Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


33 Commentaires

Affaire Sibard, à ne surtout pas voir…

Le harcèlement sexuel est un mal silencieux qui ronge le moral et la santé des femmes au travail. Les traumatismes qui en découlent sont aussi ravageurs que ceux liés au viol. Que viennent donc faire ces affirmations dans un blog vineux ? Rien ? Eh bien si, justement, elles ont leur place ici – du moins est-ce mon avis – car depuis quelques jours le petit monde du vin se tait et ne veut rien voir. Il entretient une omerta cruelle sur un fait qui relève certes de faits que l’on classe dans le « divers » mais qui, en réalité, est une grave atteinte à la dignité des personnes. Plus que la simple information sur cette « affaire », c’est le manque de réaction, le manque d’indignation qui me révolte. Se voiler la face, c’est tellement plus confortable…

Certes, soyons honnêtes, une publication a fait un article sur le sujet, Vitisphère, article que l’on peut lire ici même http://www.vitisphere.com/actualite-85666-Marc-Sibard-condamne-a-un-an-de-prison-avec-sursis.htm , suivie de Terre de Vins plus récemment http://www.terredevins.com/actualites/paris-marc-sibard-caves-auge-condamne-harcelement-sexuel/ . De quoi s’agit-il ? Un caviste célèbre ayant pignon sur le très chic Boulevard Haussmann à Paris, le dénommé Marc Sibard, officiant aux Caves Augé depuis longtemps au point d’en passer pour le patron, lesquelles caves, « les plus vieilles de la Capitale », appartiennent au groupe Lavinia dont les activités de vente de vins sont florissantes en France mais aussi à l’étranger, un caviste adulé par une partie non négligeable de l’intellingentsia « vins natures » faisant fureur chez les bobos de nos grandes cités, a été condamné le 6 juillet par le tribunal de Grande Instance de Paris à un an de prison « avec sursis » pour harcèlement sexuel, moral et agression sexuelle suite à la plainte des trois victimes.

À moins d’avoir un esprit tordu, ce dont je ne doute pas pour ma part, la connivence saute aux yeux. D’un côté le distingué commerçant, l’employeur de Sibard (et des plaignantes) qui pendant 5 ans, malgré les alertes, se fourre la tête dans le sable pour au final en faire le strict minimum dans le but de ne pas écorner son image et se fend d’un communiqué vertueux pour le moins laconique ; de l’autre le vigneron généralement « nature » qui ne veut surtout pas perdre son lien économique avec les Caves Augé, donc Lavinia, lesquels sont d’assez gros acheteurs dans le milieu ; et au milieu, justement, ceux qui gravitent autour du vin, sommeliers, cavistes et avant tout journalistes ou pseudo journalistes, les mondains, les pique assiettes, ceux qui sortent dans les déjeuners huppés, qui se farcissent le sale boulot, les inaugurations luxueuses, les dégustations inoubliables, les invitations qui permettent de s’échapper du stress quotidien contre un petite rubrique de rien du tout en retour, le minimum syndical. Rassurez-vous, j’en ai profité aussi de ces petits plaisirs du métier qui nous donnent l’illusion exquise d’être un grand voyageur, un grand connaisseur. Moi qui ai évolué longtemps dans ce milieu, je suis certain d’une chose : une bonne partie de ce petit monde-là savait, mais se taisait. Oh, je ne les accuse de rien car j’aurais probablement fait la même chose. Et c’est bien cela qui me dégoûte le plus. Se taire, ne rien faire en de pareilles circonstances est une honte.

Alors, maintenant que l’on sait, ne peut-on pas au moins crier son indignation ? Ne peut-on pas témoigner de son dégoût ? Et Lavinia dans tout cela ? La compagnie qui siège à Paris, Genève et Madrid en attendant Bruxelles ou Londres, ne peut-elle pas se joindre à nous en formulant des excuses envers ses employées aux vies cassées ? Il serait peut-être encore temps de le faire, non ? Sinon de laisser place à l’indifférence.

 

Michel Smith

Links here to other posts on the condemnation of Marc Sibard for moral and sexual harassment:

Vincent Pousson: Un grand cru qui tient la route.

http://ideesliquidesetsolides.blogspot.co.uk/2017/07/un-grand-cru-qui-tient-la-route.html

Michel Smith: Facebook post on Marc Sibard