Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


19 Commentaires

Souverains poncifs 

C’est fou le nombre de bêtises qui circulent dans le domaine du vin, transmises de génération en génération, de sommelier en sommelier, de critique en critique, de buveur en buveur. Légendes urbaines, on-dits, souverains poncifs, ou simples conneries, parfois teintées de snobisme. Et l’âge ne fait rien à l’affaire. Une vieille bêtise reste une bêtise. En voici quelques unes, avec, quand c’est possible, le contre-exemple, en guise d’antidote…

 

Le Champagne fait moins mal à la tête que les autres bulles

Contre-exemples: innombrables (de migraines, aussi bien du côté du Champagne que des autres bulles); et pourtant, c’est vrai, on lit toujours ce genre d’affirmations mal étayées sur des sites de référence et même dans des sondages, preuve que la Champagne entretient bien son image de produit de luxe… et peut, parfois, faire preuve de mauvaise foi (l’histamine a bon  dos, pourquoi les Chardonnay-Pinot de Loire, du Jura ou de Bourgogne en auraient-ils moins que ceux de Champagne?).

Les blancs du Sud sont lourds

Les vins d’Espagne sont alcooleux

Contre-exemples: les vins de Galice (et bien d’autres).

Le Porto est un vin d’apéritif

Contre-exemple: le mode de consommation anglais du Porto, qu’on qualifiera de diversifié – cela va du foie gras au fromage, en passant par le chocolat, sans oublier le cigare. Dans sa nouvelle « The Choice of Amyntas », Somerset Maugham a d’ailleurs écrit de fort belles choses sur la façon de boire entre un et quatre verres de Porto, selon l’effet recherché, et en dehors des repas.

Le Málaga est un vin cuit

Contre exemple: tous les Málagas; Certains contiennent une réduction de vin, l’arrope, mais pas tous; et c’est loin d’être l’élément principal des vins.

Le Madère, c’est pour la cuisine

Contre-exemples: la plupart des Madères qui ne sont pas présentés dans des petites bouteilles moches en grande distribution.

Le rosé, ça se boit dans l’année

Contre-exemple: tout ce qui ne ressemble pas à du blanc taché, au goût de bonbon, de vernis ou de pamplemousse (et que vous aurez la patience d’attendre). Lancez notre ami Marc sur ce thème, il est intarissable. Et à propos de tari, voyez Guillaume, au Domaine de la Bégude.

Les vins allemands sont sucrés

Contre-exemples: innombrables. Mais quel est le pourcentage de Français qui dégustent régulièrement des vins allemands depuis la dernière mise à sac du Palatinat?

Le Prosecco, c’est pour faire un Spritz

Contre-exemple: voir ICI

Le vin Nature rend moins saoul

Contre-exemple: aucun – j’aurais trop peur de choquer les vrais croyants!

La Clairette de Die est issue principalement du cépage Clairette

Et bien non, même que la Clairette ne peut dépasser 25% des cuvées – c’est là un des grands mystères des AOC françaises; apparemment, cela ne choque personne, et pourtant, cela revient à vendre autre chose que ce qu’il y a sur l’étiquette. On se croirait dans la politique.

Les rosés de Loire sont sucrés

Contre-exemple: l’AOC Rosé de Loire, justement. Contrairement au Rosé d’Anjou ou au Cabernet d’Anjou, c’est un vin sec. Vous avez dit « confusing »?`

La capsule à vis, c’est bon pour les petits vins à boire jeunes, au pique-nique 

Erreur funeste! Plus vous payez cher un vin, plus vous avez envie de le garder, et moins vous avez envie de le voir se gâter du fait d’un mauvais bouchon. Et je ne parle pas seulement du goût de bouchon, mais du syndrome du vin fatigué, dont on ne sait plus trop si c’est l’obturation ou le vin qui en est responsable. Rien de plus désagréable que de se demander si c’est le vigneron qui est en faute, ou le bouchonnier… Faites « pop » avec la bouche, si le bruit du bouchon vous manque à ce point!

Les fromages s’accompagnent de préférence de vin rouge

Contre-exemples: la majorité des pâtes dures, type Comté, Gruyère, Appenzell, qui supportent mal les tannins. Mais il y a tellement de sortes de fromages, et tellement de sortes de rouges, plus ou moins tanniques, qu’on ne peut pas généraliser.
D’ailleurs, que ce soit dans le domaine du vin, de l’art, de la science… ou de la politique, la généralisation abusive n’est-elle pas la plus belle définition de la connerie?
J’arrêterai là pour cette fois. Si vous voulez une suite, vous pouvez me fournir d’autres exemples, je me ferai un plaisir de dégonfler d’autres baudruches…

Hervé


Poster un commentaire

Albariños/Alvarinhos al Mundo

L’Albariño, alias Alvarinho, est une spécialité du Nord du Portugal et de la Galice (dans l’ordre que vous voulez).

logo_white

En toute logique, ce trésor partagé devrait rapprocher les deux régions, faire se multiplier les collaborations, les échanges techniques, les groupes de travail. Ce n’est pas le cas. La faute à l’histoire, à la bureaucratie, aux habitudes, à pas de chance… A croire qu’il est plus facile pour un flying winemaker australien de venir travailler en Alentejo, qu’à un oenologue portugais de passer le Rio Minho – et vice versa.

Il y a des exceptions, bien sûr, comme la Quinta Edmund do Val – un domaine portugais de 7 hectares (dont 6 d’Alvarinho), situé à Valença do Minho, et détenu… par un Espagnol, Edmundo Rafael Ruibal Sobral.

2892740393

Le produit est déclaré en Vinho Regional do Minho.

Dans sa version 2010, il nous offre toute la belle palette des arômes de ce cépage particulièrement bien doté par la nature – abricot, poire, mangue – lais aussi une rasade d’anis; en bouche, il allie vivacité et profondeur – c’est un vin qui a du coffre, du corps, de la présence. La finale iodée et légèrement saline invite au deuxième verre, ce qui est toujours bon signe. Après 4 ans, il présente encore une belle fraîcheur, mais a gagné avec le temps une grande cohésion.

Albariños al Mundo

Une belle initiative promeut depuis quelque temps ce beau cépage à la double orthographe: le Concours Albariños/Alvarinhos al Mundo. Initié par l’Unión Española de Catadores, sous l’impulsion de son dynamique président Fernando Gurucharri, ce concours itinérant est destiné à le faire mieux connaître sur les marchés de consommation. C’est pourquoi la première édition s’est tenue à Londres, la seconde à Dusseldorf et la troisème, ce vendredi, à Bruxelles.

J’y étais, ce qui m’a permis de déguster une quarantaine d’échantillons d’Albarinos – plus sans doute, que dans toute la dernière décennie! Ce qui m’a aussi permis de vérifier la grande diversité des produits issus ce cépage – le plus souvent aromatique, mais tour à tour vif ou gras, carré ou rond, au naturel ou boisé…

Au fait, saviez vous qu’on en fait même une excellente eau de vie?

Hervé Lalau


1 commentaire

Un rouge qui vient de la mer

La Galice a gagné ses galons de grande région viticole, d’abord dans le public espagnol, puis au-delà des frontières, grâce à ses blancs. Notamment ses blancs d’Albariño – un des cépages les plus fins au monde.

En matière de rouges, par contre, tout ou presque reste à faire.

Galice

Les zones viticoles de Galice (à l’Ouest, Rias Baixas)

Mais il y a de l’espoir! Ses températures plus fraîches que dans le reste de l’Espagne, ses sols pauvres (granite et schistes, principalement) et ses cépages locaux (Caíño, Loureiro…) sont autant d’atouts pour produire des vins aromatiques et singuliers. Saviez-vous que le premier vin consommé en Amérique, à l’arrivée des navires de Colomb, était un rouge de Ribadavia – aujourd’hui en appellation Ribeiro? Les archives ne disent pas quel goût il avait, mais on sait qu’il voyageait bien, notamment grâce à ses tannins et à son acidité.

D’aucuns voient dans ce finistère ibérique le futur du rouge espagnol. Rendez-vous dans 20 ans pour le dire: l’Espagne n’arrête pas de nous surprendre. Qui aurait prédit, il y a 20 ans, le succès de la Rlbera del Duero, de Rueda ou du Priorat, sans parler des étoiles montantes que sont Somontano ou Mentrida, et sans oublier la renaissance du vieux Callet de Mallorca, ou de la Mencía de Bierzo?

Revenons en Galice, et plus précisément en Rias Baixas, avec ce monocépage Loureiro de la maison Forjas del Salnés, sous la marque Goliardo.

photoTintos de Mar (Photo H. Lalau)

Tintos de mar

Le nez est très expressif, gourmand, séducteur – cerise, groseille, cassis, avec quelques notes iodées qui étonnent moins quand on lit le sous-titre: « Tintos de Mar ». La bouche, elle, est spectaculaire, l’acidité surprenante, les tannins très présents – ce n’est pas un défaut, c’est une structure. Ce vin a un côté sauvage qui fait partie de son charme; ceux qui prendront le temps de l’apprivoiser y gagneront de jolies sensations, des épices, du fumé, des fleurs, à nouveau du fruit noir, de la salinité aussi. C’est long, et ça ne ressemble à rien d’autre.

Imaginez un panier de fruits laissé sur un rocher, sur la côte rugueuse de la Galice, exposé aux embruns d’Atlantique; ajoutez un feu de camp et des herbes sur la lande. Vous aurez une petite idée de ce que nous propose Rodrigo Méndez et Raúl Pérez, les créateurs de ce vin décoiffant qui oscille entre finesse et rusticité. Bref, un vin pour amateurs un tant soit peu éclairés, ou au moins curieux de nature. Surprenez vos papilles!

Les lauriers de la victoire?

Le même vigneron propose également une cuvée d’assemblage (Caíño, Loureiro et Espadeiro), un peu dans les mêmes tonalités mais un tantinet plus sage, plus rond. Mais toujours très gourmand. On recommandera aussi son excellent blanc d’Albariño (pêche, poire, agrumes, vif et riche à la fois), le Leirana.

Pour info, Loureiro veut dire laurier en Portugais comme en Galicien. Bien adapté à l’humidité, mais craignant le gel, ce cépage est surtout présent sur la côte, aussi bien en Galice qu’au Nord du Portugal, en Vinho Verde, où on l’appelle également Loureira ou Marqués. Il est assez proche de la Mencía de Bierzo et de Ribeiro, et du Jaén du Dão – ces variantes étant plus adaptées à des climats un peu plus continentaux.

Hervé Lalau

Importateur: La Buena Vida (B).