Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

Au Lyon Tasting

Au Lyon Tasting, où j’ai passé une bonne partie de la journée, j’ai pu serrer quelques mains amies, mettre à jour mes informations sur quelques domaines déjà connus, et en découvrir d’autres.

Au chapitre des découvertes, je placerai l’excellente gamme des Rhône (Nord et Sud) de Vidal Fleury – il y a à l’évidence un style maison, sur l’élégance; du côté des confirmations, je mettrai les très croquants Morgon de Louis Claude Desvignes et les très craquants Cassis de Bodin. Sans oublier les Moulin-à-Vent du Château de Moulin-à-Vent – dont il faut saluer le beau travail d’élevage.

Le salon (organisé par nos confrères de Terre de Vins) est encore ouvert demain, vous avez donc encore une chance d’y faire un joli tour de vignes sans quitter la Bourse de Lyon – bel endroit, vaste et aéré.

Le Palais de la Bourse de Lyon

Bourgogne, Beaujolais et Rhône sont les régions les plus représentées, mais il y en a d’autres (100 exposants au total, avec chacun 3 cuvées). Un programme d’ateliers et de masterclasses est également proposé (mais il vaut mieux s’inscrire à l’avance).


Claude-Emmanuelle Desvignes et ses Morgon

C’est à Lyon, capitale des Gaules – et ce week-end, capitale du bon vin.

Hervé 


6 Commentaires

Sylvain Dittière and Pauline Foucault – Porte Saint Jean (Charly Foucault’s spirit lives on – part 1)

 The last of the 2017 Cabernet Franc from 

a vineyard close to Doué-la-Fontaine

 

On Thursday September we spent part of the morning at Sylvain Dittièrie and Pauline Foucault’s La Porte Saint Jean Montrueil-Bellay seeing the last day of their 2017 harvest. This was our first visit to this domaine that started in 2010 with three hectares, which has now grown to 8.5 hectares.  « We won’t go above 8.5 hectares, » says Sylvain.

Some of their vines are close to Doué-la-Fontaine off the road from Montrueil-Bellay to Doué – Guillaume Piré’s Fosse Sèche has vines nearby. The other parcel is in Chacé, AC Saumur-Champigny and the home commune of the Foucaults.  

Our immediate impetus in visiting La Porte Saint Jean was to see Françoise Foucault, who we haven’t seen since the sad death of her husband, Charly Foucault, right at the end of the 2015. We were delighted when Françoise contacted us recently through Facebook. We first met Françoise when she was making the wine at Château Yvonne in the mid to late 1990s. I had first met Charly along with his brother Nady in 1990. 

It was great to see Françoise again. She was cooking for the harvest crew as well as looking after Pauline and Sylvain’s five year old son, who was poorly so off school. 

Sylvain served an extensive apprenticeship before setting up La Porte Saint Jean with stints at Château Yvonne (commune of Parnay, AC Saumur-Champigny), Thierry Germain (Domaine des Roches Neuves, Saumur and Saumur-Champigny) and the Foucault brothers at Clos Rougeard as well as with Gérard Gauby in the Roussillon and Marc Tempé in Alsace. 

With Sylvain I tasted several samples from barrels down in the extensive cave that is reached by quite a steep slope close to the house – echoes of Antoine Foucault’s cave at his parents’ house in Chacé. The limestone rock here, however, is not the same being Jurassic. We tasted the young vines Chenin Blanc – just 60 years old, so a mere stripling! The old vines come from plants of 90 years old. We also tasted the 2016 Porte de Saint Jean Saumur-Champigny and the 2016 and 2015 red Saumur. The 2015 Champigny is now in bottle – Sylvain gives the red Saumur a long élèvage. 

The 2015 Saumur-Champigny Porte Saint Jean is promising with ripe fruit and attractive texture but is still quite tight in the finish, so would benefit from another couple of years in bottle.  

I fancy that Charly Foucault would feel more at home here at La Porte Saint Jean than at Clos Rougeard now that it has been bought by Martin Bouygues. Certainly while I was with Sylvain, Pauline and Françoise I felt a strong sense that Charly’s esprit lives on here.

Coming soon – Antoine Foucault’s new property and winery.

  

The press area @Porte Saint Jean with
Pauline Foucault in the centre 

Trio of dogs supervising end of the 2017 harvest  

 Sylvain Dittière in the upper chai

 Part of the extensive cave under
the house and the grounds 

(above and below)

 

 

 

 Sylvain taking a sample
of his Chenin Blanc

 

 …. now ready to pour a tasting sample

 

Sylvain Dittière down in the cellar with his 2015 Saumur Rouge 

 Sylvain relaxing now the 2017 harvest is finished


Poster un commentaire

Reports from the Loire on the 2017 vintage

Emptying hod

Muscadet
We spent Monday (11th September) and Tuesday (12th) in the Pays Nantais looking at the 2017 vintage. It is well known that the Pays Nantais was badly frosted in late April. The effects of the frost are, however, very variable. Some lucky producers like Jérémie Huchet (jeremie-huchet-vigneron.fr/en/) in Château-Thebaud only lost some 10%-15% of his crop. He did, however, lose 40% from frost last year. At the other end Fred Niger (domaine-ecu.com/) has lost 98% of his 2017 crop – making only three hectolitres per hectare.

Much of the crop has now been picked – Jéremie Huchet finished on Friday 8th September having started on 28th August. Jo Landon was finishing either on Tuesday or Wednesday. By Monday (11th) Lieubeau (www.lieubeau.com/en/) were three quarters through their harvest – down 40% due to frost – having started on 31st August.

There should be some very good Muscadet made this year, especially from vineyards not seriously frosted and from fruit picked early on as there was heavy rain on Sunday 3rd September. Following that downpour there is some rot appearing.

In heavily frosted vineyards the quality is more difficult as there is considerable variation in ripeness between the first generation grapes that resisted the frost and the second generation that came through after the frost.

Unfortunately there is no doubt a significant number of producers are facing challenging times commercially due to a lack of stock. To try to cope with this a number of producers have bought in juice allowing them to at least supply their existing clients.

Vincent Lacour (AC Touraine) on 2017 vintage
« Last year was a short vintage due to the frost and mildew and I made 700 hls, » Vincent Lacour explained on Friday afternoon when I dropped in to see him during my mountain bike ride through the local vineyards. « However, I doubt if I will even make that this year because of the April frosts. Also there is little juice in the grapes this year. »

It is not clear whether this is due to the dry weather in the early summer or whether bunches that appeared to survive the frost were actually affected and this damage reduced the amount of juice in the berries.

Fortunately the quality of the fermenting juice appears good – we tasted from a couple of vats – with good weight and very clean. Vincent has still to pick his Cabernet and Côt.

Menetou-Salon

 The view eastwards from Menetou-Salon

 towards Parassy and Morogues 

Following the Loire vintage is always fascinating. No two years are the same – each one has their different challenges. Overall, from what we have seen in the Pays Nantais, Touraine, Menetou-Salon and Sancerre, there should be some very good wine made this year. All the juices I have tasted this year to date have been round with variable degrees of potential alcohol. Generally rich, ripe fruit – often around 13% with the acidity between 5 and 5.4, so well balanced. 

On our way over from Touraine we first dropped in on Philippe Gilbert, just on the eastern edge of the small town of Menetou-Salon. In contrast to last year when he made virtually nothing, 2017 has given him a good harvest. Philippe started slowly on 11th September with his Sauvignon Blanc. The grapes are coming in around 12.0 to 12.8˚ with acidities around 4.7. 

After last year’s shockingly small vintage in in Menetou-Salon it is good to see that producers like Philippe Gilbert have been blessed with a generous harvest. Last Tuesday (12th September) they harvested as much, if not more, of what they picked last year in total.

Philippe is bringing in 50 hl/ha for his Pinot Noir for rosé, while his whites are fine at around 55/60 hl/ha. 2017 is a generous harvest. This often happens after a severe frost, which gives the vines a rest, so the following year they tend to produce big harvest. This happened in in 1992 following the severe frost of 1991. 

After a week of harvesting they have about another ten days left. The contrast between Philippe’s demeanour of last year and this is very marked. He is now a ‘happy boy’!  

Wednesday will be ‘Les Vendanges pour les Copains’. Under this laudable initiative Philippe and his team will be picking for friends like Fred Niger in Muscadet, who have been very severely affected by the April frosts. It provides them with some wine that hopefully will keep them afloat in these difficult times.     

  

Domaine Henri Pellé

The news here was also very positive: with a derogation, they started on Thursday 7th September – a day before the actual Ban des Vendanges. Again 2017 is a generous harvest with 60 hl/ha for their Sauvignon Blanc, while they are getting 50 hl/ha at 13% potential for the Pinot Noir. We tasted some of the juices for the Sauvignon Blanc, which were impressive – good fruit, very clean and well balanced with attractive freshness in the finish.  

Most of the picking so far has been in their vineyards in the commune of Menetou-Salon. Only now are they picking in Morogues, which is a little higher in altitude, so ripens a little later.

In the Pellé vines Les Blanchais:

We visited Les Blanchais near Morogues where there was a big team of more than 50 pickers.

   

One of the Pellé pickers

Another picker

Two very fine hats 

Drowning in the vines……?

Capped picker

 

Carrying a hod up and down the slope is hot and tough work

Trailer @the bottom of the slope

 Les Blanchais is a steeply sloping vineyard  
NouveauOs

 

 


5 Commentaires

Manzanilla La Goya – Delgado Zuleta, Edición Especial Magnum

Nous l’avions choisie parmi de nombreux autres vins pour la soirée des 40 ans de ma fille. Jerez et Champagne pour commencer, dans la famille nous en sommes de grands fans de ces vins. Ils ont été incontestablement la meilleure des entrées en matière pour une fête qui a démarré avec des amandes grillées, des olives, des anchois, du jamón ibérico, du boudin, des petites fritures de poisson… Et surtout, une Manzanilla en magnum, c’est plus festif!

20170822_183352_resized (002)

La Manzanilla

Vous connaissez tous la Manzanilla, bien sûr, Les Cinq ont eu l’occasion d’en parler à plusieurs reprises ; elle est élaborée selon les mêmes principes que le Fino, à partir du même cépage, le palomino, mais elle provient exclusivement de la région de Sanlúcar de Barrameda, la ville côtière la plus proche de l’Atlantique. Située à l’embouchure du Guadalquivir, elle regarde à la fois le fleuve et la mer.

Aussi sèche que le Fino, la Manzanilla possède une robe plus claire, présente souvent une note iodée et, davantage d’amertume. C’est un vin unique lié à un territoire unique et magnifique : parler de Manzanilla, c’est parler de Sanlúcar, et, parler de Sanlúcar, c’est parler de Manzanilla. C’est un vin de plaisir, de partage, souvent appelé «le vin de la lumière, de la mer, de la brise » !  J’ai toujours une bouteille de Manzanilla au frais, prête à boire, c’est une sacrée évasion à petit prix. Il faut la boire dans sa jeunesse, pour profiter au maximum de son caractère.

Il y a de nombreuses Manzanillas sur le marché et évidemment, elles ne se valent pas toutes. Pour que la Manzanilla existe, il faut des vents de l’Ouest, des terres « albarizas » si favorables au Palomino, des bodegas centenaires, avec des systèmes complexes de « criaderas et de soleras », des très vieilles barriques étrangement à moitié pleines et surtout, il faut laisser passer le temps, beaucoup de temps, dans l’obscurité et le silence. Enfin, il faut des maîtres de chais expérimentés qui savent comment conserver la vie d’un mystérieux jardin de levures, un beau voile de flor qui survit dans un équilibre aléatoire. Car la Manzanilla subit un vieillissement biologique sous voile de levures indigènes sélectionnées au cours des années.

Il existe 2 types de Manzanillas, la Fina  (la plus courante) et la Pasada.

La Manzanilla Fina est d’un brillant or pâle. D’un arôme pointu et délicat dans lequel se ressentent des notes florales et, herbacées, des notes d’amandes et de coquillages. En bouche, elle est légère, sèche,  avec de fines notes iodées. Une légère acidité produit une agréable sensation de fraîcheur et un arrière-goût persistant et légèrement amer.

La Manzanilla Pasada En fonction de la durée de l’élevage, la Manzanilla initialement « Fina » peut finir par acquérir de légères notes d’oxydation à mesure que le voile (ou la flor), après des années d’élevage, s’épuise dans les Criaderas les plus vieilles : c’est alors qu’apparaît un vin très spécial, plus complexe, dont le caractère oscille entre la Manzanilla Fina et l’Amontillado, appelé « Manzanilla Pasada ». Ce sont des vins avec plus de structure, mais avec tout le caractère complexe et intense qu’apporte l’élevage biologique. On obtient, alors, un vin blanc sec, aux saveurs marines et iodées, avec une pointe d’amertume. Savoureux et rafraîchissant. Le volume d’alcool est de 15%.

copa-fino

La bodega Delgado Zuleta

Delgado Zuleta est le plus ancien producteur de Jerez. Ses origines remontent au XVIIIe siècle, on y produit de la Manzanilla depuis 1744 ; ils s’enorgueillissent d’avoir été les fournisseurs de la Maison royale de Sa Majesté don Alfonso XIII et de Victoria Eugenia. Aujourd’hui, les plus anciennes traditions et techniques de vinification sont encore respectées. Dernièrement, la bodega s’est faite remarquée dans le Concours International des Vins AkataVino Sommeliers d’Espagne 2017 (CIVAS), où elle a été le plus récompensée : parmi les cinq vins présentés, deux d’entre eux ont reçu le plus grand prix décerné par le Concours : la médaille Great Gold, réservée aux vins qui oscillent entre le 95 et les 100 points. L’un des 2 était La Goya Magnum

La Goya, Magnum Edicion Especial

 La Goya est le vin phare de Bodegas Delgado Zuleta. Elle porte le nom d’une chanteuse de flamenco, Aurora Jauffre, qui raffolait de ce vin. Emblème de la maison, son nom remonte à 1918, lorsque la célèbre danseuse, plus connue sous le nom de « La Goya », permit à la bodega d’utiliser son nom de scène. C’est l’une des Manzanillas les plus reconnues au monde.

 Qu’a-t-elle de spécial ?

Elle est issue de « soleras »·sélectionnées de la Bodega Rodriguez La-Cave, bodega traditionnelle, légendaire, avec laquelle Delgado Zuleta fusionné en 1978. C’est l’une des plus pures manzanilla de Sanlúcar, élaborée en respectant les méthodes ancestrales. Elle revendique : authenticité, terroir, et identité. Elle a été élevée en « Solera » pendant 5 ans et mis en bouteille en Magnum. Sans nul doute, une des meilleures Manzanilla de Sanlúcar de Barrameda.

20170822_183403_resized (002)

La dégustation

Jaune d’or paille, limpide et lumineux. Au nez, c’est un vin qui possède des arômes intenses de fruits secs (noix et amandes grillées), de miel, ainsi que des notes salines et florales et même d’amontillado. La bouche, est formidable d’intensité, avec du gras et encore, des fruits secs en pagaille, de très  légères notes d’oxydation, une longueur intense, une belle dose de salinité. Il est sec, savoureux et très doux au palais.  Une finale longue et persistante sur des notes grillées, avec une amertume agréable et iodée. Un vin très expressif, et bien équilibré entre fraîcheur et salinité. L’un des exemples les plus ronds et crémeux de Manzanilla Pasada, presque fruitée.  Elle évoque le soleil, la mer, le sud, et, ça marche très bien avec les poissons, les crustacés et le jamon Iberico.

copa-fino

Ce vin doit être servi très frais, à 12°c.

C’est un vin que je trouve tout simplement merveilleux!

Prix: 29,05 €

Hasta pronto,

Marie-Louise Banyols

 

 


1 commentaire

La bise à Bize

Que faire en ce premier dimanche de Septembre ?

Si vous habitez le Sud ou si vous ne faites que le traverser, j’ai une halte rêvée pour vous. En gros, c’est entre Béziers et Carcassonne, à l’écart des autoroutes sans être perdu pour autant. Je vous propose de venir me faire la bise à Bize-Minervois, haut-lieu du vignoble languedocien pour deux saisons seulement, puisqu’on entre dans une sorte de Saint-Vincent tournante où, pour un cycle de deux ans, un village élu du Minervois est désigné pour accueillir les Tastes. Les Tastes en Minervois, puisque c’est le nom de la manifestation, est une sorte de festival autour du vin et de la gastronomie qui en est à sa 3 ème édition avec le ferme espoir de frôler le chiffre de presque dix mille visiteurs échelonnés en deux temps : le samedi soir pour festoyer et le dimanche, ce dimanche, pour prendre son plaisir en famille ou entre amis.

Attention, si vous me faîtes l’affront de me demander où se trouve le Minervois, je vous casse la gueule ! Ben oui, quoi. Vous êtes sur un site légendaire qui cause du vin et vous ne savez toujours pas que le Minervois et ses coteaux juste aux pieds de la Montagne Noire se trouvent dans le fameux triangle vineux qui va de Narbonne à Carcassonne avant le rejoindre Béziers, l’ex capitale pinardière devenue au fil des décennies pourvoyeuse de grands vins blancs, rosés et rouges ? Enfin, que ce triangle est traversé par le fameux Canal du Midi ?

Maintenant, pourquoi à votre avis je vous presse tant de vous rendre à Bize-Minervois ce dimanche, surtout, mais aussi ce samedi si vous le pouvez ? Pour plusieurs raisons, outre le fait que je serai de la partie, facilement reconnaissable par mon chapeau de paille plutôt authentique et élégant si on le compare aux imitations de panama et autre borsalino qui pullulent ces temps-ci. Plus sérieusement, je vous invite à venir découvrir un village qui sera non seulement investi dans la  promotion de ses productions locales (coopérative oléicole bien connue pour ses olives lucques, fromages de chèvre), mais aussi un village entièrement impliqué dans cette troisième édition.

Voulez-vous une liste de ce que vous y trouverez ou de ce que vous pourrez y faire ? Commencer par déguster, cela s’impose : une centaine de vignerons de l’appellation proposeront sur ces deux journées, dont une soirée, des vins sélectionnés en fonction des accords proposés par quatre chefs émérites de la région installés sur la placette, l’esplanade ou les ruelles de cette coquette bourgadee où 25 vignerons se relaieront à tour de rôle pour proposer la dégustation gratuite d’un de leurs vins estampillé Minervois. Et quoi d’autres, me direz-vous ? Un barista, spécialement venu de Toulouse, notre désormais capitale, sera là pour nous offrir ses cafés.

WP_20160713_008

le Domaine Luc Lapeyre sera bien représenté !

Bon, m’objecterez-vous, tout cela tournera autour du bio, inévitable de nos jours, du street food, du burger, de la world food et de toutes ces cochonneries dont on vous rebat les oreilles depuis des années afin de vous fourrer dans le crâne qu’il ne faut surtout pas devenir un has been. Vous n’aurez pas tort, et alors ? Quand je vous citerais quelques mini-plats proposés, maquereau à la flamme, farce fine de volaille sauce poulette, accra de crevettes, collier d’agneau confit, mozzarelle des Corbières (voisine d’en face), café au lait frappé en granité, baba au marc de muscat pour ne citer que ceux-là, je pense que vous viendrez volontiers me rejoindre. Sachant que cela ne vous coûtera que 15 € pour un un plateau équipé d’un vrai verre de dégustation et de quatre jetons pour cheminer dans un univers gourmand parsemé de vignerons qui vous attendent la bouteille à la main. Il y a également un espace pitchouns avec jeux et ateliers divers encadré par des professionnels diplômés, un repas aussi qui leur est préparé par le café du village, des promenades guidées et commentées dans les environs immédiats, des espaces soft drinks gratuits, des conférences… Un grand parking vous attend, ainsi que des dizaines d’agents de sécurité. Un site d’information sur le site du Minervois est consultable ici même.

WP_20161128_004

Profitez-en pour visiter non loin de là la belle cathédrale Saint-Nazaire de Béziers.

La raison pour laquelle je m’autorise à mettre en avant cette manifestation, c’est parce qu’elle est l’exemple de ce que devrait faire une appellation pour ne pas sombrer dans l’oubli. Avec ses nombreux bénévoles, sons sens festif et son organisation, elle fédère l’appellation tout en offrant au vigneron la possibilité de se faire connaître et de vendre son vin. C’est une bonne chose.

A demain donc, ou sinon à l’année prochaine, toujours à Bize !

Michel Smith

 

 

 

 


3 Commentaires

Côtes de Gascogne – à venir

Désolé mais hier soir, tard, j’ai totalement perdu mon texte écrit sur ma récente dégustation des vins de Côtes de Gascogne, la deuxième désignation IGP de la France derrière le Pays d’Oc. Ce malheureux texte est parti quelque part dans les limbes de mon ordinateur et, à minuit, je n’ai pas eu le courage de le refaire de suite tel quel.

La semaine prochaine je vous parlerai plus en détail de cette appellation en IGP et de ses vins, dont la réussite est un cas rare, voire unique, en France. Il s’agit de celle d’une reconversion d’un ancien vignoble (Armagnac) vers un autre style de produit et dont le succès commercial, en France et surtout à l’export, ne se dément pas. Si 90% de sa production provient du Gers, l’IGP Côtes de Gascogne touche aussi, à la marge, le Lot et Garonne et les Landes. La zone concerne aujourd’hui 13, 000 hectares de vignes, c’est à dire autant que l’Alsace, qui produit 90 millions de bouteilles. Deux grosses affaires, la cave privée Tariquet et la Cave Coopérative de Plaimont, ont été et restent les leaders, et ils ont inspiré de très nombreux autres producteurs, de tailles très variables, dont 200 vignerons indépendants. Et ce vignoble est en expansion constante, aidé en cela depuis peu par la libéralisation des droits de plantations. Si vous voulez créer un vignoble, venez en Gascogne !

Autre particularité des Côtes de Gascogne : une très forte domination des vins blancs, qui constituent 85% de la production en incluant les vins doux. Cette dernière catégorie est en augmentation, ce qui est aussi, je crois, également unique en France. Je vous parlerai, la semaine prochaine, essentiellement des blancs secs de Côtes de Gascogne, et un un peu de ses rosés et rouges, bien moins connus. Désolé encore pour ma maladresse au clavier.

 

David