Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


1 commentaire

Valpolicella 2/2

Last week I attempted to present the complexity of the various denominations that exist within this fine wine region of the Veneto, in North-Eastern Italy. Here I will talk about a few of the producers there, following my recent visits and tastings.

This poorly framed and hastily taken shot of a relief map of the Valpolicella region explains quite a lot about the importance of site selection in this region. I always think that « site » is a much more suitable term than the very vague and tendentious term « terroir ». As you can see, it was taken at the Guerrieri Rizzardi estate, which has an interesting garden but whose wines did not impress me and so are not commented in this article. The section of hills to the left, just by the Lake of Garda, is devoted to the denomination Bardolino, which you can see is separated from that of Valpolicella by the river Adige that flows down from the Alps. Although made mainly from the same grapes, the styles of Bardolino is curiously different, lighter and slightly peppery according the the few that I tasted.

The 4 Castagnedi brothers who run this fine estate. Paolo, who did the honours so well on our visit, and who is in charge of the winemaking, is on the left. 

Tenuta Sant’ Antonio

I first encountered the wines of this producer a few years ago when I was part of a press trip to taste the Anteprima sessions of the Amarone wines in Verona. I remember especially liking this producer’s wine and later visited their premises, situated on a hilltop with spectacular views all around. You have to mean business to get there, but it is well worth the winding road uphill. This year I returned, taking a group of 3O with me. This winery belongs to a family called Castagnedi, of which four brothers currently managed all aspects. They produce a wide range of wines exclusively from their own vineyards which are divided amongst two neighbouring appellations: Valpolicella and Soave.

White wines (so NOT Valpolicella)

Scaia 2017 : made with the local variety Garganega, together with some Chardonnay, this is light, crisp and fresh, finely perfumed, quite delicious and retails for just 8,5 euros a bottle at the winery.

Soave 2017 : mainly Garganega with some Chardonnay. Just 4 grams of residual sugar, this is more rounded but just as fine. 8 euros.

Telos 2016 (no added sulfites) : a proof that one can make excellent wine without adding sulfites of one is very careful, technically speaking, at all stages. This is also a Garganega/Chardonnay blend. Rounded and nicely perfumed with a silky texture. Good intensity. 10 euros

Soave Superiore Monte Ceriani: 100% Garganega. This has more substance, as well as showing that touch of bitterness on the finish that one finds in so many italian wines, both white and red. It also has more complexity and greater length that the other Soave, so it justifies its title of « Superiore ». Not much more expensive either at 9 euros.

Red wines

See my article of last week for details of the intricacy of the various techniques used in Valpolicella and the appellations that correspond to these. One should also of course remember that within these technical and administrative boundaries, the individual style decided by each wine maker and the vineyard characteristics combine to create an infinite set of nuances that at times seem to cross these boundaries.

Valpolicella Superiore Ripasso Monte Garbi

Lovely flavours of bitter cherries combine with with lots of delicacy in the wine’s texture. Very good length. At 12 euros, this is an excellent buy and a very good introduction to the Ripasso style.

Telos Rossa 2014

As mentioned in the white wine section, the Telos range is made without any added sulfites. The technical mastery of the Castagnedi brothers ensure that this is achieved without any deviation. The nose is especially lively, intense and with a slightly peppery edge. It makes me wonder whether this sharpness of focus is partly the result of the lack of added sulfites….to be investigated at some point). It also brings up the bitterness in the wine, perhaps to a point that makes it less agreeable to many. The tannins seemed a bit harsh also. I preferred the previous wines. Bring back the sulfites please! 11 euros

Valpolicella Superiore La Bandina 2013

This wine spent 24 months in large barrels (500 litre hogsheads), and at least another 12 months in bottles before being first put on the market. The nose is magnificent and the texture is fine. Good intensity and excellent length. 16 euros

Telos Amarone 2011

This « no added sulfites » range seems to be sold outside the Soave or the Valpolicalla designations: at least the wines are labelled and listed as such. The wine is clearly powerful in its aromas and flavours, with a fabulous quality of fruit. Full-bodied and refined at the same time Excellent length, but for me the balance tips just a shade on the alcohol side. It certainly has lasted perfectly without the protective cladding of sulfites. 25 euros

Amarone di Valpolicella, Selezione Antonio Castagnedi

The first impressions on the nose reminded my instantly of bitter chocolate and made me want to combine these two substances. Firmly structured, powerful and warm, with that unique (to Amarone) combination between rich fruit flavours and bitterness. I think that I preferred this wine to the one with no sulfites. 25 euros

Amarone di Valpolicella, Campo dei Gigli 2012

A single vineyard wine. Quite lovely, full of energy, intense and refined and showing the best overall balance of the Amarones tasted here to date. This is not to be missed by amateurs of the genre and is still well worth the higher price tag of 47 euros.

Amarone di Valpolicella Riserva Lilium Est 2007

This wine, which is only produced in the very best vintages, is aged in various containers for at least ten years before release. This is therefore the latest vintage available. It shows a slight whiff of volatile acidity on pouring, but who wouldn’t after ten years waiting in the sidelines? Nothing over the top, just enough to add a bit of lift and edge to the aromas. Huge richness and complexity. It has enormous length and its tannins are still surprisingly powerful. There is probably some of the Osoleta grape in the blend, which could explain this. I would keep this for another 5 or ten years before drinking it. One for collectors perhaps. 85 euros.

Recioto della Valpolicella, Argille Bianche 2011

Here, with the sweet but unfortified type of wine from the region, the nose is just packed with aromas of black chocolate and dark cherries. On the palate there is a magnificent and quite unique association between bitterness and sweetness. Splendid balance and, naturally, considerable length. 24 euros (half bottle).

Seen at the Serego Alighieri Estate, which still belongs to the descendants of Dante but which is managed by Masi: these beautiful 5OO litre hogsheads made of cherry wood. They finish their top wines in these after 18 months spent in oak barrels of the same size. They cost even more than the oak equivalent as the trees have not been grown with this usage in mind, so there is far more wastage on account of knots and so on. They add roundness and a certain perfume to the wines they hold, in particular Amarones.

Masi

This is certainly the best-known producer of the region, at least on export markets where it has pioneered the various types of local wines, especially in markets like Canada, the USA and Japan, and several others as well. Masi has conducted a lot of research into the drying process and used long, bamboo-slatted trays that are placed on racks and rotated in their air-conditioned drying chambers to ensure that there is not difference between the levels. It was interesting here to taste dried grapes from several of the local varieties they used, and to note that the Osoleta variety, which cannot exceed 10% in the blends, is almost totally dry and raisined at the end of the process. Its impact in terms of tannins is thus considerable and it seems to be used rather like salt and pepper to adjust this tannic aspect of the wines.

a rack of the grape drying trays at Masi’s cellars. The slats are made of bamboo, which is rounded so as not to break the skins, hard on the outside and very resistant to liquids.

Rosso Veneto, Campo Fiorin 2014 (50th anniversary)

For reasons that are not entirely clear to me, and which seem to have much to do with marketing considerations, Masi has taken some of its wines, including this one, out of the Valpolicella designation. The acidity is quite pronounced the tannins are of average intensity but the bitterness shows that this has used the ripasso technique. Very dry finish. Decent wine, but a touch austere for my palate on that day.

Amarone du Valpolicella Classico, Costasera 2012

Moderately powerful in the impact of its alcohol, but extremely refined in both flavours and texture. It has excellent structure from fine, sinewy tannins. A very refined example of Amarone.

Allegrini

Bacchus lives! one of several in fact, sculpted in the wonderfully strange Villa della Torre which has been bought and gradually restored without destroying the spirit of the place by Allegrini. This is well worth a visit, and so are the wines. 

Allegrini is another well-known producer on export markets, but who uses, when compared to Masi, a slightly different approach to the technique for drying grapes for those types of the Valpolicella range that use them. This involves shallow plastic crates with just one layer of healthy bunches. As always, no grey rot at all is permitted as this would rapidly spread and spoil the process and the flavours. They do not air-condition their drying rooms, preferring strong ventilation which is helped by large built-in fans.

White wine (just one tasted)

Soave 2016. 80% Garganaga, 20% Chardonnay. Perhaps the best of the Soaves tasted on this trip, with a possible exception or two among those tried in wine bars but not noted (Pra, Pieropan, for example). Manages to combine good liveliness with a certain form of smoothness (the signification of the word « Soave » could be « suave »). Fine and relatively lingering on the palate. This is vibrant and clearly defined.

Red wines

Valpolicella Classico. 70% Corvina, 30% Rondinella. Complex spicy and smoky hints on the nose that mingle with bitter cherries and something more earthy. Very good, simply delicious, with lively fruit flavours and excellent length. This is certainly the best of the « basic » Valpolicellas that I tried during this trip.

IGT Veronese, Palazzo della Torre. 40% Corvina, 30% Corvinone, 25% Rondinella, 5% Sangiovese. This unconventional blend removes it from the Valpolicella denomination, but it does use the Ripasso technique, « re-invented » as they say at Allegrini. In this instance, 70% of the wine is fermented directly after the harvest, and the remainder comes from bunches that are dried for 4 months before being pressed and the resulting juice blended into the base wine, thus restarting a fermentation. The difference being that skins are not used in this second « ripasso » process. The wine has plenty of intensity, but the tannins are far lighter than with the traditional Ripasso technique. Fine, juicy and long. Very good.

Amarone della Valpolicella Classico 2014. The nose is magnificent ! Intense aromas of cherries and something a little yeast-like. Its very smooth and voluptuous texture wraps all this richness, like Sophia Loren dressed in satin. A lovely example of an Amarone. Gave this 17/20.

Other wines tasted in restaurants and wine bars

Quite a few were tried but I find it almost impossible to take notes when concentrating on other things like conversation, ordering the wines and ensuring that things run smoothly for the group that I was conducting in this case.

I did mention last week the fabulous Valpolicella Superiore from Dal Forno Romano. Despite the fact that this producer is not within the Classico part of Valpolicella, this wine was clearly at a level above the others, both in its intensity and sheer quality, and also in its probable ageing capacity. The fact that it sells from about four times the prices of the others is also a consideration of course. Cult wines are usually « cult » for a reason, and in this case it is clearly one of quality. But one must be able to pay the prices asked to be able to enjoy them.

Map of Verona, through which flows the Adige, very full of water last week. Great place for a morning run along the banks

Go there and taste the wines! The landscapes and the buildings are often very spectacular and Verona is a beautiful city full of good wine bars and just so close to the vineyards. And now you know that there is much more to Valpolicella than the indifferent stuff from the big cooperatives and so on that fill the wine lists of pizza and pasta places around the world.

David Cobbold


Poster un commentaire

2018, année de la gastronomie italienne dans le monde – et des vins?

Le saviez-vous? 2018 a été déclarée « Année nationale de la gastronomie italienne dans le monde » par les ministères italiens du Tourisme et de l’Agriculture. Des actions communes ont été mises sur pied, qui verront mettront en avant la cuisine jusque dans les musées.

Pour Dario Franceschini, ministre italien de la Culture et du Tourisme, « La gastronomie italienne fait partie de notre ADN. Dans ma ville, Ferrare, la Salama di Sugo est aussi important que le Château d’Este, et vice versa. Et des cappelletti aux tortellini, nos pâtes sont autant d’illustrations des identités culturelles locales. Avec l’année nationale de la gastronomie, c’est tout cela que nous voulons promouvoir». 

L’eurodéputé italien Paolo De Castro, lui, insiste sur l’importance des labels d’origine et de qualité pour l’exportation: « La légitimité culturelle des AOP et des IGP nous donne la force de gagner une bataille d’identité qui est aussi économique, même dans des zones où nos produits sont moins connus». 

L’Italie est un des rares pays à pouvoir rivaliser avec la France en termes de nombre d’AOP de vins – ici, à titre d’exemple, la situation au Piémont.

La présence de la restauration italienne sur les 5 continents, qui tire avec elle l’exportation des vins de la Botte, devrait aider à faire passer le message. Mais côté AOP, l’Italie viticole est peut-être même un peu trop bien pourvue. « Trop de mentions tue la mention », dit-on parfois. Or, ici, chaque village ou presque voudrait la sienne… Où s’arrête l’identité et où commence la dispersion?

Mais ce mal-là n’est pas qu’italien, n’est-ce pas?

Hervé Lalau

 


3 Commentaires

Case Basse, 5 ans après

Notre collègue et ami Franco Ziliani nous rappelle qu’il y cinq ans, Gianfranco Soldera, grand vigneron de Montalcino, fut victime d’un attentat de la part d’un ex-employé qui vida les foudres de 6 millésimes de son Brunello.

Si nous en reparlons aujourd’hui, c’est que Soldera, qui a perdu toute sa production, sortira au printemps son premier millésime de Case Basse depuis l’attentat (le 2003).
Pour en savoir plus, c’est ICI (en italien et en anglais)


2 Commentaires

Romagna Albana, ou la Romagne en blanc

L’Albana n’est sans doute pas le premier cépage auquel on pense quand on évoque les blancs d’Italie. Et pourtant, c’est lui qui est à la base de la toute première DOCG de blanc du pays : Romagna Albana, qui fête cette année ses 30 ans. Son aire de production s’étend de l’Adriatique aux abords de Bologne.

Les vignes aux pieds du village de Bertinoro

Cette DOCG  reste d’ailleurs à ce jour la seule de toute l’Emilie-Romagne.

Il s’agit à la fois d’une forme de reconnaissance pour son illustre passé (qui remonte peut-être à la Rome antique, mais plus sûrement à la Renaissance) et pour son aptitude à l’appassimento et à la vendange tardive.

Cépage pâle à grappe étroite, l’albana est apparenté à la garganega du Soave ; comme elle, pour les blancs secs, il a souvent été utilisé en assemblage avec le trebbiano à l’Ouest de la région. Il apporte en effet une bonne structure aux assemblages, car il est riche en polyphénols. C’est un blanc qui se prend pour un rouge, comme disent les vignerons de Romagne.

Entre l’Adriatique et la Toscane

S’il n’est pas forcément très expressif au nez, il présente une solide attaque en bouche, et exprime assez bien les différents types de sols. Ajoutons – et c’est là mon opinion personnelle, que, DOCG ou pas, il y a encore de mauvais vins d’Albana : quand l’astringence se mêle à sous-maturité, le végétal devient vite insupportable.

Ce cépage quelque peu sauvage doit être apprivoisé deux fois – par le producteur, qui lui donnera sa patte, son style; et par le dégustateur, qui devra garder l’esprit et les papilles ouverts, au moins pour les versions sèches – car les moelleux font généralement plus facilement l’unanimité.

Pour illustrer le propos, voici mes notes sur 6 Romagna Albana dégustées tout récemment au salon Enologica de Bologne.

Caviro Romio 2016

Belle robe dorée intense, presque ambrée. Le nez présente des notes de fruits secs assez curieuses qui évoquent l’évolution – alors qu’il s’agit d’un tout jeune vin ; une touche de foin et de fenouil, également ; la bouche, elle, est marquée par l’astringence et une amertume qui ne se fond pas. Démarrage difficile. Par acquit de conscience, je suis revenu sur ce vin une deuxième fois, mais je n’ai pas changé d’avis.

Poderi dal Nespoli Campodora

Robe assez claire, nez entre muscat et sauvignon, avec quelques notes tropicales (ananas) ; la bouche, âpre, nous parle d’épices et d’olives vertes. ☆

Leone Conti La Mia Albana 2016 Progetto 1

Belle robe dorée. Parfum de rose et de litchi, notes minérales et tannins, fumé-grillé, pétrolé, voici un vin qui déménage; et quelle finale saline! La maison Leone Conti, qui produit également de l’huile d’olive et de la farine de froment, possède deux sièges d’exploitations, à Bertinoro et à Santa Lucia. ☆☆☆

Celli I Croppi 2016

Nez de pêche jaune, complété par de l’anis et de la cire d’abeille. Un peu dissociés au départ, l’acidité et le fruit se marient petit à petit sur un lit minéral (grosse promo sur les allégories, cette semaine). L’azienda Celli se trouve dans le magnifique village perché de Bertinoro, près de Cesena. ☆☆

Cantina di Forlì Predappio Volo d’Aquila Passito 2014

Robe ambrée. Le nez hésite entre l’abricot sec, les notes de torréfaction et le marc – j’ai pensé à un Macvin ou à un Pineau des Charentes blanc élevé en bois ; l’ensemble reste élégant, grâce à un bon équilibre entre sucre, acidité, tannins et alcool (14°). Le vin est élaboré par les coopérateurs de Forlì Predappio, au centre de la dénomination. Les raisins proviennent des jolies collines qui entourent Bertinoro. ☆☆

Fattoria Zerbina Scacco Matto Passito 2013

Robe mordorée. Au nez, cela commence par un zeste d’agrume, puis l’on part vers le miel et la crème brûlée ; en bouche, l’acidité et le sucre se fondent très bien (la marque d’un peu de bouteille?), de belles notes rôties de botrytis ajoutent leur lot de complexité. Et cependant, ce vin n’a rien de fatigant, la finale est dynamique, avec un retour de l’abricot, mais dans un registre très frais. Ici, j’ai pensé à un TBA. Enorme. La Fattoria Zerbina se trouve à Faenza; cette cuvée, qui a fait sa réputation depuis 1987, est une sorte de pari; son nom signifie « Échec & Mat ». Elle n’est produite que dans les grandes années. ☆☆☆

Hervé Lalau

 


6 Commentaires

Au bout d’une semaine dense, le Schioppettino de Davide Moschioni

Il y a des semaines comme cela.  A vrai dire, il y en a beaucoup quand on aime le vin et qu’on a la chance d’être confronté à des occasions très diverses qui tournent autour de cette boisson magique. Tout n’y est pas rose et fait de bonheur pur, bien entendu, et il fait aussi tenir le rythme sans (trop) perdre la boussole. La semaine passée est un exemple parmi d’autres. Elle inclut aussi des journées au bureau à écrire, préparer des travaux à venir, rédiger comptes-rendus et mails et gérer le quotidien de toute petite entreprise, plus une réunion à l’extérieur, quelques dégustations programmées ou improvisées et une journée de formation dispensée le samedi.

Lundi soir, dîner chez un membre (généreux, comme vous allez le voir) d’un des cercles d’amateurs de vins que j’anime. A l’apéritif, Dom Pérignon 1988 en magnum, puis 1982 en bouteilles : les deux extraordinaires, peut-être surtout le 1982 ce soir-là, même si le 1988 ira probablement plus loin dans le temps. Servis dans des verres que je n’aurai pas choisis pour de tels vins, mais quelle finesse et quelle puissance pour des Champagnes de ces âges!

Au repas qui a suivi, d’abord un Corton-Charlemagne 2005 de Bouchard Père et Fils, qui m’a semblé un poil fatigué. Problème de bouchon pas assez étanche, probablement ; en tout cas en deçà du niveau habituel des grand blancs de cette estimable Maison. Ensuite, Calon-Ségur 1990 en double magnum : un vin très ferme et carré, encore trop jeune et un poil austère à mon goût, mais impressionnant. Puis Beychevelle 1945 : je l’aurai servi avant le Saint-Estèphe car il est sur le déclin avec de jolies restes, tout en élégance mais un peu dominé par l’acidité maintenant. Puis, avec le fromage, un Porto Taylors Vintage 1968, très fin, très suave, encore très fruité mais sans la puissance habituelle de Vintages de ce producteur. Avec le dessert, un Quarts de Chaume, Château de Suronde 1989 : très beau. Nous avons fini avec un magnifique Armagnac Laberdolive de 1937, puis retour à la maison en métro. Même pas mal !

Mardi soir, travail pour animer une soirée du Wine & Business Club et présenter à 150 personnes deux vins peut-être pas très bien connus mais de très belle qualité et que je bois avec autant de plaisir que certains des précédents. Premièrement, le Château de Fontenay, près de Tours, avec des Touraine et Touraine-Chenonceaux que je trouve aussi fins et précis que plaisants et très abordables en prix. Deuxièmement un vin des Costières de Nîmes à l’étiquette moderne et à la qualité irréprochable: le Domaine de Scamandre.

Mercredi soir, relâche.

Jeudi midi, déjeuner/dégustation pour un club pour lequel je présentais 3 vins de Bordeaux issus de ma sélection personnelle parmi les Talents de Bordeaux Supérieur du millésime 2014, plus un blanc de la même région en apéritif. Ces vins se vendent au détail entre 6,50 et 10,50 euros la bouteille et sont, pour moi, parmi les meilleurs rapports qualité/prix disponibles en France aujourd’hui. Le blanc se nomme Château Lauduc Classic blanc 2016, les trois vins rouges Château Lacombe-Cadiot 2014 (un des rares vins de cette appellation né dans la région médocaine),  Château l’Insoumise, cuvée Prestige 2014 (un Bordeaux Sup de la rive droite, près de St. André de Cubzac), et Château Moutte Blanc 2014, un autre Bordeaux Sup qui vient du Médoc, tout près de Margaux, un très beau vin de palus qui contient 25% de petit verdot.

Le jeudi soir, deuxième soirée de la semaine pour un autre club du Wine & Business Club à Paris, cette fois-ci avec des vins étrangers : les excellents Tokaji du Domaine Holdvölgy, et les vins de Sonoma de Francis Ford Coppola, issus de sa série Director’s Cut, tous les deux importés en France par South World Wines. Beaucoup d’intensité dans le Tokay sec de Holdvölgy, qui, pour une fois, n’est pas fait avec le Furmint mais avec l’autre cépage important de l’appellation, le Hárslevelű, et un magnifique liquoreux (mais pas un aszú : il s’agit d’un assemblage entre un szamorodni et un aszú, je crois). Tout bon partout, pour faire court. Coppola présentait un Chardonnay, un Cabernet Sauvignon et un Zinfandel.

Vendredi matin, repos, course à pied et gym; vendredi soir, relâche.

Samedi, formation toute la journée pour un groupe de 16 personnes, surtout amateurs mais aussi trois professionnels, qui se sont inscrits à l’Académie du Vin de Paris pour le Niveau 1 du cursus WSET.

La fine équipe (il manque juste Sébastien Durand-Viel qui donnait un cours ce jour-là) de notre école, l’Académie du Vin de Paris, à Londres quand cette école fut élue, début 2016, parmi les 8 meilleurs formateurs des 650 qui dispensent les cours WSET au monde.

Le samedi soir, retour à la maison où j’ai dégusté, de ma cave, le vin qui m’a fait peut-être le plus grand plaisir de tous ceux de la semaine. Je sais bien que le moment est important dans l’appréciation d’un vin : le fait de ne pas être dans une situation de travail, de se sentir relaxé et tout cela. Mais ce vin rouge m’a semblé intense et très agréable, plein sans être surpuissant, solidement bâti mais également très fruité. Et cela, malgré ou à cause d’un âge qui est respectable sans être canonique : 13 ans. Ce vin, je l’ai dégusté à différents stades de sa vie, car j’en avais acheté une caisse en 2005 lors d’un voyage en Italie pour le compte de la Revue de Vin de France, qui éditait à l’époque chaque année un cahier spécial sur les vins italiens . Il ne m’a jamais semblé aussi bien que maintenant. C’est le vin du titre de cet article et le voici :

Moschioni, Schioppettino (non filtrato) 2003, Colli Orientali del Friuli, Italia

 Davide Moschioni, Vignaiuolo in Gagliano di Cividale del Friuli

D’abord, un mot sur cette variété qui a été sauvée de la disparition dans les années 1970, à l’instar d’autres variétés locales comme le Pignolo ou le Tazzelenghe. Elle n’était même pas autorisée à la plantation avant 1981 ! On en trouve des deux côtés des la frontière actuelle entre le Friuli d’Italie et la Slovénie, et elle possède, logiquement, plusieurs synonymes : Pocalza en Slovénie, Ribolla Nera en Italie (mais il n’a pas de lien avec la Ribolla Gialla). Le terme Schioppettino signifierait « croustillant », soit parce que sa peau donne cette sensation (il s’agit effectivement d’une variété tannique), soit parce qu’il aurait été vinifié à une époque en vin frizzante. Le statut de DOC lui fut accordé en 1987, aussi bien en Colli Orientali del Friuli qu’en Friuli Isonzo, mais on le trouve aussi en IGT Venezia Giulia. Heureuse sauvetage, comme nous allons le voir !

Robe très dense et étonnamment jeune, avec ses bords encore d’un ton rubis malgré son âge qui devient respectable. Le bouchon, en revanche, laisse à désirer sur le plan de l’étanchéité car je constate des remontées du vin jusqu’à deux tiers de sa longueur. Il était temps d’ouvrir ce flacon! Le nez présente en effet un petit coup d’oxydation au départ, avant de me plonger dans des eaux profondes d’une masse très dense de fruits noirs, de cigare et de cerises à l’eau de vie. C’est assez entêtant ! Les tanins qui furent très denses dans sa jeunesse commencent à bien se fondre. Ils sont encore croquants et bien présents, donnant une belle colonne vertébrale à cette masse impressionnante et très qualitative de fruit sombre. Tout cela donne une belle sensation de plénitude, remplissant la bouche sans aucunement l’agresser. Le vin atteint son équilibre par une belle sensation de fraîcheur en finale et cette touche d’amertume si caractéristique de bon nombre de vins italiens.

C’est un vin à la forte personnalité, mais qui sait aussi séduire par la remarquable qualité de son fruit et constitue un excellent choix pour un vin de garde.

Je constate que ce vin vaut maintenant entre 35 et 50 euros la bouteille, selon le pays en Europe. J’ai dû l’acheter un peu moins cher à l’époque, sur place. Il n’est pas distribué en France, à ma connaissance.

David

PS. Aujourd’hui, dimanche, repos le matin, écriture puis gym l’après-midi, puis direction le Stade Jean Bouin ce soir pour soutenir le Stade Français contre Toulon. Allez les soldats roses qui ont su résister au grand méchant Capital cher à Léon !


2 Commentaires

Le Prié Blanc sublime les neiges du Mont Blanc

Autochtone et extrême, le Prié Blanc pousse uniquement en Vallée d’Aoste. Plus précisément encore, dans la première partie de la région autonome en venant du Mont Blanc, la Valdigne, qui va de Courmayeur à La Salle en passant par Morgex. L’altitude de culture oscille entre 1.050 et 1.200 mètres, ce qui en fait l’un des cépages les plus hauts d’Europe.

 

Un montagnard valdôtain

Plant vigoureux, il offre la particularité d’avoir un cycle végétatif très court. Tardif, il échappe aux gels de printemps qui sévissent encore en avril, parfois jusqu’en mai. Cependant, sa récolte se fait en première époque, vers la fin août.

Ses feuilles sont petites et ses grappes de taille moyenne aux grains relativement serrés. Ces derniers, de forme sphérique, ont la peau couverte de pruine. Elle se teinte de jaune doré en atteignant la maturité. La pulpe juteuse donne un jus très peu coloré.

Le Prié Blanc est franc de pied, l’altitude rendant le phylloxéra inoffensif. Le cépage se reproduit encore par provignage; une nouvelle pousse  est enterrée au printemps sans la détacher du plant mère. En automne, quand la partie enfouie a pris racines, on coupe le cordon, rendant ainsi la bouture indépendante. L’altitude installe aussi un gradient thermique important, même au milieu de l’été, ce qui évite nombre de parasites, tout autant que l’air sec élude les maladies cryptogamiques.

Sa conduite reste traditionnelle, cultivé en pergolas montées sur des étais en bois ou des piliers de pierre, constructions robustes résistantes au vent parfois violent et aux gelées hivernales.

Le Prié porte aussi le nom de Blanc de Morgex ou de Valdigne.

Ses origines

Incertaines comme bien souvent, la tradition populaire parle de la présence d’une viticulture à grains blancs dès le huitième siècle, qui aurait prolongé une implantation romaine. Une autre tradition évoque une origine valaisanne, lorsque des colons seraient venus de Suisse en 1630 pour repeupler la vallée décimée par la peste. Enfin, quelques recherches évoquent pour une hypothèse autochtone.

Piagne 2015 DOC Vallée d’Aoste Cave Mont Blanc

 La robe blanche nous trouble par sa transparence qu’illumine un peu d’or teinté de vert.

Le nez oscille entre des impressions de fruits blancs acidulés et des éclats minéraux de silex frotté. Viennent s’y ajouter des fragrances de prairies montagnardes riches de fleurs et de plantes aromatiques. La bouche ne dément pas les émotions nasales et c’est avec le tranchant d’un éclat de glace qu’elle franchit les lèvres béates. Le premier coup de givre passé, agrumes, pommes et poires libèrent leur jus et installent un réel confort buccal. Celui-ci a le goût du miel, la chaleur d’un soleil d’automne, la douceur d’une peau de pêche. Sur la fin, une légère note d’encaustique augure l’évolution lente vers un minéral plus prononcé.

La cuvée Piagne est un 100% Prié Blanc dont la vinification comme l’élevage se fait en cuves inox. Levures indigènes. Prix sur place : 18,25€ (ndlr: le vin, pas la levure)

Montagnard et Valdotain, on voit d’emblée le Prié avec la Fontina, autre spécialité locale. Mais avant d’arriver au fromage, les poissons de rivière aiment sa fraîcheur et sa structure minérale qui fonctionnent agréablement avec leur chair délicate. Entre les deux, les viandes blanches lui siéent avec bonheur, surtout relevées de quelques herbes aromatiques.

La Piagne

 

Cet ancien et unique clos valdôtain a été racheté en 2007 par la société coopérative Mont Blanc, sise à Morgex. La cave en a entrepris la restauration, le remontage des murs des terrasses, le réaménagement des pergolas. Il lui reste la réhabilitation de l’antique petite cave attenante creusée dans la roche. Tout cela avec l’intention d’une reconversion biologique.

La Cave Mont Blanc de Morgex et de La Salle

 

Jadis, chaque vigneron s’occupait de sa production et de la commercialisation de ses vins. Des  productions modestes qui n’assuraient guère d’image, ni même un approvisionnement constant du marché. L’idée d’une association naquit au début des années 70. Collaboration qui se transforma en Cave Coopérative en 1981. Elle compte aujourd’hui une centaine d’adhérents pour une production de 140.000 bouteilles annuelles. Avec son vignoble compris entre 1.050 et 1.200 mètres d’altitude, ce doit la coopérative la plus haute d’Europe.

Nicola del Negro, enologo e responsabile commerciale, controlla la vigna « Piagne » di uva Prié Blanc

www.cavemontblanc.com

Ciao

 

 

 

Marco

 


2 Commentaires

In praise of older wines : Barbaresco Asili Riserva 1996 de Bruno Giacosa

 

Barbaresco GiacosajpgLa bouteille en question. La vigne à droite est un Muscat d’Hambourg, dont je mange les raisins rouges que l’oïdium et les guêpes veulent bien me laisser.

De temps en temps je sors de ma cave une bouteille un peu plus plus ancienne que la plupart de celles que je déguste d’habitude – une habitude qui est fondée davantage sur les besoins du métier que sur mes préférences gustatives car j’aime les vieux vins. Il m’est arrivé aussi, mais très rarement, de faire des folies et passer outre ma consigne générale qui consiste à ne jamais acheter un vin à plus de 50 euros le flacon. L’exemple de ce jour est parlant, dans les deux sens.

Je ne sais plus combien j’ai payé pour 6 (ou était-ce 12?) bouteilles et 6 magnums de ce Barbaresco Riserva 1996 de Bruno Giacosa (Azienda Falletto), mais c’était certainement bien plus que 50 euros le flacon. Le producteur est très réputé. Il fait partie des «traditionnalistes» de l’aire en question, c’est à dire qu’il fait appel à des botti et non pas à des barriques pour l’élevage de ses vins rouges. Je lui avais rendu visite une première fois en 1996, justement. Le chai, comme la maison, se situe dans le village de Nieve. L’homme est très réservé, presque taciturne, tandis que sa fille Bruna est expansive et chaleureuse. J’étais impressionné dès le début par ses vins, mais ils peuvent être fermes, et même limite durs dans leur jeunesse. Pour mon premier livre sur le vin, j’avais écrit un chapitre sur lui, et un autre, en guise de contre-point, sur une autre grande figure de la région : Angelo Gaja. On peut difficilement imaginer un contraste plus marqué entre deux personnages et les deux styles de vins qui leur ressemblent, bien qu’issus de la même région.

Alors, ce flacon? Il était sublime de finesse, de rondeur, de patine envoutante de vingt années qui ont eu leur effet sur le rude mais droit nebbiolo. La couleur n’est pas intense : grenat un peu bruni aux bords. Les arômes sont la promesse d’un plaisir raffiné en bouche, complexes et sauves, indéfinissables mais d’une clarté parfaite. Cela se confirme en bouche avec une sensation qui a perdu toute la fougue de la jeunesse mais qui a acquis une infinie tendresse, presque une douceur. Les tannins sont totalement fondus dans le fruit qui a acquis une finesse presque joyeuse. Je ne sais pas si mes convives l’ont apprécié. Ils l’ont bu, c’est déjà ça. Moi, j’étais dans une sorte de nirvana gustatif, sans mots, seulement le bonheur. Oui, cela vaut la peine d’attendre, parfois, et peut-être plus souvent qu’on ne le pense.

David