Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


5 Commentaires

Les viticulteurs audois se trompent de cible

Au cours d’une manifestation, ce samedi, à Narbonne, des viticulteurs audois s’en sont pris à nouveau à la concurrence des vins espagnols, qualifiée de « déloyale ». Et exigent la fin des importations.

Voici les arguments entendus:

-Les caves de l’Aude sont pleines.

-Des marques comme Leclerc vendent des vins espagnols et font croire qu’ils sont français en mettant un clocher et un béret sur l’étiquette.

-Les Espagnols et les Italiens sont exonérés de taxe foncière sur les terres agricoles

-Leurs charges sont moins importantes sur leurs salariés.

Olé!

Deux commentaires.

-Le premier, persifleur: l’Espagne possède également des églises; et pas mal d’Espagnols portent des bérets (les Basques, notamment).

-Le second, plus sérieux. Si les vignerons français paient trop de taxes sur le foncier et sur le travail (même sur la main d’oeuvre importée), n’est-ce pas plutôt au gouvernement français, à Bercy, qu’ils doivent s’en prendre, plutôt qu’aux Espagnols? Aux candidats à la présidence, c’est un allégement fiscal qu’ils doivent demander; et non une interdiction des importations qui, les viticulteurs audois le savent bien, est impossible dans le cadre européen, avec le principe de la libre circulation des marchandises.

Et au fait, comment se fait-il que le consommateur français ne détecte pas la supercherie que les viticulteurs audois dénoncent? Comment se peut-que le vin espagnol premier prix lui plaise tout autant que celui proposé par les viticulteurs audois?

Et si, en attendant que le fisc français lâche son étreinte sur les viticulteurs audois (ce qui pourrait prendre un peu de temps), ceux-ci se focalisaient plutôt sur une production à valeur ajoutée? Une production qui leur permette de vivre de leur travail sans être en concurrence frontale avec les entrées de gamme, qu’ils viennent d’Espagne ou d’ailleurs? S’ils faisaient en sorte que leurs caves soient un peu moins pleines, mais que les vins dans les cuves aient une véritable raison d’exister? Des chances de plaire, en France et ailleurs? De se différencier?

C’est généralement le cas des vins dont je vous parle ici; il n’y a pas si longtemps, j’évoquais ceux de Gayda, d’Anne de Joyeuse, de Mas, de Lorgeril et de Serrat de Goundy, en IGP Oc. Ou encore, le Fitou du Clos Padulis et le Corbières du Clos Canos. La cause est entendue: l’Aude possède de beaux terroirs; et de bons vignerons, qu’il s’agisse de caves particulières, de coopératives ou en négoces. Mais il y en a d’autres, moins bons.

Je sais, c’est plus facile de commenter que de tailler la vigne et de vendre le vin. L’Aude a toute ma sympathie. Mais la voie du protectionnisme franco-français est un cul-de-sac, d’autant que le marché hexagonal est en perte de vitesse.

Pour terminer, je ne résiste pas au plaisir de citer un commentaire de soutien aux manifestants, déposé sur le site du Figaro, et signé « Haralde 37 »

« Soutien aux vignerons qui font rayonner la France à l’international. »

Donc, si je comprends bien, il est normal que la France exporte des vins pour rayonner à l’international, mais il n’est pas normal qu’elle en importe?

Les vignerons espagnols n’ont pas le droit de rayonner à l’international?

Her Lalau


7 Commentaires

Face à la saloperie, soyons solidaires !

Un seul mot me vient à l’esprit : solidarité. Voilà ce que m’inspire la toute nouvelle délinquance viticole qui semble être une spécialité languedocienne, pas bien jolie celle-là, dans le pays du cassoulet et du fréginat. Avant, elle s’attaquait aux gros, aux négociants, au représentants du Pouvoir. Maintenant elle devient plus lâche que jamais. Voilà, en raccourci, de quoi il en retourne.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Une nuit, sur le coup d’une heure du matin, une poignée d’ignares voulant jouer les petits fiers à bras fachos de service a décidé d’incendier une cave dans le Cabardès, juste comme ça, probablement pour montrer qu’ils avaient des couilles. On vide une bouteille de pastis, on embrasse bobonne et les enfants, puis on y va. Ici, dans le Midi, particulièrement dans l’Aude, des attentats de ce genre ont déjà été commis ces dernières années. Ils visaient à chaque fois des viticulteurs honnêtes et travailleurs, de braves faiseurs de bons vins sans histoire comme Christophe Bousquet, du Château Pech Redon, à qui des branleurs videurs de boîtes de nuit trouvaient rigolo d’ouvrir les robinets de leurs cuves histoire de les vider de tout espoir et de les chasser hors de leurs terres.

Photo©MichelSmith

Édouard Fortin a l’avenir devant lui. Photo©MichelSmith

Ce dernier acte touche la cave de Robert Curbières, responsable de la très pacifiste Confédération Paysanne de l’Aude et vigneron au Domaine de Ventaillole. Dans sa cave, le vigneron abritait le stock de son ami, Edouard Fortin, lequel venait de se lancer dans la viticulture et dont la cuvée de Carignan m’avait impressionnée l’hiver dernier.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Ce qui est réconfortant dans ce genre d’histoire, c’est de voir que la solidarité vigneronne s’est déclenchée sans attendre. En partie grâce à l’action de l’Association Changer l’Aude en Vin qui regroupe quelques vignerons bons vivants et libres penseurs du Minervois, du Cabardès, de la Clape, de Fitou et des Corbières, mais aussi lors d’une manifestation de soutien à laquelle je n’ai malheureusement pu assister.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Bon, je ne vais pas en faire des tonnes préférant aller droit au but. Un site a été créé par lequel il est possible d’affirmer son soutien au jeune Edouard Fortin afin de lui permettre de redémarrer son activité au sein de son pays d’adoption. Sur PhénixduCabardès.com, on peut d’ores et déjà commander une « Cuvée Solidarité » qui assemble les vins fournis par ses camarades vignerons de l’Aude. On peut aussi acheter la toute dernière cuvée « El Pépé » entièrement dédiée aux vieilles vignes de Carignan. Vous qui cherchez des vins qui ont de la gueule pour accompagner vos futures agapes de fin d’année, c’est le moment d’agir.

Et pour finir, je vous invite à lire la chronique de mon ami Vincent Pousson, connu comme étant un amoureux de l’Aude. Il dit mieux que moi tout ce que cette saloperie lui inspire comme dégoût. Oui, comme ailleurs, le monde du vin peut aussi se montrer dégueulasse.

Michel Smith