Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Gérard Boulay: two Sancerres + 2017 VitiLoire

Gérard Boulay: two magnificent 2014 Sancerres

 

2014 Monts Damnés


2014 La Côte 

Saturday evening two friends – Suzie and Mark – came for apéros. They are now Epeigné-les-Bois’ sole wine producers with their bijou vineyard – Clos Chossay.

I thought it would be interesting to try two of Gérard Boulay’s single site wines – Monts Damnés and La Côte – both from 2014.

I decided to serve the Monts Damnés first as it is more austere and mineral, while La Côte, which is the last of Gérard‘s vines to be harvested, had a little more weight. Both were excellent and still young with many years ahead of them. 

Les Monts Damnés site is now well known but La Côte (La Grand Côte) is much less well known – in part because it is off the beaten track unlike Les Monts Damnés.

 View of Chavignol (nestling below the surrounding hills in the distance)

Les Monts Damnés are to the right of the village in this photo,
while La Grande Côte is round to the left towards Amigny
beyond Le Cul de Beaujeu, which dominates Chavignol

  Some of the slopes of  Les Monts Damnés looking towards Sancerre
Gérard Boulay 

•••

 

5 spots incontournables pour les wine lover 
Press release:

‘À seulement 1 heure de Paris, VitiLoire est la plus grande manifestation gratuite et grand public autour des 79 appellations des vins du Val de Loire, 1er vignoble oenotouristique de France. Le temps d’un week-end prolongé, c’est également l’occasion de découvrir Tours, Cité Internationale de la Gastronomie, les bars à vins, les restos, les meilleurs cavistes de la ville et de vivre des expériences inédites dans le vignoble !

VitiLoire
Gastronomie, vins, patrimoine, culture : Tours remet le couvert avec la 15e édition de Vitiloire ! Avec ses grandes tablées conviviales et sa ribambelle de petits kiosques d’artisans locaux et de producteurs viticoles, VitiLoire est un événement 100 % locavore. C’est aussi le meilleur moyen pour goûter les grandes appellations de la région, telles que Sancerre, Vouvray, Chinon et de commander ses bouteilles directement auprès de petits vignerons. Du bar à vins qui invite les amateurs à voyager dans le temps grâce à une sélection de millésimes aux ateliers de dégustation pour s’initier aux vins du Val de Loire et comprendre leur processus de fabrication, VitiLoire est un vrai rendez-vous pour les amateurs ou dégustateurs avertis.

VitiLoire 2017 // Samedi 27 de 10h à 19h et dimanche 28 mai de 10h à 18h
3 560 m2 d’exposition à ciel ouvert en plein centre-ville
• 79 AOC du Val de Loire
• 140 exposants (vignerons, caves coopératives et négociants du Val de Loire, artisans des métiers de bouche, services) • 10 chefs cuisiniers Tourangeaux
• Fréquentation 2016 : 35 000 visiteurs
• Entrée libre

  • 5 € le verre collector pour déguster les vins
• Nombreux services : livraisons, grooms, garderie d’enfants
• Horaires : samedi de 10h à 19h, dimanche de 10h à 18h
•

Lieux : Place de la Gare, Boulevard Heurteloup, Jardin de la Préfecture

Bar à vin/resto/caviste : le vin dans tous ses états
Verre d’A.O.P Touraine sur la Place Plum’ ou à la Guiguette de Tours sur Loire à l’heure de l’apéro, bars à vins, cavistes : Tours égrène intra-muros une multitude de bonnes adresses. Avec sa déco trendy, son épicerie et sa jolie cour privative, La Réserve comble tous les goûts avec une carte des vins riche de 70 références qui font voyager les palais dans tous les vignobles de France. Authentique par nature, La Cave sur la Place tire son épingle du jeu avec une sélection de vins en bio, biodynamie et nature. Côté agapes, le QG est un nouveau restaurant artisanal qui prône les circuits courts et les produits frais avec une belle sélection de vins au verre à partir de 5€. La Réserve // 84 rue Colbert – La Cave sur la Place // Place Velpeau – Le QG // 9, place du Grand-Marché, formule déjeuner à 21€

Segway© dans les vignes
Ecologique, silencieux et insolite, le segway s’aventure désormais au coeur des différentes A.O.C des Vins de Loire. Balades de 1h30 ou 2h avec ou sans dégustation de Vins de Loire, la société Gyroway propose plusieurs randos-vignes en gyropode au départ d’une cave partenaire à destination de Chinon, Touraine, Bourgueil, Saint Nicolas de Bourgueil, Vouvray, MontLouis ou Saumur Champigny.

Gyroway // Balade de 2h – 49€ pour les adultes / 39€ pour les moins de 16 ans

Nuit dans un domaine viticole
Propriété viticole en pleine nature, le Château de Fontenay, producteur en A.O.C Touraine à Bléré, propose 4 chambres d’hôtes avec vue sur le Cher et 12 hectares de vignes. Le lieu parfait pour se reposer, méditer et se ressourcer à l’ombre des des glycines…
Le + : certains éléments de la déco du château proposés à la vente !

A partir de 99€ la nuit pour 2 personnes

Randos dans le vignoble
Organisées par le service Archives et Patrimoine de la Ville de Tours et encadrées par le Comité Départemental de Randonnée Pédestre d’Indre-et-Loire et l’Of ce de Tourisme de Tours, VitiLoire propose 3 circuits pédestres thématiques à la découverte du patrimoine viticole et gastronomique de Tours ainsi qu’une grande randonnée à Vélo de 3 heures. Vigne, Loire et Littérature // samedi 27 – Une balade de 6,5 km qui permet de découvrir le passé viticole de Saint-Cyr-sur-Loire, terre de nombreux écrivains tels que Balzac, Anatole France ou encore Tocqueville.

Vigne en ville // dimanche 28 – Une balade de 8,4 km qui relie VitiLoire au domaine viticole du Clos de Rougemont.
Cité de la Gastronomie // samedi 27 – Un parcours urbain de 4 km pour découvrir les spécialités culinaires de la ville autour des Halles de Tours.

Histoire et Paysages du Vouvray – dimanche 28 – Randonnée cycliste de 25 km immerge les visiteurs en plein coeur des vignobles de Vouvray…’

Scenes from previous editions:

 

 

 

img_1039


10 Commentaires

L’appellation Bordeaux montre la voie, y compris pour les cépages résistants

Nous avons tous entendu parler de reportages télé ou écrits mettant en cause l’usage excessif de produits phytosanitaires (pourquoi dit-on toujours pesticides dans ce cas, alors que les produits sont bien plus divers ?) dans le vignoble français et qui pointent particulièrement du doigt le Bordelais. J’ignore si le vignoble bordelais utilise davantage de produits « phyto » par hectare que les autres régions viticoles de France, mais  ce qui me semble logique est que l’humidité du climat atlantique, associé à des températures souvent élevés dans le sud-ouest, doit rendre plus délicat le passage à une viticulture libre de produits fongicides qu’ailleurs. Disons que la donne agricole n’est pas identique d’une région à une autre. Clairement il doit être plus facile d’être en bio dans le Languedoc qu’à Bordeaux, la plupart des années.

 logo-bx-bxs-rouge

Mais Bordeaux se devait de réagir collectivement à cette mise en cause médiatisée et il l’a fait de belle manière. Le 10 février, le syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur (appellations qui représentent plus de 50% de la surface viticole de la Gironde) a adopté cinq modifications agro-écologiques de ses cahiers des charges. Ces modifications sont :

1). l’interdiction de l’usage d’herbicides sur le contour des parcelles

2). l’interdiction de l’usage d’herbicides sur la totalité de la surface du sol

3). l’obligation d’enlever et de détruire les pieds morts

4). tout opérateur doit mesurer et connaître son Indice de Fréquence de Traitement (IFT). 

5). demande officielle de pouvoir cultiver et revendiquer en AOC d’autres cépages que ceux autorisés dans le cahier des charges, à hauteur de 5 % de la surface totale de l’exploitation et de 10 % de l’assemblage final.

cite-du-vin-bord-005Hervé Grandeau et Bernard Farges, que je n’ai jamais vu dans de telles tenues !

Si les 4 premières mesures semblent tomber sous le bon sens, le cinquième est, à mon avis, très intéressante et innovante et j’y reviendrai. Les trois premières modifications ont été adoptées à l’unanimité, mais les deux dernières ne l’ont été qu’à la majorité. Pour le 4ème, deux responsables du syndicat, Bernard Farges et Hervé Grandeau sont montés au créneau : «par les temps qui courent, il vaut mieux jouer la transparence et ne pas taire les choses» a dit Grandeau, le président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, tandis que Bernard Farges, le président du syndicat, dit : «Nous avons tout intérêt à montrer ce que nous faisons, car de toute façon notre consommation de pesticides va diminuer», et aussi «Il nous faut être intransigeants et irréprochables dans nos comportements sur nos parcelles, avec nos salariés et voisins» .

cepages-resistants-icv Mais c’est la dernière mesure qui me semble la plus intéressante, sans contester l’absolue nécessité des 4 autres. Cette remise en cause des pratiques figées des AOC est une bouffée d’air frais, et qui porte un double enjeu : la lutte contre les maladies avec la nécessité de diminuer les produits de traitement, mais aussi une nécessaire adaptation aux effets du réchauffement climatique. Que Bordeaux porte ce dossier au comité de l’INAO est une bonne chose car cette appellation à du poids. J’espère que d’autres soutiendront cette belle initiative ! Et Bordeaux ne vise pas du tout d’implanter des cépages rendus célèbres dans d’autres régions, ce qui est intelligent étant donné l’esprit protectionniste qui sévit ici ou là. Il s’agit bien de variétés résistantes et le témoignage d’un vigneron qui expérimente avec ces variétés me semble bien illustrer l’intérêt de la démarche.

ducourt-w

Les vignobles Ducourt couvrent 450 hectares, essentiellement dans la région Entre-deux-Mers et sont exploités en agriculture raisonnée depuis 2004. Les frères Jérémy (ci-dessus) et Jonathan Ducourt ont planté, en 2014, 3 hectares de variétés résistantes développés en Suisse (un des pays, avec l’Allemagne et l’Italie, le plus en pointe sur cette voie de recherche). Ce sont les pionniers de cette approche en Gironde, même si un domaine en Languedoc, le Domaine de la Colombette, est plus largement avancé avec 40 hectares de cépages de ce type. Jérémy Ducourt souligne l’avantage de ces variétés: «En trois ans, je n’ai eu à traiter que quatre fois mes parcelles de vignes résistantes. Soit une réduction de 80 % par rapport au témoin».

Nous pouvons émettre le voeux que l’INAO accepte des expérimentations de ce type plus largement, et sans pénaliser les producteurs en exigeant l’exclusion des  résultats, s’ils sont bons, du système AOC en se cramponnant à cette notion absurde de « typicité » qui ne veut rien dire.

 

David


3 Commentaires

L’histoire bruxelloise du jour

Le gouvernement bruxellois vient d’approuver, en première lecture, un avant-projet d’ordonnance qui vise à interdire le gavage des animaux, a annoncé hier la Secrétaire d’Etat à la Région Bruxelloise en charge du Bien-Être des Animaux (oui, ça existe). Selon Bianca Debaets (c’est son nom), « On impose des quantités de nourriture telles que cela perturbe fortement leur système respiratoire et qu’un stress énorme est généré. Le foie des animaux engraissés peut atteindre un poids supérieur à un kilo pour à peine 100 grammes en temps normal. Nous devons interdire ces méthodes insupportables, même au détriment d’intérêts économiques ou d’habitudes de consommation que certains mettent régulièrement en avant ».

Seul hic: il n’y a aucun producteur sur le territoire régional (où les fermes sont rares). Peut-être le gouvernement bruxellois s’en avisera-t-il en deuxième lecture de l’avant-projet?

Vu la portée symbolique d’un tel texte, qu’il soit voté ou non, je ne devrais même pas  protester. Sauf qu’il me semble de mon devoir de citoyen (et de carnivore assumé), que d’invoquer à nouveau l’hypocrisie du concept de « bien-être animal » quand il est appliqué à des animaux qu’on élève pour être mangés. « Je vais te couper la gorge, mon canard; mais je ne t’ai jamais stressé« . A moins que Mme Debaets n’y voie un premier pas vers l’interdiction totale de la viande… Amaï-amaï!

Quoi qu’il en soit de cette bonne blague bruxelloise, je continuerai donc à acheter du foie gras alsacien ou gascon – je connais en Lomagne des éleveurs particulièrement scrupuleux.

detourePhoto (c) Foie Gras du Sud-Ouest (miam!) 

Sur ce, je m’envole pour Montefalco (Ombrie), d’où j’espère vous revenir avec de jolis commentaires de vins – c’est la région du Sagrantino, le cépage sacré… Et qui sait, goûter un peu de foie gras si cette liberté-là n’a pas encore été remise en cause en Italie.

Hervé


11 Commentaires

Le Muscat, ça n’est pas fait pour vieillir !

img_4505

On veut nous faire croire tant de choses et souvent, on se laisse berner, candides que nous sommes!

Mais là c’en est trop: car quoi, le Muscat, ça n’est pas fait pour vieillir ! Même qu’il faut le boire à Noël, comme le proposent si pertinemment certains Roussillonnais.

Mais même chez eux, il y a des retors, surtout parmi les vigneronnes dont nous nous gaussons, il est vrai, notamment quand elles nous font déguster un Muscat de Rivesaltes aussi vieux que mon fils, né en 1995. N’importe quoi !

Rien qu’à la teinte cuivrée qui altère le joli doré qu’on trouve dans les Muscats de 6 mois, on sait avant d’y porter le nez que le breuvage est à moitié niqué. Mais bon, j’ai pris sur moi et je l’ai dégusté, professionnellement, dans des conditions NTP (des conditions normales de température et de pression), constatez mon abnégation.

Voici le résultat.

img_4506

Muscat de Rivesaltes 1995 Domaine Vaquer

Doré cuivré, il nous offre généreusement des raisins secs macérés dans le sirop d’orgeat, des gelées de pomme et de poire constellées de de zestes de cédrat confit, de la liqueur d’orange parfumée de sauge et de thym, de la pâte de pistache à la verveine, un gâteau de noix et d’amande comme on en trouve à Saint Jacques. La bouche suit la même esbroufe, comme si on allait succomber à tant de raffinement. La note sucrée s’avère délicate et délicieusement épicée de curcuma et de cardamome. On retrouve bien les goûts des agrumes, orange amère, kumquat et mandarine, histoire de changer légèrement de registre pour se démarquer du nez et nous montrer l’infinie variété qui se révèle de gorgée en gorgée. Le tout en élégance, on dira, normal, c’est le vin d’une vigneronne d’origine bourguignonne de surcroit, je rêve. Puis, vient cette impression d’iode qui apporte une saveur salée aux sirops de pêche et d’abricot, sans oublier l’amer à peine marqué qui rappelle un léger vermouth. Enfin, la fluidité fait couler le vin comme un jus frais sans empâter le palais. Avalé, il s’éteint tout doucement, comme il nous a au début envahi, sans impétuosité, mais avec amabilité.

img_4446

La coupable (photo bibi)

Bon, on a abusé personne. Après ce supplice, il me faudra quatre bières pour oublier que j’ai failli laisser tomber mes a prioris.

www.domaine-vaquer.com

P.S. j’avais enduré, il y a quelques temps, une verticale de Muscat de Baumes de Venise, des vins de dix à 30 ans, on nous prend vraiment pour des billes, mais j’avais adoré…

Ciao

 img_4503

Marco


2 Commentaires

LE VIN DE MES AMIS (volet 2)

lvdma

Le Vin de mes Amis, un petit salon de producteurs de vins vivants sélectionnés par Charlotte Sénat (domaine Jean Baptiste Sénat en Minervois), réservé aux  professionnels, mais ouvert aux amateurs. Depuis 2004, Charlotte réunit un groupe d’amis vignerons ayant une même philosophie de travail, plus de 80 exposants cette année, et un millier de participants. Le droit d’entrée est de 10 euros, le verre Italesse est offert, ainsi qu’un accès au buffet, qui vaut le détour. Ça n’est pas tout à fait le même style que les Affranchis, le lieu d’abord, beaucoup plus chic, puisqu’il se tient au Domaine de Verchant à Castelnau le Lez, l’assistance ensuite, elle y est beaucoup plus nombreuse, c’est le plus fréquenté des OFF, les vignerons enfin, un peu moins natures, et un peu plus « Stars »,  il est souvent difficile de les rencontrer ailleurs. Bravo à Charlotte, pour la sélection et la qualité générale de sa manifestation ; et quand j’entends les visiteurs se plaindre parce qu’il y a la queue au buffet, franchement, je trouve ça déplacé ! C’est certainement le seul salon où l’on peut se restaurer  aussi bien et à ce prix. Que les grincheux laissent leur place ! S’il est vrai qu’il y a parfois un peu trop de monde et qu’il faut jouer des coudes pour déguster, l’ambiance détendue, l’atmosphère très conviviale fait qu’on n’y prête que peu d’attention. Ici non plus, je n’ai pas pu faire le tour de tous les vignerons présents, mais comme je suis restée diner le soir, j’ai quand même eu accès à un maximum de vins. Comme chaque année, ils étaient tous là nos amis vignerons, les prestigieux comme les nouveaux

Dans les  découvertes :

  • Emmanuel et Bérénice Ruppert, Champagne Ruppert Leroy.

Bénédicte Ruppert et son mari Emmanuel Leroy ont hérité d’un vignoble Bio de 4 ha, situé dans l’Aube, plus précisément à Essoyes. Ils l’ont converti à la biodynamie et proposent 6 cuvées, Fosse-Grely Brut Nature, assemblage 50% Pinot Noir, 50% Chardonnay (40€), Papillon Brut Nature pur pinot noir, Les Cognaux Blanc de Noirs Brut Nature (44€), et Martin-Fontaine Blanc de Blancs Brut Nature(48€) qui portent le nom de parcelles, un Rosé Saignée des Cognaux Brut Nature(49€) saignée de pinot noir, et enfin la Cuvée 11, 12, 13… assemblage de Chardonnay et Pinot Noir de toutes leurs parcelles, cuvée perpétuelle des millésimes 11,12,13 et 14.

Des champagnes Nature, puisque sans addition ou presque de SO2, du pressoir à l’embouteillage. Leur philosophie : une cuvée par année en séparant les parcelles ; à l’heure actuelles sont disponibles les cuvées de la récolte 2014. J’en ai gardé une impression générale de champagnes friands, très fruités marqués par une belle vinosité, la bouche est aérienne, fringante, la bulle est crémeuse, la longueur tient,  jolie découverte, mais ils ont déjà plus de demande que de bouteilles disponibles.

  •  Champagnes Clandestin, présenté par Bertrand et Hélène Gautherot et Benoit Doussot 

Ils sont partie prenante dans ce champagne, en association avec Benoit Doussot, futur gendre de la famille, selon ce que j’ai cru comprendre. L’entreprise CHAMPAGNE CLANDESTIN a été créée en janvier 2017, donc tout récemment.  J’ai gouté une cuvée  parcellaire, récemment dégorgée, « Les Semblables » qui réunit les raisins de vignes de plusieurs producteurs de la région avec le même terroir, la même exposition… Des raisins « semblables » donc pour une cuvée très prometteuse. A suivre de très près. Elle sera 30%moins chère que la cuvée Fidèle.

20170130_162709

J’en ai profité pour gouter Textures 2014, la nouvelle cuvée de Vouette & Sorbée: 100 % Pinot blanc, elle a été élevée 3 mois en futs et 7 mois en amphore géorgienne enterrée, impressionnante ! De la finesse avec beaucoup de fraicheur et de caractère. PVP 65€

champagne-vouette-et-sorbee-textures

  • Sylvain Pataille, Marsannay.

On parle beaucoup de lui, il est presque devenu incontournable à Marsannay, il conduit ses 14 hectares  en agriculture biologique certifiée, et il propose plusieurs marsannays. J’ai gouté le soir à table la cuvée Clos du Roy 2008, je l’ai trouvée remarquable, d’une grande finesse, droite, savoureuse et d’une très belle pureté aromatique. Très beau vin.

20170130_224912

  • Patricia Brongo et Jeanine Moraza, bodega Moraza, 

Nous voici dans la Rioja Alta, à San Vicente de la Sonsierra, 18 ha en Bio sur différentes parcelles, je n’ai pas gouté leur blanc 4 Caminos de Viura, mais les cuvées de Grenache non boisée et de Tempranillo, j’ai préféré le Grenache. Je n’ai pas vraiment été convaincue par ces vins, il faudra que je les goute à nouveau avant de porter un jugement définitif.

  •  Bières Alarik,

Une brasserie artisanale bio située au cœur du Languedoc, entre Montagne Noire et Méditerranée. Jean-Olivier Rieusset Bonfill et Sébastien Alary ont ouvert leur brasserie en avril 2016, ils proposent : une blonde bio 5%, légère et fruitée ; une ambrée bio 5,5% ronde avec une pointe d’amertume ; une blanche bio 4,5%,   une brune bio 7,5%, une double bio 7%, je n’ai pas gouté ces trois dernières, trop de bousculade. Elles sont toutes élaborées avec de l’eau, du malt, des houblons biologiques et de la levure : c’est tout. Bonne impression générale.

20170130_165706

Parmi les habitués, je n’ai pas manqué de faire une halte :

  • Chez Jacquesson

Des coups de cœur permanent  pour ces champagnes très complexes, fins, tendus et vifs.   Tandis que Jean-Hervé me faisait découvrir la 739, l’assemblage comprend 57% de chardonnay, 21% de pinot noir et 22% de pinot meunier. Les vins de réserve comptent pour 31%. Dans un style vineux tout en finesse et en élégance, racé, structuré, frais, d’un très grand équilibre. En prime, beaucoup de personnalité, je suis une inconditionnelle !

  • Chez Michèle Aubéry et Maxime Laurent,

Je m’y suis délectée, symbole des vins nature, Michèle  et son fils offrent des vins francs, droits et éclatants de fraicheur.

  • Mention spéciale  pour Thomas Pico et ses chablis, pour Olivier Rivière et ses Rioja, pour les Roussillonnais Benoit et Sébastien Danjou Banessy, pour les Sancerre de Vacheron, les Macon de  Philippe et Cécile Valette , à eux seuls, ils valent le déplacement .

Thomas dont 15 hectares qui ont été grêlés entre 75% et 100%, le reste entre 0 et 30%, une année 2016 sinistrée et pourtant il ne se résigne pas. Il faut le soutenir pour qu’il puisse continuer à nous fournir des chablis purs, séveux, vivifiants,  différents de la plupart de  ceux que l’on trouve sur le marché.

Olivier Rivière, présentait ses Rioja. Depuis le début, j’ai aimé son style, je sentais qu’il allait nous étonner,  ça se confirme millésime après millésime, son  Blanc Jequitiba 2015, maccabeu et grenache m’a enthousiasmé. Toutes les cuvées de rouge sont très réussies : très fruitées, racées, gourmandes, fraiches, si peu sur l’élevage, elles n’ont rien à voir avec les Rioja traditionnels.

20170130_211516

Quant aux frères Danjou, installés à Espira de l’Agly, leurs vignes sont plantées sur des  terroirs exceptionnels (schistes noirs, argiles purs et sols argilo calcaires), travaillées selon les principes de la biodynamie et vinifiées de manière parcellaire ; ça donne des vins éclatants , profonds et complexes.Que du bohneur!

20170130_153830

Les rouges au fruité éclatant comme les blancs purs et élégants, tendus et vifs, du domaine Vacheron étaient superbes. Leurs Sancerre sont devenus des incontournables de l’appellation. Chez les Valette, je voulais gouter la cuvée ET POURTANT en Vin de France, que je ne connais pas encore mais je suis arrivée trop tard: il n’en restait plus. Victimes de leur succès, mais  ça ne les a pas  empêchés de m’offrir  un accueil chaleureux

  • Enfin, je n’ai pas  résisté  au plaisir de m’arrêter  chez nos amis de la Loire, et d’ailleurs .L’Esprit de Loire régnait  chez Catherine et Pierre  Breton,  chez Bertrand et Lise Jousset,  chez Thierry Michon, tandis que chez mon « vieil ami » Vincent Cantié nous  avons refait le monde; j’ai terminé mon tour de salle chez Charlotte et Jean-Baptiste Sénat,  et chez Robert Plageoles  oú, j’ai replongé le nez dans mon  verre pour la dernière étape de la journée.

20170130_165400

Sans oublier tous les jeunes qui assurent la relève avec brio, comme chez Arena, même si leurs vins de Patrimonio sont sublimes, ils ne nous font pas oublier les parents.

Bien sur j’aurais voulu  pouvoir tout gouter, mais on sait bien que c’est impossible,  j’étais même loin du compte,alors, je me suis promis que l’an prochain, je m’organiserai mieux, je n’irai pas voir toujours les mêmes.

A la fin de la journée, les vignerons s’étaient relachés, l’ambiance était décontractée, amicale, on  s’est retrouvé autour d’un verre pour l’apéritif, quel véritable plaisir que de pouvoir échanger des impressions avec eux.  Pendant le dîner qui a suivi, les  vins circulaient de table en table, à un rythme très soutenu, trop à mon gré, j’ai regretté de ne pouvoir les gouter tous, mais j’ai mes limites et je préfère les respecter, de cette façon, je respecte aussi les vins. L’ambiance était à la Fête, encore un moment privilégié,  je n’ai pas eu l’impression d’avoir fait une course à la dégustation comme les autres années et, en plus, je n’aurais pas besoin de faire des choix . Que du bonheur!
Une journée bien remplie, j’avais la tête pleine de vins, je ne remarquais plus tellement ils étaient aboutis que la plupart d’entre eux étaient  à contre-courant des grands classiques. 

Beaucoup de grands vins, oublions les autres.

Hasta pronto,

MarieLouise Banyols

 


19 Commentaires

Quand les mots manquent (Graham’s Vintage Port 1980)

Il y a des vins devant lesquels les mots vous manquent. Ou en tout cas, expriment mal la profusion de ce que l’on ressent.
Ce fut le cas, pour moi, avec ce Porto Vintage 1980 de la Maison Graham, dégusté à l’Abadia Retuerta, lors du colloque sur le terroir dont je vous ai parlé ici même.

Ce qui m’a frappé, d’emblée, dans ce Porto, c’est sa jeunesse. Comme d’habitude, j’ai commencé à noter mes impressions du nez – pivoine, agrumes, cerises, pruneau, et puis j’ai arrêté, car tout se bousculait. La bouche, longue et veloutée, pas trop alcooleuse, reprenait toutes ces saveurs; le sucre me paraissait formidablement bien intégré. Et puis j’ai jeté l’éponge (ou plutôt le clavier).

Ce Porto-là est fait pour boire, pas pour déguster. Alors je l’ai bu.

 

graham

 

Hervé Lalau


1 commentaire

Congratulations – David Guitton on first French vineyard-starred restaurant

david-guitton

David Guitton, owner chef of
La Table de la Bergerie

Last week Michelin launched their 2017 Red Guide. Amongst the new stars was La Table de la Bergerie in Champs-sur-Layon (Anjou), which is attached to the excellent Domaine de la Bergerie.

Although it is common in wine regions like Australia and California to have restaurants attached to wine estates, it is rare in France. It is even rarer that such a restaurant has a Michelin star. You could argue that Château Cordeillan-Bages in Pauillac is similar as it is close to Château Lynch Bages and is also owned by the Cazes family. However, it isn’t actually attached to Lynch-Bages, which is some 450 metres away and currently the restaurant doesn’t have a Michelin star.

David is married to Anne Guigniard, who together with her father, Yves, runs the 36 ha Domaine de la Bergerie making a very fine range of Anjou wines including Savennières and Quarts de Chaume.

Born in Saint-Nazaire David had wide experience before starting La Table in 2009.  He worked in Washington DC (USA), in Zurich and Lausanne (Switzerland) as well as in London and Monaco where he worked for Alain Ducasse and Joël Robuchon.

I have been lucky enough to eat on a number of occasions at La Table de la Bergerie. The food is always delicious and David is a very talented chef. A visit to La Table de la Bergerie is highly recommended. The menus include the option of matching the dishes with wines from Domaine de la Bergerie. The restaurant is small so booking is essential.

La Table de la Bergerie, 49380 Champ sur Layon – Tél. 02 41 78 30 62

img_0249

img_2763

Jim Budd