Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Bordeaux est-il supérieur en rapport prix/qualité ?

 macaron-talent-2-450x562

Je ne vous parle évidemment pas des crus classés et consorts, souvent hors d’atteinte pour le commun des mortels depuis bon nombre d’années. Je vais plutôt évoquer les bons vins très abordables qui se vendent en ce moment sous l’appellation Bordeaux Supérieur. Les appellations de base du Bordelais, dites génériques, constituent 55% du vignoble girondin mais on en parle si peu quand on compare cela avec la couverture presse donnée à d’autres appellations moins significatives sur l’échiquier des vins français. Snobisme inversé, Bordeaux bashing, ras-le-bol des prix trop chers des « classés », ou simple ignorance ? Je ne le sais pas. Peut-être un peu de tout cela.

En tout cas, je trouve que les bons vins de l’appellation Bordeaux Supérieur font partie des meilleurs rapports qualité/prix parmi les vins rouges de France, aujourd’hui. Ils méritent amplement qu’on s’intéresse à eux car ils n’ont jamais été aussi nombreux à être bien faits. Quelques excès d’un passé récent, du genre boisage qui écrase tout, sont en bonne voie de disparition, même s’il en reste des traces. Je suis d’avis que la mention « supérieur » est à laisser tomber de la désignation de cette appellation, car peu de gens comprennent ce qui est impliqué par ce terme. Après, faut-il établir une hiérarchie théorique parmi les quelques 300 millions de bouteilles qui sont produits chaque année sous les deux appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur ? J’en doute.

talents-de-bordeaux

Chaque année, l’appellation effectue, en interne, une sélection de 25 ou 26 vins du dernier millésime mis en marché des Bordeaux Supérieur rouges (il existe aussi des blancs sous cette désignation, mais je n’en ai jamais vu), puis cette série est soumise à la presse afin que nous désignons six vins qui vont jouer le rôle d’ambassadeurs pour l’appellation pendant un an, étant mis en avant lors de diverses manifestations. La semaine dernière j’ai donc participé, comme presque tous les ans, à cette dégustation à l’aveugle et voici mes vins favoris. J’ajouterai en fin d’article la liste des vins que l’ensemble de mes collègues à élu. Le millésime présenté était 2014 et l’opération s’appelle Talents de Bordeaux.

feret-lambert

Château Féret Lambert 2014

J’ai souvent sélectionné ce vin par le passé, et donc sa régularité est remarquable.

Le boisé est fin et bien intégré au nez. Les saveurs fruitées sont délicates et précises. Il sera encore meilleur dans 6 mois car la finale est encore un poil sèche.

Prix 11 euros

moutte-blanc

 

Château Moutte Blanc 2014

Un beau nez qui révèle une assimilation réussite entre fruit et structure. Cela est confirmé en bouche. Elevage parfaitement dosé qui cadre bien une matière généreuse.

Prix 10,20 euros

lamothe-vincent

 

Château Lamothe-Vincent, Héritage 2014

Manifestement un vin dominé par le merlot (la fiche révèle qu’il s’agit de 80% de ce cépage). Souple, charnu et chaleureux. Un bon vin très agréable.

Prix 8,20 euros

insoumise

 

Château l’Insoumise, Prestige 2014

Robe dense. Nez droit, très classique, avec un boisé bien intégré. Un très bon vin qui a de la puissance par sa matière mure, mais qui reste bien bordelais.

Prix 8 euros (une des meilleures affaires de la série à mon avis)

leroy-beauval 

Château Leroy-Beauval 2014

Je ne connaissais pas ce château auparavant. Fait avec 90% de merlot et 10% de cabernet franc, son nez est classique et il y a une belle précision des saveurs, accompagné par une bonne structure. Un très joli vin.

Prix 12 euros

chateau-lacombe-cadiot 

Château Lacombe Cadiot 2014

Autre château que je découvrais, et qui est fait, je crois, par l’équipe d’un excellent cru bourgeois : Haut Breton Larigaudière. Le nez est très franc et semble marqué par du cabernet (en réalité 60% merlot, 30% cabernet sauvignon et 10% petit verdot). Un bon fruité émerge après un début marqué par de la réduction.  Ensuite, c’est tendre, plein et assez élégant en bouche. Une vrai délice, aussi complexe que long.

Prix : 6,90 euros, ce qui en fait surement la meilleure affaire de cette série

 

La liste des Talents de Bordeaux 2014, élue par l’ensemble des dégustateurs.

On voit que je suis en accord parfait avec la moitié de cette liste. Je constate que mes collègues doivent aimer le boisé fort plus que moi car j’ai reproché un élevage un peu trop intrusif dans les cas de deux vins de cette sélection, et des tannins asséchants sur un autre.

Château Lajarre, Eléonore

Château Pierrail

Château Tuilerie du Puy, cuvée Grand Chêne

Château Moutte Blanc

Chaâteau l’Insoumise, Prestige

Château Lacombe Cadiot

En tout cas une belle série de vins avec des réussites pour ceux qui ont su attendre la maturité des raisins en évitant d’extraire trop fortement. Je pense que le marché devrait s’intéresser à ces Bordeaux 2014.

 

David Cobbold  bdx-sup


1 commentaire

A la rencontre des cépages modestes et oubliés

Notre ami André Deyrieux publie chez Dunod « A la rencontre des cépages modestes et oubliés – L’autre goût des vins ».
Un ouvrage qui se veut à la fois un guide pratique et un outil de découverte des vignerons et de leurs cuvées.

screenshot_2016-07-04-10-08-20-1

Mais laissons parler l’auteur : « Nombreuses sont ces variétés de raisins délaissées et pourtant épatantes qui ont failli disparaître. Fort heureusement, des vignerons de valeur, partout en France, les remettent en culture et en bouteilles, non sans bataille mais avec un succès croissant. Quel tour de passe-passe ! Quel pied de nez à la mondialisation ! »

Voila un livre qui se lit comme on croque un beau raisin. Et un thème qui intéressera tous les amoureux du patrimoine et de la différence, au premier rang desquels, sans doute, notre ami Marc, qui défendait déjà les cépages oubliés il y a 20 ans, quand cela n’intéressait pas grand monde…

http://www.dunod.com/


8 Commentaires

Une perle du Piémont: le Moscato d’Asti de Santo Stefano

Région nichée au nord-ouest de la Botte, le Piémont fait la transition entre les massifs alpins franco-suisses et la plaine du Pô côté lombard. La grosse partie de son vignoble occupe montagnettes et collines du sud-est turinois, région phare qui détient le record de vins classés. Barolo, Barbaresco, Nebbiolo en sont trois exemples mythiques. Autre emblème piémontais, l’Asti Spumante qui partage son territoire avec le Moscato d’Asti.

moscato-dasti

Moscato d’Asti DOCG

2-moscato-dasti

Neige en hiver, étés chauds et secs, transitions printanières et automnales plus tempérées, un climat rude aux saisons marquées, refroidi par les Alpes et coupé de la mer par les Apennins liguriens, qui génère toutefois une douceur frisante !

Les vignes de Moscato s’accrochent aux collines de Monferrato depuis le 13es. C’est toutefois Giovan Battista Croce, joaillier milanais de la fin du 16es, qui est considéré comme le père du Moscato d’Asti. Propriétaire d’un vignoble entre Montevecchio et Candia, il améliora, grâce à ses expérimentations de conduite viticole et de vinification, la qualité des vins de Muscat.

Aujourd’hui, l’appellation s’étale sur 52 communes des provinces d’Asti, Cuneo et Alessandria, pour un total de presque 10.000 ha partagés entre 6.800 viticulteurs.

Les Muscats produits se transforment en grande partie en Asti Spumante. Le Moscato d’Asti, petit frère tranquille, perle légèrement. Les deux ont un titre alcoolique compris entre 4,5° et 6,5°,  pour un taux de sucre résiduel qui atteint ou dépasse les 100g/l pour le Moscato.

Moscato d’Asti 2014 Santo Stefano Ceretto Piemonte

ceretto_moscato

Doré pâle, la bulle fine, légère et frisante, il se parfume de pétale de rose, de macis, de chair de Muscat se dégage dès le premier nez, puis vient la pâte d’amande piquetée de pépites de citron confit; enfin, la fraîcheur pimentée du poivre émoustille les narines. Le très léger pétillant fait oublier la douceur importante dans un premier temps, la vivacité dans un deuxième, mais le goût de miel d’acacia finit par s’imposer, nuancé de cannelle et de graine de coriandre. La finale se pare de pêche blanche, de mirabelle et d’abricot juteux. La complexité comme la longueur donnent l’impression de s’amplifier à chaque gorgée.

moscato-dasti

Ce 100% Moscato vient d’une grosse parcelle de 42 ha plantée entre 300 et 400 mètres. Durant la vendange, le moût est conservé à 3°C jusqu’à récolte complète. Les moûts successifs sont homogénéisés avant de démarrer la fermentation en autoclave à une température de 18°C. Le vin est filtré et se conserve perlant en autoclave à une température de 0 à 2°C avant d’être embouteillé.

 Ceretto, I Vignaioli di San Stefano

falletto

Une histoire qui remonte à trois quarts de siècle quand Riccardo Ceretto s’installe comme vigneron dans la région. Ses deux fils, Bruno et Marcello prennent la suite début des années 1960 et développent le patrimoine familial en acquérant plusieurs domaines dans les appellations piémontaises les plus prestigieuses. En 1977, quelques producteurs de Moscato d’Asti de Santo Stefano Belbo fondent avec les frères Ceretto I Vignaioli di San Stefano dédié à la production de Moscato dans le village de naissance de Riccardo, une boucle bouclée….

www.ceretto.it

 

Ciao !

 

3-moscato-dasti 

 

Marco

 

 

 

 

 

 

 

 

 


20 Commentaires

Le surprenant Blanc du Château Vieux Taillefer 2013

Dimanche dernier, j’avais fait une paella et je cherchais un vin pour l’accompagner, et nous n’avions pas envie d’un rouge, ni d’un rosé. En fouillant dans ma cave,  je suis tombée par hasard sur une bouteille dont la forme et le cachet de cire jaune m’ont interpellée; en y regardant de plus près c’était un Blanc du Château Vieux Taillefer 2013. J’avoue que je l’avais oubliée, je me rappelle maintenant que la personne qui me l’avait offerte me l’avait présentée comme un vin rare et singulier. Un blanc de Saint-Emilion, c’est en effet assez unique, la curiosité a été la plus forte, je n’ai pas cherché plus longtemps, j’avais hâte de découvrir ce qu’il me réservait.

 C’est un Vin de Table

img_0753

La vigne et le vin

Avant de le déguster, je suis allée chercher de l’information sur internet, j’aime bien savoir ce que je bois, l’étiquette de la bouteille ne m’apportant pas beaucoup d’informations !

J’y lis Vin de table, ça n’est même pas un Bordeaux, c’est quand même étrange ! Le site de la propriété m’a appris de ce blanc, qu’il « est issu de vignes situées dans le petit village de Saint Christophe des Bardes ». C’est la plus ancienne parcelle référencée en encépagement blanc sur Saint Emilion, elle est âgée de plus de 75 ans, le sol est composé de calcaire à astéries, enfin, elle est complantée de 5 cépages différents : Sauvignon Blanc pour la majorité, mais aussi du Sémillon Blanc, Sauvignon Gris, Merlot Blanc, Chasselas…

1379598_503928103034988_525858606_n

Merlot blanc, composante du blanc du Chàteau Vieux Taillefer

 

 

En réalité, c’est la seule vigne qui ne soit pas une création, mais bien un témoignage de l’histoire et du patrimoine de Saint Emilion, son terroir est exceptionnel. Le Blanc du Château Vieux Taillefer est insolite; L’INAO ne reconnaît pas ce vin comme un Saint Emilion sous prétexte que c’est un blanc, et il ne le reconnaît pas plus comme un vin de Bordeaux sous prétexte que le Merlot Blanc est un cépage « accessoire » (sic) !

N’est-ce pas oublier qu’il y a 200 ans, la production de blanc  était majoritaire à Saint Emilion? La fameuse « typicité » qu’on nous vante aujourd’hui a-t-elle la mémoire courte?

Quoi qu’il en soit, la micro-parcelle produit seulement 1.200 bouteilles de ce vin. Les vendanges sont manuelles, en cagettes et camion réfrigéré,  petit fouloir, petit pressoir 3 hectolitres, pompe péristaltique, cuves œuf 6hl, et serpentins de thermo régularisation. Elevage en fûts de chêne, filtration et mise en bouteille par gravité.

1379642_503928739701591_113315169_n

« Les raisins sont superbes, un beau millésime de blanc, 33 cagettes au total 6 hectolitres, c’est peu: le 28 septiembre 2013 »

Voilà de quoi éveiller encore plus notre intérêt!

La dégustation

La robe est belle brillante d’un joli or clair, le nez m’impressionne pas son élégance : le sauvignon blanc n’impose pas ses arômes, tout est très nuancé, les notes florales sont délicates, on reconnaît la camomille, l’acacia, le boisé passe inaperçu, seules quelques notes de noisette pourraient nous le rappeler; c’est un subtil mélange. La bouche est riche et soutenue, très présente, savoureuse, le fruité est agréable, il n’est pas agressif et ne dérange pas. C’est un vin très équilibré, gras mais pas alcooleux, il ne titre que 12,5%, belle acidité finale, qui le dynamise. Un excellent blanc qui malgré sa concentration, nous laisse sur des sensations fraîches.

Qui plus est, il a très bien accompagné notre paella, sa puissance a résisté aux saveurs fortes de ce plat et j’ai apprécié sa délicatesse aromatique qui n’a en rien dérangé les mélanges mer et montagne.

img_0749

Un blanc atypique, certes, mais prenant, il est à découvrir, le prix de 45€ est justifié.

 Le domaine

Le Château Vieux Taillefer est une propriété familiale, le vignoble s’étend sur 4,8 hectares de vignes en Saint-Emilion Grand Cru, elle produit trois vins, le Château Vieux Taillefer, le Pavillon de Taillefer et le Blanc du Château Vieux Taillefer en appellation Bordeaux. Il a été acquis en 2006 par Catherine et Philippe Cohen.

vieux_taillefer

Peu ou presque pas de traitements dans les vignes, pas de vendanges en vert. Les raisins sont récoltés à maturité avec des rendements très faibles. Chaque parcelle est vinifiée séparément dans  des cuves en béton de forme tronconique de marque Nomblot. Elles sont d’un volume adapté à chaque parcelle. Dans la mesure du possible, ils ne procèdent à aucune filtration, ni collage, et l’utilisation du soufre à la mise est extrêmement modéré.

Voilà une bouteille inattendue, qui nous a donné un grand plaisir. Dommage que la production soit si faible.

blanc-taillefer

Hasta Pronto,

MarieLouise Banyols


5 Commentaires

Vieux cépages d’avenir

Ils ont pour nom Tardif, Dubosc, Pédebernade, Canari, Morenoa ou Manseng Noir. Ce sont de vieux cépages du piémont pyrénéen sauvés de l’oubli – et d’une disparition quasi-certaine – par quelques irréductibles Gascons et Béarnais épris de leur patrimoine local et commun.

« Mais pas question de garder les yeux dans le rétro », comme le souligne le Président des Producteurs Plaimont, Joël Boueilh: « Le but, c’est de se servir de ces cépages pour assurer l’avenir, le développement d’un territoire et de ses habitants ».

Aussi, passé le temps de l’identification, de la sauvegarde, les Mousquetaires du Saint-Mont ont sélectionné les plants les plus prometteurs présents dans leur conservatoire, les ont multipliés, replantés, et en ont fait du vin, en micro-vinifications. Histoire de juger de leur potentiel qualitatif.

img_9972Un des plants anciens de la vigne préphylloxérique de Sarragachies, classée Monument Historique

Il ne faut pas sous-estimer, en effet, leurs avantages possibles dans le contexte du réchauffement climatique (soit qu’il s’agisse de cépages tardifs moins sujets à la chaleur, soit qu’ils soient naturellement plus résistants aux maladies, soit qu’ils soient moins alcoogènes), sans oublier la touche particulière qu’ils peuvent apporter, même en faible proportion, au plan gustatif.

Au Monastère de Saint-Mont, lundi dernier, ce sont ces vins qu’il nous a été donné de déguster, en mono-cépages, à l’occasion des 2èmes Rencontres Ampélographiques de Saint Mont.

img_9976Le Monastère de Saint Mont (Photo (c) H. Lalau 2016

Attention, ces cépages ne vont pas tous arriver demain sur le marché – il est parfois plus difficile d’officialiser que de sauvegarder, en France – et il n’est pas dit qu’ils soient jamais employés autrement qu’en assemblage. Néanmoins, pour moi, l’expérience a été plus que convaincante: je ne sais pas si, comme disait Simone Signoret « la nostalgie n’est plus ce qu’elle était »; ce que je sais, par contre, c’est que certains cépages du passé ont de l’avenir.

Le Tardif 2014

Comme son nom l’indique, ce cépage est de maturation tardive, ce qui devrait le favoriser dans un contexte de réchauffement climatique. Aujourd’hui, il donne un vin au nez assez discret, mais aux épaules larges, avec un côté brut de décoffrage. Ce ne fut pas mon coup de coeur de la dégustation, même si je pense que sa rusticité pourra se fondre avec le temps.

Txakoli Noir 2014

Ce cépage rouge a pour parents le cabernet franc et le gros cabernet ; son nom (qui est celui d’une dénomination basque) évoque des origines basques, mais la similitude s’arrête là, puisque les Txakoli de Getaria ou de Vizcaya sont majoritairement blancs.

A Saint Mont, il donne un vin d’une belle robe grenat, bien épicé, aux notes poivronnées assez prononcées – «typiques», diront les uns, un peu «too much», diront les autres. A noter, cependant, une très belle fraîcheur en finale.

Morenoa  2014

Cet autre cépage aux accents basques a également pour père le cabernet franc (mais on ne connaît pas l’autre parent); quoi qu’il en soit, ses résultats sont impressionnants; dense, au nez comme en bouche, poivré plus que poivronné, une belle structure, il m’a semblé le plus équilibré; une excellente base pour un assemblage.

img_9980

 

OTO Manseng noir 2014

Ce cépage cotoïde, parent du tannat, est certainement un des plus prometteurs de la série présentée; il a aussi l’avantage d’être déjà inscrit au catalogue français des cépages autorisés, ainsi que dans le cahier des charges de l’IGP Côtes de Gascogne.

Dans cette version fièrement présentée par Nadine Raymond, le plus noble des vieux cépages gascons (manse veut dire manoir, en langue locale), nous séduit par son fruité noir et gourmand, mais aussi par ses notes lardées et fumées (thé oolong), ses beaux tannins serrés, son ampleur et sa vivacité en finale (réglisse, cassis).

Lors d’un voyage dans la région, l’an dernier, j’avais déjà pu apprécier ce cépage dans la cuvée Moonseng, où il est minoritaire; à présent que j’ai pu le déguster in purezza, je dirai qu’il présente pas mal des qualités du tannat, notamment en termes de fruité et de structure, mais qu’il est d’un abord plus facile, ses tannins me semblant très juteux, et l’impression générale plus souple.

moonseng_plaimont_blle

… et David fut

Et pour finir, un petit clin d’oeil (de vigne) à l’ami David, qui, lors de ces rencontres, jouait le rôle délicat du modérateur; à lui de présenter chaque orateur et d’introduire les thématiques, à lui de relancer les débats, à lui surveiller la montre. Vu les pointures présentes, on peut dire qu’il a très bien fait ça: même Jean-Michel Boursiquot, légende vivante de l’ampélographie française, n’a quasiment pas  dépassé son temps de parole!

davidLet there be grapes!

Plus sérieusement, ce colloque à la fois didactique et pointu m’a énormément appris. Pas chauvins pour un sou, nos amis Gascons avaient aussi invité des collègues savoyards et charentais à partager leurs expériences, sans oublier des sommités nationales et internationales de l’ampélographie appliquée, et même des responsables de l’INAO, de l’IFV et de l’INRA. De la matière pour quelques articles futurs…

PS. Un très grand merci à nos hôtes pour leur accueil et leur disponibilité (en particulier Noémie Cassou-Lalanne, Olivier Bourdet-Pees, Hélène Menvieille et Nadine Raymond), ainsi qu’à Jean-Michel Boursiquot pour sa grande patience face à mes questions multiples et variées…

Hervé Lalauimg_9969

 


11 Commentaires

Brad et Angelina divorcent: et après?

Un peu de tristesse dans ce monde de bruts sans année: de source bien informée (la Mme Pipi du Bureau des Affaires Matrimoniales de Malibu-sur-Sarthe), c’est officiel, Angelina Jolie a demandé le divorce; après 12 ans de vie commune, deux ans de mariage et une bonne année d’anorexie. Son bulletin de santé devrait bientôt être consultable sur youtube-digestif, avec celui de François Mitterrand.

images-1

Les paparazzi, qui sont sans doute de bons papas dans la vraie vie, s’inquiètent déjà de l’avenir des enfants du couple. Nous aussi. Mais on se demande surtout qui aura la garde de leur petit nid d’amour provençal, le Domaine de Miraval. Brad semblait adorer l’endroit, et s’intéressait au vin. Angelina, beaucoup moins.

« L’amour, c’est aussi accepter la différence de l’autre », comme disait la regrettée Macha Béranger, conseillère conjugale radiophonique.

Quoi qu’il en soit, selon legossip.net, qui est un peu à l’information pipol ce que Onze Mondial est à l’information scientifique, Miraval aurait été mis en vente à la fin août. Il y aurait-il un rapport?

Hervé Galalau