Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

8 Commentaires

Not only a stunning bride but good @choosing wine

Here comes the bride

We were at a family wedding near Dundee (Scotland) last weekend. Despite bitterly cold weather it was a very happy occasion with Shona Mackie marrying Liam Macintyre . Many factors contributed to this success but one important factor was the good and sensible choices of wine that the bride made.



The happy couple.jpg

The happy couple – Shona Mackie-Macintyre & Liam Macintyre-Mackie 

Unless you are desperate to impress it is never worth buying expensive wine for a wedding reception. At these events people are milling around, chatting, taking photos. Yes they want a glass in their hands but all it needs to be enjoyable and drinkable. Better to choose affordable wines that can be generously poured rather than expensive ones that may have to be carefully rationed.

Shona made some good wine choices. She selected Bouvet Brut, sparkling Saumur from Bouvet-Ladubay, as both the wine for drinking straight after the ceremony and for the toasts before the meal. The Bouvet, which is a blend of mainly Chenin Blanc with some Chardonnay, was attractively citric with some weight – easy to drink several glasses and perhaps more….


With the meal Shona had chosen a New Zealand Sauvignon Blanc and, more unusually, opting for a Portuguese red – Porta 6.

Devil's Creek2016 Devil’s Creek, Sauvignon Blanc, Marlborough, New Zealand

Devil's Creek Bl



2016 Porta 6, Vinho Regional Lisboa

Porta6 Bl


I realise you might be expecting a tasting note for the Devil’s Creek Sauvignon Blanc. Unfortunately I forgot to taste it – illustrates what I was saying about weddings and wine – I was too busy chatting, eating and taking phots. I did, however, have a couple of glasses of the nicely soft and concentrated 2016 Porta 6 –  a blend of 50% Tinta Roriz (Tempranillo in Spain), 40% Castelão and 10% Touriga Nacional – a very drinkable.

It was interesting to see that the Porta 6 was much more popular than the NZ Sauvignon Blanc. This may only reflect that guests having been drinking the sparkling Bouvet decided they wanted to move onto a red.

Clear that Liam has not only a beautiful bride but also a shrewd wine buyer…..!


11 Commentaires

What wines do most people drink?

I am often struck by the apparently huge gap there is between what we, as wine writers/critics of various descriptions, consider to be « interesting » wines, and those wines which are actually consumed by the vast majority of wine drinkers. How many of us (wine writers) taste the wines that the majority of our contemporaries actually drink? I think that this is a question that we should consider more regularly, and then deal with in some form or another. I will not take this as an opportunity to put in a plug for any of my recent books, but the subject was in fact provoked by what I found to be a very interesting article on Jancis Robinson’s excellent web site, penned by Richard Hemmings MW and which relates his recent tasting of the UK’s top ten wine brands. I am quite sure that most of them are totally unknown and indeed untasted by the majority of my colleagues, so here they are, in the order of their UK sales last year:

1). Isla Negra, Seashore Merlot 2013, Central Valley, Chili (belongs to Concha y Toro)

2). Echo Falls, Merlot nv, California, USA

3). Blossom Hill Merlot 2016, California, USA

4). Gallo Family Vineyards Merlot 2015, California, USA

5). Casillero del Diablo, Merlot 2016, Valley Central, Chili

6). Barefoot Shiraz nv, California, USA

7). Yellow Tail Shiraz 2016, South-Eastern Australia

8). Hardy’s Varietal Shiraz 2015, South-Eastern Australia

9). Jacob’s Creek Classic Shiraz 2016, South-Eastern Australia

10). McGuigan Estate Shiraz 2016, South-Eastern Australia

My first comment is that one may say that this list is simply a translation of the current British supermarket offering. True, but think about the top wine brands in any other major wine market, and then read on into the second part of this article to have a wider perspective.

My second comment is that none of these wines is European, despite the fact that the United Kingdom is, apparently at least, still attached to this continent. It is a fact that the fragmentation of European wine production makes it almost impossible to build strong wine brands that would have a chance of imposing themselves on international markets. This point can be underlined by taking a look , below, at those wine brands that sell the most bottles world-wide (the figures come from 2016).

A final point is that three of them are non-vintages wines, which of course provides a wider palette for blending for the producers concerned, given that all of these wines are surely multi-regional blends made to fit a certain taste profile. And why not? Not every wine drinker is looking for a so-called « taste of place » in their wines, just a decent glass of wine at an affordable price.

Now for the top selling wine brands in the world

1). Barefoot (belongs to Gallo), California, USA

2). Concha y Toro, Chile

3). Gallo Family, California, USA

4). Changyu, China

5). Yellow Tail, South-Eastern Australia

6). Sutter Home, California, USA

7). Robert Mondavi, California, USA

8). Hardy’s, Australia

9). Beringer, California, USA

10). Great Wall, China

I agree that the definition of these brands are slightly different from that of those of the previous series as they are mostly, in a sense, « umbrella » brands that incorporate a range of different individual wines, whereas the selection taken by Richard Hemmings is one of individual wines. But the message is exactly the same: there is not a single European wine in the list, and a clear domination of wines from three New World countries, which are the USA, Australia and Chile, to which one must add China for the world brands, given the individual weight of the Chinese market.

What other deductions can be made from these hit-parade charts based entirely on volume? Firstly that there is no pretension about any so-called « best wines in the world » such as some wine magazines love to produce annually and which mean strictly nothing. These lists are based entirely on a single fact: volume sales. One can of course criticize this as a single criteria, and indeed it is true that such volumes also have a lot to do with agreements in the fields of distribution in supermarket chains, not to mention promotional and advertising budgets that are developed by large volume sales.

Just to provide a single figure in the volume of sales department, Concha y Toro, the second world brand, sold in 2016 some 185 million bottles, and just one of their sub-brands, Castillero del Diablo, about 65 million bottles. This is about double the annual sales of the number one Champagne brand. Now Concha y Toro owns some 9,500 hectares of vines in Chile, which accounts for around 8,5% of the viticultural surface of that country. Such a degree of concentration would perhaps be unthinkable in France, for example. But in other liquid fields, such as beer or spirits, this would not be the case. I am not saying that one is « right » and another is « wrong ». I feel, on the contrary, that this question should be regarded on both sides and with as much objectivity as possible. I would suggest, however, that the main argument against such a degree of concentration is that of financial monopoly amongst a small number of owners, and an ensuing impoverishment of the rest of the working wine population. On the other hand, I would not pretend that the quality of the wines are any lower that those produced by the very fragmented wine producers of Europe, and perhaps even the contrary.

To follow up this article at a later date, I intend to locate and taste and comment the top ten selling wine brands in France and measure them against some of the above-mentioned wines, just for fun. Rest assured that none of them will be so-called « natural » wines, which probably account for 0.001% of the world’s wine production and, quite unreasonably, about 10% of the world’s wine communication. I tasted a couple of these last week and they have since helped clear the pipework under my kitchen sink! Such a pair of scandalously dangerous (to one’s palate for sure, and probably even possibly to one’s heath) beverages I have never yet encountered. There is no control over the sanitary level of wines, contrary to what is in place for foodstuffs. I intend to name the culprits one of these days in case any of you are ever offered a bottle.






5 Commentaires

Best World Camembert

Quand un fromage québécois remporte le titre de Best World Camembert à Madison, Wisconsin, Etats-Unis, il y a plusieurs façons de voir les choses.

Primo, on peut se féliciter qu’un type de produit tellement représentatif du savoir-faire fromager français ait fait des émules si loin de ses bases (normandes, en l’occurrence).

Secundo, se demander quels étaient les fromages en compétition.

Tertio, se demander si des fromages au lait cru ont pu concourir (car le champion québécois, lui, est pasteurisé).

Quarto, se demander pourquoi le camembert arrivé second, celui de Lactalis, firme française, était un produit du Wisconsin, et non de Normandie.

Quinto, se demander pourquoi le seul camembert français (et normand) en compétition, celui d’Isigny, n’a pas été classé.

Questions subsidiaires: qui étaient les jurés? Quelle expérience avaient-ils du Camembert de Normandie AOP? « Last but not yeast », quelle est la puissance de goût acceptable pour un jury américain?

Mais finalement, le plus important serait encore d’attendre que nos crémiers référencent le produit gagnant pour pouvoir s’en faire une idée plus juste.

Sans attendre, bon nombre de gazettes, notamment en France et en Belgique, ont titré sur ce prix; mais je n’en ai guère trouvé pour se poser les questions ci-dessus; ni relever que le nombre de concurrents était à ce point réduit (18 en tout). Et singulièrement, le nombre de concurrents français (un seul!).

Car qu’on ne s’y trompe pas; le « Marin French Cheese » est bien américain (de Petaluma, California), de même que le produit de la société « Ile de France » (de New Holland, Pennsylvania). Ou encore, le « Camembert traditionnel » de la société Old Europe Cheese, de Benton Harbor, Michigan.

Pour réparer cette très regrettable omission, voici la liste des concurrents dans la section camembert, telle que publiée sur le site du concours.

De quoi rassurer les producteurs de Camembert de Normandie AOP au lait cru qui nous restent? Ou de quoi les faire enrager un peu plus encore?

Quand des grands journaux (même normands!) montent ainsi en épingle les résultats d’un tel concours, sans le remettre dans son contexte, ils font injure à cette AOP, aux éleveurs, aux fromagers et aux affineurs qui tentent d’en vivre; ils méprisent leurs efforts, leur différence, leur existence même. Je trouve ça vraiment moche. D’autant qu’il ne s’agit même pas d’un choix rédactionnel, comme celui qui pourrait résulter d’une enquête comparative entre les différents fromages; il s’agit juste de négligence. On reçoit une dépêche; on la lit à peine; on la passe, un point c’est tout.

C’est drôle: avec internet, s’informer n’a jamais été aussi facile. Et pourtant, bien souvent, seule l’écume de l’info semble pouvoir se frayer un chemin jusque dans les médias.

Hervé Lalau

Poster un commentaire

Tables royales

Cette année, dix-neuf palais royaux célèbrent les traditions culinaires de onze pays d’Europe.

« A la table du roi » (c’est le nom de l’opération) prendra différentes formes selon les pays.

Ainsi, le 22 juin, à Versailles, une journée d’étude sera consacrée  à l’ananas: ce fruit cultivé par les jardiniers royaux et fréquemment servi à la table du roi était aussi  une source d’inspiration pour les arts décoratifs (meubles, tapisseries, couverts…).

Une deuxième journée, le 28 septembre, s’intéressera à la place du vin dans les cours d’Europe.

Plus d’information ICI

Ceux que le thème des arts de la table intéresse pourront aussi se rendre au musée de l’Abbaye de Belleperche, dont c’est le thème.


9 Commentaires

Saint Patrick’s day

Aujourd’hui, c’est la fête de Saint-Patrick, saint patron de l’Irlande et des Irlandais. Ce qui devrait faire couler pas mal de Guinness, de Murphy, de Kilkenny et de Jameson dans les pubs. Et peut-être même un peu de vin.

Au fait, saviez-vous que des Irlandais sont à l’origine de bon nombre d’entreprises de vin et spiritueux en France?

Je vous en cite quelques unes: Hennessy, Kirwan, Phelan, Barton, Clarke, Lynch… On les appelle les « Irish wine geese » (un jeu de mot avec l’expression « wild geese », les oies sauvages, qui désigne les expatriés irlandais fuyant leur pays après la défaite contre les Anglais, puis la famine).

Mais vous connaissez peut-être d’autres noms de châteaux irlandais?

A Kinsale (joli port de la côte Sud de l’Irlande, et grande pépinière de chefs), il y a une quinzaine d’années, on affichait à l’entrée des restaurants une carte des crus « irlandais » de Bordeaux. Je n’en ai pas retrouvé d’exemplaire, malheureusement.

Quoi qu’il en soit, sláinte!


3 Commentaires

Cépages et accords interdits

Notre collègue et amie Anne-Sophie Thérond m’envoie un lien vers un documentaire sur les cépages interdits, signé Stéphan Balay.

Je partage, bien sûr:


PS. Mes années de latin me reviennent à la figure comme un vieux boomerang; par respect pour mes augustes professeurs, je me dois de faire remarquer que le mot Vitis étant du genre féminin (cf. Vitis vinifera), l’attelage vitis prohibitus est pour le moins bancal; c’est un peu comme écrire « vigne interdit ».
Je ne sais pas s’il faut réhabiliter le clinton et ses frères, mais je suis à peu près sûr qu’il faut réhabiliter le latin; ou sinon, ne plus l’employer du tout…
Arrachez vos désinences prohibées!

Avé Lalau


5 Commentaires

Vin du XVIIe, rosé vermeil du Domaine Henry

Mon humeur est au rosé, n’en déplaise à ceux qui dénigrent cette tendre couleur. Du coup, après en avoir dégusté un bel et bon exemplaire lors du dernier Millésime Bio, j’ai envie de vous en parler aujourd’hui.  D’autant que ce Vin Vermeil est un condensé de saveurs et d’histoire…

Il plaisait aux princes comme aux peintres


Au Domaine Henry, à Saint-Georges d’Orques, on rend hommage à ces vins qui ont séduits et désaltérés aristocratie et bourgeoisie durant de nombreuses décennies. Leur rosé, bien en dehors des modes et tendances actuelles, nous fait vivre l’impossible. Il nous fait déguster un breuvage déjà abondamment représenté dans les natures mortes du 17siècle.

Vin Vermeil 2016 St-Georges d’Orques Coteaux du Languedoc Domaine Henry


Une robe d’un rose intense aux reflets carmin pourpre, parfumé comme une dentelle ancienne de violette et de rose, mais aussi de framboise et de cerise pour en annoncer la délicate gourmandise. La bouche nous fait un baiser raffiné, à peine effleuré, mais suffisant pour en apprécier la saveur recherchée. Légèrement poivrée, elle a le goût de la burlat qui éclate au premier coup de dent, celui du grain de grenade que l’on écrase du bout de la langue, de la fraise des bois qui inonde délicate le voile safrané. Sa texture est veloutée au toucher, comme enrobé de douceur et de fraîcheur, boutis piqué d’arabesque floraux, exquise envolée sensuelle.

Rien à dire, ce style à l’ancienne nous prend les sens, quand on veut bien y céder…

Ce rosé assemble 55% de Grenache de 100 ans complété de saignée de Syrah, de Mourvèdre, de Cinsault et de Carignan qui poussent sur des côteaux faits de calcaires jurassiques, de calcaires à chailles (rognons de silex) et de cailloutis du Villafranchien. Ajoutons-y quelques autres cépages anciens pour compléter le tableau de ce rosé de terroir, ce dernier étant intemporel ou presque.


Le vin vermeil

Extrait de La Comédie de Chansons de Jean de Rotrou

Acte deuxième Scène IV

Bannissons la bizarre humeur

Et le soin de nostre cœur,

Et qu’un bon vin vermeil

Soit nostre soleil.

Beuvons compagnons toute la nuiet

Au bruit

Des pots, des plats,

Sans estre las.

Jean de Rotrou, né Jean Rotrou, est un dramaturge et poète français, né le 21 août 1609 à Dreux et mort de la peste le 28 juin 1650 à Dreux

« Les Vins Vermeils sont à l’origine de la réputation du vignoble du Royaume de France jusqu’au 18esiècle, époque à laquelle ils faisaient les délices de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie. Bus dans l’année qui suivait la récolte, ils ont été détrônés par ceux qu’on appelait alors « les vins noirs », équivalent de nos rouges actuels. Le développement du commerce vers l’Europe du nord, et l’évolution de la marine marchande ont permis des échanges beaucoup plus lointains, plus longs. Les vins noirs, considérés auparavant comme vulgaires, ont beaucoup mieux résisté à la durée de ces voyages. Leur prix inférieur à ceux des raffinés mais fragiles Vins Vermeils a favorisé leur essor. L’avènement de la bouteille* de conservation en verre, capable de recevoir un bouchage efficace, et donc de conserver les vins, a accéléré le phénomène. Comme on pouvait enfin conserver les vins sur plusieurs années, on a produit alors des vins capables d’être conservé. Ainsi sont nés les vins de garde français dans le courant du 18ème siècle. Notre Vin Vermeil, en dehors de toute mode, est une sorte d’hommage aux vins à qui la France doit l’origine de son rayonnement œnologique. »

François Henry www.domainehenry.fr

Déguster du vin vermeil, c’est un peu plonger dans le passé. Et si on le fait en regardant une nature morte de l’époque, on a l’impression de s’y retrouver, d’entendre les bruits de la rue, les conversations dans les pièces voisines. Puis, en fermant les yeux, sentir les odeurs, ressentir la chaleur de l’âtre ou au contraire le froid de la nuit qui tombe.

*Vers le milieu du 17es, les Gallois optent pour les fours à charbon pour le travail du verre et créent dans la foulée des bouteilles bien plus résistantes que celles produites grâce à des fours à bois nettement moins puissants. De plus, ils ajoutent une bague au goulot qui permet de résister au bouchage de liège et donc à la conservation et au transport. Jusque-là, les bouteilles étaient réservées au transvasement du vin et à son service à table.


Dégustons ce nectar du passé qui aujourd’hui séduit autant nos papilles que celles des siècles passés…

Un verre de vin, une bonne image, un rien de concentration, un moment vécu ailleurs…