Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


1 commentaire

#Carignan Story # 283 : Trilla, la nouvelle Mecque des vieux cépages !

On peut dire ce que l’on voudra, mais ce sont parfois les idées les plus simples qui sont les plus efficaces. Lorsque mon ami André Dominé, journaliste du vin d’origine allemande résidant à Trilla, bled improbable perdu dans les Hautes-Fenouillèdes, département des Pyrénées-Orientales, a eu l’idée d’organiser pendant le fête de son  village un mini salon du vin autour du thème des vieux cépages, nombreux furent ceux qui riaient sous cape. Moi le premier, qui ne voyait pas en quoi de vulgaires vieux cépages pouvaient intéresser le peuple du vin.

Photo©MichelSmith

La fête au village… Photo©MichelSmith

Première vague de Carignans... Photo©MichelSmith

Première vague de Carignans en dégustation libre au Carignan Corner… Photo©MichelSmith

A dire vrai, je n’en menais pas large, songeant que, oui, c’était peut-être possible, mais qu’il ne fallait pas s’attendre à une déferlante. Et ce fut bel et bien le cas au début : une poignée de vignerons locaux convoqués à exposer leurs vins, votre serviteur tentant timidement de faire goûter ses échantillons de Carignan récoltés au cours de ses pérégrinations et quelques rares visiteurs déambulant sans trop savoir où ils mettaient les pieds.

Depuis deux ans, tout change : la mayonnaise prend, les vignerons affluent – ils étaient 25 hier, venus de l’Aude, de l’Hérault et même d’Alsace -, tandis que mon Carignan Corner, offrant une vingtaine d’échantillons en dégustation libre, attirait aussi bien les simples leveurs de coudes que les amateurs sincères.

Dans ce mini-reportage, on trouvera des portraits de vignerons présents, tous carignanistes convaincus auteurs de mémorables vins issus du cépage Carignan largement décrits par le passé dans cette rubrique dominicale.

Photo©MichelSmith

Rémi Jaillet Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Saskia Van Der Horst Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Christine Civale et Luc Charlier Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Benoît Danjou Photo©MichelSmith

Depuis deux ans, tout change : la mayonnaise prend, les vignerons affluent – ils étaient 25 hier, venus de l’Aude, de l’Hérault et même d’Alsace -, tandis que mon Carignan Corner, offrant une vingtaine d’échantillons en dégustation libre, attire aussi bien les simples leveurs de coudes et les amateurs sincères.

Photo©MichelSmith

Carolin Bantlin Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Raymond Manchon Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Jean-Marie Rimbert Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Elizabeth et Jon Bowen Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

France Crispeels Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Yvon Soto Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Jacques et Mikael Sire Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Patricia Boyer-Domergue Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

John Bojanowski Photo©MichelSmith

Ils sont beaux, n’est-ce pas ? Comment ne pas les aimer ?

Attention ! La semaine prochaine, Dimanche, revenez sur nos ondes… Vous aurez droit au descriptif d’un Carignan exceptionnel vinifié par un anglais tout aussi exceptionnel et présenté en demi-bouteille : âmes sensibles ne surtout pas s’abstenir !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Michel Smith


2 Commentaires

#Carignan Story # 177 : le fameux « K » de l’Oustal et la fête à Trilla

Là dedans, je veux dire dans ce vin, dans ce verre, il y a une sacrée dose de fruits bien cuits (ou bien bronzés, c’est de saison !) : cela va de la myrtille à la fraise, de la mûre à la prune, de la goyave à la guigne, de la figue à la bigarade … J’arrête ici la liste car il suffirait de dire que le vin est fruité à mort et très mur pour résumer l’affaire. C’est super bon, comme dirait l’autre, au point qu’arrivé à 15/16° de température on se lâche et l’on croque le vin, littéralement, avec ce plaisir qui n’est pas donné à tout le monde. Une joie qui fait que grâce à la fraîcheur naturelle du cépage, quand bien même voudrait-on le refouler, le cracher, que l’on n’y arriverait pas. Après le trajet aussi inévitable qu’indispensable qui va du gosier à l’estomac, le vin est comme imprimé en bouche, mais sans violence, sans excès, sans lourdeur. Un tapis de velours. Bien sûr, la persistance n’est pas éternelle : malgré son degré  élevé – 15° d’alcool -, il n’a pas la longueur d’un grand Clos des Papes, même s’il s’en rapproche un peu.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pourtant, il marque l’esprit, il interpelle et il fait même preuve d’une certaine bravoure en s’imposant dans la distinction, si j’ose dire. On a du vin. Ben oui, ça peut vous paraître bizarre de sortir une telle banalité et c’est pourtant, à mes yeux, très important de le dire lorsque cela part du ressenti. Qu’est-ce à dire et qu’est-ce que « du vin », allez-vous me rétorquer ? Ce à quoi je réponds que ce qui compte c’est d’abord l’interpellation qu’un vin, peu importe qu’il soit grand, petit ou moyen, peut provoquer en nous. Avec ce « K » – je laisse encore un peu planer le doute sur son origine – on est interpellé par un jus plein, serein, copieux, généreux, chaleureux, dense et suffisamment marquant pour vous laisser une impression globalement positive.

Venons-en aux faits : c’est Eurielle, une amie de Facebook, qui m’a laissée la bouteille l’autre jour. Je ne me souviens plus avec précision à quel prix elle l’a achetée chez son caviste marseillais, mais ça ne dépassait pas 10 €. Sur un site de vente  j’ai trouvé la version 2012 à 7,40 €. Acheté en 2002 par des gars de Châteauneuf-du-Pape visiblement séduits par le Minervois, dont Claude Fonquerle et Philippe Cambie, un œnologue conseil très actif dans le Sud, j’ai déjà goûté plusieurs vins de ce domaine proche de La Livinière, dont un formidable blanc « Naïck » et un rouge « Prima Donna » tous deux commercialisés à un prix inattendu pour la région puisqu’il franchit la barre des 20 €. Malgré cela, je n’ai jamais tiqué sur ces tarifs. Preuve que les vins ont quelque chose.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

D’après la fiche technique, la cuvée de ce Vin de France qui porte le chiffre 11 imprimé (son millésime) sur le haut du K est un assemblage de rendement plutôt confortable pour la région (35 hl/ha) provenant de la plupart des parcelles du domaine, y compris quelques terrasses de Saint-Chinian. On a donc différents éléments de terroirs pour un élevage à 80 % cuve ciment, le reste ayant été élevé durant une courte période (5 mois) en futs de 3 vins. Un formidable rapport qualité-prix…

Michel Smith

PS – Si vous vous ennuyez sur la plage et que vous n’êtes pas loin du Roussillon je vous propose de rejoindre une  bande de carignanistes, mais aussi Robert Plageoles et un tas d’autres « personnages » du vin. Comme chaque été la Fête des Vieux Cépages (les oubliés et les moins connus) aura lieu de le charmant village de Trilla, dans les Pyrénées-Orientales. Le matin, j’y animerai un Carignan Bar avec toutes les bonnes bouteilles du moment. Renseignements auprès d’André Dominé au 04 68 59 19 58. Venez nombreux !

affiche3

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 13 275 autres abonnés