Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

Miscellaneous, or a mixed bag

I did one of these a while ago on this site: a mixed bag of various topics. Not having any major (all things are relative!) subject to fill these pages, I have settled this week on various subjects that merit a comment or two but do not fully explore any of the topics concerned. Do we ever anyway?

Wine Press: a sad state of affairs, at least in France 

First up is a comment on the sorry state of the wine-related press in France today. If one is talking about those magazines sold in kiosks (and not merely by subscription), there are just a couple of these devoted to wine, and several others that purport to deal at least partially with the subject. And none of these are truly international either. When I say partially, I should say that wine is occasionally mentioned in them, and only rarely in an interesting manner. An example that illustrates this is a magazine called Cuisine & Vins de France, which comes from the same press group as La Revue de Vin de France. Its title mentions wine alongside cuisine and in identical typography (see cover above) but when I leaf through the latest edition that has just come through my letter-box, I can only say that they should definitely change the title if they were honest. This magazine, which says it is a special springtime edition, does not contain a single article on wine. It consists of an endless collection of recipes, some of which have one line at the end suggesting a wine to go with the recipe in question. Some of these recommendations make sense, but not all, so I also question the competence of those who write these things.

For instance, suggesting that a Côtes-de-Provence Rosé would be a suitable match for a Carrot Cake containing 180 grams of sugar, plus another 100 grams of icing sugar, is surely not the best idea for a pairing. Sugar with sugar is the rule, otherwise the wine will just appear thin and acidic. Ok, so it is only a Côtes-de-Provence Rosé so no big loss there, except for your palate! There are also factual mistakes, such as saying that the appellation Côte-Roannaise is situated in the Rhône region whereas it is in fact in the Loire (both the département and and the wine region).  There is no mandatory wine training as a requisite for those who write about the subject, and I’m afraid this shows here!

Remarkable small Champagne producers, some fashionable some less so

It is striking to see, and not only in France, the constant rise of the small independent Champagne producer on restaurant and retail-store wine lists. Not in supermarkets, since the volumes required usually do not make this possible and also many such producers do not want to be associated with the image of modern distribution outlets and their price-slashing policies. I was in Champagne for a couple of days last week visiting a couple of these producers and they both told me how sommeliers, restaurateurs and some wine shops are increasingly interested in their wines for their intrinsic qualities, and not just for their lower prices than those of the big brands. Now of course the good major brands are still, on the whole, producing excellent Champagnes, and is is they who have created the market for Champagne in the first place. This should not be forgotten and indeed is fully recognized by the independent producers themselves. But there are, alongside, growing numbers of smaller producers whose wines are truly remarkable and, in some cases, have the added virtue of their singularity and traceablity. Being able to produce small quantity cuvées can give one an advantage in terms of precision as well as in creativity. Yann Alexandre, for example, from his base in the tiny and obscure village of Courmas just to the west of Reims, produces no less that 8 different cuvées from his 6 hectares, whose plots are spread out across a wide range of villages, in one case 80 kilometers from his base. This is largely the result of the very penalizing French inheritance laws which make parents divide their goods in equal shares amongst their children, and so render the maintaining of a viable production unit extremely expensive, and often practically inaccessible when land prices are high, as in Champagne or Burgundy. I had promised to visit Yann one day after discovering his wines in a collective tasting a while ago and I was not disappointed. All are good to very good and I especially liked his entry-level wine, called Brut Noir (curiously, as it actually contains some Chardonnay). I do feel that one should judge a producer first and foremost by his most accessible and widely sold product. His brochure as also exemplary in its clarity and simplicity. No windy waffling about the « nobility of terroir », but just a straightforward statement of what he does in his vineyards and simple, line by line mentions of the salient technical points of his wines. The prices are in what I would say is the mid-range for good small producers, between 25 and 35 euros for most bottles. This is still very reasonable given the quality of the wines and the fact (rare for a small producer) that he ages his wines for between 5 and 10 years before selling them.

Another good producer of the same ilk and also close to Reims is Pierre Trichet, in the village of Trois Puits, also with plots around and about. He has recently released a rare 100% Pinot Blanc, which is very good. Also a fine still wine, under the Côteaux Champenois appellation. Once again, I have a special weakness for his entry level wines, the two non-vintage cuvées, l’Authentique, a blend, and l’Heritage which is a pure Chardonnay. I recently drank the last bottle of a case that I bought a couple of years ago and these wines keep beautifully. Prices are even more accessible here, starting at just below 17 euros a bottle.

On another recent trip to Champagne for a book-signing evening, I was also able to taste again (it had been some years) some of the very fine wines of Erik de Sousa, whose vines are mainly in the Côte-des-Blancs region, around his base in Avize. He has become a bit of a star amongst independent producers,  and I expect that his prices have followed the ascending curve of his reputation, but the quality is truly remarkable, with incredible length and finesse in the three cuvées that I tried. He also knows the satisfaction of seeing his three children following in his footsteps, each with a role in the family business. An exemplary success story here.

Passion and wine

No, this is not going to be a torrid sexploitation passage, however much fun that might be. It was the theme given to the recent annual two day get-together of France’s Vignerons Independants association for which I have, for several years now, had the honour and pleasure of acting as moderator on two successive mornings of conferences and round tables. This year’s edition was held in the beautiful region of Beaujolais (and if you don’t believe me, just take a trip there, it is just north of Lyon and holds many treasures and a lot of fine wines).

A lot of people bandy the word « passion » about in connection with wine both on the consumer’s side of the fence and on the producer’s. Does it actually mean anything though? These two mornings certainly helped to enlighten us on the subject. Passion is probably essential in the production of fine wine, but it should not blind one to the realities of what is really a difficult business. It should rather be taken as a fueling system. It cannot be a substitute for knowledge, or for application and hard work. On my side of the fence, as a writer and teacher, I would say the same. It keeps one going and is, I think, a powerful source of energy in the transmission of messages and to capture an audience. But it should not make one blind to realities.

Is Austria going too far with their DAC system?

I have regularly praised the quality of Austrian wines here and elsewhere, but I feel that, administratively speaking, they are now following too closely in the footsteps of both France and Italy in multiplying too many separate sub-regional, some of which are very small, appellations under their DAC system. The latest DAC in date is called Rosalia. Situated in northern Burgenland, It used to have the status of Grosslage, which is a large but shared single designated vineyard. Just under 300 hectares in size, it had now become a DAC in its own right. There were already four separate DAC’s in Burgenland. What is the point of having yet another one, aside from making the not-so-simple even more complicated for the consumer? Why not just leave it as a Grosslage and have it mentioned under Burgenland or whatever on labels? And there will now also be three different wines authorized from this DAC. More and more layers, regulations and separate names do not facilitate understanding from far away, and maybe even for most Austrians. Keep it simple, stupid!

David Cobbold

PS. At the end of next week I will be in the Veneto region of North-East Italy, taking a group from a Paris wine club on some visits. I hope to tell you about some of the wineries visited and things seen, heard and tasted in this, Italy’s biggest region for appellation wines.


5 Commentaires

SPIT, an example amongst student wine competitions

Tasting and wine knowledge competitions between the wine clubs of top business schools, universities and similar institutions seem to be all the rage. There are certainly a fair number of these every year, both in the UK and in France and I was fortunate enough to assist, as Master of Ceremonies and partially as judge, at one of the most important of these recently. I found it very impressive, both on the organizational side and from the point of view of the levels of knowledge shown by the twelve teams involved. I am not even sure that all professionals would have done as well as these students in what was a very difficult contest.

The wine circle of the French School of Political Studies, called Science Po, is called « In Vino Veritas », just like the Belgian wine magazine for which my colleagues Hervé and Marc write. Students, members of this wine club and who change each year, have been running their wine competition for the past ten years, this year’s edition being the tenth. They suitably call it SPIT (the French just love acronyms, and this one stands for Science Po International Tasting). Twelve teams were candidates for a final round that selected the top three of these for a final round of blind tasting: six of the teams were from France and six from other countries including the UK, the USA, Denmark and Australia. The competition, which included both wine knowledge and blind tasting tests, took place in the cellars of Champagne Bollinger, who are the main sponsors of the event.One could be in a worse place! And my name is Bond, James Bond….

The teams

The twelve teams competing, after a preliminary round of selection, were, from France: Ecole Normale Supérieure, EM Lyon, ENSTA Paris Tech, ESSEC, Polytechnique and Paris Dauphine.

And, from elsewhere: Australian National University, Copenhagen Business School, Cornell University, London School of Economics, University of Oxford and University of St. Andrews.

Each team was comprised of three members.

The jury

The jury this year included five wine professionals:

Raimonds Tomsons from Latvia was the Jury’s President. He was Best Sommelier for Europe and Africa in 2017

Charles-Armand de Belenet, General Manager of Bollinger

Julie Dupouy, Best Sommelier of Ireland and number 3 at the last World’s Best Sommelier Competition

Edwige Régnier, Programme Director at Le Cordon Bleu Reims

Patrick Lafforest, Bollinger’s chief enologist.

I also participated in the judging of the final.

The tests

The blind tasting tests for all teams, who tasted and answered the questions  simultaneously and on paper, involved four series, each consisting of three wines: one series of Champagnes (any guess for the brand?), one of white wines and two of red wines. Three of these series were preceded by a set of seven written questions. The copies were collected and the correct answers supplied after each series. The teams with the best three aggregate marks then went into the final.

An example of a tasting question? The three white wines served blind were, in this order, an Alsace single vineyard Grand Cru wine from Deiss, a Coulée de Serrant 1990 and a Beaune 1er Cru from Chanson. The teams had to guess the grape variety (or varieties) of the Alsace, which is pretty hard as Deiss does field blends on these wines, then say which of the three wines came from a vineyard with slate soils, and also guess the vintage of wine number 2.

The three teams that went into the final were: EM Lyon, ENSTA Paris Tech and Oxford University.

The test for each of the finalist teams was to taste one Champagne and one red wine, guessing the origin and the vintage of each, then preparing a presentation of each of the wines that had to be made successively to the jury, with just 90 seconds for the commentary on each wine. They were told that they would be judged mainly on the precision of their descriptions of each wine, but also on their creativity in associating each wine with food or some other evocation that came to mind, whether music, literature, painting or whatever.

It was a close call between these three teams, but Oxford came through by a short head, largely on account of the fluency, the coherence and the concision of their presentations of each of the two wines, just beating EM Lyon, who were over-long  and slightly repetitive in their comments, and ENSTA who were more hesitant, but also the most imaginative of the three in their associations. The wines, by the way, were both from the 1975 vintage: a truly magnificent Bollinger RD 1975 and, to me at least, a somewhat tired but silkily refined Romanée Conti 1975. All the teams guessed the Pinot Noir as the grape for the latter, and the Côte de Nuits as the region. Bollinger was a sure bet for the Champagne, but nobody got the vintage, which is not surprising as the wine seemed incredibly young.

Conclusion

One can imagine the work involved in the organization of such an event, with teams coming from all over the world, being taken to Champagne and having a night out the evening before plus a gala dinner to finish, after the competition, and which was held at the Palais de Thau in Reims. So congratulations to all those concerned! Not everything was perfect, but this is a student project and was not managed by a professional events company.

I was very happy to give some time to such an enthusiastic and friendly bunch of students, and was very impressed with the level of knowledge and interest in wine that they all showed. Events such as this are part and parcel of the future of wine.

David Cobbold


3 Commentaires

Des Racines, des Ailes… et des Vignes

Ce soir, sur France 3, l’émission Des Racines & des Ailes est consacrée à quatre vignobles français inscrits au patrimoine de l’Unesco. Avec des reportages tournés à Saint-Emilion, en Bourgogne, en Val de Loire et en Champagne…

Qu’on se le dise!

En espérant que Mme Buzyn et ses acolytes plus ou moins anonymes ne fassent pas un jour de ce patrimoine une sorte de zoo, un musée en plein air où les vignes ne seraient plus que de la décoration…

Hervé


10 Commentaires

J’aime le Champagne, c’est comme ça!

Aujourd’hui, on ne parle plus que de Prosecco. On en trouve même dans les rayons des supermarchés champenois. Pourtant, cette cuve close n’a pas grand-chose à voir, même quand elle est bien faite, avec le roi des bulles. On me dira qu’il y a des Champagne qui sont loin d’être au niveau (mais c’est comme dans toutes les appellations). Et qu’il y a des très bons Prosecco – certes, mais pas beaucoup. Le souci, pour moi, avec ces derniers, c’est leur douceur – heureusement qu’il y a le Spritz pour la calmer un peu.

Bref, le Champagne reste pour moi une boisson à la fois exquise et festive.

Un plaisir d’une effervescence émoustillante, blanc ou rosé, on a le choix. En voici deux beaux exemples offerts par la Maison Lombard à Épernay.

 

Blanc de Noirs Extra Brut Premier Cru Champagne Lombard

 

Doré pâle à la bulle fine et nacrée, le nez très poivré mêle les fragrances de croûte chaude de pain de seigle à la de brioche étoilé de fruits confits et au toast nappé de gelée de pissenlit. La bouche, ample, fraîche, vineuse, coule juteuse sur les papilles amusées de tant de gaieté. Gaité due au croquant espiègle du vin, à la foison tourbillonnante des fruits secs et confits, farandole incessante qui diffuse en notes déliées des arômes de pêche, de poire, de groseille, de framboise. Flux majeur qui nous emporte vers un ravissement gourmand et raffiné.

Ce 100% Pinot noir vient des vignes plantées dans les calcaires du Premier Cru Rilly-la-Montagne de la Montagne de Reims. L’élevage des vins tranquilles se fait en partie en bois. Le temps sur lattes est de 48 mois. Dosage : 4g/L

Située au cœur d’Épernay, les approvisionnements des Champagne Lombard viennent d’une bonne centaine d’hectares. C’est aujourd’hui Thierry Lombard, petit-fils du fondateur, qui dirige cette maison familiale crée en 1925.

Le boire avec…

Par facilité, on peut se prendre une bouteille à deux, en amoureux, de l’apéro au dessert. C’est risqué et pas très heureux. Alors, qu’assortir à cette élégante cuvée? Je suggère une viande blanche, du veau à la crème ou une poularde au four, sur lesquels elle fera beaucoup d’effet grâce à son caractère vineux, sa densité et son panache. Et puis, on en gardera un peu pour le fromage, une croûte fleurie comme le Brie ou le Chaource, voir un Langres. Et le plus sympa, c’est le côté désaltérant du breuvage.

Brut Rosé Premier Cru Champagne Lombard

 

Rose tendre à l’écaille saumon, à la bulle fine et délicate, au nez un rien musqué, mélangeant quelques subtils effluves de patchouli et de benjoin avant de s’ouvrir sur une multitude de fruits rouges et blancs. Corbeille débordante de fraise, framboise, cerise, pomme, poire et carambole. Tous poivrées à souhait et mélangées de biscuit concassé façon crumble pétillant. La bouche détaille le fruité, isole les baies, pour satisfaire l’envie des papilles de les appréhender une à une pour mieux les réassembler et nous apporter cette satiété inouïe soutenue par une salinité rafraîchissante. Un rosé tout en élégance !

Il assemble 40 % de Pinot Noir des Premier Cru Cumières, Sermier et Villedomanges, vinifiés en blanc ; 10 % de Pinot Noir vinifié en rouge du Grand Cru Verzenay et 50 % de Chardonnay du Premier Cru Grauves et Vertus. Il a passé 36 mois sur lattes et est dosé à 4 g/L

Avec quoi le boire?

Si le rose appelle le rose, le saumon lui convient ou mieux, le rare omble chevalier. Plus simple et plus belge, je vous la conseille, la tomate-crevettes (crevettes grises de la mer du Nord, of course), voire la croquette éponyme; car chez nous, en Belgique, les croquettes ne sont pas réservées aux chiens et aux chats!

Sinon, l’apéro lui sied également, ainsi que les fromages à croûte fleurie.

www.champagne-lombard.com

Ciao

 

 Marco


4 Commentaires

Bulles : une (petite et modeste) revue de détail

J’y vais tous les ans vu que ça a lieu chaque année au même endroit, à la même période et toujours selon le même principe : invités à un mois de Noël par Jean-Pierre Rudelle, le patron du Comptoir des Crus à Perpignan, les représentants des maisons de Champagne viennent avec armes et bagages faire goûter aux amateurs deux (parfois trois) de leurs cuvées, vins que l’on retrouve en vente pour ce jour-là à un prix «d’ami ».

Simple comme bonjour, cette initiative est aussi l’occasion pour moi de faire une petite révision champenoise. Et si j’en profite pour revoir mes avis sur des marques qui me sont familières, grandes ou petites, je m’attache aussi à découvrir de nouveaux noms comme le champagne Charpentier (acheté 16 € l’an dernier) qui a fait le bonheur de ma cave durant l’année écoulée.

20171125_112750_resized

Idée de décor ! Photo : BrigitteClément

Je vous en parlais en 2013 et déjà j’étais enthousiaste à l’idée que cette journée devienne une sorte de rituel. Il suffit de s’offrir un verre (10 € remboursés en cas d’achat) et de se promener au gré des barriques (renversées debout) transformées en comptoir de présentation et de dégustation. On peut même s’amuser à faire cela en accéléré. En se pointant par exemple dès l’ouverture, vers onze heures du matin. Le tour complet prend environ une heure trente avec une quinzaine d’arrêts et un temps plus ou moins long passé à discuter avec les représentants en fonction de l’intérêt de leurs vins ou (et) de leur connaissance du terrain. Bref, cela représente un apéritif studieux, juste avant d’aller déjeuner la faim au ventre quelque part en ville.

Version 2

Le champagne expliqué aux clients… Photo : BrigitteClément

Un exemple à suivre

Tous les cavistes (ou presque tous) devraient pouvoir organiser une telle journée et il me semble qu’ils sont de pus en plus nombreux à le faire dans d’autres grandes villes. Pour rendre la chose encore plus palpitante, il y a des habituées parmi les maisons qui font se déplacer une de leurs « commerciaux ». Cela permet de faire des comparaisons avec les vins voisins, de noter des changements de goûts ou de chef de cave. Puis chaque année quelques nouvelles marques en remplacent d’autres avec, parfois une ou deux cuvées d’exception, histoire de briller – ou de frimer – plus encore aux yeux des amateurs. L’avantage, c’est que ça tourne. Cette année, point de Pol Roger, de Krug, Jacquesson, Drappier ou Veuve Clicquot, guère plus de grosses pointures comme Moët et Chandon, peu de petits récoltants-manipulants et aucune coopérative de taille, à l’instar de celle de Mailly présente lors de je ne sais plus quelle édition.

Voici donc les bulles les plus marquantes de ma tournée 2017.

20171125_112802_resized

Quelques remarques préalables : pas d’ordre précis dans cette revue et toujours pas de notes chiffrées, je préfère la (ma) description, brève et parfois sommaire. Peu de description sur le ressenti au nez car dans ce genre de dégustation on est un peu pressé par le public et il faut aller droit au but : la bouche. Sachant que cette dégustation ne se faisait pas à l’aveugle, la seule chose que j’avais devant les yeux, en dehors du vin, était la marque du champagne, le nom de la maison si vous préférez. Pour ne pas être trop influencé, je refusais toute explication sur la composition de la cuvée et sur son prix de vente dont je n’ai eu connaissance qu’à la fin. Parlons-en du prix : dans ce qui suit, je vous donne le tarif consenti pour ce jour-là et le prix normal en boutique pour les jours à venir. Et quid du verre ? Sincèrement, j’ai oublié de noter ce détail (le nom de la verrerie) qui a pourtant son importance. Tout ce que je sais, c’est que j’ai décliné la flûte que l’on me tendait et que, grâce à mon pote caviste, j’ai pu bénéficier d’un beau verre assez large afin que je puisse considérer le champagne comme ce qu’il est : un vin à part entière et non une simple boisson à bulles.

-Deutz. Avec cette maison d’Aÿ la dégustation démarre toujours bien : j’ai l’impression d’être chez moi, de cultiver mon jardin. Tout commence avec un Brut Classic à majorité pinot noir qui m’enchante toujours tout bêtement parce qu’il « nettoie bien la bouche », qu’il la « prépare » à affronter la suite. Je ne sais pas pourquoi je mets tous ces mots entre guillemets, mais je les trouve adaptés à cette sensation de belle acidité, de fruits blancs et de longueur honorable (35,10 € au lieu de 39 €). Le blanc de blancs 2011 qui suit est encore plus engageant : crémeux dès le nez, il l’est ensuite en bouche. Matière riche, amplitude, fraîcheur et longueur, tout y est ! (62,10 € au lieu de 69 €). Au passage, j’attends avec impatience la nouvelle cuvée William Deutz 1990 de pur pinot-noir que je viens de mettre en cave pour quelques mois.

-Charles Heidsieck. Pas de problème non plus avec cette maison qui assure dans la régularité depuis pas mal d’années. Brut Réserve à la mousse frénétique, enthousiasme et fraîcheur en bouche, sans oublier l’équilibre, le tout avec une jolie finale (35,10€ au lieu de 39 €). Le Rosé Réserve assure lui aussi d’emblée une très belle prestation : droiture, netteté, franchise (48,60 € au lieu de 54 €).

-Le Gallais. Dans la vallée de la Marne, à Boursault, la maison produit une Cuvée des Cèdres (brut nature) : nez assez fin, bouche directe et expressive sur un équilibre bien dessiné (31,50 € au lieu de 35 €). La Cuvée du Manoir, par laquelle j’aurais dû commencer, donne un vin d’apéritif, plus marqué par l’acidité d’une pomme granny-smith (26,10 € au lieu de 29 €).

-Grier. Pas une marque champenoise, mais une maison sud africaine qui passe là-bas pour être le pionnier du mousseux de qualité. Installée depuis quelques années au fond de la vallée de l’Agly, dans les Pyrénées-Orientales, la famille Grier progresse indéniablement dans ses assemblages de macabeu, carignan blanc, grenache gris et autres vieux cépages locaux associés au chardonnay du coin (25%). Nez fin légèrement épicé, bouche pleine, riche, structurée et longue (11,70 € au lieu de 13 €). Deux vins sud-africains pour suivre : le brut Villiera Tradition (chardonnay pour moitié, reste pinot noir et meunier), 18 mois sur lies, croustillant, long et frais jusqu’en finale (11,70 € au lieu de 13 €) ; l’autre, le Monro brut, particulièrement droit en bouche, très long et marqué par une belle acidité (22,50 € au lieu de 25 €). D’excellents rapports qualité-prix et mon choix pour cette année.

-Bollinger. Une seule cuvée à goûter, celle qui fait figure de BSA, le Spécial Cuvée. Densité et matière en bouche, richesse et longueur sans emphase, c’est un classique auquel j’adhère volontiers (44,10 € au lieu de 49 €).

-Lallier. Difficile de passer après Bollinger, mais ce Brut Nature, aussi puissant que sérieux en bouche est joliment structuré et doté d’une belle longueur (31,50 € au lieu de 35 €). Le Grande Réserve, m’est paru moins bavard bien qu’il se distingue par sa richesse et sa longueur (26,10 € au lieu de 29 €).

-Ruinart. Un très chardonnay R de Ruinart dense, vif, animé, mais crémeux, fin et équilibré. Il me semble noter un changement dans le rajeunissement de cette cuvée que je goûte pour la première fois avec un plaisir intense (41,40 € au lieu de 46 €) alors qu’auparavant je n’étais guère attiré. Le Blanc de blancs quant à lui est très frais, assez craquant, aussi soigné en longueur qu’en équilibre (62,10 € au lieu de 69 €). Le rosé était trop glacé pour être sérieusement annoté, si ce n’est que je l’ai trouvé d’une richesse assez éclatante (62,10 € au lieu de 69 €).

20171125_114815_resized

-Henri Giraud. En progression, me semble-t-il, par rapport aux années précédentes, cette maison d’Epernay m’a bluffé avec son Esprit Nature bien sec, pinot noir et meunier, lumineux en bouche, marqué par une belle acidité (35,10 € au lieu de 39 €). Le Blanc de craie est un pur chardonnay (si j’ai bien compris) qui fait beaucoup d’effet : hauteur, puissance, netteté, équilibre, longueur (44,10 € au lieu de 49 €).

-Jean-Noël Haton. Vignerons indépendants de Damery, les Haton proposent un Brut Classic blanc de noirs d’une belle franchise idéale pour l’apéritif accompagné de crustacés (20,60 € au lieu de 22,90 €). Une autre cuvée Extra retient l’attention pour sa largesse, son amplitude, sa fraîcheur et ses notes poivrées (32,40 € au lieu de 36 €).

-Besserat-Bellefon. Toujours un faible pour cette maison qui se maintient à un bon niveau qualitatif. Une cuvée Grande Tradition au joli nez grillé, simple mais bien ficelée en bouche avec ce qu’il faut de fruits blancs et une finale sur la fraîcheur (21,60 € au lieu de 24 €). En brut, la Cuvée des Moines (déclinée en plusieurs cuvées, y compris rosé) se remarque par sa droiture, son amplitude, sa fraîcheur et son fruité persistant jusqu’en finale (28,80 € au lieu de 32 €). On notera enfin un magnifique Grand Cru Blanc de blancs toujours marqué par une large amplitude, beaucoup de noblesse côté matière et une grande élégance générale (40,50 € au lieu de 45 €).

-Philipponnat. Remarquable cuvée Royale Réserve (non dosé) pour cette maison de Mareuil-sur-Aÿ plus connue pour son fameux Clos des Goisses absent de cette dégustation. Le nez ne manque pas de distinction, tandis qu’en bouche on ressent la vinosité du pinot noir allié à la complexité d’une part non négligeable de vins de réserve. Amplitude, fermeté et longueur pour un vin digne d’une belle entrée en matière lors d’un repas entre amoureux du vin (35,10 € au lieu de 39 €).

-Marie Sara. Marque d’une maison auboise donnant naissance à une agréable cuvée de brut à la fois simple et souple, aux notes crémées et à la longueur honorable pour une dominante meunier (21,60 € au lieu de 24 €). Une autre cuvée Extra Brut (non dosée), typée pinot noir, se révèle plus épicée avec des notes grillées (32,40 € au lieu de 36 €).

20171125_120326_resized

-Laurent Perrier. L’Ultra Brut, que l’on ne présente plus, se distingue une fois de plus par sa complexité et sa longueur en bouche sur des notes pierreuses et fumées (43,20 € au lieu de 48 €), tandis que le brut (normal) La Cuvée, toujours aussi régulier, est tout simplement magnifique d’amplitude et d’expressivité, sans parler de son infinie longueur (35,10 € au lieu de 39 €). J’ai aussi retenu la même cuvée en rosé pour son imposante matière, sa densité et sa longueur en bouche (71,10 € au lieu de 79 €).

-Taittinger. Un Brut Prestige assez fin et complexe au nez, serré et dense en bouche (35,10 € au lieu de 39 €). La cuvée Grands Crus offre une trame toujours imposante et serrée sur des notes de fleurs des champs et une finale harmonieuse (47,70 € au lieu de 53 €).

-Charpentier. Une maison typique de la vallée de la Marne avec un Brut Tradition simple de par sa conception architecturale, aux trois quarts pinot noir, surtout marqué par des bulles très fines et de jolies notes fruitées (17 € au lieu de 18,90 €). Le rosé, assemblage pinot noir et chardonnay, nous promène sur de fines notes de fruits rouges dans une ambiance un peu plus vineuse (23,30 € au lieu de 25,90 €).

-Gosset. Le brut Excellence (majorité de pinot noir avec 40 % de chardonnay), très croustillant en bouche, offre de l’éclat, beaucoup de luminosité et de longueur (35,10 € au lieu de 39 €).

                                                                                                         Michel Smith

 


9 Commentaires

Hall of Merit, les 5 producteurs de mon Panthéon français

La semaine dernière, notre ami Jim nous a donné son « Hall of Fame » du vin en France – ou plutôt faudrait-il parler de  « Hall of Shame », dans son cas!

Ma sélection relève d’une autre approche. Il s’agit de cinq producteurs français (je pourrais faire la même chose pour d’autres pays, mais restons local) qui ont toute mon admiration pour avoir réuni les cinq critères suivants dans leur production :

  1. Ils élaborent avec régularité et sans faille des bons vins depuis des années.
  2. Ils sont ou ont été innovants dans leur approche.
  3. Ils pratiquent des prix très raisonnables dans leurs appellations respectives
  4. Sans être des structures géantes, ils produisent des quantités qui rendent leurs vins disponibles assez largement et dans plusieurs pays et circuits ou en tout cas une partie de leurs gammes).
  5. Ils ne bénéficient pas de la rente de situation qui consiste à avoir hérité d’un domaine ou d’une unité de production dans une appellation ou zone  prestigieuse.

En prenant en compte tout cela, je nomme les 5 suivants, même s’il y a, forcément, d’autres candidats très valables ici ou là. Et, du coup, je suis bien obligé d’ignorer aussi certaines régions.

Champagne : Serge Mathieu

Loire : Henry Marionnet

Rhône : Marcel Richaud

Languedoc : Hecht & Bannier (H&B)

Bordeaux : la famille Despagne (Château La Tour Mirambeau, etc)

Maintenant, je vais vous donner mes raisons spécifiques pour chaque choix, hormis le critère de qualité qui est forcément un peu personnel. Et je devrais rajouter aussi parmi ces critères, la qualité humaine, élément à mes yeux indispensable pour figurer dans mon palmarès. Tous ces vignerons/producteurs remplissent évidemment cette condition.

Champagne Serge Mathieu, Aube

Michel Jacob et Isabelle Mathieu, l’équipe gagnante

http://www.champagne-serge-mathieu.fr

Quelqu’un qui se connecte au site web de ce producteur verra que j’ai écrit une introduction à leurs vins. Je peux dont être accusé d’une forme de biais en leur faveur. Mais mon texte reflète exactement ce que je pense, depuis longtemps, concernant la qualité des vins de cet excellent producteur encore peu reconnu en France, mais dont 70% de la production sont exportés. On peut aussi me reprocher d’inclure dans ma courte sélection un producteur de Champagne, si on considère qu’être nés dans cette région et d’hériter d’un vignoble constitue déjà une forme de « rente de situation », selon mes propres critères. Oui, mais ce domaine se situe dans l’Aube, dans un village peu connu et loin des grands crus de la Marne.

J’étais tombé par hasard sur ce producteur il y a 20 ans en faisant des recherches pour un petit guide de la Champagne pour un éditeur anglais. Je ne le connaissais pas à l’époque et j’écrivais ceci dans ce petit guide : « This family estate makes some beautifully fragrant Champagnes which are properly aged before being sold ». Cela reste tout aussi vrai aujourd’hui, même si ma connaissance de leur approche méticuleuse à la viticulture et à la vinification s’est approfondie depuis. Et je n’ai jamais été déçu par aucun de leurs vins. Comme souvent en Champagne, je juge la qualité d’un producteur surtout à l’aune de sa cuvée la plus vendue, qui est toujours son brut non-millésimé. Si le reste de la gamme est à la hauteur, le Brut Tradition de Serge Mathieu, issu à 100% du Pinot Noir, est pour moi aussi exemplaire que raisonnable en prix. En plus, il vieillit très bien.

Henry et Jean-Sébastien Marionnet, Touraine, Loire

Jean-Sébastien et Henry Marionnet

http://www.henry-marionnet.com/

Etre vigneron à Soings-en-Sologne est tout le contraire d’une rente de situation. Il faut faire bien et le faire savoir en permanence pour émerger, sans pouvoir exagérer sur les prix. C’est le cas d’Henry Marionnet depuis une trentaine d’années, et maintenant de son fils Jean-Sébastien. Cette année, le vin primeur de Marionnet était une fois de plus un des meilleurs vins primeurs que j’ai pu déguster. Ils élaborent un vin sans soufre ajouté depuis 25 ans, bien avant la mode galopante actuelle. Ils ont eu le culot de planter 5 hectares de vignes non-greffées, ce qui nous offre une possibilité unique de déguster, que cela soit avec le  gamay, le malbec ou le sauvignon, côte à côte, des vins faits de la même manière et issus de la même parcelle ; l’un avec une vigne franche de pied et l’autre avec une vigne greffée. La différence est aussi nette que saisissante et nous indique le degré de perte d’intensité de saveurs qui résulte du greffage opéré afin de résister au phylloxera. En trente ans, je n’ai jamais goûté un mauvais vin de ce producteur qui remplit avec brio tous mes critères pour cette sélection.

Marcel Richaud, Cairanne, Rhône Sud

Marcel Richaud et ses enfants

http://www.chateauneuf.dk (NB. Ce producteur ne semble pas posséder son propre site web, ce qui est assez curieux, mais ce site donne des informations factuelles sur le domaine)

Marcel Richaud a pris la suite de son père sur le domaine familial situé près de Cairanne, dans le Rhône méridional. Au lieu de vendre ses raisins à la cave coopérative, il a voulu élaborer des vins lui-même et cela avec une forte éthique aussi bien dans la vigne que dans ses vinifications. Si ses vins sont appréciés par le microcosme du « vin nature », il le sont également par un public bien plus large. Autrement dit, ils sont propres, libres de brettanomyces, d’oxydation prématurée et d’autres petits désagréments. La gamme offre des choix et des prix très raisonnables, selon le niveau. Là aussi, je n’ai jamais été déçu par un vin de Marcel Richaud, même si je ne les connais que depuis une vingtaine d’années : la pureté du fruit et la belle texture des vins les plus accessibles est remarquable , comme sont l’intensité et la complexité des cuvées plus limités, comme l’Ebrescade. Il est largement responsable, certes avec d’autres, de l’émergence de Cairanne en tant que « cru » dans le Rhône.

Hecht & Bannier, négociants, Languedoc et Provence

François Bannier & Grégory Hecht

http://hechtbannier.com

Il s’agit de deux personnes, François Bannier et Grégory Hecht, que je connais personnellement et je peux donc être accusé d’un biais en leur faveur. Je crois qu’il n’en est rien et, pour ma défense, je signale que d’autres que moi ont déjà largement approuvé leur démarche et la qualité de leurs vins. Hecht et Bannier ont démontré, dès leurs débuts en 2002, qu’ils ont de l’audace (et il en faut pour créer une entreprise dans le vin quand on ne naît pas dedans et que cette entreprise est innovante), un savoir faire et un vrai amour du vin et des choses bien faites. Aucun de leurs vins ne m’a jamais déçu, même si j’ai forcément des préférences. N’ayant pas l’argent pour acheter des vignes, ils ont décidé, dans la tradition des négociants/éleveurs qui ont fait la réussite de la Champagne, de la Bourgogne ou de la Vallée du Rhône, d’acheter des lots de vins soigneusement choisis dans différentes appellations du vaste Sud, de les élever avec soin, puis de les vendre, bien habillés, dans tous les coins du monde. Et les prix aux consommateur restent parfaitement raisonnables, entre 7 et 20 euros selon l’appellation. Leur originalité consiste a avoir instauré ce travail de sélection et d’élevage soigné dans une région qui en était dépourvue en dehors de quelques grandes structures et ainsi de présenter aux distributeurs et aux consommateurs une gamme qui rend lisible une région si importante.

Famille Despagne, Naujan & Postiac (région Entre-deux-Mers), Bordeaux

Thibault, Baseline et Jean-Louis Despagne

http://despagne.fr/

La famille Despagne possède 5 châteaux dans cette belle région de l’Entre-deux-Mers, pourtant pas favorisée par les a priori des consommateurs qui ne regardent que les étiquettes et les appellations : Tour-de-Mirambeau, Mont-Pérat, Bel-Air-Perponcher, Rauzan-Despagne et Lion-Beaulieu. Premiers vignerons français à être certifiés ISO9001 et ISO14001, ils ont aussi su créer un nouveau standard pour les vins de la région avec la gamme Girolate, issus de vignes plantées à 10.000 pieds à l’hectare et avec une vinification intégrale, rouge comme blanc. Mais ce sont, comme toujours, par leurs vins les plus accessibles que les Despagne doivent être jugés, selon moi. Là aussi, je n’ai pas le souvenir d’une déception. Après Jean-Louis, le père, la relève est assuré par Thibault et Baseline et leurs équipes. Qualité, régularité, ténacité, créativité, accessibilité… tous les critères sont présents ici, « in spades » comme on dirait dans mon pays natal.

David Cobbold 

 


Poster un commentaire

99 + 1 bonnes raisons de…

…manger du gras et de boire du Champagne

Notre société actuelle nous culpabilise trop, fait attention à ci, à ça, mange pas trop, ne bois pas, bien qu’on nous une tonne de saloperies à table, quand on n’y fait pas gaffe. Alors, quand on la chance de déguster du bon gras comme celui du jambon qu’il soit iberico, de Bigorre ou culatello, pourquoi renoncer à ce régal? Le gras donne du goût, quant au maigre, tout seul, il est sec et manque de goût.

Ça me rappelle cette cliente qui, voulant faire de la blanquette, se prend une barquette de veau bien maigre, alors que moi, je tentais de trouver certes du maigre, mais entouré de gras, de couenne et de cartilage. La mettant en garde à propos de ce maigre dominant, elle me répondit d’un regard d’incompréhension, l’air de dire, mais justement, il n’y a pas de gras, c’est ça qui est bon. Le boucher, lui, comprit tout de suite et me découpa juste pour moi un joli morceau entouré de couenne, de cartilage et de gras.

Et pour nous qui sommes avant tout œnophiles, comme le souligne Blandine, l’auteur :

Parce que même dans le vin, il y a du gras

Et puis, le gras ça nous donne déjà l’occasion de boire du champagne, ça le décape un peu, ça nous rince le gosier et ça nous permet ensuite, de le savourer, ce cru d’Avize, d’Ay ou d’ailleurs.

Allez, juste une rincette…

Et comme dit Isabelle l’auteur :

« Parce qu’il n’y a rien de mieux pour faire démarrer les conversations et parce qu’aucune grande histoire d’amour n’a commencé autour d’un bol de salade… »

Voilà deux petits livres bien sympas, écrit le premier autour du par Blandine Vié, qu’on peut retrouver sur le blog gourmand gretagarbure, et le second par Isabelle Bachelard qui nous a pondu l’an dernier les 99+1 bonnes raisons de boire un verre de vin. On ne peut lui en vouloir !

99 + 1 (bonnes) raisons de boire du champagne et 99+1 (bonnes) raisons de manger du gras sont parus aux éditions Artémis, 104 pages au prix de 7,90€

Qu’on se le dise !

Zut, j’ai des yeux dans mon Champagne

 

Ciao

 

Marco #balance ton porc mais pas son gras