Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


19 Commentaires

Tavel, real rosé wine

 

I may as well admit it right away: I am not a great fan of rosé wines, as a rule. Of course there are some good ones, and I drink those with pleasure. But the current fashion (like most fashions in fact) for those wishy-washy but often over alcoholic rosés passes me by totally. No wines should be judged by their colour, or the lack of it. I thus admit to a slight bias here, but I will justify this as a reaction against the massive propaganda churned out by the producers (and some retailers) of pale rosé wines and their often stupid rejection of those rosés which show deeper hues. Because there is something absurd, and even totally dishonest, in making people believe that a rosé is better for being pale in colour. Do they really believe that alcohol goes hand-in-hand with colour in a wine? Because I cannot think of any other explanation for such silliness. Thus, when I was invited recently by the Tavel appellation (from the southern Rhône region) to taste a series of their wines, I trotted along gladly in the certainty that I would find wines not only with some depth of colour, but also with greater depth of flavour and complexity than is the case for most of those coming out of neighbouring Provence these days, not to mention the various pale imitators that keep arriving from elsewhere, since fashion seems to rule most people’s minds, in wine as elsewhere.

Tavel is a rare appellation in several ways. Not just because it covers quite a small area, but especially because it only exists for one colour and type of wine: dry rosés. What is even rarer, especially nowadays, is that the colour of these wines has to be deep to meet the local rules. So what are these rules? The Tavel production area lies just across the Rhône River from its prestigious neighbour, Châteauneuf-du-Pape which produces only white and, mainly, red wines. In fact I believe that the « rosé only » Tavel set-up was part of a deal made years ago with this bigger neigbour who did not want to be associated with the then low reputation for the pink stuff. The area covers about 930 hectares, almost all of which lie on the eponymous commune, plus a little on that of Roquebrune, just north of Avignon The wines must have an alcohol level of at least 11%, but they usually have quite a bit more these days. The authorized grape varieties are those of this region in general :  Grenache (the most important), but also Cinsault, Mouvèdre, Syrah, Calitor and Carignan, for the red grapes, plus Clairette, Picpoul and Bourboulenc for the whites. I have never understood why the powers-that-be in Provence kicked up such a fuss about their wish to stop anyone from blending red and white wines to make rosé when all these southern appellations for that colour allow white grapes in their local rules. Another French paradox probably, but I cannot see what difference this makes.

My tasting of the 2017 and 2016 vintages (in the order of tasting)

Prieuré de Montézargues 2017: Rounded, with good, fullish fruit flavours. Pleasant wine (14,5/20)

Prieuré de Montézargues 2016: Similar style, very charming and easy to like, feels slightly warmer on the palate (14/20)

Château de Trinquevedel, cuvée traditionelle 2017: I found this unbalanced by its alcohol (12/20)

Château de Trinquevedel, cuvée traditionelle 2016: Better than the 2017, with a relatively firm finish (14/20)

Château d’Aqueria 2017: Very good. Juicy fruit flavours flow over one’s palate with a feeling of balance and freshness (16/20)

Château d’Aqueria 2016: Again plenty of fruit and depth here. Good length too, thanks to a pleasantly tactile finish (16/20)

Domaine La Rocalière, Le Classique 2017: Rather smoky in its aromas with a firm structure (14/20)

Domaine La Rocalière, Le Classique 2016: Also firm but seems a bit flat. Acceptable (13/20)

Domaine de la Mordorée, Reine des Bois 2017: This wine (and indeed this estate), was the star of the show for me! Beautiful liveliness, lots of intensity in its crisp flavours and very good balance and length (17/20)

Domaine de la Mordorée, Reine des Bois 2016: Beautiful nose with intense fruit aromas. Firm, fresh and long. needs to wait a little for the tannins to round out but would be fine with food (16/20)

Domaine Lafond Roc-Epine, Classique 2017: Acceptable but seems rather flat compared to most others (13/20)

Domaine Lafond Roc-Epine, Classique 2016: Rounded, supple and pleasant (14/20)

Château de Ségriès, 2017: Quite attractive with a pleasant hint of bitterness (that I like but which some might reject) that gives it good length (14,5/20)

Château de Ségriès, 2016: Similar style in a more austere vein. Well balanced though (14,5/20)

Vignobles et Compagnie, Les Combelles 2017: Very tough and unpleasant on account of far too much sulphides (8/20)

Vignobles et Compagnie, Les Combelles 2016: Slightly better now that the sulphur has subsided a bit (10/20)

Domaine Maby, Prima Donna 2017: The fruit seems rather harsh. Again over sulphured. (11/20)

Domaine Maby, Prima Donna 2016: same story as the 2017 (11/20)

Château de Manissy, Trinité 2017: Powerful and with a character that owes something to a touch of bitterness. Could please some (13,5/20)

Château de Manissy, Trinité 2016: Similar powerful style, with a touch of residual sugar I felt (13/20)

Maison Ogier, Etamines 2017: Quite good with devent fruit flavours and a firm finish (14/20)

Maison Ogier, Etamines 2016: The extra year has helped this find its point of balance (14,5/20)

Les Vignerons de Tavel & Lirac, Cuvée Royal 2017: A full-bodied and juicy style. Well made (15/20)

Les Vignerons de Tavel & Lirac, Cuvée Royal 2016: Another good wine, again full-bodied but with a more firmly structured finish than the 2017 (15/20)

Conclusions and my personal hit-parade if you are looking for a Tavel Rosé, in other words a rosé with character!

These wines have colour and character without them feeling, for the most part, heavy in any way. I love the juicy fruit flavours of the best of them and their deep colour gives me so much more visual pleasure than those watery pseudo-whites that have rosé as their name only.

1). Domaine de la Mordorée : 2). Château d’Aquéria : 3). Les Vignerons de Tavel & Lirac

Tavel and time

Some older vintages were also available for tasting, to show that good rosés, like other good wines, can last well. Not all of them had in fact, but I especially loved Trinquevedel 1990,  and liked also the Vignerons de Tavel & Lirac Cuvée Royale 2013.

PS. I also heard very good things about a producer whose wines were not shown at this tasting and which I have never tried: Domaine l’Anglore. As these wines are sold under that meaningless banner « vins naturels » I am a little wary but let’s give them the benefit of the doubt until tried. Anyone tasted them out there?

And now a wine to be avoided!

On the subject of so-called « natural » wines, I was given to taste, just last Saturday, a wine called Château Le Puy 2015 (Côtes de Francs, Bordeaux) that seems to be in high fashion amongst some drinkers and retailers. It was so full of brettanomyces that it stank of an uncleaned stable, the texture was like sawdust and it was dry and chalky on the finish. How anyone can drink this kind of thing and say that they are enjoying themselves beats me entirely. And it costs about 25 euros a bottle!

David Cobbold


6 Commentaires

Que la Corse demeure!

Ce mercredi, notre cher collègue Hervé (toujours à l’affût du scoop, même vieux d’un siècle!) nous rappelait que le vénérable Victor Rendu dressait un portrait assez défavorable de la viticulture pré-phylloxérique sur l’Ile de Beauté. La Corse s’en est-elle… rendu compte? Je le crois.

Aujourd’hui, la viticulture corse s’est prise en main et pourrait, si elle poursuit ses efforts de reconnaissance de tous ses atouts ‘terroirs’, elle pourrait devenir demain, comme le prétendait Rendu, un des plus beaux vignobles de la Méditerranée.

Ce qui argue dans ce sens, c’est notamment l’avancée qualitative de la Côte Orientale, encore il y a peu soumise au dictat de la productivité. Notre dernier voyage sur place nous a bien montré que le temps des piquettes est révolu.

À Vinisud, cette année, les cuvées Prestige du Président concoctées par l’Union des Vignerons de l’Ile de Beauté, que ce soit en blanc, en rouge ou en rosé nous offraient un grand plaisir de dégustation (ma préférence pour le rosé croquant, délicatement fruité, à la texture suave). Ces hauts de gamme de la coopération coûtent entre 7€ et 10€ départ cave. www.uvib.fr

Dans un autre registre, que dire de Christian Estève du Clos Canereccia à Rotani, près d’Aleria, toujours sur la Côte Orientale? J’ai dégusté toute sa gamme à Vinisud. Il maîtrise toute la palette du Vermentinu, du blanc sympa et croquant à celui, plus ambitieux macéré pendant 25 jours en amphore et élevé sur lies en amphores d’élevage durant 5 mois. Un Vermentinu structuré, tout en relief, frais et salin.

Même progression pour ses rouges dans lesquels le Niellucciu partage la bouteille de la cuvée de Pierre avec la Syrah et le Grenache, déjà moins dans la cuvée Clos Canereccia, son milieu de gamme; et se retrouve seul dans la cuvée amphore.

Côté « anciens nouveaux cépages », j’aime beaucoup son Bianco Gentile, bien sec et aromatique, comme son Carcaghjolu Neru en amphore aux tanins serrés, aux fruits noirs concentrés, à l’amertume discrète mais bien perceptible sur la longueur.  www.closcanereccia.com

Partons un peu plus au Sud, dans l’appellation Vin de Corse Porto Vecchio. Troisième personnage important et attachant, Marc Imbert, dont les vins m’interpellent un peu plus à chaque millésime. À chaque fois, il y a quelque chose de plus, un fruité encore mieux dessiné, une trame plus serrée, une élégance plus aérienne… Cette fois, c’est son Oriu blanc qui m’a fasciné. Je le trouve très pur, très droit, mais avec énormément de générosité, de croquant, de suavité, tout en conservant une énorme fraîcheur qui ne doit rien à l’acidité. On dira une tension minérale, n’en déplaise à certains… Un Vermentinu de Porto-Vecchio dans sa plus belle expression.

Les rouges ne sont pas en reste, rouge de plaisir comme le Torraccia, rouge de bonne garde comme l’Oriu rouge qui assemble 80% de Niellucciu et 20% de Sciaccarellu élevé en cuve béton.

www.domaine-de-torraccia.com

Autres exemples? remontons au Nord, avec Thomas Santamaria, un vigneron de Patrimonio découvert à La Levée de la Loire il y a deux semaines. Sa cuvée Tranoï 2013 (entre nous) civilise les tanins du Niellucciu et offre ainsi une élégance très racée à ce cépage emblématique de l’appellation, sauf que Thomas l’a étiqueté en Vin de France, sa parcelle tout au bout d’Oletta est à la limite extérieure de l’appellation.

Bref, le vignoble corse moderne ne manque pas de jolies cuvées! Il y en a pour tous les goûts et aujourd’hui, notre ami Victor n’aurait sans doute pas rendu la même copie aujourd’hui qu’en 1850.

Et pour finir en beauté et gourmandise, quelques tranches de jambon corse de chez Michel Matteucci (dégusté à Vinisud). Un jambon cru qui grâce à son sel maîtrisé (c’est à dire peu salé) offre une subtilité de goûts et de saveurs du style ‘y en a jamais assez’. Avec l’Oriu blanc ou le Canereccia blanc en amphore, c’est top. Je préfère nettement le vin blanc avec la charcuterie, il rafraîchit le palais en décapant le gras et en neutralisant le sel. Et quand il y en a peu, du sel, l’accord est encore plus merveilleux.  michel.matteucci20125@gmail.com

Pace e salute

Marco

 

 


10 Commentaires

Très grande surface oblige…

Levez le doigt, ceux qui ne mettent jamais un pied (ou deux) dans l’infamante enceinte d’un hypermarché !?

Allez, faites donc un effort !

Ne vous drapez pas dans votre consumérisme puritain !

Bon, je ne vais pas faire les comptes, mais ils ne doivent pas être nombreux parmi mes lecteurs du jour ceux qui refusent aussi vertueusement qu’obstinément le chemin de croix qu’engendre quelques heures par an de déambulations dans les travées d’un Carrefour ou d’un Casino de compétition. Pour ma part, comme bien d’autres, je cède le moins souvent possible, carte de crédit à la main, à ce rituel obligé tout en grommelant et en maugréant. Depuis près de deux ans que je vis à Béziers, c’est le troisième fois que je sacrifie à la règle et que je m’octroie un parcours forcé et frénétique dans ce «monstre de la consommation» qu’est l’Auchan du Biterrois. Papier toilette XXL, mouchoirs blancs, sacs de congélation, sacs poubelle, lessive… je vous fais grâce des détails de mon shopping longue durée.

IMAG1727_1

Bêtement – naïvement, devrais-je dire, bien plus par curiosité professionnelle qu’autre chose, il m’arrive lors de ces échappées bassement matérielles de profiter d’un instant magique dans l’univers de la démesure de masse pour passer quelques minutes au calme au sein des rayons « boissons », rien que pour voir où en est mon monde pinardier. N’oubliant pas, au passage, que c’est en grandes surfaces que les trois quarts (au moins) de nos vins sont écoulés. Par rapport à ma dernière visite, je constate un accroissement significatif du rayon « bag in box » avec des boîtes d’IGP et de cépages de toutes sortes, de toutes couleurs et de tous contenants. En bout, ou en tête de rayon, je ne sais plus, je me rends compte qu’un certain nombre de bouteilles de Beaujolais sont plus que soldées. Ni une ni deux, j’ajoute à mon caddy un des derniers flacons qui, bien que bradé à 50 %, me rassure de par son origine. Heureusement que j’en connais un rayon sur les communes de nos appellations !

IMAG1723

Il s’agit d’un Beaujolais Nouveau (2017) de la Cave de Bel Air, à Saint-Jean-d’Ardières. Une référence pour moi. L’étiquette est sympa, la contre-étiquette pas si idiote que ça et je me dis qu’il serait urgent pour moi  de constater si ce vin-là a encore quelques mots à me dire. Il est vrai que la mention « à consommer rapidement » m’incite à ne pas tarder à l’ouvrir pour mieux l’engloutir. À moins que ce ne soit son prix de 3,90 € le flacon ! Que voulez-vous, on s’ennuie quelque peu lorsque l’on est à la retraite dans une ville de province… Faut bien s’occuper.

IMAG1720

Bref, sitôt arrivé à demeure, le vin est débouché par ma sommelière en chef, Brigitte. En général, elle n’aime pas trop le gamay et c’est bien pour cela que je la presse d’y goûter en premier m’attendant à la pire des remarques en patois montréalais. Eh bien non !

IMAG1716.jpg

Le vin lui plaît bien, tandis que je le trouve de mon côté parfaitement dans son jus et dans son rôle de convivialité : le fruit est bien là (framboise) sans être putassier, il a même une certaine finesse et la bouche se la coule douce sans oublier de nous rafraîchir tout en nous ouvrant un instant les portes d’un pays joyeux où les impôts locaux, la vitesse limitée à 80 km/h et l’augmentation salée des péages autoroutiers n’auraient, sur nos cuirs burinés de vieux bikers, que l’effet d’un doux vent fripon et printanier.

IMAG1731

Tout le monde sait que c’est la presse qui (paraît-il, moi je dis que c’est la rue…) fait l’opinion. Or, en matière de vin, la presse spécialisée, lorsqu’elle ne survit pas grâce aux pages de pub du gros négoce et des groupements de coopératives, tous au passage serviteurs de la grande distribution, se fait un honneur de dénigrer l’univers des grandes surfaces. Comme si nous en étions encore à l’âge de pierre lorsque nous partions tous en week-end dans le Sancerrois afin de remplir nos coffres de caisses de vins achetées à prix d’or chez le producteur en personne…

IMAG1717

Chez nous, ici, aux 5duVin, pas de pub ! Hormis celle, indirecte, que nous faisons en chantant les louanges de vins autrichiens ou andalous. Je suis donc libre de dire sans craindre la flagellation publique que oui, rapport qualité-prix parlant, nos horribles grandes surfaces sont à même d’offrir de belles bouteilles. Comme cette jubilatoire Blanquette de Limoux, elle aussi à moins de 5 euros (4,99 €), mise en bouteilles pour Auchan par la très qualitative maison Antech, à Limoux, sous-préfecture de l’Aude, et signée Pierre Chanau.

Alors, que pète la blanquette ! Car c’est bien avec notre « Champagne du Sud » que je vais trinquer aujourd’hui afin de mettre un point final à cet article !

Michel Smith

 

 


1 commentaire

L’Ame du Cers ou la coopérative 2.0

La Cave Coopérative du Cers vient de fêter ses 80 ans ; elle a grandi en s’associant avec deux autres caves locales ; puis, en 2014, elle a pris le nom d’Alma Cersius – qu’importe la grammaire latine pourvu qu’on ait du bon vin sur la langue (celle du petit caméléon sur le logo, par exemple…).

Son histoire n’est pas banale, puisqu’il y a à peine dix ans, elle ne produisait que du vrac. Il suffit de visiter son caveau de Portiragnes pour constater tous les progrès accomplis en matière de présentation. Et plus fondamentalement, pour apprécier la segmentation intelligente de sa large gamme en univers de consommation («Parti pris», «C’est la vie», «Charme et goût», «Sur mesure»…). Pour chaque assemblage, ou pour chaque cépage, la cave n’hésite pas à proposer plusieurs types de vinifications, plusieurs profils – vous aimez le chardonnay sur les notes d’agrumes. Ils en ont. Vous le préférez minéral – ils en ont aussi…

Une stratégie payante, puisqu’Alma Cersius commercialise à présent environ 2,6 millions de cols par an, dont 70% à l’exportation.

Derrière ce marketing et cette force commerciale, il y a 167 coopérateurs, qui exploitent quelque 1.200 ha plantés de pas moins de 24 cépages (dont 11 blancs). Avec comme grandes fiertés, leur terroir maritime, plutôt frais pour la région, les galets roulés (850 ha)… et le travail bien fait.

Ma sélection

A la relecture de mes notes, je m’aperçois que j’ai sélectionné un peu plus de blancs que de rouges; comme quoi les blancs du Sud ont un vrai potentiel, au moins dans cette zone.

La Capelude 2016

Quand le viognier rencontre le grenache blanc, qu’est-ce qu’ils se disent ? Des histoires de Sudistes. Un nez très pur, des notes presque muscatées, une bouche vive et ronde à la fois.

After Befor Chardonnay 2016

Un nom qui interloque pour un Chardonnay au style jeune, plutôt juteux, riche, souple mais pas mou ; belle finale saline.

Rhodan Blanc 2016

Cette cuvée conçue au départ pour un client allemand montre bien les avantages qu’il peut y avoir à pratiquer des assemblages, fussent-ils de cépages issus de régions différents – à moins que ce soit justement tout l’intérêt ?

Elle assemble Chardonnay, Roussanne et Vermentino, pour un nez assez subtil, une bouche qui oscille entre le ferme et l’espiègle, une finale légèrement saline, en bref, une sorte d’initiation à la complexité.

Mon Pays 2016

Chardonnay 50% (dont 20% en barrique), Sauvignon et Viognier  Le nez espiègle allie fleurs, herbes aromatiques, melon et abricot ; la bouche est vive et franche. Plaisir immédiat. Le beau pays qui est le mien!

After Before Merlot 2016

Un vin facile, diront les pinailleurs – mais qui a jamais eu envie d’un vin difficile ? En tous cas, celui-ci nous charme par son fruit rouge ; il est souple, mais pas mou, et ses tannins suaves soutiennent une corpulence moyenne.

Code Syrah 2016

Les épices de la Syrah réveillent ce vin solaire –  du laurier, du fruit noir, des tannins présents mais pas agressifs. On a le code, reste plus que la conduite !

Rhodan Réserve 2016

Cet assemblage de syrah, de merlot et de cabernet est un peu le meilleur de deux mondes : la rondeur et la structure ; Sans oublier un fruit exubérant, et de la vivacité. Une vraie personnalité. Il en est des vins comme des gens : certains vous plaisent d’emblée. C’est le cas ici. Une Réserve à propos de laquelle je n’en émettrai donc aucune.

Hervé Lalau


6 Commentaires

Rencontre sur les bords du Rhône

Elle les rencontra un soir d’été. Une brise agréable rafraîchissait cette petite terrasse des bords du Rhône, un endroit improbable où l’on se sentait tout de suite bien. Ils étaient accoudés au bar. Elle les cru un instant jumeaux, mais il y avait un je-ne-sais-quoi qui la détrompa, un détail, une façon d’être… Elle s’approcha. La conversation s’entama. Le premier se présenta: « Je m’appelle Nord »

Un prénom curieux, mais avant qu’elle ne lui pose la question, il enchaîna

« C’est parce que je viens de la partie la plus au nord de notre appellation Crozes, là où le sol est fait de granit, où le climat est plus frais, je rentre mes raisins un peu plus tard que mes frères. »

Ils étaient viticulteurs à Crozes-Hermitage, le premier près de Gervan, le second à Larnage comme il le dit dans l’instant:

« Je suis LA. Chez moi, le sol est blanc, c’est du kaolin, l’argile blanche qui sert à la fabrication de la porcelaine, je rentre mes raisins après Nord, je suis encore plus tardif que lui, mon vin est droit, austère comme mon caractère, mais il ne manque pas de générosité, il lui faut comme à moi un peu plus de temps pour se décider ».

Un message caché ?   

Sans hésiter, Nord la prit dans ses bras, elle sentit tout de suite son parfum, mélange de violette et d’iris. Puis, les myrtilles et des prunelles qu’il avait croquées et dont le jus maculait encore la commissure des lèvres. Plus serrée, sa peau épicée respirait le cumin et le poivre noir, de quoi l’enivrer. La fraîcheur du baiser la surprit, vif, il avait le goût des baies croquées, un rien acidulé, mais velouté. Il lui sourit et lui dit sans honte

« Comme mon vin, je s’exprime tout de suite, n’attend pas, impatient, quand j’ai soif, je bois… »

N’aimant guère la précipitation, c’est avec LA, enfin décidé qu’elle partit…

 

Nord et LA, deux cuvées Terroirs d’Exception de la Cave de Tain

On pourrait les croire jumeaux tant leur robe se ressemble, mais en y regardant bien, déjà leurs nuances font la différence. Le Cave de Tain l’Hermitage met en bouteille quelques terroirs sélectionnés issus de leurs plus belles parcelles. Parmi elles, voici deux Crozes venus de deux entités géologiques bien différentes. Le premier, appelé Nord, pousse du côté de Gervans dans la partie granitique de l’appellation. Il y fait un rien plus frais que sur les Châssis, les galets roulés du sud de Crozes.

Le second se plaît à Larnage, c’est le LA, le sol y est blanc, c’est du kaolin, une argile blanche qui sert à la fabrication de la porcelaine, les raisins se vendangent encore après Nord, il est encore plus tardif à cause de l’altitude et l’albédo. Cela nous fait un vin droit, presque austère, mais qui ne manque pas de générosité, il lui faut un peu plus de temps pour se donner.

 

Nord 2015 Crozes-Hermitage Terroirs d’Exception de la Cave de Tain

 

Violet sombre, il respire la violette et l’iris, se macule le nez de chairs de griotte, de prunelle et de myrtille. Quelques épices, poivre noir et cumin, ombrent les fruits. La fraîcheur de la bouche, presque vive, s’enveloppe d’une légère soie tannique qui laisse s’écouler les jus tout en laissant s’exprimer le fruit sans le moindre carcan. Voilà un Crozes de soif, croquant et joyeux qu’il nous plaît à boire.

LA 2015 Crozes-Hermitage Terroirs d’Exception de la Cave de Tain

 

Violet pourpre, son nez suave nous fait penser à des pâtes de cassis et de mûre relevées de réglisse et de cardamome. La bouche, ample et gourmande, s’installe tout de go dans l’espace buccal pour y déployer le velours bien marqué de ses tanins. Tissu frais et souple coloré sur lequel se dessinent fleurs blanches et fruits noirs bien épicés. Mais pour ce résultat, la carafe s’impose.

Les vinifications diffèrent légèrement. Pour Nord comme pour LA, la vendange est égrappée. Nord se vinifie en cuve béton, fermentation traditionnelle, avec délestages et pigeages en début de fermentation. Macération post fermentaire à chaud pendant 2 semaines pour une fermentation malolactique sous bois. Élevage sur lies fines en fûts de 400L de 1 et 2 vins pendant 15 mois.

LA subit une macération pré-fermentaire à froid puis traditionnelle en cuve. Macération post-fermentaire. Élevage en fûts de 400 L de 1 et 2 vins pendant 15 mois.

Voilà deux cuvées qui démontrent (à nouveau) qu’une cave coopérative peut faire dans l’excellence. www.cavedetain.com

Ciao

 

Marco

 

 


10 Commentaires

Accords en duos surprenants, tout un menu…

L’art difficile des accords aime à la fois l’évidence et l’originalité.

J’en avais proposé un extrait, il y a quelques moments, voici le menu complet.
Et la démonstration, réalisée grâce aux préparations de l’excellent chef Laurent Folmer du restaurant Couvert Couvert www.couvertcouvert.be dans la banlieue louvinoise. Quant aux vins, ils nous viennent de douze coopératives viticoles qui ont choisi de communiquer ensemble sur l’excellence de quelques-unes de leurs cuvées. En voici les représentants

On mange

Les amuse-bouche

Mélange de saveurs et de textures, ils se déclinent en mini canapé à la betterave jaune, en tartelette au pois chiche, en maquereau juste saisi aux parfums orientaux, en gaufrettes fourrée de hareng, de quoi faire voyager nos papilles et les préparer à la première entrée.

Pour les accompagner, tout d’abord un Crémant de Limoux

 

Toques et Clochers édition limitée 2013 – Crémant de Limoux Brut Sieur D’Arques

La bulle fine éclate et laisse planer des parfums d’agrumes, de fruits blancs et de fleurs délicates. La bouche nous étonne par sa densité, son charnu et ses épices, un trio gourmand soutenu par une belle fraîcheur.

Assemblage de 70% de Chardonnay, 20% de Chenin et 10% de Mauzac. Il reste 36 mois sur lattes

La rencontre

Ce bel effervescent semble tout indiqué pour sublimer les produits de saisons aux saveurs multiples. Fraîcheur du vin et croquant des bouchées ravissent les papilles qui en demandent plus.

Et en voilà, grâce au rosé corse…

 

Prestige du Président 2016 – Corse rosé Union de Vignerons de l’Île de beauté

La robe pâle comme un pétale de rose respire la groseille et le ciste de Montpellier, mélange fruité floral qui incite à le déguster avec délicatesse. En bouche, il tient ses promesses et nous une corbeille de baies suaves et croquantes soulignées de poivre et de réglisse. Une fraîcheur iodée le rend encore plus convaincant.

100% Sciaccarellu, macération pelliculaire de 4 h

La rencontre

Le vin nous surprend, nous étonne ! Il rend la table volubile, magnifie les légumes, apporte un supplément de croquant aux croustillants, concentre son fruit pour rendre les agapes plus savoureuses encore.

Les entrées

Asperges de Malines, poulpe grillé, sarrasin, grenade, vinaigrette au dashi

 

Églantier Terre d’Ardèche Viognier 2016 IGP Ardèche Vignerons
Ardéchois

Blanc lumineux aux senteurs florales qui nous rappellent les fleurs d’amandier et d’oranger. La bouche ajoute quelques fruits blancs et jaunes comme la poire, le melon, la pêche de vigne, l’abricot, pour les premiers qui s’expriment. La bouche fraîche semble les porter comme autant de notes graciles qui flottent sur les papilles.

100% Viognier élevé pour moitié en cuve sur lies, l’autre moitié en barriques pendant 12 mois

 La rencontre

Frais, il tranche à vif le poulpe déjà par le couteau du chef malmené, lui apporte cette succulence iodée par la pêche de vigne révélée. Puis s’attaque aux asperges, les parfume de menthe et de jasmin, puis croque sans souffler le sarrasin rafraîchi d’un grain de grenade.

Memoria Vieilles Vignes 2013 Louis Tête – Beaujolais

Grenat aux reflets carmin, il nous demande quelques girations pour s’éveiller et proposer alors ses pâtes de fruits qui mélangent groseille, framboises et cerise aux plus sauvages mûre et myrtille. La bouche semble sage, ou peut-être endormie, comme pour le nez, il lui faut quelques encouragements pour nous bluffer autant par son fruit que par ses épices et sa fraîcheur.

100% Gamay macérés 9 jours, élevés en grande partie en cuve inox pendant 6 mois, une fraction en barriques  

La rencontre

Un Beaujolais au caractère bien trempé ne s’émeut guère d’une vinaigrette fusse-t-elle au dashi. Vivacité iodée bien contrôlée qui certes met autant en valeur la saveur du céphalopode que le fruit du vin, ses épices et la soie de ses tanins. Ces derniers, encouragés par la gens maritime, enrobent de leur soie les asperges, les épicent d’un sirop de framboise bien relevé.

 

Courgettes meunières, coques, citron, persil, pain frit à l’ail

Jubilation Le Pallet 2014 Muscadet Sèvre & Maine Les Vignerons du Pallet

Jaune doré, il nous caresse le nez d’une fleur d’églantier, puis d’aubépine, suave comme le miel, rafraîchi d’iode, il nous plaît d’emblée. En bouche, le discours change quelque peu et nous livre quelques fruits blancs comme la pomme acidulée et le carambole. Le tout baigné d’une fraîcheur citronnée avivé par une étincelle de silex frottés.

100% Melon de Bourgogne élevé 18 mois sur lies

La rencontre

Le relief minéral bien perceptible vient aguicher les courgettes mettant en évidence leur saveur légèrement torréfiée qui rappelle le curry. Puis le vin se mélange au jus de coque pour en exprimer le bouquet maritime. Les condiments rehaussés de citron embellissent et rafraîchissent les tournures confites du Muscadet et nous fait jubiler de plaisir.

Château Tour de Yon 2012 Saint-Emilion Grand Cru Union des Producteurs de Saint-Emilion

Grenat pourpre, il nous macule le nez de pâtes de fruits aux accents de groseilles, de cassis et de framboise, épicées de poivre noir et de cardamome. La bouche généreuse aux tanins fins offre son ampleur au développement aromatique. Quelques notes grillées et fumées viennent renforcer la complexité du vin.

Assemblage de 75% de Merlot et 25% de Cabernet Franc vendangés manuellement, macérés à froid. Le vin est élevé durant 16 mois en barriques.

La rencontre

Le vin s’engage à pas feutrés dans cet accord particulier. Tout doucement, il parle de son fruité délicat aux légumes, les flatte de quelques gelées épicées, les caresse de ses tanins soyeux, puis se rapproche du pain comme lui torréfié. Le coquillage attend un moment avant de céder aux avances de cardamome et cumin.

Le plat

Pintade fermière, artichauts barigoule, noisettes, roquette sauvage, jus de pintade à l’huile de noisettes

Légende 2014 Côtes de Provence Estandon

Robe pâle au rosé nuancé d’abricot, fruit que l’on retrouve dès le premier nez, puis viennent s’ajouter la fragrance iodée d’un embrun maritime et deux pétales de violette qui entérinent l’élégance du vin. La bouche, raffinée, distille la fraîcheur d’un fruit acidulé, safran et santal en renforcent la couleur, le minéral vient ensuite, puis tout recommence.

Assemblage de Grenache et de Rolle qui rassemble 5 cuvées dont une partie est vinifiée et élevée en barriques pendant 8 mois. Malo non faite. 

La rencontre

Le rosé aux atours confits parfumé d’Orient parfume le volatile de santal et de safran. Il évite l’écueil des artichauts contrebalançant leur bitter d’une suave gelée de rose. Roquette et noisette renforcent l’impression gourmande instillée par ce gentilhomme Provençal au caractère pondéré.

Ortas Prestige 2012 Rasteau Cave de Rasteau

Rubis violacé, le nez respire la pierre chaude qui s’évapore après une pluie d’orage, entraînant dans son sillage les effluves de la garrigue tout proche. La bouche croque le fruit relevé de thym, de sauge et de cade. C’est un vin charnu, volumineux, mais qui ne manque pas de grâce et de volupté.

Assemblage de 50% de Grenache, de 35% de Syrah et de 15% de Mourvèdre égrappés et dont 15% est élevé durant 1 an en barriques usagées

La rencontre

Le Rasteau entraîne tout de go la pintade en balade dans sa garrigue, la parfumant de thym, de sauge, la fumant d’un soupçon de cade. L’artichaut le chatouille un peu, mais il s’en accommode, préférant croquer la noisette et se rafraîchir d’une feuille de roquette.

Fromages (Cheddar, Pouligny Saint Pierre, Comté)

 

Confidences Brut Champagne Chassenay d’Arce

Or platiné à l’élégante bulle qui éclate de fruits secs et gagne en puissance, amande et noisette, rafraîchies de rhubarbe confite, épicées de poivre blanc. La fraîcheur se retrouve en bouche au dosage bien intégré, l’écorce de citron apporte une agréable amertume, renforce la savoureuse vivacité, une maille minérale tisse la structure, architecture volumique et croquante sur laquelle s’accroche une inattendue note florale.

La rencontre

Satisfaire trois partenaires dans la même assiette, voilà challenge qu’un Champagne aime relever… Le vin dégrossit les fromages, leur apporte ses amertumes racées de mandarine et de citron. Puis, il leur enlève leurs rondeurs pour leur donner une allure svelte avant d’épurer leurs arômes minéraux de sel iodé, de distiller leur fruité de confitures de mirabelle, d’abricot et de figue, de transmuter leur crème en chantilly vanillée.

Lieu-Dit Verdot 2012 Bordeaux Les Vignerons de Tutiac

Rubis cramoisi, il nous flatte d’emblée par quelques friandises fruitées, bonbons acidulés, pâtes de fruits épicées, biscuits aux pignons grillés. La bouche en fait le détail, cassis, mûre et burlat pour les baies, sablés pour le toasté et agrumes pour les friandises, le tout emballé dans la soie un peu rêche des tanins perceptibles.

100% Petit Verdot, macération pré-fermentaire à froid et fermentation en cuve pendant 30 jours, entonnage en barriques neuves pour un élevage de 18 mois

La rencontre

La cassis et la prunelle prodiguées généreusement par le vin viennent s’entortiller dans un tourbillon de fumée. Quel bouquet ! Les fromages ne s’y attendaient pas et l’acceptent avec délice. Leur pâte en fond de bonheur et se transforme en clafouti parfumé de mille fruits. Et si le vin y perd un peu de son charnu, il gagne en volume et densité. Le voici gourmand contemplant les fromages assoupis dans l’étoffe soyeuse de sa trame tannique.

Le dessert

Fraises et sorbet aux fleurs de sureaux

 

Astrolabe Vendanges Tardives 2012 Gaillac Les vignerons d’Ovalie

Doré cuivré à reflets verts, il charme l’œil avant de ravir le nez par ses agrumes et ses fruits blancs confits, son bouquet de fleurs sèches, son léger fumé qui embaume le thé poivré. La bouche séduit par sa texture onctueuse rafraîchie d’une délicate amertume au goût de réglisse et d’écorce de cédrat, un minéral de bon aloi vient ajouter sa tension. La longueur nous parle d’épices et de douceurs orientales.

Assemblage d’une majorité de Len de l’El (Loin de l’Œil) et de Muscadelle fermentés à basse température avec arrêt de fermentation par le froid. Élevage en fûts de quelques mois.

La rencontre

Douceur raffinée aux allures d’ananas rôti au miel, d’agrumes confits ombrés de poivre cubèbe, elle vient enrichir les fraises de parfums exotiques. Le floral du sorbet lui plaît, lui apporte une dimension supplémentaire, aérienne, presque évanescente.

Châteauneuf-du-Pape 2015 Le Cellier des Princes

Rubis sanguin, le nez légèrement fumé respire la garrigue peuplée de sauge et de cade, avant de s’abandonner au fruité gourmand des cassis et garriguettes. Le parfum presque entêtant du genêt renforce l’impression d’une balade buissonnière. La bouche suave et juteuse, aux tanins tout fins, croque la cerise et la prunelle, aime en laisser couler le jus sur les papilles comblées.

Assemblage de 90% de Grenache, 5% de Syrah et de Mourvèdre qui cuvent une vingtaine de jours et qui s’élèvent en cuve pendant 12 mois

La rencontre

Un accord à la fois puissant et gourmand où les partenaires se disputent l’hégémonie, la dominance sur l’autre. Nos papilles au début s’affolent, mais après quelques instants, tout s’assagit et c’est en harmonie que le trio nous chante fleurs et fruits, si intimement tressés qu’on ne sait plus à qui appartient quoi.

 

Ce fut un régal, rien que d’y penser, nous nous en léchons encore nos babines…

 

Ciao

 

 

Marco


3 Commentaires

Ventoux : un vent chaud venu du Sud

Ce n’est pas de la neige sur le sommet de cette montagne chère aux cyclistes, mais la blancheur de la pierre calcaire

J’ai posté plein de photos la semaine dernière. Il n’y en aura que peu cette semaine car je n’ai pas le temps. Mais l’article est assez détaillé au cas où cela vous intéresse.

 Aborder une appellation, même d’une manière incomplète, apporte souvent son lot d’idées reçues en tous genres que nous essayons de déblayer en dégustant les vins à l’aveugle bien sûr, mais aussi en mettant en sourdine les images qui nous arrivent de nos expériences passées cumulées. Ce n’est jamais gagné et, parfois, les vins confirment les tendances inévitables dues au binôme climat/cépages. Mais chaque producteur garde son espace de liberté, qui n’est pas toujours énorme mais qui peut, lors d’une dégustation horizontale des vins d’un millésime donnée, créer des différences significatives non seulement dans le domaine de la qualité perçue de chaque vin, mais aussi entre les styles des vins, tout étant relatif bien entendu. Tout cela s’est avéré pour moi lors d’une récente et compréhensive dégustation de vins rouges de l’appellation Ventoux.

Les données de base de l’appellation

Le Ventoux se situe dans la partie sud de la vallée du Rhône, à l’Est d’Avignon et  de Carpentras. Cette appellation s’intitulait Côtes-du-Ventoux avant 2008.  Elle jouxte le Luberon au Sud et la zone Beaumes de Venise/Gigondas au Nord-Ouest. Sur une superficie de 7.450 hectares,  le vignoble est disposé autour du Mont-Ventoux, comme son nom le suggère. Le secteur géographique est principalement sous influence méditerranéenne, avec quelques zones sous influence continentale, donc un peu plus fraîches. L’ensoleillement est important sur l’ensemble de l’aire, restant dans une fourchette comprise entre 2 600 et 2 800 heures/an. Ce qui correspond à un maximum annuel de dix jours de brume. Les précipitations sont rares mais parfois violentes. Elles atteignent 600 à 700 mm par an mais un seul épisode orageux peut en quelques heures déverser jusqu’à 200 mm. Le vent dominant est le mistral, qui souffle du nord vers le sud et qui assèche non seulement les terres mais aussi la vigne, rendant relativement faibles les risques de maladies cryptogamiques. Localement, l’altitude peut aussi influer sur le caractère du vin.

Structure du vignoble

L’appellation se divise en trois zones géographiques : le bassin de Malaucène au nord, le piémont du Ventoux à l’est de Carpentras et le nord du Calavon jusqu’à Apt. Le vignoble regroupe environ le tiers de tous les vignerons du Vaucluse. L’exploitation agricole type dans l’appellation pratique souvent de la polycultureconséquence du morcellement de la propriété. Les grands domaines de plus de 20 ha sont en augmentation mais encore minoritaires. La petite exploitation de 10 ha reste majoritaire (90 %) ce qui explique l’importance des caves coopératives dans l’AOC. Dans ce type d’exploitation, la partie vigne représente 3,5 ha et monte jusqu’à 5 ha en y incluant le raisin de table. Plusieurs producteurs significatifs sont aussi présents dans des appellations autour (Côtes du Rhône, Lubéron, Cairanne, Gigondas, etc.)

 

Encépagement

Les mêmes cépages sont utilisés pour les vins rouges et rosés : grenache noirsyrahcinsaultmourvèdre et carignan. Les cépages secondaires sont le picpoul noir et la counoise, avec un plafond maximal de 20 % pour cet ensemble.

Ma dégustation

Cette dégustation portait uniquement sur les vins rouges, et essentiellement sur les millésimes 2014 et 2015, avec deux vins de 2016 et un chacun de 2012 et de 2010. Cela était le choix de chaque producteur, comme la cuvée sélectionnée car une seule était possible par producteur. Il en résulte parfois des écarts  importants en matière de prix, mais le prix moyen pour l’ensemble des échantillons dégustés se situait entre 10  à 15 euros (prix public ttc bien entendu). Je n’ai sélectionné, pour ce compte-rendu, que les vins que j’ai estimés bons ou très bons, quelques soit leur niveaux de prix. Ils figurent par ordre croissant de millésime, puis par ordre ascendant de prix avec les prix de vente public mentionnés.

2010

Un seul vin dégusté dans ce millésime, donc pas de commentaire possible sur la qualité perçue de cette année.

Chêne Bleu, Abelard (64,50 euros)

Ce domaine et ce vin sont atypiques. Très soigneusement présentée dans un flacon de type bordelais, avec une belle étiquette sous aspect de gravure ancienne, la cuvée s’habille bien pour tenter de justifier son prix bien au-delà des plus chers de cette appellation; son le nom n’apparaît que sur la contre-étiquette. On vise clairement un autre marché que celui des Ventoux habituels. Cette cuvée est dominée par le Grenache avec un apport de Syrah, mais sans autre précision donnée. Le vin a passé 18 mois en fûts de chêne.

Le robe n’est pas celle d’un vin jeune, bien entendu, mais garde un aspect assez juvénile. Le nez est complexe et raffiné, évoquant les fruits cuits, le sous-bois et le cuir avec un soupçon de truffe. La rondeur en bouche est agréable mais le fruité est en phase d’atténuation tandis que la texture n’est pas encore assez suave pour supporter cette évolution. L’alcool ressort bien trop en finale – je crains que la dominante Grenache en soit responsable. C’est un bon vin, certes, mais on est en droit d’être bien plus exigeant à ce prix, il me semble. (note : 14,5/20)

2012

Un seul vin dégusté dans ce millésime, donc pas de commentaire possible sur la qualité perçue de cette année.

Domaine La Camarette, Loris (11 euros)

70% syrah et 30% grenache pour ce vin au nez discret aux touches de vanille qui indique un élevage sous bois. Belle qualité de fruit sur un palais qui sonne clair, mais avec une finale plus austère dans laquelle le bois prends un peu le dessus. Mais un vin de garde, bien fait et d’un bon rapport qualité/prix. (note 14,5/20)

2014

13 vins dégustés mais seulement 5 retenus. On sent un millésime assez compliqué.

Château Bonodona (11 euros)

Une étiquette simple et classique pour ce vin d’un domaine historique actuellement vinifié par la cave Terra Ventoux.

Nez harmonieux, assez intense et dominé par les fruits rouges et noirs avec une touche discret de bois. De la belle chaire juteuse en bouche qui ouvre sur une finale plus austère. Bon vin à ce prix. (14/20)

Domaine du Tix, cuvée Bramefan (14 euros)

Bouteille lourde et étiquette soignée dans un style traditionnelle.

Nez fin dont le retenu semble dénoter un élevage soigné. Très belle pureté du fruité de ce vin dont la clarté d’expression écarte tout soupçon de sur-extraction. C’est précis et très fin, peut-être moins exubérant que certains mais d’une constitution qui laisse entrevoir une belle garde. Très belle affaire à ce prix (16/20)

 

Domaine de Peyre, La Gazette No : 2 (15 euros)

Le domaine d’une journaliste convertie dans la production de vin après des années passées à la revue GaultMillau. La bouteille est de forme bordelaise et l’étiquette de format de … gazette.

Ce vin épouse une forme un peu à part des autres de cette série, avec une robe plus claire et un nez plus évolué qui comporte de jolies notes de sous-bois et de vieux cuir par dessus d’un fruité de type confit et sec. L’impression générale est élégante et raffinée; cela se confirme en bouche avec aussi une certaine force alcoolique et des notes de cerises, et leur noyaux qui donnent une pointe d’amertume en finale (14,5/20)

 

Mas Oncle Ernest, Rien ne sert de courir (15,50 euros)

Un vin et un domaine qui casse les codes, aussi bien pas son nom et l’intitulé de la cuvée que par la forme bordelaise du flacon.

Le nez intrigue avec ses combinaisons entre fruits, épices et une pointe d’animalité que me fait soupçonner une présence de bretts, pas trop mais un peu quand-même. La texture est suave et le fruité bien mur. C’est bon, pas trop extrait, plein de caractère et assez harmonieux. Mon soupçon de bretts se confirme par une texture un peu crayeuse. Certains diront que c’est le « goût du terroir », mais en tout cas ce n’est pas envahissant. (14,5/20)

 

Château Pesquié, Artemia (30 euros)

La bouteille est lourde et l’étiquette moderne et soignée pour un vin dont le prix le situe clairement dans le segment haut de l’appellation.

Un bon fond de fruits noirs au nez qui marque aussi un travail d’élevage soigné et qui apporte une note agréable de fermeté. Très belle qualité de fruit en bouche avec un dialogue intéressant entre l’élan donné par le fruit et le fond plus fermé apporté par l’élevage. Une très belle cuvée de demie-garde (5/10 ans) qui s’améliore bien avec une bonne aération aujourd’hui. (note 16/20)

 

2015

8 vins retenus sur 12 échantillons dégustés. Une niveau de qualité bien supérieur à celui de 2014, dans l’ensemble.

 

Château Croix des Pins (10 euros)

Etiquette épurée et élégante, bouteille normale.

Nez discret mais fin, légèrement poivré. Le fruité est là en bouche, tenue, peu envahissant mais frais. Un vin très plaisant et bien équilibré, encore jeune mais prometteur avec une jolie finesse de toucher. (14,5/20)

 

Martinelle (11 euros)

Etiquette simple et élégante.

Nez dense de fruits noirs, clairement sudiste et assez épicé. Charnu et puissant en bouche, il est aussi aidé par des tanins longs qui ajoutent une autre dimension au corps du vin. Très bon et destiné à une garde de quelques années. Prix plus que raisonnable pour cette qualité. (15,5/20)

 

Orca, vieilles vignes (11 euros)

Orca signifierait petite amphore, selon l’étiquette mais les flacons qui se présentent sur l’étiquette n’ont pas d’anses et ne sont donc pas, techniquement, des amphores.

Grenache majoritaire dans ce vin au nez assez fermé pour l’instant. Traces d’un élevage de qualité mais pas dominant. On vise clairement un profil de vin de garde. En bouche le fruité est bien présent, entre cerise et cassis, bien juteux et aussi intense que séduisant. La texture est mi-ferme, mi-veloutée : clairement en devenir. Mais sa matière est si pleine et si bien équilibré qu’on aurait presque envie de le boire de suite. Un des meilleurs vins de la série et un des moins chers aussi. (16,5/20)

 

Domaine de la Gasqui (12 euros)

Grenache, Carignan et Cinsault, un assemblage à l’ancienne et une étiquette du même tonneau

Nez un peu réduit au départ mais qui révèle ensuite un joli fond de fruits et d’épices. Ce fruité bien vibrant devient encore plus présent en bouche. Vin aussi fin que savoureux à l’équilibre admirable et au prix bien placé. (15,5/20)

 

Gentilice, Cave de Canteperdrix (entre 12 et 15 euros)

L’élevage est assez présent au nez mais n’écrase pas une très belle matière. Cette qualité de fruit prend bien son élan en bouche avec un vin à la belle texture soyeuse qui entoure une superbe matière. Gourmand et avec une belle longueur. Excellent vin. (16/20)

 

Domaine Cambades, Crépuscule (15 euros)

50% Syrah et 50% Grenache pour ce vin à l’étiquette sombre, logiquement crépusculaire. La contre-étiquette, pour une fois, est claire et informative.

Nez juteux, frais et expressif. En bouche la très belle matière fruitée et aussi gourmande que puissante. Les tanins sont aussi bien présents mais sans dominer l’ensemble. Belle longueur et un caractère juteux très présent sur toute la durée.

 

Domaine Allois, Terre d’Ailleuls Domaine Allois, Terre d’Ailleuls (18 euros)

Bouteille lourde et étiquette moderne, signée. La contre-étiquette est un peu trop « bla-bla » pour mon goût.

Nez fumé sur base de fruits noirs. Le caractère puissant de ce vin s’affirme rapidement en bouche. Intense, assez chargé en tanins par rapport au fruit, c’est un bon vin charpenté qui fonctionnera bien avec grillades et plats riches en saveurs car il lui faut du sel ! (15/20)

 

Domaine de Fondrèche, Il était une fois (30 euros)

La cuvée haut de gamme de ce domaine phare de l’appellation qui a récemment abandonné la certification « bio » qu’il détenait depuis un moment, et pour raisons écologiques il me semble. Intéressant !

Nez fin aux cerises à l’alcool. Très concentré, mais sans excès, en tout cas plus que la plupart des vins de cette série. Sa structure tannique en fait une belle cuvée de garde. On pourrait le déguster plus rapidement avec des plats salés mais je le garderai bien 5 ans car il est plus raffiné que la moyenne. (16/20)

 

2016

Seulement deux échantillons reçus mais une très belle qualité pour les deux. Ce millésime semble très prometteur.

 

Domaine Brusset, Les Boudalles (9 euros)

Une présentation sérieuse, comme tous les vins de cet excellent producteur qui rayonne dans la région. Le nez est plus sombre et terrien que celui du vin suivant du même millésime, mais il contient aussi son lot de fruits rouges et noirs. Beaucoup de fraîcheur aussi en bouche et une jolie texture, plus dense que la cuvée Pur Jus de Landra, et qui caresse la langue sans l’agresser. Vin alerte et très gourmand, bien placé en prix.

 

Landra Pur Jus (10 euros)

L’étiquette est simple, graphique et claire et le vin est aussi directe, bien en phase avec son nom de cuvée car le nez est très fruité et juteux (tendance fruits noirs), aux notes d’épices. Cela donne une belle impression tonique de fraîcheur. Beaucoup de gourmandise aussi en bouche et une sensation de vivacité, presque de légèreté dans l’expression de son fruit. Un ensemble dynamique avec un soupçon de piquant (CO2) qui apporte une touche supplémentaire de vivacité. Délicieux vin de soif (15/20).

 

David Cobbold