Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


5 Commentaires

The Loire comes to Newtonmore

Mountain view

Newtonmore is a village in the Highlands of Scotland – up in the Cairngorms overlooked by mountains. Whether people living in the Alps would call them mountains is another matter as few are over 4000 feet. They should not be treated lightly, however, especially in winter as they are a good 1000 miles north of the Alps. The weather can change with frightening rapidity going from a bright clear day to a white-out in just a few minutes.  Just as in the Alps there are a number fatalities on these mountains every year.

Newtonmore, which is is about 45 miles south of Inverness – the capital of the Highlands –  used to be on the main road (A9) from Edinburgh to the north of Scotland. Now the new trunk road version of the A9 bypasses all the villages and towns on its  way to Inverness, so compared to London the roads are relatively quiet here.

The village still has a railway station and surprisingly, although it is just a single platform and is unmanned it is possible to catch the sleeper to and from London.  This is where I will be, at least until early April.

All in all this is a rather long intro to explain that despite being confined to the Scottish Highlands I am still able to taste some Loire wines, which producers have kindly sent to me here so I can continue to work.

2017 Coteaux du Giennois, Clément and Florian Berthier

2017 Coteaux du Giennois, Florian and Clément Berthier

 

This 2017 Coteaux du Giennois from Clément and Florian Berthier is simply delicious – not complex but lovely, very clean citric aromas and flavours including grapefruit notes. Vignobles Berthier is based in Sainte Gemme en Sancerrois. The domaine was founded by Jean-Marie Berthier in 1983 and now has nearly 25 hectares making Sancerre, Menetou-Salon, Pouilly-Fumé and Coteaux du Giennois.

This wine is represented by

Chris Hardy & Charles Sydney
Charles Sydney Wines Ltd
Petite Maison
11 Quai Danton, 37500 Chinon
France
Tél :  (France) 02 47 81 44 03
They arrange sales to the UK wine trade.  

••••

2015 Domaine René Couly, Chinon, Couly-Dutheil

Domaine René Couly is another fine 2015 red from Couly-Dutheil. These vines are planted on clay and flint and from parcels selected by René Couly, the grandfather of the company’s current MD – Arnaud Couly.

The deep coloured 2015 Domaine René Couly is considerably more concentrated than Wednesday’s featured wine – 2015 Les Gravières. Although drinking well now, the René Couly has considerably potential to improve and age over several decades. 

•••

   

Encore Couly-Dutheil – 2015 Baronnie Madeleine

2015 Baronnie Madeleine, Chinon from Couly-Dutheil 

 Couly-Dutheil only release the Baronnie Madeleine cuvée in good vintages. 2015 is certainly on of them. Baronnie Madeleine comes from selected parcels on the clay limestone slopes or the plateau above these slopes. The 2015 has attractive concentration and plenty of soft black fruit. Very enjoyable to drink now it lacks, for the moment (?), an extra dimension. On the other hand it is noticeable that the tannin management is greatly improved over the last decade. Gone are the dry, harsh tannins that marred their wines in the first decade following the millennium.  

 

****

2015 Château de l’Aulnaye, Muscadet Sèvre et Maine, Château Thébaud

2015 Château de l’Aulnaye, Muscadet Sèvre et Maine,
Château Thébaud, Famille Lieubeau 

This very fine rich and concentrated Muscadet spends three years on its lees. It is the style of cru communaux, although Château Thébaud has yet to be formally recognised the French government rather to the understandable frustration of those eligible to benefit from the new appellation.

This style of Muscadet is far removed from the fresh citric version that goes so well with shellfish. We drank the 2015 Château de l’Aulnaye with salmon with butter and lemon in a parcel – a fine match. This Muscadet also worked well with some mature Montgomery cheddar. 

The Lieubeaus are important growers in Château Thébaud.  

  

Chinese cap


8 Commentaires

Divergence, La Dive, La Levée de la Loire, le Salon des Vins de Loire, quelle fréquentation…

Comme Marilou en parlait hier, accentuons le trait. Ce qui m’a toujours amusé, c’est la fréquentation des différents salons auxquels je me rends.

 

Cette année, mes pieds m’ont porté pour la première fois jusqu’à Saumur pour pénétrer les Caves Ackerman où se déroulait La Dive. Je n’ai pas été déçu, je voulais y voir quelques Jurassiens, ce fut fait avec bonheur. Mais ce qui m’interpelle donc, c’est la fréquentation, pas en nombre (très beau succès pour La Dive) mais le type de fréquentation, comme le style des exposants. Qui, dans cet endroit un peu obscur où la foule se presse, adoptent la technique du caméléon. De plus, dans ces galeries, je m’imagine, moi, le fan de science-fiction, qu’à l’extérieur un cataclysme majeur s’est produit et qu’on vit tous sous terre.

                                                                                                                 Philippe Bornard dans ses œuvres

À La Dive, on a l’impression que les visiteurs comme les exposants obéissent à une tendance vestimentaire bien particulière.

Mais à La Levée de la Loire, exposants et visiteurs répondent à un autre code vestimentaire. Chaque lieu possède le sien.

   Vincent Caillé (super Muscadet) au salon des vins de Loire avant qu’il ne passe de l’autre côté

Un vigneron change légèrement son look quand il passe du Salon des Vins de Loire à La Levée ou à Demeter l’année suivante.

Vincent Caillé à Demeter, la nuance est subtile, mais flagrante

J’adore, j’aurais dû faire anthropologue.

Le lieu transforme l’occupant, de l’habit à l’humeur.

La Dive pratiquement au même endroit

À La Dive, c’est chaleureux, malgré la fraîcheur de l’endroit, les contacts n’ont pas l’air vraiment commerciaux, alors qu’ils le sont en grande majorité. Qu’on soit Nature ou … on est là pour faire du blé. Comme ailleurs, à La Levée ou au salon connexe Demeter, on est là pour faire des affaires, pareil pour le Salon des Vins de Loire. Ce dernier est un peu moins ‘drôle’, il a rapetissé par manque d’effectifs, mais a regagné sa convivialité. La plupart des grosses machines ont disparu, préférant les sirènes parisiennes de Vinovision. Du coup, les assidus, les fidèles, les obstinés ont un espace des plus appropriés à leur discours. Discours qui rappelons-le de ce côté-ci de la ‘force’ peut être biologique, biodynamique, conventionnel, allant pour certains jusqu’au Nature (les sectaires affirmeront que c’est du faux…).

Je n’ai pas pu me rendre à Renaissance au Grenier Saint Jean cette année, je le regrette, l’ambiance y est encore différente, peut-être plus affairée, plus intense; pour moi, c’est l’intermédiaire ou le lien entre La Dive et La Levée.

Mais, il y en a toujours UN, mais il est pour moi positif, ce MAIS. Tous ces salons présentent et font déguster du vin, rassemblent des gens d’origines différentes, brassent tout un monde et jouent aux vases communicants. Et surtout offrent la possibilité à chacun de trouver son univers vin avec certes ses sectarismes, ses incompréhensions et ses rejets. Mais en final, n’en déplaise aux instances et autres oiseaux de mauvais augures, le vin reprend du poil de la bête. Et voir autant de jeunes trinquer à un monde meilleur, je dis « mort aux chieurs »!

Fabien Chasselay

Ciao

 

Marco


14 Commentaires

Central Loire Vineyards – 1990 – 2017

CrossSancerres

1990 - 2017a

The last 27 years has seen very considerably changes in the Central Loire Vineyards. With one sole exception it has been a tale of success and expansion. It is fascinating to compare the area planted in each of the Central Loire appellation in 1990 with the area planted in 2017.

An overall increase of 2451 hectares in production – a 77% increase – are the headline figures. However, the dramatic revival of appellations such as Quincy and Reuilly that in the 1970s and for much of the 1980s are perhaps the most interesting. The revival of Reuilly owes much to the late Claude Lafond, who had the vision to persuade the few producers to work together and to establish a common wine-making facility above the small town of Reuilly. It was similar in neighbouring Quincy where a common winery was built at the village of Brinay. These wineries are different from a cave co-operative. Here the producers make with guidance, keep and sell their own wine themselves. The facilities are shared but not the wine.

Equally the expansion of Menetou-Salon up by nearly 200% from 196 hectares in 1990 to 576 ha last year is impressive. Sancerre and Pouilly-Fumé have seen the largest increase in terms of hectares – 1032 ha and 580ha respectively.

Pouilly-sur-Loire – 100% Chasselas – is the only appellation in decline: slipping from 56 hectares planted in 1990 to just 27 last year. Doubtless those lost hectares of Chasselas have been replanted with Sauvignon Blanc – Pouilly-Fumé is so much easier to sell.

The changes in the Central Loire are in marked contrast with the contraction in the area planted with Melon de Bourgogne for Muscadet in the Pays Nantais. In 1990 all the Muscadet appellations covered 11,280 hectares – this doesn’t include Muscadet Côtes de Grandlieu which was promoted to appellation status in 1994. At its highest point Muscadet reached some 13300 hectares. By 2016 this area had dropped to a total of 8200 ha. Of these Muscadet Sèvre et Maine accounted for 6300 ha, Côtes de Grandlieu – 230 ha, Coteaux de la Loire – 150 ha.

Even with this sharp contraction Muscadet (820 ha) is still substantially larger than the whole of the Central Vineyard combined – 5750 hectares.

 

Visit to FilipaP

 

 


4 Commentaires

A dispatch from the lunatic asylum…..

But for a slip on black ice on 2nd January I would be at the Salon des Vins de Loire in Angers. Unfortunately when I fell my left leg went underneath me and ruptured my quads from my knee cap. This necessitated having on operation on 4th January to reattach the tendons. (See ambulance and knee photos below). 

Fortunately my recovery seems to be going well. I can now go out for long walks relying on just one crutch rather than the two I started out with after the operation. Despite this progress it is still impossible for me to travel, so very sadly no Millésime Bio and no Salon des Vins de Loire this year. 

However, I gather from Chris Kissack, the estimable Wine Doctor, that the catering in Press Office has gone down very sharply in my absence. In the past the Press were offered a very considerable spread for lunch. Clearly austerity has arrived in Angers! Chris reports that the Salon, which for the first time runs for only two days, was busy on Monday and that La Levée de la Loire has expanded considerably. Doubtless this is a reflection of the continued growth of organic viticulture in the Loire. 

But to return to the lunatic asylum – the lamentable state to which the madness of Brexit has reduced in the UK. The latest piece of lunacy is Teresa May ruling out staying in the Customs Union after we leave (if we leave) the EU at the end of March 2019. How May and her government are going to square this with the agreement at the end of Phase One that there would be no hard borders between Northern and Southern Ireland? 

May parrots the aim of achieving ‘frictionless’ trade ignoring the fact that the Customs Union provides frictionless trade. So why attempt to create a new system, which the EU may well not accept anyway? It is amazing that 18 months after the referendum vote on 23rd June 2016 the UK government has still not agreed on what they are seeking as a trading arrangement following Brexit. 

At least being in Scotland I’m in the antechamber of the lunatic asylum and there have been some compensations being in Scotland. As already posted we ordered a selection of wines from The Wine Society – a selection of whites from South West France, a selection of reds from Spain and some Sherries. 

In addition Château de Tracy and Couly-Dutheil have kindly sent me a selection of samples, so that I can continue to work during my convalescence.

 

 5.2.18: the scar healing up 

 

 


1 commentaire

Pourtant, moi, d’habitude, les Sancerre rouges…

J’ai toujours une certaine appréhension lors d’une dégustation de Sancerre rouges: la maturité sera-t-elle au rendez-vous, l’élevage dominera-t-il les vins, aurons-nous du fruit ? Malgré les robes plutôt claires, et des nez parfois peu expressifs, la dernière en date m’a quelque peu rassuré.

Voici mes préférés.

 

Les Garennes 2016 Sancerre La Cave des Vins de Sancerre

Rubis velouté, le nez nous offre un choix de confitures de fruits rouges relevées de poivre noir et de cannelle. La bouche croque gourmande et reprend les baies confites, fraise, groseille et framboise. Les tanins encore marqués par la jeunesse déroulent leur tissu au relief accrocheur, mais certes bien juteux. Joliment frais, il nous charme par son caractère primesautier.

www.vins-sancerre.com

Anthocyane 2015 Sancerre Domaine Bernard Fleuriet & fils

 

Grenat aux reflets améthyste, au nez maculé de confitures de frais, groseille et cerise rafraîchies d’éclats de citron confit, piquées d’un clou de girofle et bien poivrées. La bouche, construite et structurée, se tapisse de tanins soyeux à la texture suave. La longueur nous parle des épices, réglisse, poivre et cumin, qui poudrent les fruits.

Issue des plus vieilles vignes plantées sur des grands terroirs à rouges, cette cuvée est macérée durant 30 jours et élevée en barriques dont 1/3 de neuves pendant 12 mois.

www.fleuriet-sancerre.com

à Nicolas 2015 Sancerre Domaine Pascal et Nicolas Reverdy

 

Grenat foncé, il nous fait d’emblée envie avec ses senteurs gourmandes de clafouti à la prune sombre, sa marmelade de fraise et sa compote de cerise noire à la cannelle. La matière dense de la bouche offre son architecture aux lignes droites bien plantées dans l’assise minérale. La structure cristalline habillée de fruits et d’épices, de tanins serrés bien juteux, se révèle sapide et riche de plaisir.

Les Pinot noir plantées en 2001 poussent dans un sol calcaire. Cuvaison de 4 semaines en cuves en bois et élevage de 12 mois en barriques et demi-muids.

Côte de Champtin 2015 Sancerre Domaine Roger Champault

 

Grenat cramoisi, le nez torréfié parle de noisette et de moka, avant de nous dire un mot sur les pâtes de fruits très épicées. En bouche, la cerise s’impose, entière, noyau en tête. Les tanins prennent le relais et décorent le palais de leur crêpe de Chine au relief un rien rugueux, mais plaisant car coloré de griotte, de fraise, de groseille, soulignés de cannelle. Certes équilibré, l’harmonie lui manque encore, mais son joli potentiel ne laisse aucun sur sa gourmandise à venir.

Les vignes ont 50 ans et poussent dans les Terres Blanches. Les raisins égrappés macèrent à froid pendant 48 heures. La fermentation alcoolique dure une douzaine de jours entre 25 et 30°C. La fermentation malolactique se fait en fût de 600 l. Une fois soutiré, l’élevage se poursuit en fût pendant 12 mois.

http://rogerchampault.fr www.facebook.com/domainerogerchampault/

Génération Dix-Neuf 2014 Sancerre Domaine Alphonse Mellot

 

Grenat sombre, le nez semble bien fermé, il faut agiter le vin pour lui extraire quelques senteurs prometteuses de rose et de jasmin, de baies rouges et noires. La bouche n’est guère plus prolixe, mais avoue tout de même quelques indices fruités aux goûts de cassis, de fraise noire et cerise épicés de poivre et de cardamome.

Vous l’avez compris, ce 2014 est au début de sa vie et ne refuse pas quelques années de cave pour retrouver la lumière et être plus enclin à nous ravir.

La Cuvée Génération est issue de vignes de 62 ans plantées à 10.000 pieds/ha sur la parcelles de 1 ha de Chambratte et Paradis, un sol de caillottes, des marnes de Saint-Doulchard, déposées sur un sous-sol calcaire du Kimméridgiens supérieurs. Après une macération à froid de 8 à 12 jours, les fermentations démarrent, agrémentés de pigeages et de remontages très légers, mais quotidien.

Les températures de fermentation ne dépassent pas 28°C. La durée de cuvaison est en moyenne de 4 semaines. Les jus de presse sont incorporés aux jus de goutte ou vinifiés séparément. Après débourbage, l’ensemble des jus est mis directement en fûts pour effectuer la fermentation malolactique. L’élevage en fûts neufs dure 14 mois. Production : 2 800 bouteilles.

www.mellot.com

La Croix Renaud 2014 Sancerre Domaine Pierre & Florian Berthier

 

Grenat lumineux au nez de gelée de griotte teintée de thym et de sauge. Bouche élégante aux tanins délicats qui font comme une frise au fruité raffiné. La structure aérienne et la fraîcheur bien maîtrisée renforce encore l’impression de pureté, de dessin bien défini.

Vin est issu de la première parcelle du domaine à avoir été plantée en Pinot Noir dans les années 1980.

Vieilles Vignes 2010 Sancerre Jean-Max Roger

 

Grenat encore bien vif, au nez qui nous enchante par la fraîcheur de ses fruits, fraise, groseille, framboise, teintés de laurier et de sauge. La bouche offre ce petit relief rêche qui aide à accrocher la nourriture et nos papilles. Puis viennent les arômes annonceurs de l’âge, le sous-bois et le cuir, rougis de burlat et noircis de prunelle. La longueur, importante, révèle le fruité évanescent qui se transforme en gelées délicates. Mais l’ensemble garde une fraîcheur étonnante.

Les vignes de 40 ans, plantées à 7.000 pieds/ha, poussent dans des Caillottes. Après une macération à froid de quelques jours, suit la fermentation de 10 à 12 jours avec remontages réguliers. Élevage en barriques de 300 litres pour l’ensemble de la cuvée pendant 15 à 18 mois. www.jean-max-roger.fr

 

Comme quoi…

Ciao

 

Marco

 

 


10 Commentaires

Muscadet et huîtres : un accord classique qui ne marche pas !

Les accords « classiques » ont la vie dure et longue. Parfois ils fonctionnent assez bien, mais, dans d’autres cas, j’ai du mal a comprendre leur justification gustative. C’est le cas de la combinaison hyper-classique du muscadet avec des huîtres. Le muscadet est un vin blanc assez délicat, voire discret et, pour les meilleurs, peu acide. L’huître, avec certes des variations saisonnières et selon l’origine, a un goût parfois bien marqué par le sel, souvent par l’iode, et qui contient pas mal de cette saveur que les japonais ont nommé umami. L’umami, aujourd’hui reconnu par des scientifiques comme un cinquième goût, est autant une texture qu’une saveur et dont la présence de glutamate est un ingrédient essentiel. Il agit aussi comme un exhausser de goût et, dans le cas de l’huître, cet effet est amplifié par la présence du sel. Je pense que cette combinaison est la source de mon problème avec l’accord huîtres/muscadet. En tout cas, le résultat pour mon palais, et que le goût de l’huître domine systématiquement celui du muscadet, qui disparaît presque totalement. Parfois aussi cette combinaison produit un goût métallique assez déplaisant.

J’ai souvent été déçu par un effet d’écrasement du vin par certains plats, et ceci me semble particulièrement vrai avec cet accord qui, pourtant, est constamment reproduit dans des livres ou articles. J’avoue y avoir cédé parfois par facilité. Pourquoi insister alors sur un tel accord ? Une proximité des régions de production des deux produits peut engendrer ce type de solution de facilité. Bretagne pour les huîtres et Muscadet pour le vin blanc est un cas évident. D’autres cas similaires fonctionnent mieux pourtant, comme Sancerre et fromage de chèvre, ou Gewurztraminer et Munster. Mais la proximité géographiques des produits n’est pas une preuve d’un bon accord.

Très récemment, à l’occasion d’une présentation des excellents vins de Muscadet de Jérémie Huchet et Jérémie Mourat, j’ai pu de nouveau expérimenter cet accord, ou plutôt ce désaccord, et avec des très beaux vins de Muscadet. Cette dégustation avait lieu à Paris et les accords avaient été préparés par l’excellent professionnel qui est Olivier Poussier, avec des huîtres de grande qualité et de différentes provenances, assortis à des muscadets issus des crus communaux, sujet dont mes collègues ont déjà parlé sur ce même site. Les vins provenaient de millésimes qui s’étalaient entre 2016 et 2002, renforçant clairement mon avis déjà acquis que ces vins ont une bonne capacité de garde et que les meilleurs y gagnent en complexité. Les vins présentés ayant beaucoup de qualités, je vais vous les présenter avant de revenir sur le sujet des accords, ou plutôt le problème des accords tels qu’ils étaient proposés à cette occasion.

Muscadet Sèvre et Maine, Clos les Montys 2016

Seul vin de la série à ne pas être issu d’un des crus communaux, son nez fin et délicat est plutôt floral. La bouche est directe, simple, relativement vive et très agréable. Une bonne mise en bouche pour la suite.

Muscadet Sèvre et Maine, Monnières Saint Fiacre 2014

Ce vin était encore en cours d’élevage au moment de la dégustation. Le nez avait donc un caractère de réduction qui me faisait penser à de la cacahuète. Assez intense, ciselé et directe. pas encore très complexe.

Muscadet Sèvre et Maine, Clisson 2014

Pas très aromatique au nez, mais cela semble être un constant pour les muscadets qui, pour moi, se révèlent surtout en bouche. Dans ce cas on découvre une belle suavité, qui est à la fois tendre et complexe, au cœur intense et avec une très belle longueur. Un très beau vin.

Muscadet Sèvre et Maine, Goulaine 2013

Plus « large » dans ses saveurs avec aussi une belle intensité et beaucoup de longueur. Le fond est assez ferme avec une touche  un peu métallique. Du coup le fruit peine à enrober cela et le vin paraît assez austère. En anglais on dirait « steeely » (vous remarquerez mes efforts pour éviter le mot valise de « minéral » !)

Muscadet Sèvre et Maine, Château-Thébaud 2012

Nez plus complexe avec des notes fumées. Relativement riche et savoureux en bouche. Précis et vif avec une excellente longueur.

Muscadet Sèvre et Maine, Gorges 2012

Ce nez m’a semble plus parfumé que les autres, avec un léger fruité de fruits blancs et un accent océanique. Le fond est solide et, dans ce cas, le fruit s’y intègre très bien sans être écrasé. Une combinaison très intéressante entre tendresse et austérité. Très joli vin.

Muscadet Sèvre et Maine, Château-Thébaud 2002

Ce vin était servi à table, juste après la dégustation. Il m’a semblé bien plus riche et puissant que tous les autres, peut-être en partie parce qu’il n’y avait pas d’huîtres pour interférer. En tout cas l’évolution dans le temps lui a été bénéfique, le faisant gagner en puissance aromatique et en complexité. Très beau vin.

Pour plus d’informations sur ces excellents vins, voici l’adresse de leur site dédié : http://www.lesbetescurieuses.fr

 

Les huîtres et la difficulté de ces accords

Les huîtres étaient de très belle qualité, là n’est pas le problème. Il y avait des spéciales de claire d’Oléron et du Bassin d’Arcachon, des spéciales de Bouzigues, des Princesses de Kermancy de La Trinté sur Mer, des Prat ar Coum d’Yvon Madec et des plates de Cadoret. Chaque huître était proposé avec un Muscadet en particulier. J’ai essayé les accords tels qu’ils étaient présentés, puis j’ai fait des croisements pour voir si cela marchait mieux. Sans grand succès.

J’ai trouvé que le meilleur accord était avec le muscadet le plus jeune et le plus simple : le premier vin dans ma liste ci-dessus, à condition de prendre une huître pas trop puissante. La saveur riche et la texture grasse de l’huître plate écrasait tous les vins, et, à moindre degré, toutes les autres huîtres s’avéraient trop puissantes pour tous les vins. Pour trouver un bon accord avec l’huître ne faudrait-il pas essayer plutôt des vins ayant des saveurs plus perçantes, à l’acidité plus prononcée ? Ou introduire un peu de sucre dans l’équation avec un demi-sec, afin de contrer l’effet de l’umami qui agit presque exactement comme le sucre dans les accords. Ou simplement accepter stoïquement la défaite et prendre plaisir avec son huître avant de boire un coup ? Vos idées et expériences seront le bienvenu ici…..

David


1 commentaire

Pourtant, d’habitude, les pinots noirs de Loire, bof…

Mais à l’image des blancs, le mois dernier, les Sancerre rouges dégustés cette semaine se sont avérés des plus agréables. Du fruit, de la matière, une bonne longueur, de la structure, bref, un véritable plaisir de dégustation. Alors qu’en les versant (dans le verre), on se croyait au pays des Clairets, tant la robe manquait d’intensité colorante. Mais le dégustateur avisé sait que l’habit ne fait pas le moine, enfin, pas toujours.

Voici ma sélection.

 

 

Anthocyane 2015 Sancerre Domaine Bernard Fleuriet & fils

Grenat aux reflets améthyste, au nez maculé de confitures de frais, groseille et cerise rafraîchies d’éclats de citron confit, piquées d’un clou de girofle et bien poivrées. La bouche, construite et structurée, se tapisse de tanins soyeux à la texture suave. La longueur nous parle des épices, réglisse, poivre et cumin, qui poudrent les fruits.

Issue des plus vieilles vignes plantées sur des grands terroirs à rouges, cette cuvée est macérée durant 30 jours et élevée en barriques dont 1/3 de neuves pendant 12 mois.

www.fleuriet-sancerre.com

à Nicolas 2015 Sancerre Domaine Pascal et Nicolas Reverdy

Grenat foncé, il nous fait d’emblée envie avec ses senteurs gourmandes de clafouti à la prune sombre, sa marmelade de fraise et sa compote de cerise noire à la cannelle. La matière dense de la bouche offre son architecture aux lignes droites bien plantées dans l’assise minérale. La structure cristalline habillée de fruits et d’épices, de tanins serrés bien juteux, se révèle sapide et riche de plaisir.

Les Pinot noir plantées en 2001 poussent dans un sol calcaire. Cuvaison de 4 semaines en cuves en bois et élevage de 12 mois en barriques et demi-muids.

Côte de Champtin 2015 Sancerre Domaine Roger Champault

Grenat cramoisi, le nez torréfié parle de noisette et de moka, avant de nous dire un mot sur les pâtes de fruits très épicées. En bouche, la cerise s’impose, entière, noyau en tête. Les tanins prennent le relais et décorent le palais de leur crêpe de Chine au relief un rien rugueux, mais plaisant car coloré de griotte, de fraise, de groseille, soulignés de cannelle. Certes équilibré, l’harmonie lui manque encore, mais son joli potentiel ne laisse aucun sur sa gourmandise à venir.

Les vignes ont 50 ans et poussent dans les Terres Blanches. Les raisins égrappés macèrent à froid pendant 48 heures. La fermentation alcoolique dure une douzaine de jours entre 25 et 30°C. La fermentation malolactique se fait en fût de 600 l. Une fois soutiré, l’élevage se poursuit en fût pendant 12 mois.

http://rogerchampault.fr www.facebook.com/domainerogerchampault/

 

Génération Dix-Neuf 2014 Sancerre Domaine Alphonse Mellot

Grenat sombre, le nez semble bien fermé, il faut agiter le vin pour lui extraire quelques senteurs prometteuses de rose et de jasmin, de baies rouges et noires. La bouche n’est guère plus prolixe, mais avoue tout de même quelques indices fruités aux goûts de cassis, de fraise noire et cerise épicés de poivre et de cardamome.

Vous l’avez compris, ce 2014 est au début de sa vie et ne refuse pas quelques années de cave pour retrouver la lumière et être plus enclin à nous ravir.

La Cuvée Génération est issue de vignes de 62 ans plantées à 10.000 pieds/ha sur la parcelles de 1 ha de Chambratte et Paradis, un sol de caillottes, des marnes de Saint-Doulchard, déposées sur un sous-sol calcaire du Kimméridgiens supérieurs. Après une macération à froid de 8 à 12 jours, les fermentations démarrent, agrémentés de pigeages et de remontages très légers, mais quotidien.

Les températures de fermentation ne dépassent pas 28°C. La durée de cuvaison est en moyenne de 4 semaines. Les jus de presse sont incorporés aux jus de goutte ou vinifiés séparément. Après débourbage, l’ensemble des jus est mis directement en fûts pour effectuer la fermentation malolactique. L’élevage en fûts neufs dure 14 mois. Production : 2 800 bouteilles.

www.mellot.com

Et pour terminer, un Sancerre qui ne fait pas son âge et qui démontre que les calcaires sont aussi propices que les granits pour l’élaboration de Pinot noir aptes à bien vieillir.

Vieilles Vignes 2010 Sancerre Jean-Max Roger

Grenat encore bien vif, au nez qui nous enchante par la fraîcheur de ses fruits, fraise, groseille, framboise, teintés de laurier et de sauge. La bouche offre ce petit relief rêche qui aide à accrocher la nourriture et nos papilles. Puis viennent les arômes annonceurs de l’âge, le sous-bois et le cuir, rougis de burlat et noircis de prunelle. La longueur, importante, révèle le fruité évanescent qui se transforme en gelées délicates. Mais l’ensemble garde une fraîcheur étonnante.

Les vignes de 40 ans, plantées à 7.000 pieds/ha, poussent dans des Caillottes. Après une macération à froid de quelques jours, suit la fermentation de 10 à 12 jours avec remontages réguliers. Élevage en barriques de 300 litres pour l’ensemble de la cuvée pendant 15 à 18 mois. www.jean-max-roger.fr

Ciao

 

Marco