Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Prosecco: simple, pleasant and inexpensive, a recipe for success

The hillside landscape of Prosecco in the evening, north of Conegliano

Most people are by now aware of the huge commercial success of Prosecco in many markets. More bottles of Prosecco (almost 500 million recently) than of Champagne are produced annually, and this figure will probably continue to grow for Prosecco as this region has authorized high yields, is unconstrained by high prices for grapes, as well as having the possibility to sell its wines within the year following harvest. The combination of these factors, added to a secondary fermentation in tanks that avoids the riddling and disgorgment process, means that the cost price at production of a bottle of Prosecco is at most a quarter of that of a bottle of Champagne, and around third of that of a bottle of Crémant or other sparkling wine that uses the bottle as the container for the secondary fermentation.

The architecture of the town of Conegliano clearly shows Venetian influence. No canals here though: we are in the hills further north.

But Prosecco is not just about price, even if this brings it a serious advantage when used, as is so often the case, as an ingredient in various forms of aperitif cocktails. A couple of days spent recently in this most attractive and (at least partly) very hilly countryside of the Veneto region of North-Eastern Italy gave me the opportunity to take a closer look at some aspects of this fashionable and easy-drinking fizz. In fact the Prosecco production area oversteps the regional boundary of Veneto and strays into neighbouring Friuli, although the most prestigious part, which carries a DOCG status rather than the larger and looser DOC one, is entirely within the Veneto and carries the specific sub-regional name of Conegliano-Valdobbiadene Prosecco Superiore. Another recognised sub-region is Asolo.

Although I did not undertake extensive tastings on this occasion, I managed to visit four small to medium-sized producers, all within the above-mentioned sub-regions whose hilly landscapes and regularly ploughed soil under the vines (between the rows they grow grass, as shown above) showed me that, from the viticultural point of view, producers here seem considerably more virtuous than most of those in Champagne!

The Charmat, or tank method used for the secondary fermentation (see above) is often sub-contracted by smaller producers to specialists. It uses pressurised and resistant tanks called autoclaves, with different levels of atmospheric pressure authorized, between 3 and 5 bars. The wine is filtered and bottled under pressure just a few months after fermentation, which meant that most of the wines that I tasted early in May came from the 2017 harvest. This rapid turnover is clearly a huge financial advantage when compared to the necessity to keep a vintage Champagne for at least 3 years on its lees.

The dominant grape variety for Prosecco is called Glera and has to constitute at least 85% of the final blend. Other authorized local varieties are Verdiso, Bianchetta, Trevigiana and Perera, but Chardonnay is also allowed. Dosage levels for the various designations follow the same rules as Champagne, but current fashion, at least in Italy, tends to favour the Extra Dry category (12 to 17 grams of residual sugar) over the Brut (up to 12 grams). I did however taste the occasional Prosecco that was dosed more lightly, around 6 grams, and found that this added the peps and precision that is, to me at least, often lacking in these wines since the combination between a warmer climate and the Glera grape makes for much lower natural acidity that in Champagne.

Here are a few comments and tasting notes from the producers that I visited:

Villa di Maser

This very beautiful estate lies not far east of Asolo and surrounds one of the most remarkable of the Palladio villas, with its frescos by Veronese, its sculptures, its woods and gardens, as well as 40 hectares of vines. These are not entirely dedicated to Prosecco as I also tasted some very good still wines, including a wonderful Verduzzo Dorato, almost amber in colour, suave in texture and enrichened by skin maceration. They also have a very nicely arranged and well managed restaurant and bar in one of the neighbouring buildings Their Asolo Prosecco Superiore was very pleasant, delicately rounded and fruity. Straightforward and easy to enjoy.

Tenuta Amadio, Monfumo

This modernized estate, which builds on a family viticultural heritage, is managed by a young brother and sister team. It lies just north of the medieval town of Asolo, well into the hills with some spectacular views as you climb up the narrow lanes to get there. I liked their wines very much and thought that they were the best of all the Proseccos that I tasted on this trip. We unfortunately did not have enough time for a full tasting of the range, but I especially enjoyed their Asolo Prosecco Extra-Brut 2017: fine and delicate, floral and fruity, that flowed seemingly effortlessly across the palate.

Borgo Antico, Ogliano di Conegliano

A vineyard of 21 hectares currently under conversion to organic agriculture. When I was there, staying nearby for a few days, it rained every night so the tractors were out spraying every day as the rain constantly washed off the stuff that they are allowed to use (no systemic products in organic farming). Made me wonder about the carbon balance of this approach, as well as the quality of copper being used. Modern equipment in a recently-built and impeccably clean winery, but they sub-contract the secondary fermentation. Their Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore Brut 2017, dosed at just 6 grams, showed perfumes of linden and lemon and was pleasantly dynamic. I liked less the Extra-Dry which had more body but less finesse and the dosage seemed to partially mask some bitterness. Of the still wines tasted, I enjoyed the pale red wine made from a local variety called Marzemino (2017), with its lively flavours of bitter cherries.

Vigne Matte, Rolle, Conegliano

This modern estate, with vineyards spread out over several sites (above is a view of part of the main site), is the creation of someone who made his money in the motor industry. The site is very spectacular and shows just how steep and had to work are a lot of the vineyards in this northern sector of the Prosecco region. They do everything here, including the secondary fermentation. Just 20% is exported. My favourite wine here of their Proseccos was the Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore Brut Cuvée, which incorporates 15% Chardonnay with 85% Glera: quite fine, nicely fruity and just a touch of bitterness on the finish. The others were too heavily dosed for my palate, with the exception of a sparkling wine made outside the Prosecco appellation but using the tank method: à 100% Chardonnay called 007. This had length, complexity and precision. Made me wonder whether this grape might not be more interesting in these parts than Glera. Is this ridiculous?

So yes, Prosecco can be a very pleasant sparkling wine. What it does not have, at least in the wines that I tasted, is complexity and length. High yields and a very short time spent on lees see to that. Maybe also the natural limitations of the Glera grape variety, but of that I am not so sure. But why should all wines be monsters of complexity, especially when they retail for around 6 euros a bottle? Horses for courses is the name of the game. In any case it is a beautiful region to visit if you are ever in Venice. An hour’s drive north from the airport will get you into the heart of it.

David Cobbold

 

 

 


2 Commentaires

Miscellaneous, or a mixed bag

I did one of these a while ago on this site: a mixed bag of various topics. Not having any major (all things are relative!) subject to fill these pages, I have settled this week on various subjects that merit a comment or two but do not fully explore any of the topics concerned. Do we ever anyway?

Wine Press: a sad state of affairs, at least in France 

First up is a comment on the sorry state of the wine-related press in France today. If one is talking about those magazines sold in kiosks (and not merely by subscription), there are just a couple of these devoted to wine, and several others that purport to deal at least partially with the subject. And none of these are truly international either. When I say partially, I should say that wine is occasionally mentioned in them, and only rarely in an interesting manner. An example that illustrates this is a magazine called Cuisine & Vins de France, which comes from the same press group as La Revue de Vin de France. Its title mentions wine alongside cuisine and in identical typography (see cover above) but when I leaf through the latest edition that has just come through my letter-box, I can only say that they should definitely change the title if they were honest. This magazine, which says it is a special springtime edition, does not contain a single article on wine. It consists of an endless collection of recipes, some of which have one line at the end suggesting a wine to go with the recipe in question. Some of these recommendations make sense, but not all, so I also question the competence of those who write these things.

For instance, suggesting that a Côtes-de-Provence Rosé would be a suitable match for a Carrot Cake containing 180 grams of sugar, plus another 100 grams of icing sugar, is surely not the best idea for a pairing. Sugar with sugar is the rule, otherwise the wine will just appear thin and acidic. Ok, so it is only a Côtes-de-Provence Rosé so no big loss there, except for your palate! There are also factual mistakes, such as saying that the appellation Côte-Roannaise is situated in the Rhône region whereas it is in fact in the Loire (both the département and and the wine region).  There is no mandatory wine training as a requisite for those who write about the subject, and I’m afraid this shows here!

Remarkable small Champagne producers, some fashionable some less so

It is striking to see, and not only in France, the constant rise of the small independent Champagne producer on restaurant and retail-store wine lists. Not in supermarkets, since the volumes required usually do not make this possible and also many such producers do not want to be associated with the image of modern distribution outlets and their price-slashing policies. I was in Champagne for a couple of days last week visiting a couple of these producers and they both told me how sommeliers, restaurateurs and some wine shops are increasingly interested in their wines for their intrinsic qualities, and not just for their lower prices than those of the big brands. Now of course the good major brands are still, on the whole, producing excellent Champagnes, and is is they who have created the market for Champagne in the first place. This should not be forgotten and indeed is fully recognized by the independent producers themselves. But there are, alongside, growing numbers of smaller producers whose wines are truly remarkable and, in some cases, have the added virtue of their singularity and traceablity. Being able to produce small quantity cuvées can give one an advantage in terms of precision as well as in creativity. Yann Alexandre, for example, from his base in the tiny and obscure village of Courmas just to the west of Reims, produces no less that 8 different cuvées from his 6 hectares, whose plots are spread out across a wide range of villages, in one case 80 kilometers from his base. This is largely the result of the very penalizing French inheritance laws which make parents divide their goods in equal shares amongst their children, and so render the maintaining of a viable production unit extremely expensive, and often practically inaccessible when land prices are high, as in Champagne or Burgundy. I had promised to visit Yann one day after discovering his wines in a collective tasting a while ago and I was not disappointed. All are good to very good and I especially liked his entry-level wine, called Brut Noir (curiously, as it actually contains some Chardonnay). I do feel that one should judge a producer first and foremost by his most accessible and widely sold product. His brochure as also exemplary in its clarity and simplicity. No windy waffling about the « nobility of terroir », but just a straightforward statement of what he does in his vineyards and simple, line by line mentions of the salient technical points of his wines. The prices are in what I would say is the mid-range for good small producers, between 25 and 35 euros for most bottles. This is still very reasonable given the quality of the wines and the fact (rare for a small producer) that he ages his wines for between 5 and 10 years before selling them.

Another good producer of the same ilk and also close to Reims is Pierre Trichet, in the village of Trois Puits, also with plots around and about. He has recently released a rare 100% Pinot Blanc, which is very good. Also a fine still wine, under the Côteaux Champenois appellation. Once again, I have a special weakness for his entry level wines, the two non-vintage cuvées, l’Authentique, a blend, and l’Heritage which is a pure Chardonnay. I recently drank the last bottle of a case that I bought a couple of years ago and these wines keep beautifully. Prices are even more accessible here, starting at just below 17 euros a bottle.

On another recent trip to Champagne for a book-signing evening, I was also able to taste again (it had been some years) some of the very fine wines of Erik de Sousa, whose vines are mainly in the Côte-des-Blancs region, around his base in Avize. He has become a bit of a star amongst independent producers,  and I expect that his prices have followed the ascending curve of his reputation, but the quality is truly remarkable, with incredible length and finesse in the three cuvées that I tried. He also knows the satisfaction of seeing his three children following in his footsteps, each with a role in the family business. An exemplary success story here.

Passion and wine

No, this is not going to be a torrid sexploitation passage, however much fun that might be. It was the theme given to the recent annual two day get-together of France’s Vignerons Independants association for which I have, for several years now, had the honour and pleasure of acting as moderator on two successive mornings of conferences and round tables. This year’s edition was held in the beautiful region of Beaujolais (and if you don’t believe me, just take a trip there, it is just north of Lyon and holds many treasures and a lot of fine wines).

A lot of people bandy the word « passion » about in connection with wine both on the consumer’s side of the fence and on the producer’s. Does it actually mean anything though? These two mornings certainly helped to enlighten us on the subject. Passion is probably essential in the production of fine wine, but it should not blind one to the realities of what is really a difficult business. It should rather be taken as a fueling system. It cannot be a substitute for knowledge, or for application and hard work. On my side of the fence, as a writer and teacher, I would say the same. It keeps one going and is, I think, a powerful source of energy in the transmission of messages and to capture an audience. But it should not make one blind to realities.

Is Austria going too far with their DAC system?

I have regularly praised the quality of Austrian wines here and elsewhere, but I feel that, administratively speaking, they are now following too closely in the footsteps of both France and Italy in multiplying too many separate sub-regional, some of which are very small, appellations under their DAC system. The latest DAC in date is called Rosalia. Situated in northern Burgenland, It used to have the status of Grosslage, which is a large but shared single designated vineyard. Just under 300 hectares in size, it had now become a DAC in its own right. There were already four separate DAC’s in Burgenland. What is the point of having yet another one, aside from making the not-so-simple even more complicated for the consumer? Why not just leave it as a Grosslage and have it mentioned under Burgenland or whatever on labels? And there will now also be three different wines authorized from this DAC. More and more layers, regulations and separate names do not facilitate understanding from far away, and maybe even for most Austrians. Keep it simple, stupid!

David Cobbold

PS. At the end of next week I will be in the Veneto region of North-East Italy, taking a group from a Paris wine club on some visits. I hope to tell you about some of the wineries visited and things seen, heard and tasted in this, Italy’s biggest region for appellation wines.


12 Commentaires

Dégustation ou méditation ?

Hier, dans les commentaires, David, en réponse au mien par rapport à l’un des vins cités par Marilou, avait écrit « Ouf Marco, c’est un vin cela ? »

Je peux comprendre l’incompréhension devant un texte aussi long pour ce qui n’est qu’un ‘simple’ vin. Quand je dis simple, c’est pour signifier que le vin n’est jamais qu’une boisson, pas une œuvre d’art, ni une déclaration philosophique, ni un paysage sublime. Quoique le vin …

Certes, on peut le décrire simplement, d’une façon technique ou imagée, comme nombre de dégustateurs le font.

Exemple : le Crémant de Limoux de l’excellent Jean-Louis Denois

Eclipse Crémant de Limoux J.L. Denois

Nous avons apprécié sa bulle fine, mais pas évanescente ; sa couleur soutenue, qui reflète bien son caractère vineux, au nez comme en bouche. C’est complexe, mais pas fouillis. Profond, multi-couches. Crémeux, mais pas mou. Un vrai grand vin de repas dont le souvenir n’est pas près de… s’éclipser.

C’est le commentaire de notre cher Hervé. Simple, immédiat, qui donne une bonne image du vin et avec en bonus un petit jeu de mot à la fin pour bien montrer que le vin et la dégustation supportent l’humour et la détente. C’est même requis… chut ! vous faites trop de bruit…

J’aurais pu écrire ceci

La bulle fine éclate et laisse planer des parfums d’agrumes, de fruits blancs et de fleurs délicates. La bouche nous étonne par sa densité, son charnu et ses épices, un trio gourmand soutenu par une belle fraîcheur. Un délice !

Cela reste simple

Le technique pourrait écrire ceci :

Eclipse est un « grand nouveau classique » dominé par la vinosité des Pinots Noir et Meunier et par l’élégance du Chardonnay, un travail sur les cœurs de cuvée et un élevage de 9 à 10 mois maximum. «Jamais vu… Unique dans le monde des Crémants en France !»

Méditation ou dégustation ?

Mais la dégustation peut également aller plus loin, être méditative. L’Eclipse, je l’avais dégustée à Millésime Bio. J’avais beaucoup aimé. Puis, j’en ai reçu une bouteille. L’occasion de la redéguster dans d’autres conditions qu’au salon. J’aime, quand j’en ai le temps, la disposition et le calme, faire une dégustation méditative, ce qui veut dire se mettre en phase avec le vin, trouver en soi la quiétude, celle qui ouvre tout grand les portes de notre armoire à arômes, entrouvrir tous les tiroirs, se laisser aller, se laisser emporter, bref voyager sur les sensations que nous apportent le vin. Le monde extérieur n’existe plus, on se retrouve dans une autre dimension, celle créée par la communion entre la boisson et notre imaginaire. On pourrait y flâner longtemps, mais le but c’est d’écrire et de pondre un pâle reflet des sensations éprouvées. C’est un exercice apaisant, qui nous fait envisager le vin autrement. Je ne le fais pas systématiquement, mais souvent. On y est vite ‘dedans’, c’est comme un rituel. Et ça donne ceci:

 Eclipse Crémant de Limoux J.L. Denois

Pâle comme un clair de lune, d’aigue marine nimbée, la robe s’enlumine de mille bulles d’opale nacrée, accrochées en chapelet, elles illuminent la gemme liquide. Parfumées d’aubépine, de fleur de sureau et d’oranger, les senteurs s’envolent à chaque remuée. Des fruits exotiques éclatent ensuite, maracuja, mangue, puis l’ananas nous guide jusqu’au pamplemousse rose, au citron vert. La fraîcheur d’agrumes avive la marmelade de poire qui s’étale langoureuse sur les brioches chaudes, une tisane de tilleul au miel d’acacia accompagne.

Changement d’attitude en bouche, l’effet d’une douche froide, après nous avoir aguiché, la prestigieuse effervescence affirme son caractère, fait d’austérité et de profondeur, l’élégante densité se mérite, on ne la cueille pas comme une fleur trop vite jetée, c’est avec toute l’attention requise qu’il faut l’aborder, l’investir, c’est alors gage de plaisir ! Elle se laisse conquérir pour mieux nous captiver par sa vivacité d’esprit et sa légèreté d’âme, mais aussi par son galbe onctueux et la promesse de lendemains toastés… On est accroc ! La ballerine nous a envoûté…

 L’aspect méditatif n’empêche pas d’être coquin ou humoristique. Tout dépend vers où le vin nous entraîne.

Dégustons avec envie et passion, alors ce que nous écrivons sera le reflet de notre tempérament.

 

Ciao

 

Marco

 


10 Commentaires

Très grande surface oblige…

Levez le doigt, ceux qui ne mettent jamais un pied (ou deux) dans l’infamante enceinte d’un hypermarché !?

Allez, faites donc un effort !

Ne vous drapez pas dans votre consumérisme puritain !

Bon, je ne vais pas faire les comptes, mais ils ne doivent pas être nombreux parmi mes lecteurs du jour ceux qui refusent aussi vertueusement qu’obstinément le chemin de croix qu’engendre quelques heures par an de déambulations dans les travées d’un Carrefour ou d’un Casino de compétition. Pour ma part, comme bien d’autres, je cède le moins souvent possible, carte de crédit à la main, à ce rituel obligé tout en grommelant et en maugréant. Depuis près de deux ans que je vis à Béziers, c’est le troisième fois que je sacrifie à la règle et que je m’octroie un parcours forcé et frénétique dans ce «monstre de la consommation» qu’est l’Auchan du Biterrois. Papier toilette XXL, mouchoirs blancs, sacs de congélation, sacs poubelle, lessive… je vous fais grâce des détails de mon shopping longue durée.

IMAG1727_1

Bêtement – naïvement, devrais-je dire, bien plus par curiosité professionnelle qu’autre chose, il m’arrive lors de ces échappées bassement matérielles de profiter d’un instant magique dans l’univers de la démesure de masse pour passer quelques minutes au calme au sein des rayons « boissons », rien que pour voir où en est mon monde pinardier. N’oubliant pas, au passage, que c’est en grandes surfaces que les trois quarts (au moins) de nos vins sont écoulés. Par rapport à ma dernière visite, je constate un accroissement significatif du rayon « bag in box » avec des boîtes d’IGP et de cépages de toutes sortes, de toutes couleurs et de tous contenants. En bout, ou en tête de rayon, je ne sais plus, je me rends compte qu’un certain nombre de bouteilles de Beaujolais sont plus que soldées. Ni une ni deux, j’ajoute à mon caddy un des derniers flacons qui, bien que bradé à 50 %, me rassure de par son origine. Heureusement que j’en connais un rayon sur les communes de nos appellations !

IMAG1723

Il s’agit d’un Beaujolais Nouveau (2017) de la Cave de Bel Air, à Saint-Jean-d’Ardières. Une référence pour moi. L’étiquette est sympa, la contre-étiquette pas si idiote que ça et je me dis qu’il serait urgent pour moi  de constater si ce vin-là a encore quelques mots à me dire. Il est vrai que la mention « à consommer rapidement » m’incite à ne pas tarder à l’ouvrir pour mieux l’engloutir. À moins que ce ne soit son prix de 3,90 € le flacon ! Que voulez-vous, on s’ennuie quelque peu lorsque l’on est à la retraite dans une ville de province… Faut bien s’occuper.

IMAG1720

Bref, sitôt arrivé à demeure, le vin est débouché par ma sommelière en chef, Brigitte. En général, elle n’aime pas trop le gamay et c’est bien pour cela que je la presse d’y goûter en premier m’attendant à la pire des remarques en patois montréalais. Eh bien non !

IMAG1716.jpg

Le vin lui plaît bien, tandis que je le trouve de mon côté parfaitement dans son jus et dans son rôle de convivialité : le fruit est bien là (framboise) sans être putassier, il a même une certaine finesse et la bouche se la coule douce sans oublier de nous rafraîchir tout en nous ouvrant un instant les portes d’un pays joyeux où les impôts locaux, la vitesse limitée à 80 km/h et l’augmentation salée des péages autoroutiers n’auraient, sur nos cuirs burinés de vieux bikers, que l’effet d’un doux vent fripon et printanier.

IMAG1731

Tout le monde sait que c’est la presse qui (paraît-il, moi je dis que c’est la rue…) fait l’opinion. Or, en matière de vin, la presse spécialisée, lorsqu’elle ne survit pas grâce aux pages de pub du gros négoce et des groupements de coopératives, tous au passage serviteurs de la grande distribution, se fait un honneur de dénigrer l’univers des grandes surfaces. Comme si nous en étions encore à l’âge de pierre lorsque nous partions tous en week-end dans le Sancerrois afin de remplir nos coffres de caisses de vins achetées à prix d’or chez le producteur en personne…

IMAG1717

Chez nous, ici, aux 5duVin, pas de pub ! Hormis celle, indirecte, que nous faisons en chantant les louanges de vins autrichiens ou andalous. Je suis donc libre de dire sans craindre la flagellation publique que oui, rapport qualité-prix parlant, nos horribles grandes surfaces sont à même d’offrir de belles bouteilles. Comme cette jubilatoire Blanquette de Limoux, elle aussi à moins de 5 euros (4,99 €), mise en bouteilles pour Auchan par la très qualitative maison Antech, à Limoux, sous-préfecture de l’Aude, et signée Pierre Chanau.

Alors, que pète la blanquette ! Car c’est bien avec notre « Champagne du Sud » que je vais trinquer aujourd’hui afin de mettre un point final à cet article !

Michel Smith

 

 


10 Commentaires

J’aime le Champagne, c’est comme ça!

Aujourd’hui, on ne parle plus que de Prosecco. On en trouve même dans les rayons des supermarchés champenois. Pourtant, cette cuve close n’a pas grand-chose à voir, même quand elle est bien faite, avec le roi des bulles. On me dira qu’il y a des Champagne qui sont loin d’être au niveau (mais c’est comme dans toutes les appellations). Et qu’il y a des très bons Prosecco – certes, mais pas beaucoup. Le souci, pour moi, avec ces derniers, c’est leur douceur – heureusement qu’il y a le Spritz pour la calmer un peu.

Bref, le Champagne reste pour moi une boisson à la fois exquise et festive.

Un plaisir d’une effervescence émoustillante, blanc ou rosé, on a le choix. En voici deux beaux exemples offerts par la Maison Lombard à Épernay.

 

Blanc de Noirs Extra Brut Premier Cru Champagne Lombard

 

Doré pâle à la bulle fine et nacrée, le nez très poivré mêle les fragrances de croûte chaude de pain de seigle à la de brioche étoilé de fruits confits et au toast nappé de gelée de pissenlit. La bouche, ample, fraîche, vineuse, coule juteuse sur les papilles amusées de tant de gaieté. Gaité due au croquant espiègle du vin, à la foison tourbillonnante des fruits secs et confits, farandole incessante qui diffuse en notes déliées des arômes de pêche, de poire, de groseille, de framboise. Flux majeur qui nous emporte vers un ravissement gourmand et raffiné.

Ce 100% Pinot noir vient des vignes plantées dans les calcaires du Premier Cru Rilly-la-Montagne de la Montagne de Reims. L’élevage des vins tranquilles se fait en partie en bois. Le temps sur lattes est de 48 mois. Dosage : 4g/L

Située au cœur d’Épernay, les approvisionnements des Champagne Lombard viennent d’une bonne centaine d’hectares. C’est aujourd’hui Thierry Lombard, petit-fils du fondateur, qui dirige cette maison familiale crée en 1925.

Le boire avec…

Par facilité, on peut se prendre une bouteille à deux, en amoureux, de l’apéro au dessert. C’est risqué et pas très heureux. Alors, qu’assortir à cette élégante cuvée? Je suggère une viande blanche, du veau à la crème ou une poularde au four, sur lesquels elle fera beaucoup d’effet grâce à son caractère vineux, sa densité et son panache. Et puis, on en gardera un peu pour le fromage, une croûte fleurie comme le Brie ou le Chaource, voir un Langres. Et le plus sympa, c’est le côté désaltérant du breuvage.

Brut Rosé Premier Cru Champagne Lombard

 

Rose tendre à l’écaille saumon, à la bulle fine et délicate, au nez un rien musqué, mélangeant quelques subtils effluves de patchouli et de benjoin avant de s’ouvrir sur une multitude de fruits rouges et blancs. Corbeille débordante de fraise, framboise, cerise, pomme, poire et carambole. Tous poivrées à souhait et mélangées de biscuit concassé façon crumble pétillant. La bouche détaille le fruité, isole les baies, pour satisfaire l’envie des papilles de les appréhender une à une pour mieux les réassembler et nous apporter cette satiété inouïe soutenue par une salinité rafraîchissante. Un rosé tout en élégance !

Il assemble 40 % de Pinot Noir des Premier Cru Cumières, Sermier et Villedomanges, vinifiés en blanc ; 10 % de Pinot Noir vinifié en rouge du Grand Cru Verzenay et 50 % de Chardonnay du Premier Cru Grauves et Vertus. Il a passé 36 mois sur lattes et est dosé à 4 g/L

Avec quoi le boire?

Si le rose appelle le rose, le saumon lui convient ou mieux, le rare omble chevalier. Plus simple et plus belge, je vous la conseille, la tomate-crevettes (crevettes grises de la mer du Nord, of course), voire la croquette éponyme; car chez nous, en Belgique, les croquettes ne sont pas réservées aux chiens et aux chats!

Sinon, l’apéro lui sied également, ainsi que les fromages à croûte fleurie.

www.champagne-lombard.com

Ciao

 

 Marco


4 Commentaires

Bulles : une (petite et modeste) revue de détail

J’y vais tous les ans vu que ça a lieu chaque année au même endroit, à la même période et toujours selon le même principe : invités à un mois de Noël par Jean-Pierre Rudelle, le patron du Comptoir des Crus à Perpignan, les représentants des maisons de Champagne viennent avec armes et bagages faire goûter aux amateurs deux (parfois trois) de leurs cuvées, vins que l’on retrouve en vente pour ce jour-là à un prix «d’ami ».

Simple comme bonjour, cette initiative est aussi l’occasion pour moi de faire une petite révision champenoise. Et si j’en profite pour revoir mes avis sur des marques qui me sont familières, grandes ou petites, je m’attache aussi à découvrir de nouveaux noms comme le champagne Charpentier (acheté 16 € l’an dernier) qui a fait le bonheur de ma cave durant l’année écoulée.

20171125_112750_resized

Idée de décor ! Photo : BrigitteClément

Je vous en parlais en 2013 et déjà j’étais enthousiaste à l’idée que cette journée devienne une sorte de rituel. Il suffit de s’offrir un verre (10 € remboursés en cas d’achat) et de se promener au gré des barriques (renversées debout) transformées en comptoir de présentation et de dégustation. On peut même s’amuser à faire cela en accéléré. En se pointant par exemple dès l’ouverture, vers onze heures du matin. Le tour complet prend environ une heure trente avec une quinzaine d’arrêts et un temps plus ou moins long passé à discuter avec les représentants en fonction de l’intérêt de leurs vins ou (et) de leur connaissance du terrain. Bref, cela représente un apéritif studieux, juste avant d’aller déjeuner la faim au ventre quelque part en ville.

Version 2

Le champagne expliqué aux clients… Photo : BrigitteClément

Un exemple à suivre

Tous les cavistes (ou presque tous) devraient pouvoir organiser une telle journée et il me semble qu’ils sont de pus en plus nombreux à le faire dans d’autres grandes villes. Pour rendre la chose encore plus palpitante, il y a des habituées parmi les maisons qui font se déplacer une de leurs « commerciaux ». Cela permet de faire des comparaisons avec les vins voisins, de noter des changements de goûts ou de chef de cave. Puis chaque année quelques nouvelles marques en remplacent d’autres avec, parfois une ou deux cuvées d’exception, histoire de briller – ou de frimer – plus encore aux yeux des amateurs. L’avantage, c’est que ça tourne. Cette année, point de Pol Roger, de Krug, Jacquesson, Drappier ou Veuve Clicquot, guère plus de grosses pointures comme Moët et Chandon, peu de petits récoltants-manipulants et aucune coopérative de taille, à l’instar de celle de Mailly présente lors de je ne sais plus quelle édition.

Voici donc les bulles les plus marquantes de ma tournée 2017.

20171125_112802_resized

Quelques remarques préalables : pas d’ordre précis dans cette revue et toujours pas de notes chiffrées, je préfère la (ma) description, brève et parfois sommaire. Peu de description sur le ressenti au nez car dans ce genre de dégustation on est un peu pressé par le public et il faut aller droit au but : la bouche. Sachant que cette dégustation ne se faisait pas à l’aveugle, la seule chose que j’avais devant les yeux, en dehors du vin, était la marque du champagne, le nom de la maison si vous préférez. Pour ne pas être trop influencé, je refusais toute explication sur la composition de la cuvée et sur son prix de vente dont je n’ai eu connaissance qu’à la fin. Parlons-en du prix : dans ce qui suit, je vous donne le tarif consenti pour ce jour-là et le prix normal en boutique pour les jours à venir. Et quid du verre ? Sincèrement, j’ai oublié de noter ce détail (le nom de la verrerie) qui a pourtant son importance. Tout ce que je sais, c’est que j’ai décliné la flûte que l’on me tendait et que, grâce à mon pote caviste, j’ai pu bénéficier d’un beau verre assez large afin que je puisse considérer le champagne comme ce qu’il est : un vin à part entière et non une simple boisson à bulles.

-Deutz. Avec cette maison d’Aÿ la dégustation démarre toujours bien : j’ai l’impression d’être chez moi, de cultiver mon jardin. Tout commence avec un Brut Classic à majorité pinot noir qui m’enchante toujours tout bêtement parce qu’il « nettoie bien la bouche », qu’il la « prépare » à affronter la suite. Je ne sais pas pourquoi je mets tous ces mots entre guillemets, mais je les trouve adaptés à cette sensation de belle acidité, de fruits blancs et de longueur honorable (35,10 € au lieu de 39 €). Le blanc de blancs 2011 qui suit est encore plus engageant : crémeux dès le nez, il l’est ensuite en bouche. Matière riche, amplitude, fraîcheur et longueur, tout y est ! (62,10 € au lieu de 69 €). Au passage, j’attends avec impatience la nouvelle cuvée William Deutz 1990 de pur pinot-noir que je viens de mettre en cave pour quelques mois.

-Charles Heidsieck. Pas de problème non plus avec cette maison qui assure dans la régularité depuis pas mal d’années. Brut Réserve à la mousse frénétique, enthousiasme et fraîcheur en bouche, sans oublier l’équilibre, le tout avec une jolie finale (35,10€ au lieu de 39 €). Le Rosé Réserve assure lui aussi d’emblée une très belle prestation : droiture, netteté, franchise (48,60 € au lieu de 54 €).

-Le Gallais. Dans la vallée de la Marne, à Boursault, la maison produit une Cuvée des Cèdres (brut nature) : nez assez fin, bouche directe et expressive sur un équilibre bien dessiné (31,50 € au lieu de 35 €). La Cuvée du Manoir, par laquelle j’aurais dû commencer, donne un vin d’apéritif, plus marqué par l’acidité d’une pomme granny-smith (26,10 € au lieu de 29 €).

-Grier. Pas une marque champenoise, mais une maison sud africaine qui passe là-bas pour être le pionnier du mousseux de qualité. Installée depuis quelques années au fond de la vallée de l’Agly, dans les Pyrénées-Orientales, la famille Grier progresse indéniablement dans ses assemblages de macabeu, carignan blanc, grenache gris et autres vieux cépages locaux associés au chardonnay du coin (25%). Nez fin légèrement épicé, bouche pleine, riche, structurée et longue (11,70 € au lieu de 13 €). Deux vins sud-africains pour suivre : le brut Villiera Tradition (chardonnay pour moitié, reste pinot noir et meunier), 18 mois sur lies, croustillant, long et frais jusqu’en finale (11,70 € au lieu de 13 €) ; l’autre, le Monro brut, particulièrement droit en bouche, très long et marqué par une belle acidité (22,50 € au lieu de 25 €). D’excellents rapports qualité-prix et mon choix pour cette année.

-Bollinger. Une seule cuvée à goûter, celle qui fait figure de BSA, le Spécial Cuvée. Densité et matière en bouche, richesse et longueur sans emphase, c’est un classique auquel j’adhère volontiers (44,10 € au lieu de 49 €).

-Lallier. Difficile de passer après Bollinger, mais ce Brut Nature, aussi puissant que sérieux en bouche est joliment structuré et doté d’une belle longueur (31,50 € au lieu de 35 €). Le Grande Réserve, m’est paru moins bavard bien qu’il se distingue par sa richesse et sa longueur (26,10 € au lieu de 29 €).

-Ruinart. Un très chardonnay R de Ruinart dense, vif, animé, mais crémeux, fin et équilibré. Il me semble noter un changement dans le rajeunissement de cette cuvée que je goûte pour la première fois avec un plaisir intense (41,40 € au lieu de 46 €) alors qu’auparavant je n’étais guère attiré. Le Blanc de blancs quant à lui est très frais, assez craquant, aussi soigné en longueur qu’en équilibre (62,10 € au lieu de 69 €). Le rosé était trop glacé pour être sérieusement annoté, si ce n’est que je l’ai trouvé d’une richesse assez éclatante (62,10 € au lieu de 69 €).

20171125_114815_resized

-Henri Giraud. En progression, me semble-t-il, par rapport aux années précédentes, cette maison d’Epernay m’a bluffé avec son Esprit Nature bien sec, pinot noir et meunier, lumineux en bouche, marqué par une belle acidité (35,10 € au lieu de 39 €). Le Blanc de craie est un pur chardonnay (si j’ai bien compris) qui fait beaucoup d’effet : hauteur, puissance, netteté, équilibre, longueur (44,10 € au lieu de 49 €).

-Jean-Noël Haton. Vignerons indépendants de Damery, les Haton proposent un Brut Classic blanc de noirs d’une belle franchise idéale pour l’apéritif accompagné de crustacés (20,60 € au lieu de 22,90 €). Une autre cuvée Extra retient l’attention pour sa largesse, son amplitude, sa fraîcheur et ses notes poivrées (32,40 € au lieu de 36 €).

-Besserat-Bellefon. Toujours un faible pour cette maison qui se maintient à un bon niveau qualitatif. Une cuvée Grande Tradition au joli nez grillé, simple mais bien ficelée en bouche avec ce qu’il faut de fruits blancs et une finale sur la fraîcheur (21,60 € au lieu de 24 €). En brut, la Cuvée des Moines (déclinée en plusieurs cuvées, y compris rosé) se remarque par sa droiture, son amplitude, sa fraîcheur et son fruité persistant jusqu’en finale (28,80 € au lieu de 32 €). On notera enfin un magnifique Grand Cru Blanc de blancs toujours marqué par une large amplitude, beaucoup de noblesse côté matière et une grande élégance générale (40,50 € au lieu de 45 €).

-Philipponnat. Remarquable cuvée Royale Réserve (non dosé) pour cette maison de Mareuil-sur-Aÿ plus connue pour son fameux Clos des Goisses absent de cette dégustation. Le nez ne manque pas de distinction, tandis qu’en bouche on ressent la vinosité du pinot noir allié à la complexité d’une part non négligeable de vins de réserve. Amplitude, fermeté et longueur pour un vin digne d’une belle entrée en matière lors d’un repas entre amoureux du vin (35,10 € au lieu de 39 €).

-Marie Sara. Marque d’une maison auboise donnant naissance à une agréable cuvée de brut à la fois simple et souple, aux notes crémées et à la longueur honorable pour une dominante meunier (21,60 € au lieu de 24 €). Une autre cuvée Extra Brut (non dosée), typée pinot noir, se révèle plus épicée avec des notes grillées (32,40 € au lieu de 36 €).

20171125_120326_resized

-Laurent Perrier. L’Ultra Brut, que l’on ne présente plus, se distingue une fois de plus par sa complexité et sa longueur en bouche sur des notes pierreuses et fumées (43,20 € au lieu de 48 €), tandis que le brut (normal) La Cuvée, toujours aussi régulier, est tout simplement magnifique d’amplitude et d’expressivité, sans parler de son infinie longueur (35,10 € au lieu de 39 €). J’ai aussi retenu la même cuvée en rosé pour son imposante matière, sa densité et sa longueur en bouche (71,10 € au lieu de 79 €).

-Taittinger. Un Brut Prestige assez fin et complexe au nez, serré et dense en bouche (35,10 € au lieu de 39 €). La cuvée Grands Crus offre une trame toujours imposante et serrée sur des notes de fleurs des champs et une finale harmonieuse (47,70 € au lieu de 53 €).

-Charpentier. Une maison typique de la vallée de la Marne avec un Brut Tradition simple de par sa conception architecturale, aux trois quarts pinot noir, surtout marqué par des bulles très fines et de jolies notes fruitées (17 € au lieu de 18,90 €). Le rosé, assemblage pinot noir et chardonnay, nous promène sur de fines notes de fruits rouges dans une ambiance un peu plus vineuse (23,30 € au lieu de 25,90 €).

-Gosset. Le brut Excellence (majorité de pinot noir avec 40 % de chardonnay), très croustillant en bouche, offre de l’éclat, beaucoup de luminosité et de longueur (35,10 € au lieu de 39 €).

                                                                                                         Michel Smith

 


Poster un commentaire

99 + 1 bonnes raisons de…

…manger du gras et de boire du Champagne

Notre société actuelle nous culpabilise trop, fait attention à ci, à ça, mange pas trop, ne bois pas, bien qu’on nous une tonne de saloperies à table, quand on n’y fait pas gaffe. Alors, quand on la chance de déguster du bon gras comme celui du jambon qu’il soit iberico, de Bigorre ou culatello, pourquoi renoncer à ce régal? Le gras donne du goût, quant au maigre, tout seul, il est sec et manque de goût.

Ça me rappelle cette cliente qui, voulant faire de la blanquette, se prend une barquette de veau bien maigre, alors que moi, je tentais de trouver certes du maigre, mais entouré de gras, de couenne et de cartilage. La mettant en garde à propos de ce maigre dominant, elle me répondit d’un regard d’incompréhension, l’air de dire, mais justement, il n’y a pas de gras, c’est ça qui est bon. Le boucher, lui, comprit tout de suite et me découpa juste pour moi un joli morceau entouré de couenne, de cartilage et de gras.

Et pour nous qui sommes avant tout œnophiles, comme le souligne Blandine, l’auteur :

Parce que même dans le vin, il y a du gras

Et puis, le gras ça nous donne déjà l’occasion de boire du champagne, ça le décape un peu, ça nous rince le gosier et ça nous permet ensuite, de le savourer, ce cru d’Avize, d’Ay ou d’ailleurs.

Allez, juste une rincette…

Et comme dit Isabelle l’auteur :

« Parce qu’il n’y a rien de mieux pour faire démarrer les conversations et parce qu’aucune grande histoire d’amour n’a commencé autour d’un bol de salade… »

Voilà deux petits livres bien sympas, écrit le premier autour du par Blandine Vié, qu’on peut retrouver sur le blog gourmand gretagarbure, et le second par Isabelle Bachelard qui nous a pondu l’an dernier les 99+1 bonnes raisons de boire un verre de vin. On ne peut lui en vouloir !

99 + 1 (bonnes) raisons de boire du champagne et 99+1 (bonnes) raisons de manger du gras sont parus aux éditions Artémis, 104 pages au prix de 7,90€

Qu’on se le dise !

Zut, j’ai des yeux dans mon Champagne

 

Ciao

 

Marco #balance ton porc mais pas son gras