Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


8 Commentaires

Une verticale sur 10 ans de trois domaines médocains

CA Grand Crus, filiale du Crédit Agricole, possède un certain nombre de domaines viticoles, surtout à Bordeaux. Si cette entité a récemment vendu le Château Rayne Vigneau à Sauternes, il lui reste, dans le Bordelais, les châteaux Grand Puy Ducasse à Pauillac, Meyney à Saint Estèphe, La Tour du Mons à Margaux et Blaignan dans le Médoc, ainsi que le Clos Saint Vincent à St. Emilion, puis, en Bourgogne, le Château de Santenay: soit près de 350 hectares de vignes en tout. Cela en fait, non pas un géant de la viticulture, mais un des « institutionnels » ayant une véritable politique de vin. La Directrice Technique des domaines est Anne Le Naour et le Directeur Général Thierry Budin.

capture-decran-2014-11-25-a-15-51-48

J’ai eu la chance de pouvoir participer, la semaine dernière, à une très intéressante dégustation verticale, parfaitement organisée, qui présentait 10 millésimes de trois de ces propriétés : Meyney, Grand Puy Ducasse et La Tour de Mons. La période couverte par cette dégustation allait de 2006 à 2015, ce dernier étant représenté par des échantillons en cours d’élevage. Cet article sera un compte-rendu de ma dégustation avec quelques mots de présentation des domaines et une conclusion.

Les prix des vins

Voilà un sujet qu’il ne faut jamais éluder lorsqu’il s’agit de vins en général, et de grands vins de Bordeaux en particulier, tant cette catégorie a été soumise à des effets spéculatifs déraisonnables ces dernières décennies. Une bonne nouvelle en ce qui concerne ces trois vins : les prix restent raisonnables pour le secteur. Pour les millésimes que j’ai dégusté, les prix de Château Meyney (Saint-Estèphe) vont de 25 à 40 euros selon le millésime, le plus cher étant le 2010 qui est devenu difficile à trouver en France. Le magnifique 2006, par exemple, ne vaut que 30 euros, ce que je pense être une excellente affaire; ce vin est du niveau d’un cru classé mais à des prix autrement plus abordables. Pour Grand Puy Ducasse, cru classé de Pauillac, la fourchette est de 35 à 50 euros, et pour La Tour de Mons, cru bourgeois de Margaux, elle se situe entre 15 et 25 euros. Vu ces prix et la dégustation que j’ai faite, Meyney en particulier représente une très bonne affaire en ce moment.

Les vins chateau-meyney-saint-estephe

Château Meyney

Je commencerai par Meyney car ce fut mon vin préféré des trois pour l’ensemble des millésimes dégustés. Le Château Meyney est l’une des plus anciennes propriétés du Médoc. En 1662, les propriétaires en étaient les Pères Feuillants, artisans des premières plantations. Aujourd’hui, le vignoble de 51 hectares d’un seul tenant s’étend sur des croupes qui dominent la Gironde. Outre les graves qui composent le sol, on observe ici, comme à Petrus, une veine d’argile bleue en sous-sol, à environ 2,6 m de profondeur sur quelques 3 m d’épaisseur. CA Grands Crus a racheté la propriété en 2004 et Hubert de Boüard en est l’œnologue conseil.

Je sais bien que les notes ne sont pas une panacée mais elle me semblent très utiles pour juger de la qualité relative d’un vin dans un contexte donné et, dans ce cas, tous ces vins sont comparables car venant de la même région et utilisant les mêmes cépages. Ma note moyenne pour les 10 millésimes dégustés de Meyney était de 16,9/20, ce qui est très élevé, surtout compte tenu du fait que deux millésimes dits « faibles » (2007 et 2013) faisaient partie de la série.

Château Meyney 2006

Nez resplendissant, très expressif et d’une intensité de fruit assez exceptionnel pour un vin de 10 ans. Cela se confirme en bouche, donnant un vin riche, raisonnablement charnu et éclatant de vie. Très beau vin d’une grande finesse et qui donne un plaisir immédiat maintenant. (18,5/20)

Château Meyney 2007

Le nez est assez torréfié et les tanins semblent denses pour un millésime relativement léger. Du coup ils tendent à assécher un peu le palais en fin de bouche. Mais pas de trace de saveurs végétales. (15/20)

Château Meyney 2008

Ce millésime fait partie de ceux qui se trouvent, et depuis un moment, en phase austère, voire fermée – et ce vin ne fait pas exception à la règle. jugeons-le plutôt sur sa belle charpente et sa longueur prometteuse. Certainement à attendre encore un bout de temps. (16/20)

Château Meyney 2009

A côté d’autres vins de la région dans ce millésime un peu atypique par son exubérance, celui-ci se la joue droit et fin. Il contient néanmoins une belle richesse de matière qui donne une texture charnue et une grande longueur. (17/20)

Château Meyney 2010

Comme bon nombre de vins de ce très grand millésime, celui-ci est en train de se fermer. Mais on sent une très belle fraîcheur qui s’accompagne de beaucoup d’intensité dans les saveurs. La longueur impressionnante annonce un très grand classique. (18,5/20)

Château Meyney 2011

La structure est ferme et ce vin semble aussi dans une phase austère. Bonne précision dans les saveurs, même si cela semble un peu mâché pour l’instant. (15,5/20)

Château Meyney 2012

Une vrai réussite que ce vin fin, précis et long en bouche. J’ai beaucoup aimé son équilibre quasi-parfait entre tanins et fruit. (17/20)

Château Meyney 2013

Un bien joli vin dans un millésime difficile. Précis et fruité, assez soupe et agréable dès maintenant. (16/20)

Château Meyney 2014

Encore une fois la qualité du fruit ressort. La matière a clairement plus de potentiel que pour le 2013, et, logiquement, l’extraction est plus importante. Du coup le fruité exalté est souligné par une belle structure et prolongé par une excellente longueur. (17,5/20)

Château Meyney 2015

Encore plus d’intensité que le 2014. Il faudra attendre la mise en bouteille définitive mais ce vin est très prometteur, complet et long. (18,5/20 : note provisoire)

gpd_1

Château Grand Puy Ducasse

Les 40 hectares du vignoble de ce Grand Cru Classé sont répartis sur trois grandes parcelles dans l’aire de Pauillac. On doit cette configuration originale à son fondateur, Pierre Ducasse, qui a rassemblé sous un même nom ce vignoble au XVIIIème siècle. Fait unique parmi les crus classés de cette appellation, les bâtiments, dont la belle maison 18ème, se trouvent dans la ville de Pauillac et regardent l’estuaire à travers la rue qui longe les quais (voir photo). Il appartient à CA Grands Crus depuis 2004 et Hubert de Boüard en est l’œnologue conseil, comme à Meyney.

Château Grand Puy Ducasse 2006

J’ai été gêné par une pointe d’amertume en finale ainsi que par un profil sec et anguleux de ce vin. Ce n’est pas un mauvais vin, mais il est loin de la qualité de Meyney dans ce millésime. (15/20)

Château Grand Puy Ducasse 2007

Joli fruité et un vin assez complet qui me semble bien réussi dans ce millésime. (15,5/20)

Château Grand Puy Ducasse 2008

A toute l’austérité qui est si typique de ce millésime; A attendre impérativement car peu de plaisir pour l’instant. (14,5/20)

Château Grand Puy Ducasse 2009

Le profile atypique est chaleureux de l’année l’aide beaucoup par rapport aux trois millésimes précédents. Long et intense, bien fruité, mais avec juste une pointe d’alcool en finale et une petite touche d’amertume dans les tanins. (16/20)

Château Grand Puy Ducasse 2010

Vin aussi intense que complet. Très belle équilibre entre fruité, acidité et structure tannique. Aussi beau que long. Facilement le meilleur millésime de ce château dans cette série. (17,5/20)

Château Grand Puy Ducasse 2011

Très bon aussi, dans un millésime qui n’a guère attiré des louanges pourtant. J’aime aussi son équilibre qui repose en partie sur un refus de trop extraire. (16/20)

Château Grand Puy Ducasse 2012

Le bois domine trop le nez pour le moment, et la matière me semble anguleuse avec une finale très sèche. Préférez le 2011 ! (14/20)

Château Grand Puy Ducasse 2013

Bien plus harmonieux au nez que le 2013. Vin juteux et frais, donnant encore une réussite dans un millésime pas évident. (15,5/20)

Château Grand Puy Ducasse 2014

Le fond est puissant mais il embarque avec lui un très joli fruité et des tanins murs. Très bon équilibre. (16,5/20)

Château Grand Puy Ducasse 2015

On sent davantage de densité qu’avec les autres millésimes sauf le 2010. Mais il est austère pour l’instant et les tanins finissent un peu sec. A voir plus tard (pas noté car je suis incapable de le juger à ce stade).

18393-640x480-etiquette-chateau-la-tour-de-mons-rouge-margaux

 

Château La Tour de Mons

Les 48 hectares du vignoble de ce Cru Bourgeois sont répartis dans la partie Nord de l’Appellation Margaux, sur les bords de la Garonne. Le vignoble est planté ainsi: 56% merlot, 38% cabernet sauvignon, 6% petit verdot. Le domaine est administré par CA Grands Crus depuis 2012 seulement, donc seuls les 4 derniers millésimes dégustés ont été réalisés sous sa responsabilité. L’œnologue conseil est Eric Boissenot.

Château La Tour de Mons 2006

Un joli nez fumé et un palais intense mais trop austère. Finit sèchement. (13,5/20)

Château La Tour de Mons 2007

Plus souple, ce qui donne un vin agréable qui exprime un fruité arrondi dans ce millésime peu côté (14/20)

Château La Tour de Mons 2008

Plus complet que le 2006, mais il garde le profil austère typique de l’année. (14/20)

Château La Tour de Mons 2009

Le richesse de ce millésime lui fait du bien. Il n’abandonne pas son carapace austère mais il a plus de fruit et une belle longueur. (14,5/20)

Château La Tour de Mons 2010

Le nez est fin et les arômes sont empreints d’élégance. Si la structure reste ferme à ce stade, l’équilibre est là. Un bon vin. (15/20)

Château La Tour de Mons 2011

Je découvre un peu ce millésime dont on parle si peu et je trouve encore un très joli vin avec un fruité joyeux, de la finesse et une belle structure qui joue les prolongations. (15,5/20)

Château La Tour de Mons 2012

Peut-être est-il en phase de fermeture mais ce millésime me parait serré et assez austère, bien que les saveurs aient une bonne précision et que les tannins soient fins. (15/20 ?)

Château La Tour de Mons 2013

Vin plus claire, dont l’extraction a été allégée à juste titre. C’est une réussite dans ce millésime. (14/20)

Château La Tour de Mons 2014

Un très joli vin, avec un beau fruité et des tanins raisonnables, donc en phase avec la matière. (15/20)

Château La Tour de Mons 2015

Le potentiel est bien là, avec de l’intensité, beaucoup de fraîcheur et une bonne longueur. (16/20)

 

Conclusion

Trois domaines manifestement très bien gérés et dont les progrès, en matière de précision et de finesse, m’ont semblé évident sur les derniers millésimes.

Cerise sur le gâteau : les prix sont très abordables pour leurs catégories respectives.

 

David


Poster un commentaire

100% Petit Verdot à Bordeaux, c’est pas idiot

L’ampélographe

petit-verdot-www-vinbordelais-com                                                                                                                      photo  http://www.vinbordelais.com

Cépage historique du Médoc, il y précéda le Cabernet de longue date. Mais sa maturité difficile l’a fait petit à petit disparaître. Heureusement, il en reste et quelques châteaux en replantent.

Cépage vigoureux, il s’avère fertile et sa production facilement abondante ne craint ni l’oïdium, ni les acariens. Par contre, il n’aime guère la sécheresse.

Ses grappes sont de tailles moyennes, cylindriques et assez lâches, à petites baies sphériques d’un noir bleuté et à la peau épaisse. Cette dernière lui offre une bonne résistance à la pourriture. Son vin est très coloré et riche en tanin (c’est pourquoi il faut attendre la maturité optimale), d’excellente garde.

On le trouve en Gironde, Dordogne, Lot-et-Garonne, Landes et dans les départements pyrénéens et hors France, en Espagne, en Italie, en Turquie, en Californie, en Argentine…, bref, un peu partout où l’on cultive la vigne.

Il fait partie de l’encépagement des Bordeaux, Médoc, Graves et occupe un peu plus de 500 hectares en Gironde, soit à peu près la moitié de ce qui est cultivé en France. Et s’il saupoudre à concurrence de 5% les assemblages bordelais, on le trouve de-ci delà seul dans la bouteille.

Moisin 2011 Château Moutte Blanc

21790-250x600-bouteille-chateau-moutte-blanc-cuvee-moisin-rouge-bordeaux-superieur

Rouge presque noir, au premier nez le vin se tait. Il faut l’amadouer, y revenir, le regarder encore, pour qu’enfin, curieux, il remue sa carcasse sombre et libère quelques senteurs sauvages de fruits noirs et de sous-bois. On hésite un moment à la porter aux lèvres, certain d’y débusquer une masse tannique infranchissable. Mais, en bouche, le tanin apparaît souple et soyeux. Bien fondu dans la texture fine et grasse. Enseveli dans la matière riche et profonde, concentrée certes, mais élégante. Le fruit réapparaît en catimini, avant de se renforcer. Surtout en fin de bouche, là où la grande longueur permet de l’apprécier sous toutes ses facettes. Là où le léger toast révèle le long élevage en bois neuf.

La vinification

neige 

Ce cépage tardif demande une maturité aboutie pour se révéler sociable. En deçà, il prend un caractère rustique où les tanins jouent au couteaux avec nos papilles. Patrice De Bortoli, le géniteur, sait comment prendre ses vignes de 80 ans. Après une période où la puissance prévalait, il trouve aujourd’hui son bonheur dans l’élégance de son 100% Petit Verdot. Une macération plus longue pour augmenter le fruit, une vinification à température plus basse pour éviter les extractions, les fermentations alcoolique et malolactique en bois neuf, chauffe moyenne, pour assouplir le tanin et apporter plus de gras, un élevage de 18 mois en barriques à ¾ neuves pour affiner le vin.

www.moutte-blanc.fr

Un autre Petit Verdot, celui de la Cave des Vignerons de Tutiac

Verdot (c’est le nom de la cuvée) 2011 Petit Verdot Bordeaux Tutiac

 lesvigneronsdetutiaclieuditverdot2012bordeaux

Sombre comme l’encre, il se nuance de violet pourpre et il faut bien l’agiter pour qu’il daigne révéler quelques senteurs. Cela reste toutefois à la limite du perceptible, quelques girations supplémentaires finissent par avoir raison de lui. Il libère alors quelques effluves floraux et épicés, fragrance délicate de la violette, plus entêtante du jasmin, leurs pétales saupoudrés de poivre noir et de poudre de cacao. Le fruit reste discret. C’est en bouche qu’il se révèle, d’abord sage, puis plus audacieux, il vient flattée les papilles d’accents de cassis et de cerises noires, puis de plus sauvages airelles et myrtilles. Farouches comme les tanins qui rustiques, pourraient effrayer celui qui mal avisé renoncerait. Ce serait une erreur, il suffit d’un coup de langue pour les dompter et s’en délecter. Et un vin de caractère ne se déguste-t-il pas avec grand plaisir ?

Vinification

lesvigneronsdetutiac-parcours-de-visite-2

La parcelle de Petit Verdot ne compte que 2,75 ha et se compose de sable argilo-ferreux. Le lieu-dit, situé sur la commune de Reignac, se nomme Verdot, d’où le nom de la cuvée. Il est élevé en barriques neuves durant 15 mois.

www.tutiac.com

Ciao

siteweb_homepage_ronds_routesduvin 

Marco


15 Commentaires

Bordeaux est-il supérieur en rapport prix/qualité ?

 macaron-talent-2-450x562

Je ne vous parle évidemment pas des crus classés et consorts, souvent hors d’atteinte pour le commun des mortels depuis bon nombre d’années. Je vais plutôt évoquer les bons vins très abordables qui se vendent en ce moment sous l’appellation Bordeaux Supérieur. Les appellations de base du Bordelais, dites génériques, constituent 55% du vignoble girondin mais on en parle si peu quand on compare cela avec la couverture presse donnée à d’autres appellations moins significatives sur l’échiquier des vins français. Snobisme inversé, Bordeaux bashing, ras-le-bol des prix trop chers des « classés », ou simple ignorance ? Je ne le sais pas. Peut-être un peu de tout cela.

En tout cas, je trouve que les bons vins de l’appellation Bordeaux Supérieur font partie des meilleurs rapports qualité/prix parmi les vins rouges de France, aujourd’hui. Ils méritent amplement qu’on s’intéresse à eux car ils n’ont jamais été aussi nombreux à être bien faits. Quelques excès d’un passé récent, du genre boisage qui écrase tout, sont en bonne voie de disparition, même s’il en reste des traces. Je suis d’avis que la mention « supérieur » est à laisser tomber de la désignation de cette appellation, car peu de gens comprennent ce qui est impliqué par ce terme. Après, faut-il établir une hiérarchie théorique parmi les quelques 300 millions de bouteilles qui sont produits chaque année sous les deux appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur ? J’en doute.

talents-de-bordeaux

Chaque année, l’appellation effectue, en interne, une sélection de 25 ou 26 vins du dernier millésime mis en marché des Bordeaux Supérieur rouges (il existe aussi des blancs sous cette désignation, mais je n’en ai jamais vu), puis cette série est soumise à la presse afin que nous désignons six vins qui vont jouer le rôle d’ambassadeurs pour l’appellation pendant un an, étant mis en avant lors de diverses manifestations. La semaine dernière j’ai donc participé, comme presque tous les ans, à cette dégustation à l’aveugle et voici mes vins favoris. J’ajouterai en fin d’article la liste des vins que l’ensemble de mes collègues à élu. Le millésime présenté était 2014 et l’opération s’appelle Talents de Bordeaux.

feret-lambert

Château Féret Lambert 2014

J’ai souvent sélectionné ce vin par le passé, et donc sa régularité est remarquable.

Le boisé est fin et bien intégré au nez. Les saveurs fruitées sont délicates et précises. Il sera encore meilleur dans 6 mois car la finale est encore un poil sèche.

Prix 11 euros

moutte-blanc

 

Château Moutte Blanc 2014

Un beau nez qui révèle une assimilation réussite entre fruit et structure. Cela est confirmé en bouche. Elevage parfaitement dosé qui cadre bien une matière généreuse.

Prix 10,20 euros

lamothe-vincent

 

Château Lamothe-Vincent, Héritage 2014

Manifestement un vin dominé par le merlot (la fiche révèle qu’il s’agit de 80% de ce cépage). Souple, charnu et chaleureux. Un bon vin très agréable.

Prix 8,20 euros

insoumise

 

Château l’Insoumise, Prestige 2014

Robe dense. Nez droit, très classique, avec un boisé bien intégré. Un très bon vin qui a de la puissance par sa matière mure, mais qui reste bien bordelais.

Prix 8 euros (une des meilleures affaires de la série à mon avis)

leroy-beauval 

Château Leroy-Beauval 2014

Je ne connaissais pas ce château auparavant. Fait avec 90% de merlot et 10% de cabernet franc, son nez est classique et il y a une belle précision des saveurs, accompagné par une bonne structure. Un très joli vin.

Prix 12 euros

chateau-lacombe-cadiot 

Château Lacombe Cadiot 2014

Autre château que je découvrais, et qui est fait, je crois, par l’équipe d’un excellent cru bourgeois : Haut Breton Larigaudière. Le nez est très franc et semble marqué par du cabernet (en réalité 60% merlot, 30% cabernet sauvignon et 10% petit verdot). Un bon fruité émerge après un début marqué par de la réduction.  Ensuite, c’est tendre, plein et assez élégant en bouche. Une vrai délice, aussi complexe que long.

Prix : 6,90 euros, ce qui en fait surement la meilleure affaire de cette série

 

La liste des Talents de Bordeaux 2014, élue par l’ensemble des dégustateurs.

On voit que je suis en accord parfait avec la moitié de cette liste. Je constate que mes collègues doivent aimer le boisé fort plus que moi car j’ai reproché un élevage un peu trop intrusif dans les cas de deux vins de cette sélection, et des tannins asséchants sur un autre.

Château Lajarre, Eléonore

Château Pierrail

Château Tuilerie du Puy, cuvée Grand Chêne

Château Moutte Blanc

Chaâteau l’Insoumise, Prestige

Château Lacombe Cadiot

En tout cas une belle série de vins avec des réussites pour ceux qui ont su attendre la maturité des raisins en évitant d’extraire trop fortement. Je pense que le marché devrait s’intéresser à ces Bordeaux 2014.

 

David Cobbold  bdx-sup


9 Commentaires

Mauvaise foi et idées courtes

le-mauvais-danseur-attribue-ses-maladresses-au

Je le sais bien, il est très facile de dire des autres qu’ils sont de mauvaise foi. On peut même le faire lorsque cela vous arrive aussi. Si je prends mon cas personnel, et lorsque je regarde un match de rugby dans lequel le club que je soutiens (Stade Français ou l’Angleterre, selon les contextes) n’a pas les faveurs de l’arbitrage à des moments décisifs d’un match, j’avoue être capable d’une mauvaise foi flagrante. Pourquoi parler de cela et quel rapport avec le vin ? Parce que le vin est aussi un sujet qui suscite des passions, certes triviales (peut-être), et donc d’accès de mauvaise foi de la part de tenants de telle ou telle thèse ou hypothèse. Et cela vaut aussi pour les opposants des mêmes !

mauvaise_Foi-1

Un parfait exemple de mauvaise foi dans le domaine du vin vient de m’être livré par mon collègue Eric Riewer, à propos d’une des réactions à la dégustation à l’aveugle de vins français et californiens qui a pris le nom un peu prétentieux de « Jugement de Paris ». J’ai parlé récemment sur ce blog de cet événement qui date de 1976,  et qui fut aussi symbolique que symptomatique du nivellement du terrain de jeu mondial des vins, y compris pour les « grands » vins. L’exemple concerne la réaction d’Odette Khan dans la revue qu’elle dirigeait à l’époque : La Revue de Vin de France. Mme Khan était membre de ce jury, presque entièrement français, qui a voté, à l’aveugle, un Chardonnay de Californie à la première place d’une série de vins de ce cépage, dont plusieurs grands noms de la Bourgogne (Drouhin, Leflaive, Ramonet et Roulot), puis un Cabernet Sauvignon de la Californie à la première place d’une série des vins rouges face à des grands noms du bordelais rive gauche (Haut Brion, Mouton, Léoville Las Cases et Montrose), Eric s’est procuré une copie du numéro de La RVF daté de Septembre-Octobre 1976 et qui contient un éditorial de Mme Khan à propos de cette dégustation.

3504948980

Son papier s’intitule « Une Dégustation de Vins Californiens », alors qu’il y avaient 4 vins français et 6 californiens dans chaque série. Elle prétend ensuite qu’une bonne dégustation à l’aveugle devraient séparer les vins selon leur origine, en pratiquant une série des vins français, puis une série de vins américains (ou l’inverse), évidemment avec le jury bien au courant de l’origine de chaque série; Facile dans ce cas-là pour un membre de jury un tant soit peu chauvin, de part pu d’autre, de tricher ! Autre point ou la dame et question a été malhonnête (et erronée) dans ses avis, elle déclara ceci : « s’agissant en l’occurrence des vins jeunes, donc pour les rouges français en tout cas des vins « à attendre », il était impossible de les comparer. » Elle implique clairement que les vins rouges californiens n’allaient pas tenir dans le temps, à la différence des bordelais. Le temps lui a donné tort, car chaque fois que les mêmes vins, dans les mêmes millésimes, ont été dégustés ensemble, que cela soit 10, 30 ou 40 ans plus, tard, la marge d’avance des notations des californiens s’est accru ! On peut aussi rajouter que les millésimes des bordelais n’étaient pas pour les défavoriser car il s’agissait de 1970 ou de 1971, millésimes jugés très bons ou excellents à l’époque.

La revue du vin de France n°260

Mme Khan termine son papier sur une notre de forte condescendance : « je me permets de rappeler à mes amis vignerons (français, bien entendu ndlr) qui si je suis, comme eux, persuadée de la précellence de nos vins (ben voyons), il ne faut pas ignorer que nos amis américains, à notre école, ont appris à bien vinifier, qu’ils peuvent déjà présenter de bonnes choses et que, sait-on jamais, ils pourront peut-être un jour découvrir chez eux d’heureux micro-climats (elle veux dire » méso-climats » mais c’est une erreur bien trop courante, même aujourd’hui ndlr) leur permettant de mettre en bouteilles des crus nobles ». Sur le plan d’écoles, je note simplement qu’un seul des responsables des 6 cabernets de Californie avait fait ses études en France : il s’agit de Bernard Portet, qui est fils d’un ancien régisseur à Château Lafite. Les autres avaient soit fait des études aux USA, soit n’avaient pas de formation formelle au vin (comme Paul Draper, de Ridge Vineyards).

Se tromper de temps en temps dans ses jugements, ce n’est pas grave et cela arrive bien souvent. Mais se tromper lourdement sur toute la ligne en pratiquant une grande mauvaise foi et en oublient de vérifier ses informations, ce n’est pas du bon travail de presse. Maintenant nous avons tous, si nous somme de bonne foi, que de bons et grands vins peuvent se faire dans de très nombreux pays et régions et qu’il n’y a aucune « précellence » des vins français parce qu’il viennent de ce pays. Et c’est tant mieux pour le consommateur d’où qu’il vienne, comme cette affaire de 1976 a sonné le réveil pour certains producteurs un peu endormis.

Une petite note d’ironie pour terminer. J’ai trouvé, dans le même numéro de la RVF, à la page  41, une rubrique qui faisait écho des quelques dégustations diverses. Parmi ces notes, celles-ci :

Cabernet-Sauvignon 1972, Sterling Vineyards (Napa Valley) : Une très belle bouteille………à déguster un tel vin on se dit que les vigneron français ont intérêt à ne pas s’endormir sur leurs lauriers »

Je ne sais pas si Mme Khan a relu cet article avant publication !

 

David Cobbold

PS. Je dois rajouter, pour être complet, que j’écris ceci sous l’influence très bienveillante d’une excellente bouteille de Château Margaux 1983, la presque dernière de ce niveau de vin qu’il me reste dans ma cave. A l’époque, je pouvais encore me payer des bons primeurs de Bordeaux.


5 Commentaires

Le clairet fait de la résistance, mais pour combien de temps?

 Oscars-2015-Bordeaux-ClairetCette photo est celle des Oscars (millésime 2015) des Bordeaux Clairet. Je ne faisais pas partie du jury mais on y trouve des vins de ma sélection à la fin de cet article 

Le monde des vins rosés semble se laisser de plus en plus submerger par une mode stupide (mais existe-t-il des modes intelligentes?) qui voudrait que plus c’est pâle, mieux c’est. D’un autre côté, l’intelligence dans le marketing voudrait que la différenciation soit un outil important pour faire remarquer son produit dans une masse grandissante de choses qui se ressemblent. Alors quand une région viticole importante possède un type de vin qui, par sa nature, se distingue très nettement de la masse des ses concurrents, je trouve très étrange (ai-je dit bête?) qu’on ne trouve pas mention de ce type de vin sur le site web de l’inter-profession en question.

139058264614.98

C’est pourtant ce qui arrive au Bordeaux Clairet sur le site des Vins de Bordeaux. On parle du rouge, de blanc sec, du blanc doux et du rosé mais je ne vois aucune mention du Bordeaux Clairet ! J’en ai dégusté d’excellents récemment (et aussi des médiocres, rassurez-vous!). Alors  je veux tenter, modestement, de réparer cette injustice dont je ne comprends pas du tout la cause.

Le Bordeaux Clairet est un vin dont l’aire de production s’étend sur l’ensemble du vignoble bordelais. Il s’agit d’une mention complémentaire au sein de l’appellation Bordeaux. Ce sont des vins d’un ton rouge pâle, quelque part entre la couleur d’un rouge et celle d’un rosé. La production est devenue assez faible aujourd’hui, à partir d’une estimation de 600 hectares sur les 110,000 du bordelais. Le rosé de Bordeaux implique des volumes bien plus importants.

Tous les cépages rouges du Bordelais peuvent entrer dans la composition d’un Clairet, même si le merlot y domine, généralement. Mais pas partout. Les plus intéressants pour moi, sont ceux qui comportent une part importante de cabernet, franc ou sauvignon, ce qui leur confère plus de précision dans les saveurs, mais aussi moins d’alcool. C’est un avantage avec ce type de vin, à condition que les variétés en question soient bien mûres et qu’on n’ait pas recours aux artifices du sucre résiduel pour masquer des imperfections.

Les vins de l’appellation Bordeaux-Clairet sont les plus proches des vins qui étaient expédiés en Angleterre pendant le Moyen-Age et qui ont fait la fortune de Bordeaux à cette époque, et pendant longtemps. Sur le plan historique, le Clairet est manifestement l’ancêtre des Bordeaux rouges modernes. L’Aquitaine devenant anglaise en 1152, par le mariage d’Aliénor et Henri II, les vins de Bordeaux sont adoptés outre-Manche dès le Moyen âge. Peu macérés, et souvent issus de cépages rouges et blancs mêlés dans la cuve, ils sont dénommés « French claret« , ou « claret » tout court. Ce mot claret est resté dans la langue anglaise pour décrire un vin rouge venant de Bordeaux, même quand, à partir du 17ème siècle, les Bordelais, inspirés par la réussite d’Arnaud de Pontac à Haut-Brion, commencement à faire des vins rouges foncés pour le marché britannique. Par exemple, mon père, marchand de vin toute sa vie, appelait toujours un Bordeaux rouge un claret.

UntitledE

Et la différence entre le Bordeaux rosé et le Bordeaux clairet ?

Sur le plan de la réglementation, c’est la mesure de l’intensité colorante (ICM) qui définit la limite entre le Bordeaux rosé et le Bordeaux clairet. Cela vient essentiellement de la durée de macération (2 à 3 heures pour le rosé, 3 à 4 jours environ pour le clairet), mais aussi d’une date de récolte plus précoce pour le rosé afin d’en augmenter la fraîcheur, et souvent le choix d’une parcelle spécifique. De plus en plus de rosés de Bordeaux sont aussi faits par pressurage direct pour obtenir ces vins très pâles (ai-je dit insipides ?) et ainsi rentrer dans la moule du marché imposé par le leader provençal. Tandis que les bons clairets sont le résultat de saignées sur de belles cuves de rouges, et de raisins cueillis à maturité. Non seulement on obtient ainsi plus de couleur, mais aussi plus de fruit, de chair et de structure. Ils peuvent donc être légèrement tanniques et sont très utiles lors d’un repas. Le Clairet est à servir légèrement rafraîchi (12-14°C) mais non glacé.

Entre cet axe historique très important pour le vin de Bordeaux, et un caractère affirmé qui se démarque de la concurrence (même s’il existe une désignation Clairet en Bourgogne, elle n’est guère utilisée, et les vins rosés de Tavel sont aussi différents par leur climat et leurs cépages), je comprends encore moins pourquoi les génies du marketing au sein du CIVB continuent à ignorer ce vin si spécifique à leur région.

 

Vous voulez de bons clairets ?

Voici quelques vins du millésime 2015 parmi les meilleurs de ma dégustation récente d’une trentaine d’échantillons, conduite à l’aveugle chez moi.

Château Thieuley

Château de Fontenille

Château Lamothe de Haux

Château La Freynelle

Château Vignol

Château Maison Noble

Château Penin

Château de Parenchère

Château Lamothe du Barry

Château des Tourtes

Château Lauduc

Et ces vins valent entre 5 et 8 euros, ce qui est un autre avantage sur les rosés de Provence, devenus souvent bien plus chers.

 

David Cobbold


13 Commentaires

Judgement of Paris revisited, 40 ans plus tard

paris-drinkmemag.com-drink-meUne reconstitution mise en scène de la dégustation de 1976

Je suppose que la plupart des amateurs de vin (mais peut-être pas les plus jeunes) ont entendu parler d’une dégustation qui fut appelée, un peu plus tard et un peu pompeusement, « The Judgement of Paris« . Cela avait lieu, effectivement à Paris, le 23 mai 1976. Je n’y étais pas, mais j’ai travaillé pendant deux ans, un peu plus tard, pour son instigateur, Steven Spurrier, et j’ai assisté la semaine dernière à un déjeuner qui a commémoré un événement qui a eu de multiples conséquences pour les vins fins du monde entier. J’y reviendrai.

IMG_7539Steven Spurrier raconte sa dégustation de 1976

Steven était à l’époque marchand de vin à Paris (on dit caviste en France, mais il préférait l’intitulé « marchand de vin » qui n’a pas, en Angleterre, la connotation « pinardière » qui existe en France). Sa boutique minuscule s’appelait Les Caves de la Madeleine et se situait dans un petit passage entre la Rue Royale et la Rue Boissy d’Anglas, proche de l’église de la Madeleine. Ce passage s’appelait Cité Berryer à cette époque et il est difficile pour un promeneur contemporain de visualiser l’ambiance très provinciale de ce lieu en plein cœur de Paris dans les années 1970 et 1980, tant son aspect s’est transformé depuis. Les promoteurs en ont fait un havre pour boutiques chics, mais, lorsque j’y travaillais, il y a avait un marchand de poisson, un marchand de fruits et légumes, un vieux bistrot familial avec sièges en moleskine et menu de midi à 20 francs, vin compris (chez Luinaud). Il y avait aussi, deux fois par semaine, un marché de produits frais qui venaient essentiellement de Montmorency, au nord de Paris.

IMG_7537Michel Dovaz, qui faisait partie du jury en 1976, discute avec Bernard Portet, qui dirige le Clos du Val à Napa, un des vins présents en 1976 et à ce déjeuner.

Mais revenons à cette dégustation. Lors de ses voyages, Steven avait constaté la montée en qualité des meilleurs vins californiens, blancs comme rouges, et a décidé d’organiser une dégustation à Paris pour le démontrer à quelques professionnels français, producteurs de vins, sommeliers et journalistes. Pour rendre la chose plus amusante, la dégustation s’est tenu à l’aveugle et a confronté quelques chardonnays de Californie à des bourgognes blancs, et des assemblages à base de Cabernet Sauvignon à des rouges de la rive gauche bordelaise. La meilleur note (moyenne de l’ensemble de jurés, qui était très majoritairement français) en blanc a été donne à un chardonnay californien, le Château Montelena, élaboré par un émigré croate, Mike Grgich. Et la meilleure note en rouge a été attribué à un autre californien, Stag’s Leap Cask 23, produit par Warren Winiarski, un émigré polonais. Hormis ce tribut à la diversité culturelle des USA, ce résultat fut surtout une sorte d’électro-choc à ceux, en France, qui se croyaient (et ils étaient nombreux à cette époque) au dessus du lot en matière de vins fins, presque par droit divin. Aubert de Vilaine, qui faisait partie du jury, a dit que cela a été un coup de pied salutaire pour le vignoble français.

Odette Khan, autre membre du jury et à l’époque rédactrice-en-chef de la Revue de Vin de France, ayant vu qu’elle avait placé le Stag’s Leap en 1ère place, a demandé de récupérer son bulletin (ce que Spurrier a refusé), puis elle a déclaré que la dégustation était biaisée. Un peu plus tard, lors d’une visite, Steven fut physiquement expulsé de la cave de Ramonet en Bourgogne (un des leurs vins avait été battu par plusieurs californiens dans la dégustation). Bref, cela a créé un mini-scandale en France mais les Californiens étaient ravis et n’ont cessé depuis de célébrer l’événement.

Que faut-il en penser aujourd’hui, 40 ans après ?

Au-delà de ces aspects anecdotiques, quelles ont été les leçons de cette dégustation ? D’abord, qu’une dégustation à l’aveugle est une leçon d’humilité pour tout le monde. Ensuite que cela peut servir de révélateur aux qualités de n’importe quel vin, à condition que l’on compare des vins comparables: les chardonnays avec les chardonnays, les cabernets avec les cabernets, etc. Depuis cette date, on n’a cessé de recréer des évènements similaires, et même, à trois reprises je crois, avec les mêmes vins. La dernière en date avait lieu le 23 mai 2016 et, cette fois-ci, les 4 meilleurs dans chaque catégorie était des vins californiens, ce qui démolit effectivement une des critiques portées en 1976 par des Français à l’encontre des vins américains, du genre: « oui, ces vins californiens séduisent dans leur jeunesse, mais ils ne tiendront pas dans le temps ». On voit maintenant que cela est faux.

Lors d’autres dégustations de ce type, des vins italiens, espagnols ou chiliens basés sur la cabernet sauvignon ont également devancés de noms illustres du Bordelais. François Mauss, avec son Grand Jury Européen, a également démontré que la concurrence dans cette catégorie peut également venir de certains vins sans grand renommé mais fait avec ambition et soin. Tout ceci n’est pas de nature à diminuer la qualité des vins les plus réputés. On sait bien que les résultats d’une dégustation de ce type peuvent varier d’un jour à l’autre et que les écarts ne sont pas nécessairement énormes. Mais je pense que la dégustation de Spurrier, par exemple, a dû réveiller un certain nombre de producteurs en France qui s’étaient quelques peu endormis. Ce qui est certain, c’est que les Californiens peuvent le remercier. Warren Winiarski, par exemple, a récemment vendu son domaine de Stag’s Leap pour 185 millions de dollars, alors qu’en 1976, il était inconnu; et son vin, vainqueur de cette dégustation, était issu de très jeunes vignes !

Bottles

 

Les vins servis à ce déjeuner commémoratif étaient contemporains et presque tous Californiens, exception faite d’un sparkling anglais produit sur la propriété de Spurrier dans le Dorset, d’un Crémant de Bourgogne, JCB21, produit par Boisset et d’un Tokaji à la fin.

Parmi les 3 chardonnays servis, j’ai adoré les Grgich Hills 2013 « Paris Tasting Commemorative », de Napa ; grande finesse, de l’intensité et de la délicatesse en harmonie. Un cran en dessous mais aussi excellent fut le Ridge Montebello 2012, de Santa Cruz. Ces deux vins démontent totalement les idées reçues qui circulent encore à propos de chardonnays « lourds et sur-boisés » issus de ce pays.JOP-Card_400_400_70

Parmi les quatre rouges à base de Cabernet Sauvignon, ma préférence est allée nettement au Ridge Montebello 2012. Le Clos du Val 1999 Réserve de Dominique Portet et le Joseph Phelps Insignia 2012 (les deux issu de Napa) le suivaient.

Histoire de voyager ailleurs, nous avons fini avec un très élégant Tokaji Kiralydvar 2002, cuvée Ilona.

DC & Danièle G

David Cobbold

(ici avec Danièle Girault qui distribue une belle gamme de vins à Paris)