Sans la liberté de boire du vin…

Face aux attaques et à la désinformation systématique dont le vin est l’objet dans la presse dite grande, je ne résiste pas à l’envie de citer le Figaro – pas le journal hygiéniste à ses heures (grands dieux, non!) mais le personnage de Beaumarchais:

Figaro

« Sans le feu du bon vin

Qui nous rallume,

Réduit à languir,

L’homme, sans plaisir,

Vivrait comme un sot,

Et mourrait bientôt. »

(Le Barbier de Séville, Scène II)

Hervé Lalau

PS. Rions un peu: mon « confrère » Damien Mascret, M. Santé au Figaro, me paraît plus crédible quand il parle de l’orgasme féminin que quand il évoque les prétendus méfaits du premier verre de vin. Rien ne vaut l’expérience. Et pour plagier Beaumarchais, sans la liberté de boire, il n’est pas d’apprentissage de la modération, pas de culture du vin, il n’y a que le risque de la diabolisation, et le goût de l’interdit. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.