Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

L’Open de Château Piron : Le tournoi de dégustation qui monte

 

On connaissait les bordelais chauvins, parfois légèrement refermés sur eux-mêmes et même, osons le terme, un brin arrogants. Cela change à très grande vitesse, et cela a commencé bien avant la mise en service de la ligne ferroviaire du même nom. La région autour de cette ville splendide s’ouvre aux touristes et, en ville, on voit fleurir les bars à vins où l’on peut découvrir les vins de toute la France et même du monde entier.

Depuis 2013, un petit domaine des Graves s’est lancé dans une aventure singulière : organiser un tournoi de dégustation qui mobilise tous les vins de France. Et ce tournoi attire les meilleurs concurrents – on y a vu, en 2017 François Breteau, champion des tournois RVF, ou Philippe Cesco, vainqueur de ce qui est sans doute le plus grand tournoi européen de dégustateurs, le Vila Viniteca espagnol.

Si une petite propriété peut se permettre ce genre d’excentricité, c’est que le vigneron en question, plongé dans sa vigne et son vin, a un frère, ingénieur à Toulouse et qui consacre une bonne partie de son temps à l’organisation de l’événement. Il faudrait sans doute que beaucoup de vignerons aient un frère ou une sœur intéressé dans la propriété pour augmenter les initiatives et sortir la tête de l’eau. L’esprit de famille lié à un regard extérieur : un sujet de débat pour une prochaine chronique, peut-être ?

Nous avions déjà rencontré Xavier Boyreau début 2017, il était en train de préparer la nouveauté de l’année : le vote électronique qui permet d’obtenir les scores en temps réel de sorte que l’on est vraiment plongé dans l’ambiance d’une compétition sportive.  Apparemment, ça marche. Personnellement, ce qui me plaît dans cet événement, ce n’est pas tant le côté sportif que l’esprit didactique. En compétition, les sens sont aiguisés à leur maximum si l’on joue le jeu. On est attentif à toutes les diversités. Si l’on se trompe, on apprend, on mémorise et on progresse.  D’ailleurs quand on parle d’apprendre (et cela concerne les expérimentés comme les débutants), ce tournoi-là est ouvert à tous. Il y a même une phase de qualifications pour les amateurs, le samedi matin de 10h30 à 13h. Un plaisir de plus pour les meilleurs et un moment plus abordable pour monsieur-et-madame-tout-le-monde…

Puisque nos chers lecteurs sont de toute la France et d’ailleurs, nous avons noté une belle initiative prise par les organisateurs cette année : offrir dans le package un dîner avec le vigneron après le tournoi (celui-ci s’appelle Lionel Boyreau et il ne mord pas !) et une nuit au Château d’Arche, Grand Cru Classé de Sauternes dans lequel s’est créé il y a peu un hôtel quatre étoiles d’à peine 9 chambres (http://chateau-arche.fr/). Voire photo ci-dessus.

Les mauvaises langues diront peut-être que les Graves préfèrent se tourner vers les Sauternes plutôt que vers les crus classés de Pessac-Léognan par esprit de jalousie. Il doit bien y avoir un peu de ça… mais je pense que c’est surtout une excellente idée de mettre en avant le sauternais, dont les producteurs travaillent beaucoup ces dernières années pour être créatifs et retrouver leur aura bien mérité. Passer une nuit au Château d’Arche, dont j’aime personnellement beaucoup les vins, cela mérite largement le détour, à mon avis.

Le tournoi 2018 a lieu le 24 mars et sera présidé cette année par le Chef David Delieuvin (ci-dessus : un nom tout indiqué il me semble). Il est chef à la Maison Claude Darroze, une des tables les plus réputées de Gironde. Et l’on gagne bien évidemment des invitations chez Claude Darroze et des flacons de Château Piron.

Si vous souhaitez vous inscrire, ça se passe en ligne sur OpenChateauPiron.fr

 

David Cobbold

PS. Nous devons au lecteur de déclarer que ceci est une sorte de publi-reportage, ce qui ne nous empêche nullement d’applaudir cette belle initiative venant d’un région qui ne roule pas sur l’or et qui oeuvre pour le bonne cause de la connaissance du vin. C’est pourquoi nous acceptons volontiers ce genre d’opération. L’annonce officielle du concours apparaîtra demain.


4 Commentaires

A Bordeaux outing

The starting point: an informal tasting of some 1998’s at Château Soutard

It’s been a while since I last decided to make a short trip into a wine region in a fairly improvised manner, by which I mean with no particular plan and just the idea of having fun and learning something. After a couple of days teaching groups of MBA students at the INSEEC school in Bordeaux, and thanks to an invitation from Château Soutard in Saint Emilion, this short trip started in the evening with this very enjoyable and interesting tasting of 6 wines from the 1998 vintage, 5 of them from the Bordeaux right bank, plus a sort of joker from Australia, Penfolds Bin 707, a pure Cabernet Sauvignon. No notion of competition here, just the pleasure and interest of tasting, semi-blind, the wines shown below. Only the Bin 707 was served from an uncovered bottle, the others were served in decanters.

Château Soutard has been magnificently restored by its new owners, La Mondiale, since 2006. It certainly helps to have a solid budget available when restoring one of the region’s finest houses! The idea of this tasting germinated during an informal discussion a few weeks ago between Véronique Corporandy, cellar-master at Soutard, Thomes Duclos, the estate’s consultant enologist from Oeno Team, Ludovic Martin, a wine merchant from Saint Emilion, and myself. I said that I would bring a different 1998 as a contribution and I was lucky enough to get my hands on a bottle of Penfolds Bin 707 for the occasion. They wanted Grange 1998, but it seems pretty much unattainable these days and in any case I thought that it made more sense to bring a wine made with a Bordeaux grape variety. For the tasting during dinner organized thanks to M et Mme de Villaines, the hosts at Soutard, we were joined by Olivier Brunel, the estate’s vineyard manager.

The wines, apart from the Australian, were all from Saint Emilion and Pomerol. The idea was to see how each had fared over almost 20 years since their vintage, and what they tasted like now. I won’t give you any long tasting notes here for two reasons. Firstly, as I said, this tasting took place during dinner and I don’t find it easy to make detailed notes on such occasions. Secondly I tend to find such long notes rather fastidious, too personal and, finally, not very useful. I will just mention the general profile of the wines with some other comments. The order of these notes corresponds to the order of service. As I have already said, the first five wines were served blind.

The wines in their order of serving, from left to right

Cadet Piola 1998, Saint Emilion

Pronounced aromas of plums and prunes, still quite intense with some tannic presence and good freshness. A pleasant surprise.

Larmande 1998 (magnum), Saint Emilion

Very pleasant and softish nose, still edged with its oak upbringing. Fine, with good fruit character and some power behind that. The magnum surely makes it seem younger than its age and confirms the feeling that wines for long keeping should be bought in large bottles when possible. I have some magnums of the 1986 vintage from this estate and I think that I should be opening them soon.

Lafleur 1998, Pomerol

This is a lovely wine, with enormous finesse and was clearly my favourite of this tasting (and that of many of the other tasters also I think).  Very fresh and elegant, fine and long on the palate. An extremely stylish wine, quite delicious to drink now. It has that lift and delicacy that I cannot remember tasting in any other Pomerol apart from Vieux Château Certan. But I am not a specialist on Pomerols (or on much else for that matter!).

Soutard 1998, Saint Emilion

This was a disappointment. Rather oxidized and tired. The new owners would surely not have produced this!

La Fleur Petrus 1998, Pomerol

Quite rich but rather more ordinary than La Fleur, the other Pomerol in this series. It has aged well however and will clearly last for longer.

 Penfolds Bin 707 Cabernet Sauvignon, South Australia

This bottle was closed, perfectly it must be said, with a cork. It shows more density, warmth and intensity of fruit flavours than all the others. Still very young and, comparatively speaking, on the massive side. Could easily last for another 20 years and would be my choice if one was looking at that perspective.

Stage 2 : across the water to Dompierre in the Médoc

The next day I had decided to visit an old acquaintance, Michel Aroldi, whom I had not seen since a memorable tasting and evening at Château Plein Point in Fronsac back in 2007 during Vinexpo, together with a bunch of his winemaker friends including the late, lamented Didier Dagueneau. Aroldi has since sold his Fronsac estate, partially because he wanted to make wines from Cabernet Sauvignon (so maybe I should have taken the Bin 707 to him?). So he moved across the estuary and found an otherwise run-down estate but with a fully restored dwelling house near Saint Laurent, with 11 hectares of vines that are spread between three appellations: Médoc, Haut-Médoc and Pauillac. Michel is largely self-taught and pretty inventive in terms of wine making so I was very curious to see what he has done with his beloved Cabernet.

Michel Aroldi in some of his vines, with a view of the Gironde estuary in the background

The man has firm ideas about what he wants from a wine, and these are based around one essential ingredient: the quality and ripeness of its fruit flavours. To achieve this he works with a number of guiding principles. The soils are tilled and only organic fertilizers are used. The vines are pruned low and bunches never receive any sprays. Grapes are hand-picked into 10 kilogram boxes before being transported to the winery in refrigerated trucks at 3°C and then cold-stored before sorting on modern sorting tables after de-stemming. Both fermentation and ageing take place in oak vats (no stainless steel tanks or barrels are used) which are renewed every four years on average. CO2 is extensively used to avoid any oxidation and to reduce sulphur input. This also creates a pressurized environment during fermentation to avoid pumping-over. The pressure makes the juice bubble up to the top of the vat by itself and the cap is maintained within the juice by a loose grid and a slightly conical shape to the wooden vats. Only yeasts present in the cellar are used. Pre-bottling holding tanks are of concrete and are temperature controlled, causing cold precipitation of soldids and thus avoiding both fining and filtering. Sulphur levels are minimal.

His vineyard plots are spread out, deliberately he says, in oder to find the best in each appellation. One of the proofs of their good situation is that they escaped frost damage in 2017, due to the proximity of his vines to the Gironde estuary.

Once again, I cannot at this stage write detailed tasting notes as we tasted the wines during a delicious lunch of pigeon breasts, but I can give a general idea or two of the style. Three wines are produced: the Medoc, from 2015 onwards, is called Les Charmes Dompierre, the Haut-Médoc, La Croix Dompierre and the Pauillac, Dompierre.

Les Charmes de Dompierre 2015, Médoc

(retail price around 12 euros. 60% Cabernet Sauvignon, 40% Merlot)

Good fruit, already very drinkable without any invasive tannins which seem, on the contrary, very well integrated. It has the warm feeling of wines from this vintage that helps in its charm without being in any way too much.

La Croix Dompierre 2014, Médoc (this wine will be a Haut-Médoc as from 2015)

(retail price 20 euros. 85% Cabernet Sauvignon, 15% Merlot)

I did not make any notes for this. Sorry!

Dompierre 2013, Pauillac

(retail price 50/60 euros. 100% Cabernet Sauvignon)

What a performance to make this in 2013! Full-bodied and yet very fresh, glorious fruit and perfect balance. Must be one of the best wines from this region and vintage that I have tasted.

I must admit to another shared passion with Michel: Italian motorcycles. Both of us are riders and also past and present owners of various models of Moto Guzzis and Ducatis. I am currently pondering an Aprilia if I can sell my Norton Commando. Any offers out there?

This was a very promising introduction to these wines and I look forward to tasting them in more detail and with more attention in the future. I would recommend anyone to look out for them as they are clearly boxing some way above their respective categories!

Oh, and it rained all the time I was down in and around Bordeaux, almost for five days solid. By all accounts the water tables, which were dangerously low, have been restored. Driving along vineyard tracks between the bleak stumpy vines, winding my way back to the estuary from Saint Laurent, the water in the ditches was almost up to the tracks in many places and I had some fun slaloming between the potholes. Everyone in the vineyard is now hoping for a good shot of cold weather and praying that the frosts do not come later again.

David Cobbold


9 Commentaires

Hall of Merit, les 5 producteurs de mon Panthéon français

La semaine dernière, notre ami Jim nous a donné son « Hall of Fame » du vin en France – ou plutôt faudrait-il parler de  « Hall of Shame », dans son cas!

Ma sélection relève d’une autre approche. Il s’agit de cinq producteurs français (je pourrais faire la même chose pour d’autres pays, mais restons local) qui ont toute mon admiration pour avoir réuni les cinq critères suivants dans leur production :

  1. Ils élaborent avec régularité et sans faille des bons vins depuis des années.
  2. Ils sont ou ont été innovants dans leur approche.
  3. Ils pratiquent des prix très raisonnables dans leurs appellations respectives
  4. Sans être des structures géantes, ils produisent des quantités qui rendent leurs vins disponibles assez largement et dans plusieurs pays et circuits ou en tout cas une partie de leurs gammes).
  5. Ils ne bénéficient pas de la rente de situation qui consiste à avoir hérité d’un domaine ou d’une unité de production dans une appellation ou zone  prestigieuse.

En prenant en compte tout cela, je nomme les 5 suivants, même s’il y a, forcément, d’autres candidats très valables ici ou là. Et, du coup, je suis bien obligé d’ignorer aussi certaines régions.

Champagne : Serge Mathieu

Loire : Henry Marionnet

Rhône : Marcel Richaud

Languedoc : Hecht & Bannier (H&B)

Bordeaux : la famille Despagne (Château La Tour Mirambeau, etc)

Maintenant, je vais vous donner mes raisons spécifiques pour chaque choix, hormis le critère de qualité qui est forcément un peu personnel. Et je devrais rajouter aussi parmi ces critères, la qualité humaine, élément à mes yeux indispensable pour figurer dans mon palmarès. Tous ces vignerons/producteurs remplissent évidemment cette condition.

Champagne Serge Mathieu, Aube

Michel Jacob et Isabelle Mathieu, l’équipe gagnante

http://www.champagne-serge-mathieu.fr

Quelqu’un qui se connecte au site web de ce producteur verra que j’ai écrit une introduction à leurs vins. Je peux dont être accusé d’une forme de biais en leur faveur. Mais mon texte reflète exactement ce que je pense, depuis longtemps, concernant la qualité des vins de cet excellent producteur encore peu reconnu en France, mais dont 70% de la production sont exportés. On peut aussi me reprocher d’inclure dans ma courte sélection un producteur de Champagne, si on considère qu’être nés dans cette région et d’hériter d’un vignoble constitue déjà une forme de « rente de situation », selon mes propres critères. Oui, mais ce domaine se situe dans l’Aube, dans un village peu connu et loin des grands crus de la Marne.

J’étais tombé par hasard sur ce producteur il y a 20 ans en faisant des recherches pour un petit guide de la Champagne pour un éditeur anglais. Je ne le connaissais pas à l’époque et j’écrivais ceci dans ce petit guide : « This family estate makes some beautifully fragrant Champagnes which are properly aged before being sold ». Cela reste tout aussi vrai aujourd’hui, même si ma connaissance de leur approche méticuleuse à la viticulture et à la vinification s’est approfondie depuis. Et je n’ai jamais été déçu par aucun de leurs vins. Comme souvent en Champagne, je juge la qualité d’un producteur surtout à l’aune de sa cuvée la plus vendue, qui est toujours son brut non-millésimé. Si le reste de la gamme est à la hauteur, le Brut Tradition de Serge Mathieu, issu à 100% du Pinot Noir, est pour moi aussi exemplaire que raisonnable en prix. En plus, il vieillit très bien.

Henry et Jean-Sébastien Marionnet, Touraine, Loire

Jean-Sébastien et Henry Marionnet

http://www.henry-marionnet.com/

Etre vigneron à Soings-en-Sologne est tout le contraire d’une rente de situation. Il faut faire bien et le faire savoir en permanence pour émerger, sans pouvoir exagérer sur les prix. C’est le cas d’Henry Marionnet depuis une trentaine d’années, et maintenant de son fils Jean-Sébastien. Cette année, le vin primeur de Marionnet était une fois de plus un des meilleurs vins primeurs que j’ai pu déguster. Ils élaborent un vin sans soufre ajouté depuis 25 ans, bien avant la mode galopante actuelle. Ils ont eu le culot de planter 5 hectares de vignes non-greffées, ce qui nous offre une possibilité unique de déguster, que cela soit avec le  gamay, le malbec ou le sauvignon, côte à côte, des vins faits de la même manière et issus de la même parcelle ; l’un avec une vigne franche de pied et l’autre avec une vigne greffée. La différence est aussi nette que saisissante et nous indique le degré de perte d’intensité de saveurs qui résulte du greffage opéré afin de résister au phylloxera. En trente ans, je n’ai jamais goûté un mauvais vin de ce producteur qui remplit avec brio tous mes critères pour cette sélection.

Marcel Richaud, Cairanne, Rhône Sud

Marcel Richaud et ses enfants

http://www.chateauneuf.dk (NB. Ce producteur ne semble pas posséder son propre site web, ce qui est assez curieux, mais ce site donne des informations factuelles sur le domaine)

Marcel Richaud a pris la suite de son père sur le domaine familial situé près de Cairanne, dans le Rhône méridional. Au lieu de vendre ses raisins à la cave coopérative, il a voulu élaborer des vins lui-même et cela avec une forte éthique aussi bien dans la vigne que dans ses vinifications. Si ses vins sont appréciés par le microcosme du « vin nature », il le sont également par un public bien plus large. Autrement dit, ils sont propres, libres de brettanomyces, d’oxydation prématurée et d’autres petits désagréments. La gamme offre des choix et des prix très raisonnables, selon le niveau. Là aussi, je n’ai jamais été déçu par un vin de Marcel Richaud, même si je ne les connais que depuis une vingtaine d’années : la pureté du fruit et la belle texture des vins les plus accessibles est remarquable , comme sont l’intensité et la complexité des cuvées plus limités, comme l’Ebrescade. Il est largement responsable, certes avec d’autres, de l’émergence de Cairanne en tant que « cru » dans le Rhône.

Hecht & Bannier, négociants, Languedoc et Provence

François Bannier & Grégory Hecht

http://hechtbannier.com

Il s’agit de deux personnes, François Bannier et Grégory Hecht, que je connais personnellement et je peux donc être accusé d’un biais en leur faveur. Je crois qu’il n’en est rien et, pour ma défense, je signale que d’autres que moi ont déjà largement approuvé leur démarche et la qualité de leurs vins. Hecht et Bannier ont démontré, dès leurs débuts en 2002, qu’ils ont de l’audace (et il en faut pour créer une entreprise dans le vin quand on ne naît pas dedans et que cette entreprise est innovante), un savoir faire et un vrai amour du vin et des choses bien faites. Aucun de leurs vins ne m’a jamais déçu, même si j’ai forcément des préférences. N’ayant pas l’argent pour acheter des vignes, ils ont décidé, dans la tradition des négociants/éleveurs qui ont fait la réussite de la Champagne, de la Bourgogne ou de la Vallée du Rhône, d’acheter des lots de vins soigneusement choisis dans différentes appellations du vaste Sud, de les élever avec soin, puis de les vendre, bien habillés, dans tous les coins du monde. Et les prix aux consommateur restent parfaitement raisonnables, entre 7 et 20 euros selon l’appellation. Leur originalité consiste a avoir instauré ce travail de sélection et d’élevage soigné dans une région qui en était dépourvue en dehors de quelques grandes structures et ainsi de présenter aux distributeurs et aux consommateurs une gamme qui rend lisible une région si importante.

Famille Despagne, Naujan & Postiac (région Entre-deux-Mers), Bordeaux

Thibault, Baseline et Jean-Louis Despagne

http://despagne.fr/

La famille Despagne possède 5 châteaux dans cette belle région de l’Entre-deux-Mers, pourtant pas favorisée par les a priori des consommateurs qui ne regardent que les étiquettes et les appellations : Tour-de-Mirambeau, Mont-Pérat, Bel-Air-Perponcher, Rauzan-Despagne et Lion-Beaulieu. Premiers vignerons français à être certifiés ISO9001 et ISO14001, ils ont aussi su créer un nouveau standard pour les vins de la région avec la gamme Girolate, issus de vignes plantées à 10.000 pieds à l’hectare et avec une vinification intégrale, rouge comme blanc. Mais ce sont, comme toujours, par leurs vins les plus accessibles que les Despagne doivent être jugés, selon moi. Là aussi, je n’ai pas le souvenir d’une déception. Après Jean-Louis, le père, la relève est assuré par Thibault et Baseline et leurs équipes. Qualité, régularité, ténacité, créativité, accessibilité… tous les critères sont présents ici, « in spades » comme on dirait dans mon pays natal.

David Cobbold 

 


5 Commentaires

Hall of Fake

J’ai toujours dit que les IGP du Languedoc offrent un superbe rapport qualité prix. Même le négoce bordelais s’en est aperçu, apparemment.

C’est en tout cas ce qui ressort de l’article publié par notre confrère Alexandre Abellan, de Vitisphère, ICI

Quelques questions idiotes pour relancer le débat.

La fraude supposée porte sur les années 2012, 2013 et 2014. Nous sommes en 2017. Quand l’enquête est-elle censée aboutir?

Le système de contrôle a posteriori mis en place par l’administration des Douanes a certainement des avantages en termes de personnel; mais fonctionne-t-il?

Et les consommateurs, dans tout ça? Ceux qui ont payé le Languedoc au prix du grand Bordeaux vont-ils être remboursés par l’INAO? Ou par les Douanes? La Répression des Fraudes? A qui iront les amendes éventuelles? Et qui les paiera, puisque la société soupçonnée de fraude a cessé ses activités?

Question subsidiaire: faut-il garder ses tickets de caisse pendant au moins 10 ans, à présent, quand on achète du Bordeaux?

Hervé Lalau


Poster un commentaire

Bordeaux, Prix René Renou 2017

Créé en hommage au vigneron et ancien président du Comité Vins de l’INAO (1952-2006), et décerné par l’Association Nationale des Elus du Vin, le Prix René Renou récompense la collectivité « ayant le mieux œuvré, au cours de l’année écoulée, pour la défense et la promotion du patrimoine culturel lié à la viticulture ».

Ayant participé à la création de ce prix, voici 10 ans, avec Marc Olivier, et figurant toujours parmi les jurés, j’y suis très attaché.

Pour cette dixième édition, le lauréat est la ville de Bordeaux.

Faut-il rappeler l’engagement de cette ville pour le vin, produit de culture? La Cité du Vin, qui a ouvert ses portes il y a un an, et qui a déjà accueilli près de 500.000 visiteurs, en est l’illustration. En mai dernier, ici même, notre ami David lui a consacré un article que je vous invite à lire si ce n’est déjà fait.

Mais laissons l’ANEV expliquer la démarche: « Depuis 10 ans, ont été récompensés des projets autour du vin d’ordre éducatif, environnemental ou oenotouristique et ayant valeur d’exemple et de reproductibilité par d’autres. Et si la Cité du Vin semble difficile à être dupliquée ailleurs c’est l’approche et le montage qui, eux, peuvent l’être et doivent servir d’exemple aux autres élus du Vin, qui en France veulent promouvoir cette culture, ce produit et ceux qui le façonnent.

En effet si la ville de Bordeaux a contribué à 38% de l’investissement, un pourcentage que les élus doivent retenir, elle ne contribue pas à son fonctionnement. Elle l’a laissé à la «Fondation pour la culture et les civilisations du Vin» qui a en charge l’animation, la gestion du personnel et toute la marche au quotidien. L’exploitation génère des recettes propres et la Fondation fait aussi appel au mécénat qui représente 10 à 15% du budget total et finance la programmation culturelle. Elle a accueilli la première année 70 évènements culturels ».

Le prix René Renou 2017 sera remis au maire de Bordeaux, Alain Juppé, lors d’un prochain événement autour du vin.

Hervé Lalau


Poster un commentaire

Deux beaux Bordeaux signés Marie-Laure Lurton

Suite et illustration de l’article de jeudi dernier, avec les vins du Château La Tour de Bessan et du Château Villegeorge.

A chaque propriété, son style ! Dans chacune, Marie-Laure Lurton fait tout pour que les vins expriment pleinement les qualités de leur terroir, et la complexité de chaque millésime. Chaque château produit un premier et un second vin : Le Page de La Tour Bessan et L’Étoile de Villegeorge, élevé exclusivement en cuve.

Le Château La Tour de Bessan

Le « Château »

Ne vous attendez pas à une bâtisse conventionnelle du Bordelais. C’est un château atypique, qui peut surprendre… Acheté par Lucien Lurton en 1972, la propriété avait besoin d’un renouveau, en 1999, Marie-Laure lui a redonné un look inattendu, dans cette partie du Médoc : elle a réhabilité avec goût, un ancien bâtiment de télécommunication amorcé en 1934 et, avec l’aide de l’architecte toulousain Vincent Defos du Rau, elle en a fait un édifice moderne. Ça lui a permis d’installer un cuvier ergonomique, un chai à barriques et une salle de dégustation. Le tout a un air plutôt futuriste qui tranche dans ce vignoble très traditionnel. Il fait partie des Crus Bourgeois de l’appellation Margaux.

Le vignoble

Le vignoble couvre 29 hectares dont 25 en production répartis entre Soussans, Cantenac et Arsac, sur des sols de belles graves profondes du quaternaire. La densité de plantation est de 7000 pieds/ha et le rendement moyen : 48 hl/ha

Dès 1992, Marie-Laure a commencé par investir dans le vignoble, car, elle sait le style de vins qu’elle veut produire: un style de vin typé, mais facile d’accès, élégant et sensuel. Pour l’obtenir, elle revoit l’encépagement, en arrachant le cabernet franc au profit du cabernet sauvignon et du merlot ; elle hausse le palissage, et met en place un travail au sol pour limiter les rendements. Les vignes sont travaillées traditionnellement, leur âge moyen est de 25 ans, les vendanges s’effectuent à la main et l’élevage a lieu en barriques de chêne français pendant une durée de 10 à 14 mois selon les millésimes.

L’encépagement actuel est de 43% de cabernet sauvignon, 55% de merlot et 2% de cabernet franc et 1% de Petit Verdot.

Quand je suis passée à La Tour de Bessan,  Marie-Laure  exposait dans les chais les peintures polychromes sur bois de Marie Bendler. http://mariebendler.blogspot.fr

La production 

– 60 à 110 000 cols de « grand vin » selon les millésimes
– 20 à 40 000 cols du Page de La Tour Bessan

Château La Tour de Bessan 2012 Margaux

Assemblage du millésime : 56 % Merlot 43 % Cabernet Sauvignon 1% Cabernet Franc.

Le millésime 2012 à Margaux a été très hétérogène. Je me rappelle avoir gouté lors de la dégustation des Primeurs beaucoup de vins dont les tanins étaient assez présents, parfois encore un peu verts. C’est un millésime où il faut être particulièrement vigilent, d’un domaine à l’autre, selon le terroir, la pluviométrie, la réactivité des propriétaires, les résultats sont très différents. Le plus important étant la maitrise des extractions, ce que Marie-Laure a parfaitement réussi, quand c’est le cas, les vins sont fins, souples et équilibrés. Etant donné qu’elle n’aime pas les vins du style « body builder », elle est très à l’aise dans ce genre de millésime.

Une belle robe grenat sombre très margaux par son bouquet finement floral et délicat agrémenté d’arômes de fruits des bois bien mûrs et d’humus, avec une note de cuir. Dès l’entrée en bouche, il offre une texture racée qui séduit en mêlant rondeur et finesse ; c’est un vin souple, charnu et sensuel, d’une suavité exceptionnelle. Evidemment, il ne faut pas s’attendre à la complexité d’un grand millésime, mais ce qu’il perd en complexité, il le gagne en « buvabilité » immédiate. Un vin à la fois facile d’accès, et d’une certaine sophistication en bouche comme l’a souligné notre ami Hervé. Parfaitement équilibré, il montre beaucoup de charme grâce à une finale lisse et veloutée. Les tanins très délicats enrobent un fruit noir assez gourmand. C’est vraiment très bon, à la fois charmeur et élégant comme il se doit pour un Margaux !

Il ne faudra pas le garder trop longtemps en cave, à boire jusqu’en 2022 !

Le Château de Villegeorge

Le « Château »

Voisin de Margaux, il est situé sur la commune d’Avensan dans l’appellation Haut-Médoc, il  jouit d’un terroir semblable, ce qui lui a notamment valu d’être classé « Grand cru exceptionnel » par les grands courtiers bordelais lors du classement des crus bourgeois de 1932. Ce classement est confirmé en 1966. Au XVIIIème siècle, les vins de Villegeorge sont particulièrement reconnus pour leur qualité, à tel point que leurs prix sont comparables aux crus qui seront classés au 3è rang en 1855.

Le vignoble

Le vignoble couvre 12,32 ha de vignes situées sur un terroir de graves profondes, pauvre en argile, très favorable à l’obtention de grands vins. C’est Lucien Lurton, grand connaisseur des terroirs du Médoc, qui sut repérer la qualité des ce sols comparables à ceux de Margaux. Il acquit donc le domaine en 1973 et entreprit patiemment un travail de réhabilitation qu’a poursuivi sa fille Marie-Laure quand elle l’a reçu, en 1992, en sachant qu’elle le vinifiait déjà depuis 1986. Depuis, elle n’a cessé de le moderniser et de l’améliorer, tout au long des années par tranches de travaux successives. Après l’agrandissement du cuvier en 1997, depuis 2006, elle s’est attaqué à l’agrandissement du chai à barriques et a modernisé la réception des vendanges.

Encépagement : 63% Cabernet-Sauvignon, 37% Merlot.

La production 

– 30 à 50 000 cols de « grand vin » selon les millésimes
– 20 à 35 000 cols de l’Etoile de Villegeorge

Densité de plantation : 6.666 à 7.692 pieds/ha, âge moyen des vignes : 25 ans

Rendement moyen : 45 hl/ha

Château de Villegeorge 2008 Haut-Médoc

Assemblage du millésime :70 % Merlot 30 % Cabernet Sauvignon.

Un vin à la robe sombre, au nez délicatement fruité évocateur de cèdre et de rose et une bouche précise et fine, tout en rondeur et en délicatesse avec ses notes discrètes d’épices, j’aime l’élégance de ses tanins. Un vin crémeux et intense, doté d’une certaine fraîcheur grâce à ses notes légèrement mentholées en finale. Un très beau vin plus discret que puissant cherchant la longueur et non l’explosion. J’aime sa race, c’est un château qui demande à être mieux connu et davantage dégusté, ça n’est qu’un Haut-Médoc, certes, mais mettez-le à l’aveugle et essayez de le situer!

Et le millésime 2017, une semaine plus tard ?

La réponse de Marie-Laure, le 22 septembre dernier :

« Les vendanges promettent un joli millésime ! Les vendanges se passent bien, nous aurons terminé ce soir nos Merlots d’Arsac et Cantenac. Ceux de Soussans (qui ont bien gelés) seront ramassés la semaine prochaine. Les Cabernet Sauvignons ont l’air prometteur : on ramasse ceux de Cantenac lundi. Quant aux Petit Verdots : ce n’est pas leur année ! ils s’abiment sans murir. La récolte sera faible. Les premières cuves sont fruitées et colorées, le chai embaume lors des remontages. Nous devrions faire quelque chose de sympa à défaut de très grand. » …Aujourd’hui, « Les vendanges tirent à leur fin ; vendredi, on aura terminé La Tour de Bessan. Il restera les Cabernets gelés de Villegeorge… »

 

                                            Photos des vendanges 2017

Ce que j’apprécie le plus dans les vins de Marie-Laure :

Ils sont élégants, vibrants et équilibrés, tendres et veloutés, mais ne manquent pas de puissance et de noblesse. J’aime ses extractions distinguées, sa maitrise de l’usage du bois, très discret. Elle signe des vins sincères et attachants.

 

Hasta pronto,

Marie-Louise Banyols

 


Poster un commentaire

Une minute, un vignoble, le retour

Le programme « 1 Minute 1 Vignoble » revient sur les écrans à la rentrée. 18 films d’une minute chacun seront diffusés sur France 2 vers 14h chaque samedi et dimanche, du 2 septembre au 19 novembre 2017.

Cette émission de vulgarisation soutenue par Vin & Société concerne actuellement 6 régions viticoles françaises : Bordeaux, Bourgogne, Champagne, Languedoc, Provence et Côtes du Rhône.