Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


11 Commentaires

The beauty of Sauvignon in Styria (2/2)

This is the second part of an article that started last Monday from the fine Austrian town of Graz (admire the shopfront above in the old town). I should also refer those interested to a series of 3 articles that I wrote (in French) on this same region and its wines from Sauvignon Blanc on this site back in 2015.

First I owe an apology for not checking a fact in my article last Monday. I wrote that Sauvignon Blanc « probably originated in France’s Loire valley and appears to be the result of a spontaneous crossing of Traminer with Chenin Blanc. » This is what the official  documents of  Austrian Wines say, but it is clearly disputed by José Vouillamoz in the admirable collective book Wine Grapes, co-authored by Jancis Robinson and Julia Harding. Vouillamoz is an ampelographer and specialist in DNA analysis, and I would tend to trust his autority on this matter. He says that Traminer is effectively one of the parents of Sauvignon Blanc, but that the other is currently unknown. The relationship between Sauvignon Blanc and Chenin Blanc is that of a sibling, with Traminer being the shared parent.

I think we all can agree that describing a wine by simply naming its variety is just as inadequate as using a region or appellation to provide some form of « identikit » portrait of a wine. Bringing the two together may get us a bit nearer to the truth, although I still shun the term « typicality », which is  one of the three « t » words that I try to avoid whenever possible in connection with wine as their significations are, at best, variable, and, at worst, meaningless (tradition and terroir anyone?)

photo BK Wine

Sauvignon Blanc is a very popular grape variety with consumers in major wine markets, even if it hardly casts a shadow on Chardonnay. Yet it suffers from a somewhat ambiguous reputation with some wine professionals (are you reading this Marco?) who say that they dislike it on the whole. Naturally personal preferences play an essential role in all our esthetic choices, but I do think that one should be careful about making sweeping statements of this kind. I must admit to having fallen into a similar trap on occasion, such as in the case of the variety from Savoie called Jacquère, which I have been known to call « quite un-interesting ». I am sure that there are some good wines of Jacquère and I hope to taste them someday soon! But Sauvignon Blanc is far more widely planted on different sites and in different climates that Jacquère, not to mention the greater number of techniques used in the production of these wines. Hence its diversity is much greater, and saying that one dislikes Sauvignon Blanc is rather like saying that one dislikes the total population of any one country: an unacceptable and simplistic generalization based on limited experience.

Part of the Lackner Tinnacher vineyard near Gamlitz under snow last week

Now, to get back to the particular case of Sauvignon Blanc in Austrian Styria (Steiermark to give it its real name), the style of the good examples of these wines strikes me as being somewhere in between the often highly aromatic one of wines from Marlborough in New Zealand and the very lean and restrained style of the Central Loire wines, of which Sancerre is the best known appellation. Once again, this remark falls fully into the generalization trap, but it is an attempt to provide the reader with some idea as a start and an encouragement to explore these wines. Styrian Sauvignons have plenty of freshness from their altitude-affected cool climate, and yet manage to attain decent to excellent ripeness levels from the combination between good site choice and careful vineyard management. This means that they totally avoid any herbal or grassy character, as much in terms of aromas as textures, and are less severe and sharp in their perceived acidity as many a young Sancerre, as well as being more expressively aromatic. The textural factor is a key element in my personal judgment of a wine and the best Sauvignons from Steiermark excel in this respect since they manage to feel suave without any loss of freshness. Pleasant and stimulating aromas, good mouth-watering freshness and fine, lingering textures are to me three characteristic « signatures » of these wines.

I wrote some comments last week on some of the Styrian Sauvignon Blanc wines that I tasted when I was in Graz and, if you read them, you will see that there were good and less good wines in that set, so I am definitely NOT saying that all Styrian Sauvignon Blancs are good. That would be a form of « fake news ».  In this preceding article, I commented the wines without giving each of them a note as I usually do, and so, following a discussion last week about an article by my colleague Hervé Lalau, I will do so now. To get a fuller picture, you will have to put the two parts together.

Harkamp Sauvignon Blanc extra brut (sparking, méthode traditionnelle): 13,5/20

Maitz, Steirische Klassik Sauvignon Blanc 2017: 15,5/20

Strauss Classic Sauvignon Blanc 2017: 11/20

Riegelnegg Olwitschhof, Sauvignon Blanc Sernauberg Roland 8° 2016: 9/20

Erwin Sabathi Sauvignon Blanc Ried Pössnitzberger Kapelle 2015: 17/20

Gross Sauvignon Blanc Ried Nussberg 2015: the bottle was corked !

Polz, Sauvignon Blanc Therese 2015: 16/20

Frauwaller Sauvignon Blanc Ried Buch 2013: 13/20

Potzinger Sauvignon Blanc Reserve Sulz Joseph 2013: 14,5/20

Muster Sauvignon Blanc Grubthal 2013: 16,5/20

Neumeister, Sauvignon Blanc Stradener Alte Reben 2011: 17/20

Tement, Sauvignon Blanc Zieregg 2011: 15/20

Sattlerhof Sauvignon Blanc Kranachberg Trockenbeerenauslese 2013: 19/20

This last part of this article will concern a single estate that we, as judges at the Concours Mondial de Sauvignon Blanc, were taken to visit. Lackner Tinnacher is a family estate currently managed by Katherina Tinnacher (above) and her father. Situated in hills near the village of Gamlitz, in the Südsteiermark sub-region, its history goes back to 1770 and all the wines produced come from the family-owned vineyards on six different sites. Katherina converted the vineyard to organic farming in 2013. Suavignon Blanc is not the sole variety planted here as Morrillon (Chardonnay) is also important and there are some other varieties.

Just one of the many tasting areas at this beautifully designed and hospitable winery whose wines are as good as the looks

I had visited this estate previously on my last trip to Styria back in 2015, so this was also an opportunity to measure the progress made in many aspects here. And at least one aspect of this progress this was very clear from the outset, with work now finished on the (mainly) internal modernization of the buildings, with the traditional dwelling house now totally and intelligently renovated and dedicated to reception of customers, with ample tasting rooms and a perfect connection to the winery via a cellar to ensure a smooth transition for visitors at any time of the year. Katherina’s sister is an architect and she is responsible for this remarkable work of conversion that shows, as so often in Austria, that all-too-rare combination of respect for traditional architectural forms and materials and successful use of modern design. All of this integrates superbly and the use of wood in furniture and decor, some of which apparently comes from the estate’s own forestry, is particularly remarkable.

My tasting of the Lackner Tinnacher wines (prices given are consumer retail in Austria)

This tasting, that followed a brief visit, was so impeccably organized that I would cite this as an excellent example of how to handle a tasting for a fairly large group (we were around 40 tasters from several countries). Katherina was clear in her discourse, without any undue emphasis but passing the messages about her approach to wine on this estate. We were all seated, the rooms and tables were well appointed and perfectly adapted. The glassware was impeccable and there was a list of the wines printed for every taster with some factual information on each. Plus the wines were served at the right temperature and at the right speed. This combination is sufficiently rare to be underlined.

If you cannot be bothered to read all the tasting notes below, just consider that this producer is highly recommended.

Südsteiermark Sauvignon Blanc 2017 (price around 15 euros)

A blend from younger vines made in stainless steel. Quite firm and fresh. Very good definition with a nice balance between fruit and acidity (15/20).

All the remaining wines, apart from the last one, are from single vineyard plots, which is the approach favoured by Katherina. It is not necessarily the one that I would personally adopt, but it is their wine after all! I did make an improvised blend of two of their 2015 single vineyard wines and found it better than each part. So, it is fashionable to subdivide and speak a lot about « terroir » and « authenticity ». But this does not necessarily make the wines any better.

Ried Steinbach Sauvignon Blanc 2015 (price around 25 euros)

Various soils types and meso-climates cohabit in this vineyard. Intense, almost exotic aromas from this warm vintage. Firmly structured and quite tactile, with excellent balance, it will need a year or two to give its maximum. Very subtle use of oak in the process (16,5/20)

Ried Steinbach Sauvignon Blanc 2001

Interesting to see the ageing capacity of these wines. The nose is rich and tropical in style. Perhaps a bit too much oak, but a good wine with a softer profile than its younger version. Pleasant now and has lasted well but I think that the younger wine will go further (15/20).

Ried Flamberg Sauvignon Blanc 2015 (price around 25 euros)

Limestone soils for this vineyard. This seemed sharper and crisper on the palate that the Steinbach vineyards from the same vintage. Good length and precision. I found that blending the two 2015s in roughly equal proportions was a good compromise and produced a better balance. (16/20 for the original, 17/20 for my blend).

Ried Flamberg Sauvignon Blanc 2014

Apparently a more difficult year on account of rain. Thinner, with edgy acidity and less length. (14,5/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2015 (price around 40 euros)

Stony subsoil with sand and gravel on top. The highest vineyard of the estate, at 510 meters. Still quite closed on the nose and tight on the palate. It has had 18 months in barrels but will need more time in the bottle. A biggish wine with firm structure. Not sure that it is worth the extra money though (16,5/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2013

The vintage was also a good one here. Far more expressive and juicy, at least on the nose, thanks to the extra time in the bottle. But on the palate this is still tight and almost tannic. Power wins over finesse here (15/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2009

Lots of rich tropical fruit aromas here for a wine now fully evolved with lovely satin-like texture and just a hint of bitterness on the finish to give it grip and lift. Lovely wine (17/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2007

Still very dynamic and has also rounded out with time but it is less expressive and smooth than the 2009

Sabotage (no idea of the price, but the label is the centre one on the photo)

This is a wine made in tiny quantities using skin maceration for 50% of the wine. It is also an association between Katherina and her boyfriend, Christoph Neumeister (another excellent producer from a bit further east), in which each contributes a barrel or so of their wine to produce this cuvée. No sulphur is added. I found the nose rather flat and inexpressive, more vegetal (onions and garlic) than fruity. It has plenty of power and character but I found it rather weird and verging on the unpleasant with a tad too much alcohol as well. Not recommended but there is so little made that you will probabbly not find it anyway.

David Cobbold

 

 


1 commentaire

The beauty of Sauvignon in Styria (1/2)

At the time of writing this article, I am at the end of a three day stay in the part of south-eastern Austria called Steiermark, or Styria if you prefer. Graz is the region’s capital and it’s wine sub-regions are spread out to the south, south-east and south-west of this city, the second largest of Austria. The vineyards are often on the hilly terrain of alpine foothills, with a multiple set of climatic interactions between cool winds from the north, high rainfall (around 1000 mm per annum), warmer air coming up from the Adriatic to the south and, in the summer, from the Pannonian plains to the east. If one adds into this already complex equation the constant variables provided by vineyard orientations according to local topography, you get some idea of the many factors that can alter ripening patterns, not to mention the variable soil types that will also affect the hydric balance in each vineyard site. Some, but not all, vineyard sites can be quite steep and have to be managed accordingly.

Weinbaukarte Steiermark

Styria is not a large viticultural area, even within the context of Austria which produces just 1% of the world’s wine: it currently has just over 4,600 hectares under cultivation, which means about 10% of the nation’s vineyards. Yet it has earned for itself a distinct identity based partly on the remarkable balance between tradition and modernity that shows in many fields, architecture and winemaking included, the often spectacular landscapes and, in the specific field of wine, the relative importance given to white grape varieties (78%), and in particular Sauvignon Blanc. As I have come here to judge wines from around the world made using this grape variety during two days of tastings for the Concours Mondial de Sauvignon, I found it appropriate to pay particular attention, beyond my duties as a judge with my 80 colleagues from many countries, to wines made locally from this variety. Sauvignon Blanc is primarily planted in Styria, although it can also be found in other parts of Austria. A tasting of a selection of some good Styrian wines was set up by the local winegrowers’ organization, as well as a very well-conducted and interesting visit to one of the top local producers, Lachner Tinnacher. My tasting notes of the wines tasted on the first of these occasions will follow below, together with a few comments. Another article will follow next week.

Sauvignon probably originated in France’s Loire valley and appears to be the result of a spontaneous crossing of Traminer with Chenin Blanc. It was introduced to Austria, along with several other French varietals, by the Austrian Archduke Johann in the 19th century.

Harkamp Sauvignon Blanc extra brut

Yes, they also use Sauvignon for sparkling wines here. This one works well and opens up an interesting field for other cool-climate regions and wines of the ever-expanding sparkling category. It uses the so-called traditional technique with secondary fermentation conducted in the bottle after a primary fermentation in stainless-steel tanks. It then spent 12 months ageing on its lees in the bottle. It has finesse and crisp freshness without any overtly or obtrusive varietal character and retails for around 18 euros locally. This is about the same price as a decent grower Champagne bought in France from a producer, so it is not particularly cheap. Local thirst for bubbles mean that one is unlikely to find it outside of Austria.

Maitz, Steirische Klassik Sauvignon Blanc 2017

This producer is one of a dozen that has grouped together under the STK acronym to organize their ranges of wines according to style and  price levels. The Klassik category consists of wines that are usually blended from different plots and younger vines, are made in neutral containers and sold in their youth. They are therefore the most accessible in price: 13 euros in this instance. It has good definition, restrained but ripe flavours and a fairy dry finish despite a light touch of residual sugar (2,5 grams) which is insignificant given the acidity level). Perhaps closer in style to a Loire version that to an NZ one. I liked this wine.

Strauss Classic Sauvignon Blanc 2017

Very pale in colour and too much sulphur on the nose to my liking.  This also makes it appear rather lean on the palate. Some good acidity gives it a lift, even if it veers a touch on the aggressive side. Drinkable, but hardly worth 11 euros.

Riegelnegg Olwitschhof, Sauvignon Blanc Sernauberg Roland 8° 2016

The name is a bit of a mouthful! Unfortunately one cannot say the same of the wine though. It seems diluted and reeks of those thiol-type aromas that I find too green and distasteful. Light and short.

Erwin Sabathi Sauvignon Blanc Ried Pössnitzberger Kapelle 2015

Another member of the STK association and this wine comes from a vineyard that they have classified as Grosse Ried (their version of a Grand Cru concept). It has plenty of power due to reduced yield and steep vines facing south. I loved its rich flavours that remain clear-cut despite their complexity. Intense, long and excellent. Worth keeping also. This goes way beyond your everyday Sauvignon Blanc and into the land of great white wines. 35/40 euros per bottle locally.

Gross Sauvignon Blanc Ried Nussberg 2015

A third member of the STK association in this flight and another Grosse Lage vineyard. I usually like the wines of this producer, but this bottle was a major deception. Under cork, unfortunately, and this one suffered clearly from excessive oxidation for which this form of closure most probably was the cause. God save us from corks! (38,50 euros, hopefully for a decent bottle).

Polz, Sauvignon Blanc Therese 2015

Again a member of the STK gang. This is a selective blend from several good vineyard sites. It is intense with asparagus-like aromas, good length and balance. It manages well to combine a fine sauvignon character with more power and intensity than usual.  Very nice wine although it was not served at its best place in this line-up. (20 euros)

Frauwaller Sauvignon Blanc Ried Buch 2013

Had not met with the wines of this producer before. This wine is structured and the handling of the oak seemed a bit heavy-handed. I am not at all anti-oak, but this has gone a bit far for my taste at least. I suspect that more recent vintages have brought a lighter touch. It shows intensity from the oak/alcohol combination, but the fruit is dominated. (25 euros)

Potzinger Sauvignon Blanc Reserve Sulz Joseph 2013

Smooth and ripe, still seeming very young despite its 4 plus years of age. A bit too much oak once again and a tad too much residual sugar for my taste. (25 euros). Interestingly the Austrian wine guide Falstaff gave this wine 93 points. I beg to disagree and would rather rate it at around 86.

Muster Sauvignon Blanc Grubthal 2013

This was served in a magnum and was excellent! A splendid nose, ripe, rich and complex. Loved its length and balance on the palate. Well worth the bottle price of 27 euros.

Neumeister, Sauvignon Blanc Stradener Alte Reben 2011

Yet another member of the STK association and also one of those whom I visited a couple of years ago and whose wines I very much liked at the time. The bottle of this wine is, unusually for the region, of a flute shape, like most German or Alsatian wines. It has richness, but more from its natural concentration coming from very old vines that any over-ripeness. Fine and long, with superb texture and great length. It ain’t cheap at around 60 euros, but it is very good indeed.

Tement, Sauvignon Blanc Zieregg 2011

Tement is perhaps Styria’s best-known producer, at least outside of Austria. This comes from a grosse lage vineyard and Tement is also a founder-member of the STK association. I found that, once again, the influence of oak was a little over-intrusive on the nose. The wine is rich and powerful but finishes on a dry note that lets the wood and the alcohol have the upper hand over the fruit-based flavours. Plenty of substance all the same and has otherwise lasted well. (45 euros)

Sattlerhof Sauvignon Blanc Kranachberg Trockenbeerenauslese 2013

Also a member of the STK group. This very sweet wine shows another aspect of the considerable versatility of the variety. Just 9,5% alcohol for this splendid, lusciously sweet wine that is as intense as it is long, with layers and layers of aromas and very finely integrated acidity that makes the finish very refreshing. At 31 euros for a half bottle, this is well worth every cent!

Nest week I will take you on a visit to the Lachner Tinnacher estate and draw a few conclusions about this grape variety that shows far more diversity than many people expect when faced with just the basic levels of its wines.

David Cobbold


3 Commentaires

Un domaine exemplaire en Nouvelle Zélande : Hans Herzog

Il est assez rare que je me trouve confronté à une gamme de vins aussi singulière et aussi impressionnante que celle de Hans Herzog. Ces vins sont issus de la région de Marlborough, en Nouvelle-Zélande, et j’ai pu déguster cinq vins d’une gamme bien plus large grâce à l’excellent caviste parisien, le bien nommé Soif d’Ailleurs.

Les vins de Herzog,  qui sont maintenant nommés « Hans » sur les étiquettes, à cause d’un procès stupide intenté par un vignoble Californien contre l’usage de son patronyme, ne sont pas des vins que j’appellerais « classiques » pour cette région du monde. Néanmoins Herzog, qui est d’origine Suisse, a su tirer une sorte de quintessence des qualités de ce climat si particulier et si propice à une viticulture de qualité, sans jamais tomber dans le piège de la facilité commerciale, loin s’en faut. Je dois rajouter que ce ne sont pas des vins très accessibles ; d’abord par leurs quantités très limitées, mais aussi par des prix qui sont certes élevés (entre 30 et 50 euros la bouteille en France, selon le vin), sans être excessifs, vu leurs qualités remarquables.

Une brève présentation s’impose avant de parler des vins que j’ai dégustés. Hans Herzog et son épouse Thérèse ont quitté leur Suisse natale ou Hans vinifiait du côté de Zurich et où le couple avait aussi un restaurant réputé. D’ailleurs, ils ont recréé un bon restaurant sur leur domaine en Nouvelle-Zélande. L’objectif de cet exil volontaire était de trouver un climat idéal pour la production de vins fins, sans avoir à subir les contraintes étriquées des appellations contrôlées. Je pense que j’aurais fait comme eux si j’avais le choix, la compétence et les moyens.

Hans voulait la liberté totale de planter les cépages qu’il trouvait approprié au climat de son vignoble et qu’il avait envie d’essayer. Mais il voulait aussi obtenir des résultats à la hauteur de ses goûts pour des raisins mûrs mais parfaitement équilibrés par leur acidité naturelle, tout en vinifiant de la manière la moins interventionniste possible. Après de longues recherches, les Herzog ont opté pour Marlborough, au nord de l’île du Sud, qui bénéficie d’une moyenne de 2.500 heures d’ensoleillement sans jamais subir des températures trop élevées. De surcroît, l’écart entre températures nocturnes et diurnes est d’au moins 10 degrés Celsius. Le climat est sec pendant la période de croissance de la vigne et la phase de maturation, ce qui nécessite une irrigation modulée mais qui écarte la plupart des maladies. Les sols du côté de la Wairau River, où ils ont acheté en 1994, sont assez similaires à ceux du Médoc et donc très drainants.

Aujourd’hui, le domaine comporte 11,5 hectares sur lesquels plus de 20 cépages sont plantés. Le vignoble est compact, le chai proche du centre afin de réduire au maximum le temps de transport des raisins au moment des vendanges. Il est exploité en agriculture biologique avec des tendances biodynamiques, mais je n’ai pas senti une once de ce côté illuminé qui peut apparaître chez certains praticiens. Herzog a clairement les pieds sur terre, et non pas la tête dans les planètes !

Une liste des variétés plantées peut donner une idée de la diversité de la gamme dont malheureusement je n’ai pu en déguster qu’un petit fragment : Chardonnay, Sauvignon Blanc, Sémillon, Viognier, Pinot Gris, Gewürztraminer, Riesling, Marsanne, Rousanne, Grüner Veltliner, Verdelho, Arneis et Muscat Ottonel pour les blancs ; Pinot Noir, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Merlot, Nebbiolo, Barbera, Lagrein, Montepulciano, Tempranillo, Zweigelt, St. Laurent et Saperavi  pour le rouges. Tous ne sont pas produits dans des vins mono-cépages, ni tous les ans, j’imagine, mais quelle palette !

Les vins dégustés, dans l’ordre de la dégustation

(Je pense que j’aurai agi un peu autrement sur le plan de l’ordre, mais je le respecte ici).

Hans, Sauvignon Blanc 2013

Issu de vendanges manuels, avec une macération à froid pendant 3 ou 4 jours. Après pressurage douce, le jus est entonné en demi-muids de 500 litres de chêne français dont 25% sont neufs. Le vin passe 18 mois dans ces contenants. Il est assemblé en incorporant 15% de Sémillon. (prix : 39 euros)

La robe est très intense et le nez aussi : grande complexité avec une large gamme de fruits sans que cela soit très typé sauvignon selon les standards NZ (peu ou pas d’arômes marqué par des thiols). Magnifique texture, suave mais avec ce qu’il faut de grain fournie par une belle acidité parfaitement intégrée dans le corps du vin. Je pense qu’il s’agit d’un des meilleurs Sauvignon Blancs que j’ai dégusté récemment, avec le Alte Reben de Neumeister en Styrie (Autriche).

Hans Viognier 2014

Ce vin m’a surpris par son extrême délicatesse. Je ne suis pas un fanatique des vins de ce cépage d’une manière générale car je les trouve souvent lourds, manquants de vivacité et avec des arômes un peu vulgaires, trop envahissants (exception faite des meilleurs vins de Condrieu, bien entendu, et de quelques autres). Ce n’est pas le cas ici avec ce vin délicat, certes aromatique mais avec une jolie texture et une bonne dose de fraîcheur. Je l’aurai servi avant le Sauvignon.

Hans Pinot Gris 2015

Fermenté dans des cuves en inox, sauf pour 20% de l’assemblage finale qui a passé 15 mois dans des demi-muids.

On oublie parfois que le Pinot Gris est un Pinot Noir qui a légèrement muté, mais qui conservé une peau assez colorée. Ce vin avait une robe d’un ton rose/orangé, ce qui est naturel après une macération pré-fermentaire d’une paire de jours. Mais il n’était pas du tout oxydatif, et donc ne pouvant concourir dans ce segment à la mode des vins dits « orange ». Sa texture très légèrement tannique/ferme doit venir de cette phase de macération, mais le vin est autrement assez délicat et frais, sans trace de la lourdeur qui guette parfois des vins secs de ce cépage. Ce n’était pas mon vin préféré de cette dégustation et je l’aurai aussi servi avec le Sauvignon.

Hans Zweigelt 2013

Ce cépage d’origine autrichienne est un croisement volontaire entre le St. Laurent et le Blaufränkisch, réalisé par le nommé Zweigelt vers 1922. Parmi ses ancêtres, on trouve le Pinot et le Gouais Blanc (ce dernier est parfois qualifié de « Casanova des vignes » à cause de sa nombreuse progéniture, dont le Chardonnay). Ce vin a été élevé en barriques pendant 24 mois (prix : environ 45 euros)

Belle robe, et nez à la fois fin et puissant de fruits noirs avec un léger accent épicé. Très belle complexité en bouche et superbe texture qui le fait flotter sur la langue comme une caresse. J’ai beaucoup aimé son équilibre toute en finesse et la qualité de son fruit dont l’expression est limpide. Le bois est totalement assimilé et personne ne pourrait soupçonner ce mode d’élevage à part par la finesse du toucher de vin. Suave et frais à la fois, on ne sent pas du tout son alcool qui est annoncé à 14%.

Hans Spirit of Marlborough 2006

Un assemblage médocain, élevé pendant 24 mois en barrique (prix 35 euros)

Le nez semble très marqué par le constituant cabernet dans l’assemblage, avec des arômes complexes qui font penser d’abord à un crayon qu’on affûte, puis à de la cerise noire, puis à la prune et au pruneau qui arrivent ensuite par le Merlot. Les tanins de ce vin structuré sont croquants et assez sinueux et se combinent avec un fruité qui garde plein de fraîcheur pour me donner une sensation qui se situe à mi-chemin entre le bordelais et le Piemont. Cette austérité et une texture un peu granuleuse, malgré plus de 10 ans, serait mon seul reproche à ce vin plein de caractère.

 

Maintenant devinez quels sont les deux vins que j’ai acheté suite à cette belle dégustation, bien conduite par Thérèse Herzog, en présence de Hans qui n’aime pas beaucoup parler de ses vins, estimant qu’ils parlent assez par eux-mêmes… Et il a raison.

 

David

 

 


7 Commentaires

Côtes de Gascogne blancs secs, suite et dégustation

Une sélection des meilleurs affaires parmi les vins à moins de 6 euros de cette dégustation

La semaine dernière j’ai présenté d’une manière assez succinte cette appellation qui est la deuxième en taille parmi les vins IGP de France. Mais une mésaventure du clavier vous a privé de l’article prévu, qui incluait mes impressions lors d’une dégustation assez large de ses vins, essentiellement des blancs secs qui dominent la production dans cette région. C’est reparti pour un tour….

Grâce à l’aide d’Alain Desprats, le directeur des Côtes de Gascogne, cette dégustation à l’aveugle a réuni, au Château de Mons, 7 vins rosés, 38 blancs secs et, pour terminer, 9 rouges (dans cet ordre de dégustation). J’aurais peut-être dû demander aussi des échantillons de blancs doux, catégorie dont la production augmente entre 10 et 15% chaque année en Gascogne, mais je n’ai pas voulu en faire plus à cette occasion.

Le vignoble de Gascogne s’enroule sur les pentes généralement douces des collines calcaires du Gers, parmi bocages, bois, champs de céréales et quelques rares zones de pâturage. Cela donne un paysage doux et chaleureux, doré et presque luxuriant par endroits en ce fin de mois d’août. Ce vignoble est en expansion, comme on le voit clairement par le nombre de parcelles de très jeunes vignes. Il est aussi fortement mécanisé, permettant ainsi une réduction de coûts significative, ce qui explique aussi, en dehors des qualités propres des vins, sa grande réussite commerciale qui est très largement fondée sur des exportations. Les domaines sont souvent (mais pas toujours) assez grands pour un pays viticole comme la France, dépassant régulièrement les cent hectares.

Les cépages plantés laissent une trace claire de l’origine de ce vignoble, qui est essentiellement le résultat d’une reconversion de l’ancien vignoble produisant de l’Armagnac à partir d’une majorité d’Ugni Blanc, avec le Colombard en appoint. Entre parenthèses, je n’ai jamais bien compris pourquoi on n’appelle pas cette première variété par le nom de son pays d’origine (l’Italie), c’est à dire Trebbiano, car je trouve que cela sonne tellement mieux que Ugni Blanc. En tout cas cette variété est encore bien présente dans certains assemblages, à côté du dit Colombard, mais aussi du Sauvignon Blanc et d’une part croissante de Gros Manseng. Un peu de Chardonnay et de Petit Manseng complètent ce portefeuille pour les cépages blancs. Avec la liberté qui caractérise la catégorie des IGP, on peut y produire vins issus de mono-cépages ou d’assemblages, selon sa volonté.

Mes préférés

Voici mes préférés dans la catégorie des blancs secs. L’ordre de la présentation respecte l’ordre de la dégustation qui a commencée avec les vins les plus légers. A ce propos, il est intéressant de noter que beaucoup des vins, du moins dans la première partie, titrait autour de 11% d’alcool, chose devenue très rare de nos jours, exception faite de l’Allemagne. Je signale aussi que j’avais demandé des échantillons de deux cuvées au maximum par producteur pour éviter tout biais en faveur des gammes les plus larges.

Tariquet Classic 2016

(Ugni blanc, Colombard, Sauvignon, Gros Manseng : prix 5,60). Un pionnier de la catégorie et un vin d’une belle régularité qui s’est encore confirmée à cette occasion. Ne tirez pas sur le pianiste, il fait très bien ! J’ai l’impression que cette cuvée a gagné en profondeur aussi. Le nez fin et relativement complexe trouve confirmation en bouche avec un bel équilibre entre fruit et acidité, de la netteté et une longueur qui fait honneur dans cette catégorie de prix (14/20).

Domaine Saint-Lannes, Signature 2016

(Colombard, Gros Manseng, Ugni Blanc : prix 5,60). Malgré un côté un peu herbacé, ce vin a un bon équilibre générale et reste très agréable dans le registre d’une fraîcheur bien ciselée (13,5/20).

Domaine Arton, Les Hauts d’Arton 2016

(Colombard, Sauvignon, Gros Manseng : prix 6,20). Ce domaine est le plus à l’est de l’aire, près de Lectoure. Son joli nez fin a un aspect fumé qui rajoute de la complexité. Belle tenue en bouche, sur le versant de l’austérité mais avec du fond (13,5/20).

Les Hauts de Montrouge 2016

(Colombard, Sauvignon : prix 4 euros). Produit par la cave coopérative de Nogaro, ce joli vin a un beau nez dont les accents toastés/grillés font penser à un usage bien dosé de bois, mais cela serait surprenant. en tout cas il évite bien les excès de thiols qui guettent souvent les vins de ces deux cépages. De la finesse et une très belle acidité. Un des meilleurs rapports qualité/prix de cette dégustation. (14/20)

Villa Dria, Colombard – Sauvignon 2016

(prix 6 euros). Vivacité et intensité se retrouvent en équilibre dans ce vin. On peut appeler cela « minéralité » si cela vous plaît. En tout cas un joli fruit citrique, du volume et de la longueur (14/20).

Caprice Colombelle 2016

(Colombard, Gros Manseng : prix 5,50). Un des nombreux vins de l’autre géant de la région, l’excellente Cave de Plaimont.  Nez fin et complexe qui rajouté une certaine complexité à sa vivacité naturelle. En bouche on découvre des saveurs de fruits exotiques sans la moindre sensation de lourdeur (14/20).

Domaine de Miselle 2016

(Colombard 80% et Gros Manseng : prix 5 euros). Un concurrent sérieux pour le prix du meilleur rapport qualité/prix de cette dégustation. Un beau nez assez plein, et de jolies saveurs qui évitent toute caricature via une texture raffinée et des saveurs bien maîtrisées (14,5/20).

Domaine de Joÿ, Sauvignon Blanc 2016

(prix 6,20).Un joli sauvignon blanc, bien vif et reconnaissable mais pas trop vert. Sa jolie fruité et sa bonne tenue en bouche lui donne du coffre et de l’élégance (14,5/20)

Domaine Saint Lannes, Gros Manseng 2016

(prix 6,60). Le deuxième vin de ce producteur, que je ne connaissais pas auparavant, à sortir à l’aveugle. Ce vin possède un gras que je n’avais pas encore senti dans la série. Changement de cépage sans doute. Belle intensité et longueur et un excellent équilibre entre fruité et texture (14/20).

Domaine Laffitte, Sauvignon – Gros Manseng 2016

(prix inconnu). Nez bien parfumé par des notes de vanille. Il y a du bois ? Cela semblerait se confirmer en bouche avec une très belle matière arrondie et bien équilibrée. Une certaine richesse pour la catégorie mais sans aucune lourdeur pour ce vin raffiné (15/20).

Domaine Chiroulet, Terres Blanches 2016

(Gros Manseng, Sauvignon Blanc, Ugni Blanc : prix 6,50). Un très bon vin avec un certain volume, du gras et un équilibre intéressant entre fruit et matière; droit et fin avec une belle longeur (14,5/20).

Domaine de Cassaigne 2015

(Gros Manseng, Colombard : prix 7 euros). Deuxième vin de la Cave de Plaimont a réussir son examen de passage ! Ce domaine de 30 hectares entoure le Château de Cassaigne, ancienne résidence d’été de évêques de Condom, et est géré par Plaimont depuis son centre à Condom. Du volume au nez, en partie grâce à un élevage bien maitrisé : à signaler que ce vin a un an de plus que la plupart des autres. Très belle texture mais une certaine fermeté, voire une pointe d’amertume en fin de bouche. Cela lui donne un caractère à part (14/20).

Domaine de Pellehaut, Réserve Famille Berault 2015

(Sauvignon, Chardonnay Gros Manseng, Petit Manseng : prix 13 euros). Son beau nez semble marqué par le chardonnay et par un élevage réussi. La texture suave confirme pour ce vin complet, fin et d’une très belle longueur en bouche (15/20).

Les Maestrojuan, père et fils, qui produisent le vin ci-dessus et possèdent deux domaines : Entras et Bordenave.

Entras, Lo Cèu 2014

(Petit Manseng, Ugni Blanc, Colombard : prix 15 euros). Mon coup de coeur de toute la dégustation des blancs secs, à tel point que j’en ai acheté après une visite à ce domaine tenu par la famille Maestrojuan. Lo Cèu signifie le ciel en gascon, mais cette cuvée s’appelait auparavant Planeta ce qui lui a valu quelques ennuis avec le producteur sicilien éponyme ! La robe est aussi intense que le nez. Vin riche, gourmand et puissant en bouche. Long et très bon (15,5/20).

A signaler aussi que j’ai dégusté récemment, mais hors ce cadre (et donc pas à l’aveugle), un excellent blanc sec de Petit Manseng du Domaine Pellehaut, qui se confirme comme un des autres leaders de l’appellation sur le plan qualitatif.

 

En conclusion

Il est difficile de trouver des vins blancs secs d’un meilleur rapport qualité/prix que les Côtes de Gascogne (hormis peut-être les Muscadets). Ce que confirme leur réussite commerciale. La semaine prochaine je vous parlerai des rosés et rouges que j’ai dégustés. Le bilan était plus nuancé, même si l’échantillon était plus étroit.

David

 

 

 

 

 


18 Commentaires

Comment fonctionne un bon concours de vins? L’exemple du Concours Mondial de Sauvignon

cms-2017-monsieurpierredesign-9

Toutes les photos sont de Pierre Jarrige qui couvrait l’évènement

 

Je sais bien que la plupart des professionnels du vin connaissent assez bien le fonctionnement des concours de vins pour y avoir participé avec plus ou moins d’assiduité ou de régularité. Mais nous n’écrivons pas ce blog uniquement pour les gens du métier. C’est pourquoi je pensais qu’il était intéressant de vous montrer un reportage et présentation d’un des concours (et un sérieux, bien entendu) auquel j’assiste en tant que membre du jury depuis quelques années.

Le Concours Mondial du Sauvignon est organisé chaque année depuis sept ans par les mêmes équipes que le Concours Mondial de Bruxelles. Comme son nom l’indique, il est dédié aux vins d’un seul cépage, ou du même cépage majoritaire (à 51% minimum) dans le cas d’assemblages. Les règles sont claires et de bon sens, mais leur application nécessite une bonne dose de rigueur. Je vais en exposer les principales :

cms-2017-monsieurpierredesign-4

Dégustateurs professionnels uniquement

Dégustation assise et à l’aveugle, évidemment

cms-2017-monsieurpierredesign

Pas plus de 40 vins servis à chaque jury dans chaque séance qui dure une matinée (entre 3 heures à trois heures trente). Nous en avions 35 ou 36 par matinée lors de cette édition.

Vins servis dans des séries comparables, ce qui veut dire que les mono-cépages sont séparés des assemblages, les boisés des non-boisés, les régions ou pays d’origine sont regroupés, et les millésimes aussi à l’intérieur des critères de tri déjà annoncés.

Les jurys ne savent que le ou les millésimes des vins de chaque série, ainsi que le fait qu’il s’agit de mono-cépages ou d’assemblages et de vins boisés ou non-boisés. Mais les origines ne sont pas révélées avant la fin des séances et la sortie définitive de la salle de dégustation pour éviter tout biais.

cms-2017-monsieurpierredesign-5

Les feuilles de dégustation sont collectées après chaque série.

Bons verres, bonne luminosité, température parfaite et service au rythme des jurys sous le contrôle d’un responsable de sous-jury, dont les membres sont au nombre de 5 ou 6.

Enfin, et c’est important, il n’y a aucune pression pour accorder un quota de médailles, chacun notant les vins selon son jugement sur une feuille calibrée et c’est un ordinateur qui compulse les résultats.

Pour les « special awards », c’est un jury composé des chefs de chaque table qui re-jugent, toujours à l’aveugle, les finalistes de chaque catégorie. Là, il y a souvent des discussions car les styles peuvent différer. Il y avait en tout près de soixante jurés, venus de beaucoup de pays différents.

cms-2017-monsieurpierredesign-2

Cette édition du Concours Mondial de Sauvignon s’est tenue à Bordeaux, comme tous les deux ans, car non seulement Bordeaux produit plus de Sauvignon Blanc que toute autre région, mais l’appellation Bordeaux est à l’origine de ce concours devenu véritablement international. Je rajouterai que c’est aussi à Bordeaux, sous la direction du regretté Denis Dubourdieu, que la plupart des recherches sur les caractéristiques de ce cépage a été conduits. Les autres années, le concours voyage dans un autre pays ou région producteur de Sauvignon Blanc. Ainsi nous avons pu visiter, lors des éditions antérieures, la Loire, le Frioul (Italie) et la Rueda (Espagne). L’année prochaine cela sera au tour de la Styrie, en Autriche. L’avantage énorme de ce principe d’itinérance est de permettre aux journalistes et autres professionnels d’élargir horizons et connaissances, et, pour les régions concernées, de faire connaître leurs paysages, vignoble, producteurs et styles.

cms-2017-monsieurpierredesign-3

Les échantillons en provenance d’une vingtaine de pays étaient au nombre de 870 cette année : chiffre légèrement inférieur à celui de l’édition 2016 à cause d’une récolte très déficitaire dans différents pays, et notamment en vallée de Loire et en Autriche, pour ne citer que ces deux exemples.

cms-2017-monsieurpierredesign-7 cms-2017-monsieurpierredesign-8

Je ne vais pas vous révéler les résultats de ce concours, d’autant plus qu’il me sont totalement inconnus à l’heure ou j’écris cet article. Ils seront divulgués lors du salon Prowein, et seront disponibles par la suite sur le site du concours, mais je vais m’autoriser quelques observations d’ordre général qui ne peuvent évidemment concerner que les 6 séries de vins que j’ai dégusté avec mon jury.

1). Peu de vins ayant des défauts majeurs : quels excès de sulfites, deux vins un peu prématurément oxydés, et aucune bouteille bouchonnée. Il faut dire que, pour ce dernier problème, environ 25% des flacons que j’ai vu était fermé par des capsules à vis.

2). La qualité moyenne (je sais que cette expression ne veut pas dire grande chose) des vins que j’ai dégusté m’a semblé au-dessus de ce que j’ai pu goûter lors des éditions précédentes. Effet d’un beau millésime 2016 dans certaines régions? Peut-être. Effet de progrès de d’émulation? Peut-être aussi. En tout cas, du moins dans les séries qui ont été servies à notre jury, je n’avais nullement l’impression que ce concours est utilisé par certains producteurs pour essayer de «larguer» des invendus en espérant qu’une quelconque loi des moyennes leur fasse obtenir une médaille !

3). Par exemple j’ai eu deux séries de vins de Touraine, tous du millésime 2016, et les vins m’ont semblé bien plus fins, plus suaves en texture, et plus aboutis que lors des éditions précédentes.

4). Je note aussi une tendance, pas partout mais qui va quand-même croissant, à éviter les excès d’arômes de type thiols. Je pense que ce type de Sauvignon finit par fatiguer et nous avons bien plus de finesse en générale qu’il y a quelques temps.

cms-2017-monsieurpierredesign-6

Conclusion

Je maintiens que ce type de concours sert bien la cause des vins qui y figurent, et peut largement aider à faire connaître la catégorie (le cépage et les appellations qui le produisent) dans son ensemble, et pas uniquement les lauréats de chaque édition.

Il permet aussi aux membres de jury d’affiner leurs approches de la dégustation en cherchant les nuances et les qualités (et pas seulement les défauts) d’un vin dans un registre de type bien défini. Nous ne comparons que ce qui est comparable !

Les rencontres avec producteurs et collègues issus de différents horizons sont aussi très enrichissantes.

Et il y a sûrement plus, mais je m’arrêterai là !

David

 

 

 


1 commentaire

Gérard Boulay: two Sancerres + 2017 VitiLoire

Gérard Boulay: two magnificent 2014 Sancerres

 

2014 Monts Damnés


2014 La Côte 

Saturday evening two friends – Suzie and Mark – came for apéros. They are now Epeigné-les-Bois’ sole wine producers with their bijou vineyard – Clos Chossay.

I thought it would be interesting to try two of Gérard Boulay’s single site wines – Monts Damnés and La Côte – both from 2014.

I decided to serve the Monts Damnés first as it is more austere and mineral, while La Côte, which is the last of Gérard‘s vines to be harvested, had a little more weight. Both were excellent and still young with many years ahead of them. 

Les Monts Damnés site is now well known but La Côte (La Grand Côte) is much less well known – in part because it is off the beaten track unlike Les Monts Damnés.

 View of Chavignol (nestling below the surrounding hills in the distance)

Les Monts Damnés are to the right of the village in this photo,
while La Grande Côte is round to the left towards Amigny
beyond Le Cul de Beaujeu, which dominates Chavignol

  Some of the slopes of  Les Monts Damnés looking towards Sancerre
Gérard Boulay 

•••

 

 

The annual VitiLoire consumer fair in the centre of Tours, which is always held on the last weekend in May, is well worth visiting. It is a great opportunity to taste a wide range of wines from all over the Loire as well as to buy them.

5 spots incontournables pour les wine lover 
Press release:

‘À seulement 1 heure de Paris, VitiLoire est la plus grande manifestation gratuite et grand public autour des 79 appellations des vins du Val de Loire, 1er vignoble oenotouristique de France. Le temps d’un week-end prolongé, c’est également l’occasion de découvrir Tours, Cité Internationale de la Gastronomie, les bars à vins, les restos, les meilleurs cavistes de la ville et de vivre des expériences inédites dans le vignoble !

VitiLoire
Gastronomie, vins, patrimoine, culture : Tours remet le couvert avec la 15e édition de Vitiloire ! Avec ses grandes tablées conviviales et sa ribambelle de petits kiosques d’artisans locaux et de producteurs viticoles, VitiLoire est un événement 100 % locavore. C’est aussi le meilleur moyen pour goûter les grandes appellations de la région, telles que Sancerre, Vouvray, Chinon et de commander ses bouteilles directement auprès de petits vignerons. Du bar à vins qui invite les amateurs à voyager dans le temps grâce à une sélection de millésimes aux ateliers de dégustation pour s’initier aux vins du Val de Loire et comprendre leur processus de fabrication, VitiLoire est un vrai rendez-vous pour les amateurs ou dégustateurs avertis.

VitiLoire 2017 // Samedi 27 de 10h à 19h et dimanche 28 mai de 10h à 18h
3 560 m2 d’exposition à ciel ouvert en plein centre-ville
• 79 AOC du Val de Loire
• 140 exposants (vignerons, caves coopératives et négociants du Val de Loire, artisans des métiers de bouche, services) • 10 chefs cuisiniers Tourangeaux
• Fréquentation 2016 : 35 000 visiteurs
• Entrée libre

  • 5 € le verre collector pour déguster les vins
• Nombreux services : livraisons, grooms, garderie d’enfants
• Horaires : samedi de 10h à 19h, dimanche de 10h à 18h
•

Lieux : Place de la Gare, Boulevard Heurteloup, Jardin de la Préfecture

Bar à vin/resto/caviste : le vin dans tous ses états
Verre d’A.O.P Touraine sur la Place Plum’ ou à la Guiguette de Tours sur Loire à l’heure de l’apéro, bars à vins, cavistes : Tours égrène intra-muros une multitude de bonnes adresses. Avec sa déco trendy, son épicerie et sa jolie cour privative, La Réserve comble tous les goûts avec une carte des vins riche de 70 références qui font voyager les palais dans tous les vignobles de France. Authentique par nature, La Cave sur la Place tire son épingle du jeu avec une sélection de vins en bio, biodynamie et nature. Côté agapes, le QG est un nouveau restaurant artisanal qui prône les circuits courts et les produits frais avec une belle sélection de vins au verre à partir de 5€. La Réserve // 84 rue Colbert – La Cave sur la Place // Place Velpeau – Le QG // 9, place du Grand-Marché, formule déjeuner à 21€

Segway© dans les vignes
Ecologique, silencieux et insolite, le segway s’aventure désormais au coeur des différentes A.O.C des Vins de Loire. Balades de 1h30 ou 2h avec ou sans dégustation de Vins de Loire, la société Gyroway propose plusieurs randos-vignes en gyropode au départ d’une cave partenaire à destination de Chinon, Touraine, Bourgueil, Saint Nicolas de Bourgueil, Vouvray, MontLouis ou Saumur Champigny.

Gyroway // Balade de 2h – 49€ pour les adultes / 39€ pour les moins de 16 ans

Nuit dans un domaine viticole
Propriété viticole en pleine nature, le Château de Fontenay, producteur en A.O.C Touraine à Bléré, propose 4 chambres d’hôtes avec vue sur le Cher et 12 hectares de vignes. Le lieu parfait pour se reposer, méditer et se ressourcer à l’ombre des des glycines…
Le + : certains éléments de la déco du château proposés à la vente !

A partir de 99€ la nuit pour 2 personnes

Randos dans le vignoble
Organisées par le service Archives et Patrimoine de la Ville de Tours et encadrées par le Comité Départemental de Randonnée Pédestre d’Indre-et-Loire et l’Of ce de Tourisme de Tours, VitiLoire propose 3 circuits pédestres thématiques à la découverte du patrimoine viticole et gastronomique de Tours ainsi qu’une grande randonnée à Vélo de 3 heures. Vigne, Loire et Littérature // samedi 27 – Une balade de 6,5 km qui permet de découvrir le passé viticole de Saint-Cyr-sur-Loire, terre de nombreux écrivains tels que Balzac, Anatole France ou encore Tocqueville.

Vigne en ville // dimanche 28 – Une balade de 8,4 km qui relie VitiLoire au domaine viticole du Clos de Rougemont.
Cité de la Gastronomie // samedi 27 – Un parcours urbain de 4 km pour découvrir les spécialités culinaires de la ville autour des Halles de Tours.

Histoire et Paysages du Vouvray – dimanche 28 – Randonnée cycliste de 25 km immerge les visiteurs en plein coeur des vignobles de Vouvray…’

Scenes from previous editions:

 

 

 

img_1039


45 Commentaires

Que veut dire le mot « minéral » appliqué à un vin ?

Ce billet a été, en partie, généré par ma rencontre récente (voir mon article de lundi dernier) avec ce concept de « minéralité » lors d’une dégustation de vins de Gigondas.

Voici la définition du terme « minéral » donné par Vikidia, le dictionnaire destiné aux 8-13 ans (ce qui correspond assez bien à mon niveau en matière scientifique !):

« Un minéral est une substance qui n’est pas vivante et peut être formée naturellement ou synthétisée artificiellement. Il se définit par sa composition chimique et l’organisation de ses atomes. Les minéraux sont généralement solides dans les conditions normales de température et de pression. »

Il est difficile, voire impossible, de décrire le goût d’un vin par des mots, mais nous tentons constamment de le faire, car il le faut bien. Dans nos tentatives de transposer des sensations physiques, aussi bien olfactives que tactiles et gustatives, en mots, nous recourrons tout le temps à des analogies, approximations et métaphores qui ne sont que rarement satisfaisants.  Surtout ils ne fonctionnent pas pour tout le monde. De plus ces analogies et les mots qui les accompagnent subissent l’influence des modes et on sait bien que la mode est forcément passagère.

image_3388_m

Autrefois on parlait d’un vin puissant comme « ayant de la cuisse », par exemple. Plus personne n’utilise ce genre d’expression de nos jours. Mais il a été remplacé par d’autres qui, probablement, auront aussi une durée de vie limitée. Je pense par exemple au mot « minéral » que j’entends de plus en plus et, ce qui est plus étrange, appliqué à toutes sortes de vins. Un vin décrit comme étant « minéral » révèle en réalité un raccourci pour « ayant un goût qui semble relever du domaine minéral ». Le problème avec les raccourcis est que, souvent, ils induisent d’autres notions que celles qu’ils sont censés décrire. Il y a des minéraux dans tous les vins, mais pas plus dans certains que dans d’autres. Donc il n’y a pas des vins plus « minéraux » que d’autres, au sens stricte du terme. De toute façon, ces minéraux sont soit sans aucun goût, soit présents dans des quantités qui ne les rendent pas perceptibles par un palais humain.

0000095c9-minerality

Alors d’où vient cette idée de décrire certains vins comme étant « minéraux » ? Je vous propose deux types d’explications.

La première est une volonté de communiquer qui relève du marketing du vin. Décrire le goût d’un vin comme étant « minéral » induit, du moins dans l’intention de celui qui tient ce discours, l’idée qu’il a un lien directe avec la terre, et particulièrement avec la roche qui se trouve sous la terre de surface. Cette projection relève largement de l’ordre du fantasme car la plupart des minéraux qui constituent les roches ne sont pas solubles dans de l’eau et donc ne peuvent en aucun cas être transmis à la vigne, à supposer même que leurs molécules arrivent à passer dans le système racinaire de la plante, remonter jusqu’au fruit et survivre à une double transformation biochimique: celle du mûrissement du raisin et celle, plus radicale, de la fermentation du jus. Les minéraux dans un vin proviennent essentiellement de l’humus dans le sol de surface et non pas de la roche en dessous. Cela n’a donc aucun sens d’insister sur le substrat géologique pour expliquer les différences entre les productions d’une parcelle et une autre. Mieux vaut analyser la vie microbienne du sol et décrire les méso-climats, altitudes ou autres facteurs liés à la topographie, sans parler des méthodes de culture ni de la matière végétale.

Par ailleurs, les parts de certains minéraux qu’on peut trouver dans un vin sont infiniment petites. Seuls le potassium et le calcium s’approchent du mille parts par million, ce qui les rendent totalement indétectables par le palais humain.
sensory-thresholds

Mais ce terme « minéral » a clairement une connotation positive pour certaines personnes (pas pour toutes, car tout le monde n’est pas nécessairement séduit par l’idée de bouffer des clous ou de lécher une plaquette d’acier !). De plus il a tendance, dans les discours que je lis et que j’entends, à être associé à des vins artisanaux plus qu’à des vins produits à plus grande échelle. On tombe aussi, une fois de plus, dans le syndrome du « small is beautiful » et le marketing de niche, pour initiés seulement. Qui n’a pas assisté au type de commentaire suivant, par un sommelier ou journaliste disant d’un air entendu « belle minéralité tendue ». Personnellement cela suscite l’image d’un fil de fer tendu entre deux piquets dans une vigne mais ne me donne pas très envie du boire le vin en question.

vlcsnap-2012-03-07-15h12m56s122

Maintenant glissons vers les sensations qui peuvent sous-tendre l’emploi de ce terme. Là j’avoue que, de temps en temps, je suis tenté de l’employer moi-même, en général quand je ne sais pas comment décrire autrement une sensation. C’est un mot ombrelle qui comble un vide dans nos capacités d’analyse et de description. En tant que tel il peut avoir son utilité quand il nous manque des descripteurs plus précis. Souvent il est associé à d’autres mots/concepts, comme « frais », « pure », « élégant », voire « austère ». Dans ces cas, il s’agit essentiellement de vins dont l’acidité est bien perceptible, voir dominante sur d’autres sensations. Dans certains cas il peut y avoir aussi une sensation crayeuse, très légèrement granuleuse comme lorsqu’on lèche un caillou. Dans ce cas, il s’agit d’une sensation tactile plus que gustative. Dans d’autres cas l’impression associée est un peu saline aussi, mais le point commun reste l’acidité et une certaine absence de saveurs fruités qui masquent cette vivacité due à l’acidité.

j-m-bourgeoisJean-Marie Bourgeois, qui produit d’excellents Sauvignons Blancs aussi bien à Sancerre qu’à Marlborough en Nouvelle Zélande

Une comparaison entre un Sauvignon Blanc de Sancerre et un autre de Nouvelle Zélande illustrera bien ce phénomène : le deuxième étant généralement bien plus fruité que le premier, mais tout aussi acide. Mais on dira que le Sancerre est plus « minéral » car on ne trouve pas d’autres mots pour le décrire, tandis que le vin néo-zélandais abonde de saveurs fruitées. Une autre comparaison intéressant peut se faire entre deux chardonnays, un de Chablis et un autre de Meursault, par exemple. Je parierai que l’incidence de descripteurs utilisant le mot « minéral » seront plus nombreux avec le premier qu’avec le deuxième, simplement parce que le Chablis est plus acide et moins fruité. Je n’irai pas jusqu’à dire que vin « minéral » est un vin sans goût, mais c’est souvent un vin dont les saveurs fruités sont limitées, en tout cas pas très expressifs, et le vin est tout sauf gras en bouche.

Certains experts fournissent des explications pour une impression de « minéralité » du côté de la vinification. Par exemple, il arrive que la réduction, ou la présence de soufre ou de terpènes, donnent une impression un peu dur dans un vin qui est ainsi qualifié de « minéral ». Et cela peut arriver pour des vins de toutes les couleurs. On voit donc ce terme surgir un peu partout, mais sans qu’il y ait nécessairement un lien avec le sens premier du mot.

Deux chercheurs en Espagne (Palacios et Molina) ont analysé la composition chimique des vins dans lesquels les dégustateurs éprouvaient des sensations de « minéralité », puis ils ont soumis ces vins à une double dégustation : à l’aveugle puis à découverte, en modifiant l’ordre de service. Ils ont découvert que ces dégustateurs pouvaient facilement être influencés par leur connaissance de l’origine de tel ou tel vin lorsque son identité était révélé. Dans cette expérience, le poids de descripteurs tels que « minéral », « cailloux », « pierre-à-fusil », « schiste », etc., augmentait fortement quand les personnes dégustaient les mêmes vins à découvert qu’ils avaient dégusté auparavant à l’aveugle. Le lien entre l’impression et le savoir donne bien des idées.

La description d’un vin est une chose difficile et nous manquons d’outils dans notre langage pour le faire correctement. On sait très bien identifier une saveur sucré ou salé, mais le terme « minéral » a presque autant d’interprétations qu’usagers. Il se prête aussi facilement à des associations : par exemple on peut faire croire à quelqu’un qui a visité le vignoble de la Mosel en Allemagne qu’un Riesling qui en est issu a le goût de ses sols en schiste, ou, pour un visiteur de Chablis à l’influence de ses sols de craie. Peut-être bien. Mais c’est un fait que ses deux vins sont issus de climats frais et de cépages qui produisent, dans ces sites, des raisins à forte acidité. Donc « minéral » ou « minéralité » appliqué à un vin sont certes des termes évocateurs et romantiques pour certains et clairement des outils de marketing devenus courants dans la communication, mais ils n’ont aucune définition précise et peuvent même rebuter des consommateurs qui pensant qu’un vin est surtout fait de raisins ! Et répétition n’est pas valeur, même si cela plait à certains.

 

bis repetita placent

David Cobbold