Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Mieux vaut Tardif… que jamais

Le vieux cépage Tardif, sauvé de la disparition par les efforts des vignerons de Saint-Mont – il fait partie du conservatoire de Pédebernade, vient d’être inscrit au catalogue officiel. Sans cette inscription, pas de commercialisation possible, car en France, même les plus vieilles traditions doivent toujours être dûment tamponnées par l’administration…

Comme le précise Nadine Raymond, responsable de la recherche et du développement chez Plaimont, ce cépage riche en composés épicés a l’avantage de bien résister à la sécheresse, ce qui pourrait se révéler un atout important dans l’optique de réchauffement climatique.

Avec cette inscription, les vignerons de Plaimont devraient pouvoir proposer du Tardif à la vente dans 3 ans.

Moralité: mieux vaut Tardif que jamais…

Hervé Lalau


1 commentaire

Un bon Jurançon sec, ça vous dit?

Si Fitou constitue une sorte de premier cru non officiel pour les rouges des Corbières, Jurançon pourrait revendiquer ce titre pour les blancs du Sud Ouest – en tout cas, pour ceux à base de Manseng. En voici un, issu d’un des domaines phares de l’appellation, le Domaine Cauhapé.

Henri Ramonteu est un magicien des vendanges tardives, et par là-même, des Jurançon moelleux; mais il ne dédaigne pas le sec. Dans ce style, chez lui, on trouve notamment la cuvée Quatre Temps, dont je viens de recevoir un échantillon du millésime 2015.

Pas de doute; c’est bien sec. Si le nez (ananas, fruits de la passion, citron…) pourrait évoquer la riche aromatique d’un doux, la bouche vous détrompe rapidement: elle est franche et directe, pleine de sève et de vivacité; ce qui domine, ce sont les notes de rhubarbe, de tilleul et de coing. L’ananas revient en finale, et vous dégraisse définitivement la langue, avec une pointe d’amer bien agréable et qui invite à la prochaine lampée.

Cette cuvée  percutante est plus complexe qu’il n’y paraît à élaborer, puisqu’elle met en oeuvre les deux Mansengs, petit et gros, à concurrence de 50% chacun, mais cueillis en deux époques; d’où l’étrange dialogue observé entre le fruité mûr et la vivacité de la prématurité.

On le voit bien sur des poissons de rivière ou de la viande blanche, même en sauce; il tiendra aussi le choc des plats corsés, notamment asiatiques. Mais moi, après la dégustation, je l’ai bu sur un Comté de 9 mois affiné par Marcel Petite, légèrement craquant sous la dent. Et c’était très bien.

Her Lalau

 


2 Commentaires

Un Fitou pour le monde – Esclarmonde

Le Fitou Tour, qui passait par Bruxelles, lundi dernier, m’a permis de découvrir un domaine que je ne connaissais pas (c’est d’ailleurs tout l’intérêt de la chose) : le domaine Esclarmonde. Et plus précisément, sa cuvée Partage, la bien nommée, dans son millésime 2015 (40% Syrah, 30% Carignan et 30% Grenache, élevage cuve).

J’ai particulièrement apprécié ses beaux épices, ses tannins tantôt lisses et tantôt rugueux, sa longueur ; avec ses notes de réglisse et son équilibre entre puissance, alcool et fraîcheur, c’est un excellent représentant du Fitou d’aujourd’hui ; je ne le qualifierai pas de moderne, car cela pourrait avoir une connotation trop techno ; je parlerai donc plutôt de tradition revisitée, mise au goût du jour : un excellent compromis, apte à séduire tout le monde, et pas seulement l’Esclarmonde – les puristes comme les néophytes.

Cette cuvée fait partie des Ambassadeurs du Fitou – 12 vins sélectionnés, chaque année, par des dégustateurs professionnels pour porter la bonne parole d’une appellation en pleine renaissance. Tout à fait mon idée du partage… de l’info et du plaisir de la découverte. La preuve aussi, que certaines opérations collectives peuvent bénéficier à tous les opérateurs.

Le domaine, géré par Luc Esclarmonde, compte 24 ha, répartis entre argiles, calcaires, galets et schistes. La cave se situe à Paziols, au sud de la partie intérieure de l’AOC.

Contact : 0032 4 68 45 45 55

Hervé Lalau


Poster un commentaire

Reports from the Loire on the 2017 vintage

Emptying hod

Muscadet
We spent Monday (11th September) and Tuesday (12th) in the Pays Nantais looking at the 2017 vintage. It is well known that the Pays Nantais was badly frosted in late April. The effects of the frost are, however, very variable. Some lucky producers like Jérémie Huchet (jeremie-huchet-vigneron.fr/en/) in Château-Thebaud only lost some 10%-15% of his crop. He did, however, lose 40% from frost last year. At the other end Fred Niger (domaine-ecu.com/) has lost 98% of his 2017 crop – making only three hectolitres per hectare.

Much of the crop has now been picked – Jéremie Huchet finished on Friday 8th September having started on 28th August. Jo Landon was finishing either on Tuesday or Wednesday. By Monday (11th) Lieubeau (www.lieubeau.com/en/) were three quarters through their harvest – down 40% due to frost – having started on 31st August.

There should be some very good Muscadet made this year, especially from vineyards not seriously frosted and from fruit picked early on as there was heavy rain on Sunday 3rd September. Following that downpour there is some rot appearing.

In heavily frosted vineyards the quality is more difficult as there is considerable variation in ripeness between the first generation grapes that resisted the frost and the second generation that came through after the frost.

Unfortunately there is no doubt a significant number of producers are facing challenging times commercially due to a lack of stock. To try to cope with this a number of producers have bought in juice allowing them to at least supply their existing clients.

Vincent Lacour (AC Touraine) on 2017 vintage
« Last year was a short vintage due to the frost and mildew and I made 700 hls, » Vincent Lacour explained on Friday afternoon when I dropped in to see him during my mountain bike ride through the local vineyards. « However, I doubt if I will even make that this year because of the April frosts. Also there is little juice in the grapes this year. »

It is not clear whether this is due to the dry weather in the early summer or whether bunches that appeared to survive the frost were actually affected and this damage reduced the amount of juice in the berries.

Fortunately the quality of the fermenting juice appears good – we tasted from a couple of vats – with good weight and very clean. Vincent has still to pick his Cabernet and Côt.

Menetou-Salon

 The view eastwards from Menetou-Salon

 towards Parassy and Morogues 

Following the Loire vintage is always fascinating. No two years are the same – each one has their different challenges. Overall, from what we have seen in the Pays Nantais, Touraine, Menetou-Salon and Sancerre, there should be some very good wine made this year. All the juices I have tasted this year to date have been round with variable degrees of potential alcohol. Generally rich, ripe fruit – often around 13% with the acidity between 5 and 5.4, so well balanced. 

On our way over from Touraine we first dropped in on Philippe Gilbert, just on the eastern edge of the small town of Menetou-Salon. In contrast to last year when he made virtually nothing, 2017 has given him a good harvest. Philippe started slowly on 11th September with his Sauvignon Blanc. The grapes are coming in around 12.0 to 12.8˚ with acidities around 4.7. 

After last year’s shockingly small vintage in in Menetou-Salon it is good to see that producers like Philippe Gilbert have been blessed with a generous harvest. Last Tuesday (12th September) they harvested as much, if not more, of what they picked last year in total.

Philippe is bringing in 50 hl/ha for his Pinot Noir for rosé, while his whites are fine at around 55/60 hl/ha. 2017 is a generous harvest. This often happens after a severe frost, which gives the vines a rest, so the following year they tend to produce big harvest. This happened in in 1992 following the severe frost of 1991. 

After a week of harvesting they have about another ten days left. The contrast between Philippe’s demeanour of last year and this is very marked. He is now a ‘happy boy’!  

Wednesday will be ‘Les Vendanges pour les Copains’. Under this laudable initiative Philippe and his team will be picking for friends like Fred Niger in Muscadet, who have been very severely affected by the April frosts. It provides them with some wine that hopefully will keep them afloat in these difficult times.     

  

Domaine Henri Pellé

The news here was also very positive: with a derogation, they started on Thursday 7th September – a day before the actual Ban des Vendanges. Again 2017 is a generous harvest with 60 hl/ha for their Sauvignon Blanc, while they are getting 50 hl/ha at 13% potential for the Pinot Noir. We tasted some of the juices for the Sauvignon Blanc, which were impressive – good fruit, very clean and well balanced with attractive freshness in the finish.  

Most of the picking so far has been in their vineyards in the commune of Menetou-Salon. Only now are they picking in Morogues, which is a little higher in altitude, so ripens a little later.

In the Pellé vines Les Blanchais:

We visited Les Blanchais near Morogues where there was a big team of more than 50 pickers.

   

One of the Pellé pickers

Another picker

Two very fine hats 

Drowning in the vines……?

Capped picker

 

Carrying a hod up and down the slope is hot and tough work

Trailer @the bottom of the slope

 Les Blanchais is a steeply sloping vineyard  
NouveauOs

 

 


4 Commentaires

De beaux vins de Croatie et une petite interrogation sur le goût

Au détour d’un récent travail à Vienne (Autriche) j’ai pu déguster, lors d’un salon organisé par l’antenne locale de GaultMillau, une sélection très bien faite de vins de la Croatie, pays invité à ce salon dédié surtout à la cuisine mais qui incorporait aussi bon nombre de vignerons, à commencer par ceux d’Autriche bien entendu (magnifique Brut de Brundlmayer, dégusté pour la deuxième fois cette année et qui égale des grands champagnes). Les vins d’un des producteurs croates présents m’ont posé question, malgré ce qui semble être un certain engouement pour ces vins. Et cet engouement, en retour, me pose une autre question. Voyons cela d’abord par la dégustation, puis viendra le temps d’une interrogation autour du goût et ce qui peut l’influencer.

Les producteurs de la Croatie présents à ce salon venaient des trois principales régions viticoles du pays : l’Istrie, la Dalmatie et la Slavonie. Pour les lecteurs qui ne connaissent pas bien le pays, la carte démontre que les deux premières régions sont côtières et la troisième est plus fraîche, pluvieux et continentale. Des deux régions côtières, l’Istrie est lié historiquement au nord-est de l’Italie et a un climat qui subit des influences variées venant aussi bien des Alpes que de l’Adriatique, tandis que la Dalmatie, plus au sud et qui comporte de très nombreuses îles mais aussi une partie continentale, à un climat nettement plus chaud et franchement méditerranéen. Des différences dans les encépagements sont le reflet des ces trois climats.

Pour la Slavonie d’abord, les représentants étaient au nombre de deux. Du très connu Krauthaker, j’ai bien aimé le Graševina (nom du cépage), fin, fruité et à la belle texture lisse. Un Sauvignon Blanc très correcte et un Chardonnay moins intéressant complétaient la gamme présentée., mais j’ai déjà dégusté d’excellent liquoreux de ce producteur. Le producteur Galić m’était inconnu auparavant mais trois des quatre vins présentés m’ont bien plu : Graševina, Sauvignon Blanc et un assemblage nommé Bijelo 9 (bijelo signifie blanc). Tous les vins mentionnés valent entre 10 et 15 euros, ce qui est raisonnable.

Les chais en Croatie peuvent être d’une parfaite modernité : ici celui de Kozlovic en Istrie

Istria avait le plus grand nombre de producteurs représentés : six. Du producteur Clai, je n’ai pas du tout aimé le Brut Nature et je pense qu’il fait trop chaud dans cette région pour produire de bonnes bulles. Mais leur Malvazija, dans un style un peu à part du à une longue macération, est une réussite par sa richesse et sa belle complexité aromatique avec cette fermeté finale aux beaux amers induit par cette technique de vinification. Cela ne plaira pas à tout le monde mais c’est bien fait dans ce genre.

Kozlović présentait ce qui fut pour moi le plus beau Malvazija 2016 entrée de gamme que j’ai dégusté ce jour, car il réussit à en capter la finesse aromatique ainsi qu’une belle rondeur et une texture suave, sans en perdre la fraîcheur. Très bon et seulement dans le 10 euros. Mais le clou de la gamme présentée était sans aucun doute la cuvée Santa Lucia Malvazija 2015 (environ 22 euros). C’est un vin glorieux, très raffiné, suave et long. J’aimerais bien le comparer un jour avec de très beaux blancs d’ailleurs. J’avais un peu plus de mal avec leur Teran 2016, qui combine une certaine rusticité par ses tanins avec une forte acidité qui ne fait que les durcir. Ce n’est pas un cépage très aimable il me semble, bien qu’ayant un fort potentiel dans des versions plus travaillées en élevage ou assemblé avec un cépage plus fruité. Cela fut prouvé par leur cuvée Santa Lucia Noir 2013, qui assemble Merlot, Cabernet Sauvignon et Teran, lui donnant à la fois de l’ampleur, du fruit et de la longueur, sans aucunement retirer l’impression de précision apportée par le Teran. Meneghetti a produit un Malvasia très décent en 2016, ainsi qu’un autre blanc appelé Kuća Glavić issu d’un autre sorte de Malvasia, appelé Dubrovaska, et qui est très aromatique dans la veine d’un Viognier. Vin fin et frais aussi. Mais leur meilleur blanc s’appelle simplement Meneghetti White 2015 et assemble Chardonnay et Pinot Blanc avec un élevage de 18 mois en demi-muids. Très fin, vibrant et presque austère. A l’aveugle on ne trouverait pas un climat aussi sudiste je pense. Très belle longueur aussi. Le version rouge, appelé Meneghetti Red 2016, aura besoin de quelques années de garde mais sa belle finale est prometteuse. Le producteur Matosević est l’auteur d’un très joli Malvazija 2016, ainsi qu’une version très intéressante (Robinia Malvazija 2014) vieillie en barriques d’acacia : je trouvais que cela lui donnait une texture légèrement huileuse et de jolies amertumes en finale. Un producteur que je découvrais à cette occasion est Coronica, et son Gran Malvazija 2015 (18 euros) était un des meilleurs blancs dégusté ce jour. Ses 12 mois passés en demi-muids de 600 litres lui a donné de l’ampleur sans nuire à l’expression du fruit. Acidité et amertume sont en harmonie. Un beau vin, ainsi que son Gran Teran 2013 (22 euros), patiné par un élevage bien dosé qui a calmé les tanins, donnant un ensemble aussi juteux que frais et précis. Je vais laisser le plus singulier des producteurs istriens (Roxanich) pour la fin car ses vins soulèvent d’autres questions.

Pour lire une étiquette de Stina (très belle graphiquement parlant), il faut tourner le flacon

Nous passons donc en Dalmatie, région qui possède aussi une belle gamme de cépages autochtones intéressants dont le Tribidrag, aussi connu en Californie sous le nom de Zinfandel et aux Pouilles sous le nom de Primitivo. Mais également, en rouge, le Plavać Mali, un descendant du Tribidrag, et les blancs Pošip et Gegić, par exemple. 4 producteurs furent représentés de cette région. Le vin le plus marqué par le climat chaud de l’Adriatique et par son site, qui est un vignoble très pentu qui plonge vers la mer, était certainement le Saints Hills Dingać 2013, un pur Plavać Mali (Dingać étant le nom du vignoble). Le nez est fin, pas dominé par son élevage, exprimant des notes intenses de cerises et de prune dans un bel élan chaleureux. Un vin puissant qui mériterait une attente (25 euros).  Un bon Plavać Mali Su Roko 2015 aussi, plus abordable à 15 euros. Stina, sur l’île de Brać, avait la gamme la plus convaincante parmi les exposants dalmatiens présents, même si j’ai dégusté de beaux vins chez d’autres. J’ai beaucoup aimé son vibrant Tribidrag 2015, aux arômes de garrigue et au fruité délicieux, mais les deux cuvées de Plavać Mali dégustées, ainsi que celle de Pošip, sont aussi bien réussies. Prix aussi entre 15 et 25 euros, selon la cuvée. Du producteur Boškinac, sir l’île de Novatja, j’ai beaucoup aimé la cuvé Ocu 2015, avec le cépage Gegić et issu d’une vendange tardive et d’une longue macération. Excellent vin qui allie intensité et finesse, mais un peu cher à 50 euros peut-être. Rizmann est un domaine plus récent qui se situe sur le continent et un peu en altitude. Cela, combiné à des sols très calcaires, donne un accent plus frais à ses vins. Son meilleur pour moi était la cuvée Nonno 2016, fait de 85% de Pošip et le reste en Chardonnay : long, ample et puissant mais dont les jolis amers donne un bon équilibre (prix raisonnable à 15 euros). C’est un producteur posé mais passionné et je pense que l’avenir lui sourira.

Petit retour vers l’Istrie pour des vins qui mérite un débat. Mladen Roxanich a une allure actuelle marquée par la mode hipster et ses vins semblent bien plaire à cette catégorie de personnes qui aiment tout ce qui est conforme à leur mode, et, en même temps, tout ce qui les situent à part des autres. C’est le propre, semble-t-il, des amateurs de vins dits « nature ». Avec son style très marqué par l’oxydation, par l’acidité volatile et par une extraction assez puissante due à de longues macérations, sans parler de vieillissements prolongés, ce ne sont évidemment pas des vins pour tous les palais. Quant aux prix, ils sont aussi relativement élevés. Mes avis sont quand-même partagés selon les cuvées, dont une m’a bien plu. D’abord il est intéressant de déguster des vins plus âgées, car Roxanich présentait des vins de 2008, 2009 et 2010. Mais, dans le cas de son Teran 2008, des tanins rustiques restent rustiques même après 9 ans ! Le vin de Roxanich que j’ai beaucoup aimé s’appelle Inès in White 2009. Il fait appel à sept cépages blancs différents issus d’une même parcelle et est vinifié dans des foudres avec 2 mois de macération sur les peaux. Sa couleur est bien ambrée et le nez puissant évoque le fruits confits, les fruit en alcool et la marmelade d’orange amer. Aidé par une forte volatilité, il dégage une formidable puissance et a beaucoup de complexité (25 euros environ). Je pense qu’on peut tenter le coup avec un curry ! Les autres vins sont un peu « too much » pour moi car les défauts prennent le pas sur les qualités. Je n’aime pas être agressé par un vin et là, c’est souvent un assaut frontal ! Du coup, je me pose des questions sur les palais de ceux qui adorent ces vins-là car un des vins de Roxanich fut élu meilleur vin du salon par le jury Gault Millau, et je ne crois pas que c’était celui que j’ai aimé.

David Cobbold


Poster un commentaire

Un chai de rêve

C’était une vieille bâtisse qui abritait les cuves et les machines tant bien que mal, en bougeant l’une pour caler l’autre. Une de ces caves construites au fil des ans où viennent s’ajouter les pièces avec les besoins.

Le changement a commencé le 14 janvier 2016 avec le déménagement du vin; un mois plus tard, les gros engins détruisent l’ancien bâtiment et creusent la place pour obtenir un niveau supplémentaire; encore un mois après, fin février, les travaux démarrent. On a désormais trois niveaux, le plus haut pourra accueillir la vendange, le plus bas la vinification et l’élevage; entre les deux, la mise en bouteille, le conditionnement et l’expédition. Avec, de-ci de-là, des lieux sympas pour le public et le bureau. Un rêve d’œnologue…

Et que ça brille!

La réception de la vendange ressemble à un grand laboratoire. Impression largement amplifiée par l’inox omniprésent et d’une qualité toute médicale. Toutes les canalisations sont empruntées au système laitier, section plus petite, plus malléable, plus fin et plus facile pour l’entretien. Le pressoir pneumatique avec froid intégré, offre un choix de programmes tout en finesse allant de la balançoire à l’embrassade. La pompe est assez large pour inviter le raisin à suivre aimablement son destin. C’est propre et réglé comme une horloge suisse.

Zéro phtalates

Ces fameuses molécules découvertes dans les plastiques migrent allègrement dans le vin (aussi bien que dans les biberons de lait). Elles sont le cauchemar des œnologues avertis mais la solution existe, certaines sociétés de matériel œnologique se sont spécialisées dans les produits garantis sans phtalate. Du sol au plafond, dans cette cave-ci, du revêtement des cuves époxy ou en résine, les manches et autre tuyau de transfert, tout est « garanti 0 phtalate ». Un grand progrès. Une sorte de luxe, aujourd’hui.

Chaque chose à sa place

Deux règles de conduite dans une bonne cave: l’hygiène et le rangement. Quand on voit un tableau de manches qui fait penser à un dessus d’établi, comme ici, ça fait rêver. Par terre, c’est si beau qu’on dirait une œuvre d’art.

A chaque raisin sa cuve

Réussir à maintenir le moût d’une même parcelle, d’un seul cépage, de la récolte jusqu’à la bouteille, nécessite un nombre impressionnant de cuves de contenance variée. Qu’à cela ne tienne, ici, on a conçu le chai des cuvées parcellaires avec des 10 hectos, des plus, des moins et des cuves à chapeau flottant pour les entredeux. Une véritable pouponnière de cuvées spéciales.

Le piano à froid

Un des secrets d’une grande cuvée (après le raisin et le terroir), c’est la maîtrise des températures. Surtout le froid pour le blanc, un peu aussi pour le rouge. Au début pour fixer le fruit. Puis pour calmer la fougue des levures en pleine effervescence. Laissez monter le thermomètre et le moût est séché en trois jours, mais tout ce qui est bon est brûlé avec les sucres. Dans les pays frais, il est souvent nécessaire de réchauffer le moût pour faciliter la fin de fermentation (oui oui, les levures sont frileuses). On installe donc un système de ceinture, de drapeau et autre radiateur indépendant pour chaque cuve et au milieu du chai….

Oeno-électronique

Une grande tablette avec tous les contenants et leur température, avec des ordres simples pour l’augmenter ou la diminuer à volonté. C’est bluffant. On n’a pas eu accès aux produits œnologiques pour vérifier l’excellence de la préparation des vendanges mais on imagine facilement que tout est mis en œuvre pour respecter le fruit et son terroir. Reste une étape importante, l’élevage.

Deux doigts de bois

Il y a les cuvées sans et celles avec. Les voilà alignés à la bordelaise avec une fontaine d’André Raboud pour compagnie, tous ces fûts de chêne qui donneront ce goût si particulier. Toute la technologie au service du fruit pur se trouve ici confiée au bras des tonneliers. Certaines cuvées s’en accommodent bien et même s’enrichissent quand d’autres se banalisent. Mais un grand chai sans barrique serait-il pris au sérieux?

De l’art

« Le vin, c’est pas du cochon, c’est de l’art », dit si bien Jean-Claude Dreyfus, nouvel investisseur du vin, acteur et poète à ses heures. L’art a donc légitimement sa place dans la beauté technique du chai. Sur les murs de béton brut, le peintre Pierre Zuffery expose ses toiles de noir vêtues. Les dégustateurs attendris par les gorgées non recrachées tentent de comprendre le sens des choses.

Générique

Le caveau appartient à la famille Besse. Le père, Gérald, est vigneron-entrepreneur-autodidacte; c’est le patron, qui « investit dans la cave ce qu’il gagne dans le vin ». Le fils, Jonathan, est ingénieur en génie mécanique – ça aide. La fille, Sarah, est ingénieur en génie œnologique et viticulture – ça aide aussi. Quant à leur mère, Patricia, elle aide en tout et partout.

C’est à Martigny-Croix, dans le Valais. Je dois ce rêve éveillé aux organisateurs du Mondial du Chasselas. Je les en remercie.

 

 NFA

 

 


9 Commentaires

Chasselas de Gérald Besse ou l’effet terroir

En juin dernier, à l’occasion du Mondial du Chasselas, nous sommes passés chez Gérald Besse, encaveur à Martigny, à l’entrée du Valais. Gérald s’est offert une toute nouvelle cave, hyper fonctionnelle, notre copine Nadine qui était du voyage vous la décrira demain. Moi, je m’attache aujourd’hui aux Fendants qui se déclinent ici en trois cuvées. Trois flacons bien différents les uns des autres, en cause trois terroirs bien distincts, autant par la pente que par l’orientation, la pluviométrie et le sol, bien évidemment.

Les Fendant

Pour qui ne le sait pas, Fendant désigne en Valais (et en Valais seulement) les vins issus du cépage Chasselas. C’est le blanc sec qui accompagne traditionnellement nos raclettes hivernales (la raclette est elle aussi originaire du canton). Et bien plus si affinités! Mais revenons à nos moutons, en l’occurrence les trois Chasselas de Gérald.

Champortay 2016 Fendant Valais Martigny

Blanc au léger jaune, il n’est guère bavard, il faut l’aérer, le remuer, le bousculer pour qu’il sorte de son indifférence à l’égard de notre nez. Mais on parvient à lui arracher quelques senteurs de fruits blancs légèrement épicés. En bouche, le voilà un peu plus prolixe, parlant de pomme délicatement acidulée, de poire croquante, de poivre blanc, avant de nous révéler après un dernier tour au creux du verre les pétales de rose qu’il cachait en son sein. Mais n’oublions pas de parler de son agréable fraîcheur, une fraîcheur presque vive qui nous fait saliver et qui le désigne comme un excellent vin d’apéritif.

Les vignes poussent du côté des Rappes dans la combe de Martigny où le sol pentu peut avoisiner les 55%. Il se compose d’éboulis calcaires. Vinification et élevage en cuve.

Martigny 2016 Fendant Valais Martigny

La robe blanc jaune à peine prononcée révèle tout de go ses parfums de fleurs d’acacia et de vigne qui s’entoure d’une taffe de fumée aux senteurs de noisettes grillées. La bouche semble austère. La première gorgée nous laisse sur le palier. À la deuxième, le pied dans la porte on entrevoit la pierre à fusil, les fruits secs en train de griller. On entre et on est frappé par la note saline qu’on n’avait jusque-là pas captée. Pas plus que l’amertume gracieuse qui avec le sel dispense une fraîcheur particulière, sapide, mais pas acide.

La vigne pousse plus bas dans des alluvions mélangées de colluvions calcaires, un sol plus riche. Vinification et élevage en cuve.

Les Bans 2016 Fendant Valais Martigny

 Le troisième est surprenant, tout d’abord par sa robe plus intense, plus jaune, et puis par sa pointe de carbonique qui espiègle nous pique la langue, par son côté confit. Il respire les fleurs à plein nez, le genêt se diffuse comme un parfum ensoleillé, tandis que le narcisse apporte son élégance. En bouche, les fruits jaunes remplacent les fleurs, confits ils se déclinent en pêche abricot, en mangue, en mirabelle, qui se fourrent de pâte d’amande. Un ensemble qui offre ampleur et onctuosité au vin, mais pas sans oublier la fraîcheur, une fraîcheur poivrée qui nous amuse et nous donne envie d’y revenir au plus vite.

Le sol ici se compose de schiste. La vinification et l’élevage se font en cuve.

Après, nous avons dégusté toutes les autres cuvées de Gérald et y en a !

L’endroit où se trouve sa cave, sur les hauteurs de Martigny, mérite le détour, le paysage nous fait rapidement comprendre la particularité des vignobles de pentes, la pénibilité du travail et la diversité des terroirs.

 

Ciao!

 

Marco