Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

6 Commentaires

Pierre-Emmanuel Taittinger et moi

Le titre, c’est pour faire mon intéressant, car il n’y a pas grand chose qui nous lie, Pierre-Emmanuel Taittinger et moi.

N’y voyez aucune fausse modestie de ma part, mais ce Monsieur est un acteur de la filière vins, quand je ne suis qu’un commentateur.

Et s’il peut m’arriver de parler de lui, je suis presque sûr qu’il ne parle jamais de moi.

Malgré tout, et pour ce que cela vaut, je dois dire que je suis en phase avec lui sur pas mal de ses déclarations récentes (c’était à la Cité du Vin de Bordeaux, il y a quelques semaines).

Trois exemples:

« Ma devise personnelle, c’est d’être sérieux, sans se prendre au sérieux. Or, nous sommes tous devenus, nous les producteurs de vin, à Bordeaux, en Bourgogne, en Champagne, des gens beaucoup trop sérieux. Je trouve regrettable que les producteurs de vins aient des statuts aussi importants ».

« En deuxième lieu, nous sommes tous devenus des produits trop financiers. Que ce soit en Champagne, à Bordeaux, en Bourgogne, en Alsace… Les prix des vignobles sont devenus ridicules ».

« Je trouve idiot une bouteille vendue 2 000 à 3 000 euros sur une carte. Quand une bouteille est vendue plus cher que le salaire d’une infirmière en cancérologie, je trouve ça grotesque. Pour moi, le champagne, c’est avant tout un produit amusant, frivole, sensuel et rien de plus… »

J’approuve, bien sûr. Comme professionnel, comme consommateur et comme citoyen.

Il y a quand même un point d’achoppement entre lui et moi: la notation des vins.

Voici ce qu’il en dit: « Les notes dans le vin, je hurle. Les Américains nous ont apporté ça… Je trouve que les notes, c’est idiot, on a une très belle langue, il faut juste décrire les vins. Je suis contre les notes et contre les étoiles, il faut que tout ça reste bon enfant… »

Moi, qui suis plutôt bon enfant, j’ai  quand même envie de lui répondre qu’il ne faut pas jeter bébé avec l’eau du bain. Qu’il ne faut pas confondre  la course aux étoiles à la Parker ou à la Wine Spectator, l’enculage de mouches sur quelques points… et le système qui nous permet, dans un panel de dégustation, de sélectionner pour le consommateur final ce que nous pensons, à plusieurs, avec nos différences, digne de figurer sur sa table. Et je n’ai pas attendu les Américains pour l’utiliser. D’ailleurs, moi, je note sur 20. Comme mes profs, au lycée. A quoi bon noter sur 100 points si les 80 premiers points ne servent à rien? Et si tout ce qui compte, en définitive, c’est ce qui se passe entre 92 et 95, pour justifier un prix, une réputation, un marché?

Le problème, ce n’est pas la note, c’est comment on la donne et pourquoi on la donne. Ce qu’on en fait après.

Comme dégustateur professionnel, je pense que les notes sont la meilleure solution que nous ayons pour mettre toutes nos impressions sur un même plan, pour trouver entre nous un dénominateur commun. Ce qui ne nous empêche en rien d’utiliser notre belle langue pour justifier ces notes, ensuite.

Et puis, rejeter toute forme de notation, cela reviendrait à dire que tout se vaut. Ce qui n’est pas le cas. Ce serait renoncer à choisir. Ce serait ne pas prendre ses responsabilités de critique.

Mais j’ai déjà développé ces idées par le passé, je ne vais pas me répéter, ceux que cela intéresse peuvent toujours aller voir ICI. Ils peuvent aussi consulter l’excellent article que consacre ces jours-ci mon ami Marc-André Gagnon à cette même thématique, sur Vin Québec.

Vous n’êtes pas forcés d’être d’accord avec moi, bien sûr. Toute argumentation peut être réfutée. Vous n’avez qu’à me donner une note!

Hervé Lalau

15 Commentaires

Looking for flor: Vin Jaune, Jerez and Tokay Szamorodni 2/2

As I promised at the end of my article of last week,(https://les5duvin.wordpress.com/2018/02/05/different-roads-to-flor-vin-jaune-xeres-and-tokay-szamorodni/) this second article will attempt to provide more details, both  technical and historical,  about flor wines that were exposed and explained during the recent symposium organized at Lons-le-Saulnier in France’s Jura region.

a). Vin Jaune, Jura

These wines are followed from a technical point of view by the Beaune office of the Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV). The grape variety used for Vin Jaune is the savagnin (aka traminer), which has been clearly identified in this region since the 16th century. Some people maintain that this grape variety produces its best results on soils of a specific type known as marnes bleues, but a local geologist gently debunked this theory, saying that Savagnin works well on many types of soil, being particularly hardy; yet other varieties suffer more (notably from hydrous stress) on these dense marnes bleus and so growers have learnt by bitter experience to plant mainly Savagnin there. Currently there are 450 hectares of Savagnin in the Jura, but not all of it is for Vin Jaune. It would also seem that regular production of Vin Jaune here is fairly recent, dating from the late 19th century as previously it happened or not and was often considered as an accident or even a problem, prior to research on the specific forms of yeasts involved in the production of the protective flor veil (voile, as it is called here and in Gaillac where some wines of this type are also produced). The grapes are harvested at a high level of maturity as this variety is capable of maintaining high acidity levels even when producing a dry wine of 14,5 or 15% alcohol. Fermentation temperatures are not particularly low, typically around 20/22°C. Malolactic fermentation is advisable on account of the danger of bacterial infections.

Saccharomyces cerevisae

So, we have here a rare and complex wine whose production is still largely based on accumulated experience, even if many things are now known about the conditions necessary for its production. One of the results of the presence and growth of these yeasts of the saccharomyces family (essentially the cerevisae strains) is the production of ethanal, or acetaldehyde, and the ideal quantity of this not always beneficial substance (it is also deemed responsible for hangovers!) is considered to be around 500 mg per litre of Vin Jaune. The voile is thinner than in the case of Sherry, as I mentioned last week. The growth of this voile is also irregular through the ageing process, partially due to the struggle for survival of this particular yeast strain as there may be up to 1200 different strains present and not all of them are good news for the wine. Currently the IFV has just 300 of them isolated in their collection. Although often (usually?) present in the cellars, the yeasts can be introduced from selected strains if needed. These yeasts consume various substances such as oxygen, glycerol, acetic acid and amino acids, while releasing peptides and polysaccharides and producing the above-mentioned ethanal. For this to happen properly, the levels of alcohol need to be above 13% and the levels of SO2 below 12 mg/l, and very small doses of sulfites are required later on. The environment naturally influences the nature of the wine, as higher levels of humidity will reduce evaporation.

To finish this chapter on Vin Jaune, here are a few notes on my preferred wines from some older vintages of these wines that were presented on the day. They go from younger to older without any form of hierarchy. The oldest wines on show went back to 1996, but these wines are renowned for their capacity to age much longer still.

Henri Maire 2000, Arbois

Still seems very young. Nice balance between fruit and the naturally dry austerity that shows on the finish of almost all these wines.

Domaine Philippe Butin 2000, Côtes du Jura

Quite fine, with good balance between fruit and freshness. Complex too.

Grand Frères, En Beaumont 1999, Château-Chalon

A finely toasted edge to the nose that lifts the usual notes of nuts. This added complexity is echoed on the plate with a hint of honey and wax, even if there is no residual sugar. Good complexity.

Château d’Arlay 1998, Côtes du Jura

The aromas are richly warm, combining dried fruits of all kinds as well as the classic touch of walnuts. It also has far more fresh fruit that has persisted amongst the flavours than the others wines in this tasting. A lovely wine, vibrant and complex, that shows that age can also produce beauty.

b). Jerez, Xérès, Sherry

The only appellation in the world that is truly international in its denomination as this is written officially in three languages on each bottle: Spanish, French and English. This fact alone is enough to arouse both my interest and my affection. The region lies at the southern tip of Spain, just north of the port of Cadiz and within a kind of triangle formed by three towns: Sanlúcar de Barrameda, Jerez and et Puerto Real de Santa María. The figure that I found the most impressive was provided at the start of the first presentation of this Andalusian appellation. It is the recent and spectacular drop in the vineyard surface. From the 20,000 hectares planted in 1980, there remain just 7,000 today!

The key grape variety here is the white Palomino, which, well adapted to this hot climate, naturally produces low levels of sugar whilst maintaining good acidity. The soils are essentially of a very white limestone known locally as albariza. This results in dry wines of between 11 and 13% alcohol, the lower levels coming from the sub-regions nearest to the ocean. These dry wines, after fermentation at temperatures between 20 and 23°C, are fairly neutral and are fortified with wine alcohol to 15%. The barrels, which are old and made from American oak, then become naturally infested with flor yeasts which are present in the bodegas and the barrels. They are larger than those used in the Jura for Vin Jaune (228 litres) as they contain 500/600 litres. Another major difference here is the ambient temperature down near the southern tip of Spain. This is tempered by prevailing winds, one of which comes in from the Atlantic, bearing also considerable humidity. In order to adapt to this temperature, the storage buildings are high, enabling the hotter air to rise above the level of the barrels, and the doors and windows are kept shut at the warmest periods and opened to let in cooler air when appropriate. The floor is also watered to maintain humidity, which is not necessary in the Jura or in Tokay.

Flor yeasts are endemic by now in most (all?) cellars as this style of wine has been regularly produced in the area since the early 19th century, following the removal of a ban on storing wines in the Jerez area. Wines of the flor type are called Fino, or Manzanilla for the version produced near the ocean front. If the flor does weaken, then the fortification is increased to a level of 18% alcohol, and the ageing process becomes purely oxidative. These stronger sherries can be called Amontillado, Oloroso or, more rarely, Palo Cortado, according to differences in their characters. These are all totally dry, although sweet or semi-sweet sherries also exist, generally through the blending in of sweet wine made from another, and very different, local grape called the Pedro Ximénez (PX for short). These wines are not flor wines either and so I will not discuss them here.

As the ageing process continues for the Fino styles, the flor diminishes in thickness as the glycerin is consumed. Another specific feature of the vast majority of sherries is that they do not bear a vintage year since they are aged according to the solera system which involves blending wines together from different harvest years. There are some exceptions, that I will mention later. The term solera literally signifies an area on the ground that is occupied by a batch of barrels. The above photos and diagrams show this. The wines are blended by drawing off wine from the bottom layer of barrels and bottling it. This is called the saca (hence the term in English of sack in connection with some sherries: Dry Sack for instance is a brand name used by Williams & Humbert for their Fino). The equivalent volume is replaced by wine from the level above, always leaving air space for the flor to continue its life, and so on up the different levels, known as criaderas. This refilling is done gently in order to avoid disturbing the flor. The process is in fact more complex that this diagram shows, but it gives the general idea. Single vintage sherries also exist with Williams & Humbert since the 1920’s (and some others more recently) and these undergo a static biological ageing that does not involve this dynamic blending process using different criaderas. In this case the flor usually lasts for up to ten years. The more glycerin in the wine, the stronger the flor and both levels of alcohol and of pH also have an influence. I have mentioned the production of ethanal, but it is not the sole by-product of the flor. As to other, less desirable strains of yeasts such as the dreaded brettanomyces, these exist in Jerez as elsewhere but they are discouraged by the fortification process. Maybe all so-called « natural » wines should therefore be fortified? (joke).

Tasting of sherries

1). Williams & Humbert

The English name of this company bears witness to the historical importance of the British market for these wines. When and where I grew up, Sherry, both Fino and Amontillado, was the main aperitif drink at home and in the houses of my parents friends and relations. The owners are now the Medina family and the wines were presented by Paola Medina.

Don Zoilo Fino en Rama

Warm and complex on the nose, full with rich notes of dried fruit. profound and well rounded on the palate. This clearly shows considerable ageing which has helped develop its complexity. In fact at least 8 years for the soleras involved. Loved this wine.

PS. I also tasted recently, on another occasion, the same producer’s more basic Fino, called Dry Sack (11 euros in Nicolas wine shops in France). It was good and true to type, effectively fine in texture and nutty in its flavours. I served it during a course on Spanish wines, proving once again that most people, at least in France, have some trouble getting used to such wines. Only 1 of 12 students that evening said that they liked the wine and the same happens with Vin Jaune. A niche market I believe they call such situations.

Fino, Añada 2010 (saca octubre 2017)

3,5 pH / 4 g/l tartaric acid

alcohol 15%

This being from a single vintage is not a solera wine, but is aged nonetheless under flor. Quite intense on the nose, herbaceous (hay and straw) in its accents, with a feeling of contained power. Vibrant and very long. Aged statically for 7 years in US oak casks of 600 litres.

Amontillado Añada 2003 (saca noviembre 2017)

2,98 pH, 6.19g/l tartaric acid

alcohol 20%

A hugely seductive nose, full of hints of honey and beeswax, dried apricots, dried flowers. Very dry but powerful through its alcohol, still maintaining subtle fruit flavours, both dried and fresh. Very complex and very long finish. Loved this!

Aged statically for 14 years in US oak casks (500 and 600 litres)

2). Valdespino and La Guita

Manzanilla La Guita

origin Sanlucar, mainly Pago de Miraflores

4,5 g/l total acidity

15% alcohol

I loved the delicacy and the expression of the nose of this but forgot to take full notes.

Valdespino Palo Cortado Viejo C.P.

I took no notes on the smell (too many Jurassiens blocking the tables!), but the palate is sumptuous, powerful and very complex, well rounded out by the alcohol but magnificently harmonious and long. One of my favourite wines in the room!

3). Equipo Navazos

La Bota de Florpower MMXV

This is a non-fortified flor wine, so only has 12% alcohol. Very fresh, delicate and with a very dry finish. 

La Bota de Manzanilla 71

Great richness, long fine and powerful. Liked the complexity of this.

La Bota de Manzanilla Pasada 70 (magnum)

Austere but very long. Firmly dry finish

La Bota de Amontillado 69 (magnum)

This was the one I preferred of this series. Has a more tender set of aromas and textures, while remaining very juicy. Lots of inner substance and complexity

c). Tokay Szamorodni

Just one representative from this region of eastern Hungary (and a little bit of Slovakia too), but a very interesting one in the shape of the Frenchman Samuel Tinon, who, with his 5 hectares of vines, produces some very good wines and is perhaps one of the few Tokay producers to be really involved in continuing the flor style of Szamorodni, although he said that this is a niche product that is enjoying somewhat of a revival in some markets. It should be remembered that Tokay is a region, and not only a name for that region’s sweet wines, since these dry wines (and others) also carry the Tokay appellation. In fact, 70% of Tokay’s total production comes from non-botrytised grapes.

There are currently 130 producers of Tokay in Hungary, showing a sharp increase from the situation back when the iron curtain fell and the giant bor kombinat (state cooperative) was dismantled. Most of the initial investors in this legendary region for the production of long-lasting and mostly sweet wines came from outside Hungary (USA, UK, France, Italy and Spain), but now there are also growing numbers of smaller and mostly local producers doing their own thing.

A Szamorodni is an unusual wine as it is one of the very few (only?) affirmed types of dry wine made from botrytised grapes. It can in fact be dry or off-dry whilst including quite a high proportion of botrytised grapes, because the term itself refers to a state of the bunches of grapes that contain a mixture of healthy and botrytis-affected grapes, so the finished wines can vary as to their sugar content. This logic is similar to the one that prevails in German wine legislation with the Pradikat system. The ones that Tinon showed are not only totally dry but also aged under a veil in small barrels. The veil is quite slender, as in the case of Vin Jaune. Alcohol levels for these dry wines start quite high but stand at around 13% on the finished wines with no fortification, having reduced naturally at a rate of about 0,5 degrees per year with little loss of volume. This time factor can mean between 4 and 7 years in small barrels and underground cellars in a humid atmosphere (over 85% humidity). These wines are vintaged systematically,  there being no equivalent of the solera system that prevails in Jérèz.

All the three wines tasted come from a blend of Furmint (9o%) and Harsevelu (10%).

Samuel Tinon, Tokay Szamorodni 2003

More tender and aromatic than any of the Vins Jaunes, this shows aromas of ripe white fruit, such as juicy pears. Despite this it finished perfectly dry, with considerable length and a touch that is more delicate than the somewhat rustic feel of many Vins Jaunes.

Samuel Tinon, Tokay Szamorodni 2007

The nose shows whiffs of honey and gingerbread. The texture is silky, barely masking considerable inner power that shows through to the long finish.

Samuel Tinon, Tokay Szaraz  Szamorodni 2006

This one has even more concentration and complexity. Great length too.


Hope you enjoyed this two-stage trip into these unusual wines that are, as I have said, very much an acquired taste. I love them personally!

David Cobbold

10 Commentaires

Très grande surface oblige…

Levez le doigt, ceux qui ne mettent jamais un pied (ou deux) dans l’infamante enceinte d’un hypermarché !?

Allez, faites donc un effort !

Ne vous drapez pas dans votre consumérisme puritain !

Bon, je ne vais pas faire les comptes, mais ils ne doivent pas être nombreux parmi mes lecteurs du jour ceux qui refusent aussi vertueusement qu’obstinément le chemin de croix qu’engendre quelques heures par an de déambulations dans les travées d’un Carrefour ou d’un Casino de compétition. Pour ma part, comme bien d’autres, je cède le moins souvent possible, carte de crédit à la main, à ce rituel obligé tout en grommelant et en maugréant. Depuis près de deux ans que je vis à Béziers, c’est le troisième fois que je sacrifie à la règle et que je m’octroie un parcours forcé et frénétique dans ce «monstre de la consommation» qu’est l’Auchan du Biterrois. Papier toilette XXL, mouchoirs blancs, sacs de congélation, sacs poubelle, lessive… je vous fais grâce des détails de mon shopping longue durée.


Bêtement – naïvement, devrais-je dire, bien plus par curiosité professionnelle qu’autre chose, il m’arrive lors de ces échappées bassement matérielles de profiter d’un instant magique dans l’univers de la démesure de masse pour passer quelques minutes au calme au sein des rayons « boissons », rien que pour voir où en est mon monde pinardier. N’oubliant pas, au passage, que c’est en grandes surfaces que les trois quarts (au moins) de nos vins sont écoulés. Par rapport à ma dernière visite, je constate un accroissement significatif du rayon « bag in box » avec des boîtes d’IGP et de cépages de toutes sortes, de toutes couleurs et de tous contenants. En bout, ou en tête de rayon, je ne sais plus, je me rends compte qu’un certain nombre de bouteilles de Beaujolais sont plus que soldées. Ni une ni deux, j’ajoute à mon caddy un des derniers flacons qui, bien que bradé à 50 %, me rassure de par son origine. Heureusement que j’en connais un rayon sur les communes de nos appellations !


Il s’agit d’un Beaujolais Nouveau (2017) de la Cave de Bel Air, à Saint-Jean-d’Ardières. Une référence pour moi. L’étiquette est sympa, la contre-étiquette pas si idiote que ça et je me dis qu’il serait urgent pour moi  de constater si ce vin-là a encore quelques mots à me dire. Il est vrai que la mention « à consommer rapidement » m’incite à ne pas tarder à l’ouvrir pour mieux l’engloutir. À moins que ce ne soit son prix de 3,90 € le flacon ! Que voulez-vous, on s’ennuie quelque peu lorsque l’on est à la retraite dans une ville de province… Faut bien s’occuper.


Bref, sitôt arrivé à demeure, le vin est débouché par ma sommelière en chef, Brigitte. En général, elle n’aime pas trop le gamay et c’est bien pour cela que je la presse d’y goûter en premier m’attendant à la pire des remarques en patois montréalais. Eh bien non !


Le vin lui plaît bien, tandis que je le trouve de mon côté parfaitement dans son jus et dans son rôle de convivialité : le fruit est bien là (framboise) sans être putassier, il a même une certaine finesse et la bouche se la coule douce sans oublier de nous rafraîchir tout en nous ouvrant un instant les portes d’un pays joyeux où les impôts locaux, la vitesse limitée à 80 km/h et l’augmentation salée des péages autoroutiers n’auraient, sur nos cuirs burinés de vieux bikers, que l’effet d’un doux vent fripon et printanier.


Tout le monde sait que c’est la presse qui (paraît-il, moi je dis que c’est la rue…) fait l’opinion. Or, en matière de vin, la presse spécialisée, lorsqu’elle ne survit pas grâce aux pages de pub du gros négoce et des groupements de coopératives, tous au passage serviteurs de la grande distribution, se fait un honneur de dénigrer l’univers des grandes surfaces. Comme si nous en étions encore à l’âge de pierre lorsque nous partions tous en week-end dans le Sancerrois afin de remplir nos coffres de caisses de vins achetées à prix d’or chez le producteur en personne…


Chez nous, ici, aux 5duVin, pas de pub ! Hormis celle, indirecte, que nous faisons en chantant les louanges de vins autrichiens ou andalous. Je suis donc libre de dire sans craindre la flagellation publique que oui, rapport qualité-prix parlant, nos horribles grandes surfaces sont à même d’offrir de belles bouteilles. Comme cette jubilatoire Blanquette de Limoux, elle aussi à moins de 5 euros (4,99 €), mise en bouteilles pour Auchan par la très qualitative maison Antech, à Limoux, sous-préfecture de l’Aude, et signée Pierre Chanau.

Alors, que pète la blanquette ! Car c’est bien avec notre « Champagne du Sud » que je vais trinquer aujourd’hui afin de mettre un point final à cet article !

Michel Smith



9 Commentaires

Looking for Flor (Vin Jaune, Xérès and Tokay Szamorodni) 1/2

No, I can assure you that Flor is not the first name of a new friend of mine.

I have just returned from a brief stay in France’s Jura region to participate in a symposium about « flor » wines: in other words wines that develop their specific style through ageing under a veil of yeast on the surface of barrels which have not been fully topped up to compensate natural evaporation. The word « flor » is Spanish for flower, as, in the case of sherries at least, the surface of the wine in the part-filled barrels looks as if flowers have grown on it. The yeast strains bloom on the surface which take on a whitish-grey veil of variable thickness. Some refer to this process as « biological ageing », as opposed to reductive or oxidative ways of ageing wines that require modification before they are fit for consumption on account of an overtly intensive structural profile of some description.

This opportunity arose thanks to an excellent initiative on the part of the Jura producers, who, like those in Cahors, consider that collaboration with producers from other countries who produce similar styles of wine to theirs can bring many positive results, rather than looking on others as just competitors to be shunned at all costs. I hope that such mentalities and ideas will gain ground in the future. In any case, judging by the numbers of specialist journalists who came especially for this symposium (English, French, Belgians and Swiss were there), one could say that the organisers have marked some points. The symposium was preceeded by a tasting which brought together quite a large number of vins jaunes, the local flor wine, as well as a couple of very good producers of Sherry and an excellent producer of a Tokay Szamorodni made also under a yeast veil. The timing was set to coincide with the annual festivities surrounding the traditional Percée du Vin Jaune, some of whose more folklore-filled aspects I witnessed. I was also able to participate in the annual Vin Jaune competition called clavelinage, which serves to awards medals to the vins jaunes that the jury members esteem to be the best representatives of the latest vintages of this very singular style of wine.

Flor in a Sherry butt

I say singular, because these wines produce aromas and flavours that not everyone likes, at least spontaneously and without a form of apprenticeship that few are prepared to undertake. After all, put simply, why should one suffer in order to learn to appreciate something? I would beg to differ from this postulate, but, in our individualistic world of instant gratification, efforts to overcome a natural resistance, whether physical or mental, are not always welcomed with open arms. I can clearly testify to the aversion that the vast majority of wine drinkers have for this style of wine since, whenever I serve a Vin Jaune or a dry Sherry to students in one of my classes, almost all of them wrinkle their noses in an expression of distaste and sometimes even ask if all is right with the wine! The appreciation of the aromas and flavours of a dry Sherry or a Vin Jaune are clearly acquired by a certain amount of practice, which obviously favours natives of the Jura region in France, as well as Spanish or even English people, the latter two having traditionally consumed large quantities of Sherry. Conversions to these flavours are rare, it must be said, but those who become converted are often fanatical, as befits such patterns. According to Samuel Tinon, who showed his Tokay Szamorodnis at this symposium, Brooklyn NYC is the latest terre d’accueil for his wines.

Some other countries and regions produce tiny amounts of wines of this type, but they are rare. What was particularly interesting in the presentations that each country or producer gave after the morning’s tasting session was to learn how local climatic conditions, constraints and production techniques have produced differences in the wines and the way in which they evolve. The Sherry production region is dry and hot, with a strong oceanic influence from the Atlantic. Its bodegas are above the ground with very high ceilings to allow the air to circulate. The flor here is usually quite thick and helps to slow down evaporation. Unlike the other two regions for flor wines, Sherries are fortified, even if lightly, after the fermentation, but from a wine with lower alcohol levels than that of the savagnin in the Jura. The Jura has high rainfall and generally cool temperatures, and its cellars are smaller. The flor is much thinner on the whole. Partly through concentration over time, and partly through the character of the late-ripening Savagnin grape, the alcohol levels of the finished vin jaune are usually very close to those of a Fino or Manzanilla Sherry (I saw 14,5 and even 15% on some labels). The Tokay region is very humid and warmer, but the cellars are underground and low. And so on. The intensity and thickness of the flor is different in each case, as are the results of the ageing process, and these differences have multiple causes, including market pressures and production habits.

As this photo shows perhaps, flor on Vin Jaune tends to be somewhat thinner than on Sherry

Now for some notes on my favourite wines in the tasting on the day of the symposium.

1). Vin Jaune

For those unfamiliar with the wines of the Jura region, several appellations may produce this type of wine in the region: Côtes de Jura, Arbois, Etoile and Château Chalon. The latter appellation only produces Vin Jaune. In all cases it has to be made from 100% Savagnin blanc (sometimes called Traminer) and cannot be bottled before December, six years after the harvest date, having spent at least five years in small barrels. It must not then be sold before January 1st seven years after the harvest, and can only be bottled in a bottle of a special shape and size (62 cl), called a clavelin.

Vins Jaunes vintage 2010

André & Jean-François Michel, Côtes du Jura

Very old-style label, for those who like that sort of thing, complete with coat of arms and gothic script titles. Yet the wine is anything but dusty: on the contrary, it seems fresh and alert, still showing some fruit-based flavours and is not over-dry on the finish. Very pleasant in this style. This wine did not appear in the catalogue and thus I cannot provide its retail price, which is probably around 25 euros.

Fruitière Vinicole d’Arbois, Arbois

Another local feature in the Jura region is the role and the quality of the cooperative wineries, known curiously as « fruitières ». Lots of complexity on the nose with aromas of dried fruit and nuts. Very nicely balanced, very fresh and with some lingering fruit flavours. Excellent. (30 euros)

Rolet Père et Fils, Arbois

Very nutty on the nose. Lots of freshness on the palate and a general impression of controlled power. This producer is one of the most regular in the region and for all styles of white wines. (30 euros)


Fruitière de Voiteur, Château Chalon

Nice level of complexity on the nose. Good substance and balance between fruit, acidity and a slightly phenological character that one often finds in such wines. This has plenty of power and length without the alcohol showing too much. Another excellent cooperative producer. (29,50 euros)


Domaine Baud, Côtes de Jura

A pleasant nose in a style rather similar to that of a Fino Sherry. Lots of freshness for this dynamic wine and a slighty chewy texture that shows a touch of bitterness on the finish. (29 euros)


Château d’Arlay, Côtes de Jura

This fine historical domain is another regular top performer of the region. This particular wine will need a bit of time to express itself fully but it has all the necessary qualities, with good freshness and balance (38 euros).



Although not all producers from the region were showing their wines here, some other producers showed decent wines in this 2010 vintage that some tasters might prefer to my pick: Fruitière Pupillin (Arbois), Domaine de Savagny (Côtes de Jura), and Domaine de la Renardière (Arbois). The others I liked much less or had some defects.

There were also some other flor wines from the Jura on show, which were younger and so do not qualify for the Vin Jaune appellation. My favourite wines from this group were those of Jean-Louis Tissot (Arbois Savagnin 2014), of Domaine Montbourgeau (Etoile, cuvée spéciale 2014) and of André Bonnot (Côtes de Jura Savagnin 2014).

Next week I will tell you about the Sherries and the Tokay Szamorodnis and give you some more technical information from the conferences as well as mentioning the excellent ageing potential of these wines as there were some examples of older Vins Jaunes that I tasted.


David Cobbold




4 Commentaires

Cabardès ou la progression d’une appellation

Les appellations de vin en France sont très nombreuses : bien trop nombreuses à mon avis, mais cela est un autre sujet que j’aborderai peut-être un autre jour. Pour avoir voix au chapitre, que cela soit en France ou, surtout, face à une concurrence mondiale, toutes ces appellations elles n’ont pas d’autres solution que de hausser leur niveau de jeu. C’est un peu comme le XV de France !

Je pourrais prendre plusieurs exemples de réussites, mais aussi d’échecs dans ce domaine. Je vais en prendre un seul et il s’agit d’une réussite dont la preuve m’a été fournie par une dégustation à l’aveugle organisée récemment à Paris pour des professionnels du vin et par les responsables de cette appellation présidée par Miren de Lorgeril.

Il s’agit de Cabardès. Bon sang, mais Cabardès, où est-ce? Et combien de divisions ? êtes-vous peut-être en train de vous dire.

Situation géographique : c’est une des appellations les plus occidentales du Languedoc, sur la ligne de partage entre deux grandes zones climatiques : atlantique et méditerranéenne.  Seule l’appellation Limoux est située un peu plus à l’ouest. La ville voisine du Cabardès est Carcassonne, célèbre pour sa magnifique cité médiévale; la Montagne Noire n’est pas très loin. Un des résultats de cette situation est que l’encépagement autorisé associe cépages atlantiques et méditerranéens, ce qui fournit une palette intéressante pour les vignerons.

Combien de divisions ? Pas beaucoup, car l’appellation ne compte que 450 hectares que se partagent 28 producteurs dont 3 caves coopératives. Mais cette petite appellation a des atouts que je vais essayer de vous démontrer. : elle exporte 50% de sa production et le prix moyen d’une bouteille de Cabardès chez un caviste en France tourne autour de 10 euros seulement. Les vins sont rouges à 85% car la vague du rosé n’en pas encore submergé cette appellation, heureusement !

Alors cette dégustation ? Bien organisé par le Syndicat de l’AOP Cabardès avec le concours d’un spécialiste et de la dégustation et de la statistique, Bernard Burtschy, elle s’intitulait « Les Remarquables 2017 ». On nous proposait de déguster à l’aveugle 22 vins rouges, issus de différents millésimes et choisis par les producteurs eux même pour représenter l’appellation au plus haut niveau possible. L’idée étant de créer de l’émulation en interne, et de montrer, à l’externe, que cette appellation peut produire de très beaux vins. Pour cela la sélection s’est faite avec des cuvées plutôt haut de gamme pour l’appellation, avec des prix qui allaient, pour la quasi-totalité, de 10 à 25 euros. Un seul vin dépassait ce dernier prix.

Et alors ?

Une réussite selon moi. Evidemment tous les dégustateurs n’était pas d’accord sur les meilleurs vins mais on sait bien à quel point la dégustation est une exercice subjective dans lequel entrent bon nombre de paramètres comme, par exemple, son propre goût, son humeur ou forme physique du jour, mais aussi parfois l’ordre de service des vins ou leur température. Collectivement, les membres du jury ont élu ces quatre vins comme « Les Remarquables 2017 »

Domaine de Cabrol – Vent d’Est 2015 (15/20 pour moi)

Château Jouclary – Guilhaume de Jouclary 2015 (14,5/20 pour moi)

Château de Pennautier – L’Esprit de Pennautier 2014 (16/20 pour moi)

Maison Ventenac – Mas Ventenac 2010 (14,5/20 pour moi)

Quelques observations et rajouts à ce constat global. Premièrement j’ai été très agréablement surpris par la qualité de l’ensemble des vins présenté à cette dégustation. Honnêtement, je ne situais pas la qualité de Cabardès à ce niveau-là, comme quoi il faut toujours éviter les préjugés ! Selon moi, le caractère de ces vins était bien plus méditerranéen qu’océanique, car ces cuvées m’ont semblé assez chaleureuses et rondes dans l’ensemble, et certaines avaient aussi une bonne structure de garde. Aucune ne souffrait de tanins verts, en tout cas, même s’il y avait quelques vins un peu faibles.

Je dois dire que je suis assez d’accord avec le résultat donné par l’ensemble des juges : j’ai bien noté les quatre vins en question, même si j’aurais envie de rajouter quelques autres qui m’ont fait très bonne impression et que j’ai parfois préféré comme :

Château Rayssac, cuvée l’Essentiel 2013 (16,5/20)

Domaine de Cabrol, La Dérive 2013 (16,5/20)

Domaine de Cazaban, Coup des C 2013 (15/20)

Maison Lorgeril, Montpeyre 2012 (15/20)

Château Saltis, comme autrefois 2005 (16/20)

Maison Ventenac, Grande Réserve de Georges 2014 (15,5/20)

En résumé, il s’agit d’une bonne opération qui devrait fonctionner aussi bien en interne (et tout cas on peut l’espérer) pour créer de l’émulation qu’en externe pour remonter l’image globale de l’appellation. Dans le détail, deux producteurs m’ont particulièrement impressionnés par la qualité des deux vins qu’ils avaient soumis à nos jugements : Pennautier/Lorgeril et Cabrol.

David Cobbold


2 Commentaires

Porto Vintage 2015

J’étais très heureux, la semaine dernière, de pouvoir me rendre à l’événement annuel organisé à Paris par l’Instituto dos Vinhos do Douro e do Porto ; d’autant plus que cette année, au lieu d’organiser cela autour d’un dîner, toujours trop long et trop chargé en accords finalement difficiles et fatigants, ils ont eu la bonne idée de présenter une dégustation assise du millésime 2015 en portos vintage et portos single quintas vintage (une explication de la différence suivra), ainsi que quelques raretés parfois surprenantes issus d’autres catégories de grands vins de porto.

Il ne faut pas oublier que la France, si elle est le plus important client à l’export pour les vins de porto, est aussi un des plus ignorants des qualités supérieures de ces vins mutés.

En gros, nous achetons des quantités considérables des portos ordinaires et pas assez des grands vins : la faute probablement à l’image du porto de base, jeune ruby ou tawny, comme l’apéritif type des retraités de ce pays.

Les chiffres des exportations publiés par l’Institut sont éloquents : pour les neuf premiers mois de cette année, la France tient bien sa place de premier pays en volume avec près d’un million et demi de caisses de porto importées, mais dont seulement 9% sont des qualités supérieures.Le Royaume Uni et les Etats-Unis, respectivement en 5ème et 6ème place sur le plan du volume, privilégient bien davantage les portos de qualité, qui représentent respectivement 53% et 57% de leurs importations.

Cela s’explique en partie par le poids de l’histoire. Le porto est, depuis ses origines, essentiellement un vin développé par et pour le marché britannique et les termes « vintage« , « late bottled vintage« , « tawny » ou « ruby » utilisées pour décrire différentes catégories de ce vin, ainsi que le nombre d’acteurs d’origine britanniques dans le vignoble et le négoce de porto (Taylors, Croft, Cockburn, Sandeman, Graham, Dow, Warre, Smith Woodhouse, Gould Campbell, Churchill, etc) sont des indicateurs assez claires sur ce point. Mais est-ce suffisant ?

En tout cas je crois que l’habitude française de boire le porto à l’apéritif constitue un frein puissant au développement d’une connaissance des grands vins de cette appellation, une des plus anciennes du monde. Cette habitude a même quelque chose de choquant pour un anglais un peu traditionaliste : j’ai le souvenir de feu mon beau-père (le mari de ma mère) refusant de servir ma compagne qui avait eu l’outrecuidance de demander une verre de porto à l’apéro !

Les Portos Vintage sont, comme leur nom indique, des vins issus d’une seule année. Il font partie de la grande catégorie des portos ruby, c’est à dire de couleur rouge. Pour préserver ce ton et la saveurs fruité qui vont avec, ces vins sont mis en bouteille assez jeunes. Mais des portos millésimés existent dans l’autre grande catégorie, celle des tawnies. Le mot « tawny » signifie couleur fauve ou ambré en anglais. Un Porto Tawny millésimé s’appelle Colheita, qui est le terme portugais pour vendange (vintage en anglais). Ces vins sont élevés longtemps sous bois et mis en bouteille après une période généralement longue, souvent au delà de 20 ans. Les tawnies de catégorie supérieure sont rarement des colheitas, mais peuvent en revanche avoir un compte d’âge moyen (10 ans, 20 ans, 30 ans) Tout est clair ? Mais ce n’est pas fini !

Dans la catégorie Vintage, il y a les Vintage et les Single Quinta Vintage (je vais passer sur les Late Bottled Vintage, car cela va devenir lassant à la fin). Quelle différence ? Comme en Champagne, chaque producteur est libre de déclarer un vin issu d’un seul millésime comme un vintage. Mais, à la différence de la Champagne, ces vins doivent toujours être contrôlés et approuvés par analyse et une dégustation à l’aveugle conduite par des spécialistes à l’Institut des Vins de Porto.

Les maisons de portos ne déclarent un vintage que dans une année qu’ils considèrent comme exceptionnelle et capable d’une très longue garde. Il s’agit de vins issus d’assemblages entre différentes parcelles et donc de différentes quintas (domaines). Mais les vins de certaines quintas peuvent être d’une belle qualité sans que cela soit le cas partout dans la vallée du Douro. Ils sont donc déclarés comme des Single Quinta Vintage et portent évidemment le nom de la quinta en question.

Le millésime 2015 est clairement dans une sorte de position intermédiaire : la plupart des grandes maisons n’ont pas déclaré de Vintages, mais ils ont souvent déclarés des Single Quinta Vintages. Les autres ont fait comme ils pensaient bien de faire. En résumé, c’est un bon millésime, mais probablement pas un grand millésime comme 2011 par exemple.

Ma dégustation de ces 16 vintage et single quinta 2015

NB. Je vais commenter tous les vins, et pas seulement ceux que j’ai aimé ! L’ordre est celui des la dégustation.

Quinta do Infantado 2015

Une belle quinta que j’avais visité l’an dernier et qui ne produit que des vins de son propre domaine (portos et vins du douro), ainsi qu’une excellente huile d’olive. Ce fut un des très bons vins de cette dégustation pour moi, mais dans un style particulier qui est issu d’une recherche d’une relative légèreté dans un vin de ce type. Le nez est riche et complexe avec des notes classiques de pruneau, de fumé et de ciste. Le toucher est fin et une belle sensation de fraîcheur accompagne le vin jusqu’à le fin (bonne longueur) ou on perçoit à peine une note plus chaleureuse. Les tanins sont parfaitement intégrés dans ce vin au style très accessible et qui finit presque sec. Le producteur a ensuite confirmé que le sucre résiduel y est bien inférieur à la moyenne. (16,5/20)

Quinta Santa Eufemia 2015

Je ne connaissais pas ce producteur auparavant. Il se situe dans la partie ouest de l’aire de l’appellation, près de Regua. Ce vin est plus chaleureux et classique que le précédent, mais le nez est moins expressif, entre notes fumées et florales. Les tanins sont encore bien présents et il lui manque un peu de fraîcheur. Niveau correct mais pas exceptionnel. (14/20)

Croft, Quinta da Roeda 2015

Nez à la fois fruité et bien complexe. En bouche, ce fruité juteux se confirme dans un style classique, bien équilibré et long. (15/20)

Quevedo 2015

Encore une marque que je découvrais à cette occasion. Le style est très fruité mais un peu simple, bonbon, sucré et souple. C’est plaisant, mais pas à garder – et pas au niveau de beaucoup d’autres. (13/20)

Ramos Pinto 2015

Une des maisons qui a décidé de déclarer un vrai Vintage cette année. Un très beau nez plein d’herbes sauvages et d’aromates sur un fond fermement fruité mais toute en élégance. Très bel équilibre en bouche, avec un beau style qui s’étire en longueur et une finale ferme qui laisse augurer une bonne garde. (16,5/20)

Sandeman, Quinta do Seixo 2015

Nez encore bien marqué par son élevage avec des notes de fumé, puis de goudron. Vin dans un style puissant et tannique, d’une bonne longueur mais manquant de finesse. (14,5/20)

Taylor’s, Quinta do Vargellas 2015

Le nez est assez fermé au début mais s’ouvre ensuite sur des sensations denses, d’une très belle ampleur. Ce côté intense et luxuriant se révèle réellement en bouche, autour d’une belle trame tannique. Ce vin aussi vibrant que structuré et complet, complexe et long. Un très beau classique de cette magnifique quinta. (17,5/20)

Fonseca Guimaraens 2015

Si Taylor’s ni Fonseca n’ont déclaré de Vintage en 2015, Fonseca a déclaré une sorte de second vin pour lequel la marque Guimaraens est utilisé. Le premier flacon avait un problème de TCA dû au liège. Le deuxième avait un nez fin, très frais, avec des odeurs de garrigue et de fruits noirs. En bouche on découvre un jus magnifique, aussi affiné que structuré dont la qualité du fruit est éclatante. Aussi long que fin, c’est un grand vin absolument délicieux. (18/20)

Cruz 2015

Nez très fumé aux arômes un peu lourds de goudron. En bouche, un contraste, car le vin apparaît presque délicat mais simple et sans structure. (12/20)

Rozes, Quinta do Grifo 2015

Peu expressif au nez. En bouche, chaleureux et brûlé, manquant de fruit. Simple. (12/20).

Burmester, Quinta do Arnozelo 2015

Un jolu vin bien fruité avec une structure fine mais présente. De la fraîcheur et du caractère avec une finale un peu trop sucrée à mon goût et un peu chaleureuse aussi. ‘(14,5/20)

Cruz, Dalva 2015

Une belle qualité de fruit et une structure fine. Il finit un peu court mais c’est un vin plaisant et bien équilibré à part une sensation un peu asséchante en finale (14/20)

Quinta do Ventozelo 2015

Le nez est fin et frais, avec un fruité séduisant. Son caractère très juteux en bouche n’est pas au détriment de la finesse. L’ensemble n’est pas très long mais il a beaucoup d’élégance et un bon équilibre. (15/20)

Quinta das Carvalhas 2015

Le nez est assez terreux et manque de fruit. Les tanins sont présents mais discrets et ke finale est marqué par l’alcool (12/20)

Niepoort 2015

Un vin aussi juteux que fin. Une très belle dynamique en bouche avec une arrivée de fraîcheur après la première sensation de fruit mûr. Finit bien équilibré, avec juste une légère sensation de chaleur. (15/20)

Vista Alegre 2015

Nez de fumé et de ciste. Très chaleureux en bouche et manquant de substance. L’alcool domine trop. (12/20)

Plus tard, lors d’une autre dégustation, j’ai parlé avec la lauréate de l’édition 2017 du concours Master of Port, Julia Scavo, que j’avais aperçue lors de cette dégustation. Nous avons échangé nos avis et les noms de nos vins préférés – et ils étaient identiques. 


4 Commentaires

Bulles : une (petite et modeste) revue de détail

J’y vais tous les ans vu que ça a lieu chaque année au même endroit, à la même période et toujours selon le même principe : invités à un mois de Noël par Jean-Pierre Rudelle, le patron du Comptoir des Crus à Perpignan, les représentants des maisons de Champagne viennent avec armes et bagages faire goûter aux amateurs deux (parfois trois) de leurs cuvées, vins que l’on retrouve en vente pour ce jour-là à un prix «d’ami ».

Simple comme bonjour, cette initiative est aussi l’occasion pour moi de faire une petite révision champenoise. Et si j’en profite pour revoir mes avis sur des marques qui me sont familières, grandes ou petites, je m’attache aussi à découvrir de nouveaux noms comme le champagne Charpentier (acheté 16 € l’an dernier) qui a fait le bonheur de ma cave durant l’année écoulée.


Idée de décor ! Photo : BrigitteClément

Je vous en parlais en 2013 et déjà j’étais enthousiaste à l’idée que cette journée devienne une sorte de rituel. Il suffit de s’offrir un verre (10 € remboursés en cas d’achat) et de se promener au gré des barriques (renversées debout) transformées en comptoir de présentation et de dégustation. On peut même s’amuser à faire cela en accéléré. En se pointant par exemple dès l’ouverture, vers onze heures du matin. Le tour complet prend environ une heure trente avec une quinzaine d’arrêts et un temps plus ou moins long passé à discuter avec les représentants en fonction de l’intérêt de leurs vins ou (et) de leur connaissance du terrain. Bref, cela représente un apéritif studieux, juste avant d’aller déjeuner la faim au ventre quelque part en ville.

Version 2

Le champagne expliqué aux clients… Photo : BrigitteClément

Un exemple à suivre

Tous les cavistes (ou presque tous) devraient pouvoir organiser une telle journée et il me semble qu’ils sont de pus en plus nombreux à le faire dans d’autres grandes villes. Pour rendre la chose encore plus palpitante, il y a des habituées parmi les maisons qui font se déplacer une de leurs « commerciaux ». Cela permet de faire des comparaisons avec les vins voisins, de noter des changements de goûts ou de chef de cave. Puis chaque année quelques nouvelles marques en remplacent d’autres avec, parfois une ou deux cuvées d’exception, histoire de briller – ou de frimer – plus encore aux yeux des amateurs. L’avantage, c’est que ça tourne. Cette année, point de Pol Roger, de Krug, Jacquesson, Drappier ou Veuve Clicquot, guère plus de grosses pointures comme Moët et Chandon, peu de petits récoltants-manipulants et aucune coopérative de taille, à l’instar de celle de Mailly présente lors de je ne sais plus quelle édition.

Voici donc les bulles les plus marquantes de ma tournée 2017.


Quelques remarques préalables : pas d’ordre précis dans cette revue et toujours pas de notes chiffrées, je préfère la (ma) description, brève et parfois sommaire. Peu de description sur le ressenti au nez car dans ce genre de dégustation on est un peu pressé par le public et il faut aller droit au but : la bouche. Sachant que cette dégustation ne se faisait pas à l’aveugle, la seule chose que j’avais devant les yeux, en dehors du vin, était la marque du champagne, le nom de la maison si vous préférez. Pour ne pas être trop influencé, je refusais toute explication sur la composition de la cuvée et sur son prix de vente dont je n’ai eu connaissance qu’à la fin. Parlons-en du prix : dans ce qui suit, je vous donne le tarif consenti pour ce jour-là et le prix normal en boutique pour les jours à venir. Et quid du verre ? Sincèrement, j’ai oublié de noter ce détail (le nom de la verrerie) qui a pourtant son importance. Tout ce que je sais, c’est que j’ai décliné la flûte que l’on me tendait et que, grâce à mon pote caviste, j’ai pu bénéficier d’un beau verre assez large afin que je puisse considérer le champagne comme ce qu’il est : un vin à part entière et non une simple boisson à bulles.

-Deutz. Avec cette maison d’Aÿ la dégustation démarre toujours bien : j’ai l’impression d’être chez moi, de cultiver mon jardin. Tout commence avec un Brut Classic à majorité pinot noir qui m’enchante toujours tout bêtement parce qu’il « nettoie bien la bouche », qu’il la « prépare » à affronter la suite. Je ne sais pas pourquoi je mets tous ces mots entre guillemets, mais je les trouve adaptés à cette sensation de belle acidité, de fruits blancs et de longueur honorable (35,10 € au lieu de 39 €). Le blanc de blancs 2011 qui suit est encore plus engageant : crémeux dès le nez, il l’est ensuite en bouche. Matière riche, amplitude, fraîcheur et longueur, tout y est ! (62,10 € au lieu de 69 €). Au passage, j’attends avec impatience la nouvelle cuvée William Deutz 1990 de pur pinot-noir que je viens de mettre en cave pour quelques mois.

-Charles Heidsieck. Pas de problème non plus avec cette maison qui assure dans la régularité depuis pas mal d’années. Brut Réserve à la mousse frénétique, enthousiasme et fraîcheur en bouche, sans oublier l’équilibre, le tout avec une jolie finale (35,10€ au lieu de 39 €). Le Rosé Réserve assure lui aussi d’emblée une très belle prestation : droiture, netteté, franchise (48,60 € au lieu de 54 €).

-Le Gallais. Dans la vallée de la Marne, à Boursault, la maison produit une Cuvée des Cèdres (brut nature) : nez assez fin, bouche directe et expressive sur un équilibre bien dessiné (31,50 € au lieu de 35 €). La Cuvée du Manoir, par laquelle j’aurais dû commencer, donne un vin d’apéritif, plus marqué par l’acidité d’une pomme granny-smith (26,10 € au lieu de 29 €).

-Grier. Pas une marque champenoise, mais une maison sud africaine qui passe là-bas pour être le pionnier du mousseux de qualité. Installée depuis quelques années au fond de la vallée de l’Agly, dans les Pyrénées-Orientales, la famille Grier progresse indéniablement dans ses assemblages de macabeu, carignan blanc, grenache gris et autres vieux cépages locaux associés au chardonnay du coin (25%). Nez fin légèrement épicé, bouche pleine, riche, structurée et longue (11,70 € au lieu de 13 €). Deux vins sud-africains pour suivre : le brut Villiera Tradition (chardonnay pour moitié, reste pinot noir et meunier), 18 mois sur lies, croustillant, long et frais jusqu’en finale (11,70 € au lieu de 13 €) ; l’autre, le Monro brut, particulièrement droit en bouche, très long et marqué par une belle acidité (22,50 € au lieu de 25 €). D’excellents rapports qualité-prix et mon choix pour cette année.

-Bollinger. Une seule cuvée à goûter, celle qui fait figure de BSA, le Spécial Cuvée. Densité et matière en bouche, richesse et longueur sans emphase, c’est un classique auquel j’adhère volontiers (44,10 € au lieu de 49 €).

-Lallier. Difficile de passer après Bollinger, mais ce Brut Nature, aussi puissant que sérieux en bouche est joliment structuré et doté d’une belle longueur (31,50 € au lieu de 35 €). Le Grande Réserve, m’est paru moins bavard bien qu’il se distingue par sa richesse et sa longueur (26,10 € au lieu de 29 €).

-Ruinart. Un très chardonnay R de Ruinart dense, vif, animé, mais crémeux, fin et équilibré. Il me semble noter un changement dans le rajeunissement de cette cuvée que je goûte pour la première fois avec un plaisir intense (41,40 € au lieu de 46 €) alors qu’auparavant je n’étais guère attiré. Le Blanc de blancs quant à lui est très frais, assez craquant, aussi soigné en longueur qu’en équilibre (62,10 € au lieu de 69 €). Le rosé était trop glacé pour être sérieusement annoté, si ce n’est que je l’ai trouvé d’une richesse assez éclatante (62,10 € au lieu de 69 €).


-Henri Giraud. En progression, me semble-t-il, par rapport aux années précédentes, cette maison d’Epernay m’a bluffé avec son Esprit Nature bien sec, pinot noir et meunier, lumineux en bouche, marqué par une belle acidité (35,10 € au lieu de 39 €). Le Blanc de craie est un pur chardonnay (si j’ai bien compris) qui fait beaucoup d’effet : hauteur, puissance, netteté, équilibre, longueur (44,10 € au lieu de 49 €).

-Jean-Noël Haton. Vignerons indépendants de Damery, les Haton proposent un Brut Classic blanc de noirs d’une belle franchise idéale pour l’apéritif accompagné de crustacés (20,60 € au lieu de 22,90 €). Une autre cuvée Extra retient l’attention pour sa largesse, son amplitude, sa fraîcheur et ses notes poivrées (32,40 € au lieu de 36 €).

-Besserat-Bellefon. Toujours un faible pour cette maison qui se maintient à un bon niveau qualitatif. Une cuvée Grande Tradition au joli nez grillé, simple mais bien ficelée en bouche avec ce qu’il faut de fruits blancs et une finale sur la fraîcheur (21,60 € au lieu de 24 €). En brut, la Cuvée des Moines (déclinée en plusieurs cuvées, y compris rosé) se remarque par sa droiture, son amplitude, sa fraîcheur et son fruité persistant jusqu’en finale (28,80 € au lieu de 32 €). On notera enfin un magnifique Grand Cru Blanc de blancs toujours marqué par une large amplitude, beaucoup de noblesse côté matière et une grande élégance générale (40,50 € au lieu de 45 €).

-Philipponnat. Remarquable cuvée Royale Réserve (non dosé) pour cette maison de Mareuil-sur-Aÿ plus connue pour son fameux Clos des Goisses absent de cette dégustation. Le nez ne manque pas de distinction, tandis qu’en bouche on ressent la vinosité du pinot noir allié à la complexité d’une part non négligeable de vins de réserve. Amplitude, fermeté et longueur pour un vin digne d’une belle entrée en matière lors d’un repas entre amoureux du vin (35,10 € au lieu de 39 €).

-Marie Sara. Marque d’une maison auboise donnant naissance à une agréable cuvée de brut à la fois simple et souple, aux notes crémées et à la longueur honorable pour une dominante meunier (21,60 € au lieu de 24 €). Une autre cuvée Extra Brut (non dosée), typée pinot noir, se révèle plus épicée avec des notes grillées (32,40 € au lieu de 36 €).


-Laurent Perrier. L’Ultra Brut, que l’on ne présente plus, se distingue une fois de plus par sa complexité et sa longueur en bouche sur des notes pierreuses et fumées (43,20 € au lieu de 48 €), tandis que le brut (normal) La Cuvée, toujours aussi régulier, est tout simplement magnifique d’amplitude et d’expressivité, sans parler de son infinie longueur (35,10 € au lieu de 39 €). J’ai aussi retenu la même cuvée en rosé pour son imposante matière, sa densité et sa longueur en bouche (71,10 € au lieu de 79 €).

-Taittinger. Un Brut Prestige assez fin et complexe au nez, serré et dense en bouche (35,10 € au lieu de 39 €). La cuvée Grands Crus offre une trame toujours imposante et serrée sur des notes de fleurs des champs et une finale harmonieuse (47,70 € au lieu de 53 €).

-Charpentier. Une maison typique de la vallée de la Marne avec un Brut Tradition simple de par sa conception architecturale, aux trois quarts pinot noir, surtout marqué par des bulles très fines et de jolies notes fruitées (17 € au lieu de 18,90 €). Le rosé, assemblage pinot noir et chardonnay, nous promène sur de fines notes de fruits rouges dans une ambiance un peu plus vineuse (23,30 € au lieu de 25,90 €).

-Gosset. Le brut Excellence (majorité de pinot noir avec 40 % de chardonnay), très croustillant en bouche, offre de l’éclat, beaucoup de luminosité et de longueur (35,10 € au lieu de 39 €).

                                                                                                         Michel Smith