Baga. This 100% Baga sees no wood and is soft and ready to drink now and although the typical rustic Baga tannins are present they have been tamed. The Post-Quer..s name reflects both that no wood has been used and that a Spanish producerobjected to the original Post-Quercus name, as he had a wine of a similar name and alleged that their use of it infringed his copyright, so they took out some of the letters but leaving Qu, which is the Portuguese for arse.

The main course was a beef casserole made using Bairrada wine. This was served with the lovely soft opulent 2011 Tinto Calcario Nossa with its notes of spice and cedar wood. Tannins are present but well integrated in the wine’s long finish.

   2011 Tinto Nossa Calcario


Cheese from Serra da Estrella followed served with the precise 2011 Calcario Branco Nossa with its attractive citric nose, good concentration with some beeswax character. 

A fine lunch-time line-up…

There was a small pot of a Marquise of dark chocolate with three perfect raspberries to finish our great lunch. With had this with the 2013 Espirito de Baga – a reminder that Port isn’t this country’s only fortified wine. Full of black cherries Filipa and William first made this in 2010 with the help of Dirk Niepoort. They use 25% of brandy that is double distilled to 73%. Keeping to the theme of harmony the Espirito is closed with a beeswax seal to reflect the wine’s sweetness.

On our way back to Lisbon we visited with Filipa a couple of the parcels of old vine Baja that they have been acquiring some 15 kms to the south of Óis do Bairro

My grateful thanks to Filipa, William and their staff for a fascinating and great visit. It is great to see the promise that I saw on my first visit being so well fulfilled. 

 The old vine Baga 

(above and below)

Filipa and André in the gathering dusk

  Visit to FilipaP

 


1 commentaire

Johnny, le vin

Au risque de passer pour cynique, je me dois de vous faire savoir que la mort de Johnny a allumé le feu… aux commandes du vin qui porte sa photo.

Il s’agit de la cuvée Le Vin que j’aime, du Domaine Terres d’Aumes, produit en blanc, en rouge et en rosé par la famille Santa (Château Saint-Martin-de-Graves, à Pézenas).

Et comment Johnny s’est-il retrouvé sur cette étiquette? Un peu par hasard: le père de Laeticia Halliday est un ami du propriétaire.

L’association entre le rockeur et le vigneron s’est faite en 2006; au départ, le vin était produit en AOP Côteaux du Languedoc; depuis quelques années, il est passé en IGP Pays d’Oc.

Quoi qu’il en soit, les fans en redemandent.

« Toute la barrique que j’aime, elle vient de là, elle vient de l’Aumes ».

Hervé

 

 


2 Commentaires

Les Héros de la Vigne, sur France Bleu et dans Terre de Vins

Notre invitée de ce samedi est la journaliste culinaire Anne-Sophie Thérond. Celle-ci écrit notamment pour Terre de Vins. C’est justement dans le hors série que ce magazine vient de consacrer aux vins du Sud que l’on trouve son portrait de Gilles Moreau. Un animateur radio qui ose s’enthousiasmer pour les vignerons et les vigneronnes sur les ondes de France Bleu Hérault…

L’occasion de réaffirmer qu’il est tout à fait possible, dans une France qui n’est plus tout à fait celle de M. Evin, de parler du vin et des gens qui le font sans avoir l’air de s’en excuser.

Anne-Sophie Thérond (Photo (c) Richard Sprang

GILLES MOREAU, AMBASSADEUR DU LANGUEDOC

Sa voix vous éveille les papilles, vous balade en Languedoc, à la rencontre de ses vignerons. Gilles Moreau célèbre, depuis trois ans, Les Héros de la Vigne sur France Bleue Hérault. L’animateur-reporter est un enfant du pays. Il a passé ses étés d’enfance dans le château de Villerambert-Moureau, 100 hectares de vignes en Minervois. Il se souvient avec tendresse ses premières gorgées de vin du cru et de la cuvée sur Les Marbrerie Hautes du domaine familial.

Gilles Moreau

Curieux de nature, il a fait ses débuts sur les ondes à la grande époque des radios libres, en Cévennes. Accroché par ce média éphémère, il le choisit pour métier. Il part en Normandie pour une radio locale, puis entre dans la grande maison de Radio France, à Paris et Grenoble.  En manque de soleil, il rejoint France Bleu Hérault à Montpellier en 2001. Il touche à toutes les émissions et tous les horaires et réussit, en 2015, à glisser une perle rare dans le paysage radiophonique : une émission sur le terroir languedocien et ses vignerons.

Grands domaines et artisans-moutons à 5 pattes, il sillonne l’Hérault à leur rencontre, jusqu’à un endroit qu’ils ont choisi. «Et là, les vignerons, qui peuvent être fermés comme un bourgeon, s’ouvrent et se racontent».  Il garde 34000 histoires en mémoire, certaines l’ont marquées à tout jamais.

Roman Guibert, à Daumas-Gassac, à Aniane, orchestrant ses vendanges 2017, où l’on parle et chante dans toutes les langues. Benoît Brajou, le vigneron irréductible de Fons Salatis, à Saint Jean-de Fos, aux mains comme des ceps de vigne, et sa jument Bulle. L’aquarelliste Jo Lynch et l’ancien médecin André Suquet qui ont planté leur Villa Dondona, à Montpeyroux, de vermentino sur treille. Fabienne et Alain Bruguière dans leur Mas Thélème, aux cuvées nommées cuvées Exultet et Carpe Diem, à Lauret, dans un Pic-Saint-Loup dévasté par la grêle de 2016.

Dans les studios la radio à Montpellier, Gilles Moreau reçoit aussi autour d’une table ceux portent la parole des vignerons régionaux : cavistes, sommeliers, journaliste, spécialiste des réseaux sociaux… «Chacun, à sa manière, vient parler de ses préférences. Derrière chaque quille, il y une terroir, une histoire.». Au fil des années, il tient à l’inscrire dans la durée. «Malgré la grêle et le gel, nos vignerons se relèvent et continuent, mon boulot est de les suivre et de les raconter».  Aussi, il donne un simple conseil, celui d’aller les voir, d’oser toquer à leur porte. «Je rentre de chaque reportage plein de bonheur ! La vie est avant  tout chez eux, dans leur cave et leurs vignes.»  En chemin, on l’écoutera raconter ses Héros de la Vigne.

Anne-Sophie Thérond

https://www.francebleu.fr/emissions/vigneron-du-jour

Les héros de la vigne, 18h-18h30, jeudi, en replay le samedi 12h-12h30, et en podcast.


Poster un commentaire

Adegga Wine Market 1st December Lisbon – tasting wines from Casa de Mouraz

 2015 António, Loureiro, Vinho Verde, 

Lopes Ribeiro, Casa de Mouraz

The latest edition of the Adegga Wine Market was held on Friday 1st December at the Lisbon Marriott Hotel. Once again it appeared to be a great success. I started off in the Premium Room where there was a opportunity to taste just under 60 of Portugal’s best wines including some showing how Portuguese wines can age. A few reds went back to 2002 while amongst the fortifieds there were Ports going back to 1975. Over the weekend I will be reporting on the wine from the Premium Room.

After finishing in the Premium Room I spent a brief time in the main room, which was getting increasingly crowded. I made a point of tasting the wines from Casa de Mouraz, who were badly affected by the recent Portuguese forest fires. There is a crowdfunding campaign being launched tomorrow in London to assist them in replanting vineyards and facilities damaged or destroyed by the fires.

Their whole range I tried was impressive including the fresh and crisply citric 2016 Air, Vinho Verde (8 €), which is a blend of Alvarinho, Loureiro, Avesso and Azal.  

Next the 2015 António, Loureiro, Vinho Verde, Lopes Ribeiro, Casa de Mouraz with more concentration than the Air. It was also well balanced. Moving south from the Vinho Verde to Dão for the 2015 Casa de Mouraz. This is a field blend of a number of grape varieties but principally Malvasia Fina, Encruzado and Bical. 

2015 Casa de Mouraz white

We finished the whites with the extremely good, citric and finely textured 2016 Encruzado, which apparently ages well. Certainly this is a bargain at 10 € through Adegga

From the four reds I tasted I particularly liked the 2014 ripely textured and concentrated Elfa (20€) from 85 year old vines – a range of grape varieties including 30 local grape varieties such us Baga, Jaen, Tinta-Pinheira, Alvarelhão, Alfrocheiro, Bastardo, Camarate, Cornifesto but no Touriga Nacional. I was also taken with the 2014 Casa Mouraz (8€) – like the its equivalent in white – this is a field blend with Touriga Nacional, Jaen and Alfrocheiro playing leading parts. It lovely sweet, concentrated black fruits. 2014 Private Selection (15€) was the last red – attractively textured its is still quite tight and needs more time. Made from 80% Touriga Nacional and 20% Jaen.   

 

2014 Dão, Casa de Mouraz 

 

2014 Private Selection, Dão,

Jim + Vinho Verde


4 Commentaires

Bulles : une (petite et modeste) revue de détail

J’y vais tous les ans vu que ça a lieu chaque année au même endroit, à la même période et toujours selon le même principe : invités à un mois de Noël par Jean-Pierre Rudelle, le patron du Comptoir des Crus à Perpignan, les représentants des maisons de Champagne viennent avec armes et bagages faire goûter aux amateurs deux (parfois trois) de leurs cuvées, vins que l’on retrouve en vente pour ce jour-là à un prix «d’ami ».

Simple comme bonjour, cette initiative est aussi l’occasion pour moi de faire une petite révision champenoise. Et si j’en profite pour revoir mes avis sur des marques qui me sont familières, grandes ou petites, je m’attache aussi à découvrir de nouveaux noms comme le champagne Charpentier (acheté 16 € l’an dernier) qui a fait le bonheur de ma cave durant l’année écoulée.

20171125_112750_resized

Idée de décor ! Photo : BrigitteClément

Je vous en parlais en 2013 et déjà j’étais enthousiaste à l’idée que cette journée devienne une sorte de rituel. Il suffit de s’offrir un verre (10 € remboursés en cas d’achat) et de se promener au gré des barriques (renversées debout) transformées en comptoir de présentation et de dégustation. On peut même s’amuser à faire cela en accéléré. En se pointant par exemple dès l’ouverture, vers onze heures du matin. Le tour complet prend environ une heure trente avec une quinzaine d’arrêts et un temps plus ou moins long passé à discuter avec les représentants en fonction de l’intérêt de leurs vins ou (et) de leur connaissance du terrain. Bref, cela représente un apéritif studieux, juste avant d’aller déjeuner la faim au ventre quelque part en ville.

Version 2

Le champagne expliqué aux clients… Photo : BrigitteClément

Un exemple à suivre

Tous les cavistes (ou presque tous) devraient pouvoir organiser une telle journée et il me semble qu’ils sont de pus en plus nombreux à le faire dans d’autres grandes villes. Pour rendre la chose encore plus palpitante, il y a des habituées parmi les maisons qui font se déplacer une de leurs « commerciaux ». Cela permet de faire des comparaisons avec les vins voisins, de noter des changements de goûts ou de chef de cave. Puis chaque année quelques nouvelles marques en remplacent d’autres avec, parfois une ou deux cuvées d’exception, histoire de briller – ou de frimer – plus encore aux yeux des amateurs. L’avantage, c’est que ça tourne. Cette année, point de Pol Roger, de Krug, Jacquesson, Drappier ou Veuve Clicquot, guère plus de grosses pointures comme Moët et Chandon, peu de petits récoltants-manipulants et aucune coopérative de taille, à l’instar de celle de Mailly présente lors de je ne sais plus quelle édition.

Voici donc les bulles les plus marquantes de ma tournée 2017.

20171125_112802_resized

Quelques remarques préalables : pas d’ordre précis dans cette revue et toujours pas de notes chiffrées, je préfère la (ma) description, brève et parfois sommaire. Peu de description sur le ressenti au nez car dans ce genre de dégustation on est un peu pressé par le public et il faut aller droit au but : la bouche. Sachant que cette dégustation ne se faisait pas à l’aveugle, la seule chose que j’avais devant les yeux, en dehors du vin, était la marque du champagne, le nom de la maison si vous préférez. Pour ne pas être trop influencé, je refusais toute explication sur la composition de la cuvée et sur son prix de vente dont je n’ai eu connaissance qu’à la fin. Parlons-en du prix : dans ce qui suit, je vous donne le tarif consenti pour ce jour-là et le prix normal en boutique pour les jours à venir. Et quid du verre ? Sincèrement, j’ai oublié de noter ce détail (le nom de la verrerie) qui a pourtant son importance. Tout ce que je sais, c’est que j’ai décliné la flûte que l’on me tendait et que, grâce à mon pote caviste, j’ai pu bénéficier d’un beau verre assez large afin que je puisse considérer le champagne comme ce qu’il est : un vin à part entière et non une simple boisson à bulles.

-Deutz. Avec cette maison d’Aÿ la dégustation démarre toujours bien : j’ai l’impression d’être chez moi, de cultiver mon jardin. Tout commence avec un Brut Classic à majorité pinot noir qui m’enchante toujours tout bêtement parce qu’il « nettoie bien la bouche », qu’il la « prépare » à affronter la suite. Je ne sais pas pourquoi je mets tous ces mots entre guillemets, mais je les trouve adaptés à cette sensation de belle acidité, de fruits blancs et de longueur honorable (35,10 € au lieu de 39 €). Le blanc de blancs 2011 qui suit est encore plus engageant : crémeux dès le nez, il l’est ensuite en bouche. Matière riche, amplitude, fraîcheur et longueur, tout y est ! (62,10 € au lieu de 69 €). Au passage, j’attends avec impatience la nouvelle cuvée William Deutz 1990 de pur pinot-noir que je viens de mettre en cave pour quelques mois.

-Charles Heidsieck. Pas de problème non plus avec cette maison qui assure dans la régularité depuis pas mal d’années. Brut Réserve à la mousse frénétique, enthousiasme et fraîcheur en bouche, sans oublier l’équilibre, le tout avec une jolie finale (35,10€ au lieu de 39 €). Le Rosé Réserve assure lui aussi d’emblée une très belle prestation : droiture, netteté, franchise (48,60 € au lieu de 54 €).

-Le Gallais. Dans la vallée de la Marne, à Boursault, la maison produit une Cuvée des Cèdres (brut nature) : nez assez fin, bouche directe et expressive sur un équilibre bien dessiné (31,50 € au lieu de 35 €). La Cuvée du Manoir, par laquelle j’aurais dû commencer, donne un vin d’apéritif, plus marqué par l’acidité d’une pomme granny-smith (26,10 € au lieu de 29 €).

-Grier. Pas une marque champenoise, mais une maison sud africaine qui passe là-bas pour être le pionnier du mousseux de qualité. Installée depuis quelques années au fond de la vallée de l’Agly, dans les Pyrénées-Orientales, la famille Grier progresse indéniablement dans ses assemblages de macabeu, carignan blanc, grenache gris et autres vieux cépages locaux associés au chardonnay du coin (25%). Nez fin légèrement épicé, bouche pleine, riche, structurée et longue (11,70 € au lieu de 13 €). Deux vins sud-africains pour suivre : le brut Villiera Tradition (chardonnay pour moitié, reste pinot noir et meunier), 18 mois sur lies, croustillant, long et frais jusqu’en finale (11,70 € au lieu de 13 €) ; l’autre, le Monro brut, particulièrement droit en bouche, très long et marqué par une belle acidité (22,50 € au lieu de 25 €). D’excellents rapports qualité-prix et mon choix pour cette année.

-Bollinger. Une seule cuvée à goûter, celle qui fait figure de BSA, le Spécial Cuvée. Densité et matière en bouche, richesse et longueur sans emphase, c’est un classique auquel j’adhère volontiers (44,10 € au lieu de 49 €).

-Lallier. Difficile de passer après Bollinger, mais ce Brut Nature, aussi puissant que sérieux en bouche est joliment structuré et doté d’une belle longueur (31,50 € au lieu de 35 €). Le Grande Réserve, m’est paru moins bavard bien qu’il se distingue par sa richesse et sa longueur (26,10 € au lieu de 29 €).

-Ruinart. Un très chardonnay R de Ruinart dense, vif, animé, mais crémeux, fin et équilibré. Il me semble noter un changement dans le rajeunissement de cette cuvée que je goûte pour la première fois avec un plaisir intense (41,40 € au lieu de 46 €) alors qu’auparavant je n’étais guère attiré. Le Blanc de blancs quant à lui est très frais, assez craquant, aussi soigné en longueur qu’en équilibre (62,10 € au lieu de 69 €). Le rosé était trop glacé pour être sérieusement annoté, si ce n’est que je l’ai trouvé d’une richesse assez éclatante (62,10 € au lieu de 69 €).

20171125_114815_resized

-Henri Giraud. En progression, me semble-t-il, par rapport aux années précédentes, cette maison d’Epernay m’a bluffé avec son Esprit Nature bien sec, pinot noir et meunier, lumineux en bouche, marqué par une belle acidité (35,10 € au lieu de 39 €). Le Blanc de craie est un pur chardonnay (si j’ai bien compris) qui fait beaucoup d’effet : hauteur, puissance, netteté, équilibre, longueur (44,10 € au lieu de 49 €).

-Jean-Noël Haton. Vignerons indépendants de Damery, les Haton proposent un Brut Classic blanc de noirs d’une belle franchise idéale pour l’apéritif accompagné de crustacés (20,60 € au lieu de 22,90 €). Une autre cuvée Extra retient l’attention pour sa largesse, son amplitude, sa fraîcheur et ses notes poivrées (32,40 € au lieu de 36 €).

-Besserat-Bellefon. Toujours un faible pour cette maison qui se maintient à un bon niveau qualitatif. Une cuvée Grande Tradition au joli nez grillé, simple mais bien ficelée en bouche avec ce qu’il faut de fruits blancs et une finale sur la fraîcheur (21,60 € au lieu de 24 €). En brut, la Cuvée des Moines (déclinée en plusieurs cuvées, y compris rosé) se remarque par sa droiture, son amplitude, sa fraîcheur et son fruité persistant jusqu’en finale (28,80 € au lieu de 32 €). On notera enfin un magnifique Grand Cru Blanc de blancs toujours marqué par une large amplitude, beaucoup de noblesse côté matière et une grande élégance générale (40,50 € au lieu de 45 €).

-Philipponnat. Remarquable cuvée Royale Réserve (non dosé) pour cette maison de Mareuil-sur-Aÿ plus connue pour son fameux Clos des Goisses absent de cette dégustation. Le nez ne manque pas de distinction, tandis qu’en bouche on ressent la vinosité du pinot noir allié à la complexité d’une part non négligeable de vins de réserve. Amplitude, fermeté et longueur pour un vin digne d’une belle entrée en matière lors d’un repas entre amoureux du vin (35,10 € au lieu de 39 €).

-Marie Sara. Marque d’une maison auboise donnant naissance à une agréable cuvée de brut à la fois simple et souple, aux notes crémées et à la longueur honorable pour une dominante meunier (21,60 € au lieu de 24 €). Une autre cuvée Extra Brut (non dosée), typée pinot noir, se révèle plus épicée avec des notes grillées (32,40 € au lieu de 36 €).

20171125_120326_resized

-Laurent Perrier. L’Ultra Brut, que l’on ne présente plus, se distingue une fois de plus par sa complexité et sa longueur en bouche sur des notes pierreuses et fumées (43,20 € au lieu de 48 €), tandis que le brut (normal) La Cuvée, toujours aussi régulier, est tout simplement magnifique d’amplitude et d’expressivité, sans parler de son infinie longueur (35,10 € au lieu de 39 €). J’ai aussi retenu la même cuvée en rosé pour son imposante matière, sa densité et sa longueur en bouche (71,10 € au lieu de 79 €).

-Taittinger. Un Brut Prestige assez fin et complexe au nez, serré et dense en bouche (35,10 € au lieu de 39 €). La cuvée Grands Crus offre une trame toujours imposante et serrée sur des notes de fleurs des champs et une finale harmonieuse (47,70 € au lieu de 53 €).

-Charpentier. Une maison typique de la vallée de la Marne avec un Brut Tradition simple de par sa conception architecturale, aux trois quarts pinot noir, surtout marqué par des bulles très fines et de jolies notes fruitées (17 € au lieu de 18,90 €). Le rosé, assemblage pinot noir et chardonnay, nous promène sur de fines notes de fruits rouges dans une ambiance un peu plus vineuse (23,30 € au lieu de 25,90 €).

-Gosset. Le brut Excellence (majorité de pinot noir avec 40 % de chardonnay), très croustillant en bouche, offre de l’éclat, beaucoup de luminosité et de longueur (35,10 € au lieu de 39 €).

                                                                                                         Michel Smith

 


3 Commentaires

Faut-il commenter un mauvais vin?

Nous avons déjà abordé ce sujet, mais voici qu’il revient dans l’actualité à la faveur d’un débat au Québec, dont notre collègue et ami Marc-André Gagnon (Vinquébec), s’est fait l’écho.

Je vous laisse découvrir les différents arguments des protagonistes, ICI

Quant à moi – et je n’engage aucun des autres membres de cette coopérative d’écriture en le disant, je commente rarement des vins qui ne me plaisent pas. Ma principale raison étant que j’ai déjà du mal à trouver de la place pour publier les notes sur tous ceux qui me plaisent.

Les exceptions à cette règle plus pragmatique que déontologique, je le concède, sont les cas de vins à défauts – des cas où le commentaire devient vraiment didactique.

Reste le problème de savoir où mettre la barre entre le vrai défaut et la simple « non-qualité ». Ce n’est pas toujours si évident. Il faut pouvoir justifier.Ne pas prendre sa subjectivité pour une généralité, non plus.

Quand je relis la chronique d’Antonin Iommi-Amunategui, ICI, qui confond allégrement vin et politique, Dieudonné et Nicolas, le faux vigneron Pierre Chanau et le vrai domaine familial de Tariquet (dont la qualité des vins n’a rien à voir avec le nombre d’hectares, Antonin, et que nous apprends-tu sur eux?), je me dis que les lecteurs de l’Obs valent mieux que ça; ils n’ont pas mérité qu’on les matraque de critiques d’opinion biaisées. Le valeureux peuple de gauche est aussi bien capable que la droite décomplexée de juger des vins par lui-même. L’informer, oui, le formater, non.

Marc-André, lui, établit une comparaison, assez juste, avec les critiques de cinéma. Je ferai cependant remarquer que dans bien des cas, les critiques cinématographiques sont totalement en porte-à-faux par rapport au spectateur moyen; qu’ils encensent des films prétendument « à message » et qu’ils snobent les films « grand public ».

A l’inverse, dans les magazines de vin, il est rare que des vins vraiment « grand public » soient commentés – je n’ai pas souvenir d’y avoir jamais vu, comme ici, de dégustation comparative de Vin de France, par exemple. Est-ce que ce serait déchoir?

C’est pourquoi je trouve le débat des plus intéressants, et je ne peux que me réjouir que nos amis québécois l’aient ranimé.

Hervé Lalau


Poster un commentaire

Walter Massa candidato e Senatore PD?

Notre invité de ce samedi, Franco Ziliani, nous parle de la candidature du vigneron Walter Massa au poste de sénateur. En italien dans le texte.

Non capisco, e intanto mi godo Sterpi 2015…

Sono molti anni che conosco, pardon, credevo di conoscere perché ognuno di noi è un universo inesplorabile e insondabile, Walter Massa, il “re del Timorasso” come viene spesso definito. E non solo tra i suo fan, che lo adorano e venerano quasi come una rock star del vino, ma anche dalla grande stampa.

Di Walter si può parlare in tanti modi, senza mai mettere in dubbio alcuni elementi che ne contraddistinguono l’agire: la generosità, la disponibilità a mettersi in gioco, il credere fermamente nelle proprie idee. Cui aggiungerei, ma non suoni come un rimprovero, un certo gusto, da eterno enfant terrible, per lo spettacolo, per il coup de théâtre, per il gesto ad effetto, per la pensata che riesce a metterlo sotto i riflettori. Come se i suoi vini, eccellenti, incontestabili, esemplari, da quelli base Timorasso alla Barbera dei Colli Tortonesi (superba la Bigolla) a tutti gli altri, tutti buoni, tutti sinceri e personali, avessero bisogno di un “convogliatore di attenzioni” per catturare l’interesse degli appassionati.

Si può parlare di Walter stappando una una bottiglia, come fatto io di recente con il Derthona “Sterpi”, io ho scelto il 2015, da vigneti posti su terreni calcareo argillosi esposti a Sud / Sud-Ovest, a 280 metri di altezza, fermentato senza ricorrere a vitigni selezionati, lasciando che facciano tutto, e bene, i lieviti indigeni, affinato per 10 mesi in acciaio e poi sei mesi in bottiglia, e godersela. E provare a descriverla, con un’analisi organolettica, così: color paglierino squillante, pieno di riflessi fulgidi, naso caratteristico, fitto, profondo, salato, di grande purezza e intensità, con note di agrumi, mandorla, frutta bianca (pesca) in evidenza, finché non prevalgono i toni intensamente petrosi, minerali.

E poi, bocca viva, nervosa, sapida, appuntita, di magnifica energia, con andamento verticale, pieno di sapore, con ammirevole vivacità, nerbo preciso, freschezza e sale in abbondanza, eppure caldo, espansivo, di notevole impegno al gusto, intenso e persistente.

Si può parlare così di Massa e posso aggiungere di averlo visto in piena forma sabato e lunedì a Piacenza in occasione della Mostra mercato dei Vini di Vignaioli della Fivi, Federazione per cui si è lungamente speso e di cui è tuttora una delle figure di riferimento. L’ho visto più in giro che al suo stand, dove campeggiava invece il suo stravagante amico Pigi, la sua eterna salopette da giardiniere, basettoni stile antico Piemonte e gira, come se niente fosse, a piedi scalzi come una Sandie Shaw dei giorni nostri.

E poi si può parlare di Walter Massa, che, lo ripeto, non è vignaiolo qualsiasi, un vignaiolo di genio, uno che resterà nella storia del vino italiano per quello che ha fatto per i Colli Tortonesi, per Monleale (terra di splendide pesche) confinante con Volpedo, patria del grande Giuseppe Pellizza, pittore cantore del Quarto Stato e della bellezza della rivoluzione, in altro modo.

Lo si può fare non più chiamando in causa, come feci mesi fa, il suo sodalizio con Oscar Farinetti, per il quale m’incazzai con Valter, salvo finire poi a tarallucci e vino (ed un salame strepitoso opera di Tullio Zamò) durante lo scorso Vinitaly, ma riferendosi alla stretta attualità, ad una notizia, pubblicata oggi su La Stampa di Torino, leggete qui, che non fa che riprendere e ufficializzare, grazie alle precise parole di Massa in risposta alle domande dell’intervistatrice, un rumor che nell’ambiente girava da tempo.

Parlo della disponibilità di Walter Massa, il vignaiolo “anarchico” come spesso è stato definito, a scendere in campo nell’agone della politica e a candidarsi per essere eletto in Parlamento, immagino in Senato. E a candidarsi, tenetevi stretti, nientemeno che il Partito Democratico. Quello di Matteo Renzi e del suo amico Oscar Farinetti, l’inventore di Eataly e ora di Fico (oltre che di altre cento cose: l’uomo è diabolicamente geniale, oltre che umanamente troppo simpatico…), che di Massa è quanto meno grande amico. E ora, pare, mentore politico.

Leggiamo cosa scrive la giornalista Miriam Massone (complimenti, ottimo lavoro) sulla Stampa: “Mister Timorasso, il vignaiolo che ha resuscitato il vitigno, portando gli ettari dai 3 del 2000 ai quasi 100 di oggi, ora è pronto a diventare il portavoce degli agricoltori e degli artigiani in Parlamento. Ha deciso che è tempo di «scendere in campo», con il Pd”.

E ancora: “Non ho ancora detto né si né no, ma sarei pronto a candidarmi», conferma ora. Ok, la riserva non è stata ancora ufficialmente sciolta, quindi, ma l’intenzione c’è. Eccome. A 61 anni, Walter dice: «Ho lavorato tanto, senza mai mire politiche e senza tessera, ho fatto un ottimo percorso con la mia azienda e con il Timorasso, ora mi interesserebbe andare più in alto possibile per farmi portavoce dell’Italia agricola e artigiana, far da cassa di risonanza nel Palazzo, poter intervenire per impedire che onorevoli sfigati approvino regole contro natura. Sarà il paladino del made in Italy. Insomma, alla base c’è l’altruismo. Del resto, l’anno scorso a Palazzo del Monferrato, Farinetti l’aveva detto: «Walter, tu sei un uomo generoso, questo è il tuo più grande pregio”.

E infine: E oggi Massa sintetizza così la sua voglia di Montecitorio: «Ho fatto tanto e avuto tanto, nella vita, ora è il momento di rinunciare un po’ al piacere e patire per conto terzi». È pronto a rimboccarsi le maniche, ma se non dovesse andare in porto la candidatura? «Ho sempre 8 trattori e 3 moto». E le vigne di Timorasso, dice mentre torna a imbottigliare”.

Bene, io non mi permetto di criticare quello che il cittadino Massa Walter, classe 1955, quindi un anno più di me, deciderà di fare. Rispetto il suo sacrosanto diritto di fare quello che vuole, di scendere in campo, di dedicare più tempo alla politica, se davvero si candiderà, e se poi verrà eletto, cosa non automatica, vista l’impopolarità crescente del PD, che alla cura dei suoi magnifici vigneti e al lavoro in cantina.

Ma mi permetto serenamente di dire che secondo me, cronista del vino che nel suo piccolo ha contribuito alla creazione della leggenda del santo vignaiolo Massa, del vignaiolo puro, dell’anarchico vignaiolo, del portabandiera dei vignaioli indipendenti italiani, questa scelta politica dell’uomo del vino Walter Massa, con qualsiasi partito o movimento politico si schierasse (e, mi sia permesso, ancora più con il Partito Democratico), è assurda, inspiegabile, contraddittoria, indifendibile. E rappresenta un autentico tradimento di quanto Walter Massa, vignaiolo e uomo, ha detto e fatto per tutta una vita.

Mi attacchino pure a sinistra, la banda di Slow Food e di Slow wine con i suoi variegati fiancheggiatori, e se vogliono anche da destra, l’appeal di Walter è bipartisan ed i suoi vini giustamente piacciono a tutti, che votino Renzi, oppure Berlusconi, Salvini e la Meloni oppure i grillini Cinque Stelle, ma se davvero Walter Massa si candidasse e ancor più diventasse l’onorevole Walter Massa, per me cesserebbe di esistere non solo come produttore di ottimi vini, ma anche come persona. Di vignaioli parlamentari, di regime, non ne sento assolutamente bisogno, tra loro e me nessun dialogo è possibile.

Altro che definirlo, come ha fatto su Facebook il mio amico Michele Antonio Fino, vignaiolo (Fivi) di talento a Cascina Melognis, nonché uno dei massimi esperti italiani di legislazione vitivinicola, docente all’Università di Scienze Gastronomiche di Pollenzo, una sorta di Pinot Gallizio, uno in grado di portare un pizzico di spirito situazionista in Parlamento. Un Walter Massa Senatore sarebbe la perfetta contraddizione, il tradimento del vignaiolo geniale e libero cui dobbiamo un vino dal nome straordinario come Anarchia costituzionale. Tertium non datur…