Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


9 Commentaires

Graham’s Port et bœuf, un mariage particulier

On a l’habitude de boire le Porto soit tout seul, soit avec du chocolat ou accompagné d’un cigare. Le faire escorter un morceau de bœuf semble un peu plus original et ‘pincée de poivre sur le steak’, ça marche !

C’est lors d’un repas en l’honneur de quelques Portos de chez Symington que l’expérience fut tentée (entre autres). J’ai retenu l’accord entre un vieux Vintage de 1963 et une pièce d’Aubrac richement entourée.

Parlons tout d’abord du vin

 

Graham’s 1963 Vintage Port

D’une belle couleur ocre marron, il offre un nez de gentiane et d’angélique confite auxquelles s’ajoutent des fragrances d’écorce de citron et de caramel légèrement brûlé, ça lui donne un air de baroudeur qui n’est pas dénué de charme. La bouche retrouve le caramel et lui ajoute du poivre et du sel. De la tomate confite s’impose ensuite et confère à l’espace palatin une onctuosité des plus agréables, le confort de bouche, c’est important ! Une fraîcheur qui tient plus de la volatilité capiteuse que de l’acidité vient équilibrer l’élan sucré. La finale s’épice de curcuma et de quinquina.

Avec l’Aubrac

Ou avec toute autre pièce de bœuf qui a du goût, le Porto compte sur les amertumes pour apporter fraîcheur et relief à ce mariage inusité. C’est fou comme l’hémoglobine se combine avec grâce aux accents brûlés du caramel, aux bitters racés de la gentiane et du quinquina, ça nous fait en bouche une impression de satiété qu’on aurait jamais cru. Satiété, j’explique : chaque bouchée donne envie de la savourer comme si elle était unique, sans d’autres qui suivent, ce qui fait qu’on en profite pleinement, à fond. Seul danger, c’est de terminer la viande … froide. Et puis, comme on voit sur la photo, la barbaque n’était pas seule au rendez-vous, mais le Lusitanien ne s’en est guère offusqué. Il a même apprécié l’onctuosité des petits cèpes, l’amertume braisée du chicon (endive pour les Hexagonaux), la végétale du radicchio.

En fait, ce Porto a très bon caractère et se boit avec facilité pour qui ne s’entiche pas de complexité, et l’offre à ceux qui s’en éprennent.

J’avais gardé un peu du précédent…

Dans les repas comme ça, il faut toujours garder un peu du précédent, en l’occurrence, un Graham’s 20 Year-Old Tawny teinté d’un ocre rouge lumineux, au nez de cacao et de noisette grillée, avec des nuances de gingembre et de sablés trempé dans le café. Une bouche grasse, ample, imposante d’alcool, ce qui n’est pas péjoratif, mais tente de définir cette impression de volume capiteux qui vous emplit l’espace palatin sans vergogne. La subtilité arrive après. Il est du style, j’envahit, j’explique après. Des notes de poivre blanc, d’écorces d’orange et de bergamote, du sel, de l’iode, de la réglisse… se mêlent à la douceur du vin, se répandent avec une grande délicatesse et vous caressent les papilles, c’est des plus sensuels.

Mais si j’en ai gardé un peu, c’est pour voir comment il allait se comporter avec le plat. Un très bel accord aussi, mais bien différent. Aérien avec la pointe de sucre du vin qui renforce la saveur poivrée de la viande. Un mariage à la fois riche et délicat dans lequel chacun des partenaires semble hésitant ou timide, ne voulant pas s’imposer à l’autre, mais trouver les affinités pour mieux accorder les dissemblances.

Bon, on ne sortira pas systématiquement un Porto à chaque fois qu’on mange une entrecôte, mais tentez l’expérience, c’est sympa.

Bon ap’

 

Ciao

Marco


9 Commentaires

Looking for Flor (Vin Jaune, Xérès and Tokay Szamorodni) 1/2

No, I can assure you that Flor is not the first name of a new friend of mine.

I have just returned from a brief stay in France’s Jura region to participate in a symposium about « flor » wines: in other words wines that develop their specific style through ageing under a veil of yeast on the surface of barrels which have not been fully topped up to compensate natural evaporation. The word « flor » is Spanish for flower, as, in the case of sherries at least, the surface of the wine in the part-filled barrels looks as if flowers have grown on it. The yeast strains bloom on the surface which take on a whitish-grey veil of variable thickness. Some refer to this process as « biological ageing », as opposed to reductive or oxidative ways of ageing wines that require modification before they are fit for consumption on account of an overtly intensive structural profile of some description.

This opportunity arose thanks to an excellent initiative on the part of the Jura producers, who, like those in Cahors, consider that collaboration with producers from other countries who produce similar styles of wine to theirs can bring many positive results, rather than looking on others as just competitors to be shunned at all costs. I hope that such mentalities and ideas will gain ground in the future. In any case, judging by the numbers of specialist journalists who came especially for this symposium (English, French, Belgians and Swiss were there), one could say that the organisers have marked some points. The symposium was preceeded by a tasting which brought together quite a large number of vins jaunes, the local flor wine, as well as a couple of very good producers of Sherry and an excellent producer of a Tokay Szamorodni made also under a yeast veil. The timing was set to coincide with the annual festivities surrounding the traditional Percée du Vin Jaune, some of whose more folklore-filled aspects I witnessed. I was also able to participate in the annual Vin Jaune competition called clavelinage, which serves to awards medals to the vins jaunes that the jury members esteem to be the best representatives of the latest vintages of this very singular style of wine.

Flor in a Sherry butt

I say singular, because these wines produce aromas and flavours that not everyone likes, at least spontaneously and without a form of apprenticeship that few are prepared to undertake. After all, put simply, why should one suffer in order to learn to appreciate something? I would beg to differ from this postulate, but, in our individualistic world of instant gratification, efforts to overcome a natural resistance, whether physical or mental, are not always welcomed with open arms. I can clearly testify to the aversion that the vast majority of wine drinkers have for this style of wine since, whenever I serve a Vin Jaune or a dry Sherry to students in one of my classes, almost all of them wrinkle their noses in an expression of distaste and sometimes even ask if all is right with the wine! The appreciation of the aromas and flavours of a dry Sherry or a Vin Jaune are clearly acquired by a certain amount of practice, which obviously favours natives of the Jura region in France, as well as Spanish or even English people, the latter two having traditionally consumed large quantities of Sherry. Conversions to these flavours are rare, it must be said, but those who become converted are often fanatical, as befits such patterns. According to Samuel Tinon, who showed his Tokay Szamorodnis at this symposium, Brooklyn NYC is the latest terre d’accueil for his wines.

Some other countries and regions produce tiny amounts of wines of this type, but they are rare. What was particularly interesting in the presentations that each country or producer gave after the morning’s tasting session was to learn how local climatic conditions, constraints and production techniques have produced differences in the wines and the way in which they evolve. The Sherry production region is dry and hot, with a strong oceanic influence from the Atlantic. Its bodegas are above the ground with very high ceilings to allow the air to circulate. The flor here is usually quite thick and helps to slow down evaporation. Unlike the other two regions for flor wines, Sherries are fortified, even if lightly, after the fermentation, but from a wine with lower alcohol levels than that of the savagnin in the Jura. The Jura has high rainfall and generally cool temperatures, and its cellars are smaller. The flor is much thinner on the whole. Partly through concentration over time, and partly through the character of the late-ripening Savagnin grape, the alcohol levels of the finished vin jaune are usually very close to those of a Fino or Manzanilla Sherry (I saw 14,5 and even 15% on some labels). The Tokay region is very humid and warmer, but the cellars are underground and low. And so on. The intensity and thickness of the flor is different in each case, as are the results of the ageing process, and these differences have multiple causes, including market pressures and production habits.

As this photo shows perhaps, flor on Vin Jaune tends to be somewhat thinner than on Sherry

Now for some notes on my favourite wines in the tasting on the day of the symposium.

1). Vin Jaune

For those unfamiliar with the wines of the Jura region, several appellations may produce this type of wine in the region: Côtes de Jura, Arbois, Etoile and Château Chalon. The latter appellation only produces Vin Jaune. In all cases it has to be made from 100% Savagnin blanc (sometimes called Traminer) and cannot be bottled before December, six years after the harvest date, having spent at least five years in small barrels. It must not then be sold before January 1st seven years after the harvest, and can only be bottled in a bottle of a special shape and size (62 cl), called a clavelin.

Vins Jaunes vintage 2010

André & Jean-François Michel, Côtes du Jura

Very old-style label, for those who like that sort of thing, complete with coat of arms and gothic script titles. Yet the wine is anything but dusty: on the contrary, it seems fresh and alert, still showing some fruit-based flavours and is not over-dry on the finish. Very pleasant in this style. This wine did not appear in the catalogue and thus I cannot provide its retail price, which is probably around 25 euros.

Fruitière Vinicole d’Arbois, Arbois

Another local feature in the Jura region is the role and the quality of the cooperative wineries, known curiously as « fruitières ». Lots of complexity on the nose with aromas of dried fruit and nuts. Very nicely balanced, very fresh and with some lingering fruit flavours. Excellent. (30 euros)

Rolet Père et Fils, Arbois

Very nutty on the nose. Lots of freshness on the palate and a general impression of controlled power. This producer is one of the most regular in the region and for all styles of white wines. (30 euros)

 

Fruitière de Voiteur, Château Chalon

Nice level of complexity on the nose. Good substance and balance between fruit, acidity and a slightly phenological character that one often finds in such wines. This has plenty of power and length without the alcohol showing too much. Another excellent cooperative producer. (29,50 euros)

 

Domaine Baud, Côtes de Jura

A pleasant nose in a style rather similar to that of a Fino Sherry. Lots of freshness for this dynamic wine and a slighty chewy texture that shows a touch of bitterness on the finish. (29 euros)

 

Château d’Arlay, Côtes de Jura

This fine historical domain is another regular top performer of the region. This particular wine will need a bit of time to express itself fully but it has all the necessary qualities, with good freshness and balance (38 euros).

 

 

Although not all producers from the region were showing their wines here, some other producers showed decent wines in this 2010 vintage that some tasters might prefer to my pick: Fruitière Pupillin (Arbois), Domaine de Savagny (Côtes de Jura), and Domaine de la Renardière (Arbois). The others I liked much less or had some defects.

There were also some other flor wines from the Jura on show, which were younger and so do not qualify for the Vin Jaune appellation. My favourite wines from this group were those of Jean-Louis Tissot (Arbois Savagnin 2014), of Domaine Montbourgeau (Etoile, cuvée spéciale 2014) and of André Bonnot (Côtes de Jura Savagnin 2014).

Next week I will tell you about the Sherries and the Tokay Szamorodnis and give you some more technical information from the conferences as well as mentioning the excellent ageing potential of these wines as there were some examples of older Vins Jaunes that I tasted.

 

David Cobbold

 

 

 


5 Commentaires

Avocat et Manzanilla

L’avocat, un fruit très gras.

C’est le fruit de l’avocatier ou Persea americana, de la famille des Lauracées, comme le laurier sauce, le camphrier ou le cannelier.

 

Avocat vient de l’espagnol aguacate qui vient lui-même du terme ahuacatl en langue nahuatl, parlée au Mexique et au Salvador par les Aztèques et les Pipils. Le nahuatl reste aujourd’hui l’idiome indigène le plus répandu au Mexique. Ahuacatl veut dire testicule en langage autochtone par analogie de forme (présomptueux, les habitants du Yucatan!).

Avocat et sa déco

Un filet de citron lui évite la noirceur de l’oxydation. Le sel et le poivre exhaussent son goût. Crevettes grises ou de miettes de crabes mélangées de mayonnaise pour les foies solides le décorent régulièrement. C’est facile à faire et… c’est assurément très bon. On en oublie sa charge calorique ! (160 Kcal pour 100g)

 Quel vin sera assez fou pour supporter sans rechigner cette foule aromatique ?

Un vin de Sanlúcar de Barrameda appelé Manzanilla, la particularité locale du Fino.

Sa grande fraîcheur, son caractère iodé, son élégante complexité aromatique, mélange de fruits secs et de chair de pomme, ses épices douces, sa structure à la fois grasse et aérienne, parlent le langage des avocats. Et tout le monde sait que tel idiome n’est guère limpide pour les non-initiés au langage de cour.

La Manzanilla caracole sur la chair grasse, ravive les décapodes, se joue du citron et fait un pied de nez à la mayonnaise. Là ne s’arrête pas ses atouts ! Sa richesse aromatique trouve un répondant tant au sein de la pulpe verte que dans l’ornement. De nouveaux goûts surgissent, fusion gourmande, mélanges racés, mer et terre se rejoignent dans l’espace palatin.

Ultime avantage, le vin laisse la bouche nette une fois la bouchée avalée.

Quelques marques intéressantes : Solear de Barbadillo, Papirusa de Lustau, La Gitana de Hidalgo, El Rocío de Gonzales Byass, La Guita de Hijos de Perez Martin.

La Gitana, quand on en boit un peu trop ou pas… 

Tourne, tourne, Gitane, le Poniente soulève tes jupons.

La légèreté du tissu entrevoit le galbe de tes hanches, voile la force de tes muscles, parfume la fraîcheur de ta peau, dessine d’un trait sec et net ton caractère.

Les regards se tournent, les bouches deviennent gourmandes, les lèvres s’approchent à prendre les tiennes, ta silhouette irrésistible enivre.

Tourne encore, austère et suave, fière et amoureuse, tu t’offres sans te donner.

Amande amère, pomme acide, noix verte, épices douces et fortes, fleurs séchées, ton parfum lancine, emplit nos gorges, damne notre âme.

Tourne toujours, belle gitane, tu nous échappes pour mieux nous revenir.

 

Hasta

Marco

 


2 Commentaires

Porto Vintage 2015

J’étais très heureux, la semaine dernière, de pouvoir me rendre à l’événement annuel organisé à Paris par l’Instituto dos Vinhos do Douro e do Porto ; d’autant plus que cette année, au lieu d’organiser cela autour d’un dîner, toujours trop long et trop chargé en accords finalement difficiles et fatigants, ils ont eu la bonne idée de présenter une dégustation assise du millésime 2015 en portos vintage et portos single quintas vintage (une explication de la différence suivra), ainsi que quelques raretés parfois surprenantes issus d’autres catégories de grands vins de porto.

Il ne faut pas oublier que la France, si elle est le plus important client à l’export pour les vins de porto, est aussi un des plus ignorants des qualités supérieures de ces vins mutés.

En gros, nous achetons des quantités considérables des portos ordinaires et pas assez des grands vins : la faute probablement à l’image du porto de base, jeune ruby ou tawny, comme l’apéritif type des retraités de ce pays.

Les chiffres des exportations publiés par l’Institut sont éloquents : pour les neuf premiers mois de cette année, la France tient bien sa place de premier pays en volume avec près d’un million et demi de caisses de porto importées, mais dont seulement 9% sont des qualités supérieures.Le Royaume Uni et les Etats-Unis, respectivement en 5ème et 6ème place sur le plan du volume, privilégient bien davantage les portos de qualité, qui représentent respectivement 53% et 57% de leurs importations.

Cela s’explique en partie par le poids de l’histoire. Le porto est, depuis ses origines, essentiellement un vin développé par et pour le marché britannique et les termes « vintage« , « late bottled vintage« , « tawny » ou « ruby » utilisées pour décrire différentes catégories de ce vin, ainsi que le nombre d’acteurs d’origine britanniques dans le vignoble et le négoce de porto (Taylors, Croft, Cockburn, Sandeman, Graham, Dow, Warre, Smith Woodhouse, Gould Campbell, Churchill, etc) sont des indicateurs assez claires sur ce point. Mais est-ce suffisant ?

En tout cas je crois que l’habitude française de boire le porto à l’apéritif constitue un frein puissant au développement d’une connaissance des grands vins de cette appellation, une des plus anciennes du monde. Cette habitude a même quelque chose de choquant pour un anglais un peu traditionaliste : j’ai le souvenir de feu mon beau-père (le mari de ma mère) refusant de servir ma compagne qui avait eu l’outrecuidance de demander une verre de porto à l’apéro !

Les Portos Vintage sont, comme leur nom indique, des vins issus d’une seule année. Il font partie de la grande catégorie des portos ruby, c’est à dire de couleur rouge. Pour préserver ce ton et la saveurs fruité qui vont avec, ces vins sont mis en bouteille assez jeunes. Mais des portos millésimés existent dans l’autre grande catégorie, celle des tawnies. Le mot « tawny » signifie couleur fauve ou ambré en anglais. Un Porto Tawny millésimé s’appelle Colheita, qui est le terme portugais pour vendange (vintage en anglais). Ces vins sont élevés longtemps sous bois et mis en bouteille après une période généralement longue, souvent au delà de 20 ans. Les tawnies de catégorie supérieure sont rarement des colheitas, mais peuvent en revanche avoir un compte d’âge moyen (10 ans, 20 ans, 30 ans) Tout est clair ? Mais ce n’est pas fini !

Dans la catégorie Vintage, il y a les Vintage et les Single Quinta Vintage (je vais passer sur les Late Bottled Vintage, car cela va devenir lassant à la fin). Quelle différence ? Comme en Champagne, chaque producteur est libre de déclarer un vin issu d’un seul millésime comme un vintage. Mais, à la différence de la Champagne, ces vins doivent toujours être contrôlés et approuvés par analyse et une dégustation à l’aveugle conduite par des spécialistes à l’Institut des Vins de Porto.

Les maisons de portos ne déclarent un vintage que dans une année qu’ils considèrent comme exceptionnelle et capable d’une très longue garde. Il s’agit de vins issus d’assemblages entre différentes parcelles et donc de différentes quintas (domaines). Mais les vins de certaines quintas peuvent être d’une belle qualité sans que cela soit le cas partout dans la vallée du Douro. Ils sont donc déclarés comme des Single Quinta Vintage et portent évidemment le nom de la quinta en question.

Le millésime 2015 est clairement dans une sorte de position intermédiaire : la plupart des grandes maisons n’ont pas déclaré de Vintages, mais ils ont souvent déclarés des Single Quinta Vintages. Les autres ont fait comme ils pensaient bien de faire. En résumé, c’est un bon millésime, mais probablement pas un grand millésime comme 2011 par exemple.

Ma dégustation de ces 16 vintage et single quinta 2015

NB. Je vais commenter tous les vins, et pas seulement ceux que j’ai aimé ! L’ordre est celui des la dégustation.

Quinta do Infantado 2015

Une belle quinta que j’avais visité l’an dernier et qui ne produit que des vins de son propre domaine (portos et vins du douro), ainsi qu’une excellente huile d’olive. Ce fut un des très bons vins de cette dégustation pour moi, mais dans un style particulier qui est issu d’une recherche d’une relative légèreté dans un vin de ce type. Le nez est riche et complexe avec des notes classiques de pruneau, de fumé et de ciste. Le toucher est fin et une belle sensation de fraîcheur accompagne le vin jusqu’à le fin (bonne longueur) ou on perçoit à peine une note plus chaleureuse. Les tanins sont parfaitement intégrés dans ce vin au style très accessible et qui finit presque sec. Le producteur a ensuite confirmé que le sucre résiduel y est bien inférieur à la moyenne. (16,5/20)

Quinta Santa Eufemia 2015

Je ne connaissais pas ce producteur auparavant. Il se situe dans la partie ouest de l’aire de l’appellation, près de Regua. Ce vin est plus chaleureux et classique que le précédent, mais le nez est moins expressif, entre notes fumées et florales. Les tanins sont encore bien présents et il lui manque un peu de fraîcheur. Niveau correct mais pas exceptionnel. (14/20)

Croft, Quinta da Roeda 2015

Nez à la fois fruité et bien complexe. En bouche, ce fruité juteux se confirme dans un style classique, bien équilibré et long. (15/20)

Quevedo 2015

Encore une marque que je découvrais à cette occasion. Le style est très fruité mais un peu simple, bonbon, sucré et souple. C’est plaisant, mais pas à garder – et pas au niveau de beaucoup d’autres. (13/20)

Ramos Pinto 2015

Une des maisons qui a décidé de déclarer un vrai Vintage cette année. Un très beau nez plein d’herbes sauvages et d’aromates sur un fond fermement fruité mais toute en élégance. Très bel équilibre en bouche, avec un beau style qui s’étire en longueur et une finale ferme qui laisse augurer une bonne garde. (16,5/20)

Sandeman, Quinta do Seixo 2015

Nez encore bien marqué par son élevage avec des notes de fumé, puis de goudron. Vin dans un style puissant et tannique, d’une bonne longueur mais manquant de finesse. (14,5/20)

Taylor’s, Quinta do Vargellas 2015

Le nez est assez fermé au début mais s’ouvre ensuite sur des sensations denses, d’une très belle ampleur. Ce côté intense et luxuriant se révèle réellement en bouche, autour d’une belle trame tannique. Ce vin aussi vibrant que structuré et complet, complexe et long. Un très beau classique de cette magnifique quinta. (17,5/20)

Fonseca Guimaraens 2015

Si Taylor’s ni Fonseca n’ont déclaré de Vintage en 2015, Fonseca a déclaré une sorte de second vin pour lequel la marque Guimaraens est utilisé. Le premier flacon avait un problème de TCA dû au liège. Le deuxième avait un nez fin, très frais, avec des odeurs de garrigue et de fruits noirs. En bouche on découvre un jus magnifique, aussi affiné que structuré dont la qualité du fruit est éclatante. Aussi long que fin, c’est un grand vin absolument délicieux. (18/20)

Cruz 2015

Nez très fumé aux arômes un peu lourds de goudron. En bouche, un contraste, car le vin apparaît presque délicat mais simple et sans structure. (12/20)

Rozes, Quinta do Grifo 2015

Peu expressif au nez. En bouche, chaleureux et brûlé, manquant de fruit. Simple. (12/20).

Burmester, Quinta do Arnozelo 2015

Un jolu vin bien fruité avec une structure fine mais présente. De la fraîcheur et du caractère avec une finale un peu trop sucrée à mon goût et un peu chaleureuse aussi. ‘(14,5/20)

Cruz, Dalva 2015

Une belle qualité de fruit et une structure fine. Il finit un peu court mais c’est un vin plaisant et bien équilibré à part une sensation un peu asséchante en finale (14/20)

Quinta do Ventozelo 2015

Le nez est fin et frais, avec un fruité séduisant. Son caractère très juteux en bouche n’est pas au détriment de la finesse. L’ensemble n’est pas très long mais il a beaucoup d’élégance et un bon équilibre. (15/20)

Quinta das Carvalhas 2015

Le nez est assez terreux et manque de fruit. Les tanins sont présents mais discrets et ke finale est marqué par l’alcool (12/20)

Niepoort 2015

Un vin aussi juteux que fin. Une très belle dynamique en bouche avec une arrivée de fraîcheur après la première sensation de fruit mûr. Finit bien équilibré, avec juste une légère sensation de chaleur. (15/20)

Vista Alegre 2015

Nez de fumé et de ciste. Très chaleureux en bouche et manquant de substance. L’alcool domine trop. (12/20)

Plus tard, lors d’une autre dégustation, j’ai parlé avec la lauréate de l’édition 2017 du concours Master of Port, Julia Scavo, que j’avais aperçue lors de cette dégustation. Nous avons échangé nos avis et les noms de nos vins préférés – et ils étaient identiques. 

David


4 Commentaires

Rivesaltes 1975, j’avais 20 ans

Et ça ne nous rajeunit pas !

Mais les vins doux tiennent plus longtemps que nous.

À l’heure des journées qui raccourcissent, des températures qui chutent, associer un Vin Doux Naturel à notre quotidien nous est salutaire: cela nous permet d’affronter la grisaille ambiante (tant au dehors que dans les esprits). C’est pourquoi j’ai décidé de vous commenter ce 1975 reçu il y a peu d’Idealwine. Ce site s’est spécialisé dans la vente de vins à maturité et possède au sein de son catalogue une belle série de VDN du Roussillon. Et si j’en crois ma petite expérience des vieux millésimes de Rivesaltes, de Banyuls ou de Maury, cela vaut la peine de s’offrir de temps à autres un flacon de ces nectars trop souvent négligés.

Et pour qu’il n’y ait aucun quiproquo ou suspicion quelconque, je n’ai rien reçu d’autre que la bouteille de Rivesaltes 1975 et un petit dossier de presse.

 

Rivesaltes 1975 Riveyrac

La robe se teinte d’ambre rouge aux reflets marron. D’entrée, le nez mêle la noix verte à la sèche, ajoute quelques notes de moka, des accents de garrigue et d’algue marine, puis encore des épices orientales où se reconnaissent le curcuma, la cardamome et le santal.

Ce n’est pas fini, c’est le chic des Vins Doux Naturels, dès qu’ils s’ouvrent, ils n’en finissent pas de nous raconter plein d’histoires aromatiques. Et plus vieux ils sont, plus volubile ils sont, comme si le fait d’avoir été privés de lumière pendant autant de temps leur donnaient l’envie inextinguible de s’exprimer. Ce Rivesaltes entonné en 1975 fut embouteillé en 2014.   

Son caractère séquentiel nous révèle encore des nuances minérales de pierres frottées, d’ozone comme après un orage, voire de goudron, puis revient à de plus classiques biscuits sablés un rien brûlés, de pignons de pin grillés, de fève de cacao, sans oublier cet indice flagrant du rancio, parfum particulier qui oscille entre la noix et l’anchois au sel (c’est difficile à décrire).

La bouche fraîche d’entrée se rafraîchit encore de notes iodées et de quinquina. Le petit rêche des tanins encore subtilement présents apporte du relief, viennent ensuite du cacao aux zestes d’orange confite, des marmelades de kumquat et de mandarine, de la gelée de rose qui lui apporte beaucoup d’élégance, puis du cumin, de la réglisse qui souligne le caramel à la fois sucré et amer, des noix sèches, de la noisette et de l’amande, ça n’en finit pas. Mais continue sur la douce amertume qui aidée de la fraîcheur laisse la bouche très peu appesantie par le taux de sucre.

À chaque gorgée de nouvelles sensations… On pourrait passer une heure à le respirer, puis deux heures à la boire, bref, c’est pas cher le verre.

Mais on pourrait aussi l’associer à quelques plats et bien entendu quelques desserts, mais c’est une fausse évidence, le sucre s’additionne, malgré les belles acidités des VDN, au sucre. D’autant plus que les desserts actuels sont souvent trop sucrés. Avec le chocolat, c’est du vu et du revu.

On va certes le garder pour le Roquefort et autres fromages marbrés avec qui les Rivesaltes s’accordent sans le moindre problème, mais pas que… Les VDN sont, et je l’ai déjà fait remarquer, une sorte de panacée pour le plateau, ils fonctionnent en général avec tous types de pâtes et de croûtes, un Rubis avec une croûte lavée style Munster, un Rancio sec avec un Camembert, un Banyuls blanc avec un Salers, et tous avec des Comté d’affinages différents.

Onctuosité du fromage et suavité du vin s’épousent avec une grâce mêlée de puissance. En partenaires avertis des choses de la vie, rien ne les effraie et c’est avec enthousiasme qu’ils échangent expériences et richesses acquises.

Le premier, le Comté, s’ouvre sur ses tonalités lactées, ses envolées fruitées, sa profondeur minérale. Le second, le VDN, parle de la maturité de son fruit, des épices qui le soulignent, de ses accents torréfiés et biscuités qui parfois le font croire venu d’un orient imaginaire.

Ce sont des accords magiques, envoûtants qui ne laissent personne indifférent.

Mais le cœur du repas lui va tout aussi bien, une daube de veau à la provençale, un lièvre à la gelée de mûre ou plus exotique, un canard laqué à la mode de Pékin.

Faudra aussi que j’essaie le Rancio sec sur les sushis, ça devrait fonctionner.

Bon, j’espère vous avoir convaincu de tenter l’expérience VDN.

Et pour faire un peu de promo pour mon fournisseur de Rivesaltes 1975, je vous signale qu’Idealwine organise une vente privée spéciale « Dîner de Noël » du 7 au 19 décembre. Cette vente comportera un grand nombre de Rivesaltes, Maury, Banyuls proposés dans une large gamme de millésimes qui remontent jusque 1874* (au prix de 3€ et une chique par année en comptant jusqu’à aujourd’hui). Et pour les nostalgiques de leur date de naissance, quelques millésimes en ‘8’.

www.idealwine.com

Pour mémoire, 1874 fut l’année de la première exposition des impressionnistes:  le 15 avril, au 35 boulevard des Capucines, à Paris, une trentaine de peintres exposèrent leurs œuvres dans l’atelier de leur ami le photographe Félix Tournachon, plus connu sous le pseudonyme de Nadar.

Ça le fait !

 

Ciao

 

Marco

 


5 Commentaires

Une étiquette à changer, concours

Les étiquettes qui ornent les bouteilles de vins et qui nous renseignent sur leur contenant aimeraient plaire à tout un chacun. Un défi aussi difficile à résoudre que la quadrature du cercle. Il est par conséquent délicat de virer une étiquette pour la remplacer par une nouvelle. Mais il y a des cas quasi désespérés qui réclament urgemment un changement. Ainsi, cette étiquette de Rivesaltes Ambré des plus ringardes…

L’histoire

Elle se passe dans l’appellation Fitou qui peut élaborer des Rivesaltes, c’en est même le berceau originel. Alban Izard reprend le domaine Lerys en 2012; il rajeunit rapidement ses cuvées de rouge pour en faire aujourd’hui d’agréables Fitou, élégants mais au caractère bien trempé. Dans la foulée, il en profite pour rafraîchir les étiquettes, et il fait bien, je vous montre.

Celui qui préfère la première, pas la peine de participer au concours !

Mais Alban n’a pas le temps, ni l’inspiration pour s’occuper de l’habillage de ses vins doux.

Voici l’étiquette du Rancio, les autres sont du même tonneau. Elles ne sont certes pas vintage, quoique, mais pourraient devenir collector. En attendant, Alban veut en changer.

Nous vous proposons donc un concours: celui qui lui fournit un top modèle d’étiquette pour ses VDN en recevra une caisse.

Je vous montre les étiquettes de deux autres de ses cuvées de Fitou.

Et voici la tête de notre vigneron, ça aide pour la création

Pour nous envoyer vos propositions, cliquez sur CONTACT et envoyez nous vos coordonnées.

Soyez créatifs!

Ciao

 

Marco  


5 Commentaires

Une dernière piqûre de vieux Vins Doux Naturels

Voilà une piqûre bien agréable, je ne m’en lasse pas, j’espère que vous non plus. Voici deux Rivesaltes issus de la belle offre de la Cave des Vignerons de Terrassous. En fait, les déguster offre un plaisir supplémentaire, celui de les décrire, tellement ils sont riches d’expressions aromatiques, de saveurs aux nuances changeantes. Du premier nez à la dernière gorgée, les impressions sont en constante évolution. Il est difficile de s’en lasser.

 

Rivesaltes 1995 Terrassous

 

L’ambre marron de la robe se nuance de reflets rouges, le nez frotte les silex pour en sortir l’étincelle qui embrase les aiguilles de pin, le bois sec, nos sens. La bouche contemple bien assise cet embrasement, préférant le confort d’une tasse de moka, le craquant d’un grain de café, mais café glacé par la fraîcheur ambiante qui ne laisse guère de place à la douceur sucrée. Fraîcheur qui met en exergue les arômes de poire tapée, de figue et de datte, de raisin de Corinthe. Le grillé vient ensuite étaler ses notes amères qui accentuent l’acidulé aux goûts de limon et de noyau d’abricot.

Assemblage de Grenache Gris et Blanc à parts égales qui poussent dans des alluvions caillouteuses mélangées d’éclats de schiste. Long élevage en barriques de plus de 20 ans.   (36,95€ départ cave)

Rivesaltes 1981 Terrassous

 

Ambre brun à reflets verts, la marque du rancio qui se fait tout go révéler an nez. Les fragrances de torréfaction suivent évoquant la fève de cacao qui grille en compagnie de grains de café. Du caramel pour adoucir l’expression amère bien perceptible. Des épices pour corser le bouquet. Bouche à la fois vive et douce, un contraste qui explose en bouche et avive les papilles qui ont du mal à détailler toutes les nuances aromatiques. Les acidulées évoquent la groseille à maquereau, les agrumes, la pomme verte, la rhubarbe confite. Les douces parlent de chocolat noir, de caramel un rien brûlé, de café noir, de candi brun, bref des perceptions qui se souligne d’un trait bitter. La finale se veut végétale aux accents de pâte d’olive noire.

Assemblage de 65% de Grenache Blanc et 35% de Grenache Gris et même élevage que le 1995. (prix : 52€ départ cave)

www.terrassous.com

Quant à l’éternelle question 

Mais que peut-on manger en compagnie de ces vins particuliers et surtout sucrés ?

Mais de tout, les VDN sont tellement variés autant dans leurs expressions que dans leur douceur ressentie qu’ils accompagnent les repas de l’apéro au dessert. Il faut juste avoir l’envie, le témérité, l’assurance d’essayer. Ils fonctionnent en général sur tous les fromages, c’est un bon départ. Après, il suffit de les tenter avec le plat principal, c’est à la fois original et surprenant sur les viandes, certes étuvées, mais aussi grillées, encore plus si elles sont bien relevées. Allez-y petit à petit jusqu’au menu complet.

Terrats, Terre de légende

cette tour de cuves m’a toujours impressionné

Voici ce que les vignerons terrassous écrivent sur leur site :

    Dans le sud de la France, une légende veut qu’il y ait eu dans des temps très anciens, alors que Barcelone n’était qu’un pré, à proximité du torrent la Canterrane, une cité nommée Mirmanda. Mirmanda aurait été le domaine des fées (les encantades) avant d’être détruite par une brutale montée des eaux de la Méditérranée.

   Invisible au commun des mortels, cette citée n’aurait été vue que par de rares bergers, dont certains auraient été appréciés des fées et seraient devenus très riches. Personne ne connaît l’origine de cette légende qui montre la richesse de l’imaginaire Catalan.

   La plus ancienne mention connue du village de Terrats, sous la forme « Terrenum », date de juillet de l’an 844. Ce jour-là Argila, fils du Comte de Barcelone, vendit à son propre fils, Bérà, deux propriétés avec leurs dépendances. L’une se nommait Furchas (aujourd’hui village de Fourques) et L’autre Terrenum. Un siècle plus tard, en l’an 960, ce nom fut transformé en Terradas devenant peu après Terrats.

 Les Terrassous sont les habitants de Terrats, c’est sous cette dénomination que se sont regroupées les Caves de Thuir, de Fourques et de Terrats.

 Toujours sympa les belles histoires…

Et voici comme promis, le lien avec l’article complet paru dans In Vino Veritas cette semaine

https://www.invinoveritas.be/fr/surprenants-vins-doux-naturels-du-roussillon/

Ciao

 

Marco