Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

Revoir Colombo, revivre Cornas !

Enquêtrice de choc, notre Marie-Louise a déjà presque tout déballé sur les frasques du personnage, comme vous pourrez le constater en suivant ce lien. J’ajouterai pour ma part que, pour résumer mon sentiment à chaque occasion où je me retrouve face à lui, Jean-Luc Colombo ne change pas et fait figure de fou génial qui remue ciel et terre pour atteindre son but. La communication étant chez lui une seconde nature, il peut déplacer des montagnes, renverser des obstacles, tout chambouler pour enfin obtenir le résultat, « son » objectif. Il ne le dit pas, mais son credo dans la vie consisterait à faire preuve d’une très forte notoriété face aux vignerons/négociants déjà bien établis entre Vienne et Valence, j’ai nommé Jaboulet, Chapoutier, Guigal et les autres. Un rien mégalo, il veut lui aussi sa part de gâteau sur la carte des grands crus du nord-rhodanien. Malgré tout cela, l’homme ne néglige pas l’amitié, bien au contraire : il la cultive. Et c’est pour cette raison majeure que je suis venu l’embrasser à l’occasion de ses 30 ans de présence et de fidélité à Cornas.

IMAG1092_1

Des tipis dressés au bas de Cornas pour abriter les festivités de Colombo. Au fond, les vignes de ce petit cru qui ne dépasse pas 200 ha. Photo:MichelSmith

Car il faut bien le dire, hormis la présence d’une ou deux vedettes – qu’il est loin le temps où l’on s’arrêtait sur la 86 chez le grand Auguste (Clape) dans l’espoir d’acheter un ou deux cartons en s’entendant dire : « Désolé, je n’ai plus rien à vendre, mais si vous voulez, j’ai tout à déguster ! » -, Cornas n’a jamais été le cru chéri de la plupart des goûteurs professionnels qui préférent les salamalecs d’un Marcel (Guigal) aux plaisirs plus simples d’un Voge ou d’un Lionnet. Trop au sud ce cru du Nord ! Trop beaujolais comme sonorité que ce Cornas granitique dernier de la liste. Et puis trop Ardèche, trop péquenot… Trop ? Oui, sauf pour des anglais dénicheurs de crus comme Tim (Johnston) ou John (Livingstonelesquels ne rataient rien des vins à découvrir dans ce « couloir magique » où émergeaient d’autres appellations méconnues telles Crozes-Hermitage ou Saint-Joseph. C’était l’époque où l’agriculteur du coin hésitait encore entre les arbres fruitiers et la vigne. Certains faisaient les deux, ce qui était plus rassurant à leurs yeux.

imag1064.jpg

Bordée par le Rhône, la petite ville de Tain et sa colline de l’Hermitage. Photo: MichelSmith

Alors ? Alors je n’ai jamais compris pourquoi la cote (les prix) d’un côte-rôtie ou même d’un hermitage pouvait être telle qu’elle reléguait Cornas au plus bas de l’échelle. Une injustice de plus à mes yeux de débutant ! Colombo pensait un peu comme moi. Dès son installation à Cornas, alors simple patron avec son épouse, Anne, d’un Centre œnologique toujours en activité, JLC s’est présenté, chemise ouverte et sourire au vent, comme le chantre de cette appellation oubliée et méprisée. Tout en attirant autour de sa personne une bande de jeunes vignerons en quête de gloire et de marchés. Un peu à la manière d’un Georges Vernay, il fonde à leur intention Rhône Vignobles. Ce titi marseillais qui adore cuisiner dans sa cheminée, va se construire un domaine qu’il souhaite inscrire dans la biodiversité puis dans la bio tout court. Parallèlement, il fonde son entreprise au sein de laquelle il révèlera quelques climats notoires devenus depuis les grands représentants de Cornas.

IMAG1087

Colombo (à gauche) et la gastronomie, une longue histoire. Photo : MichelSmith

Non content de développer une société de conseil parallèlement à une boîte de négoce, ce mec nous paraissait fou au point de mettre son vin en bouteille bordelaise pour le vendre au tarif d’un grand cru ! De quoi faire sortir Parker de ses sentiers battus et voir frémir les babines de Bettane. Et maintenant, voilà qu’il dirige une florissante et grande winery en bas du village, rue des Violettes, toujours avec Anne, mais aussi avec sa fille, Laure, véritable ressort ambulant aux joues bien roses, mariée à un vigneron de Saint-Péray et toute jeune maman d’une ravissante petite Lili. La soixantaine engagée, tel un parrain du bas de la Canebière, Jean-Luc Colombo règne en maître sur ses cuves et ses barriques, s’accordant quelques escapades dans son nouveau vignoble proche de son autre base familiale, à Carry-le-Rouet, et de sa chère Méditerranée.

IMAG1084

Photo : MichelSmith

On pourrait faire un livre sur ce personnage de roman. Lors de sa fête bisannuelle si bien décrite par Marie-Louise jeudi dernier, fête à laquelle j’étais également invité, tandis que notre sommelière nationale se débrouillait pour se concentrer sur les vieux millésimes (en 7, depuis 1987) des Ruchets, le cru-phare (et bio) de la famille Colombo, j’ai voulu de mon côté prendre quelques notes sur les vins mis en dégustation libre. J’en ai profité pour me concocter un petit tasting particulier avec l’aide de ma compagne, Brigitte, qui me présentait un à un les vins sans commentaires superflus tandis que j’étais confortablement assis sur une belle chaise en plastique, le carnet posé sur une nappe en papier encombrée de gadgets américains, vu que les US étaient à l’honneur. Ainsi, pour vous punir (ou vous récompenser) d’avoir lu jusqu’au bout, voici mes notes, en commençant par les blancs. Les prix indiqués sont TTC. Lors des Automnales, il y avait des réductions intéressantes sur bon nombre de cuvées.

-IGP Méditerranée 2016 « Les Collines de Laure ». On devine une certaine altitude dans ce vin d’aspect facile (mais pas ennuyeux), ponctué de notes pierreuses et marqué par une belle acidité au point d’être à l’aise sur les huîtres laiteuses de Marennes. 10 €.

-Côtes du Rhône 2016 « Les Abeilles ». Assemblage roussanne/clairette, délicat et gras en bouche, il reste dans la simplicité et demande un an ou deux de bouteille pour révéler pleinement ses arômes floraux. 9,90 €.

-Côtes du Rhône 2016 « La Redonne ». Roussanne associée au viogner, ce blanc ne manque pas de tempérament de par sa fraîcheur, sa densité et sa structure forte d’une belle acidité. Sur des charcuteries. 14 €.

-IGP Méditerranée 2015 « Les Anthénors ». Il s’agit d’une clairette plantée sur les hauteurs de la Côte Bleue, près de Carry-le-Rouet, sur la commune de Sausset-les-Pins. Du gras, de la gourmandise et de la largesse en bouche, c’est un vin très élégant, assez inattendu, marqué par la longueur et qui s’accorde à merveille avec les poissons de là-bas. 28 €.

-Condrieu 2016 « Amour de Dieu ». Typé viognier (abricot sec), le vin est tendre à souhait, riche, voluptueux et plein en bouche. Il manque juste à mon goût un poil de structure, mais peut-être est il trop jeune ? Reste, qu’il se conduit fort bien à l’apéro ! 45 €.

-Sain-Péray 2016 « La Belle de Mai ». Le domaine bio de Laure et de son mari, peuplé d’animaux, donne ici un blanc auquel je n’étais plus habitué dans cette appellation : un style intense, tendre et régulier, mais aussi un fond de fraîcheur bienvenue et une très belle longueur. On ne s’en lasse pas ! Ce fut mon blanc favori durant ce week-end, même si j’estime qu’il a encore besoin de quelques années de cave. 28 €.

-Méditerranée 2016 « Les Collines de Laure ». Un premier rouge facile, syrah pure, dense et bien rythmé en bouche, notes viandeuses et épicées. Parfait pour un tajine de poulet ou de pigeon. 10,10 €.

-Côtes du Rhône 2016 « Les Abeilles ». Rouge simple où le fruit s’accorde avec les petits tannins poivrés. Un assemblage, grenache, mourvèdre, syrah à boire frais sur de petites grillades. 9,90 €.

-Côtes du Rhône 2016 « Les Forots ». Plus de classe à l’évidence : matière bien balancée par l’opulente d’une expressive syrah, voilà un rouge droit dans ses bottes, capable de tenir 4 à 5 ans grâce à ses tannins joliment associés aux fruits rouges. Finesse en fin de bouche. 14 €.

-Saint-Joseph 2016 « Les Lauves ». Sur la réserve, dense, trame tendue, droiture et équilibre, tannins bien en vue, fruit un peu vert en finale, cela ressemble à un bon vin de garde. 25 €.

-Côte Rôtie 2015 « La Divine ». À la fois tendu, serré et très porté sur le schiste, sans oublier la fraîcheur et l’élégance, voilà un vin secret qui n’est pas prêt de se livrer dans l’immédiat. Syrah bien sûr, avec une pointe de viognier. 48 €.

-Châteauneuf-du-Pape 2014 « Les Bartavelles ». Encore un rouge sous tension, notes de fruits rouges en veilleuse, longueur. Ce n’est pas un foudre de guerre à mon avis, mais il serait plus sage de le rejuger dans 5 ans. Environ 40 €.

-Cornas 2015 « Les Méjeans ». Cette bouteille bourguignonne (serait-ce du négoce ?) livre un rouge dense, prenant et vif. Finale sur des tannins plutôt secs. Attendre encore… 29 €.

Cornas 2015 « Terres Brûlées ». D’emblée le nez s’impose sur la finesse. Assemblage soigné des raisins du domaine provenant des différentes parcelles, c’est l’archétype du cornas qui vous saisit avec fermeté dans son enveloppe d’épaisseur, de densité. Longueur remarquable, les tannins sont bien là, presque trop sévères pour le moment. Laisser passer au moins 10 ans avant de goûter ce vin sur un gibier à plumes, un salmis de palombe, par exemple. 39 €.

-Cornas 2015 « Les Ruchets ». Bien décidée à imprimer son style sur cette parcelle de vieilles vignes face au levant, une vigne qui symbolise l’attachement de ses parents à Cornas, Laure Colombo a réalisé à n’en pas douter une de ses pièces maîtresses. Nez encore plus fin et pointu que le précédent, on ressent en bouche toute la force de ce terroir bien spécifique. Structure prononcée, matière et tannins en réserve, complexité, longueur, c’est un vin que l’on garde 20 ans sans craintes, pour accompagner un canard au sang ou un chevreuil avec une sauce aux truffes. En élevage, la version 2017 s’annonce majestueuse ! 67 €.

-Cornas 2015 « La Louvée ». Nez très fin et caressant, délicatement épicé, voilà une vraie cuvée « sudiste » avec son amplitude gracieuse et harmonieuse, une belle épaisseur en bouche, une force contenue et des tannins magnifiques qui se cachent en réserve. Entre 10 et 20 ans de garde selon la cave. L’agneau s’imposera ! 75 €.

À mon grand regret, l’autre grande cuvée de Laure, « Le Vallon de l’Aigle » 2015 (Cornas), n’était pas proposée à la dégustation. Vinifié uniquement dans les très grands millésimes, elle ne dépasse pas le millier de bouteilles. Il paraît que c’est quelque chose d’unique ! Environ 130 €.

Michel Smith

 


5 Commentaires

Die-moi tout!

Un voyage express en Diois m’a permis de prendre le pouls de cette région plus complexe qu’il n’y paraît.
Le Diois, c’est (plus que jamais) la Clairette de Die, qui me semble en très bonne voie, mais c’est aussi le Crémant de Die, et beaucoup plus confidentiels, les Coteaux de Die (en blanc tranquille); sans oublier le Châtillon en Diois (en trois couleurs), qui fait la part belle à l’aligoté et au gamay.

Die3

La Drôme à Pontaix (Photo (c) H. Lalau 2015)

J’ai le plaisir de vous annoncer que les vendanges se sont plutôt bien passées: le soleil a été au rendez-vous tout l’été, mais avec assez d’épisodes pluvieux pour ne pas stresser la vigne, et cerise sur le gâteau, les muscats ont été rentrés avant la pluie.

J’ai pu rencontrer quelques vignerons de caves particulières, ainsi que des responsables de la Cave de Die, alias Jaillance, qui représente plus des 3/4 de la production.
Indépendamment de la structure, j’ai pu entendre des discours très positifs sur l’engagement qualitatif, et surtout, en constater les résultats concrets dans les vins. Je retiens surtout de très belles Clairette de Die Méthode Ancestrale, ou des Clairette de Die Tradition, ainsi que d’étonnants aligotés.

Je constate que Die a suivi une voie différente de Limoux: ici, ce le Crémant n’a pas pris le pas sur le doux.

Die6

Dans les vignes de Châtillon… en Diois, bien sûr (Photo (c) H. Lalau)

 

Comme le confie Fabien Lombard, le Président du Syndicat de la Clairette (et vigneron au domaine de Peylong), « La Clairette, c’est d’abord ce que nos clients nous demandent! ».

Il faut dire qu’à mon humble avis, la Clairette – toutes cuvées confondues – n’a jamais été séduisante.

Oubliez les vins mous, prématurément oxydés, les faux goûts, les papilles anesthésiées par les sucre; la plupart des cuvées dégustées sont fines, et exhalent des notes très pures de fruit – tantôt agrume, tantôt tropical, et le sucre est maintenu à des niveaux d’autant plus acceptables que les acidités sont plus que correctes (notamment dans les cuvées intégrant beaucoup de clairette). Cette maîtrise est d’autant plus remarquable que la méthode traditionnelle est particulièrement délicate (pas question de rectifier au dosage).

CabaneDie00

Photo (c) H. Lalau 2015

Quant aux aligotés, je leur trouve non seulement l’attrait de la surprise (mais que sont ils venus faire là?), mais aussi du punch, de la fraîcheur et une amertume bien sympathique en finale.

J’ai aussi été frappé par l’étendue de l’appellation (non en termes de surface plantée, mais en termes de longueur, puisqu’elle s’étend sur plus de 50km, au fil d’une Drôme qui zigzague entre collines molles et parois abruptes. Voila qui est propice à l’émergence de nombreux méso-climats; le haut de la vallée, naturellement, est plus élevé en altitude; d’autre part, on trouve aussi bien des coteaux pentus que des vignes de fond de vallée.

Mais la vérité est dans le verre, voici donc ma sélection de belles bouteilles dégustées à votre attention.

IMG_7098

Trois des bouteilles qui nous attendaient à la Maison de la Clairette de Vercheny

Domaine Peylong 2012 Clairette de Die
Nez mûr. Notes florales, framboise; en bouche, de l’anis et une amertume sympathique, pas envahissante.

Domaine de Monge Granon Cuvée de Minuit Crémant de Die
Légèrement oxydative, mais crémeuse à souhait, cette cuvée assemble 2011 et 2012; elle est toute opulence et vinosité.

Domaine de Peylong L’Oublié Coteaux de Die 2012
100% Clairette. Belle amertume, quelques de fleurs blanches, d’abricot et de pastis, assez gras en bouche. Parfait à boire aujourd’hui, après 3 ans… d’oubli. La clairette a besoin de temps.

Jaillance Châtillon en Diois Aligoté  2014 
Très belle acidité, citron, pierre à fusil, et pour finir, une savoureuse amertume.

Jaillance Clairette de Die Cuvée Impériale
Léger et aromatique, des jolies fleurs blanches, du maracuja, des belles notes de raisin mûr, mais tout en finesse. Aucune lourdeur en bouche malgré les 60g de sucre..

En résumé: à visiter d’urgence. Pour remettre ses papilles à l’heure; pour s’en mettre plein les mirettes, aussi, de cette jolie vallée comme blottie entre les montagnes environnantes. A ne pas manquer: les vignes autour de Châtillon, et puis Pontaix, avec ses passerelles sur la Drôme, et sa chapelle accolée à la roche.

Et pour dormir? J’ai ce qu’il vous faut: Le Domaine de Blacons, à Mirabel-et-Blacons, +33 6 29 40 96 73

Hervé LalauIMG_7183


Poster un commentaire

#Carignan # 194 : à Bellegarde, il n’y a pas que la Clairette.

Bon, je n’ai rien contre la belle Clairette du Midi, celle du Languedoc qui brille dans les assemblages à Châteauneuf-du-Pape. Encore moins contre celle de Bellegarde, mais comme mon sujet est le Carignan, j’men vais vous causer d’un petit ovni à base de Carignan blanc.Vous le savez peut-être, en la matière mon préféré reste de loin celui du Domaine Lecomte des Floris, « Lune Rousse », dont je vous chanterais les louanges bientôt, pour peu que je mette de l’ordre dans mes carnets de dégustations. Eh bien, ce petit dernier, celui du Clos des Boutes, à Bellegarde (Gard), se pose en challenger. Il est l’œuvre de Sylvain Boutée, modeste vigneron qui, avec 8 ha en bio (depuis 2007), régale son monde avec des Costières bien axés sur le fruit, une inévitable Clairette et, en Pays du Gard, un Carignan blanc de toute beauté !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Le 2011 peut paraître assez sobre de prime abord, mais en réalité, il sautille de joie une fois bien installé en bouche. Pour faire bien, on dirait qu’il a un « touché » remarquable tant il est dense, riche, droit et structuré. Je le verrais bien sur une terrine de lapin ou une fricassée de champignons des prés préparée avec un peu de crème fraîche. Son auteur me dit qu’il existe aussi un Carignan noir qu’à mon grand regret il n’a pu me faire goûter. Toujours est-il que ce vin, comme presque tous les autres de la cave, est commercialisé autour de 16 euros pour le particulier ce qui, lorsque l’on travaille sur des rendements plutôt bas, comme la plupart des bons vignerons du Sud, me semble raisonnable. Pour joindre le vigneron, essayez le téléphone : 04 66 20 00 36 ou 06 03 41 15 49. Ou encore votre bon vieux clavier : closdesboutes@yahoo.fr.

Michel Smith

OLYMPUS DIGITAL CAMERA


1 commentaire

Die, Tonton, qu’est-ce que tu bois?

Le saviez-vous ? Die compte parmi les plus anciens terroirs de vin à bulles au monde. Laissez donc Tonton Hervé vous en conter l’histoire…

Il était une fois au bord des Alpes un peuple qui s’appelait les Voconces, et qui produisait du vin selon une curieuse méthode; d’après Pline l’Ancien, qui les cite dans son Histoire Naturelle, ces Gaulois plongeaient les récipients contenant le vin en début de fermentation dans les rivières de leurs montagnes pour lui conserver son pétillant – le principe même de la Méthode Dioise. Pline écrivait ceci en 77 après JC, ce qui ne nous rajeunit pas. Et des outils à vocation bachique retrouvés sur le site d’une ancienne villa viticole de Pontaix confirment le passé viticole antique de la région.

Diois

Au bout du Diois

Vive le chemin de fer!

Preuve supplémentaire de la qualité des vins: au 14ème siècle, un édit interdit l’apport de vins extérieurs dans l’aire de production de la Clairette de Die.

Celle-ci connaît un premier essor au 18ème siècle, avec la création de nombreuses caves. Avec l’arrivée du chemin de fer, à la fin du 19ème siècle, elle part à la conquête du marché français; dès 1910, elle est reprise dans le classement des futures appellations. Ce statut d’AOC lui est conféré en 1942.
La production connaît un nouveau développement avec la création de la cave coopérative, en 1950. Développement qui se traduit par un accroissement de la superficie viticole.
Dans le même temps, les procédés de production sont mieux encadrés: en 1971, la Méthode Dioise Ancestrale -utilisée pour cette seule AOC- est précisée.

La méthode Dioise

Dans cette méthode, différente de celle utilisée pour les Crémants, la première fermentation est volontairement incomplète. Elle est ralentie ou arrêtée par le refroidissement du moût à basse température. Le moût est par la suite mis en bouteille, sans ajout de liqueur de tirage, et le processus de fermentation est relancé par une augmentation de la température, le dioxyde de carbone généré lors de cette fermentation en bouteille créant l’effervescence. La fermentation s’arrête naturellement lorsque le vin atteint un degré d’alcool proche de 7° à 9°. Les vins produits par la méthode rurale sont parfois troubles à cause de la présence de sédiments. A Die, on utilise un filtrage sous pression qui permet de clarifier le vin sans pour autant nuire à son effervescence.

Outre la Clairette de Die (paradoxalement, majoritairement issue de Muscat), les 31 communes de l’aire d’appellation du Diois produisent aussi le Crémant de Die (appellation reconnue en 1993). Il s’agit d’un vin effervescent élaboré selon la méthode dite traditionnelle.

En parlant de tradition, et pour ne pas rester la bouche sèche après toutes ces explications, j’ai débouché une Clairette Bio Tradition de chez Jaillance (alias Cave de Die). Voici mes notes de dégustation.

Robe : Brillant, or pâle, bulle fine. Nez: Pâte de coing, herbe fraîche, notes de fruits exotiques. Bouche: équilibrée, notes d’infusion (tilleul, camomille…) et belle nervosité, de l’élégance – il y a une vie après la touche sucrée.

Accords gourmands: tout seul, en milieu d’après-midi. Ou bien au dessert, sur des glaces, des tartes, des crumbles au fruits, ou un moelleux au chocolat.

Hervé Lalau

PS. Quand le sage montre la lune, est-ce que l’idiot regarde le Diois?