Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


4 Commentaires

Vins espagnols maquillés: rions un peu

Ceux qui suivent le feuilleton de la viticulture méridionale s’en rappellent sans doute: 30.000 hectolitres de vins espagnols ont été maquillés par un opérateur audois, le Domaine Jean Gleizes (on connaît maintenant son nom), qui les a « francisés » pour les revendre à Vinadeis.

Ce qui me fait sourire, c’est qu’un groupement de coopératives doive s’approvisionner auprès d’une cave particulière.

Mais le plus comique, à mon sens, c’est la présentation du vigneron, Pierre-Philippe Callegarin, sur le site du domaine:

Je cite les principaux éléments de langage, les mots-clef: « vins authentiques, exceptionnels, uniques »; « savoir-faire »« éléments invisibles et subtils »; mais aussi: « audace et anticipation ».

C’est vrai qu’il faut de l’audace pour transformer des vins espagnols en vins authentiquement français. Et même un certain savoir-faire.

Et pas mal de subtilité pour reconnaître sa responsabilité dans la fraude, tout en chargeant ses clients; car selon lui, ceux-ci « ne pouvaient ignorer l’origine frauduleuse des vins ». Les dirigeants de Vinadeis nient, évidemment; on mettra donc la fraude sur le compte d’un manque d’anticipation de leur part.

L’enquête est toujours en cours. Le fusible Callegarin ayant grillé, j’attends avec impatience la suite du feuilleton. Le procureur de la République de Narbonne va-t-il faire preuve d’audace, lui aussi?

Hervé Lalau