Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Prosecco: simple, pleasant and inexpensive, a recipe for success

The hillside landscape of Prosecco in the evening, north of Conegliano

Most people are by now aware of the huge commercial success of Prosecco in many markets. More bottles of Prosecco (almost 500 million recently) than of Champagne are produced annually, and this figure will probably continue to grow for Prosecco as this region has authorized high yields, is unconstrained by high prices for grapes, as well as having the possibility to sell its wines within the year following harvest. The combination of these factors, added to a secondary fermentation in tanks that avoids the riddling and disgorgment process, means that the cost price at production of a bottle of Prosecco is at most a quarter of that of a bottle of Champagne, and around third of that of a bottle of Crémant or other sparkling wine that uses the bottle as the container for the secondary fermentation.

The architecture of the town of Conegliano clearly shows Venetian influence. No canals here though: we are in the hills further north.

But Prosecco is not just about price, even if this brings it a serious advantage when used, as is so often the case, as an ingredient in various forms of aperitif cocktails. A couple of days spent recently in this most attractive and (at least partly) very hilly countryside of the Veneto region of North-Eastern Italy gave me the opportunity to take a closer look at some aspects of this fashionable and easy-drinking fizz. In fact the Prosecco production area oversteps the regional boundary of Veneto and strays into neighbouring Friuli, although the most prestigious part, which carries a DOCG status rather than the larger and looser DOC one, is entirely within the Veneto and carries the specific sub-regional name of Conegliano-Valdobbiadene Prosecco Superiore. Another recognised sub-region is Asolo.

Although I did not undertake extensive tastings on this occasion, I managed to visit four small to medium-sized producers, all within the above-mentioned sub-regions whose hilly landscapes and regularly ploughed soil under the vines (between the rows they grow grass, as shown above) showed me that, from the viticultural point of view, producers here seem considerably more virtuous than most of those in Champagne!

The Charmat, or tank method used for the secondary fermentation (see above) is often sub-contracted by smaller producers to specialists. It uses pressurised and resistant tanks called autoclaves, with different levels of atmospheric pressure authorized, between 3 and 5 bars. The wine is filtered and bottled under pressure just a few months after fermentation, which meant that most of the wines that I tasted early in May came from the 2017 harvest. This rapid turnover is clearly a huge financial advantage when compared to the necessity to keep a vintage Champagne for at least 3 years on its lees.

The dominant grape variety for Prosecco is called Glera and has to constitute at least 85% of the final blend. Other authorized local varieties are Verdiso, Bianchetta, Trevigiana and Perera, but Chardonnay is also allowed. Dosage levels for the various designations follow the same rules as Champagne, but current fashion, at least in Italy, tends to favour the Extra Dry category (12 to 17 grams of residual sugar) over the Brut (up to 12 grams). I did however taste the occasional Prosecco that was dosed more lightly, around 6 grams, and found that this added the peps and precision that is, to me at least, often lacking in these wines since the combination between a warmer climate and the Glera grape makes for much lower natural acidity that in Champagne.

Here are a few comments and tasting notes from the producers that I visited:

Villa di Maser

This very beautiful estate lies not far east of Asolo and surrounds one of the most remarkable of the Palladio villas, with its frescos by Veronese, its sculptures, its woods and gardens, as well as 40 hectares of vines. These are not entirely dedicated to Prosecco as I also tasted some very good still wines, including a wonderful Verduzzo Dorato, almost amber in colour, suave in texture and enrichened by skin maceration. They also have a very nicely arranged and well managed restaurant and bar in one of the neighbouring buildings Their Asolo Prosecco Superiore was very pleasant, delicately rounded and fruity. Straightforward and easy to enjoy.

Tenuta Amadio, Monfumo

This modernized estate, which builds on a family viticultural heritage, is managed by a young brother and sister team. It lies just north of the medieval town of Asolo, well into the hills with some spectacular views as you climb up the narrow lanes to get there. I liked their wines very much and thought that they were the best of all the Proseccos that I tasted on this trip. We unfortunately did not have enough time for a full tasting of the range, but I especially enjoyed their Asolo Prosecco Extra-Brut 2017: fine and delicate, floral and fruity, that flowed seemingly effortlessly across the palate.

Borgo Antico, Ogliano di Conegliano

A vineyard of 21 hectares currently under conversion to organic agriculture. When I was there, staying nearby for a few days, it rained every night so the tractors were out spraying every day as the rain constantly washed off the stuff that they are allowed to use (no systemic products in organic farming). Made me wonder about the carbon balance of this approach, as well as the quality of copper being used. Modern equipment in a recently-built and impeccably clean winery, but they sub-contract the secondary fermentation. Their Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore Brut 2017, dosed at just 6 grams, showed perfumes of linden and lemon and was pleasantly dynamic. I liked less the Extra-Dry which had more body but less finesse and the dosage seemed to partially mask some bitterness. Of the still wines tasted, I enjoyed the pale red wine made from a local variety called Marzemino (2017), with its lively flavours of bitter cherries.

Vigne Matte, Rolle, Conegliano

This modern estate, with vineyards spread out over several sites (above is a view of part of the main site), is the creation of someone who made his money in the motor industry. The site is very spectacular and shows just how steep and had to work are a lot of the vineyards in this northern sector of the Prosecco region. They do everything here, including the secondary fermentation. Just 20% is exported. My favourite wine here of their Proseccos was the Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore Brut Cuvée, which incorporates 15% Chardonnay with 85% Glera: quite fine, nicely fruity and just a touch of bitterness on the finish. The others were too heavily dosed for my palate, with the exception of a sparkling wine made outside the Prosecco appellation but using the tank method: à 100% Chardonnay called 007. This had length, complexity and precision. Made me wonder whether this grape might not be more interesting in these parts than Glera. Is this ridiculous?

So yes, Prosecco can be a very pleasant sparkling wine. What it does not have, at least in the wines that I tasted, is complexity and length. High yields and a very short time spent on lees see to that. Maybe also the natural limitations of the Glera grape variety, but of that I am not so sure. But why should all wines be monsters of complexity, especially when they retail for around 6 euros a bottle? Horses for courses is the name of the game. In any case it is a beautiful region to visit if you are ever in Venice. An hour’s drive north from the airport will get you into the heart of it.

David Cobbold

 

 

 


12 Commentaires

Le Conseil d’Etat annule le décret de la Clairette de Die Rosé

Incroyable retournement de situation dans l’univers impitoyable des appellations françaises de bulles (pire que Dallas à la grande époque!): à l’instigation du syndicat du Bugey-Cerdon (déjà à l’origine de deux procédures d’opposition), le Conseil d’Etat vient d’annuler l’arrêté du Ministre de l’Agriculture du 16 novembre 2016 homologuant l’extension du cahier des charges de la Clairette de Die au rosé.

Ce qui prouve au moins une chose: que si la production de votre voisin ne vous plaît pas, et surtout, s’il risque de vous faire de la concurrence, et que vous n’arrivez pas à le torpiller à l’INAO, il vous reste le Conseil d’Etat.

Je me demande si cela annonce un revirement semblable dans le domaine des bulles IGP, qui « défrizzent » tellement les Crémants.

En attendant, le Prosecco et le Cava se développent à l’international, au point que Crémants et Clairette ont vu leur présence se réduire comme une peau de chagrin dans les rayons de la distribution et des cavistes belges, par exemple. Et je ne vous parle pas du Bugey-Cerdon, qui dispute aux Côtes-de-Toul, à Tursan et aux Coteaux-du-Loir le titre d’appellation la plus confidentielle de France.  Comme dirait ma voisine: « Marcel Cerdon? Le boxeur? » 

Quant à moi, la croisade des vignerons du Bugey ne me les rend pas très sympathiques, pas plus que les Crémants.

Plutôt que de s’occuper de la qualité des autres, qu’ils s’occupent de la leur!

Hervé Lalau


Poster un commentaire

Prends ça dans les dents!

Reprenant une publication de la British Dental Association, plusieurs médias britanniques  mettent en garde les consommateurs: boire du Prosecco peut être dangereux pour les dents.

En effet, le Prosecco combinerait trois éléments nocifs pour les dents: le gaz carbonique, le sucre et l’alcool.

Et les autres effervescents? Pour le Dr Coates, de Riveredge Cosmetic Dentistery, « le Prosecco est bien pire que le Champagne, parce que ce dernier n’est pas aussi sucré. Le Prosecco a un pH de 3,35 (…) et affaiblit l’émail des dents ».

Voila qui me semble bien curieux: de nombreux Champagnes présentent un pH très proche de 3, et sont donc plus acides que les Proseccos!

Certes, les Proseccos sont généralement plus sucrés (la plupart sont des Extra Dry), mais si c’est l’acidité qui attaque l’émail, alors il n’y a guère de raison de faire de différence avec les autres mousseux, même Bruts. Sans parler du cidre.

D’un autre côté, les Britanniques consomment à présent beaucoup plus souvent du Prosecco que du Champagne. Les Belges aussi.

Hervé Lalau


3 Commentaires

7 Proseccos de la GD au banc d’essai

Le Prosecco est « la bulle qui monte », en Europe. Depuis 2013, il s’en vend plus que de Champagne. Pour vous, nous avons testé l’offre présente dans trois grandes enseignes belges (Delhaize, Carrefour et Colruyt).

Petit rappel terminologique

Le Prosecco se décline en deux grandes familles: le Prosecco DOC (une vaste appellation de 23.000 hectares, s’étendant sur 9 provinces de Vénetie et du Frioul) et le Prosecco DOCG. Ce dernier est issu d’un territoire beaucoup plus restreint, divisé en plusieurs sous-dénominations: Asolo (au Nord-Ouest de Trévise) et Conegliano Valdobbiadene (15 communes au Nord du  Piave, toujours en province de Trévise); avec en outre quelques sous-types (Rive, pour 43 coteaux identifiés de Conegliano Valdobbiadene, et Cartizze, pour un bloc de 107 hectares sur la commune de Valdobbiadene). Les plafonds de rendements sont plus bas en DOCG qu’en DOC.

Pour être complets, notons que le Prosecco produit non seulement du Spumante (celui qui nous intéresse aujourd’hui, et auxquel on pense généralement), mais aussi du vin frizzante et du vin tranquille.

zone-production-prosecco-su-900x435

La zone de production des Prosecco (Photo Passion Prosecco)

Quelques remarques générales 

Les deux DOCG de notre échantillon (deux Conegliano Valdobbiadene, en l’occurrence) ont fait l’unanimité. Mais un de nos Proseccos DOC a fait jeu égal avec eux.

Plus important, pour la segmentation des produits, est le dosage, nous semble-t-il : quatre des Proseccos dégustés étaient de qualité Extra Dry (entre 12 et 17 grammes de sucre). Les trois autres étaient des bruts (moins de 12 grammes). Au goût, ceprenant, deux des trois nous ont parus proches de ce plafond, au point que la différence avec les extra-dry n’était pas si évidente.

Ceux qui préfèrent les vins très peu ou non dosés ne trouveront donc pas facilement chaussure à leur pied dans notre échantillon. Ceux qui s’attachent plutôt à l’équilibre du vin, ou n’ont pas d’a priori sur le dosage, seront plus à leur affaire. Sans oublier ceux qui apprécient le fruité mûr – une qualité du cépage Glera, au moins dans sa jeunesse. Un cépage qui prend parfois, pour moi, de faux airs de Chenin.

Les degrés d’alcool sont assez faibles (entre 11 et 12°)

Notons pour finir qu’il s’agissait a priori de vins issus de la méthode Martinotti (aucun, en tous les cas, n’indiquait le contraire).

 

Notre classement s’établit comme suit :

-Trois produits de grande qualité,

-Deux autres, non dénués d’intérêt,

-Deux autres encore, sans vice ni vertu.

 

img_0589-2Les vins dégustés

Nos préférés 

Mionetto Prosecco Superiore Conegliano Valdobbiadene DOCG Extra Dry

Bulle assez fine, régulière. Au nez, ce Prosecco ajoute à la pomme une touche plus tropicale (ananas, mangue) ; le sucre (léger) et l’amer s’entrelacent, le contraste devient harmonie. Longue finale aux notes de rhubarbe. Un Prosecco très équilibré, où le dosage est très bien intégré (il s’agit d’un Extra Dry). 15/20

Delhaize

San Simone Perlae Leonis Brut Millesimato 2015 Prosecco DOC Brut

Belle effervescence. Nez très fin de pomme golden, bouche riche et crémeuse, avec quelques notes de tarte Tatin; beaucoup de vivacité en filigrane ; finale très longue avec une pointe d’amertume très agréable. Brut, dit l’étiquette, mais la différence avec le précédent n’est pas évidente. 15/20

Carrefour

Villa Antinoni Prosecco Superiore Conegliano Valdobbiadene DOCG Extra Dry

Bulle fine, cordon régulier. Le nez évoque la mirabelle ; la bouche, aux accents de miel et de fleurs d’acacia, est à la fois gourmande et croquante ; la finale revient sur les fruits jaunes, bien mûrs. Le sucre est très bien intégré. 15/20

Colruyt

Également appréciés

Borgo Santo Prosecco DOC Brut

Un Prosecco assez vineux, dans un style plus sérieux, moins exubérant. Quelques jolies notes de miel d’acacia, tout de même. Dommage que l’amertume ressorte un peu trop en finale. Pour ce Brut, nous avons bien identifié un caractère plus sec. A noter que ce vin est produit par le même producteur que le Perlae Leonis, San Simone. 14,5/20

Carrefour

Baccio della Luna Prosecco DOC Brut

Un vin peut-il être trop aromatique ? C’est la question que nous nous sommes posée, tellement le nez de ce Prosecco (poire, coing, miel) était exubérant – un de nos dégustateurs a dit « envahissant ». Rien à redire, cependant, sur la bouche assez grasse, crémeuse, presque beurrée.  Présenté comme Brut, ce vin ne nous a cependant pas semblé plus sec que les autres au goût. 14/20

Colruyt

Ni vice ni vertu

Martini Prosecco DOC Extra Dry

Riccadonna Prosecco DOC Extra Dry

Deux produits sans défaut, deux Proseccos marchands, mais assez simples et manquant un peu de relief. Ils ont cependant plu aux deux jeunes dégustatrices (20 et 25 ans) auxquelles nous les avons présentés: elles les ont trouvés gourmands et faciles à boire.

L’ami Marc me dit qu’il existe une autre cuvée de Prosecco Martini (étiquette argentée), qu’il a eu l’occasion d’apprécier. Dont acte.

Carrefour

img_0588

En conclusion

Cette dégustation a été une bonne surprise. Et compte tenu des prix constatés (entre 6 et 10 euros), on peut dire que le Prosecco n’est jamais vraiment une mauvaise affaire. Si les dernières années ont vu la consommation de bulles augmenter, un peu partout en Europe, c’est justement grâce à des produits comme ceux-là, que l’on consomme à présent tout au long de l’année. Et la vogue du Spritz n’a fait que renforcer un succès déjà bien amorcé.

Il serait bien sûr intéressant de pouvoir déguster une sélection de Proseccos de cuvées plus ambitieuses (dont certaines, assez rares, sont obtenues par la méthode traditionnelle). Curieusement, au vu de la progression des ventes, la promotion du Prosecco (autre que par les prix) est très faible. A titre personnel, je n’ai jamais pu participer à une dégustation professionnelle de Prosecco. Raison pour laquelle j’ai choisi de l’organiser moi-même, avec les moyens du bord.

Pour terminer, chers lecteurs, recevez mes meilleurs voeux pour le Noël qui arrive, que vous décidiez de l’arroser au Prosecco… ou pas.

Hervé Lalau (avec le précieux concours de Marc Vanhellemont)

 

 

 


7 Commentaires

Entre deux fêtes, un peu de mixologie pinardière

L’art du cocktail… Pour peu que je puisse avoir une quelconque autorité en la matière, je précise toutefois que ce qui suit marque, à mon humble avis, une nouvelle tendance revenue par effraction dans ma vie. D’aucuns m’objecteront qu’il était temps que je m’aperçoive que la mode change depuis une dizaine d’année, du moins chez les jeunes, et que la mixologie (quel horrible mot au passage…) est aujourd’hui bien installée dans nos habitudes de consommation.

Sachez que je n’ai aucune prétention au regard du métier de barman, métier que je respecte au plus haut point d’autant que je l’ai exercé moi-même pour quelques mois. J’admire le barman, le vrai, celui qui se pique d’inventer à l’instant une boisson à la hauteur de la joie ou du désespoir de son client. Depuis le bon vieux kyr de mon enfance (au Bourgogne Aligoté bien sûr) et jusqu’au désastreux et plus récent mélange Sautertnes/Perrrier – non encore essayé, je l’avoue -, sans oublier le fameux spritz (Aperol, Prosecco, eau gazeuse, glaçons à profusion et deux tranches au moins d’une belle orange sanguine de Sicile) qui fait fureur et égaie mes séjours dans les villes italiennes, j’avoue de plus en plus me laisser entraîner dans le jeu du cocktail. À mes yeux, ce temps passé à les concocter, puis à les siroter, permet de faire un break, de sortir du train-train habituel qui veut qu’entre deux fêtes on s’emploierait obligatoirement à déboucher ses plus belles et plus onéreuses bouteilles pour prolonger un état quasi comateux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cet été, le spritz d’un prince dans un grand hôtel cannois…

Et c’est là j’en conviens toute l’ambiguïté de cet article un peu vaseux. Je reste convaincu en effet que de toutes les vacheries que l’on inflige au vin en général, en plus de celles qu’on nous impose à nous pauvres buveurs par la force des choses, les queues de coqs (cocktails) à base de vin peuvent faire partie des pires saloperies. Mais ces petits jeux peuvent aussi révéler de vrais moments de bonheur. Cela étant dit, je n’irai pas jusqu’à affirmer que c’est une raison pour imposer aux cocktails vineux des vins de second ordre, des piquettes de supermarchés. Bien au contraire : sans forcément chercher ce que l’on a de meilleur dans sa cave pour composer un mélange des plus judicieux, il faut être capable de trouver en magasin un bon vin, le meilleur possible dans une gamme de prix que je qualifierais d’abordables, c’est à dire entre 8 et 12 €. Lorsqu’on y arrive, avec l’ardeur de celui qui cherche à faire plaisir (ou à se faire plaisir), on rassemble toutes les chances d’obtenir des résultats réjouissants, en particulier avec les vins à bulles, tel le Crémant.

WP_20151206_061

Le Pimm’s raté et trop chargé du Savoy

Dans l’art du cocktail où le vin joue un rôle, les pros ne sont pas toujours les mieux placés comme en témoigne ce désastreux Pimm’s au Champagne testé récemment à Londres en compagnie de mon fils dans le bar américain du Savoy. Le vin était nul et le barman pourtant archi titré et médaillé avait oublié le traditionnel ruban de peau de concombre qui fait toute la différence. Après les vendanges, pour remercier une amie chère venue me rendre visite dans mon gourbi sudiste, j’ai tout naturellement pensé aux vins de Limoux pour servir de base à mes élucubrations cocktailistiques. Cela tombait bien, car en plus de quelques bouteilles de Crémant de Limoux rosé Domaine J.Laurens achetées chez mon caviste, je venais de recevoir six échantillons du même domaine, propriété que j’ai l’honneur de suivre depuis quelques années et qui, soit-dit en passant, ne cesse de progresser.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mon spritz façon Blanquette de Limoux

Le spectacle allait pouvoir commencer ! D’abord avec la Blanquette (méthode ancestrale) du même domaine venue telle le messie en lieu et place d’un Prosecco peu amène disponible sur la place de Perpignan, j’ai pu réaliser sans me vanter l’un des plus beaux spritz de ma carrière ! Très légèrement sucrée, dotée d’une effervescence et d’une mousse des plus fines, élément qui manque parfois dans les vins best-sellers de notre sœur transalpine, cette Blanquette de Limoux à 90% Mauzac, cépage qui perd hélas du terrain en terre limouxine, a su revigorer mon spritz devenu ces temps-ci quelque peu morose faute de bulles adéquates pour étayer sa construction. Afin de ne pas trop noyer le vin, j’en ai profité pour tricher un peu en réduisant le nombre de glaçons et en limitant l’apport en eau gazeuse.

WP_20151006_025

Non content de ce résultat encourageant, j’en ai profité une seconde fois pour mettre le rosé à l’épreuve en lui offrant un mariage avec quelques cuillérées à café de fruits frais de saison, en l’occurence les derniers brugnons et pêches de vignes. C’était satisfaisant, certes, mais décevant en même temps sachant que ce Crémant de Limoux à majorité chardonnay (25% de chenin et 15% de pinot noir) est tellement agréable à boire seul… La même idée allait me servir à prolonger mes expériences. Quelques jours plus tard, je me procurais au marché une rare confiture de pêche que j’affectionne particulièrement et tandis que que j’ouvrai une bouteille du Crémant, devenu le classique du domaine (60% chardonnay), me vint l’envie de glisser dans la flûte une ou deux cuillerées de cette confiture.

WP_20151006_015

Mon Crémant se transformait subitement en un divin Bellini, bien meilleur que celui du très touristique Harry’s bar, haut-lieu du Venise touristique. Grisé par ce succès, lors d’une seconde tentative, j’ai même essayé de glisser deux ou trois gouttes d’Angostura à l’orange amère, juste pour voir : j’avais là une sorte de quintessence où chaque élément, le sucré, l’acide et l’amer avait sa part, son rôle à jouer. Si j’avais opté pour la traditionnelle Blanquette, le mariage eut été plus sucré et probablement plus décevant.

WP_20151006_007

Toujours est-il que je crois bien que ce soir-là nous avons vidé plus de deux bouteilles – ainsi qu’un pot de confiture – sans nous faire prier ! Y’a pas de mal à se faire du bien… Et mon amie est devenue illico accro au Domaine J.Laurens

Michel Smith

(Toutes les photos sont de Michel Smith)


2 Commentaires

2015 Prospects for Loire Vintage – weather figures from Tours + gracie Franco!

End of a sunny day on the Loire near Saumur.

End of a sunny day on the Loire near Saumur.

There is optimism in the Loire, as well as other parts of France, about for the prospects for the 2015 vintage. It is still too early to make firm predictions as things can always go wrong at the last minute* and, although picking of the early varieties should start around the beginning of September, Cabernet Franc in Saumur, Chinon, Bourgueil etc. won’t start until the last week/10 days of September.

There is still time for the weather to turn bringing continuous heavy rain, with the danger of grapes splitting through a sudden abundance of water after long dry spells. Hail, too of course, remains threat. Speaking of which there have been high winds in Indre et Loire today with 5000 homes without electricity with the Loches area particularly hit – apparently Amboise and Tours have been less affected.

So, while we keep our fingers crossed, here are some weather stats from the Met station at Tours from June, July and August to date. Averages throughout are based on 1981-2010

June 2015
Rain: 28.9 mm (average – 46.1mm)
Max temps: 24.9˚C (average 22.8˚C) Hottest day: 35.7˚C (30.6) Max temps in 2003 – 28.8˚C
Sunshine hours: 310.6 (average 228.0)

July 2015
Rain: 14.0mm  (average: 53.2mm)
Max temps: 27.5˚C with hottest max: 37.5˚C (average: 25.5˚C
Sunshine: 256.4 hours (average: 239.4 hours)

August 2015 (to 23.8)
Rain: 38.6mm (average: 42.5mm)
Max temps: 27.3˚C (average: 25.4˚C)
Sunshine hours: 154.7 (average: 236.46)

Over each of the three summer months it has been drier, warmer and sunnier – with the marked exception of August so far. It would seem very likely that August’s rainfall in Tours, at least, will be above average by the time this month is out.

To date rainfall over the three months is well down on the average: 61.5 mm has fallen so far compared with the average of 141.8.

* Just like they can go right at the last minute as they did in 2014 with a very fine September.
••
UK supermarket shelf with an array of yellow/gold/orange labelled Prosecco

UK supermarket shelf with an array of yellow/gold/orange labelled Prosecco – all apparently made by Veuve Clicquot…. 

Franco, Veuve Clicquot and Prosecco
Very pleased that our good friend and fine writer – Franco Ziliani picked up on my recent post on Veuve Clicquot and Prosecco. Franco’s post is here. 
Reflecting on Cheonceau

Reflecting on Cheonceau


2 Commentaires

Summer shorts: Les Grandes Tablées + Veuve Clicquot – a major producer of Prosecco…..

IMG_9493

Just about a third of those at Les Grandes Tablées on Wednesday night (5th August)

Just about a third of those at Les Grandes Tablées on Wednesday night (5th August)

More diners @Les Grandes Tablées 2015

More diners @Les Grandes Tablées 2015

It was good to be invited to the 2015 edition of Les Grandes Tablées de Saumur-Champigny ten years after I was invited to the 2005 edition. Although it has grown enormously since then, the formula remains the same along with the friendly conviviality. Back in 2005 this was a one-day event now it is held over two days with all 6500 tickets sold out well in advance of the event.

As the 2014 edition had nodded towards Belgian cuisine, the Saumur-Champigny producers decided that in 2015 they should look across La Manche for inspiration.

I have to say that their interpretation of ‘classic’ British dishes was rather similar to a free jazz interpretation of a standard, especially the pork pie.

Part of the picnic with the 'interpretation' of a pork pie.

Part of the picnic with the ‘interpretation’ of a pork pie – slice of terrine (very tasty) and a separate piece of pastry.

Red fruits crumble

Red fruits crumble – much more authentic than the ‘pork pie’

François retired master baker now responsible for organising all the baking involved for Les Grands Tablées

François retired master baker now responsible for organising all the baking involved for Les Grands Tablées with a reviving glass of Saumur-Champigny

Not the 2010 as shown but the delicious 2014.

Not the 2010 as shown but the delicious 2014.

The 2014 Cuvée des 100 Saumur Champigny was the principal wine served during the evening and very delicious it was. However despite being very drinkable no-one amongst the throng of picnickers appeared to be drunk or at all disorderly.

Three  UK based wine writers blending into the background.

Three UK based wine writers blending into the background.

•••

Snap!: Veuve Clicquot and  Moneto Prosecco

Snap!: Veuve Clicquot and Moneto Prosecco

I am continually amazed by the amount of Prosecco that appears to be produced by Veuve Clicquot, which I had always understood to be a Champagne house and part of LVMH. UK supermarket shelves are now groaning with Prosecco flaunting yellow/gold/orange labels.

I can only assume that Veuve Clicquot have moved into the Prosecco market because of its current popularity. According to a study by Laithwaite’s, the UK’s largest mail order business, and published in The Drinks Business Prosecco is now the overwhelming choice for a marriage toast:

‘PROSECCO NOW WEDDING TOAST OF CHOICE

In the study, Laithwaite’s found that 63% of couples now toast their nuptials with a flute of Prosecco, compared to just 8% who raise a glass of Champagne.

According to Laithwaite’s, sales of the Italian fizz have grown by over 25% in the last 18 months, overtaking Champagne sales at weddings as far back as 2013.

English Sparkling wine is also giving Champagne competition, accounting for 5% of all sparkling wine drunk at UK weddings, with its popularity rising every month.’

UK supermarket shelf with an array of yellow/gold/orange labelled Prosecco

UK supermarket shelf with an array of yellow/gold/orange labelled Prosecco…oops I think there might be a Champagne amongst these but I can’t be sure – I’m so confused!

Ciro (right hand label) is not made by Veuve Clicquot instead by a small producer in Campania. Ciro received legal letters from Veuve Clicquot alleging that their label could be confused with Veuve Clicquot.  Moral of the story: Ciro should have called their sparkling wine Prosecco and presumably VC wouldn't have said anything.

Ciro (right hand label) is not made by Veuve Clicquot instead by a small producer in Campania. Ciro received legal letters from Veuve Clicquot alleging that their label could be confused with Veuve Clicquot.
Moral of the story: Ciro should have called their sparkling wine Prosecco and presumably VC wouldn’t have said anything.