Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


5 Commentaires

Les Château9 2005 s’ouvrent-ils ?

 

Aux Printemps de Châteauneuf-du-Pape (ce sera la seule fois écrit en entier !) de cette année, l’un des ateliers mettait en scène quelques millésimes 2005. Après le catastrophique 2002, suivi de l’imbuvable 2003 et de l’ingrat 2004 (ça s’est bien arrangé depuis), le millésime suivant fut immédiatement qualifié de millésime de la décennie. Place qu’il a plus ou moins bien gardée, vu qu’il s’est assez vite fermé, cachant en son sein toutes les promesses qu’on y avait décelées.

Rhône Ch9 printemps 2015 001
Voilà ce que j’en écrivais au printemps 2006 dans In Vino Veritas…

CHATEAUNEUF-DU-PAPE

Des entrées de gamme toutes aussi abouties que les hauts de gamme. Les tanins sont onctueux et les fruités très importants. De plus, la grande fraîcheur garantit un développement aromatique hors du commun. Fruits noirs et fruits rouges se bousculent, parfumés d’iris et de violette, pour l’élégance du port, et des épices pour encore augmenter la complexité. Parmi les entrées de gamme, quelques Châteauneuf de jolie soif, des vins de plaisir plus abordables, plus ‘faciles’, sans perte d’identité. Les cuvées particulières concentrent leurs arômes, affermissent leur structure, serrent leurs tanins, sans recherche d’extraction, l’élégance reste le dénominateur commun.
Les vins sont en général très colorés avec des tons plus violacés et une fraîcheur accrue vers Orange, partie nordique du vignoble.
Analytiquement comparable au millésime 1979, c à d un millésime de grande garde. Une vendange de petits grains bien mûrs et très sains, l’appellation compte un tiers de sa superficie en confusion sexuelle, soit 1.000 ha, c’est unique au monde ! Les rendements avoisinent les 31,5 hl/ha Philippe Cambie
L’année 2005 est une année record en matière de sécheresse, comme les deux années précédentes. La moyenne des T° pour juin, juillet et août est de 23,4°C pour 46 jours de forte chaleur (+ de 30°C) contre 92 en 2003, véraison 10 jours plus tard qu’en 2003. T° nocturne juillet et août de 17°C en moyenne, avec des nuits à 9°C. La grande amplitude thermique a favorisé la photosynthèse et préservé les acidités. Le Mistral a beaucoup soufflé !
Les vignerons de Châteauneuf affirment toujours qu’à grand millésime en rouge correspond un petit en blanc, l’adage ne sera pas démenti. Beaucoup de blancs sont simples ou végétaux, d’autres encore bizarrement dilués. Heureusement, quelques-uns sauvent la mise. Sans être très expressifs, ils emportent les suffrages grâce à leurs assises minérales, leur agréable fraîcheur, leur gras et leur longueur, on en reparlera dans 10 ans…

10 ans après

Les petites bombes dégustées en primeur il y a 10 ans n’ont toujours pas explosées. Mais on y goûte toutefois l’amorce d’une ouverture prochaine, peut-être dans 2 à 5 ans pour la plupart, pour d’autres peut-être jamais (non je rigole).

En piste, les 2005 dégustés aux Printemps de Ch9 cette fois

Rhône Ch9 printemps 2015 014

Et quand Céline sert, le silence se fait, plus rien ne bouge, chacun regarde couler dans le verre le nectar, hypnotisé, j’exagère, comme si une bonne cinquantaine de personnes arrivaient à se taire !

Rhône Ch9 printemps 2015 012

Collection Charles Giraud 2005 Domaine Saint Préfert

Rhône Ch9 printemps 2015 008

Robe grenat nuancé de marron, très épicé avec une impression nasale de suavité, cela lui donne d’emblée un air coquin et gourmand, ce n’est pas antinomique… Au deuxième nez, l’impression se renforce et nous parle de réglisse arrondie de sucre, style cachou avec des notes de café. Certains diront que le nez ne sent ni le sucre, ni l’amer, ni ni ni… J’ai parlé d’impression.
Quand il coule en bouche, les tanins bien fondus, mais encore perceptibles, caressent de leur soie les papilles, contact des plus érotiques que cette étoffe succulente à l’amertume rafraîchissante (merci Isabelle), quelques gelées viennent épicées arrondir la fin de bouche.

60% de Grenache, 40% de Mourvèdre sur galets roulés, non éraflés, élevage 18 mois en demi-muids de 3 vins.

Le Vieux Donjon 2005

???????????????????????????????

Couleur aux tons grenat légèrement carminés, le vin respire les marmelades de fruits rouges. Il semble avoir gardé une certaine jeunesse, jeunesse qui nous parle de fraîcheur et qui se vérifie en bouche. Les groseilles et les fraises croquent encore et commencent à se confire. La gorgée suivante nous emmène un peu plus dans le temps et nous fait découvrir un sous-bois tapissé d’aiguilles de pin d’où quelques notes de truffe noire s’échappent.
La différence avec le précédent, le terroir plus froid.

75% de Grenache, 10% de Syrah et de Mourvèdre, 5% de Cinsault, sur 80% de galets et 20% de sable, éraflage à 50% et élevage en foudre.

Les Hautes Brusquières 2005 Domaine de la Charbonnière en magnum

???????????????????????????????

Grenat légèrement tuilé, on sent tout de suite que c’est un peu tôt et qu’on dérange… Salpêtre et odeur de vieille aimeraient nous décourager, c’est oublier notre détermination, récompensée d’ailleurs l’instant suivant. Enfin, à peine, quelques effluves délicats de gelées de fruits noirs s’en échappent, du poivre blanc, du cumin et de la réglisse, pour le reste revenez dans quelques années… Heureusement la bouche, sans être plus explicite, nous offre l’onctuosité de sa texture, l’élégance de son port. Le magnum joue bien son rôle de gardien.

60% de Grenache et 40% de Syrah, galets et argiles, élevage en barriques et foudres.

Les Deux Chênes 2005 Mas de Boislauzon

???????????????????????????????

Grenat aux nuances marrons, le nez épicé et grillé, minéral de calcaire chauffé au soleil matinal (ça c’est précis !). Bouche très amère, ce qui lui donne et on ne s’en serait pas douté, une élégance folle. Parce que ce bitter l’envoie dans les airs et du coup, aérien, il déploie sa dentelle minérale colorée de fruits secs et confits teintés de cardamome dans toute l’étendue de notre palais.

85% Grenache, 10% Mourvèdre, 5% Syrah, galets roulés et calcaire, élevage en foudre et cuve béton

Château Mont-Redon 2005

???????????????????????????????

Grenat teinté de carmin, nez de confiture de fruits rouges et d’autres couleurs qui se mélangent en un tourbillon parfumé. Il nous emporte, pas tout de suite, il faut bien l’agiter pour bien le rallumer, puis c’est l’étincelle et le déclenchement d’une suite, le tourbillon, séquentiel, il évolue en staccatos abricot, framboise, orange, prune, … perceptions olfactives qui s’étirent puis se condensent, bien dynamique. Très minéral, il tend la bouche avec grâce. Les tanins très fins n’offrent aucune résistance au jus qui s’en écoule.

60% Grenache, 30% Syrah, 8% Mourvèdre, 2% Cinsault, Counoise, Muscardin et Vaccarèse, galets sur argile, 100% éraflé, élevage 50% en pièces dont ¼ neuves, 50% en cuve pendant 18 mois.

Cuvée des Cadettes 2005 Château La Nerthe

Rhône Ch9 printemps 2015 003

Grenat carminé, nez de pâtes de fruits rouges et noirs doté d’une élégance remarquable, celle d’un joli caractère qui évolue dans le raffinement avec un côté très droit presque austère, un autre généreux et pleins d’attentions gourmandes pour nos papilles. Le bouche suit le même propos, se rafraîchit de menthe, tisse sa soie tannique, la pare des fruits sentis, y ajoute du menthol et poursuit par quelques épices douces qui génèrent un confort buccal des plus agréables.

43% Grenache, 36% Syrah, 21% Mourvèdre, vieilles vignes de 90 à 110 ans, galets roulés à matrice d’argile sableuse, élevage de 12 mois en fûts neufs.
Quand ces bombes à très gros retardement exploseront, elles emporteront nos palais et nous feront entrevoir un petit morceau de nirvana.
Ce fut un plaisir

Ciao

???????????????????????????????

Marco


1 commentaire

B.B.B. (Bien boire en Beaujolais), on ne peut pas être partout

Et c’est parfois désolant! En plus, il devrait faire beau…

presse
J’étais passé à BBB en 2013, en compagnie de l’infatigable Hervé des 5, dans le froid et l’humidité, pour cette fois. Un coup de Beaujo et on n’en parlait plus.
Après les 3 salons, quelques rencontres ont agréablement agrémenté notre court séjour aux confins bourguignons. Celle de chez Desvignes m’avait particulièrement plu.

On y avait même croisé mam’zelle Vicky, c’est dire.
Je ne résiste pas à l’envie de vous livrer le petit texte que j’avais écrit dans la foulée. C’est ça, le vin !

Cru Morgon, petit portrait de vignerons et de vins

En Beaujolais, l’accueil est toujours agréable, sans chichi, on y vient pour déguster un canon, se prendre quelques flacons pour la maison; avant, on goûte et on écoute…

Les Desvignes

???????????????????????????????

???????????????????????????????
Atmosphère réservée d’une cave vigneronne au milieu du village, les climats sont là, patients, alignés sur la table, ils représentent 10 ha de Morgon.

Louis-Benoît, 8ème génération de Desvignes, nous sert La Voûte St Vincent 2011, un assemblage de parcelles aux abords de Chiroubles et de Fleurie, un Morgon léger et vif dominé par la cerise rouge et l’écorce de citron.

Javernières 2011, «c’est en contre-bas de la Côte, les vignes y poussent dans des argiles colorées d’oxyde de fer, le vin est élevé 13 en cuve ciment sur lies sans pompage pour garder le plus de minéral possible» nous dit Louis-Benoît, les tanins offrent une texture lisse, le minéral par contre apporte un relief bien perceptible sur la langue, griotte, amande, les vignes ont 50 ans. Côte de Py 2011, la colline coiffée de vignes, au sol de schistes pyriteux décomposés, mélangés d’argiles bleues et de roches éruptives, «un sol bien oxygéné qui permet aux racines de le coloniser en profondeur, les vignes ont 80 ans et sont plantées à 10.000 pieds» il sent la cerise noire avec un rien de musc, ample et costaud en bouche, une élégance racée qui se traduit par une certaine réserve, le fruit se donne petit à petit.

Les Impénitents 2011 Javernières, ou 70 ares de vignes de plus de 100 ans, leurs raisins macèrent 3 semaines aux alentours de 24°C, l’extraction est recherchée pour cette cuvée «on ne fait pas des Morgon à boire dans l’année…» affirme Louis-Claude le père de Louis-Benoît, la griffe minérale est plus importante et semble lacérer les papilles pour y incruster mûres, cerises, réglisse et cardamome.

???????????????????????????????

Beaujolais 3 salons (210)
Un 2012 encore en élevage, Javernières ou une fraîcheur qui pète en bouche et qui met en exergue autant de griotte que de thé au jasmin, un vin dans le style Desvignes, tannique et bien structuré certes mais avec un minéral plus délicat. «Je trouve que 2010 est un millésime plus classique, avec plus de fraîcheur, une belle matière, qui évoluera pas mal du tout» plaide Claude Émmanuelle, la sœur de Louis-Benoît.
Un 2009 avant de partir, le nez amusant de caramel, teinté de gelée de cerise, une dentelle minérale en bouche ajourée de fruits rouges et d’épices, «il commence à se livrer; parti très tôt en végétation, avec de l’eau en juin et juillet, puis une belle arrière-saison qui a retrouvé la maturité, le vin est gourmand mais avec de la tension» explique Louis-Benoît.

Domaine Louis-Claude Desvignes www.louis-claude-desvignes.com
Cette année, B.B.B. se déroule au Château de Pizay. C’est ce lundi. Et ce sera la fête !

Château de Pizay
Même si Hervé et moi n’y sommes pas.
L’an prochain, j’espère, Mélina!

 

Ciao

affiche_bbb2015

 

 

 

 

 

 

 

Marco


10 Commentaires

80 ans d’INAO

Hasard du calendrier, aujourd’hui, jour de ma chronique hebdomadaire, c’est mon anniversaire.

Plus important, sans doute, cette année, l’INAO fête ses 80 ans (moi, pas encore).

Née en 1935 sous le nom d’Institut National des Appellations d’Origine, la vieille dame a subi un lifting en profondeur, au début des années 2000, devenant officiellement Institut National de l’Origine et de la Qualité. 

Voila deux notions qui, pour n’être pas forcément contradictoires, ne sont pas forcément synonymes non plus.

Inao_logo

« Etre né quelque part », comme dirait Maxime, c’est une sorte de qualité; au sens de caractéristique. On le demandait naguère dans les administrations: « Veuillez décliner vos noms et qualités ». Ca ne voulait pas dire que vous alliez répondre: « Aimable », « Tolérant » ou « Vertueux ». Non, ça voulait dire: « Employée des Postes », « Majordome », « Capitaine de Dragons », « Rentier » ou « Journaliste ».

En ce sens, on peut donc dire d’un vin d’AOP Bandol qu’il a pour qualité de venir de Bandol. Là où ça peut devenir gênant, c’est si quiconque l’entend comme une mention comparative: « il est d’AOC, donc, il est meilleur ».

Cet amalgame est des plus courants.

Quoi qu’il en soit, l’INAO va fêter cet anniversaire en beauté, le jeudi 16 avril 2015, en Avignon, en présence du ministre de l’agriculture, avec un colloque intitulé, justement, «les signes officiels d’origine et de qualité: un atout pour l’agriculture de demain».

On y débattra « sur la manière dont les signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO) peuvent être des outils stratégiques pour appréhender les enjeux présents et à venir du monde rural ». Notez que l’on dépasse largement les enjeux de la filière vin. C’est que l’INAO s’occupe aujourd’hui de tous les IGP et de toutes les AOP de France, quelles que soient leur secteur.

En attendant de régler les les problèmes de l’agriculture de demain, j’ai envie de faire un petit flash back.

Je pense que s’ils avaient voulu l’appeler Appellation de Qualité Contrôlée, les pères de l’AOC l’auraient fait.

S’ils ne l’ont pas fait, je pense, c’est qu’ils savaient que l’origine peut s’objectiver, par une aire, une limite, des conditions d’élaboration (plus ou moins bien choisies, d’ailleurs); alors que la qualité (au sens de supériorité qualitative), elle, est totalement, irrémédiablement subjective.

Signe de qualité?

Ce qui est drôle, c’est que les défunts VDQS, censés représenter une catégorie inférieure à l’AOC, une sorte d’antichambre à l’obtention de la mention suprême, étaient dits « de qualité supérieure »…
Mais tout est sujet à interprétation, dans ces sigles: car l’AOC, jusque 2008, ce n’était que le nom français du Vin de Qualité Produit dans une Région Déterminée, au plan européen. Et les VQPRD englobaient aussi les VDQS. Aujourd’hui, les AOP ont théoriquement succédé aux AOC, de même que les IGP ont remplacé les Vins de Pays; on verra j’espère se généraliser ces nouvelles mentions sur les étiquettes plus vite que les nouveaux francs ont remplacé les anciens! Décidément, La France est le pays des révolutions… et du conservatisme.

Quoi qu’il en soit, la qualité ne se décrète pas, elle se contrôle, éventuellement. Et surtout, elle se renforce quand on se donne la peine de trier le bon grain de l’ivraie. La plupart des AOC sont trop vastes, trop laxistes, elles sont comme diluées par leur nombre et la quantité de vin produite.

J’aime le concept, pourtant, car il peut permettre la transmission d’un héritage. Je voudrais donc lui voir un avenir, mais il faudrait l’élaguer, en revenir à des dimensions gérables et crédibles.

L’idée même que 1000 vignerons puissent partager le même trésor patrimonial, l’AOC Bordeaux, ou Corbières, ou Côtes du Rhône, ou Muscadet, peu importe, et puissent lui rendre un hommage unanime, au moyen de vins qui seraient de qualité homogène, cela me semble tellement irréaliste, et tellement peu dans l’esprit français…

Le doigt, la forêt, la lune…

D’un autre côté, la forêt ne doit pas cacher le doigt de celui qui regarde la lune, ni les trains qui parfois, arrivent à l’heure (je vous fais une promo sur les allégories).

Je ne crois pas qu’il faille jeter les AOC avec l’eau du vin sous prétexte qu’une bonne partie d’entre elles ne veulent rien dire, ou que même au sein des meilleures, on trouve des margoulins ou des médiocres juste bons à se laisser traîner par les locomotives de leur cru.

Enoncée comme cela, ma « défense » paraît accabler un peu plus encore les AOC. Pourtant, je ne nie pas les apports de l’INAO – demandons-nous un peu ce que serait notre vignoble si seules les marques régnaient dans la viticulture française. Mais je suis aussi conscient des dérives du système, même appliqué à la lettre. Un seul exemple: les limites de rendement. Qu’est-ce qui empêche un vigneron de produire la totalité de sa récolte sur une petite partie de son domaine?

Plus important, sans doute, il y a ce que j’appellerai la trahison des idéaux de départ: ainsi, quand une bonne partie des AOC du Languedoc et du Roussillon ont opté pour la syrah et négligent leurs vieux carignans, elles renient leur histoire, les usages constants et loyaux que l’AOC était censée pérenniser.

A propos de cette syrahtisation, les experts ont parlé de cépage améliorateur; est-ce à dire qu’un cru historique du Languedoc comme Saint Christol, qui a porté les couleurs de la région sur les grandes table d’Europe, du Moyen-Age jusqu’à la révolution industrielle, avec son terret, son aspiran, puis son mourvèdre, n’était pas un vin de qualité?

Un droit acquis?

En résumé, je pense que le « système » souffre dans ses fondements comme dans sa crédibilité.

Je crois qu’il faut le réformer. Le re-former, lui redonner du contenu. Ce n’est pas à l’Etat de le faire, mais aux vignerons eux-mêmes. A eux d’exclure les nuisibles, à eux d’édicter des règles plus strictes. A eux de faire que l’AOC redevienne l’exception qualitative et non la règle.

Difficile mission pour les élus, les responsables et l’INAO, quand bon nombre de leurs ouailles voient la mention comme un droit acquis (je n’ai d’ailleurs jamais vu l’INAO supprimer une AOC, même depuis qu’il s’occupe de qualité; ni même en suspendre une à l’occasion d’un millésime trop indigent).

Mission capitale, pourtant, si l’on veut que demain, le consommateur qui n’y comprend plus grand chose, qui constate des écarts de prix et de qualité invraisemblables au sein d’une même AOC, accorde à nouveau sa confiance à trois lettres tellement décrédibilisées.

Gogo que je suis, j’ai envie d’y croire. Des gens de bien, il y en  a partout, à l’INAO, dans les ODG, dans les ministères; des bonnes intentions, aussi.

Mais aujourd’hui, j’ai besoin de preuves.

Hervé Lalau


6 Commentaires

Tu dis quoi ? Je Divem

C’est certes facile, mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. Et puis c’est à la portée de tout le monde.
Gil Morot, je l’avais déjà aperçu,  lui avait fugacement parlé, même, un type qui se visse sur le ciboulot un petit chapeau ça ne s’oublie pas. J’ai, et c’est assez bizarre, une certaine réserve pour les mecs chapeautés, c’est comme ça. Peut-être est-ce à cause d’une vieille légende qui parle d’automobilistes… Et quant à notre excellent MS, c’est bien parce que je le connais depuis assez longtemps pour savoir que sous le couvre-chef il y a une excellente mécanique qui tourne, certes pas toujours tout à fait rond…
S’il faut se méfier des pépés en casquette, faut-il pour autant se préserver des vignerons coiffés ?

Roman photo « dans l’antre de Gil »

???????????????????????????????Suivez-moi !

Languedoc octobre 2014 238Vous voulez goûter mon vin ?

Languedoc octobre 2014 239J’en ai deux, ça vous épate !

Languedoc octobre 2014 240On commence par celui-là, la cuvée Les Initiales 2012

???????????????????????????????

Les Initiales de Divem 2012 Montpeyroux Languedoc

Grenat bistre, le nez d’encre de seiche teinté de figues pochées, de raisins de Smyrne avec un accent de garrigue où la sauge domine. Bouche au fruité suave où l’on retrouve l’expression nasale. Trait de réglisse et pointe d’anis qui soulignent et mettent en évidence le grain de cassis et renforce l’amertume délicate de l’écorce de kumquat confite. Un bitter qui apporte de la fraîcheur comme la feuille de menthe que l’on décèle volant dans l’espace palatin.

Totalement éraflé les Grenache, Syrah, Mourvèdre et Cinsault macèrent 6 à 8 semaines, le vin s’élève en cuve.

Languedoc octobre 2014 245On passe à l’autre, mon fameux Divem

Languedoc octobre 2014 246S’il veut bien s’ouvrir

Languedoc octobre 2014 244

Divem 2010 Montpeyroux Languedoc

Robe très profonde aux reflets grenat encré de bistre.
Le nez floral évoque le lis et le narcisse teintés d’une goutte de benjoin. Le fruit vient après et se décrypte en gelées variées aux parfums intenses de cassis et de mûre. Ce n’est pas fini, une note de café assombrit la pâte d’amande, un accent de menthol appuie la senteur de cèdre.
L’impression sucrée de la première gorgée englobe les tanins, certes fins et soyeux, mais bien présents. L’amertume délicate chasse la douceur initiale. Réglisse et gentiane apportent leur fraîcheur bitter à l’ampleur fruitée. Tout se rythme autour de cette puissance contenue, issue du caractère capiteux aidé de la densité tangible du vin. Ça le fait, on ne s’en rend toutefois pas compte tout de suite…
«Un millésime dans la lignée du 2004 ou du 2007. Un vin cependant puissant qui 15,5° d’alcool sur l’étiquette, mais bien équilibré par une acidité rarement atteinte dans la série des DIVEM. Cela lui promet une garde exceptionnelle» explique Gil qui recherche la maturité poussée avec des rendements ne dépassant guère les 12 hl/ha.

Son vignoble qui a triplé récemment sa superficie, c à d qu’il s’étend aujourd’hui sur 4,5 ha lui permet ce travail d’orfèvre, toujours en recherche des limites, à l’image de son autre métier, chercheur au CNRS sur le goût et l’odorat depuis 25 ans.

Comme quoi, le chapeau n’empêche pas d’être excellent vigneron…

http://www.divem.fr

Ciao

Languedoc octobre 2014 250

Marco


10 Commentaires

La Styrie, une terre promise pour le sauvignon blanc ? (2/3)

Vous m’excuserez une petite allusion biblique dans mon titre. Bien qu’étant totalement athée, je fais juste un clin d’oeil aux élucubrations poilues de mon ami Olivier, publiées samedi dernier sur ce blog. Maintenant retour à la Styrie…

photo vineyards

La première partie de cet article, qui date de la semaine dernière, aura, je l’espère,  jeté les bases d’un portrait de groupe sous forme de cadre, situant à la fois le contexte et un certain nombre de paramètres de ce que j’estime être un cas exemplaire de réussite collective dans le domaine du vin. Résumons brièvement les éléments. Une région  européenne  autrefois pauvre et peu connue, loin des axes fluviales et maritimes, dont le climat n’est pas le plus aisé pour le viticulture, à la topographie tourmentée et qui est plantée, historiquement, d’une combinaison entre cépages locaux ayant peu de renommée et quelques variétés dites internationales à forte renommée. La topographie et le climat comme contraintes, auxquelles il faut rajouter, de nos jours, une main d’œuvre devenue aussi chère que dans l’Europe occidentale, le tout se conjuguant pour créer un prix de revient assez élevé pour celui qui veut produire des vins de qualité.Nous avons vu que la région en question s’appelle Steiermark/Styrie et qu’elle n’est que la troisième région de production d’Autriche, déjà un tout petit pays vinicole à l’échelle mondiale.

shares of Austrian wine regions

styria-map

 

Pour les lecteurs de ce blog qui ne sont que peu familiers avec les vins de l’Autriche, l’ensemble du vignoble de Styrie représente l’équivalant en surface des vignobles de Savoie et de Jura combinés. Ce n’est pas rien, mais cela ne représente que 40% des vignobles détenus par le géant chilien Concha y Toro, par exemple. Je n’ai pas choisi ces exemples par hasard. Les climats de Savoie et de Jura ne sont pas trop éloignées de celui de la Styrie, car ils se trouvent à deux bouts opposés de la chaîne alpine et se situent sensiblement  la même latitude. La comparaison avec Concha y Toro est là pour signifier qu’une région si petite, avec des conditions d’exploitation et un morcellement des domaines tels qui existent, n’a strictement aucun intérêt à se battre sur les marché de masse du monde. Autrement dit, tout analyse intelligente de la situation de la Styrie ne peut qu’aboutir à la conclusion qu’il est vital de viser des marchés de niches avec des vins de haute qualité, qui seront vendus à des prix largement supérieurs à la moyenne. Comme nous l’avons vu dans l’article précédente, c’est clairement la stratégie adoptée par l’association de 10 domaines styriens qui se sont regroupés volontairement dans l’association STK (Steirische Terroir und Klassik Weingüter / Styrian Terroir and Classic Wine Estates).

Dans cet article je vais raconter mes visites à quelques uns de ces domaines avec des commentaires sur leurs vins. La semaine prochaine je vous amènerai chez les autres.

la nourriture (1)La nourriture à beau être simple et venir du domaine, ou de chez les voisins, elle est présentée d’une manière raffinée par la famille Gross

Ma première visite a eu lieu au Weingut Gross dans le secteur du Sudsteiermark. Comme bon nombre des domaines dans le secteur, et comme plusieurs dans ce club, l’essentiel de l’activité de la famille Gross dans le vin débute au tournant du 20ème siècle avec, à la base, une activité agricole mixte dont une partie de la production trouvait une débouché via ce qui est appelé localement un Buschenshank, ce qui est à peu près l’équivalent styrien des Heurige viennois, c’est à dire une sorte d’auberge familiale ou il était permis de vendre ses vins accompagnés des nourritures simples produits sur le domaine. Cette tradition, ainsi qu’un atmosphère aussi familiale qu’accueillant, est maintenue de nos jours chez les Gross avec une bonne touche de modernité. C’est ce trait-là qui m’a plu avant tout lors de mes visites : la capacité des vignerons visités à se renouveler et à se moderniser sans perdre de vue là d’où ils viennent.  Si c’est Alois Gross qui a mis l’affaire sur les rails de la modernité, il a su, progressivement, passer la main à la jeune génération. Mickael m’a reçu avec gentillesse et simplicité dans la maison familiale qui héberge un lieu de réception en bois clair, décoré de tableaux modernes et ayant regard sur la parcelle spectaculaire du Ratscher Nussberg (la parcelle nommé Nussberg se trouve sur la commune de Ratsch). Le noyer planté devant la baie vitré protège la terrasse des moustique en été, et fournit de l’ombre. Une assiette de produits de la ferme, rouleaux de jambons et  de viandes séchés avec sauce au raifort, portions de légumes et posé sur la table. Le domaine viticole comporte aujourd’hui 50 hectares en Autrice, et une autre propriété de 6 hectares en Slovénie, avec une réserve de 14 hectares non encore plantés dans ce dernier cas. Bien entendu, les gammes sont séparées. La production concerne plusieurs cépages : Welschriesling (Grasevina), Muscat Blanc, Pinot Blanc, Pinot Gris, Morillon (Chardonnay), Sauvignon Blanc et Gewürztraminer.

les vins Gross

Les vins dégustés chez Gross le furent et deux fois, la première à découverte à la propriété, la seconde à l’aveugle dans le dégustation de l’ensemble des producteurs. C’est un des producteurs les plus réguliers parmi les 10 que j’ai visité. Excellents vins issus de leurs erste lage et grosse lage. Comme quasiment tous ces collègues, Gross a heureusement abandonné le bouchon liège et utilise la capsule à vis pour tous ces vins. D’autres, comme Tement, préfèrent le bouchon en verre, mais le bouchon liège disparaît progressivement en Autriche et c’est tant mieux. Tous ont adapté la préparation de leurs vins en conséquence, entre autres en utilisant moins de soufre et en les élevant plus longtemps. Je n’ai rencontré quasiment aucun vin souffrant de réduction.

étiquette Jakobi

Jakobi Savignon Blanc 2014

8,90 euros

Ce bon vin simple et directe par ses flaveurs, issu de jeunes vignes, possède une très belle étiquette qui raconte l’histoire de ce millésime sous forme d’un calendrier à la mode almanach. L’étiquette change donc en détail chaque millésime. Une jolie idée bien réalisée.

 

Stieirische Klassik Saivignon Blanc 2014

11,90 euros

Vin d’assemblage ayant plus de gras et de matière que le précédent et qui relève du premier niveau de la charte qualitative STK.

J’ai dégusté ce vin une second fois, à l’aveugle mais dans le millésime 2013. Nez vif, assez expressif dans un registre légèrement herbacé. Texture fine et saveurs nettes et salivantes (noté 14/20).

 

Ratsch Sauvignon Blanc 2013

13,50 euros

Vin d’appellation village. Nez tendre, odeurs de poire. Bien plus ample, à la texture lisse, avec du volume et un peu de gras. Fermenté dans des grands récipients en chêne. Fin mais manque un peu de précision et de longueur par rapport aux meilleurs de cette catégorie (noté 13,5/20)

 

Sultz Sauvignon Blanc, Erste Lage STK 2013

19,90 euros

Issu de la parcelle la plus chaude du secteur, qui est classé en premier cru (ertse lage) par le STK. Le vin est effectivement plus chaleureux et expressif, issu de raisins manifestement bien murs mais sans aucune sensation de surpoids. Belle intensité du fruit, de la fraîcheur et une très bonne longueur. Une des meilleurs de sa catégorie (note 15/20)

 

J’ai aussi dégusté leur vin de Slovénie

Colles Sauvignon Blanc 2013

17,90 euros

Vin splendide, clairement d’un vignoble plus frais par son austérité. Belle intensité de type sancerrois. Aura besoin d’un peu de temps

Colles Sauvignon Blanc 2012 (dégusté à l’aveugle)

Dans ce millésime le boisé dominait trop les saveurs à mon goût. Je me demandais même s’il n’y avait pas une trace de bouchon.

 

Ratcher Nussberg Sauvignon Blanc, Grosse Lage 2013 (échantillon du fût)

33 euros

Le haut de gamme de la maison, issus du grand cru situé devant les bâtiments. Très intense avec du gras mais sans aucune impression de lourdeur.

Ratcher Nussberg Sauvignon Blanc, Grosse Lage 2012

Nez discret mais très belle matière à la texture sublime. C’est juteux, frais et parfaitement équilibré. Vin somptueux, long et complexe. Il fut un des meilleurs de la série des Grosse Lage dans ma dégustation à l’aveugle (noté 16,5/20)

 Michael GrossMichael Gross explique ses vins avec simplicité et élégance. C’est à leur image. Le photographe a manifestement eu du mal à manger proprement en revanche.

IMG_6583

A quelques kilomètres de là, sur la colline voisine, le domaine de Wolfgang Maitz est de taille plus modeste que celui de Gross, avec ses 15 hectares. Son restaurant, intégré au winery, est plus ambitieux en revanche et a une des meilleures réputations du coin. Les bâtiments s’entoure d’une dizaine d’hectares, avec des expositions variables, puis il y a aussi 5 hectares sur la commune de Ratch, dont une parcelle sur le erste lage Sultz. Hochstermetzberg est le nom de sa parcelle ayant le statut de grosse lage. Sa gamme de cépages est aussi étendue mais avec un peu de rouge (Grauburgunder et Zweigelt), et aussi du Riesling. Par exemple, son Gelber Muskateller 2014, vinifié en sec, est une pure délice, vendu pour 9 euros.

IMG_6585En Styrie, comme dans beaucoup de régions, on fait grand cas de la nature des sols.

Sauvignon Blanc Steirische Klassik 2013

10,50 euros

Un des meilleurs vins de sa catégorie que j’ai dégusté. Il a de la richesse et une pointe de verdeur, mais sans agression aucune. La texture est fine et presque crémeuse et l’acidité est aussi fine que l’ensemble est persistante (noté 14,5/20)

Sauvignon Blanc Hochstermetzberg grosse lage 2012

26 euros

C’est un vin splendide, aromatique dans un registre très fin, avec des touches de fruits exotiques assez singulières, des notes d’estragon et d’agrumes. Cette même exubérance se trouve en bouche, situant ce vin un peu plus proche de certains exemples du Nouveau Monde que la plupart de ses collègues. Mais l’ensemble est parfaitement équilibré, frais et très long (noté 16,5/20)

IMG_6589Maitz produit aussi une belle gamme de grappa

La suite la semaine prochaine…

David Cobbold

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 12 601 autres abonnés