Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

Une vigneronne à Carnuntum

Rappelons qu’au Sud-Est de Vienne, juste en-dessous du Danube, comme nous l’a décrit David précédemment, la région de Carnuntum a déjà un petit air méridional. Elle produit d’ailleurs majoritairement du rouge, et partage certains traits avec le Burgenland voisin (notamment le cépage Blaufränkisch).

Topografische_Karte_Carnuntum_c_ÖWM
Elle rassemble une quarantaine de vignerons, répartis en trois sous régions : au centre, autour de Göttelsbrunn, les collines d’Arbesthal qui représentent plus de la moitié de la surface viticole en exploitation, soit 600 ha. À l’Est, les monts de Hundsheim en direction de Bratislava. Au Sud, les contreforts des monts de la Leitha près de Bruck. Soit 900 ha en tout.
Cette diversité s’accompagne d’une grande variété de sols, entre lœss sableux à sablo-limoneuses aux graviers et aux calcaires. Le dénominateur commun étant un climat chaud, l’un des plus chauds du pays.
http://www.carnuntum.com

Autriche novembre 2014 515

Birgit Wiederstein à Göttlesbrunn

3 Autriche Carnuntum (10)Birgit Wiederstein

Avec quelque 6 ha de vignes dont 60% rouges, Zweigelt, Merlot, Pinot Noir et Blaufränkisch et 40% de blancs, Sauvignon Blanc, Grüner Veltliner et Gelber Muskateller, Birgit ne s’ennuie pas. D’un caractère assez fantasque, qui se traduit entre autre dans les étiquettes, elle ne manque pas de créativité. Inventivité mise au service des terroirs et des vins qu’elle aime faire découvrir à chaque millésime.
« J’aime les rouges délicats et veloutés qui osent avouer leur parfum féminin, sans toutefois révéler leurs nuances dès la première gorgée, mais qui laissent aux papilles découvrir petit à petit tout leur potentiel, jusqu’à exploser d’excitation retenue et laisser ses sens se faire à chaque gorgée submerger » confie-t-elle.

3 Autriche Carnuntum (9)Birgit Wiederstein

La passion est ici une affaire de famille ou plutôt de femme. Sa maman, Grete, a délaissé les vignes pour se consacrer à la distillation. Elle réalise entre autre un excellent gin dont seul un assortiment de fleurs apporte leur bouquet au spiritueux.

Autriche novembre 2014 546
Revenons aux vins, en voici une petite sélection

Die Rhea 2011 Carnuntum (10,90€)

3 Autriche Carnuntum (11)Birgit Wiederstein

Un 100% Zweigelt à la robe pourpre, le nez plein d’épices qui précède une richesse fruitée impressionnante. Très juteux en bouche, il nous charme par la sensualité de ses fruits mûrs. Suite subtile de parfums de framboise, de fraise, de mure et de myrtille qui s’enroule dans une soie tannique fraîche et élégante.
La fermentation alcoolique se fait en cuve ouverte pendant 3 semaines, une partie en raisins entiers. L’élevage demande 18 mois en barriques de chêne français.

Venus 2011 Carnuntum (14,90€)

Autriche novembre 2014 540

Grenat carminé, un nez de tabac et de thé noir au poivre qui voilent un moment le développement fruité. Plutôt sérieux en bouche, il parle pour l’instant de sa fraîcheur, de sa structure. Puis, il se laisse aller à plus de générosité et nous accorde le jus épicé des griottes, des groseilles et d’airelle. Un vin élégant au caractère dual, à la fois joyeux et réfléchi.
Fait de 50% de Blaufränkisch et 50% de Pinot Noire élevé pièces de 500 L de chêne autrichien.

Blaufränkisch wie damals 2011 Carnuntum (22,90€)

Autriche novembre 2014 542

Issu d’une parcelle du Spitzerberg, voilà le haut de gamme de Birgit qui a conçu cette cuvée en s’imaginant retourner dans le temps pour faire son vin. Peut-être à la façon d’un Pinot Noir bourguignon. Un vin sage qui semble vous expliquer la vie sans dire un mot, simplement en tenant compagnie aux papilles tout en leur montrant sans rien imposer la profondeur de son fruit, la fraîcheur de son esprit, le grain délicat de ses tanins. Une expérience… Il est élevé pendant 22 mois en pièces de 500 L de chêne autrichien.

Autriche novembre 2014 545

Birgit fait une excellente soupe de potiron. Le potiron est d’ailleurs un légume très prisé en Autriche, j’y ai dégusté pour la première fois ce cucurbitacée en version marinée en salade à la vinaigrette de pépins de courge torréfiés, une découverte gourmande.

http://www.wiederstein.at
On trouve ses vins en Belgique http://www.vinea.be et http://purewine.be/

Pour compléter vos infos sur la région https://www.invinoveritas.be/fr/wien-city-tour-2-traisental-wagram-carnuntum-2/

Ciao

Autriche novembre 2014 205

Marco

Les Albères, vers Argelès...Photo©MichelSmith


3 Commentaires

#Carignan Story # 288 : Le temps béni des Albères

Et me voilà encore obligé de regarder en arrière, contraint de me repasser le film de la nostalgie, du temps où de ma fenêtre je distinguais la masse sombre des Albères parfois si proche que j’avais l’impression de pouvoir la toucher. En ce temps-là, je filais à l’assaut des sentiers de cette montagne couverte de chênes lièges. Aux pieds de cette queue pyrénéenne qui sert si bien de frontière avant d’aller se fondre dans la Grande Bleue, certains domaines se distinguaient par l’équilibre de leurs vins. Je mettais cela sur le compte de l’exposition plutôt nord de leurs vignes et sur les éboulis de toutes sortes qui pouvaient s’amonceler en ce lieu offrant un coussin confortable aux plantes.

Les Albères, vers Argelès...Photo©MichelSmith

Les Albères, vers Argelès…Photo©MichelSmith

Une ou deux fois, je ne sais plus trop, j’y allais voir un bon docteur et son épouse coquette. Ernest, trop tôt disparu comme on dit en pareil cas, Ernest Pardineille, était vétérinaire et il trouvait le temps et l’argent pour bichonner sa vigne et ses vins dans un vieux mas cossu où il y avait de la place pour assouvir sa seconde passion, laquelle occupait une poignée d’hectares et une cave qui sentait bon le vieux rancio. Juliette, son épouse, pétillait non loin de la cave dans une boutique où les pots de miel du coin, les flacons de vins aussi – je me souviens d’un Rivesaltes 1982 tuilé de robe très porté sur le noyau de cerise qui se vendait à 28 Francs départ cave -, côtoyaient les meubles de campagne et les bibelots anciens. Parfums de cire et de rancio, le tout était charmant, délicieusement suranné, paisible, heureux. Ce lieu s’appelait, et s’appelle encore, le Mas Rancoure, à Laroque-des-Albères. Et il est aujourd’hui entre les mains de leur fille, Anne-Isabelle.

Antoine me présente

Antoine me présente « sa » bouteille… Photo©MichelSmitth

L’autre soir, je suis retourné aux pieds des Albères dans un autre lieu qui brille désormais dans les guides sans perdre pour autant de son charme. Ce Cabaret, restaurant déjanté où l’on se restaure sous un mûrier géant autour de plats simples et canailles préparés dans la légèreté, je vous en ai déjà parlé il y a 3 ans, mais mon ami Vincent Pousson l’a fait mille fois mieux que moi dans son blog que je vous invite à lire aussi régulièrement que le nôtre. Ça y est, vous avez bien lu ? Vous avez bien saisi la magie de l’endroit ? Imaginez donc l’Antoine qui de sa voix rauque, entre deux regards de braise posés sur des coquillages qu’il convient d’arroser d’un large filet d’huile d’olive, vous annonce fièrement « la » bouteille, celle qu’il tente de vous faire goûter depuis des lustres. Flatté, on pourrait croire qu’elle fut mise de côté spécialement pour moi, mais elle figure bel et bien au tarif à un prix raisonnable qui pourrait se situer entre 30 et 40 € si je me souviens bien de l’addition. Mais au diable les varices comme disait un vieux pote à moi !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Oui, pourquoi ne pas céder aux sirènes des vignes centenaires rencontrées lorsque je faisais mes premiers pas dans le Roussillon tandis qu’Antoine et sa compagne Émilie vivaient je ne sais quelle aventure loin de là ? Ce vin ne pouvait être qu’un pur Carignan ! Un Côtes Catalanes 2013 vinifié nature comme il est précisé sur l’étiquette, par un certain Michaël Georget. La robe, noire au possible, cachait suavité et tendresse qui se glissaient en bouche avec cet équilibre particulier que l’on ressent chez les bons vignerons du piémont des Albères. Du fruit il y avait aussi, mais rien d’exubérant, sans aucune putasserie, un fruit discret de petites merises bien mûres gentiment acidulées. Sur le coup, je ne lis pas l’étiquette dans le détail. Je comprends qu’il y a un élevage en fûts, que la vigne est en biodynamie, et je ne réalise que bien après : la très vieille vigne dont j’avais savouré le jus est la même que celle que je découvrais au Mas Rancoure à la toute fin des années 80.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Par l’entremise d’Antoine, je reçus plus tard confirmation d’Anne-Isabelle Pardineille, la fille de Juliette et Ernest : « Oui je suis leur fille et le carignan que vous aimez est issu de nos vignes que nous avons préservées après la mort de notre père en 93 et heureusement reprises par Michael Georget . Vous reviendrez nous voir ? » Michaël Georget a repris une partie des vignes du Mas Rancoure en 2012, dont les vieux Carignans centenaires qu’il travaille avec le concours d’un cheval de trait connu sous le nom de Goliath. On pourrait même dire qu’il les a sauvé ! Anne-Isabelle les lui a cédées tout en lui facilitant l’accès à la cave de son papa. Une belle histoire, ne trouvez-vous pas, pour ce vin baptisé Le temps retrouvé. Pour tout savoir des aventures de ce chinonais passé par l’Alsace, reportez-vous à ce reportage paru l’an dernier sur le blog La Pipette aux Quatre Vents.

Il me reste à vous dire que je verrais bien ce vin se faufiler crânement sur la chair suintante et rôtie d’un lapin de garennes aux herbes. De là à en faire un vin de lapin, il ne faut pas exagérer. Puisque la chasse va bientôt reprendre, il serait intéressant aussi de le réserver pour un cuissot d’isard ou une palombe qui serait cuite à la goutte de sang.

Et si vous êtes végétariens, c’est votre affaire !

Michel Smith


2 Commentaires

4 rosés pour la fin de l’été

La couleur du tendre, je l’aime bien, elle flatte l’œil et quand on la choisit bien, elle enchante le nez et caresse les papilles.

index

Il paraît qu’après le 15 août, l’été est fini.
Alors pour fêter cette funeste issue, éclatons quelques flacons.
Et quelle bulle est mieux appropriée au caractère estival que la bulle rosée?…

Atmosphère extra-brut 2012 Famille Combard à La Londe-les-Maures

L’effervescence ajoute un sens à la dégustation, l’ouïe. On penche l’oreille près du verre, on ferme les yeux et là on entend le chant des cigales entrecoupé du ressac léger de la méditerranée.
Saumon doré nimbé de chapelets irisés à la densité émoustillante qui viennent éclater en une écume rose et fine. Ce nez qui respire la groseille, le melon et l’abricot fait d’emblée songer à un rosé provençal élégant et vineux. Quelques épices, une note de garrigue confortent l’impression méditerranéenne. La bouche fraîche sans agressivité coule suave et pétillante sur les papilles grisées. Ces dernières recensent les parfums sentis, y ajoute un filet de citron, un accent d’écorce, histoire de nous laisser la mémoire vivifiée.

Atmosphe 2012
Cette cuvée est issue des cépages Cinsault et Grenache vinifié comme un rosé de pressurage direct. La deuxième fermentation, la prise de mousse, se fait en bouteille grâce à l’ajout de moût de raisin. Les bouteilles restent sur lattes pendant 9 mois. Dosage environ 5g/L.
http://figuiere-provence.com

Côtes de Provence sous région mai 2010 130
Un deuxième pétillant, Crémant du Jura qui nous guide vers l’automne

Rosé brut Crémant du Jura Domaine Rolet

Ici, le son de l’écume rappelle les bouillons blancs qui s’ocrent de la couleur de feuilles et tourbillonnent au bas des cascades de tuf.
Saumon à l’écaille dorée, la bulle intense et nacrée, le nez épicé et fruité nous rappelle les grains de grenade entre deux dents éclatés, le jus poivré de la framboise, la groseille soulignée de santal. La bouche s’avère savoureuse, distillant lentement sa douceur acidulée. Elle adopte la texture veloutée de l’abricot, l’onctueux de la chair de pêche, le confit d’une mandarine parfumée d’un soupçon de Cayenne. Un bouton de rose rend délicat ce délice gourmand.

Franck RIBARD - REGARD OBJECTIF® - Photographe - ARCHITECTURE, INDUSTRIE, COMMUNICATION : evenementiel, illustration, portrait ... Tél. 06.28.07.43.33 - Email : franck.ribard@regard-objectif.fr - WWW.REGARD-OBJECTIF.FR

Ce rosé assemble Poulsard, Pinot Noir et Trousseau. Deuxième fermentation en bouteille pour la prise de mousse et élevage sur lattes pendant 12 mois. Dégorgeage et repos de 2 mois avant la commercialisation.
http://www.rolet-arbois.com

cascade-des-tufs
Redevenons tranquille…

Château Maylandie rosé 2014 Corbières

La robe brillante au ton saumoné nuancé de violet offre les parfums fruités des melons charentais et des groseilles rouges, la pointe acidulée du citron jaune. La bouche s’avère d’un abord aussi aisé que le nez le laissait supposer. Sans être vive, elle s’épice petit à petit de poivre qui souligne les fruits sentis y ajoutant grains de grenade et pêche de vigne, s’agrémente d’une agréable amertume au goût de réglisse et d’écorce d’agrumes qui amplifie sa fraîcheur. Un rosé à la fois délicat et tendrement gourmand.
Pressurage direct pour la Syrah et saignée pour les Grenache et Cinsault.

Passe-Rose 2014
http://www.maylandie.fr

LES-CORBIERES_m

Passe-Rose 2014 Les Baux de Provence Mas Sainte Berthe

Sa jolie couleur saumon pâle aguiche l’œil, son tendre parfum à la fois floral et fruité séduit le nez. Reste la bouche à convaincre. Cette dernière fond littéralement devant autant d’élégance et de retenue calculée. Les notes fruitées, elle les distille petit à petit, sans extravagance, juste assez pour laisser les papilles en éveil. Gelées de groseille, de framboise et de myrtille soulignées de poivre et de cumin ravissent le palais. Une fraîcheur sapide rehausse les fragrances et nous suit sur la longueur pour nous conduire à celle délicate de fleur de sureau.
Assemblage : 61% de Grenache, 18% de Syrah et 3 x 7% de Mourvèdre, Cinsault et Cabernet Sauvignon

Passe-Rose 2014
http://www.massainteberthe.com

Automne-aux-Baux-210x122
Ciao

139058264614.98

 

Marco


11 Commentaires

In praise of older wines: in memoriam NSC

 

I think that this may be the first time that I have written my weekly article in English. I have chosen to do this as a form of goodbye homage to my elder brother who has just died. Nicholas Cobbold loved wine as much as I do and almost decided to work in the wine trade at one point, having done an internship with a Bordeaux négociant a long time ago. Then he took other professional paths. Like many Englishmen of his generation (he was a bit older than me), his tastes led him essentially to classical sources such as Bordeaux, Burgundy and Champagne. But over recent years, on my occasional visits to his home, I noticed a growing percentage of wines from other sources, particularly the New World, in his cellar.

There is a recurrent feature about the older generation of British wine-lovers’ tastes in wine that makes them stand a little apart from what has become the contemporary mainstream: they like their wines well aged, and by that I mean considerably older than those that I regularly encounter here in France, or indeed elsewhere. Take Champagne for instance. Nicholas considered that Champagne, on the whole, was more or less undrinkable unless it was around 20 years old. A bit extremist perhaps, but he had a point. This of course meant that he bought mainly the good stuff, often at auctions, and then kept it for a while. On a fairly recent visit about 5 years ago I remember him serving me a Roederer 1982.

latour-1950

This went for claret as well. For those who do not know the sense of this term, « claret » is the word traditionally used by the British of that generation to describe red Bordeaux wines, and it is an anglicized version of the French term« clairet », which probably just goes to show that Bordeaux wines used to be deep pink and not dark red. He was particularly fond of Latour in odd vintages, rightly claiming that Latour had the knack of making very good wines in not such good years. These had the added advantage of being far less expensive than wines from the best years. I can remember tasting a series of Latours with him from vintages like 1950 and 1957 and they were indeed remarkable.

Burgundy was usually white and also given suitable cellaring before being drunk. I have no specific memories of individual wines but there were some Corton Charlemagnes floating around from, I think, Bonneau du Martray. There were also some Leflaive wines. His wine buying was done through traditional wine merchants (for one of which our father had worked all his life), as well as through auction houses. The wines were always impeccably cellared in an underground cellar with proper bins and racks, whether he was living in a rented house or in his own house. And many were probably sold to fund other purchases of more recent vintages.

Port was always available (Vintage of course and mainly from Graham’s or Taylors) but was actually quite rarely drunk. I think that he preferred Kummel or Cognac at the end of dinner.

I do not have anything much else to say. The end of someone’s life leaves one short of words and bereft of wit and intelligence. I will drink to him tonight with the oldest claret that I can find in my cellar here. Looks like it will be Meyney 1983.

David Cobbold

 

 

 

 

 


3 Commentaires

Les vins des pontifes d’Avignon

Amoureux du vin et de l’histoire, ceci est pour vous: l’exposition « Les vins des pontifes d’Avignon » est visible dans le nouveau caveau de Balma Venitia  jusqu’au 6 septembre 2015.

Elle entamera ensuite une tournée qui la mènera à Courthézon, Châteauneuf du Pape, Avignon, Saint Didier, Saint Laurent des Arbres et dans toutes les communes de l’Enclave pour les 700 ans de l’achat de Valréas par le Pape Jean XXII.

EXPO PONTIFES2

Cette exposition présente l’évolution et l’usage du vin sous le règne des 9 souverains pontifes d’Avignon (de 1309 à 1403). Elle est organisée par l’Association Européenne de Formation à l’Oenotourisme en partenariat avec le Département de Vaucluse et Balma Venitia, et avec le soutien d’Inter Rhône, de l’Université du Vin de Suze la Rousse, d’ Inter Vitis, de l’Association Nationale des Elus de la Vigne et du Vin, de Winetourism média, de France Bleu Vaucluse et de Vaucluse Matin .

Plus d’infos sur : http://levindespapes.blogspot.fr/

Hervé Lalau (avec Marc Olivier)


2 Commentaires

Jean-Pierre, l’homme au chapeau des Terrasses

Des Terrasses du Larzac précisons-le

IMG_0560

et l’homme qui ne se sépare jamais de son couvre-chef n’est autre que Jean-Pierre Venture du Mas de la Seranne à Aniane.

Terrasses du Larzac 029

Une belle rencontre, on se connaissait déjà un peu, se croisant de temps à autres sur le territoire du Larzac. Les Terrasses ont fêté leur trentième anniversaire cette année et Jean-Pierre m’a servi de guide perso pour en faire le tour. Après les poches volcaniques tout à l’ouest de l’appellation, suivi des grès, des calcaires, des alluvions anciennes et récentes, … ce qui montre la grande hétérogénéité des différents terroirs, puisqu’il faut y ajouter les orientations, les pentes, … et les hommes qui en tirent parti. Bref, et C’EST-CE QU’ON AIME, une multi-typicité des vins produits. Seul caractère commun, l’équilibre sudiste autour l’alcool qui s’équilibre de la fraîcheur, contrairement à l’équilibre nordique qui a pour axe central l’acidité.

Mondial de BXL 2015 091

Mondial de BXL 2015 096
Au bout du parcours, le domaine

20120306151000-3_g

Venant de l’ouest lointain et faisant route le soleil dans le dos, nous arrivâmes fin d’après-midi au levant des Terrasses, au Mas de la Seranne. Le domaine, repris par Jean-Pierre et son épouse Isabelle en 1998, est passé en bio 2012 et d’une surface de départ de 5 ha à un peu plus de 16 ha aujourd’hui. Les parcelles occupent les différents terroirs de la commune. Les vins sont souvent à l’image de celui qui les crée, ceux de Jean-Pierre sont attachants comme lui, bien construits, ils allient précision et gourmandise.
Voici 3 cuvées choisies au sein de sa gamme qui en compte sept.

mas de la seranne 002
Les Ombelles 2013 Languedoc

Vert doré, le nez de fenouil et de fleurs d’amandier, un éclat de silex qui vient inciser une poire bien mûre, trancher une étoile de carambole. La bouche fraîche et agréable offre un petit gras confortable. Le grain minéral (sorte de petit modelé à la granulométrie très fine que les papilles perçoivent aisément –explication de ma perception pour David, et je suis d’accord cela pourrait –être autre chose) apporte du relief à la texture onctueuse et lui donne une impression tactile de soie sauvage. Une légère amertume au goût d’écorce de citron apporte une sympathique vivacité et nous suit jusqu’au bout de la longueur qui se termine dans la gelée de poire et de coing.
« Un nez de fenouil, d’anis et voilà que se dessine le nouveau nom de cette cuvée : « les ombelles » comme celles des fenouils sauvages qui poussent autour de nos vignes. Un élevage plus long en fût, une mise en bouteille après 9 mois lui ont apporté une plus grande ampleur » écrit Jean-Pierre sur son site.

Assemblage de 30% de Grenache, 40% de Rolle et 30% de Roussanne qui poussent dans des marnes jaunes. Fermentation en fût pour moitié avec batonnage de 3 mois sans faire la fermentation malolactique. Élevage de 6 mois en cuve pour la moitié et en fûts neufs pour l’autre.

IMG_0564
Clos des Immortelles 2013 Terrasses du Larzac

Pourpre cramoisi, un nez très épicé qui rappelle la garrigue avec ses accents de thym, de sauge et de romarin maculés de cassis et de mûres. Le cade ajoute sa note fumée. Les tanins tels un crêpe de Chine déploient leur fraîcheur veloutée parée d’épices et des fruits sentis. Les jus légèrement acidulés charment par leur fluidité, ils rendent le vin à la fois simple d’abord et d’une charmante gourmandise.

« Nos vignes sont adossées à la garrigue où poussent de nombreuses fleurs sauvages, dont les immortelles qui fleurissent en mai. Elles sont souvent bordées de murets de pierres sèches qui délimitaient les parcelles et permettaient d’entasser les cailloux enlevés des vignes » note Jean-Pierre toujours sur son site.

Assemblage de 30% de Syrah et 30% de Mourvèdre, de 20% de Grenache et 10% de Cinsault et de Carignan qui poussent dans des terrasses anciennes de l’Hérault, des cailloutis calcaires de bas de pente et des marnes jaunes. élevage de 13 mois en barriques de 1 à 3 vins.

Mondial de BXL 2015 111

Antonin et Louis 2012 Terrasses du Larzac

Violet pourpre comme la couleur de la marmelade de fruit qui saute au nez. Elle mélange les fruits noirs, myrtilles et mûres, fraises et cassis, qu’elle saupoudre de cumin et de cardamome pour la rendre plus attirante encore. Puis, elle frappe à la porte du palais. Ce dernier ouvre grand les lèvres et se laisse bousculer sans contrainte par ce fruité épicé. La langue, qu’il n’a pas dans la poche, se délecte des milles nuances fruitées, se tourne sept fois dans la soie tannique, affole ses papilles de jus frais et gourmand, les baigne dans un véritable plaisir buccal, se donne au chat pour connaître l’origine de ce nectar.
« Nous avons donné à cette cuvée les prénoms de nos ancêtres vignerons, grand-oncle et grand-père respectifs. Mourvèdre et Syrah sont issus de terrasses anciennes de l’Hérault, le Carignan de terrasses très pauvres de l’ère tertiaire ; tous ces terroirs sont caractérisés par la présence importante de galets roulés et par de petits rendements (25 hl/ha) qui font naître un vin puissant et élégant » décrit Jean-Pierre encore et toujours sur son site.

Côté vinification : 70% de Syrah, 20% de Mourvèdre et 10% de Grenache dont une partie en macération carbonique. Élevage de 13 mois en pièces dont 60% de neuves, puis 6 mois en cuve et encore 6 mois en bouteille avant mise en marché.

Mondial de BXL 2015 102
Un bon moment …
http://www.mas-seranne.com

Ciao

IMG_0570
Marco


2 Commentaires

Summer shorts: Les Grandes Tablées + Veuve Clicquot – a major producer of Prosecco…..

IMG_9493

Just about a third of those at Les Grandes Tablées on Wednesday night (5th August)

Just about a third of those at Les Grandes Tablées on Wednesday night (5th August)

More diners @Les Grandes Tablées 2015

More diners @Les Grandes Tablées 2015

It was good to be invited to the 2015 edition of Les Grandes Tablées de Saumur-Champigny ten years after I was invited to the 2005 edition. Although it has grown enormously since then, the formula remains the same along with the friendly conviviality. Back in 2005 this was a one-day event now it is held over two days with all 6500 tickets sold out well in advance of the event.

As the 2014 edition had nodded towards Belgian cuisine, the Saumur-Champigny producers decided that in 2015 they should look across La Manche for inspiration.

I have to say that their interpretation of ‘classic’ British dishes was rather similar to a free jazz interpretation of a standard, especially the pork pie.

Part of the picnic with the 'interpretation' of a pork pie.

Part of the picnic with the ‘interpretation’ of a pork pie – slice of terrine (very tasty) and a separate piece of pastry.

Red fruits crumble

Red fruits crumble – much more authentic than the ‘pork pie’

François retired master baker now responsible for organising all the baking involved for Les Grands Tablées

François retired master baker now responsible for organising all the baking involved for Les Grands Tablées with a reviving glass of Saumur-Champigny

Not the 2010 as shown but the delicious 2014.

Not the 2010 as shown but the delicious 2014.

The 2014 Cuvée des 100 Saumur Champigny was the principal wine served during the evening and very delicious it was. However despite being very drinkable no-one amongst the throng of picnickers appeared to be drunk or at all disorderly.

Three  UK based wine writers blending into the background.

Three UK based wine writers blending into the background.

•••

Snap!: Veuve Clicquot and  Moneto Prosecco

Snap!: Veuve Clicquot and Moneto Prosecco

I am continually amazed by the amount of Prosecco that appears to be produced by Veuve Clicquot, which I had always understood to be a Champagne house and part of LVMH. UK supermarket shelves are now groaning with Prosecco flaunting yellow/gold/orange labels.

I can only assume that Veuve Clicquot have moved into the Prosecco market because of its current popularity. According to a study by Laithwaite’s, the UK’s largest mail order business, and published in The Drinks Business Prosecco is now the overwhelming choice for a marriage toast:

‘PROSECCO NOW WEDDING TOAST OF CHOICE

In the study, Laithwaite’s found that 63% of couples now toast their nuptials with a flute of Prosecco, compared to just 8% who raise a glass of Champagne.

According to Laithwaite’s, sales of the Italian fizz have grown by over 25% in the last 18 months, overtaking Champagne sales at weddings as far back as 2013.

English Sparkling wine is also giving Champagne competition, accounting for 5% of all sparkling wine drunk at UK weddings, with its popularity rising every month.’

UK supermarket shelf with an array of yellow/gold/orange labelled Prosecco

UK supermarket shelf with an array of yellow/gold/orange labelled Prosecco…oops I think there might be a Champagne amongst these but I can’t be sure – I’m so confused!

Ciro (right hand label) is not made by Veuve Clicquot instead by a small producer in Campania. Ciro received legal letters from Veuve Clicquot alleging that their label could be confused with Veuve Clicquot.  Moral of the story: Ciro should have called their sparkling wine Prosecco and presumably VC wouldn't have said anything.

Ciro (right hand label) is not made by Veuve Clicquot instead by a small producer in Campania. Ciro received legal letters from Veuve Clicquot alleging that their label could be confused with Veuve Clicquot.
Moral of the story: Ciro should have called their sparkling wine Prosecco and presumably VC wouldn’t have said anything.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 13 505 autres abonnés