Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


3 Commentaires

The launch of Cru Vallet: potentially the 10th Muscadet Cru Communaux

Cru Vallet

This week saw the official launch of Cru Vallet, the latest Muscadet Cru to seek recognition by the INAO and the French Government. Cru Vallet would be the 10th Muscadet Cru Communaux assuming that all goes to plan and that it gains recognition. It is also the potentially largest in terms of area planted suitable for cru status with the largest number of vignerons – 25 from 22 domaines. 

The process towards a cru was started by the Vallet producers in 2011 and there have already now carried out various studies and held tastings in order to determine what are the characteristics of a Cru Vallet. 

Of the two types of soil/rock found in ‘Cru Vallet’ they have opted for the ‘gabbro’ to represent the cru in preference to mica schist. 

Muscadet Cru Communaux – the current state of play

Although there are currently ten potential cru communaux, there are still just three that are officially recognised. These are Clisson, Gorges and Le Pallet, which were recognised back in 2011.

There are another four – Goulaine, Monnières-Saint Fiacre, Mouzillon-Tillières and Château-Thébaud that are expected to be formally recognised very soon. It had been anticipated that these four crus would have already been formally approved. François Robin of Vin de Nantes says: « the delay has been largely for administrative reasons. I expect they will be formally ratified in 2018. »  

Then there are another three – Champtoceaux (Coteaux de la Loire – only one of the 10 outside Sèvre-et-Maine), La Haye Fouassière and Vallet. These still have a way to go before being recognised by the INAO, although Robin thinks that the process should be shorter than previously due to learning from the processes that were necessary for the earlier crus and that they have already started making their case. However, it is unlikely that these three will be recognised before 2020/21.

In 2016 the indicative area for all of the 10 ‘cru communaux’ was 152 hectares:

Champtoceaux : 6ha
Château Thébaud : 11ha
Clisson : 20ha
Gorges : 12ha
Goulaine : 6ha
La Haye Fouassière : 12 ha
Le Pallet : 66ha
Monnières Saint Fiacre : 13ha
Mouzillon Tillières : 9ha
Vallet : 9ha

Le Pallet, which is essentially the cave coop, is to date much the most important in terms of vineyards set aside to make cru communaux.

From Vin de Nantes newsletter and press release on the launch of Cru Vallet:

Le 8 novembre, le collectif du cru « Vallet » a levé le voile sur son projet. Mûri de longue date, il fédère 25 vignerons sur les communes de Vallet, La Regrippière et Tillières.

 

 

La genèse 

C’est en 2011 que des vignerons de Vallet se réunissent pour la première fois en vue d’élaborer un projet de cru communal. Une association voit le jour, présidée par Alain Olivier, et travaille avec Gwenaël Guérin, ingénieur agronome, pour identifier les caractéristiques des sols et évaluer leur potentiel. En 2012 et 2013, des études de sols permettent d’identifier le type de roche de la commune : d’un côté le gabbro, de l’autre des micaschistes. C’est cette roche qui sera retenue pour le cru Vallet.

Les caractéristiques
Pour être sélectionnées en cru Vallet, les parcelles doivent être situées sur un socle géologique ancien. Les sous-sols où la roche-mère est fissurée, en voie de désagrégation ou en cours d’altération sont favorisés. Les parcelles les plus pentues avec une capacité de ressuyage élevée sont également privilégiées. Quant à la profondeur de sol, elle doit être comprise entre 20 et 40 cm. 40 parcelles répondent aujourd’hui à ces critères. Elles sont situées sur quatre communes : Vallet, La Regrippière, Tillières et Le Landreau.


Les critères de production sont quant à eux très proches de ceux des crus actuellement reconnus ou en cours de reconnaissance. Le rendement est limité à 45hl/ha et l’élevage minimum est de 18 mois avec une moyenne de 24 mois. A la dégustation, cela donne un vin complexe, riche, rond, minéral et frais, aux notes de fruits exotiques. Un vin de gastronomie qui se marie parfaitement avec du poisson, des viandes blanches, des fromages à pâtes dures mais également des pâtisseries. 

Le collectif
Ils sont 25 vignerons, hommes et femmes, représentants 22 domaines situés sur les communes de Vallet, La Regrippière et Tillières à participer à cette démarche. Leur production s’élève actuellement à 350 hl/millésime. L’objectif est de fédérer à terme 30 Domaines pour une production de 1000 hectolitres.
L’association est aujourd’hui présidée par Vincent Dugué, vigneron à La Regrippière, et compte également une douzaine de soutiens. Le cru Vallet a en effet réussi à mobiliser des partenaires publics et privés locaux autour de son projet. 

Le calendrier
L’association n’est qu’au commencement de la démarche. Même si les caractéristiques du cru sont définies, même si elle bénéficie d’une antériorité sur plusieurs millésimes, le processus est encore long. Le collectif va demander à rencontrer la commission d’experts de l’INAO afin de démontrer le lien au terroir. Cela permettra d’établir les principes et les critères de délimitation des aires géographiques. A partir de là, une aire d’appellation précise sera réalisée et proposée à l’INAO.

En attendant, l’association prévoit de communiquer sur sa démarche. Un site internet www.cru-vallet.fr a été mis en ligne et les réseaux sociaux ont été activés. Prochaine étape : la présentation au grand public. Une dégustation de huit échantillons sera organisée ce dimanche 12 novembre au matin, dans l’atrium de la mairie de Vallet.

 

Jim Budd IMG_2715


2 Commentaires

2017 harvest in Pays Nantais – first impressions

 Melon de Bourgogne @Domaine Pierre Luneau-Papin 

Still a little green – will be picked later this week 

or early next week 

 

We arrived in the Pays Nantais this morning after a night in a cheap hotel close to Saumur. It is clear that many producers were badly hit this year by the frosts at end of April. Unfortunately April 2016 also saw bad frosts – again at the end of April. Ironically 2017 is very promising in terms of quality – such a pity that the frost was so damaging. 

Today we visited Domaine Pierre Luneau-Papin, Fred Niger (both in Le Landreau) and the Lieubeau family in Château-Thébaud. Fred is undoubtedly the worst hit as he has lost 98% of the crop – not funny as he lost 90% in 2016 and 85% in 2012. Fortunately he is part of 11 organic vignerons across France who help each other out by selling grapes/must when frost or hail strikes. Nevertheless it is very far from easy – very dispiriting when you yet another vintage destroyed by frost over night.

For Pierre and Marie Luneau only their Butte de la Roche is yielding a normal harvest, while the Lieubeau family has 40% from their 70 hectares.  

Understandably there are now projects underway to install frost protection systems. Clearly producers cannot survive such losses for very long.  

 

Marie Luneau, CRM and Eric Narioo (Les Caves de Pyrene)
as well as wine @Vino di Anna on Mount Etna (Sicily)

Pierre Marie and Marie Luneau (Domaine Luneau-Papin)


Pierre Luneau with the new Stockinger wooden vats

 Monique Luneau – le grand chef with 

vegetables from the garden

 

In the cellar of Fred Niger van Amphore 
(above and below)

 

Three of the Lieubeau family, who work on the domaine 
Right to left – Chantal, Marie her daughter
and Vincent, her youngest son

 Local priest to give blessing? 

With François Lieubeau, Vincent’s elder brother

The local priests did bless the vignoble 

but unfortunately it was in late May/earlyJune.

In 2018 it will need to be in late March 

before the threat of April frosts

 

 

Lieubeau – Melon de Bourgogne for their 2017 Cru Château-Thébaud

Arrival of the Lieubeau’s 1st load of Gros Plant 

Le Ban des Vendanges was issued today.

Playing around with the ISO speeds
@100 ISO above

 

@ 20000 ISO

 

@ H2 – 102,400 ISO

NouveauOs


7 Commentaires

Some echoes from 30th Salon des Vins de Loire

SalondesVinsdeLoire

The First Salon des Vins de Loire was in 1987 and to date it hasn’t missed a year not even after the terrible frost of April 1991. Despite some voices saying that it should be called off the 1992 edition went ahead. My first Salon was in January 1990 and I have been to every edition since.

The biggest threat the Salon now faces is Prowein, which has grown enormously over the last decade and a number of significant producers have decided to opt for the Dusseldorf and miss the Loire Salon. Late in the day the organisers of the Salon found a place and a formula for organic La Levée de la Loire last year. This year they have added a Demeter (biodynamic) fair as well. My impression from the first day (Monday) is that this edition is busier than last year but we need to see what Tuesday will bring.

Muscadet in danger:
Can I taste your Melon-Colombard Muscadet blend please?
If you want to upset a top quality Muscadet producer, this or a variant of the same, is the question to ask.

There is now a serious likelihood that in the next couple of years that producers will be allowed to add Colombard, Chardonnay and possibly other varieties to Melon de Bourgogne in the making straight Muscadet. For the moment this will not be allowed for the zonal Muscadets – Sèvre-et-Maine, Côtes de Grandlieu and Coteaux de la Loire or the cru communaux – but we all know about ‘mission creep’.

Many of the top Muscadet producers, like Vincent Caillé, the Luneau-Papins, Joseph Landron, Eric Chavalier, Gilbert Bossard and others, are vehemently opposed to allowing other grape varieties to be used for Muscadet.

However, I talked yesterday to Bernard Jakob,the directeur général of Ackerman. He is in favour of the change as providing a way of saving those producers who are struggling in the Pays Nantais. Bernard quoted the vote by a substantial majority of the vignerons in favour of the change.

When I pointed out that if producers wanted to blend other varieties to Melon it was already perfectly possible to do so and sell this as an IGP or a Vin de France. Bernard replied that producers wanted to be able to keep using the Muscadet name.

I have to say that I have little sympathy with this move to add new varieties to the Melon de Bourgogne for Muscadet. Even, if the change, is strictly limited to straight Muscadet it is all too likely to undermine the image of all Muscadet just at the moment that the qualities of good Muscadet – and there are now some very good Muscadets – are being rediscovered. Currently top Muscadet is easily among the best bargains to be found in the wine world, so why threaten to potentially destroy all the good work that has been done by conscientious producers to produce excellent wines and raise the appellations image.

The idea that producers want to be able to add new varieties while keeping the Muscadet name is deeply dubious. Just suppose that I have vines in the Clos de Vougeot or Chambertin and I wanted to include some Gamay or Syrah along with my Pinot Noir while keeping the appellation, I doubt if I would get a very sympathetic hearing.

It would be very interesting to know more about the background to the vote by producers to allow other varieties like Colombard in Muscadet.

Furthermore is the addition of Colombard or other varieties really going to save struggling producers? Muscadet-sur-Colombard will surely be sold to supermarkets at a basement price in competition with the Côtes de Gascogne, cheap wines from the Midi as well as places like Australia, Chile and Argentina. Dealing with aggressive supermarkets is unlikely to provide salvation for struggling growers as the recent report into Tesco’s habitual policy of screwing its producers to improve its bottom line only too clearly demonstrates – see here and here.

It is all too likely that if the change goes through there will soon be pressure to increase the permitted yields for Muscadet very substantially because producers in the Pays Nantais cannot compete with IGP Côtes de Gascogne and cheap whites from other countries. May be producers will again be asked to vote on keeping yields as they are at 65hl/ha or increase them to 80 hl/ha, 100 hl/ha or 150 hl/ha…

I fear if this change goes through it is all too likely to be catastrophic for the Muscadet appellations. While I have sympathy for struggling producers they should be looking to IGP or vin de France rather than bastardising Muscadet.

Other brief echoes
Ludo and Sophie Ragot
have sold their fine Café de la Promenade in Bourgueil with the new owners taking over in March.

Having handed over the Château de Tracy (Pouilly-Fumé) vineyards to his sisters, Comte Henry d’Assay has set up a négociant business – SAS Comte Henry d’Assay.

After some 20 years this is expected to be the last Salon des Vins de Loire that Gérard Pelletier will be welcoming vignerons, importers and press to his excellent restaurant – Le Relais. At the age of 62 Gérard has decided to embark on a second life. Thank you Gérard and we wish you a long and enjoyable retirement.

 

Buddhaas

 


13 Commentaires

Muscadet : un trésor caché ? (1/2)

Je vais publier cet article, qui concerne essentiellement la capacité de vieillir des vins de Muscadet, en deux parties à une semaine d’intervalle. En voici la première, avec un compte-rendu de dégustation qui concerne les Muscadets vieillis mais sans mention communale. Cette sélection comporte 15 vins sur les 33 échantillons dégustés. La semaine prochaine, vous aurez droit aux vins avec mention communale et à ma sélection de 15 vins sur les 24 échantillons dégustés, ainsi qu’à quelques remarques en guise de conclusion.

muscadet-bregeon-5Est-ce que le Muscadet est toujours un vin pâle, simple et assez vif ? Parfois oui, mais parfois les choses sont bien plus complexes, comme je l’ai découvert, et pas pour la première fois, lors de cette dégustation.

Il y a deux réactions possibles quand on suggère, en compagnie, de commander une bouteille de Muscadet à table. La première est un regard d’injurié qui tente de cacher l’insulte par un masque d’étonnement ; la deuxième est un œil approbateur, mêlé d’une pointe d’admiration et, parfois, d’un brin de méfiance. Les deux types de réactions, avec des nuances en ce qui concerne le second, nécessitent qualifications et explications.

La première réaction «type» est celle d’un amateur lambda, qui se méfie encore du Muscadet, ou, au mieux, ne le conçoit que dans le registre très mineur de vin pour rincer des fruits de mer. La faute à un passé, pas trop éloigné, rempli de flots de vins médiocres, produits avec des rendements déraisonnables et copieusement soufrés. La deuxième pourrait être celle d’un professionnel du vin, convaincu par la qualité remarquable des meilleurs vins de Muscadet mais conscient que cette qualité dépend, surtout, du producteur et de son approche.

Carte-des-rgions-viticoles-du-Pays-nantais-et-de-Vendee-C-M.CRIVELLAROPour bien situer la géographie et l’influence océanique, un peu de recul peut être utile

 Les causes de cette désaffection, pour ce qui a longtemps été une des appellations françaises de blancs secs les plus en vogue, ont déjà été mentionnées. Mais la mécanique du renouveau dans la qualité des meilleurs vins de cette région nantaise, donc océanique, méritent qu’on s’y attarde un peu. Comme toujours, le point de départ, et qui reste la pierre angulaire, a été la volonté et le talent de quelques producteurs opiniâtres. Ceux-là continuent à mener le bal. Mais la prise de conscience du potentiel du cépage melon de bourgogne (un nom curieux et un peu malheureux qui fait partie des petits handicaps de l’appellation) est devenue plus large. Après tout, cette variété est un cousin du chardonnay car les deux ont pour co-géniteur le gouais blanc, parfois connu sous l’intitulé de «Casanova des vignes».

Après une vague de modernistes qui ont tenté de lui donner des lettres de noblesse avec des élevages sous bois, d’autres, peut-être plus sages, ont insisté sur ses capacités de vieillissement en bouteille ou bien en cuve enterrée et vitrifiée. Ce sont ces vins-là que j’ai voulu tester lors d’une récente dégustation près de Nantes, organisée pour moi par Interloire, et qui a réuni près de 60 échantillons. Le vin le plus jeune de cette série provenait du millésime 2005, et le plus ancien de 1982. Et la fourchette des prix, du moins pour les vins encore à la vente, allait de 6 à 50 euros : ce dernier prix, excessif à mon avis, étant exceptionnel dans une série dont la valeur moyenne tournait autour de 15 euros pour des flacons ayant une bonne dizaine d’années de mûrissement derrière eux. Et, vu le niveau des meilleurs vins que j’ai dégustés, il serait très difficile d’égaler leur rapport qualité/prix dans ce pays.

carte MusadetLes sous-régions du Muscadet existait déjà. Maintenant arrivent les appellation communales : Clisson, Gorges et Le Pallet. D’autres attendent leur heure. Cela ne va pas simplifier la donne pour le consommateur, mais c’est probablement une solution pour tirer une partie de l’appellation vers le haut. L’influence géographique de l’eau, et pas uniquement de l’océan, est assez évidente sur cette carte.

La dégustation s’est ordonnée en deux séries de vins. D’abord les Muscadet-sur-Lie sans appellation communale, ensuite les Muscadet-sur-Lie avec appellation communale, que celle-ci soit actuelle ou en cours de confirmation par les instances, de plus en plus centralisées, qui gouvernent ce genre de chose. Les vins du premier groupe étant globalement plus âgés que ceux du deuxième car la mise en place des ces communes désignées, opération clé dans l’image nouvelle que Muscadet souhaite projeter, est relativement récente.

Les Muscadet-sur-Lie sans désignation communale

Les vins notés sont mes préférés parmi les échantillons présentés. Tous les vins étaient servis en semi-aveugle, car je ne connaissais que leurs millésimes. Les écarts de prix entre vins d’un niveau équivalents m’ont semblé assez importants. Outre le positionnement prix très ambitieux d’une des cuvées, je pense que ces écarts reflètent surtout la renommé des producteurs et leur réussite commerciale. Mais je dirais aussi que les vins les moins chers parmi ma sélection méritent clairement d’être vendus à des prix un peu plus élevés. L’ordre des notes suit celui de mes préférences, puis l’ordre alphabétique dans chaque série ayant la même note.

Domaine de la Landelle, l’Astrée 1999 (15,5/20)

Ce vin était servi en magnum.

Un très beau nez, aussi fin qu’expressif. Belle complexité de saveurs qui combinent finesse et une certaine puissance avec une belle acidité intégrée qui assure une finale fine et salivante (28 euros, pour le magnum)

 

Michel Luneau, Vins de Mouzillon 2005 (15/20)

Le nez semble plus discret que la plupart, mais aussi plus fin. J’aime bien sa pointe d’amertume qui rend plus précise la sensation de ses belles saveurs. Un ensemble long, salivant et très fin, encore plus remarquable vu son prix très modeste. (6 euros)

 

Pierre Luneau Papin, L d’Or 1999 (15/20)

Une première bouteille fut bouchonnée. La deuxième était splendide : joli nez floral. Beaucoup de gourmandise en bouche avec de belles saveurs fruitées. C’est frais, long et parfaitement harmonieux avec un équilibre idéal. (plus à la vente)

 

Louis Métaireau, Grand Mouton, One 2005 (14,5/20)

Le nez est fin mais assez puissant, dans un registre un peu herbacé. Tendre à l’attaque, le vin à ensuite une bonne tenue ferme, une acidité moyenne, un bon équilibre et longueur. Le prix me semble assez délirant cependant, à entre deux et six fois le niveau de ses concurrents proches en qualité (36 euros).

 

Domaine Landron, Le Fief du Breil 2000 (14,5/20)

La première bouteille était oxydée (bouchon poreux, probablement). La deuxième étalait une belle richesse s’arômes et de saveurs, avec beaucoup de matière et une texture fine. Bonne longueur et une acidité pour soutenir cet ensemble (25 euros)

 

Château de la Pingossière 1990 (14,5/20)

Le nez est simple et un peu fermé. Bien équilibré en bouche, assez puissant mais avec une bonne fraîcheur et une très bonne longueur (n’est plus en vente).

 

Domaine de la Poitevinière 2005 (14,5/20)

La première bouteille était bouchonnée. La deuxième avait une robe jaune paille, donc très prononcé pour un muscadet de cet âge. Le nez semble aussi assez évolué, avec des arômes qui me rappellent des vieux sauvignons. Bien arrondi en bouche aussi, avec des saveurs exotiques mais très agréables et complexes. Encore un vin vendu à un prix très faible (5,80 euros)

 

Château de l’Aulnaye 2003 (14/20)

Un très beau nez, aussi riche que fin. Bonne équilibre entre vivacité de la matière et finesse de texture (9,5 euros)

 

Château de la Bourdinière 1990 (14/20)

Bonne intensité au nez. Un peu d’amertume en bouche mais les saveurs sont larges et assez longues, ce qui lui donne une belle complexité. Un peu cher peut-être (27 euros).

 

Bruno Cormerais, Vieilles Vignes 1989 (14/20)

Ce producteur, qui a aussi présenté un 1982 d’une jeunesse étonnante, a fait ici un vin au nez floral expressif et à l’acidité bien présente qui lui donne un bon équilibre, même si les saveurs manquent un peu de précision (plus à la vente).

 

Domaine de la Landelle, Les Blanches 1998 (14/20)

Le nez est vif, même un peu vert. Ses belles saveurs et sa vivacité prononcée indiquent qu’il pourra encore tenir longtemps (12 euros)

 

Domaine Landron, Le Fief du Breil 2005 (14/20)

Nez vif, aux arômes qui rappellent le genet. C’est précis dans la définition des saveurs et assez long (18 euros)

 

Pierre Luneau Papin, L d’Or 2005 (14/20)

Un beau nez, riche et complexe. Une très bonne largeur dans les saveurs et un parfait équilibre, malgré une pointe de sècheresse en finale (18 euros)

 

Louis Métaireau, Grand Mouton, Premier Jour 1989 (14/20)

Au premier nez, présence de soufre et une sensation de réduction. Le vin se révèle en bouche avec une sensation saline marquée. Semble étonnamment jeune malgré ses 25 ans. Mais deux euros par année passée est un tarif bien trop élevé pour ce vin ! (52 euros)

 

Domaine de la Perrière, Olivier de Clisson 2005 (14/20)

Le nez assez herbacé me donne une impression de réduction au début. L’attaque est tendre, mais est suivie d’une impression vivace, avec des saveurs très nettes (7 euros)

 

 David Cobbold