Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


5 Commentaires

SPIT, an example amongst student wine competitions

Tasting and wine knowledge competitions between the wine clubs of top business schools, universities and similar institutions seem to be all the rage. There are certainly a fair number of these every year, both in the UK and in France and I was fortunate enough to assist, as Master of Ceremonies and partially as judge, at one of the most important of these recently. I found it very impressive, both on the organizational side and from the point of view of the levels of knowledge shown by the twelve teams involved. I am not even sure that all professionals would have done as well as these students in what was a very difficult contest.

The wine circle of the French School of Political Studies, called Science Po, is called « In Vino Veritas », just like the Belgian wine magazine for which my colleagues Hervé and Marc write. Students, members of this wine club and who change each year, have been running their wine competition for the past ten years, this year’s edition being the tenth. They suitably call it SPIT (the French just love acronyms, and this one stands for Science Po International Tasting). Twelve teams were candidates for a final round that selected the top three of these for a final round of blind tasting: six of the teams were from France and six from other countries including the UK, the USA, Denmark and Australia. The competition, which included both wine knowledge and blind tasting tests, took place in the cellars of Champagne Bollinger, who are the main sponsors of the event.One could be in a worse place! And my name is Bond, James Bond….

The teams

The twelve teams competing, after a preliminary round of selection, were, from France: Ecole Normale Supérieure, EM Lyon, ENSTA Paris Tech, ESSEC, Polytechnique and Paris Dauphine.

And, from elsewhere: Australian National University, Copenhagen Business School, Cornell University, London School of Economics, University of Oxford and University of St. Andrews.

Each team was comprised of three members.

The jury

The jury this year included five wine professionals:

Raimonds Tomsons from Latvia was the Jury’s President. He was Best Sommelier for Europe and Africa in 2017

Charles-Armand de Belenet, General Manager of Bollinger

Julie Dupouy, Best Sommelier of Ireland and number 3 at the last World’s Best Sommelier Competition

Edwige Régnier, Programme Director at Le Cordon Bleu Reims

Patrick Lafforest, Bollinger’s chief enologist.

I also participated in the judging of the final.

The tests

The blind tasting tests for all teams, who tasted and answered the questions  simultaneously and on paper, involved four series, each consisting of three wines: one series of Champagnes (any guess for the brand?), one of white wines and two of red wines. Three of these series were preceded by a set of seven written questions. The copies were collected and the correct answers supplied after each series. The teams with the best three aggregate marks then went into the final.

An example of a tasting question? The three white wines served blind were, in this order, an Alsace single vineyard Grand Cru wine from Deiss, a Coulée de Serrant 1990 and a Beaune 1er Cru from Chanson. The teams had to guess the grape variety (or varieties) of the Alsace, which is pretty hard as Deiss does field blends on these wines, then say which of the three wines came from a vineyard with slate soils, and also guess the vintage of wine number 2.

The three teams that went into the final were: EM Lyon, ENSTA Paris Tech and Oxford University.

The test for each of the finalist teams was to taste one Champagne and one red wine, guessing the origin and the vintage of each, then preparing a presentation of each of the wines that had to be made successively to the jury, with just 90 seconds for the commentary on each wine. They were told that they would be judged mainly on the precision of their descriptions of each wine, but also on their creativity in associating each wine with food or some other evocation that came to mind, whether music, literature, painting or whatever.

It was a close call between these three teams, but Oxford came through by a short head, largely on account of the fluency, the coherence and the concision of their presentations of each of the two wines, just beating EM Lyon, who were over-long  and slightly repetitive in their comments, and ENSTA who were more hesitant, but also the most imaginative of the three in their associations. The wines, by the way, were both from the 1975 vintage: a truly magnificent Bollinger RD 1975 and, to me at least, a somewhat tired but silkily refined Romanée Conti 1975. All the teams guessed the Pinot Noir as the grape for the latter, and the Côte de Nuits as the region. Bollinger was a sure bet for the Champagne, but nobody got the vintage, which is not surprising as the wine seemed incredibly young.

Conclusion

One can imagine the work involved in the organization of such an event, with teams coming from all over the world, being taken to Champagne and having a night out the evening before plus a gala dinner to finish, after the competition, and which was held at the Palais de Thau in Reims. So congratulations to all those concerned! Not everything was perfect, but this is a student project and was not managed by a professional events company.

I was very happy to give some time to such an enthusiastic and friendly bunch of students, and was very impressed with the level of knowledge and interest in wine that they all showed. Events such as this are part and parcel of the future of wine.

David Cobbold


3 Commentaires

Des Racines, des Ailes… et des Vignes

Ce soir, sur France 3, l’émission Des Racines & des Ailes est consacrée à quatre vignobles français inscrits au patrimoine de l’Unesco. Avec des reportages tournés à Saint-Emilion, en Bourgogne, en Val de Loire et en Champagne…

Qu’on se le dise!

En espérant que Mme Buzyn et ses acolytes plus ou moins anonymes ne fassent pas un jour de ce patrimoine une sorte de zoo, un musée en plein air où les vignes ne seraient plus que de la décoration…

Hervé


5 Commentaires

Frileuse Bourgogne

Et je ne fais pas référence au climat…

Le brouillard bourguignon (Photo (c) H. Lalau)

Le Président de la Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne (CAVB), Jean-Michel Aubinel, se dit inquiet des projets visant à la production de Vin de France dans la région; pour lui, il y a là un risque de détournement de notoriété.

Pourtant, comme c’est la règle pour la catégorie des Vins de France, pas question de mentionner sur l’étiquette une quelconque origine, de citer un seul village ou appellation de Bourgogne. Seuls les cépages peuvent apparaître en clair.

A se demander si les membres de l’association de M. Aubinel ne craignent pas plutôt que des cotisations leur échappent !

Par ailleurs, ne vaudrait-il pas mieux que la région élargisse la palette de ses productions (et de ses tarifs, actuellement situés dans le haut de la fourchette), plutôt que de voir ses producteurs chercher d’autres cieux pour produire du chardonnay ou du pinot noir? Citons les exemples de Patriarche, de Latour, de Boisset ou de Bouchard Aîné et Fils, partis chercher dans le Pays d’Oc ou en Ardèche la croissance et les petits prix…

Les AOC ne sont ni un droit acquis, ni une obligation régionale !

Elles sont censées être la pointe de la pyramide des mentions dans une région de production. Mais faut-il rappeler à ceux qui ont choisi cette voie qu’il n’y a pas de pyramide sans base ?

Que les ODG veuillent protéger leurs droits et leurs avantages, c’est compréhensible et très humain. Mais quand elles veulent empêcher des vignerons de suivre d’autres voies, elles sortent de leur rôle.

Il n’y a pas qu’une seule façon de faire du vin, et même du bon.

La diversité au sein même de la large palette des appellations que prétend représenter la CAVB en est la meilleure preuve, et j’en citerai quelques-unes pour l’exemple : ODG Bourgogne, ODG Gevrey-Chambertin, ODG Grands Crus Clos Vougeot, ODG IGP Yonne… Au total, plus d’une cinquantaine d’ODG dont on peine à percevoir le véritable dénominateur commun, au sens de «terroir» : à ma droite, chaussettes rouges et short blanc, l’ODG Bourgogne, 4 départements ; à ma gauche, Clos-Vougeot, short rouge et chaussettes rouges, une seule commune, 49,8 hectares tout mouillé sur la balance.

Trente ans de dégustations en Bourgogne me prouvent que l’AOC ne garantit pas la qualité. Ni même la typicité. L’émergence du Vin de France dans la région pourrait paradoxalement améliorer cet état de fait, en poussant les producteurs qui recherchent un rendement supérieur pour améliorer leur compétitivité à sortir des AOP, quitte à mettre l’accent sur leurs marques. Faut-il laisser le Chardonnay ou le Pinot Noir d’entrée de gamme aux seuls Chiliens, Australiens, Sud-Africains, Néo-Zélandais… ou Languedociens ?

Ce n’est pas en discutant le droit des vignerons de Bourgogne de produire du Pinot Noir hors AOC que l’on se fera disparaître la concurrence. Au fait, ce vin-ci est produit par un groupe français… (Photo (c) H. Lalau)

 

On manque aujourd’hui de vin en Bourgogne. Etendre les aires d’appellation n’est pas la solution : elles englobent déjà trop de zones trop peu qualitatives.

Alors, le Vin de France, pourquoi pas ?

Hervé Lalau

 


Poster un commentaire

Une minute, un vignoble, le retour

Le programme « 1 Minute 1 Vignoble » revient sur les écrans à la rentrée. 18 films d’une minute chacun seront diffusés sur France 2 vers 14h chaque samedi et dimanche, du 2 septembre au 19 novembre 2017.

Cette émission de vulgarisation soutenue par Vin & Société concerne actuellement 6 régions viticoles françaises : Bordeaux, Bourgogne, Champagne, Languedoc, Provence et Côtes du Rhône.


Poster un commentaire

Un grand Pinot Noir accessible à tous (sauf peut-être en prix).

Le cépage Pinot Noir représente une sorte de graal pour tant d’amateurs de vin. Le résultat est une envolée pas toujours raisonnable des prix, particulièrement en Bourgogne, mais pas seulement. Difficile, par exemple, de trouver à des prix abordables de grands vins de Pinot Noir en Allemagne, en Nouvelle Zélande, en Australie, en Oregon, en Californie ou ailleurs dans les quelques localités sur cette terre qui permettent à ce cépage exigeant à la fois  d’atteindre un bon niveau de maturité et d’éviter les excès de chaleur qui nuiraient à sa finesse.

J’avoue être trop souvent déçu par des Bourgogne rouges, surtout vu les prix demandés, même si les meilleurs sont capables de m’émouvoir jusqu’aux larmes. Je ne sais pas trop quelles sont les raisons d’une telle irrégularité dans la qualité et le plaisir gustatif. Cela reste assez mystérieux pour moi, d’autant plus que je n’y trouve que peu de corrélation avec les niveaux de prix : des Bourgognes modestes peuvent s’avérer très agréables tandis que certains appellations prestigieuses peuvent donner des vins durs, sans fruit et sans finesse de texture.

bouchard-finlayson-2011-galpin-peak-pinot-noir

A son meilleur le Pinot Noir peut sublimer l’expérience gustative dans un élan de parfums délicats, parfois mais pas toujours à l’accent terrien, mais surtout associé à une texture fine et soyeuse qui nous rappelle que ce cépage n’est pas un monstre tannique et que rien ne sert de lui forcer la main par une extraction appuyée. J’ai dégusté, la semaine dernière, un vin qui illustre bien tout ce qui j’aime dans ce cépage : c’est à dire une fruité fin et persistant, un toucher délicat qui réveille le palais, et le tout emballé dans une étoffe soyeuse qui semble mûre mais jamais lourde. Ce vin vient de l’Afrique du Sud, de la région de Walker Bay et de la vallée de Hemel-en-Aarde qui aboutit à la baie éponyme vers le port d’Hermanus. Le producteur se nomme Bouchard Finlayson et la cuvée porte le nom Galpin Peak. Le vin était du millésime 2013.

peter-finlayson

Peter Finlayson (ci-dessus) est le fondateur et le winemaker de ce domaine. La connection historique avec un membre de la famille Bouchard n’existe plus. Ce millésime est le 21ème de cette cuvée qui porte le nom d’une des montagnes qui entourent cette vallée dont le climat méridional (hémisphère sud) est fraîche et relativement pluvieuse pour l’Afrique du Sud. La température moyenne pendant les 4 mois d’été à Hemel-en-Aarde est de 25°C et la pluviométrie moyenne annuelle est de 750 millimètres. Finlayson a adopté, dès le départ, une haute densité de plantation pour son vignoble et son chai ressemble assez, à l’intérieur, à un chai bourguignon avec une partie en terre battue pour conserver un bon taux d’humidité. La fermentation alcoolique a lieu en cuves inox puis le vin passe en barriques de chêne français pour une fermentation malolactique. Le temps passé en barriques, dont 30% sont neuves, est de 10 mois en moyen.

chai-bf

 

Ce qui m’a plu immédiatement dans ce vin est la grande facilité avec laquelle il vous séduit : nul besoin de se torturer l’esprit pour lui chercher des qualités car il est délicieux dès le premier contact. Le nez d’abord, avec des arômes de cerises fraîches très élégantes, puis la bouche qui offre en plus une texture aussi soyeuse qu’enlevé. C’est le contraire d’un vin concentré, mais on sent que le fruit est parfaitement mur, sans que la perception de l’alcool (proche de 14°) ne vienne alourdir ou chauffer le palais. La longueur est très honorable en la finale parfaitement équilibrée, laissant la palais en forme pour la suite. C’est un grand Pinot Noir qui peut plaire à toutes sortes d’amateurs, et pas seulement aux aficianados de ce cépage. Son prix public en France se situe dans la zone 35/40 euros, ce qui n’est pas donné mais, pour avoir une qualité équivalente ailleurs avec des vins de ce cépage tant prisé, je pense qu’il faudrait débourser au moins 50/60 euros.

 

David


9 Commentaires

Grappillons quelques bons vins de saison – et abordables!

En cette période ou on ne parle que de « grands vins », de choses chères et parfois rares pour appâter le client, je vais prendre un peu le contre-pied et vous parler de quelques vins plus modestes que j’ai croisé récemment et qui m’ont semblé exemplaires, chacun selon son type et pour des prix abordables. Ce ne sont pas de premiers prix, mais aucun ne dépasse 20 euros la bouteille et le niveau moyen se situe autour de 12 euros. Cela vous fera un repas de fête réussi et peu onéreux, ou si c’est trop tard, une sélection pour les mois à venir, quand vous ne voulez plus vous ruiner. J’ai opté pour une gamme qui peut remplir toutes les cases ou presque d’un repas de fêtes (ou autre): une bulle et un liquoreux, trois blancs et trois rouges. De quoi faire quelques beaux accords avec les mets de saison.

La bulle

cremant-de-bourgogne-bailly-lapierre-cuvee-vive-la-joie-2006

Crémant de Bourgogne, cuvée Vive la Joie 2008, Cave Bailly Lapierre

J’ai dégusté cette cuvée, dans différents millésimes, à plusieurs reprises et j’ai toujours été impressionné par sa plénitude et le plaisir immédiat qui est fournie par ce caractère délicatement fruité qui remplit la bouche et la laisse impatiente pour la prochaine gorgée. C’est presque le prix de certains Champagnes bas de gamme mais sa qualité leur est nettement supérieure.

Prix public environ 13 euros

 

Le liquoreux

ninon-article-1

 

Ninon, Muscat à Petit Grains 2015, Vin de France, Cave d’Alba

Il y a de plus en plus de vins intéressants qui sortent du carcan parfois trop rigide des appellations, et ce vin d’Ardèche en fait partie. Le vignoble a failli disparâitre mais il revit grâce à ce vin très aromatique (on s’en douterait vu le cépage) somptueux par sa texture, presque luxuriant mais parfaitement en équilibre par une belle pointe de fraîcheur.

Prix public 12,50 euros

Les vins blancs

domaine-pierre-luneau-papin-froggy-wine-blanc

Muscadet Sèvre-et-Maine, Froggy Wine 2015, Pierre Luneau-Papin

C’est parce que la parcelle s’appelle « Les Grenouilles » que Pierre Luneau-Papin, régulièrement l’un des meilleurs vignerons du Muscadet, a ainsi nommé sa cuvée et j’aime bien la touche d’humour dans le nom et l’étiquette. Je suis fan de ses vins, comme de bien d’autres des meilleurs producteurs de cette appellation si injustement décriée, depuis un moment. Celui-ci peut parfaitement remplir son rôle de rafraichir et d’ouvrir le palais en accompagnant huitres ou autres fruits de mer, mais il est bien plus qu’un somple accompagnateur. Son fruité fin et sa belle rondeur se laissent boire tout seul. Vaut bien des vins blancs plus chers.

Prix public environ 10 euros

polz

Sauvignon Blanc Spielfeld 2014, E & W Polz, Sud-Steiermark, Autriche

Je trouve que les meilleurs Sauvignon Blancs d’Autriche, qui viennent tous de la Styrie, font partie de plus accomplis des vins de ce cépage au monde. Un verre de ce vin-ci, dégusté au prix de 5 euros dans un bar à vin à l’aéroport de Vienne (et qu’est-ce qu’on attend pour présenter un choix de vins au verre de ce niveau et à ces prix dans les aéroports en France ?), m’a semblé parfaitement illustrer ce propos. Il arrive a combiner l’intensité fruité d’un Sauvignon de Marlborough (NZ) sans l’accent parfois caricaturalement expressif avec la texture légèrement râpeuse mais finement ciselé d’un Sancerre. Le vin est long sans aucune lourdeur. Cela doit être le climat semi-montagneux, combiné à une vinification très précise et un long élevage dans des contenants en bois assez volumineux et pas neufs. Cette dimension tactile qui colle à la langue est une des choses que j’apprécie dans ce vin, outre son équilibre entre fruit et acidité.

prix public en Autriche environ 17 euros : ce n’est pas un premier prix, mais d’autres sauvignons dans la gamme de cet excellent producteur sont disponibles à partir de 9 euros.

25662-250x600-bouteille-domaine-laurent-cognard-montagny-1er-cru-les-bassets-blanc-montagny

Montagny 1er Cru, Les Bassets 2014, Laurent Cognard & Co

Je ne connaissais pas ce producteur et j’ai reçu cette bouteille en tant qu’échantillon envoyé par une agence de presse. D’après ce que j’ai pu glaner comme information, il s’agit d’un jeune vigneron qui a pu acheter un peu de vignes tout en travaillant comme salarié avant 2006, puis il en a repris d’autres parcelles à la retraite de ses parents qui étaient en cave coopérative. Vendanges manuelles, pressurage douce, levures « indigènes », malos faites et une association de vinification/élevage en cuves et vaisseaux en bois de différentes tailles. En tout cas le résultat m’a semblé très probant, avec un mariage intéressant entre rondeur et vivacité, de la pureté dans les saveurs fruites et une bonne longueur. Heureusement pas de « minéralité » à l’horizon (private joke) !

Prix public : autour de 20 euros : ce n’est pas exactement donné mais cela vaut d’autres blancs de Bourgogne à 30/35 euros

Les vins rouges

chermette

Beaujolais Nouveau, cuvée Vieilles Vignes 2016, Pierre-Marie Chermette

Ce producteur (ci dessus, montrant qu’il ne mouille pas que sa chemise pour faire ses vins), qui fait aussi d’excellents vins dans les crus Brouilly, Fleurie et Moulin-à-Vent, produit chaque année ce qui sont pour moi des vins exemplaires du type primeur issu de l’appellation Beaujolais. Là aussi on a le choix entre différentes cuvées : Les Griottes et Vieilles Vignes. Cette année j’ai acheté et bu une bouteille de la deuxième cuvée, peu de temps après la sortie de ces vins. Ce vin m’a enchanté par son fruité très croquant, son allégresse sur la langue et l’impression de joie de vivre (et de boire) qu’il m’a transmis instantanément. Et il a tout ce qu’il faut pour tenir encore un an si jamais cela vous inquiétait.

Prix en boutique à Paris: environ 8 euros.

18918-250x600-bouteille-mas-baux-grand-red-rouge-cotes-du-roussillon

Côtes du Roussillon Mas Baux, Grand Red, 2015

Pas la première fois que j’apprécie les vins de ce très bon producteur non plus. Sur le plan stylistique, c’est bien évidemment très différent du précédent, plus riche mais également très fruité et gourmand à souhait mais avec la dimension chaleureuse qui parle de ses origines sudistes en plus. Beaucoup de vin pour ce prix.

Prix public : 8,50 euros

 linsoumiseDes jeunes couples qui font d’excellents vins très abordables à Bordeaux, cela existe et ce n’est pas rare du tout. Que les « non-pensants » arrêtent avec leur stupide « Bordeaux bashing » ! 

Bordeaux Supérieur, Château l’Insoumise cuvée Prestige 2014

Voulez-vous du classique et du pas cher ? Voici un parfait exemple que j’ai choisi récemment à l’aveugle parmi 25 vins de cette appellation et dans ce millésime. C’était un de mes trois vins préférés de cette série et le moins cher des trois. Il vient de la région de Saint-André de Cubzac (rive droite) et son assemblage donne une part moins important au Merlot que la plupart de ses concurrents: 60% pour 35% de Cabernet Sauvignon et 5% de Cabernet Franc. Le résultat est un vin droit, net et très classique au nez avec un boisé encore présent dans un ensemble relativement puissant et structuré mais sans aucun excès. C’est clairement du Bordeaux et c’est très bien fait.

Prix public 8 euros

Bonnes fêtes, ou ce qu’il en reste

David Cobbold


10 Commentaires

Eloge du blanc (doux, sec, effervescent ou tranquille), au travers de 3 vins

img_7848Les trois bouteilles concernées, prises sur le mur d’une terrasse chez moi dans la brume matinale gasconne. Pas assez de pluie pour les cèpes, malheureusement.

Quand on voit qu’en France, il se vend aujourd’hui plus de rosé que de blanc, il y a de quoi se désespérer des goûts de «nos» compatriotes. Mais peu importent les modes: elles ne signifient rien d’important, ni de bien utile. Mais qu’est qui est utile, et qu’est-ce qui est futile, en matière de vin? Car voila bien un sujet où c’est notre bon plaisir qui compte.

D’une manière totalement futile, donc, mais en dehors des modes, je vais vous parler de trois blancs qui m’ont donné beaucoup de plaisir cette semaine.

img_7850

Champagne Pierre Trichet, l’Héritage, Brut Premier Cru Blanc de Blancs

D’abord les bulles, car on commence généralement par ce type de vin. Pierre Trichet est un vigneron dont la production m’a semblé briller de mille feux lors d’une dégustation organisé par les Champagnes de Vignerons en septembre 2015 à Paris. Du coup je suis allé le voir au tout début de cette année et j’ai rendu compte de cette visite ici. J’avais déjà acheté quelques bouteilles de ses vins que j’ai transporté dans ma cave en Gascogne et avant-hier, avec des amis, nous en avons bu un. Il s’agit de la cuvée l’Héritage, Brut Premier Cru Blanc de Blancs qui ne porte pas de millésime: grande plénitude des saveurs en bouche car le fruité est totalement intégré à l’acidité ; la bulle aussi, délicate et alerte, puis, dans un grand ressac, la longueur prolonge le plaisir de l’ensemble. Ce vin se vend autour de 25 euros dans le commerce et c’est une très belle affaire quand je compare ce vin à certains noms plus connus.

img_7851

Bourgogne Chardonnay 2014, Justin Girardin

De quoi s’agit-il ? D’un Bourgogne Blanc (qu’on dit bêtement « générique ») acheté au printemps dernier, chez l’excellent caviste Plaisirs du Vin à Agen. Je note au passage que ce producteur choisit de faire figurer, comme il se doit, le cépage Chardonnay sur son étiquette et je l’en félicite: je ne comprendrai jamais pourquoi les producteurs français rechignent la plupart du temps à donner cette information si élémentaire à leurs clients. Que les «bois bashers» sautent ce paragraphe car ce vin a clairement fricoté avec Quercus robur (ou était-ce Quercus petraea ?) ! Et c’est tant mieux car cette coucherie lui a aidé à forger un squelette athlétique, une jolie fermeté de texture et une allonge remarquable. Du coup ce vin flirte avec des Bourgognes bien plus huppés sans perdre l’âme de sa matière première. Quand la matière est de belle qualité, pourquoi refuser de lui donner une dimension supplémentaire que la barrique, bien choisie et utilisée, peut apporter ? Le nez, expressif sans être exubérant, oscille entre arômes de citron confit, de noyau de pêche, de pain grillé et de vanille. La bouche, dominé par l’acidité mais sans aucune agression, paraît presque austère mais joliment perchée entre saveurs de fruits blancs et d’autres de type végétal. L’ensemble se révèle totalement en association avec un comté fruité qui rehausse le fruité même du vin. J’ai du payer ce vin autour des 15 euros, mais je ne m’en souviens pas parfaitement. Pas volé en tout cas !

img_7852

Riesling Sélection de Grains Nobles de 1989 de la Cave de Hunawihr.

Et pour finir, un grand vin doux, voire liquoreux (mais tellement délicat), apporté par un des convives, mon ami Florent Leclerq : un Riesling Sélection de Grains Nobles de 1989 de la Cave d’Hunawihr. Oui, les caves coopératives produisent de grands vins ! Robe soutenue d’un or qui tend vers l’ambre, nez riche et incroyable de complexité dans une gamme qui va de la confiture d’orange au pain d’épice en passant par toute une gamme de fruits secs et confits, puis une bouche qui réussit la prouesse d’associer une grande finesse de texture à des saveurs automnales somptueuses, le tout finissant longuement et toute en délicatesse grâce à l’acidité arrondie du riesling. J’ignore le prix de ce vin mais est-qu’on demande l’âge d’une dame ?

Un repas tout en blanc? Non, nous avons aussi bu un peu de rouge, mais là ce sont les blancs qui emportaient la mise à cette occasion, aisément. Est-ce que nous aurions pu éprouver autant de plaisir, et autant de diversité de styles en rosé ? Sûrement pas. Pourtant, le rosé se vend mieux. Allez comprendre !

img_7853

David

(Photo d’un fragment de mes calades)