Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

The essence of wine?

A tablebLunch in the cool of the Boulevard Napoléon winery 

J+T-Quail gatherersChef John and Trevor Gulliver braving both
the heat of the Minervois and the barbecue
to bring guests delicious quail  

Joseph PailléJoseph Paillé checking out the 2014 Grenache Gris, Boulevard Napoléon

Wine is, of course, many things – an agricultural way of life and a product that can live for decades even, in rare instances, for centuries. One of the rare agricultural products that has glamour.  Wine is also a worldwide global commerce as typified by this week’s Vinexpo gathering in Bordeaux.

It is all of these things and more but its essence is surely one of enjoyment. Enjoyment of three Gs:  a good glass or two, good food and good company. Of course you can enjoy wine alone but it isn’t the same.

Over the weekend we were at Boulevard Napoléon’s annual fête des vins in La Livinière, the only cru of the Minervois. This convivial fête sums up the essence of wine.

Boulevard Napoléon is the French arm of the St John Restaurant group headed by Trevor Gulliver and Fergus Henderson. Trevor has had a house in nearby Homps, on the Canal du Midi, for some 15 years. It was in 2010 that he was persuaded to buy some vines high up in the hills and the following year Boulevard Napoléon made its first vintage.

Last year we were kindly invited to their now annual Fête des Vins, which was when we conceived the idea of riding from Pauillac to La Livinière to raise money for Parkinson’s UK as Fergus has had Parkinson’s since 1998. Our fundraising ride has currently hit £5,332.50 including gift aid – an additional 20% that the UK Government puts in for UK taxpayers.

Group@Trevor'sThe Pedallers’ team @the finish with Fergus 

Fergus17.6.17Fergus Henderson

2014 Grenache Gris2014 Grenache Gris, IGP Hérault – very attractive, medium weight,
well balanced white with good crisp acidity.
You are not aware that it is 14.5%

14Bien AutreThe soft and juicy red: 2014 Bien Autre, IGP Hérault
The domaine’s second wine – best chilled especially in a heatwave   

Jim+Carole-Cité


2 Commentaires

Parkinson’s Pedallers – Pauillac to La Livinière: 12th – 16th June 2017

 

GrpoutsideFergus Henderson (middle) with Jim, Carole Macintyre and Max Poynter Hall
Fergus has had Parkinson’s since 1998

Group inside

Fishy riders
A fishy perspective 

Lafiteas
Lafite – le départ…

IMG_4953
… jusqu’a Cru La Livinière, Minervois 

From one famous cru to another: Pauillac to La Livinière
Our challenge is to cycle from Pauillac, close to the Atlantic coast, to La Livinière in the Minervois, not very far from Mediterranean – a distance of roughly 500 km, just over 300 miles!

Pauillac is the home of some of the most famous Bordeaux vineyards – Château Lafite Rothschild, Château Latour, Château Mouton Rothschild. Our destination is La Livinière where we will, hopefully, catch the Boulevard Napoléon Fête du Vin, celebrating the wine of Fergus Henderson and Trevor Gulliver, co-founders and co-owners of London’s St John Restaurant. The wine is made from their vineyards high up in the hills of the Minervois.

IMG_4969
Fergus Henderson & Trevor Gulliver’s vines high up in the hills of the Minervois

It was at last year’s wonderful Fete du Vin at La Livinière that we came up with the idea of doing a charity ride and Fergus, who has had Parkinson’s since 1998, was the inspiration for selecting Parkinson’s UK as our chosen charity. Fergus is a well-known and highly regarded British chef and author of The Whole Beast: Nose to tail eating, which explains his philosophy and provides some of his innovative recipes that make use of all parts of the animal.

Another inspiration for our ride is a long-time friend of ours, Ivor Morris, who was a very able and keen racing cyclist and founder of the London Fire Brigade Cycling Club. It was Ivor who first inspired us to take up serious cycling and get into time trialling in the late seventies and the eighties. Ivor died in early January 2008 after suffered from Parkinson’s for many years. We have very fond memories of dropping down to Ivor’s to watch the short snippets of news on the Tour de France, long before it became a popular spectator sport.

Parkinson’s is a progressive neurological condition for which there is as yet no known cure although there are hopes of a breakthrough in the near future. Parkinson’s UK plays a very important role in supporting and promoting research and driving better care, treatments and quality of life for those living with Parkinson’s.

To date the full-time cyclists for the whole distance are Jim Budd and Carole Macintyre. We have the invaluable support of Lynda Maple who will drive the support car, carry our gear and, if necessary, rescue us en route! We are delighted that at least one brave soul, Max Poynter Hall from St John Restaurant, will be joining us for one stage of the journey. We are looking for others!

Why not give it a go for a great cause? Contact us by emailing budmac@btinternet.com

Route
https://www.google.co.uk/maps/dir/Pauillac,+France/34210+La+Livini%C3%A8re,+France/@44.1999911,-1.4930308,7z/am=t/data=!3m1!4b1!4m14!4m13!1m5!1m1!1s0x4801cf6143b8dc53:0x40665174816ddb0!2m2!1d-0.746212!2d45.199585!1m5!1m1!1s0x12b1c4df8992621f:0x4078821166ac640!2m2!1d2.637515!2d43.315257!3e1

Virgin Giving site – every donation makes a difference!
http://uk.virginmoneygiving.com/team/ParkinsonsPedalers

Jim’s Loire
http://jimsloire.blogspot.co.uk/2017/04/raising-money-to-combat-parkinsons.html

Parkinson’s UK
https://www.parkinsons.org.uk/

Parkinson’s is a progressive neurological condition. This means that it causes problems in the brain and gets worse over time.

Although there are increasing effective treatments, there’s currently no cure for Parkinson’s and we don’t yet know fully why people get the condition. (See Luke’s comments below.)

But there are lots of different treatmentstherapies and support available to help you manage the condition as well as continuing research.


3 Commentaires

#Carignan Story # 295 : le patience des Pères

Ce que j’aime à Narbonne, chez Xavier Plégades, outre l’accent et la gouaille du personnage, c’est le malin plaisir qu’il éprouve à me sortir de ses casiers un Carignan inconnu, ce goût qu’il a pour le partage et cette cuisine d’instinct qui semble partir d’un coin de plaque de feu, cette simple disposition des produits sur l’ardoise, ce jaillissement d’idées à partir de quelques anchois ou de coquillages qu’il s’est procuré avec d’autres trouvailles aux Halles toutes proches. Pas de science ni d’école, encore moins de chichi. Même quand ce n’est pas son jour officiel d’ouverture, le bougre arrive à me délecter sur le pouce ne serait-ce qu’avec une salade ou de simples croquettes. Pour vous faire une idée, relisez ce que j’ai pu écrire sur Xavier par le passé en suivant ce lien.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Ne vous méprenez pas, mais le Célestin que je cite si souvent dans cette série de chroniques n’est en rien un restaurant branché ou un énième bar pour noctambules épris de boissons à la mode, de bières et d’artifices liés à la mixologie ambiante. Mis à part le fait que le gars se range sans ambiguïté dans le camp des naturistes, ce lieu particulier n’est qu’une enseigne gourmande de plus, une adresse de base à rajouter à la liste déjà bien fournie en bonnes tables qu’offre le registre gourmand de la sous-préfecture de l’Aude.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Que l’on emporte le flacon ou qu’on le boive sur place, nous sommes ici dans un lieu dédié au vin dans un cadre presque minimaliste fait de murs blancs, de quelques affiches cinématographiques et de belles tables en bois blond. Mais surtout, si je reviens toujours et encore au Célestin, c’est parce que son patron, Xavier, est un suiveur de cépages rares et que son goût avéré pour le jus de la treille le pousse, comme en cuisine, à sortir des sentiers battus, à aiguiser sa curiosité, à fouiner dans sa région pour accueillir dans ses murs des vins peu habituels et si peu conventionnels.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

J’en ai eu l’exemple encore l’autre midi avec ce pur Carignan 2014 venu de La Livinière, en Minervois, mais estampillé Vin de France, Les Clos des Pères, une cuvée La Borio qu’il m’a conseillé de goûter pour une somme raisonnable, 14 € à emporter (départ propriété, la bouteille est à 9 €). Les raisins de cette vieille vigne sauvée par un tout jeune couple Anne-Laure et Julien Gieules sont cueillis à la main, puis rangés en cagettes avant d’être vidés et vinifiés dans une cuve en inox.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Ce qui séduit d’abord ici, c’est l’étiquette qui est du meilleur goût. Elle sied parfaitement au style du vin. Visiblement les raisins sont assez concentrés en maturité et l’extraction est bien poussée si l’on se fie à l’intensité pourpre de la robe. Et le vin a besoin d’un décantage en règle si j’en juge par la retenue du nez où l’on devine quand bien même toutes sortes de parfums d’épices, de laurier, de fruits noirs et de garrigue. Cette élégante concentration se ressent nettement en bouche avec des accents de fruits chocolatés et des notes de café. Pourtant, on ressent que ce vin n’est pas tout à fait prêt, qu’il a besoin de patience. D’ici deux ans, à mon avis, il sera parfaitement apte à servir une pintade aux champignons ou pour un petit gibier à plumes.

Michel Smith


1 commentaire

# Carignan Story # 258 : tendre Monolithe

Ils sont du village de Villespy, sur le territoire de La Livinière, l’un des plus en vue du Minervois. Julien, le jeune fils, et Henri Deveyer, le père, ne possèdent qu’une dizaine d’hectares et sont à la tête d’un domaine au nom délicieusement romantique, Les Jeanneterres. Malheureusement pour leur appellation qui en aurait bien besoin, les vignerons qui osent vinifier à part leurs vieux Carignans plutôt que de les mettre dans la soupe communale ou domaniale, laquelle peut au demeurant être fort goûteuse, sont obligés de passer outre l’appellation et de se rabattre sur la mention passe-partout, Vin de France. Bizarrement, le Cinsault qu’ils vinifient aussi, a lui droit de cité et peut même se revendiquer Pays d’Oc ! C’est fou ce que les choses sont bien faîtes en ce bas monde…

Photo©MichelSmith

La cour de l’Hôtel d’Alibert. Photo©MichelSmith

C’est l’espiègle Frédéric Guiraud, patron du délicieux hôtel (et restaurant) d’Alibert, à Caunes-Minervois, qui me l’a fait découvrir un jour où nous étions chez lui à digresser autour d’un bon plat sur le cépage-maudit du Sud avec Didier Viguier qui, au sein de la Chambre d’Agriculture de l’Aude, passe pour un protecteur du Carignan. Ce Vin de France, vinifié seulement quand il en vaut la peine car il est « capricieux » selon ses auteurs, s’appelle donc « Monolithe ». Il est du millésime 2011, provient d’une petite parcelle centenaire au-dessus de La Livinière et il est commercialisé modestement au prix de 9 € départ cave ce qui, à mes yeux, constitue une affaire vue la taille de cette propriété.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

De ce coin-là, on connaissait déjà le Boulevard Napoléon déjà décrit ici. Contrairement à ce que son nom laisse penser, le vin de ce jour, du moins à mes yeux, n’a rien de monolithique. C’est un rouge avenant, bien dans son jus, souple mais équilibré malgré l’alcool affiché (15°), doté d’une certaine finesse et d’un fruité tendre et délicat en dépit d’une très légère amertume en finale. Perso, je le vois servi frais (14°) sur un cassoulet, mais je sens qu’il irait bien sur un chaud plat de tripes avec de belles pommes de terre et carottes. Je n’ai pas de conseils à donner, mais je pense que si les Deveyer se donnaient la peine d’en vinifier tous les ans, sans forcément attendre d’hasardeuses sur-maturités, ils auraient un rouge encore plus frais et subtil qui ne manquerait pas d’intérêt.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pour joindre Julien Deveyer, envoyez un mail à cette adresse : julien.deveyer11@laposte.net

Michel Smith


6 Commentaires

#Carignan Story # 207 : Maris, deuxième !

Si vous suivez attentivement cette modeste rubrique dominicale au lieu d’aller perdre votre temps à la messe ou au bistrot du village – quoique, dans certains cas, on ne s’emmerde nullement dans aucun de ces lieux de perdition ! – vous aurez déjà noté la haute estime que je manifestais à l’égard d’une grande cuvée du Château Maris, haut-lieu du cru La Livinière, dans le Minervois. Pour vous rafraîchir la mémoire, la dernière fois, c’était ici même.

La grande cuvée de Maris. Photo©MichelSmith

La grande cuvée de Maris. Photo©MichelSmith

Donc, j’ouvre cette bouteille subtilisée (avec son accord) à l’ami Benjamin Darnault, l’excellent vinificateur de Maris; je ne sais plus à quelle occasion, probablement lors du dernier salon Millésime Bio. Son nom : «Le Carignan de Maris», un Coteaux de Peyriac (IGP). À l’instar de mon ami Michel Bettane, qui ne l’a probablement point goûté, mais dont je connais les réserves à propos du Carignan, le premier nez et les premières gorgées de ce vin bouché vis et certifié AB, m’ont paru quelque peu réduits, typiques d’une époque où les vins du Midi avaient ces notes rustiques peu admissibles pour des puristes tels Michel B, fussent-ils amateurs tels Michel S. Si tôt, j’en ai déduis qu’il fallait reboucher la bouteille et laisser le vin se réveiller tranquillement au réfrigérateur. Car je connais mon Carignan et je sais qu’il est capable de me surprendre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La deuxième cuvée Carignan de Maris. Photo©MichelSmith

Ce fut le cas deux jours plus tard. La surprise était de taille : j’avais un vin parfaitement sur le fruit, clair, net, limpide et précis, délectable au possible, facile à boire, frais et sans histoires. C’est peut-être cette approche qui ne plaît guère aux critiques du vin en général. Rechercheraient-ils à tout prix des vins hyper-travaillés, complexes au possible, fermés, barricadés ? Ces Messieurs ne peuvent comprendre que l’on puisse vider une telle bouteille presque d’un trait sans trouver le moyen d’émettre un seul reproche. Ce qui me réjouit, c’est que ce flacon, titrant 13,5° et commercialisé autour de 8 €, était contre étiqueté pour partir aux Etats-Unis, preuve que là-bas aussi on sait apprécier nos vins du Sud.

Benjamin Darnault, dit "Benj", chez lui à La Livinière. Photo©MichelSmith

Benjamin Darnault, dit « Benj », chez lui à La Livinière. Photo©MichelSmith

Renseignements pris auprès de l’ami Benj, Maris fait deux cuvées de Carignan. La plus onéreuse étant la «Continuité de nature», déjà décrite ici (voir plus haut) et tirée à 6000 exemplaires, concerne une vieille parcelle du domaine, tandis que celle-ci est le fruit d’un assemblage de Carignan d’autres vignes du domaine avec des achats de raisins bios choisis sur La Livinière. Dans le Médoc, ce serait un second vin. Une chose est sûre : le nombre de propriétés vinifiant deux cuvées de Carignan se comptent sur les doigts d’une main.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

«Pour ne rien te cacher, ajoute mon interlocuteur, le vin contient 10 % de Grenache». Moi, cela ne m’étonne pas : ces deux-là vont si bien ensemble. Ils se côtoient depuis 150 ans au moins, si ce n’est plus !

Michel Smith


3 Commentaires

#Carignan Story # 190 : Le Napo de Benji

Où suis-je ? Quelque part en Languedoc, à portée de vue du causse, ou de la « montagne », entre Aude et Hérault, pas très loin du Canal du Midi et de ses platanes que l’on arrache. Je traverse l’Ognon pour pénétrer en un village réputé pour ses vins du Minervois, mais aussi connu pour son église romane et pour son pèlerinage à Notre-Dame-du-Spasme, un Vierge en défaillance… Je passe en catimini les murs défraîchis de la coopérative qui semble attendre sa dernière heure et je m’enfonce aussi discrètement que possible dans l’artère principale en prenant soin de ne pas être reconnu par quelque vigneron devenu « syraphile » malgré mes injonctions. Je débouche jusque sur les hauteurs de La Livinière, par le chemin de Calamiac, là où vit un certain Benji aussi connu sous le nom de Benjamin Darnault, en compagnie de son épouse, Kat, venue d’Adélaïde (Australia) et de leur fille dont le prénom m’échappe ce dont je m’excuse auprès d’elle si elle me lit car elle a beaucoup de personnalité. Mrs Darnault n’a pas l’air de trouver sa vie difficile si j’en juge par son blogplein de curiosités, de saveurs, d’humeurs et d’appréciations plutôt positives sur notre beau et étrange pays : comme on pouvait s’y attendre, la cuisine et le vin semblent compter parmi ses grandes passions.

Coopérative de La Livinière, un vestige du passé. Photo©MichelSmith

Coopérative de La Livinière, un vestige du passé. Photo©MichelSmith

Benji est le vigneron. Il travaille « à façon », ou au contrat, pour qui veut utiliser ses talents. C’est lui qui, par exemple, s’occupe des vignes et des vins de Château Maris, un domaine connu du Minervois entre les mains d’un Anglais et dont le Carignan a déjà été croqué plusieurs fois dans ces lignes. Benji doit bien aimer les Anglais car il se loue aussi à Naked Wines, une « communauté » d’acheteurs de vins typiquement britanniques, un caviste en ligne si vous préférez, spécialisé dans la vente de vins que l’on ne trouve que chez eux. J’ai connu Benji via Vincent Pousson qui s’invite régulièrement dans sa cuisine – où autre pourrait-il être ? – et c’est justement là que je les retrouve, dans le vieux mas assez joliment retapé par les Darnault.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pas très loin de là se trouvent les vignes, dont de vieux carignans, qui abreuvent les élucubrations de Benji. Vincent, quant à lui, avait su m’interpeller dans son blog en évoquant, bien avant moi, un carignan d’enfer et d’intrigue étiqueté « Boulevard Napoléon ». « Tu n’as qu’à venir déjeuner dans la Petite Maison de la Prairie et tu le goûteras ! », m’avait-il dit par message perso sur Facebook.

Benjamin Darnault, un Charentais en Languedoc. Photo©MichelSmith

Benjamin Darnault, un Charentais en Languedoc. Photo©MichelSmith

Et c’est ainsi que je fus mis nez à nez avec cette série de vins « Boulevard Napoléon » – il y avait aussi un grenache gris, un grenache noir et un cabernet franc – commanditée par un fan du Languedoc-Roussillon, le Londonien Trevor Gulliver, et son associé restaurateur Fergus Henderson. Tous deux, en divers endroits de Londres, ont quelques adresses gourmandes dont un restaurant de cochon, le St John, où les vins Français et du Languedoc en particulier, sont bien représentés, Carignan compris. Plutôt rare dans un pays envahi par les vins du Nouveau Monde.

Vincent Pousson, à la sortie de la cave de l'ex Boulevard Napoléon.Photo©MichelSmith. Photo©MichelSmith

Vincent Pousson, à la sortie de la cave de l’ex Boulevard Napoléon.Photo©MichelSmith

Pourquoi cette allusion à Napoléon ? Outre le clin d’œil à l’Histoire, l’explication est simple : la cave où est élaboré ce vin de Carignans du terroir de La Livinière se trouve au numéro 2 bis d’une rue aujourd’hui rebaptisée où subsiste une ancienne plaque de pierre sur laquelle sont gravés les deux mots « Boulevard Napoléon ». Les vignes, quant à elles, sont situées sur deux parcelles du secteur de l’Angely. Je le connais ce coin bien exposé et de relative altitude. Jadis, j’y allais voir un vigneron Belge, Guy Vanlancker (La Combe Blanche) qui sévit toujours et qui a monté son domaine à la force du poignet en favorisant pas mal la Syrah. L’Angely est aussi le nom d’un clos pour une cuvée du Domaine Piccinini, un important domaine de La Livinière.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Et comment il est ce Vin de Pays de l’Hérault 2011 qui affiche allègrement 14,5°, mais qui en fait probablement un poil plus ? D’abord, je trouve sa présentation à la fois sobre et élégante, on sent que le vigneron ne se fout pas de ma gueule. Comme tout bon Carignan, il a sa dose de mordant à l’attaque, il est résolument droit et vif, assez prenant aussi. Il faut l’attendre un peu car, à l’instar de beaucoup de 2011, on le sent un peu enfoui, pas vraiment prêt à se livrer dans l’immédiat. À mon avis, il va se réveiller pour de bon l’année prochaine, passé Pâques.

À l'aise sur un poulet rôti en compagnie de la sommelière Isabelle Brunet, compagne de Vincent. Photo©MichelSmith

À l’aise sur un poulet rôti, ici face à la sommelière Isabelle Brunet, la compagne de Vincent. Photo©MichelSmith

Vendu aux alentours de 16 £ sur le site de St John (voir plus haut) et 13 € départ cave en France (renseignements par mail : darnaultb@gmail.com), je l’ai goûté non sans plaisir sur un rare poulet fermier choisi et préparé par Vincent, lequel avait choisi comme accompagnement de succulentes carottes anciennes dénichées au marché d’un bourg voisin. Si vous pouviez reproduire le même mariage avec une pintade ou une canette, je suis certain que vous choisirez ce vin pour vos repas du Dimanche. Température cave (12°) plus que conseillée !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

                                                                                                                        Michel Smith