Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


1 commentaire

A Bordeaux outing

The starting point: an informal tasting of some 1998’s at Château Soutard

It’s been a while since I last decided to make a short trip into a wine region in a fairly improvised manner, by which I mean with no particular plan and just the idea of having fun and learning something. After a couple of days teaching groups of MBA students at the INSEEC school in Bordeaux, and thanks to an invitation from Château Soutard in Saint Emilion, this short trip started in the evening with this very enjoyable and interesting tasting of 6 wines from the 1998 vintage, 5 of them from the Bordeaux right bank, plus a sort of joker from Australia, Penfolds Bin 707, a pure Cabernet Sauvignon. No notion of competition here, just the pleasure and interest of tasting, semi-blind, the wines shown below. Only the Bin 707 was served from an uncovered bottle, the others were served in decanters.

Château Soutard has been magnificently restored by its new owners, La Mondiale, since 2006. It certainly helps to have a solid budget available when restoring one of the region’s finest houses! The idea of this tasting germinated during an informal discussion a few weeks ago between Véronique Corporandy, cellar-master at Soutard, Thomes Duclos, the estate’s consultant enologist from Oeno Team, Ludovic Martin, a wine merchant from Saint Emilion, and myself. I said that I would bring a different 1998 as a contribution and I was lucky enough to get my hands on a bottle of Penfolds Bin 707 for the occasion. They wanted Grange 1998, but it seems pretty much unattainable these days and in any case I thought that it made more sense to bring a wine made with a Bordeaux grape variety. For the tasting during dinner organized thanks to M et Mme de Villaines, the hosts at Soutard, we were joined by Olivier Brunel, the estate’s vineyard manager.

The wines, apart from the Australian, were all from Saint Emilion and Pomerol. The idea was to see how each had fared over almost 20 years since their vintage, and what they tasted like now. I won’t give you any long tasting notes here for two reasons. Firstly, as I said, this tasting took place during dinner and I don’t find it easy to make detailed notes on such occasions. Secondly I tend to find such long notes rather fastidious, too personal and, finally, not very useful. I will just mention the general profile of the wines with some other comments. The order of these notes corresponds to the order of service. As I have already said, the first five wines were served blind.

The wines in their order of serving, from left to right

Cadet Piola 1998, Saint Emilion

Pronounced aromas of plums and prunes, still quite intense with some tannic presence and good freshness. A pleasant surprise.

Larmande 1998 (magnum), Saint Emilion

Very pleasant and softish nose, still edged with its oak upbringing. Fine, with good fruit character and some power behind that. The magnum surely makes it seem younger than its age and confirms the feeling that wines for long keeping should be bought in large bottles when possible. I have some magnums of the 1986 vintage from this estate and I think that I should be opening them soon.

Lafleur 1998, Pomerol

This is a lovely wine, with enormous finesse and was clearly my favourite of this tasting (and that of many of the other tasters also I think).  Very fresh and elegant, fine and long on the palate. An extremely stylish wine, quite delicious to drink now. It has that lift and delicacy that I cannot remember tasting in any other Pomerol apart from Vieux Château Certan. But I am not a specialist on Pomerols (or on much else for that matter!).

Soutard 1998, Saint Emilion

This was a disappointment. Rather oxidized and tired. The new owners would surely not have produced this!

La Fleur Petrus 1998, Pomerol

Quite rich but rather more ordinary than La Fleur, the other Pomerol in this series. It has aged well however and will clearly last for longer.

 Penfolds Bin 707 Cabernet Sauvignon, South Australia

This bottle was closed, perfectly it must be said, with a cork. It shows more density, warmth and intensity of fruit flavours than all the others. Still very young and, comparatively speaking, on the massive side. Could easily last for another 20 years and would be my choice if one was looking at that perspective.

Stage 2 : across the water to Dompierre in the Médoc

The next day I had decided to visit an old acquaintance, Michel Aroldi, whom I had not seen since a memorable tasting and evening at Château Plein Point in Fronsac back in 2007 during Vinexpo, together with a bunch of his winemaker friends including the late, lamented Didier Dagueneau. Aroldi has since sold his Fronsac estate, partially because he wanted to make wines from Cabernet Sauvignon (so maybe I should have taken the Bin 707 to him?). So he moved across the estuary and found an otherwise run-down estate but with a fully restored dwelling house near Saint Laurent, with 11 hectares of vines that are spread between three appellations: Médoc, Haut-Médoc and Pauillac. Michel is largely self-taught and pretty inventive in terms of wine making so I was very curious to see what he has done with his beloved Cabernet.

Michel Aroldi in some of his vines, with a view of the Gironde estuary in the background

The man has firm ideas about what he wants from a wine, and these are based around one essential ingredient: the quality and ripeness of its fruit flavours. To achieve this he works with a number of guiding principles. The soils are tilled and only organic fertilizers are used. The vines are pruned low and bunches never receive any sprays. Grapes are hand-picked into 10 kilogram boxes before being transported to the winery in refrigerated trucks at 3°C and then cold-stored before sorting on modern sorting tables after de-stemming. Both fermentation and ageing take place in oak vats (no stainless steel tanks or barrels are used) which are renewed every four years on average. CO2 is extensively used to avoid any oxidation and to reduce sulphur input. This also creates a pressurized environment during fermentation to avoid pumping-over. The pressure makes the juice bubble up to the top of the vat by itself and the cap is maintained within the juice by a loose grid and a slightly conical shape to the wooden vats. Only yeasts present in the cellar are used. Pre-bottling holding tanks are of concrete and are temperature controlled, causing cold precipitation of soldids and thus avoiding both fining and filtering. Sulphur levels are minimal.

His vineyard plots are spread out, deliberately he says, in oder to find the best in each appellation. One of the proofs of their good situation is that they escaped frost damage in 2017, due to the proximity of his vines to the Gironde estuary.

Once again, I cannot at this stage write detailed tasting notes as we tasted the wines during a delicious lunch of pigeon breasts, but I can give a general idea or two of the style. Three wines are produced: the Medoc, from 2015 onwards, is called Les Charmes Dompierre, the Haut-Médoc, La Croix Dompierre and the Pauillac, Dompierre.

Les Charmes de Dompierre 2015, Médoc

(retail price around 12 euros. 60% Cabernet Sauvignon, 40% Merlot)

Good fruit, already very drinkable without any invasive tannins which seem, on the contrary, very well integrated. It has the warm feeling of wines from this vintage that helps in its charm without being in any way too much.

La Croix Dompierre 2014, Médoc (this wine will be a Haut-Médoc as from 2015)

(retail price 20 euros. 85% Cabernet Sauvignon, 15% Merlot)

I did not make any notes for this. Sorry!

Dompierre 2013, Pauillac

(retail price 50/60 euros. 100% Cabernet Sauvignon)

What a performance to make this in 2013! Full-bodied and yet very fresh, glorious fruit and perfect balance. Must be one of the best wines from this region and vintage that I have tasted.

I must admit to another shared passion with Michel: Italian motorcycles. Both of us are riders and also past and present owners of various models of Moto Guzzis and Ducatis. I am currently pondering an Aprilia if I can sell my Norton Commando. Any offers out there?

This was a very promising introduction to these wines and I look forward to tasting them in more detail and with more attention in the future. I would recommend anyone to look out for them as they are clearly boxing some way above their respective categories!

Oh, and it rained all the time I was down in and around Bordeaux, almost for five days solid. By all accounts the water tables, which were dangerously low, have been restored. Driving along vineyard tracks between the bleak stumpy vines, winding my way back to the estuary from Saint Laurent, the water in the ditches was almost up to the tracks in many places and I had some fun slaloming between the potholes. Everyone in the vineyard is now hoping for a good shot of cold weather and praying that the frosts do not come later again.

David Cobbold


Poster un commentaire

Pas de commentaire non signé

Sur ce site, chaque auteur a son jour: le lundi pour David, le mardi pour Jim, le mercredi pour Hervé, le jeudi pour Marie-Louise et le vendredi pour Marc. Les articles publiés les autres jours portent toujours la signature de leur auteur, qu’ils fassent partie des 5 ou qu’ils soient leurs invités.

Chaque auteur prend donc la responsabilité de ce qu’il écrit.

Nous demandons à ceux qui déposent des commentaires sur ce site d’en faire de même. Et nous éliminons systématiquement les commentaires non signés ou signés d’un pseudo.

Pour Les 5 du Vin

Hervé Lalau


1 commentaire

Un Corbières avec votre tête de veau?

Le 21 janvier, c’est la date de l’exécution de Louis XVI.

Traditionnellement, ce jour là, les Républicains les plus affamés mangent de la tête de veau (couronnée); ceci, en mémoire de la présentation de la tête du ci-devant roi au public enthousiaste réuni sur la place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde), le 21 janvier 1793. Tout un symbole.

Mais que boivent-ils avec ce plat? Je propose un Corbière(s) de coopérative.

En effet, pour l’occasion, Alexis Corbière (historien et insoumis) nous souhaite bon appétit. C’est à lire ICI

Pour la concorde, évidemment, on repassera.

Hervé Lalau


3 Commentaires

In Memoriam Paul Bocuse

Paul Bocuse est décédé ce samedi 20 janvier à l’âge de 91 ans.

Né à Collonges-au-Mont-d’Or, près de Lyon, Paul Bocuse était tombé tout petit dans le chaudron de la cuisine, à l’abri des fourneaux de l’Auberge du Pont de Collonges, l’établissement familial sur lequel régnaient ses parents Georges et Irma.

Cuisinier inspiré et homme d’affaires avisé, Paul Bocuse avait bâti un véritable empire culinaire; porte-drapeau de la cuisine française, il avait reçu de nombreuses récompenses – on l’appelait le Pape de la Gastronomie.

Comme tous les grands chefs, il s’intéressait au vin, et notamment au Beaujolais, qu’il utilisait dans sa cuisine et dont il signait des cuvées.

Nos condoléances à ses proches.


10 Commentaires

Plateau de chèvres et rouge provençal

Je suis dans ma période des mariages heureux, je parle des alliances mets et vins, parfois plus sûres que les rapports humains. Et pour aujourd’hui, rouge de Provence et chèvres en tout genre. Pas de rosé provençal qui apparaît sur nos tables dès les premières chaleurs estivales, nous rappelant les vacances au soleil ou nous y emportant avant l’heure. Car n’oublions pas que la Provence, c’est aussi un peu de blanc et un peu plus de rouge, dont quelques références valent le détour. En voici une…

La Gourmande 2011 Côtes de Provence rouge du Château Les Valentines

Grenat noir, le nez sombre comme le cacao et l’olive, la bouche à l’image de son terroir, riche et complexe, mélange de garrigue et d’iode, de fruits noirs et d’éclats de pierre chaude. Les tanins bien mûrs donnent du coffre, le sud le surcroît capiteux qui les rend soyeux.

Assemblage de 3 X 1/3 Syrah, Cabernet Sauvignon et Mourvèdre fermentés en cuves de chêne français de 80 hl, élevés 18 mois en demi-muids de 600 litres.

Le Château Les Valentines plante ses vignes à La-Londe-les-Maures sur la côte près d’Hyère. Le sol de schiste confère aux vins une structure solide attendrie par la maturité du raisin. Le domaine qui existe depuis le début du 19es a longtemps porté sa récolte en coopérative. C’est en 1997 que Pascale et gilles Pons ont repris le domaine qu’ils ont bien développé. Il compte aujourd’hui 35 ha entourés de pinèdes et de garrigue avec vue sur mer. www.lesvalentines.com

Voici ce fier rouge en compagnie de non moins fiers fromages de chèvre. Et pourquoi des chèvres ? J’ai toujours trouvé qu’outre les vins blancs, les vins rouges bien choisis offraient d’agréables combinaisons avec la plupart des pâtes d’origines caprine. Comme avec …

Le Picodon de la Drôme et de l’Ardèche AOP

 

Fromage de chèvre au lait entier, à pâte molle blanche ou jaune, le Picodon est recouvert d’une croûte naturelle fleurie blanche qui peut se nuancer de bleu. Son nom d’origine occitane signifierait ‘piquant’. Il dégage une légère odeur caprine, pique un peu sur la langue et offre une agréable saveur de noisette, de rose et de lavande. Sa texture fine et grasse apporte un confort de bouche plaisant.

Accord

Un mariage délicat pour le Picodon, heureusement chacun apporte la moitié de la dot. Léger minéral tactile tapissé de gelée de cassis et capiteux caractère rafraîchi de la fragrance suave des roses et des lavandes.

Le Pouligny Saint Pierre AOP

Issu de la vallée de la Brenne, contrée paisible arrosée par la Gartempe, la Creuse et l’Indre, le Pouligny reflète ce territoire peu étendu de la partie occidentale du Berry. Le microclimat, hivers doux et influence océanique marquée, favorise la flore particulière qui y pousse, cerisiers, sainfoin, landes, tout à fait propice à l’élevage des chèvres. Ces dernières, de race alpine, au poil ras et marron, y donnent un lait riche et parfumé, saveur que l’on retrouve dans le Pouligny. Grande pyramide à base carrée de 9 cm de hauteur surnommée parfois ‘Tour Eiffel’, elle mélange au sein de sa pâte fine des arômes de bonbon au miel, de cailloutis calcaires et de fleurs jaunes. Sa croûte peut se piquer de bleu.

Accord

Avec le Pouligny Saint pierre, la langue sursaute à l’amer, puis se familiarise avec le bitter pour ne plus penser qu’aux confitures de fruits rouges et noirs, aux épices douces, à la pâte d’olive noire qui accepte le minéral et en fait une tapenade.

Le Mâconnais AOP

Il peut se fabriquer avec du lait de vache ou de chèvre, voire avec un savant mélange des deux. On le désigne parfois sous le nom de Chevreton de Mâcon. Cône tronqué de 3-4 cm de haut, de 4-5 cm de diamètre, il arbore une croûte ivoire piquetée du velours bleuté des moisissures, ces dernières participent à l’affinage de sa pâte. Très élégant, la texture très fine, il goûte le champignon des bois, le foin coupé, la feuille de tilleul et les épices douces.

Accord

Des liqueurs de fruits et de plantes se distillent dès le Mâconnais mis en bouche. L’onctuosité du fromage assouplit l’angle encore un rien perceptible des tanins. Un accord aérien et racé.

Le Persillé de Tignes

Le Persillé de Tignes s’élabore par un petit nombre de producteurs, il est devenu rare. Fromage à pâte tendre, issu d’un caillé recuit qui rend la pâte friable. Si on la piquait, elle deviendrait bleue comme celle du Roquefort. Après six mois d’affinage, il se couvre de moisissures blanches et bleues. Son goût âpre à la première bouchée s’équilibre d’une impression sucrée, puis viennent les parfums d’artichaut, de pierre humide et de chair de citron. Il apparaît comme un gros cylindre d’une dizaine de centimètres de diamètre pour une hauteur similaire.

Accord

Au contact du Bleu de Tignes, le provençal devient tout sucre et ressemble à s’y méprendre au pinot noir qu’on trouve en Valais, ça c’est marrant ! D’ailleurs, le fromage en rie tellement que ça met le feu aux poudres !

Le Banon AOP

Le Banon se présente emballé dans un pliage de feuilles brunies de châtaignier. Il se mange affiné à cœur, à la limite du coulant. Tâtez-le avant de le déshabiller, une petite pression entre deux doigts apprend beaucoup sur son intimité. Pour le manger, il faut découper le dessus des feuilles comme un couvercle et le déguster à la petite cuiller. Son affinage particulier, anaérobique, lui confère des caractéristiques particulières, odeur forte, un peu acide, caprine et végétale humide, comme une variation de feuille de tabac mélangée de châtaigne cuite et de noisette, goût de thym et de genévrier auxquels s’ajoute une persistance minérale de silex.

Accord

Douceur des tisanes prises au coin de l’âtre, un peu de crème s’encanaille d’épices, une atmosphère sereine envahit l’espace, le Banon se lit à feuilles ouvertes et ses histoires dressent parfois les papilles sur la langue.

Le Chevrotin des Aravis AOP

Le Chevrotin des Aravis ressemble à un petit Reblochon au lait de chèvre. Fabriqué au lait cru entier dans les alpages de Haute Savoie, il possède une croûte orangée, une pâte fine et moelleuse au goût délicieux de lait à la chicorée, de caramel mou, de chocolat, de cacahuète grillée et de noisette. Ce fromage à croûte lavée est saisonnier, il ne se trouve que pendant la période estivale.

Accord

Accord frais et plein de politesse, le Chevrotin des Aravis pourtant fort en goût s’efface devant le vin, et inversement. Mais, les amabilités ont une fin et l’union se consomme avec une délicatesse exquise.

Le caractère solaire, gras et capiteux du vin permet un accord assez facile avec nombre d’acteurs du plateau. Mais, l’association vins rouges et fromages reste difficile. Avec les fromages de chèvre, les rouges du sud semblent mieux réagir que leurs cousins plus nordiques. L’alcool, la rondeur des tanins, le fruit absorbent mieux la constante fromagère, gras et salé.

 

Ciao

 

 

Marco


3 Commentaires

Deux cuvées de haute volée – Bourgogne & Champagne

Tant que je prendrai du plaisir à déboucher des bouteilles et surtout tant qu’elles me surprendront «en bien», je continuerai dans le monde du vin. Le jour où l’indifférence m’habitera, ce jour là, je rendrai mon tablier. La semaine dernière, j’ai particulièrement aimé 2 flacons, très différents l’un de l’autre, mais  n’est-ce-pas là que réside tout le charme ?

Deux cuvées sans tapage médiatique, mais de très haute intensité !

Domaine de Villaine Bourgogne Côte Chalonnaise « Les Clous Aimé » 2015

Le domaine De Villaine

Cette  grande personnalité du paysage bourguignon, Aubert de Villaine, l’homme à la tête du Domaine de la Romanée-Conti, a racheté avec son épouse Paméla, ce domaine à Bouzeron en 1971. IL y a introduit les mêmes méthodes qu’au DRC : vignes conduites en biodynamie, vinifications naturelles, raisins cueillis et triés à la main.  Leur neveu, Pierre de Benoît, a repris les rênes du domaine en 2002, et y applique la discipline de travail à la vigne transmise par son oncle, en recherchant la maturité optimale et, forcément, le résultat est à la hauteur des espérances. Le Domaine figure parmi les productions les plus sérieuses de la Côte Chalonnaise.

Le vin : Les Clous Aimé 2015

Les Clous Aimé ne sont pas une nouvelle référence du domaine, ils succèdent au Bourgogne Côte Chalonnaise les Clous à partir du millésime 2012. La mention « Les Clous Aimé » étant le nom d’origine du climat, et, fait référence à ce que les anciens du village disaient lorsqu’ils se rendaient dans ces vignes de chardonnay: «Nous allons dans les clous !»

Le vin est issu des mêmes vieilles vignes situées  sur un des coteaux du vallon de Bouzeron, un terroir à dominante calcaire. « Orientées au Sud, où, en été, le raisin mûrit à l’abri du vent du Nord , elles sont plantées de sélections du cépage Chardonnay choisies pour leurs rendements modérés. Récoltées et triées à la main, les baies sont disposées entières en pressoir pneumatique pour y subir un pressurage lent et doux. S’ensuit des fermentations spontanées en cuves, foudres et fûts de chêne. Elevage de 10 à 12 mois en fûts et foudres de bois. »

Les vins du domaine de Villaine sont très compliqués à se procurer en France, ils sont souvent épuisés, d’autant que le prix reste très accessible. En Espagne, le domaine est moins connu, on trouve plus facilement des bouteilles, alors c’est vrai, quand j’en trouve une, je ne résiste pas et, je suis toujours très impatiente de la déboucher ! Sans pour autant faire le parallèle avec les vins mythiques de la DRC.

Je n’ai pas été déçue, bien au contraire, un grand moment de plaisir. Alors que les blancs 2015 sont très hétérogènes et manquent souvent de tension, les Clous Aimé montrent une juste maturité, l’expression du chardonnay y est pure et pleine à la fois. Il présente une jolie robe à la teinte jaune clair, légèrement dorée. Le nez frais et bien minéral, affiche une pureté exquise! Il évolue vers des notes de fleurs blanches, aubépine, chèvrefeuille, mêlées de fruits secs et des notes d’agrumes. Mais, il est encore jeune, il a besoin de temps pour exprimer davantage de complexité dans ses arômes. Il est bâti pour la garde, mais tel qu’il est, ce blanc fait d’élégance minérale et, porteur d’un équilibre subtil, s’exprime avec franchise, et sans esbroufe. La bouche est tout à la fois dense et vibrante, avec une belle maturité de fruit ce qui la rend ample et onctueuse. Belle persistance finale pleine de fraîcheur.

20180107_141954

Même s’il est taillé pour la garde, il est d’ores et déjà très plaisant.

Il faut le servir entre 11 et 12 degrés pour qu’il se dévoile lentement, avec des poissons, des viandes blanches  et certains fromages légers.

20180107_142001

Il offre un formidable rapport prix-plaisir: 20,00 € TTC

Champagne André Clouet Silver Brut (zéro)

La Maison André Clouet

Je ne connais pas cette Maison de Champagne, mais j’ai demandé à l’importateur espagnol qui la distribue et qui est un ami, de m’expliquer son choix : il cherchait un vigneron (ils sont nombreux à l’heure actuelle, les talents ne manquent pas), mais il s’est arrêté chez André Clouet chez qui il a trouvé des champagnes à forte identité, qui avaient une âme et qui reflétaient l’idée qu’il se faisait du Grand Cru de Bouzy.

S’il explique que le style «ancien régime» des étiquettes est un hommage au fondateur de la maison, le site du domaine ne parle pas beaucoup des actuels propriétaires, sauf pour dire que «  plusieurs générations ont façonné ce domaine par la transmission successive non seulement de terres mais également de savoir-faire. Chacune d’elle a apporté sa pierre à l’édifice afin de témoigner de sa fierté de mettre en lumière les terroirs d’exception de Bouzy la maison est aujourd’hui dirigée par, Jean-François Sanz Clouet, de père espagnol, il compte sur le soutien de son frère Pierre. » Par contre on y apprend qu’il  a fallu plus de deux siècles et plusieurs générations de Clouet pour obtenir des parcelles de vigne dans le terroir de Bouzy, qui restent aujourd’hui dans les mains de la famille de son fondateur. Ils possèdent  9ha de vignes Grand Cru à Bouzy, répartis en une fabuleuse mosaïque de parcelles : “Les Petites Brousses”, “Les Hautes Brousses”, “Les Vaudayants”, “Les Ramoniers”, “Les Ronsures”, “Les Cercets”, “Les Gouttes d’Or”, “La Croix”, “Les Varnets” et “Le Village” sont les plus reconnues.

Le Champagne André Clouet silver brut (zéro)

Il m’a été proposé par ma fille et ce fut une jolie découverte !

C’est donc un Blanc de noirs : 100% Grand Cru pinot noir cultivé sur un seul site de Bouzy fermenté dans des fûts de chêne neutres et non dosé, afin de préserver la pureté du pinot noir de Bouzy !

La robe est en or pâle. L’effervescence est active et les bulles sont d’une grande finesse et élégance.  En bouche, l’absence de dosage révèle des notes de fruits mûrs et marque le style de ce champagne : une cuvée axée sur la fraîcheur et la vinosité, étincelante de fruit et de finesse. Sa trame structurée, sa richesse et sa longueur sont résolument vineuses. Sa finale est bien entendu très sèche soulignée par une minéralité tonique et des notes mentholées. Pur, puissant, c’est résolument un vin pour amateur éclairé.

Pour un Grand Cru, le rapport qualité/prix  reste bon : 31,90 €

Hasta pronto,

Marie-Louise Banyols

 

 


8 Commentaires

Crus Bourgeois : c’est reparti !

Après l’annulation du classement de 2003, suite aux recours de certains exclus, le classement des Crus Bourgeois avait dû se relancer sous une forme réduite:  seule la seule mention Cru Bourgeois était encore attribuée, et pour un seul millésime (et ce, sous le contrôle du Bureau Veritas).

Mais grâce à la validation de leur dossier par les autorités françaises (décret du 4 janvier 2018), un nouveau classement, prévu pour 2020, permettra de renouer avec la tradition des trois mentions: «Cru Bourgeois, Cru Bourgeois Supérieur et Cru Bourgeois Exceptionnel».

Ce nouveau classement, dont on nous dit que les conditions ont été « bétonnées », juridiquement, sera attribué pour 5 ans.

Critères retenus : dégustation à l’aveugle de plusieurs millésimes, respect de l’environnement et traçabilité.

Deux remarques de mon… cru (non bourgeois):

  • Primo, les différentes AOC du Médoc ne sont-elles pas en elles-mêmes des garanties du respect de l’environnement? N’est-ce pas dans leur cahier des charges?
  • Secundo, comment peut-on garantir par la dégustation la qualité d’un millésime postérieur à l’attribution de la mention ? Admettons qu’un Château soit classé Cru Bourgeois Exceptionnel en 2020, pour cinq ans, mais que le millésime 2023 soit exécrable? Le consommateur ne serait-il pas dupé, dans ce cas de figure? Pourrait-il lui aussi déposer un recours, comme ont pu le faire les exclus par le passé?

Hervé Lalau