Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Looming diary dates: VitiLoire + Pinon PO

 

VitiLoire @Tours: 26th and 27th May 2018

 

Vitiloire_2018_A3s

VitiLoire

 

Plan

Vitiloire centres around the Boulevard Heurteloup
and close to Tours central station

This coming weekend sees VitiLoire in central Tours. This is the Loire’s biggest consumer Wine Fair with some 150 producers from throughout the Loire. It attracts thousands especially on a fine day and this year the forecast is good. Highs of 28˚C are predicted for both Saturday and Sunday in Tours before an early Monday morning thunderstorm 

There are 135 vignerons showing their wines from appellations from the Pays Nantais all the way up the river to the Côtes d’Auvergne. There is the opportunity to buy with ‘grooms’ available to carry your purchases to your car as well as numerous food stalls when you get hungry. There is also the possibility of arranging to have your wine delivered to your home. Not forgetting 12 chefs demonstrating their art – six on Saturday and six on Sunday.

It is always a fun and convivial event and a great chance to taste a very wide range of Loire wines. I prefer to get there early and then slope off around lunchtime but that is because I’m a boring old fart…… 

More details etc. on Facebook

IMG_9831

Time for lunch

Lunch

MusiciansaMusicians 

Hours: Saturday 10am – 7pm; Sunday 10am – 6pm

 

•••

François and Julien Pinon: Portes Ouvertes: 26th May 

Message from François and Julien Pinon inviting people to celebrate François’ 30th vintage and the first one of his son – Julien  

Dates: Saturday 26th May

 

‘Nous sommes heureux de vous inviter à nos portes ouvertes du Printemps. Venez fêter les 30 ans de carrière de François et le premier millésime de Julien!

Rendez-vous le samedi 26 mai et le samedi 1er décembre 2018, de 10h à 13h et de 14h30 à 18h.’

Julien Pinon

 

Front view

 

 

 

 

 

 

 


1 commentaire

Valpolicella 2/2

Last week I attempted to present the complexity of the various denominations that exist within this fine wine region of the Veneto, in North-Eastern Italy. Here I will talk about a few of the producers there, following my recent visits and tastings.

This poorly framed and hastily taken shot of a relief map of the Valpolicella region explains quite a lot about the importance of site selection in this region. I always think that « site » is a much more suitable term than the very vague and tendentious term « terroir ». As you can see, it was taken at the Guerrieri Rizzardi estate, which has an interesting garden but whose wines did not impress me and so are not commented in this article. The section of hills to the left, just by the Lake of Garda, is devoted to the denomination Bardolino, which you can see is separated from that of Valpolicella by the river Adige that flows down from the Alps. Although made mainly from the same grapes, the styles of Bardolino is curiously different, lighter and slightly peppery according the the few that I tasted.

The 4 Castagnedi brothers who run this fine estate. Paolo, who did the honours so well on our visit, and who is in charge of the winemaking, is on the left. 

Tenuta Sant’ Antonio

I first encountered the wines of this producer a few years ago when I was part of a press trip to taste the Anteprima sessions of the Amarone wines in Verona. I remember especially liking this producer’s wine and later visited their premises, situated on a hilltop with spectacular views all around. You have to mean business to get there, but it is well worth the winding road uphill. This year I returned, taking a group of 3O with me. This winery belongs to a family called Castagnedi, of which four brothers currently managed all aspects. They produce a wide range of wines exclusively from their own vineyards which are divided amongst two neighbouring appellations: Valpolicella and Soave.

White wines (so NOT Valpolicella)

Scaia 2017 : made with the local variety Garganega, together with some Chardonnay, this is light, crisp and fresh, finely perfumed, quite delicious and retails for just 8,5 euros a bottle at the winery.

Soave 2017 : mainly Garganega with some Chardonnay. Just 4 grams of residual sugar, this is more rounded but just as fine. 8 euros.

Telos 2016 (no added sulfites) : a proof that one can make excellent wine without adding sulfites of one is very careful, technically speaking, at all stages. This is also a Garganega/Chardonnay blend. Rounded and nicely perfumed with a silky texture. Good intensity. 10 euros

Soave Superiore Monte Ceriani: 100% Garganega. This has more substance, as well as showing that touch of bitterness on the finish that one finds in so many italian wines, both white and red. It also has more complexity and greater length that the other Soave, so it justifies its title of « Superiore ». Not much more expensive either at 9 euros.

Red wines

See my article of last week for details of the intricacy of the various techniques used in Valpolicella and the appellations that correspond to these. One should also of course remember that within these technical and administrative boundaries, the individual style decided by each wine maker and the vineyard characteristics combine to create an infinite set of nuances that at times seem to cross these boundaries.

Valpolicella Superiore Ripasso Monte Garbi

Lovely flavours of bitter cherries combine with with lots of delicacy in the wine’s texture. Very good length. At 12 euros, this is an excellent buy and a very good introduction to the Ripasso style.

Telos Rossa 2014

As mentioned in the white wine section, the Telos range is made without any added sulfites. The technical mastery of the Castagnedi brothers ensure that this is achieved without any deviation. The nose is especially lively, intense and with a slightly peppery edge. It makes me wonder whether this sharpness of focus is partly the result of the lack of added sulfites….to be investigated at some point). It also brings up the bitterness in the wine, perhaps to a point that makes it less agreeable to many. The tannins seemed a bit harsh also. I preferred the previous wines. Bring back the sulfites please! 11 euros

Valpolicella Superiore La Bandina 2013

This wine spent 24 months in large barrels (500 litre hogsheads), and at least another 12 months in bottles before being first put on the market. The nose is magnificent and the texture is fine. Good intensity and excellent length. 16 euros

Telos Amarone 2011

This « no added sulfites » range seems to be sold outside the Soave or the Valpolicalla designations: at least the wines are labelled and listed as such. The wine is clearly powerful in its aromas and flavours, with a fabulous quality of fruit. Full-bodied and refined at the same time Excellent length, but for me the balance tips just a shade on the alcohol side. It certainly has lasted perfectly without the protective cladding of sulfites. 25 euros

Amarone di Valpolicella, Selezione Antonio Castagnedi

The first impressions on the nose reminded my instantly of bitter chocolate and made me want to combine these two substances. Firmly structured, powerful and warm, with that unique (to Amarone) combination between rich fruit flavours and bitterness. I think that I preferred this wine to the one with no sulfites. 25 euros

Amarone di Valpolicella, Campo dei Gigli 2012

A single vineyard wine. Quite lovely, full of energy, intense and refined and showing the best overall balance of the Amarones tasted here to date. This is not to be missed by amateurs of the genre and is still well worth the higher price tag of 47 euros.

Amarone di Valpolicella Riserva Lilium Est 2007

This wine, which is only produced in the very best vintages, is aged in various containers for at least ten years before release. This is therefore the latest vintage available. It shows a slight whiff of volatile acidity on pouring, but who wouldn’t after ten years waiting in the sidelines? Nothing over the top, just enough to add a bit of lift and edge to the aromas. Huge richness and complexity. It has enormous length and its tannins are still surprisingly powerful. There is probably some of the Osoleta grape in the blend, which could explain this. I would keep this for another 5 or ten years before drinking it. One for collectors perhaps. 85 euros.

Recioto della Valpolicella, Argille Bianche 2011

Here, with the sweet but unfortified type of wine from the region, the nose is just packed with aromas of black chocolate and dark cherries. On the palate there is a magnificent and quite unique association between bitterness and sweetness. Splendid balance and, naturally, considerable length. 24 euros (half bottle).

Seen at the Serego Alighieri Estate, which still belongs to the descendants of Dante but which is managed by Masi: these beautiful 5OO litre hogsheads made of cherry wood. They finish their top wines in these after 18 months spent in oak barrels of the same size. They cost even more than the oak equivalent as the trees have not been grown with this usage in mind, so there is far more wastage on account of knots and so on. They add roundness and a certain perfume to the wines they hold, in particular Amarones.

Masi

This is certainly the best-known producer of the region, at least on export markets where it has pioneered the various types of local wines, especially in markets like Canada, the USA and Japan, and several others as well. Masi has conducted a lot of research into the drying process and used long, bamboo-slatted trays that are placed on racks and rotated in their air-conditioned drying chambers to ensure that there is not difference between the levels. It was interesting here to taste dried grapes from several of the local varieties they used, and to note that the Osoleta variety, which cannot exceed 10% in the blends, is almost totally dry and raisined at the end of the process. Its impact in terms of tannins is thus considerable and it seems to be used rather like salt and pepper to adjust this tannic aspect of the wines.

a rack of the grape drying trays at Masi’s cellars. The slats are made of bamboo, which is rounded so as not to break the skins, hard on the outside and very resistant to liquids.

Rosso Veneto, Campo Fiorin 2014 (50th anniversary)

For reasons that are not entirely clear to me, and which seem to have much to do with marketing considerations, Masi has taken some of its wines, including this one, out of the Valpolicella designation. The acidity is quite pronounced the tannins are of average intensity but the bitterness shows that this has used the ripasso technique. Very dry finish. Decent wine, but a touch austere for my palate on that day.

Amarone du Valpolicella Classico, Costasera 2012

Moderately powerful in the impact of its alcohol, but extremely refined in both flavours and texture. It has excellent structure from fine, sinewy tannins. A very refined example of Amarone.

Allegrini

Bacchus lives! one of several in fact, sculpted in the wonderfully strange Villa della Torre which has been bought and gradually restored without destroying the spirit of the place by Allegrini. This is well worth a visit, and so are the wines. 

Allegrini is another well-known producer on export markets, but who uses, when compared to Masi, a slightly different approach to the technique for drying grapes for those types of the Valpolicella range that use them. This involves shallow plastic crates with just one layer of healthy bunches. As always, no grey rot at all is permitted as this would rapidly spread and spoil the process and the flavours. They do not air-condition their drying rooms, preferring strong ventilation which is helped by large built-in fans.

White wine (just one tasted)

Soave 2016. 80% Garganaga, 20% Chardonnay. Perhaps the best of the Soaves tasted on this trip, with a possible exception or two among those tried in wine bars but not noted (Pra, Pieropan, for example). Manages to combine good liveliness with a certain form of smoothness (the signification of the word « Soave » could be « suave »). Fine and relatively lingering on the palate. This is vibrant and clearly defined.

Red wines

Valpolicella Classico. 70% Corvina, 30% Rondinella. Complex spicy and smoky hints on the nose that mingle with bitter cherries and something more earthy. Very good, simply delicious, with lively fruit flavours and excellent length. This is certainly the best of the « basic » Valpolicellas that I tried during this trip.

IGT Veronese, Palazzo della Torre. 40% Corvina, 30% Corvinone, 25% Rondinella, 5% Sangiovese. This unconventional blend removes it from the Valpolicella denomination, but it does use the Ripasso technique, « re-invented » as they say at Allegrini. In this instance, 70% of the wine is fermented directly after the harvest, and the remainder comes from bunches that are dried for 4 months before being pressed and the resulting juice blended into the base wine, thus restarting a fermentation. The difference being that skins are not used in this second « ripasso » process. The wine has plenty of intensity, but the tannins are far lighter than with the traditional Ripasso technique. Fine, juicy and long. Very good.

Amarone della Valpolicella Classico 2014. The nose is magnificent ! Intense aromas of cherries and something a little yeast-like. Its very smooth and voluptuous texture wraps all this richness, like Sophia Loren dressed in satin. A lovely example of an Amarone. Gave this 17/20.

Other wines tasted in restaurants and wine bars

Quite a few were tried but I find it almost impossible to take notes when concentrating on other things like conversation, ordering the wines and ensuring that things run smoothly for the group that I was conducting in this case.

I did mention last week the fabulous Valpolicella Superiore from Dal Forno Romano. Despite the fact that this producer is not within the Classico part of Valpolicella, this wine was clearly at a level above the others, both in its intensity and sheer quality, and also in its probable ageing capacity. The fact that it sells from about four times the prices of the others is also a consideration of course. Cult wines are usually « cult » for a reason, and in this case it is clearly one of quality. But one must be able to pay the prices asked to be able to enjoy them.

Map of Verona, through which flows the Adige, very full of water last week. Great place for a morning run along the banks

Go there and taste the wines! The landscapes and the buildings are often very spectacular and Verona is a beautiful city full of good wine bars and just so close to the vineyards. And now you know that there is much more to Valpolicella than the indifferent stuff from the big cooperatives and so on that fill the wine lists of pizza and pasta places around the world.

David Cobbold


15 Commentaires

Indigènes II – Salon des vins naturels des Catalognes et d’Occitanie à Perpignan

C’était les 29 et 30 avril dernier à Perpignan, à la chapelle Saint-Dominique. Ils sont revenus, c’était la deuxième édition, j’avais beaucoup aimé l’ambiance bon enfant de la première, celle-ci s’est révélée encore plus agréable, moins de monde, week-end du 1er Mai oblige, même les aficionados des vins naturels font le pont ! Tant mieux, on y respirait mieux !

20180430_155150

Ce salon confirme qu’un vent nouveau souffle depuis quelque temps sur le vignoble du Roussillon, grâce aux nombreuses installations de jeunes vignerons, souvent orientés vers une viticulture bio et une vinification naturelle. Mais, c’est vrai aussi pour la Catalogne du Sud ou l’Occitanie. Ça ne cesse de me surprendre, ils étaient près de 90 exposants, certains déjà bien connus, d’autres,  les « nouvelles pousses », comme les appelle Jean Lhéritier, ne demandent qu’à être découverts. C’est bien que Perpignan s’affirme comme un lieu de rencontre commun à tous ces «indigènes»; pour une fois, nos vignerons catalans n’ont pas à «s’expatrier» pour faire déguster leurs vins !

Un seul regret, les vignerons traditionnels et Dieu sait qu’ils sont également nombreux et de qualité, ne peuvent pas s’y exprimer! Normal, me direz-vous, ils ne sont pas natures! Je répète les propos que je tenais l’an dernier en commentant ce même salon: faut-il vraiment diaboliser, pour employer un terme à la mode, écarter les vins traditionnels, pour mettre en avant les vins naturels ? Les deux peuvent parfaitement cohabiter, et tous les vins traditionnels ne sont pas ultra-standardisés, comme tous les vins nature ne sont pas à mettre à l’évier. Quand les vins sont bons, je ne leur demande pas leur feuille de route et je respecte le savoir-faire des vignerons « normaux », ceux qui vinifient en nature ne détiennent pas le monopole de la passion pour le vin, ni du plaisir des papilles ! Voilà  ceci étant réaffirmé, je peux continuer…28379656_2111527385744195_1435878442457899015_nEn échange d’un droit d’entrée de 8€ et sans aucun besoin de carte professionnelle, j’ai reçu un verre et un petit carnet de dégustation assez pratique, celui-là. Et, c’est parti pour un grand tour de dégustation à l’heure catalane. Je n’ai pas joué du verre d’un stand à l’autre, car à force de courir les Salons,  j’ai déjà gouté pas mal de domaines, et, même si ces vignerons sont nombreux, on retrouve souvent les mêmes d’une manifestation à l’autre : Vin de mes Amis, Affranchis, La Dive ou encore Vins Nus et Bella Terra à Barcelone. J’y viens donc surtout pour des découvertes, pour saluer et pour partager quelques bons moments. Je progresse dans les allées dans une ambiance joyeuse et amicale.

  • Première halte chez Gilles Troullier, c’est un vigneron que j’ai découvert il y a peu lors d’un repérage dans le vignoble roussillonnais, il est pourtant installé depuis 2002,  mais il m’avait échappé, je suis impardonnable sur ce coup là ! J’ai eu un vrai coup de cœur pour ses vins. Ce que j’ai le plus apprécié : une pureté de fruit incroyable que j’ai retrouvé dans toutes ses cuvées. Moi qui ne suis pas une fan de la Syrah dans le Roussillon, je suis obligée de m’incliner devant la personnalité de celle de Gilles. Je vous livre les notes et photos que j’avais prises au domaine, ses vignes sont du côté de Latour de France et de Lesquerde.

20180430_144220

L’Ultim, I.G.P. Côtes Catalanes – Rouge – 2016

Issu de jeunes vignes de Syrah d’altitude (plus de 400m)  sur granite. L’élevage en cuve béton exclusivement, dure 12 mois avant la mise en bouteilles sans filtration. A peine 12,5 %. Intensité du fruit mûr et des arômes,  franchise, précision et fraicheur, tout y est pour un maximum de plaisir. A un prix très accessible 13€

 De Là, I.G.P. Côtes Catalanes – Rouge – 2016

100% Syrah, assemblage de 2 terroirs granitiques de Lesquerde et Trebillac ; élevage pour 20% en barriques, le reste en béton.

Grande complexité des arômes, où  les fruits noirs se mêlent aux notes florales et  d’épices. Pureté et élégance définissent une bouche mi-corsée, aux tanins polie et à la finale toute en fraicheur. 18€

20180314_111522

L’Esprit du Temps, I.G.P. Côtes Catalanes – Rouge – 2015

Une cuvée 100% Grenache  vieux de 100 ans, issu de Saint-Paul de fenouillet. Pas égrappée, élevée uniquement en béton et en cuve.

Dans cette cuvée, la vitalité du fruit est impressionnante, des arômes qui oscillent entre fruits noirs, rouges et la garrigue, avec une touche florale et une ponte épicée ; la bouche est franche, pure, la texture élégante, les tanins fondus. Que du plaisir pour 28€.

Boreal, I.G.P. Côtes Catalanes – Rouge – 2014

Encore un 100% Syrah à 600 m d’altitude sur granite très caillouteux, parmi les plus vielles syrah du coin,  une cuvée parcellaire, 12 mois de fut et 4 mois d’œuf. Je l’ai aimée pour sa pureté aromatique, pour sa densité, pour sa trame et sa texture soyeuse, pour ses arômes à la fois floraux et fruités, ses notes d’olive et ses tanins épicés.  Beaucoup de caractère et de fraîcheur dans cette cuvée élégante à 39€.

20180314_113942

L’Imprévue I.G.P. Côtes Catalanes Blanc 2016

Une cuvée de grenaches gris sur schistes. Riche, tendre, et délicate, jolie acidité, boisé présent mais très léger, il est cependant préférable de l’attendre un peu.

Je n’ai pas trouvé de prix, mais je crois qu’elle vaut aux alentours de 30/40€.

  • Un peu plus loin, j’ai posé mon verre chez Ludovic Engelvin, il m’avait été recommandé par ma fille !

Il est installé sur la commune de Vic le Fesq, tout près de Nîmes, et travaille ses 6 hectares de vignes en biodynamie. Sur les terres du domaine pâturent également son troupeau de brebis, de race typique des cévennes, favorisant la vie du sol et maîtrisant l’enherbement. Les vinifications sont réalisées de manière naturelle, par levures indigènes, sans aucun adjuvant excepté un très léger sulfitage à la mise, pour une meilleure stabilité.

20180430_145814

 

Cru- Elles, Vin de France – Rouge – 2015

Un assemblage de Grenache Noir (70%) et de Mourvèdre (30%) élevé en cuves. Bonne surprise, ça n’est pas une carbo ! Un fruité gourmand, une bouche assez souple, dotée d’un fruit franc et juteux. L’ensemble est équilibré vivant et gourmand. En résumé : souplesse, gourmandise, sincérité.17,50€

Clos Serre – Cabanis, Vin de France – Rouge – 2016

Un assemblage de Grenache/Mourvèdre, un peu sauvage, profond à la structure très policée, il déploie une chair embaumante tout en conservant une jolie fraîcheur et une belle délicatesse. 24€

 Les Vieux Ronsards 2015 – Ludovic Engelvin

C’est un 100 % grenache issu de vieilles vignes. Élevé 12 mois en fûts et 6 mois en cuve inox.

IL offre une bouche intense, un fruit mur, un jus compact et pulpeux, une matière franche, juteuse et complexe. Une cuvée qui ne manque pas d’envergure, un peu chère, 58€ prix qui se veut justifié par la faible production !

20180430_145825

Et puis, dans les salons, il y a toujours la rumeur qui court, et qui désigne le vigneron chez qui il faut absolument aller déguster, son nom se répète à longueur d’allées, donc on finit par s’y rendre. Cette fois-ci, il s’agissait de Hirofumi et Rié Shoji :

Pedres Blanques, Vin de France 2017

Une révélation selon les dire, beaucoup n’hésitaient pas à parler de nouvelles stars de la côte Vermeille. Rié et Hirofumi Shoji sont japonais et installés à Collioure. Hiro a travaillé quelques années avec Frédéric Cossard avant de se lancer. Ils cultivent deux parcelles, l’une plantée en 1989 et l’autre en 1965, toutes deux sur le sol granitique / schiste. Les vins sont issus entièrement du Grenache Noir. Récolte manuelle, grappes entières, fermentations spontanées, pas de pompe et pas de filtration, élevé sous bois.

20180430_155053

Pourquoi le nier, j’ai été accrochée par ce vin, il est à la fois très pur et très exubérant, plein de fruit frais croquant, profond et charmeur. C’est une très jolie bouteille:  de la finesse, de l’élégance, du fond, de l’équilibre, tout est là pour parler de vin magnifique et différent. Un étonnant mélange entre fruit, fraicheur et intensité ! 25€

Un domaine à suivre sans nul doute, la révélation de ce salon.

20180430_155101

  • Enfin, un ami a tenu à ce que j’aille gouter les vins du Domaine Vinya Ferrer (Terra Alta) : deux amis d’enfance, Marcel Carrera et Ramón Viña qui ont décidé de faire du vin nature ensemble. C’était en 2010, ça représente en tout 2 ha de grenache et 1h de Cariñena et Morenillo ! Ils atteignent à peine 2 000 bouteilles. Chaque année, un nouveau vin sort d’une nouvelle parcelle et ainsi, petit à petit, ils grandissent et s’améliorent. En fait, j’avais déjà dégusté leurs vins au Salon Vins Nus à Barcelona, je retiens surtout :

Nar i Tornar (Garnacha) Negre

Un rouge assez sauvage, aux notes de fruits rouges mûrs et de garrigue, la bouche est charnue, mais coulante, l’acidité est correcte la finale légèrement amère, apporte au vin une certaine vivacité.

20180430_153124

J’ai surtout aimé leur Rancio, avec un nez net et expressif, aux parfums de mon enfance, torréfaction, menthol, fruits secs, une bouche savoureuse, ample avec des notes de noix, de noisettes grillées et zeste d’orange, finale agréablement amère.

 Voilà un bref aperçu des Indigènes 2018, il est ouvert au public, alors je vous le recommande vivement pour l’an prochain. Le plus de ce Salon  « familial », en dehors du lieu (Eglise des Dominicains) qui a lui seul vaut le déplacement, c’est son marché de producteurs Bio, les produits locaux y sont à l’honneur ! Sans compter qu’on peut repartir avec les vins qu’on a aimé, ils sont vendus sur place par les vignerons (je me demande ce qu’en pensent les cavistes perpignanais, mais bon…)

31577863_2142671225963144_5523332280572968960_n

Ce salon est organisé par Slow Food Pays Catalan et soutenu par la ville, la communauté urbaine et la région !

Hasta pronto,

MarieLouise Banyols

 


4 Commentaires

Daumas Gassac blanc, à la verticale du bonheur

Un «Ovni viticole». Tels étaient les mots employés par notre ami Marc, l’été dernier, lors d’un passage au Mas de Daumas Gassac. Une dégustation de 23 millésimes de la grande cuvée de cet IGP pas comme les autres confirme la justesse du propos.

Citons encore notre collègue d’IVV : «Je n’imagine pas déguster Daumas Gassac comme un vin du Languedoc. C’est une question de typologie. C’est à la fois un vin de terroir, bien caractéristique des causses calcaires avec ses airs de garrigue, d’épices, de fruits mûrs, mais coulé dans une structure assez étrangère par rapport à ce qu’on trouve dans ce Grand Sud».Me voici sur ses traces, invité à une dégustation verticale de 23 des 32 millésimes produits (les absents l’étant pour cause de manque de bouteilles).
La dernière dégustation du même genre, organisée autour des rouges, datait de 2014. Mais celle-ci était centrée sur les blancs, histoire de bien montrer que le terroir d’Aniane, et notamment ses calcaires blancs du Lutétien, s’y prêtent. D’ailleurs, l’encépagement du domaine fait la part belle à cette couleur. L’avantage de ne pas revendiquer l’appellation est de pouvoir utiliser un maximum de variétés différentes, et d’origines différentes. Daumas Gassac ne s’en prive pas, qui en utilise, pour cette seule cuvée, jusque 23 ! Certes, le Viognier, le Petit Manseng, le Chardonnay et le Chenin jouent les premiers rôles, mais on y trouve aussi des cépages aussi inattendus ici que la Petite Arvine, le Sercial, la Falanghina… A noter que l’assemblage peut varier d’une année sur l’autre ; le nombre de variétés était aussi moindre dans les premières années.

Une histoire de famille

Au côté de leur mère Véronique, Samuel, Roman, Basile et Gaël Guibert ont pris peu à peu le relai de leur père Aimé, disparu en 2016.
Dès le début des années 2000, la nouvelle génération avait été associée aux décisions et aux vinifications. L’histoire du domaine – qui en est à sa quarantième vendange – s’écrit donc toujours en famille.

IMG_2285.jpg

La vente du vin en primeur, qui connaît un grand succès, booste la commercialisation. Mais ce succès même porte en germe comme une obligation d’excellence, alors les Guibert sont toujours en recherche ; à l’image du beau patou qui garde les moutons chargés de l’entretien de certaines parcelles, Daumas Gassac veille.

Emotion

Le mot qui résume cette dégustation, c’est émotion.
Emotion de déguster un vin tellement particulier. Tellement lié aussi à la personnalité d’un homme, Aimé Guibert, qui a décidé de ne rien faire comme les autres, de se laisser guider par ses sens. Une bonne partie des cépages blancs plantés au domaine le sont tout simplement parce qu’Aimé, au hasard de ses voyages, a eu un coup de cœur pour eux.


Emotion d’un voyage dans le temps, aussi – je ne déguste pas tous les jours des blancs de 30 ans.
Emotion, encore, d’en trouver pas mal de bons, et notamment parmi les plus anciens.
Emotion, enfin, de partager ce moment avec les enfants d’Aimé, in situ, et avec un aréopage de dégustateurs internationaux.

Unanimité… et dispersion

Justement, à ce propos, pour une fois, il me semble au moins aussi intéressant de parler du goût des autres que du mien.
Une fois la dégustation terminée, nos hôtes nous ont demandé nos impressions, et d’établir un palmarès parmi les vins, le quinté de nos préférés.
Ce qui était frappant, c’était la dispersion, le nombre de millésimes cités. Certes, quelques vins ont réuni de nombreux suffrages, comme le 2000. Mais de nombreux dégustateurs ont préféré des millésimes que j’avais moi, un peu dédaignés ; et à les écouter les défendre, j’avais souvent envie d’adhérer à leur point de vue. Car ce blanc est si particulier, cet assemblage si complexe qu’on peut presque toujours y trouver de quoi séduire, surprendre ou désarçonner n’importe quel dégustateur.

Quant à moi, j’avais réparti les vins en deux catégories: avant et après 2009 ; ce millésime (que j’ai adoré) faisant pour moi la césure entre les vins à l’aromatique jeune, florale, poire et agrumes, principalement, et ceux qui présentent un caractère plus évolué (notes de coing, parfois même de torréfaction et d’oxydation ménagée).
Certains de mes confrères ont ajouté une troisième catégorie : les rancios secs.
Pourquoi pas ? Avec ces vins, nous avons voyagé de la Bourgogne (le chardonnay) au Roussillon (le rancio) en passant par le Rhône (le viognier), sans jamais quitter la garrigue d’Aniane et ses épices.

Reste à évoquer le thème du sucre résiduel ; dans certains vins jeunes d’années riches, il est très perceptible – dans le 2015, par exemple, où il dépasse les 12 grammes. En fonction du contexte, on peut trouver que c’est beaucoup (ce fut le cas lors de la dégustation, mais pas du tout à table).

Surtout, on s’aperçoit que ce sucre se fond très bien au vieillissement. Donc, je ne crois pas qu’il faille à toute force l’éviter. Pas plus que le bois. Depuis les années 2000, celui-ci a été quasiment abandonné. On peut comprendre ce parti pris s’il s’agit de privilégier l’aromatique des vins jeunes ; de plus, le blanc de Daumas Gassac est naturellement assez tannique. Mais j’ai perçu dans des millésimes anciens, qui étaient alors passés en bois, une plénitude, une complexité qui me le ferai presque regretter.

Trois exemples

Pour ne pas rallonger inutilement cet article, j’ai choisi de ne commenter que 3 vins, chacun dans un style.

Il y a d’abord le 2013.

Mon préféré parmi les jeunes millésimes, parce qu’il me semble avoir déjà atteint le moment magique… où l’on peut le boire sans se demander si l’on fait une erreur de casting. Poire, fleurs blanches, camomille, épices, encore l’exubérance de la jeunesse et beaucoup de caractère. 16,5/20

Il y a ensuite le 2000.

Avec ce vin, on entre dans l’ambre. Nez de fruits secs, abricot et corinthe fruits mur torréfaction presque banyuls Belle bouche d’oxydatif. Miel tabac caramel mou. Grandiose, riche, confiture, rhum. Minéral. 17/20 (dans la même catégorie, ou presque, je rangerais le 2009, peut-être un peu plus âpre en bouche, mais cela lui va si bien !).

il y a enfin le 1995…

Dans le style évolué – mais pas fatigué : caramel, sirop d’érable, fruits secs, écorce, quinquina en finale – et quelle impression de plénitude ! Dans la même catégorie des vins bien conservés, je range le 1993 et le 1996 – ce dernier, avec un sucre résiduel un peu plus marqué. 16/20

En résumé 

Beaucoup de cohérence malgré le passage des années, une complexité manifeste due à la diversité des cépages mais aussi aux maturités différentes.
Il y a deux approches: avant dix ans, plus ou moins, le plaisir des contrastes, le floral et l’agrume, le salin et l’amer, le sucre et l’acidité.
Puis l’âge aidant, des vins plus fusionnels. Plus ou moins secs, mais souvent bluffants de complexité – oxydatifs mais pas oxydés.
Des sucres mieux intégrés, du gras et un amer fin qui compense des pH assez bas.
Une énergie, un dynamisme à tous les étages, dans tous les millésimes, mais plus de confort dans l’âge. Rendez-vous dans quelques années pour les rouges ?

www.daumas-gassac.com

Hervé Lalau

Article paru dans In Vino Veritas le 16/4/2018


5 Commentaires

Grenache du Monde 2018, moments choisis

Les concours, du moins ceux qui en valent la peine, sont propices à moult opportunités. Tout d’abord les vins dégustés, ici en l’occurrence des Grenache venus de partout ousqu’on en fait, des amis qu’on retrouve, de nouvelles connaissances, on parle plusieurs langues, on visite des lieux parfois improbables, on goûte la cuisine locale avec bonheur ou pas, on apprécie les architectures des différents endroits qu’on visite, bref, on passe quelques jours riches… en bonne compagnie, Marilou partageait avec moi ce déplacement en Terra Alta, région catalane organisatrice du Mondial du Grenache 2018.

Voici quelques moments choisis illustrés

Soirée à Barcelone sur la Rambla dans un endroit kitch au possible l’Opera Samfaina, Marilou vous en a déjà parlé. Je n’ai pas du tout capté la philosophie de ce lieu particulier dont quelques parties font plus flipper que donner envir de manger ou de boire.

Heureusement, il y avait du beau monde…

Tarragone l’antique, et la visite guidée qui nous appris l’intérêt de César auguste pour la cité. Il y résida même 3 ans.

Mais après quelques rues typiques, quelques églises et ruines romaines, une pause Vermut s’impose.

 

Quel délice ! Un verre de boisson amère bu entre amis sur une petite place baigné par le soleil de presque midi, moment qui oublie un instant le temps, temps d’une gorgée, petite échappée avant de retrouver nos compagnons de concours.

 D’un lieu à l’autre, d’aisance pour certains

On peut remarquer, pour les habitués, la transformation subtile de cet urinoir qui au départ devait quelque peu tacher les godasses (je en vous fais pas un dessin messieurs)

Le concours

Nous voilà à Gandesa pour les deux matinées de concours. Une cave coopérative qui date des années 20 et dont les portes peu hermétiques laissent passer un courant d’air froid (le temps était merdique), ce qui ne facilite pas la dégustation. N’est-ce pas Marilou

Mais l’ambiance est bonne, le rythme assez rapide et les découvertes au rendez-vous. Comme ce Grenache des Marche che m’ha fatto scoperire un giornalista italiano dont je ne retiens jamais le prénom, mais c’est le gars à la table de Marilou avec ses lunettes.

J’ai certes aimé celui publié par Marilou, mais j’ai préféré Cinabro, un Bordò très élégant, mais rare comme les autres Bordò, moins de 8 domaines en produisent. Je compte en parler plus longuement, si je réussi à avoir quelques échantillons.

L’architecture

Déjà à Grandesa, le style de la coopérative témoigne de cet élan populaire qui voulait un lieu de travail beau pour ses ouvriers, coopérateurs émérites qui sortaient la campagne du marasme.

L’autre exemple visité est La cave coopérative d’El Pinell de Brai.

À l’époque les associations de paysans viticulteurs font appel à des architectes connus comme Gaudi et ses disciples qui si l’on regarde bien ont repris le style ‘mudejar’, c’est du moins mon interprétation (les Mudéjars sont des musulmans devenus sujets des royaumes chrétiens de León, Castille, Aragon et Portugal lors de l’expansion de ces royaumes vers le sud durant la Reconquista. Parmi eux maçons et architectes qui appliquaient la façon arabique aux églises chrétiennes). Donc reprise de ce style particulier dans les années 20 pour construire ces cathédrales du vin dont les dentelles de briques impressionnent par leur élégance arachnoïde.

De beaux verres

 

Dans un patelin perdu de la Terre Alta, Batea, le bon peuple qui va déguster le bon vin dans les ruelles étroites le fait avec des verres dignes de ce nom !

En France (vive la France et sa belle vaisselle disparue) ça n’existe pas. Et je ne supporte plus de déguster, ni de boire dans un verre INAO, le riquiqui est obsolète. Par contre à Batea, nous avons pu apprécier de très jolis vins, il y en avait plus qu’un peu, dans de grands verres signé Riedel (dans leur version mécanique), quel plaisir !

 

Et en très bonne compagnie, Fabrice Rieu, au milieu, président du concours, et Stéphane Zanella, à droite, directeur général des Vignerons Catalans.

Un peu de cuisine locale, c’était bon, un peu roboratif, et je ne me souviens plus du nom, ni de tout ce qu’il y avait dedans

Tout a une fin,

Dîner de gala dans une église sans toit. Le village, Cordera, l’un des derniers bastions des Républicains lors de la guerre d’Espagne, est resté dans son jus (dans ses ruines), seule l’église a gardé ses murs presque intacts mais pas son toit aujourd’hui recouvert de panneaux transparent, ça fait bizarre, mais permet de voir les étoiles par ciel dégagé.

 

Remerciements de Joan Arrufí, président de la DO Terra Alta (vous trouvez pas qu’il ressemble un peu à Carles Puigdemont…

Malgré les conditions climatiques un peu rude pour ce début de printemps en Catalogne, on garde tous le souvenir d’un accueil chaleureux et une envie de montrer ce qu’ils savent faire ces vignerons de la DO Terra Alta. D’ailleurs, eux, comme le reste des producteurs de la Péninsule, ont compris l’importance que pouvait avoir ce concours pour démarcher les marchés à l’export comme les USA. Une médaille au concours facilite les échanges commerciaux entre pays exportateurs et importateurs. Remarquons qu’à part le Roussillon, terre fondatrice du concours, le reste de la France productrice de Grenache est pratiquement inexistante…

Adéu

 

Marco


Poster un commentaire

Blois is 60% cinq

Loire Millésime

2018 Loire Millésime  

It is good to be back in the Loire for the first time since late October 2017. The occasion is the second edition of Loire Millésime. The first edition was held at the Abbaye de Fontevraud near Saumur. This year we are much further up the Loire at Blois and amongst the assembled journalists – some 70 from around the world – I have been joined by fellow Les Cinqs – Hervé and Marc, so 60% of us are present here.

Unlike last year there is no threat of frost the days are hot and the nights are much milder – well above freezing. In contrast last year the days were wonderfully bright but the temperature plummeted at night giving the producers a series of frosts to fight.

 

Hervé-towers overNotre grand chef blaguer towers over Blois 

 

Marc- ancient & modernAncient and modern – a young journalist amid a classic 

IMG_6585An inspiration for one of Les 5 – Château de Blois

We started this three and a half days of tasting on Sunday evening with a look at Chenin Blanc along the same format as last year at the Domaine de Rocheville in the commune of Parnay. The tasting included some of the Loire’s best exponents of Chenin Blanc in its diverse facets.

Producers present at the event included Claude Papin, Jérôme Billard, Francis Jourdan, Jean-Max Manceau, Olivier Lecomte, Ludovic and Joël Gigou, Philippe Porché, Patrick Baudouin, Tessa Laroche, Julien Fournier, Xavier Frissant, Nicolas Paget, Marielle Henrion, Alexandre Monmousseau, Vincent Lebreton and Alexandre Cady, There were many exciting and diverse wines to taste.

Monday has been given over to tasting the 2017 vintage from wines that were entered in the 2018 Concours de Vins Val de Loire, This doubtless is a good way to encourage producers to enter the competition and is admirably democratic but it does mean the wines from some of the best and most famous Loire producers are not in the tasting. It is a given for all wine competitions that many of the top producers do not enter them. After all they may well have more to lose than gain and furthermore they rarely need the publicity as their established renown sells their wines. However, this format does give me the chance to discover good producers that I don’t already know.

Monday’s tasting confirmed that despite the April frost 2017 completes a quartet of good vintages in the Loire with successes in both the dry whites and the reds.

Hervé-enfant

H+M-offices

Hervé et Marc in front of the newly opened
offices of the Touraine branch of Les 5 du Vin

 

Some favourites from 2017: 

Haut Bourg Pavillon

2017 Pavillon, Muscadet Côtes de Grandlieu sur Lie,
Domaine du Bourg, Hervé et Nicolas Choblet
– elegant and with real character 

Grolleau Robineau

2017 Grolleau IGT Val de Loire, Michel Robineau
Fine example of why Grolleau can be an excellent quaffing wine 

Côt Garnon La Chapinière

Côt Garnon, Touraine, La Chapinière
This promising 2017 underlines that Côt (Malbec) 
is very well suited to the Cher Valley.
Also that La Chapinière is a consistently good producer

Touraine Mesland-Rabelais

Barrel-aged Cuvée Anais Touraine Mesland, Domaine de Rabelais 
Good concentration and structure  

 

Chinese cap

Les 5 - trio

 

 

 

 

 

 

 


1 commentaire

Lisbon’s new gastronomic festival: Adegga’s new Food & Wine Festival: June 30th – July 1st 2018

Edward VII Park in the centre of Lisbon 

The restored Pavilion Carlos Lopez is just off to the left 

It is good news that Adegga will be holding a two day Food and Wine festival in the centre of Lisbon on Saturday June 30th and Sunday 1st July 2018. Adegga is well known for running their regular Wine Markets with great success.

 The new festival will be held in the Pavilhão Carlos Lopes, which is on the edge of Edward VII Park and has recently been restored.  

  

André Ribeirinho of Adegga with Filipa Pato

 

André Cid of Adegga with Filipa Pato

Press release from Adegga:

The 2-day festival that brings together the main wine producers in Portugal and the best food experiences will take place on the weekend of June 30th and July 1st.

The new Adegga Food & Wine Festival will take place on the terraces of the recently restored Pavilhão Carlos Lopes in the Parque Eduardo VII, which overlooks in the city center. Here Portuguese and international consumers will experience an innovative gastronomic event.

Based on the Summer edition of the Adegga WineMarket (widely considered one of the best wine events in Portugal) the festival will bring together wine producers selected by the Adegga team and gastronomic experiences with invited Portuguese chefs. On each Chef’s Table visitors will be able to discover and taste the best food and wine pairings specifically designed by each chef. A special dinner with a unique concept will also take place on the first day of the event.

“Despite the fact the Adegga WineMarket is considered by our visitors as one of Portugal’s best wine experiences, raising the bar is an essential part of our DNA. We always had food options on our events but now we’ve created an integrated food and wine experience, where wine and food are deeply connected. We assume ourselves as a summer festival that presents the best products and quality brands and simultaneously a special gastronomic experience.”, says André Ribeirinho, one of the founders of Adegga.

Adegga is a Wine & Lifestyle brand that recommends and brings together producers and consumers through a diversity of experiences.

André Ribeirinho, André Cid and Daniel Matos created the Adegga WineMarket concept that, now through more than 20 editions, has defined a new standard of quality wine events integrating such concepts as Taste & Buy, Event Online Shop, Rising Stars and the SmartWineGlass technology.  

SmartWineGlass  is an award-winning technology that is used in prestigious world-class wine events, helping event visitors remember the visited brands and tasted wines through an automatic email sent after the event. Adegga Rising Stars is a space for rising winemakers and projects inside the event. These are some of the innovations that have made Adegga a wine industry reference. 

Through their modern consumer-oriented comunication, Adegga has brought new consumers to wine and promoted over 200 quality wine producers. In previous years Adegga has taken Portuguese wine to Brussels, Berlin and Stockholm. 

  Event information:

  • Name: Adegga Food & Wine Festival
  • Dates: 30th June and 1st of July
  • Location: Terraces of Pavilhão Carlos Lopes
  • Tickets: available soon
  • Official Site: www.adegga.com

 

Jim Knee1