Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


3 Commentaires

Vins mutés (ou pas) (2): a portable drink

 

img_2394

The small, rather rundown town of Pinhão in the Upper Douro

img_2395

The Upper Douro – undoubtedly one of the world’s
most spectacular wine regions  

It was back in August 1980 that CRM and I first passed through the Douro. We were heading back to the UK after a long summer holiday trip through France, Spain and Portugal, which included some rough camping on Portugal’s Atlantic coast – but that is another story. We drove through Pinhão headed that evening for Braganza.

This was pre-EU days in Portugal – before EU assistance and money transformed the country. I remember thinking we would drive towards Lisbon but soon gave up on the single carriageway road that included all forms of traffic including oxen pulling carts.

A little over a decade later when I had started to write about wine (from late 1988) I was invited to spend the weekend as part of a press at Taylor’s, which included a two-night stay at Quinta de Vargellas in the Upper Douro. We travelled up the Douro by train on the magical line that hugs the river – one of the great train journeys of the world starting from the highly atmospheric São Bento station in central Porto.

In those days in the early 1990s tourism in the Douro was hardly existed. There were few places to stay unless you were part of the wine trade or wine press, so were invited to stay in a quinta during the harvest.

A recent #winelover trip to Porto and the Douro underlined how much has changed. A new section of motorway has transformed the time it takes to get from Porto to the middle and upper Douro. It is now just an hour of 15/20 minutes from Porto to Régua. making day trips to the valley easy and practicable.

At the same time Porto itself has undergone a remarkable transformation in just  a couple of years. Two years ago there were plenty of derelict buildings in the centre, Now that has all changed with fashionable shops and buzzy restaurants moving in and the town is packed with visitors.

img_2288
The iconic centre of Porto 
(above and below)

img_1807

Port, of course is one of the attractions of coming to Porto and the Douro, although its importance has been a little diluted by the rising of the still wines of the Douro.

I have to confess that my feelings towards Port have long been rather ambivalent. Although I have been privileged to drink old Vintage Ports, which can be very fine, I find younger vintage Ports and LBVs etc. to be much less interesting than good Vins doux Naturels from the Roussillon be they Rivesaltes, Maury or Banyuls. I suspect that the genesis for Vintage Port was on the playing fields and dining rooms of English boarding schools.

Happily from recently spending generous amounts of time in Portugal – both in Porto and Lisbon – I have become increasingly enamoured with wood aged Ports – be they Tawnys or Colheitas, which I find have very considerably greater complexity and interest. Colheitas are single vintage wood aged Ports, while Tawnys are released as 10 YO, 20 YO, 30 YO, 40 YO – in the styles of where the average Port of of the stated age.

In September I was privileged to attend two remarkable Port tastings – one in Villa Nova de Gaia and the other at Niepoort up the Douro.

img_2347

1948 Porto Niepoort
– a lovely complex treat 

img_0584

Finally the lovely Andresen 10 YO White Port is a reminder that these Ports can be complex and not just suitable for Port and tonic – refreshing as they are on a hot Douro day.

IMG_2140
Movembre 


2 Commentaires

Some Portuguese treats

IMG_1876

Relaxed dinner by the Tagus at Atira-te ao Rio

Portugal remains a treasure trove for good value wines in all three colours many from their storehouse of native grape varieties. It is also possible, for those prepared to take a punt, a place to find some remarkable old wines at bargain prices.

How long this will last is perhaps now a question worth asking for in 14 years of coming to Lisbon during July I can never remember a year when Lisbon has been so full of visitors. It seems that many have now discovered the attractions and value of Portugal’s capital. It is a hot destination and not just because it was 37˚C yesterday up from 36˚C on Sunday.

IMG_1923 (1)

2015 Alvarinho, Vinho Verde, pingo doce own label 3.98€

 

Anselmo Mendes is a Vinho verde specialist making a whole range of wines from this northern Portuguese region including a very fine single vineyard Alvarinho that I cited last week. This own label from supermarket pingo doce is at the other end of the scale. It does, however, offered both plenty of flavour and just amazing value with this Alvarinho that has both texture and a clean refreshing acidity. Ideal as apéro or with some grilled prawns, for instance.

IMG_1897
2009 Dona Berta Vinha Centenária, Reserva Branco

IMG_1900

Dona Berta – a quite opulent, Douro white made from a range of grapes: Códega do Larinho, Rabigato, Viosinho, Gouveio and Malvasia Fina. We enjoyed this at at Pedro’s Garrafeira Alfaia in the Bairro Alto. There are no wine list, so either you tell Pedro what sort of wine you would like to drink or you choose it from the shelves.

IMG_1913
2014 Arinto dos Açores sur lies, DO Pico, Açores, António Maçanita     

Another of Pedro’s choices, this is a rare Arinto from the Azores. Only 1600 bottles are made of this precise, saline and mineral wine. It was a fine foil for the sea bass baked in salt that Pedro’s wife cooked for us – what a treat!

IMG_1910

Sea bass cooked in salt

Some golden oldies

IMG_1922


NV Terras Altas Dão, José Maria da Fonseca 

 

In last Tuesday’s post I mentioned a couple of old wines that we had bought from the garrafeira nacional in the Mercado da Ribeira at Cais Sodre. We bought eight as these bins ends were offered at 5.95€ each – buy three to get the fourth for free. It was such a compelling offer that we bought eight on the basis that if a few were undrinkable, they would still have been good value.

To date we have drunk and enjoyed five of our eight bottles, so feel that we already had a bargain. Last Friday night we dispatched a further three. Firstly came the quite deeply golden NV Terras Altas Dão, José Maria da Fonseca. We have no definite information about this white wine. José Maria da Fonseca no longer make a white from the Dão. It is, however, thought it may well have come from the 1960s. Although it naturally had some oxidation, it was certainly still complex, clean and precise with some touches of dry honey. 


IMG_1918 

A pair from the Ribatejo – Dom Hermano 1985 Reserva and 1980 Garrafeira  

It was fascinating to taste this pair of Dom Hermano reds from the Casa Agricola Herd. de D. Luis de Margaride in Almeirim. Both were in good shape with 12.5% alc but the 1980 Garrafeira with a production of 50,000 bottles had considerably greater length and complexity than the 1985 Reserva. The 1980 Garrafeira was bottled in November 1984, while the 1985 Reserva bottling was in March 1987.

IMG_2179

 

 

 


14 Commentaires

Mouchão: Portugal’s Tondonia

IMG_0104
Scenes from the winery 

IMG_0113

Last Thursday we headed out from Lisbon to the Alentejo for a day visit to the fabled Mouchão estate. Normally the Alentejo in summer is hot and dry. Instead on Thursday we were met with heavy rain lit up by impressive flashes of lightning. We were shown round by David Marques Ferreira, who has been estate manager for the past three years. CRM and I had met David at last December’s Adegga Wine Market in Lisbon.

David FerreiraDavid Marques Ferreira

Established in the 19th century Mouchão is the oldest estate in the Alentejo – the other side of the River Tejo. The 1000 hectare estate is owned by the Reynolds family, who in the 19th century, were the leading producers of cork. At the end of the 19th century they decided to diversify  into wine and in 1890 planted their vines – they have 38 hectares with no intention to increase the area under vine. They chose to major on Alicante Bouschet, a teinturier  variety, which remains Mouchão’s signature grape variety. David Ferreira –Alicante Bouschet is « our body and soul ». The winery was built in 1901.

IMG_0107

Mouchao

« Alicante Bouschet gives us more than just colour, » David Ferreira explained. « We get big tannins and freshness. Our vines are at 200 metres altitude, which is high for the Alentejo. Some of our vines are at 300 to 400 metres, so we get freshness and acidity. This helps our wines to age well – the 1954 is still good ».

« Although we have a variable geology, sand and clay is the basis, so we retain moisture during the hot summers, » Ferreira continued. « The estate is between two rivers – hence the name Mouchão. We are very much in the middle of nowhere ».

« We work very traditionally here – limiting production, hand picking, no destemming, wholebunch  fermentation, foot treading in lagars and a manual press etc.We mainly use old vats of 5000 litres and prefer French oak with malo in barrel but also use some Brazilian wood. « 

IMG_0122
A barrel from the time when the estate was confiscated
and run by the local cooperative 

The estate remains in the Reynolds family, which is now into the seventh generation. However, there was a ten-year interruption of ownership following the 1974 Revolution. The estate was confiscated and the wines were made by the local cooperative and sold under the co-op’s name. It was returned to family ownership in 1985.

« The vineyards were in a poor state, » explained Ferreira. « Nothing had been planted and existing vines had not been maintained. We nearly lost our Alicante Bouschet! »

logo

IMG_1694

We tasted five wines:

2015 Dom Rafael Branco – blend of Antão Vaz and Arinto 7.69€
Still very youthful and tight in the finish but with attractive pineapple and grapefruit notes. Good value.

2013 Dom Rafael Tinto – blend of Alicante Bouschet, Trincadeira and Aragonez 8.99€
This spends one year in a mix of large vats and small barrels and then a further year in bottle. As Mouchão’s entry level red, I think this elegant wine is stunning value! It has lovely velvety texture, herbal and spicy notes, structure and acidity. Really a steal at 8.99€ and will clearly age well over the next few years.

Dom Rafael Tinto-2010

2012 Ponte de Canas – Alicante Bouschet (40%), Touriga Nacional,Touriga Franca, Syrah 16€
Unlike the other Mouchão wines this has a small percentage of Syrah that gives this wine additional freshness and edge. The 2012 already has attractive texture and powerful fruit but ideally it needs several more years in bottle to show its best.

Over lunch we had an interesting discussion with David over Ponte de Canas  as he indicated that the current name used on the label may not make it sufficiently clear that Ponte de Canas was actually a wine from Mouchã0.

We suggested that Mouchão ought to be part of the Ponte Canas name and suggested Ponte Canas de Mouchão or Ponte de Mouchão citing that. for instance, Château Latour uses Les Forts de Latour. Clearly the name is under discussion, so we may see a change in the future.

2011 Mouchã0 – 85% Alicante Bouschet, 15% Trincadeira 35€
We were privileged to be the first to taste the 2011 grand vin, which will be released soon.  Naturally this deep coloured wine is still very young and tight in the finish but it has a lovely warm spicy aromas and an opulent texture.

2011 Vinho Licoroso – 100% Alicante Bouschet 19€
This is Mouchão’s version of Port – made in the same way using grape spirit distilled at the winery to stop the fermentation and fortify the wine. Very concentrated with long rich cherry and prune fruit.

IMG_0112
The still 

•••

IMG_1701
A Taberna do Paulo
Rua 1 de Maio, 28 | Santo Antonio de Alcorrego

IMG_1702

IMG_1703

After the tasting we all drove to nearby Santo Antonio de Alcorrego to the brightly decorated A Taberna do Paulo where we had a very enjoyable lunch featuring three different types of migas – plain, with tomato, and with coriander – accompanied by small lamb chops.

Our visit to Mouchão reminded me of Tondonia in Haro (Rioja). It has the same sense of calm and great respect for tradition.

Ferreira summed up – « We say Mouchão is Mouchão! »

 

IMG_1752

 

 

Jim Budd

 


5 Commentaires

Douro forever

Cela faisait quelques années que je n’étais pas retourné dans la vallée du Douro. Ce vignoble, le plus spectaculaire au monde eu égard à son échelle comme à son paysage, me donne des frissons chaque fois que je le redécouvre. Cette fois-ci, l’occasion  m’en a été donnée par un séjour de 3 jours, où j’accompagnais un groupe d’une trentaine de personnes, dont la plupart découvraient cette région pour la première fois. Personne ne fût déçu ! Mais, au delà des aspects visuels qui sont engendrés par la topographie et le travail incessant de l’homme pour façonner un paysage viticole somptueux, classé par l’Unesco, ce sont les vins qui étaient au cœur de l’affaire.

IMG_7481

Peut-on dire qu’un vin parle de l’endroit qui l’a vu naître? C’est un sujet d’ordre philosophique et de croyance (je dirais même de suggestion) autant que relevant d’une logique pure. Bien entendu, une fois sur place, on est tellement dans l’ambiance du lieu qu’on est forcément entraîné vers cette ligne de pensée. En serait-il ainsi avec une dégustation à l’aveugle pratiquée ailleurs? Je vais laisser volontiers cette interrogation en l’air car je n’ai pas la réponse. Ce qui est certain est qu’une révolution considérable est en train de se produire dans ce berceau du vin de porto, avec l’émergence d’une gamme de plus en plus fournie de vins secs, rouges comme blancs, et qui ont, du moins pour les premiers, des ambitions et le potentiel pour se situer parmi les meilleurs du monde.

IMG_7463Dans la fraîcheur sombre de ces cathédrales de vieillissement qui sont les lodges de porto à Vila Nova di Gaia. Ici chez Graham’s.

Ce mouvement, qui a vu le pionnier Barca Velha émerger, un peu seul, il y a une quarantaine d’années, a pris de l’ampleur depuis une dizaine d’années. On peut émettre plusieurs explications. D’abord, probablement, une tendance baissière du marché du Porto. Mais, peut-être d’une manière plus intéressante, la prise de conscience du formidable potentiel de cette région, et de son formidable réservoir de variétés essentiellement autochtones. Le Portugal, dont la surface en vignes ne représente que le double de celle du Bordelais, compte quelques 350 variétés de vitis vinifera identifiées, ce qui est nettement plus que la France. Un des domaines que nous avons visités dans le Douro, l’excellent Quinta do Crasto, qui surplombe le fleuve, nous a annoncé que leur programme de recherche et d’identification des variétés, mené en partenariat avec l’Institut de Vin de Porto et une université, a démontré qu’une de leurs parcelles les plus anciennes comporte pas moins de 41 variétés de vigne.

IMG_7489Quinta do Crasto (et sa piscine) domine la vallée du Douro en aval de Pinhao

Mais ce n’est pas tout, bien évidemment. Un autre des atouts de la région du Douro et des ses affluents est une très grande diversité d’altitudes, de pentes, d’orientations et d’organisations culturales. Proche du fleuve, et en fonction de orientations, les raisins sont murs un mois avant ceux situés en altitude et face au nord, et leur charge en sucre est d’autant plus important. Si les cépages utilisés les plus couramment et issus des plantations les plus récentes sont au nombre de cinq, essentiellement, les vielles vignes sont très souvent complantées avec de très nombreuses variétés ayant des phases de maturation et des caractéristiques bien distinctes. Que l’on choisisse de vendanger tout en même temps, ou selon un certain degré de maturité de chaque variété, donnera des résultats bien différents. Fermenter tout ensemble ou dans des vaisseaux séparés aussi. Si on rajoute à ces données issus du vignoble les choix de l’homme en matière d’outils et de méthodes de vinification, les options sont presque infinis. On constate, par exemple, que bon nombre de domaine de taille relativement modeste utilisent toujours les cuves de foulage en granite, peu profonds et appelés lagares afin d’extraire doucement mais rapidement couleur et tanins, aussi bien pour les vins secs que pour les vins mutés. Les systèmes de pigeage varient aussi, comme les durées et techniques d’élevages.

IMG_7468le foulage au pied – démonstration dans un lagare à Qunta do Noval, mais sans raisin car c’est le printemps

C’est pour cela qu’il me semble difficile de parler d’un style «Douro» dans les vins secs. Tandis que les Portos, issus pourtant des mêmes vignobles et cépages, ont un style immédiatement identifiable, bien qu’avec des variations autour de thèmes selon le producteur et le type de porto (ruby, vintage, tawny etc), à cause de l’impact du procédé de mutage et des élevages plus ou moins oxydatifs. J’éprouve, personnellement, plus de facilité à identifier un style commun entre les vins du Languedoc, à condition que ceux-ci fassent appel à des cépages du Sud, qu’entre la gamme des rouges secs du Douro. Je plaindrai quelqu’un essayant de coller ce terme collectif absurde de «typicité» sur des vins aussi différents que «Les Charmes» de Niepoort, Redoma du même producteur, Duas Quintas de Ramos Pinto, ou la Reserva de Crasto, pour ne prendre que quelques exemples. Est-ce un problème ? Bien sur que non, sauf pour quelqu’un qui serait obsédé par la simplification.

IMG_7485mur de schiste sur bloc de schiste : le pays est aride et le climat rude. La vigne n’a que s’y accrocher

Sur le plan des cépages, si le Touriga Nacional est la plus médiatisée des variétés que l’on trouve dans le Douro, elle est loin d’être la plus plantée, et certains producteurs le trouvent un peu trop violent dans son expression pour participer dans des proportions importantes dans leurs rouges secs. D’autres, comme Vallado ou Noval par exemple, en font des cuvées à part. Le Touriga Franca, le Tinto Roriz (Tempranillo) ou d’autres semblent retenir plus de suffrages pour le moment dans les cuvées les plus courantes, hormis le cas des field blends (vignobles de complantation) avec leur degrés de complexité supérieurs, dues à la fois à la grande diversité des cépages, mais aussi aux différents niveaux de maturités lors des vendanges, comme, souvent l’âge vénérable des vignes.

IMG_7495L’hôtellerie, la cuisine et le tourisme sont aussi en plein développement dans le Douro. Ici la cuisine ouverte à l’hôtel Six Senses à Lamego 

Un autre aspect de la production de cette région magnifique qui m’a frappé lors de ce voyage est la fraîcheur et la finesse des vins blancs. Ceux que j’ai dégustés constituent, pour les meilleurs, des vins d’apéritif idéaux, frais et délicat, parfumés selon l’assemblage utilisé, ou bien plus consistant mais jamais pesants. Les vignobles utilisés se trouvent généralement en altitude pour un gain de fraîcheur.

Je n’ai pas de dégustation importante ni de notes détaillées à vous présenter pour étayer mes dires car l’occasion ne s’y prêtait pas, mais je peux signaler quelques vins qui m’ont particulièrement plu issus de domaines visités ou qui ont été présentés lors des repas de ce voyage de trois jours :

Les Portos

Graham’s Crusted Ruby et LBV (ils font aussi de grands vintages mais je trouve leur style en tawny trop sucré à mon goût)

Niepoort Tawny 10 ans, très fin, complexe et finit plus sec que la plupart. Un des meilleurs de sa catégorie, pour moi.

Quinta do Noval Colheita 2000

Quinta do Crasto LBV 2011

Quinta Vale D. Maria Ruby Reserve (ce vin a le niveau de beaucoup de LBV)

Les vins rouges du Douro

Ramos Pinto : Duas Quintas Classico, Duas Quintas Reserva, Bons Ares

Niepoort Redoma, particulièrement un magnifique 2007 qui atteint une belle maturité et démontre la capacité de garde des meilleurs rouges du coin.

Vallado Tinto 2013 et Reserva Field Blend 2013

Quinta do Crasto Reserva 2014

Quinta Vale D. Maria 3 Vales 2013 et Quinta Vale D. Maria 2012

Il y a aussi de beaux rouges chez Quinta do Noval mais je les trouve trop chers pour leur niveau en ce moment.

Les vins blancs du Douro

Ramos Pinto Duas Quintas Branco

Vallado Prima 2015 (un muscat sec) et Reserva Branco 2014

Quinta do Crasto 2015

Quinta Vale D. Maria 2015

David Cobbold

(texte et photos, et ici sur le circuit du Vigean tout récemment)

dd (41)


Poster un commentaire

Albariños/Alvarinhos al Mundo

L’Albariño, alias Alvarinho, est une spécialité du Nord du Portugal et de la Galice (dans l’ordre que vous voulez).

logo_white

En toute logique, ce trésor partagé devrait rapprocher les deux régions, faire se multiplier les collaborations, les échanges techniques, les groupes de travail. Ce n’est pas le cas. La faute à l’histoire, à la bureaucratie, aux habitudes, à pas de chance… A croire qu’il est plus facile pour un flying winemaker australien de venir travailler en Alentejo, qu’à un oenologue portugais de passer le Rio Minho – et vice versa.

Il y a des exceptions, bien sûr, comme la Quinta Edmund do Val – un domaine portugais de 7 hectares (dont 6 d’Alvarinho), situé à Valença do Minho, et détenu… par un Espagnol, Edmundo Rafael Ruibal Sobral.

2892740393

Le produit est déclaré en Vinho Regional do Minho.

Dans sa version 2010, il nous offre toute la belle palette des arômes de ce cépage particulièrement bien doté par la nature – abricot, poire, mangue – lais aussi une rasade d’anis; en bouche, il allie vivacité et profondeur – c’est un vin qui a du coffre, du corps, de la présence. La finale iodée et légèrement saline invite au deuxième verre, ce qui est toujours bon signe. Après 4 ans, il présente encore une belle fraîcheur, mais a gagné avec le temps une grande cohésion.

Albariños al Mundo

Une belle initiative promeut depuis quelque temps ce beau cépage à la double orthographe: le Concours Albariños/Alvarinhos al Mundo. Initié par l’Unión Española de Catadores, sous l’impulsion de son dynamique président Fernando Gurucharri, ce concours itinérant est destiné à le faire mieux connaître sur les marchés de consommation. C’est pourquoi la première édition s’est tenue à Londres, la seconde à Dusseldorf et la troisème, ce vendredi, à Bruxelles.

J’y étais, ce qui m’a permis de déguster une quarantaine d’échantillons d’Albarinos – plus sans doute, que dans toute la dernière décennie! Ce qui m’a aussi permis de vérifier la grande diversité des produits issus ce cépage – le plus souvent aromatique, mais tour à tour vif ou gras, carré ou rond, au naturel ou boisé…

Au fait, saviez vous qu’on en fait même une excellente eau de vie?

Hervé Lalau


3 Commentaires

Portos et chocolats

Porto et chocolat. Bon, dit comme ça, c’est un peu banal. « Bien sûr que le Porto se marie bien au chocolat ». C’est dans tous les guides, dans tous les recueils de recettes de desserts.

Voire. De quel Porto parle-t-on, d’abord? Et de quel chocolat?

Avec le concours de l’Ambassade du Portugal, de l’AICEP et du Solar, le chocolatier Laurent Gerbaud et Bento Amaral, de l’Institut du Vin de Porto & du Douro, ont relevé le défi – les défis – d’assortir non pas un Porto, mais cinq, représentatifs des grands types de production, à 7 chocolats de qualité.

IMG_3106

La belle palette des couleurs de nos 5 Portos (Photo H. Lalau)

Un nom, beaucoup de prénoms…

En préambule, Bento Amaral nous rappelle que si Porto est un joli nom, il a beaucoup de prénoms: Ruby, Tawny, Vintage, LBV, Colheita, 10 ans, 20 ans, 40 ans…

Pour simplifier, on peut établir trois grandes lignées dans la famille – qui, curieusement, correspondent à une couleur et à un type de fruit…

-Les rouges de vinification oxydative, à la couleur rousse-ambrée et aux arôme de fruits secs (on range dans cette catégorie les Tawnies, avec leur différents comptes d’âge, et les Colheitas, qui sont des Tawnies millésimés).

-Les rouges de vinification réductive (élevés le plus possible à l’abri de l’air), à la robe rubis et aux arômes de fruits rouges (on y rangera les Ruby, bien sûr, mais aussi les LBV et les Vintages). Il y a plus dans cette catégorie que les entrées de gamme alcooleuses et sucraillonnes, à peine dignes de remplir un melon hollandais poussé en serre.

-Les Portos blancs, à la couleur de miel, aux arômes de pomme et de coing (et de miel).

IMG_3099

Bento Amaral

Laurent Gerbaud, lui, insiste sur la nécessité de bien séparer les chocolats industriels, peu aromatiques, mais qui représentent 85% de la production, des vrais chocolats de dégustation que sont, notamment, ceux issus des variétés de cacao criollo et trinitario, avec leurs déclinaisons locales. Très aromatiques, longs en bouche, ne nécessitant pas l’ajout de beaucoup de sucre, ces derniers se marient bien avec vins et alcools, l’idée générale étant la suivante: que les intensités d’arômes se répondent, sans que l’un domine l’autre.

Le plus facile, bien évidemment, est de marier les saveurs correspondantes – fruits rouges et fruits rouges; plus délicat mais au moins aussi intéressant est le mariage de contrastes (qu’il faut bien essayer avant).

La théorie plie souvent devant la réalité des accords – reste que Porto et Chocolat ont au moins un point commun essentiel: la rémanence en bouche.

A noter que pour les deux experts, le mariage est indépendant de la préférence du consommateur pour un type de chocolat ou pour un type de Porto; non seulement parce que le goût est affaire d’opinion, mais surtout parce que du mariage doit naître une dimension supplémentaire. Comme dans un couple, « 1+1 = 3 ». Ou comme en musique, deux notes peuvent en créer une troisième.

Les deux compères ont joint l’exemple à la parole…

IMG_3096

Les mariés, en vrac (Photo H. Lalau)

Premier vin: Caldas Porto White

Impression: Epicé, riche en alcool, discrètement fruité, fruits secs, le style traditionnel.

Premier accord: chocolat aux Pistaches d’Evoia

Le salé grillé du chocolat répond au grillé et à l’amertume minérale du vin
Étonnant. Marche mieux qu’avec rouge à cause tannins

Deuxième accord: Chocolat au gingembre

Un accord tout en force et en richesse – belle impression de fraîcheur en finale avec le gingembre. Les ébats dureront tout le temps qu’il faudra…

Deuxième vin: Alves de Sousa LBV 2009

Première impression: très fruit rouge au nez, très vanillé en bouche.

Premier accord: fève de cacao de chocolat

Accord tout en éclat (sans jeu de mots) et les arômes de cacao du vin et les fruits rouges de la fève grasse de Madagascar; le croquant des fèves apportent un surcroit de texture. On est quand même un peu envahi par les notes de torréfaction et de vernis. La faute sans doute au boisé trop marqué.

Deuxième accord: palet au cacao

Cette fois-ci, l’accord se fait plutôt autour des notes de grillé, d’agrumes (zeste) et sur le gras.

Troisième Vin: Duorum Vintage 2011

Première impression: très expressif, tonitruant, la bouche est à la limite de l’agressivité. – astringence, acidité. Il n’y a que les Américain pour aimer déguster un vintage si jeune! Très belle année, par ailleurs.

Accord: avec une prune de Corse enrobée de chocolat

L’accord parfait, la résonance et la complémentarité: il y a des notes de prune dans le vin; mais par ailleurs, la texture souple de la prune assagit, assouplit la rugosité du vin. On débouche sur quelques notes d’iode et d’humus qui n’apparaissaient ni dans le vin ni dans le chocolat – il y a bel et bien création de saveur!

Quatrième vin: Poças Tawny 10 ans

Première impression: un Tawny de tradition, bien dans le style 10 ans, cuir, abricots secs et notes de vieux fût. A servir légèrement rafraîchi.

Accord: avec un chocolat aux figues de Smyrne

Tout se passe bien, d’emblée. Les épices du vin se mariant bien au fruit sec; le croustillant de la figue turque (nouvelle récolte, nous dit Gerbaud) et ses pépins réveillent le palais; la bouche évoque le caramel; en finale, mélange d’amertumes, moka, alcool et une pointe d’acidité qui donne de la fraîcheur. Multi dimensionnel.

Cinquième vin: Poças Tawny 20 ans

Première impression: le même en plus concentré, superbe nez de zeste d’agrumes, bouche puissante, abricot sec. A servir légèrement rafraîchi.

Accord: Orangette de Sicile (double enrobage)

Les mariés tournent et retournent dans le lit de saveurs, se découvrent, se recouvrent, s’enlacent.

L’union se fait sur l’amertume, élégante , et le croquant; il n’a pas de dominant et de dominé, ou plutôt, les rôles s’inversent en permanence, le chocolat et le Porto s’interpénètrent (si j’ose parler ainsi). L’alcool fait figure d’exhausteur du goût du chocolat et de l’orange, tandis que l’acidité donne une dynamique. Par moments, on nage dans le lemon curd, à d’autres, on est dans le Cointreau. Et les ébats n’en finissent pas…

En résumé, la preuve est faite que le Porto et le chocolat sont faits pour s’entendre. Et qu’à deux, ils multiplient notre plaisir. Et ça vaudrait aussi la peine d’essayer avec un beau vin rouge du Douro.

Hervé Lalau 


7 Commentaires

Quinta de Lemos, ou quand une famille portugaise rentre au pays…

Il y a quelques semaines, notre ami Marc nous présentait ici même un vin de la Quinta de Lemos, un Jaén.

Moi, je viens de la visiter.

Ce domaine, c’est l’histoire d’une famille du Dão – la famille Lemos, partie chercher fortune dans le textile en Belgique, et qui, l’ayant trouvée, est revenue à ses racines portugaises et a replanté de la vigne là où vivaient leurs grands parents. J’ai aimé l’histoire, j’ai aimé l’équipe et j’ai aimé les vins. On visite ensemble?

photo copie 3Derrière le granit, les vignes…

Côté chiffres, la quinta exploite un peu moins de trente hectares (sans compter les oliviers), cultive quatre cépages rouges et un blanc, et produit trois cuvées d’assemblage et quatre cuvées monovariétales.

Côté coeur, le souhait de travailler en famille, et des valeurs de partage. Bien sûr qu’il y a fallu de l’argent pour monter le projet, la cave et le vignoble, sans compter le restaurant en haut de la colline, adossé aux rochers de granit. Mais au moins peut-on se dire que c’est pour la bonne cause: d’abord, la joie de vivre, évidente, qui transpire au domaine; et puis notre plaisir.

photo copie 2Hugo Chavez devant la gamme de Quinta de Lemos

Côté technique, un oenologue made in Viseu passé par Bordeaux et la Californie, Hugo Chavez (oui, comme l’autre, mais mieux portant!), qui aime le travail précis, les vins civilisés mais expressifs; et qui cherche constamment le bon équilibre entre le goût international et les racines du Dão. Qu’il se rassure, avec les vins qu’il fait, Quinta de Lemos a la classe mondiale, la tête près des étoiles… mais les pieds dans le granit.

Quinta de Lemos Dona Santana 2008

Cette cuvée qui porte le nom d’une grand-mère Lemos assemble touriga nacional, alfrocheiro preto, tinta roriz et jaén.

Cela commence moderato avec quelques fruits noirs, comme une intro à la flûte alto; un peu de zeste d’oranges et puis, bam, un coup de cymbales, les épices déboulent et avec eux le menthol, le moka, le cacao, la résine, en longs coups d’archet, sostenuto. L’impression de fraîcheur est étonnante. Et les 14,5 degrés se font totalement oublier.

photoSantana (sans Carlos)

Quinta de Lemos Dona Santana 2009

Là encore, on va crescendo; le nez de fraise écrasée et de cerise est bien joli, mais il faut attendre un peu; c’est en bouche que le vin se met en place, avec sa minéralité, ses notes de sureau; la finale, légèrement amère, relance l’intérêt. Voila un vin fédérateur qui plaira à l’oenophile comme au néophyte.

Quinta de Lemos Tinta Roriz 2006

Tinta roriz, c’est un des noms portugais du tempranillo. Dans ce vin, ce cépage nous offre pas mal de fruits cuits au nez, mais aussi du bois de cèdre; en bouche, on croque un grain de café; surnagent, ça et là, quelques notes fruitées confiturées (fraise, groseille), et puis la finale nous emporte dans les sous-bois…

C’est peut-être le plus bordelais des vins de la Quinta – moins pour les arômes, que pour la structure, un peu corsetée. Bien aérer si l’on veut que la dame respire…

Quinta de Lemos Dona Georgina 2005

Deuxième assemblage, deuxième grand mère, cette cuvée n’est élaborée que dans les meilleures années. Voici sans doute ce qui ressemble le plus à l’idée qu’on se fait d’une grand cru; c’est travaillé, mais sans fioritures; c’est précis, tout est en place pour nous offrir une symphonie tout en harmonie – plutôt Haydn que Brahms ou Mahler, côté instrumentation.

Le nez, à la fois floral et agrumes (bergamote) me fait penser à un thé russe; mais déjà la violette prend le relais, insistante; puis le cuir. En bouche, sous les tannins bien présents, mais toujours joliment apprivoisés, je perçois de la figue, de l’abricot sec, et quelques notes balsamiques.

Quinta de Lemos Touriga Nacional 2007

Un zeste d’agrumes au nez, quelques notes de pétales de rose, les yeux fermés, on croirait presque un blanc; en bouche, c’est suave à souhait, l’élevage très bien dosé a su intégrer les tannins à la chair du vin, la texture est là, légèrement granitée, la finale est très longue.

Je crois toujours dur comme fer (ou comme granite) que les beaux vins viennent souvent des beaux endroits. Venez donc le vérifier au domaine…

photo copie 4Le matin et la brume se lèvent sur Quinta de Lemos

PS. Pour mémoire, j’ai également beaucoup apprécié le Jaén 2008 que Marc nous avait commenté. Mais je vous épargnerai le doublon. Dans un genre plus velouté, très moka, aussi, j’ai bien aimé l’Alfrocheiro 2008… Et j’attends avec impatience 2014, année où devrait sortir le premier blanc du domaine – un Encruzado…

Plus d’info: The Solar (Patricia Marques).

Her