Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

11 Commentaires

The beauty of Sauvignon in Styria (2/2)

This is the second part of an article that started last Monday from the fine Austrian town of Graz (admire the shopfront above in the old town). I should also refer those interested to a series of 3 articles that I wrote (in French) on this same region and its wines from Sauvignon Blanc on this site back in 2015.

First I owe an apology for not checking a fact in my article last Monday. I wrote that Sauvignon Blanc « probably originated in France’s Loire valley and appears to be the result of a spontaneous crossing of Traminer with Chenin Blanc. » This is what the official  documents of  Austrian Wines say, but it is clearly disputed by José Vouillamoz in the admirable collective book Wine Grapes, co-authored by Jancis Robinson and Julia Harding. Vouillamoz is an ampelographer and specialist in DNA analysis, and I would tend to trust his autority on this matter. He says that Traminer is effectively one of the parents of Sauvignon Blanc, but that the other is currently unknown. The relationship between Sauvignon Blanc and Chenin Blanc is that of a sibling, with Traminer being the shared parent.

I think we all can agree that describing a wine by simply naming its variety is just as inadequate as using a region or appellation to provide some form of « identikit » portrait of a wine. Bringing the two together may get us a bit nearer to the truth, although I still shun the term « typicality », which is  one of the three « t » words that I try to avoid whenever possible in connection with wine as their significations are, at best, variable, and, at worst, meaningless (tradition and terroir anyone?)

photo BK Wine

Sauvignon Blanc is a very popular grape variety with consumers in major wine markets, even if it hardly casts a shadow on Chardonnay. Yet it suffers from a somewhat ambiguous reputation with some wine professionals (are you reading this Marco?) who say that they dislike it on the whole. Naturally personal preferences play an essential role in all our esthetic choices, but I do think that one should be careful about making sweeping statements of this kind. I must admit to having fallen into a similar trap on occasion, such as in the case of the variety from Savoie called Jacquère, which I have been known to call « quite un-interesting ». I am sure that there are some good wines of Jacquère and I hope to taste them someday soon! But Sauvignon Blanc is far more widely planted on different sites and in different climates that Jacquère, not to mention the greater number of techniques used in the production of these wines. Hence its diversity is much greater, and saying that one dislikes Sauvignon Blanc is rather like saying that one dislikes the total population of any one country: an unacceptable and simplistic generalization based on limited experience.

Part of the Lackner Tinnacher vineyard near Gamlitz under snow last week

Now, to get back to the particular case of Sauvignon Blanc in Austrian Styria (Steiermark to give it its real name), the style of the good examples of these wines strikes me as being somewhere in between the often highly aromatic one of wines from Marlborough in New Zealand and the very lean and restrained style of the Central Loire wines, of which Sancerre is the best known appellation. Once again, this remark falls fully into the generalization trap, but it is an attempt to provide the reader with some idea as a start and an encouragement to explore these wines. Styrian Sauvignons have plenty of freshness from their altitude-affected cool climate, and yet manage to attain decent to excellent ripeness levels from the combination between good site choice and careful vineyard management. This means that they totally avoid any herbal or grassy character, as much in terms of aromas as textures, and are less severe and sharp in their perceived acidity as many a young Sancerre, as well as being more expressively aromatic. The textural factor is a key element in my personal judgment of a wine and the best Sauvignons from Steiermark excel in this respect since they manage to feel suave without any loss of freshness. Pleasant and stimulating aromas, good mouth-watering freshness and fine, lingering textures are to me three characteristic « signatures » of these wines.

I wrote some comments last week on some of the Styrian Sauvignon Blanc wines that I tasted when I was in Graz and, if you read them, you will see that there were good and less good wines in that set, so I am definitely NOT saying that all Styrian Sauvignon Blancs are good. That would be a form of « fake news ».  In this preceding article, I commented the wines without giving each of them a note as I usually do, and so, following a discussion last week about an article by my colleague Hervé Lalau, I will do so now. To get a fuller picture, you will have to put the two parts together.

Harkamp Sauvignon Blanc extra brut (sparking, méthode traditionnelle): 13,5/20

Maitz, Steirische Klassik Sauvignon Blanc 2017: 15,5/20

Strauss Classic Sauvignon Blanc 2017: 11/20

Riegelnegg Olwitschhof, Sauvignon Blanc Sernauberg Roland 8° 2016: 9/20

Erwin Sabathi Sauvignon Blanc Ried Pössnitzberger Kapelle 2015: 17/20

Gross Sauvignon Blanc Ried Nussberg 2015: the bottle was corked !

Polz, Sauvignon Blanc Therese 2015: 16/20

Frauwaller Sauvignon Blanc Ried Buch 2013: 13/20

Potzinger Sauvignon Blanc Reserve Sulz Joseph 2013: 14,5/20

Muster Sauvignon Blanc Grubthal 2013: 16,5/20

Neumeister, Sauvignon Blanc Stradener Alte Reben 2011: 17/20

Tement, Sauvignon Blanc Zieregg 2011: 15/20

Sattlerhof Sauvignon Blanc Kranachberg Trockenbeerenauslese 2013: 19/20

This last part of this article will concern a single estate that we, as judges at the Concours Mondial de Sauvignon Blanc, were taken to visit. Lackner Tinnacher is a family estate currently managed by Katherina Tinnacher (above) and her father. Situated in hills near the village of Gamlitz, in the Südsteiermark sub-region, its history goes back to 1770 and all the wines produced come from the family-owned vineyards on six different sites. Katherina converted the vineyard to organic farming in 2013. Suavignon Blanc is not the sole variety planted here as Morrillon (Chardonnay) is also important and there are some other varieties.

Just one of the many tasting areas at this beautifully designed and hospitable winery whose wines are as good as the looks

I had visited this estate previously on my last trip to Styria back in 2015, so this was also an opportunity to measure the progress made in many aspects here. And at least one aspect of this progress this was very clear from the outset, with work now finished on the (mainly) internal modernization of the buildings, with the traditional dwelling house now totally and intelligently renovated and dedicated to reception of customers, with ample tasting rooms and a perfect connection to the winery via a cellar to ensure a smooth transition for visitors at any time of the year. Katherina’s sister is an architect and she is responsible for this remarkable work of conversion that shows, as so often in Austria, that all-too-rare combination of respect for traditional architectural forms and materials and successful use of modern design. All of this integrates superbly and the use of wood in furniture and decor, some of which apparently comes from the estate’s own forestry, is particularly remarkable.

My tasting of the Lackner Tinnacher wines (prices given are consumer retail in Austria)

This tasting, that followed a brief visit, was so impeccably organized that I would cite this as an excellent example of how to handle a tasting for a fairly large group (we were around 40 tasters from several countries). Katherina was clear in her discourse, without any undue emphasis but passing the messages about her approach to wine on this estate. We were all seated, the rooms and tables were well appointed and perfectly adapted. The glassware was impeccable and there was a list of the wines printed for every taster with some factual information on each. Plus the wines were served at the right temperature and at the right speed. This combination is sufficiently rare to be underlined.

If you cannot be bothered to read all the tasting notes below, just consider that this producer is highly recommended.

Südsteiermark Sauvignon Blanc 2017 (price around 15 euros)

A blend from younger vines made in stainless steel. Quite firm and fresh. Very good definition with a nice balance between fruit and acidity (15/20).

All the remaining wines, apart from the last one, are from single vineyard plots, which is the approach favoured by Katherina. It is not necessarily the one that I would personally adopt, but it is their wine after all! I did make an improvised blend of two of their 2015 single vineyard wines and found it better than each part. So, it is fashionable to subdivide and speak a lot about « terroir » and « authenticity ». But this does not necessarily make the wines any better.

Ried Steinbach Sauvignon Blanc 2015 (price around 25 euros)

Various soils types and meso-climates cohabit in this vineyard. Intense, almost exotic aromas from this warm vintage. Firmly structured and quite tactile, with excellent balance, it will need a year or two to give its maximum. Very subtle use of oak in the process (16,5/20)

Ried Steinbach Sauvignon Blanc 2001

Interesting to see the ageing capacity of these wines. The nose is rich and tropical in style. Perhaps a bit too much oak, but a good wine with a softer profile than its younger version. Pleasant now and has lasted well but I think that the younger wine will go further (15/20).

Ried Flamberg Sauvignon Blanc 2015 (price around 25 euros)

Limestone soils for this vineyard. This seemed sharper and crisper on the palate that the Steinbach vineyards from the same vintage. Good length and precision. I found that blending the two 2015s in roughly equal proportions was a good compromise and produced a better balance. (16/20 for the original, 17/20 for my blend).

Ried Flamberg Sauvignon Blanc 2014

Apparently a more difficult year on account of rain. Thinner, with edgy acidity and less length. (14,5/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2015 (price around 40 euros)

Stony subsoil with sand and gravel on top. The highest vineyard of the estate, at 510 meters. Still quite closed on the nose and tight on the palate. It has had 18 months in barrels but will need more time in the bottle. A biggish wine with firm structure. Not sure that it is worth the extra money though (16,5/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2013

The vintage was also a good one here. Far more expressive and juicy, at least on the nose, thanks to the extra time in the bottle. But on the palate this is still tight and almost tannic. Power wins over finesse here (15/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2009

Lots of rich tropical fruit aromas here for a wine now fully evolved with lovely satin-like texture and just a hint of bitterness on the finish to give it grip and lift. Lovely wine (17/20)

Ried Welles Sauvignon Blanc 2007

Still very dynamic and has also rounded out with time but it is less expressive and smooth than the 2009

Sabotage (no idea of the price, but the label is the centre one on the photo)

This is a wine made in tiny quantities using skin maceration for 50% of the wine. It is also an association between Katherina and her boyfriend, Christoph Neumeister (another excellent producer from a bit further east), in which each contributes a barrel or so of their wine to produce this cuvée. No sulphur is added. I found the nose rather flat and inexpressive, more vegetal (onions and garlic) than fruity. It has plenty of power and character but I found it rather weird and verging on the unpleasant with a tad too much alcohol as well. Not recommended but there is so little made that you will probabbly not find it anyway.

David Cobbold



4 Commentaires

Châteauneuf-du-Pape, en blanc

Le blanc, à Châteauneuf-du-Pape, c’est à peine 3% de la production. Mais la valeur n’attend pas le nombre des bouteilles! Surtout pas au Clos du Mont-Olivet, dont je viens de déguster le 2011, en blanc.

Quelle symphonie que ce vin! Vous aimez les épices, le laurier, le romarin, le fénugrec, le curry? Il y en a. Vous aimez les fruits secs, l’amande, la noix, la noisette? Il y en a aussi! Mais pas bêtement superposés, non, fondus dans une matière bien grasse, avec en plus la pointe d’amertume, le grain de sel qui vous donne envie du deuxième verre. Et pas mal de fraîcheur pour un vin de 7 ans.

Pas de chance, je n’avais qu’une bouteille et mes invités lui ont fait honneur; pas de deuxième verre, donc.

Rectification: c’est très bien comme ça. Ce genre de bouteilles, il faut les partager. Les faire connaître au monde, et avec eux, deux secrets bien gardés: primo, les Châteauneuf-du-Pape blancs sont aussi grands que es rouges; secundo, ils se bonifient au vieillissement, comme tous les grands blancs.

Alors, bravo Thierry!  Thierry Sabon, le vigneron, bien sûr!

Hervé Lalau

10 Commentaires

Freixenet, c’est (aussi) du Prosecco

Etonnant pour une marque tellement intimement associée à l’appellation Cava (enfin, pour ceux qui s’intéressent aux appellations): Freixenet lance en France un Prosecco; le produit est déjà sur le marché anglais. C’est ce qu’on appelle capitaliser sur la notoriété d’une marque. Ou encore, occuper le terrain.

Verra-t-on un jour un Prosecco Mumm, un Cava Abelé ou un Californian Brut Chandon? Oops, pour ce dernier, c’est déjà le cas, mais sur le marché américain.



2 Commentaires

Rosés au féminin en ce lendemain qui semble sans suite

Hier, on célébrait la journée de la femme; ce qui nous montre le nombre d’inégalités qui ont aujourd’hui comme demain encore de beaux jours devant elles (les inégalités).

Acclamons l’Islande qui, depuis janvier dernier, a instauré une loi qui oblige un salaire égal pour un travail égal. C’est le premier pays au monde. Mais n’épiloguons pas, parlons plutôt de vin et en l’occurrence de trois vins élaborés par « le sexe faible » – ça m’a toujours fait rire (pas les femmes), connaissant quelques amies au caractère bien trempé qui sont loin de l’être, faibles.

Donc trois rosés, une couleur qui représente bien les femmes. Bon nombre de dégustateurs, de professionnels, d’œnologues connus, trouvent que le rosé « c’est pas du vin », qu’ils n’en boivent jamais et ne veulent même pas en déguster, ni d’en élaborer dans le cas de certains flying winemakers. Donc, pour beaucoup, les rosés sont encore, comme les femmes, relégués au second rang de la société.

Pourtant le rosé, c’est l’annonce de l’été, et puis de l’automne quand les feuilles adoptent leur couleur tendre. Et puis, en hiver, il nous rappelle l’été. Arrive le printemps et voici les nouveaux rosés et le cycle est bouclé.

Pas si simple, moi, je préfère boire un rosé qui a une année ou deux de plus, je parle de rosés de belle gamme, cela le rend plus ouvert, plus onctueux, plus harmonieux, essayez !

Rosé rosé rosé

J’étais à Paris ce mercredi (salut Sébastien) pour déguster une soixantaine de rosés provençaux. Ne soyez pas désobligeants, le rosé, j’aime ça, cela n’a ni été une torture, ni une façon de prouver mon abnégation. Parmi les quelques rosés sélectionnés, trois parmi les meilleurs (pour moi) étaient élaborés par des vigneronnes.

En Coteaux d’Aix

Rosé 2017 Château Beaupré Coteaux d’Aix-en-Provence


Pâle comme un pétale de rose, il a le parfum pénétrant des groseilles rouges fraîchement cueillies. Leur jus coule en bouche, élégant, mêlé de rose et de poivre, de thé vert et de fleurs d’églantier. Puis un trait de réglisse souligne les demi-tons du décor fruité, révèle la saveur diffuse de la chair de melon, étire d’un jet épicé le corail prononcé des papayes à la muscade, retrouve le fruit rouge, groseille perçue, fraise et framboise pour avouer son but final, la gourmandise.

 Assemblage de 80% Grenache, 10% Cinsault et 10% Syrah

                                                                                                                     photo (c) httpmagisterejco.fr

Un vin élaboré par Phanette Double qui a repris les destinées de la vigne et du vin de Château Beaupré en devenant la responsable culture et vinification du vignoble.


En Côtes de Provence vers Cuers

Fil d’Ariane 2017 Côtes de Provence Domaine des Peirecèdes

Saumon clair au bord d’écaille doré. Le nez de poivre, de fleurs sèches, de thym qui rappelle la garrigue, la chair de mandarine nous entraîne vers un sud plus affirmé, plus marin par ses entrées iodées, plus terrestre par ses fumées pierreuses. La bouche surprend par son gras, on le croit un instant empesé, fugace impression bien démentie par la fraîcheur citronnée, par le floral aérien, par le trait amer et salutaire du grain poivré qui met du relief sur la langue.

Assemblage de 50% de Grenache, de 10% de Cinsault et 40% de Syrah

C’est Audrey Baccino qui a succédé à son père en 2009.


À Cabasse

Clarendon 2017 Côtes de Provence Domaine Gavoty

Une robe soutenue, enfin, bien plus que les « rosés provençaux de plus en plus pâles »

Mais place à la gourmandise ! Mélange de fruits secs et fruits confits qui baigne dans la fraîche gelée de citron jaune, marmelade de groseilles à maquereau adoucis d’un gras soyeux, note florale de l’angélique confite, des épices douces, curcuma, léger safran, coriandre en grain, glissement rouge en variation framboise et fraise gariguette, ensemble harmonieux, joliment acidulé, qui évolue sans hésitation du bout de la langue au V lingual, pour en final reproduire en miroir chaque élément précité.

Un rosé vineux, à la robe plus intense (on la voit dans le verre), un rosé de repas, un peu à contre-courant de ce qui se fait dans le voisinage et les environs.

Assemblage de 70% de Grenache de de 30% de Cinsault.

C’est à partir de 1985 que Roselyne Gavoty a pris en charge la vinification et a donné une nouvelle orientation commerciale au domaine.





1 commentaire

Roots 66

Cela se passait le 28 février dernier, à Montpellier. C’était mon premier contact avec Roots 66, une association qui s’est créée en 2000 dans le nord des Pyrénées-Orientales;  elle regroupe donc beaucoup de vignerons du Roussillon, et, c’est d’ailleurs ce qui m’a attiré dans leur salon. C’est le sixième « off » qu’ils organisent, il est réservé aux  professionnels. Ils étaient une cinquantaine, ils ont en commun de faire du vin « 100 % raisin, en bio, en biodynamie, en nature »…Une sorte de «secte» (sympathique) comme dirait notre ami David ! Voyons le côté positif, le grand mérite de Roots 66 est de nous faire découvrir de nombreux jeunes vignerons qui se sont lancés  dans l’élaboration de vins nature, et, il y en a de plus en plus dans le Roussillon qui est en train de devenir la Terre Promise du vin en France. En outre, je pense aux vacanciers et ils sont nombreux, qui auront ainsi des adresses pour cet été.

J’ai posé mon verre chez:

Bota Nostra, (littéralement « notre tonneau »)  Raymond Manchon 2016

J’avais déjà gouté les vins à Trilla, et, ils m’avaient plu. Toutes les cuvées de Raymond et Sandrine Manchon (6ème génération de vignerons dans les Corbières et le Fenouillèdes), sont issues de vignes de Carignan Noir centenaire de la Vallée de l’Agly ou de Grenache Blanc très jeune. Raymond exploite une vingtaine d’hectares pour la coopérative des Côtes d’Agly mais réserve quelques parcelles de carignans centenaires pour sa cuvée en bio :

Bota Nostra 100% Carinyana Etiquette Mauve, Vin de France

Une cuvée ni filtrée, ni collée, sans rajout de levures et, pas ou peu de sulfites. Elle est élevée plusieurs mois en fûts de chêne. Ça donne un vin au un nez, très gourmand dominé par des fruits noirs bien mûrs et une pointe empyreumatique, c’est à peine si l’on perçoit un léger boisé. C’est fruité, mur, plein, équilibré. Un vin de caractère sans rusticité. Vendu directement chez le vigneron, autour de 15 € !

L’autre vin, Jeff  2016, une parcelle rachetée à son voisin Jeff. Toujours non filtré, je l’ai trouvé un peu ferme.

Son blanc Cabrils, issu de grenache blanc, dans un style frais, vif et juteux au palais manque légèrement d’équilibre. Mais je crois que c’est son premier ou deuxième millésime, à suivre donc.


Domaine de l’Immortelle, Yann et Delphine Bouvier 

Ce domaine de 7,5 ha créé en 2015,  sur les coteaux de schistes, situé dans la vallée de l’Agly à Montner, est une découverte pour moi. Ce jeune couple anciennement dans le papier, arrive de la Martinique et s’est reconverti dans le vin. Les vignes, 3 ilots de schiste principalement, situés à Montner, Latour de France et Calce, dont une partie en vieilles vignes (plantées en 1944), ne reçoivent pas d’engrais chimiques, ni de pesticides, ni de désherbants. Vinification naturelle avec égrappage et foulage léger.

Grand Macabou (plage de la Martinique) 2017, IGP Côtes Catalanes

Un blanc sec 100% Macabeu, aux parfums de fleurs banches et de citron, un bel équilibre entre gras et acidité. 14€

Le P’tit grain 2017

100% Muscat petit grain, sec très muscat au nez mais avec finesse et une bouche  très vive et longue! 12€

Le Madinina 2016 IGP Côtes Catalanes

Madinina est l’autre nom donné à la Martinique, qui signifie l’île aux fleurs ou l’île aux femmes. C’est un rouge issu de Carignan 60% Grenache 40% vieilles vignes de 70 ans, élevé en partie en fût de chêne (barrique de 500 litres) pendant 12 mois. Il est puissant et à la fois frais et  fruité avec des notes de griottes, et de garrigue. C’est gourmand, épicé,  un bon vin de copains.10€

 Début 2016, Côtes du Roussillon Village

Syrah 70% Carignan 15% Grenache 15%. C’est leur premier « grand » vin et le début d’une nouvelle vie pour eux. Une belle syrah, généreuse et gourmande, élevée 11 mois en barriques de 500l, ça donne un vin assez puissant, aux tannins encore un peu accrocheurs, à la finale poivrée et vanillée, un joli début, plein de promesse. 15€


Face B, Géraldine et Séverin Barioz

Encore un nouveau domaine à Calce, qui attire de plus en plus de jeunes passionnés, animés par un même objectif : produire des vins de grande qualité…

Originaires de Lyon, et, après un passage en Bourgogne, Géraldine et Séverin ont crée ce petit domaine (3,5 ha), composé de vignes de Macabeu, de Grenache blanc et gris, et de Muscat à petits grains. Ils ont opté pour le travail des vignes et des vins en agriculture biologique et en biodynamie; car, disent-ils, “Toujours le vin sent son terroir.”

ENGRENACHES 2016 – BLANC IGP Côtes Catalanes

Issu de grenache blanc, grenache gris, et d’un  peu de chardonnay, le tout élevé 6 mois en fûts de chêne anciens. J’ai aimé la fraicheur et l’équilibre de ce blanc, il se montre à la fois plein, fruité et savoureux.  14,50€

PEAUX ROUGES 2016 – ROUGE IGP Côtes Catalanes

« Peaux Rouges, l’âme sauvage des terres du Roussillon » est issu d’un assemblage de syrah 85%, et de grenache noir 15% élevé 6 mois en demi-muids de chêne ancien de 600l. Un rouge au fruité dominant et très pur, une jolie matière, assez dense, des tanins finement boisés mais soyeux. Vous pouvez vous faire plaisir sans vous ruiner. 15€50


Domaine l’Encantade, Antonin Moisan

Un autre domaine que je découvre, celui de Laure et Antonin Moisan; ils l’ont créé en 2012, en pleine garrigue, ce qui répondait à leurs aspirations: autonomie énergétique, cave en matériaux naturels. Le vignoble, sur environ 8 ha, est composé de vieilles vignes en coteaux, pour certaines centenaires, et qui étaient destinées à l’arrachage. Ils y pratiquent une viticulture naturerelle. Les rendements sont très faibles, autour de 15 hl/ha. Traction animale. Elles sont plantées de carignan, grenache, syrah, lladonner pelut, macabeu, muscat d’Alexandrie et sauvignon. Partisans d’une certaine polyculture, gage d’autonomie, ils veulent vivre de leurs produits (vins, miel, fruits et légumes transformés) !  Les vendanges sont manuelles,  certaines cuvées sont égrappées, d’autres non et sont rentrées en gravitaire. En cave,  un minimum d’intrant: pas de levurage, pas d’enzymage, pas de filtration (ou très lâche), pas d’acidification, pas de collage pour les rouges, un sulfitage rigoureusement minimal. Toutes les cuvées sont mentions nature et progrès donc <10mg/l de SO2 libre. Beaucoup de cuvées pour traduire les différentes parcelles, avec diverses profondeurs de sols, d’expositions, d’encépagements, d’âges de plantations, d’altitudes…

Promenons-nous dans les bois 2015, IGP Côtes Catalanes

Un pur carignan issu de vignes de 50 ans, en  macération carbonique. Un rouge au nez de fruits noirs, et d’épices. Sa légèreté en bouche est étonnante, c’est souple et frais. C’est réussi ! 12 €

Raisin d’être 2014, Côtes du Roussillon rouge

Issu de grenache (2/3) et de carignan (1/3). Vignes de 50 ans en majorité, entre 400 et 500m d’altitude. Eraflé, non foulé. Elevage sur lies fines pendant 9 mois, en cuve. Vin fruité, avec de jolies notes de garrigue, gouleyant et juteux. Une finesse inattendue, une pointe de gaz carbonique qui n’est pas dérangeante le rend très vivant. Un rouge gourmand, frais et digeste….11, 00 €

Sirius 2014, IGP Côtes Catalanes

100% syrah, cuvée parcellaire, sur une arène granitique d’altitude (500m).  Eraflée, macération pré fermentaire à froid, cuvaison longue mais douce. Elevage en vieux fût de chêne pendant 10 mois. Il offre une belle complexité aromatique avec des notes de fruits noirs, d’épices et des touches florales. Structuré et intense, avec une fraicheur réelle,  ce vin aux tanins soyeux m’a paru sincère et équilibré. 14 €

Roc d’en Manas 2013, Côtes du Roussillon rouge

Issu d’un assemblage plus vieilles et plus hautes parcelles de carignans centenaire(60%), de grenaches de soixante ans,  (20%) et de syrah d’altitude (20%)  de quarante ans en gobelet). Egrappé, macération pré fermentaire à froid, cuvaison longue. Elevage en vieux fût de chêne pendant 10 mois. Le nez exhale des saveurs de fruits noirs et d’épices, là encore je suis frappée par la qualité des  tanins mûrs, riches et soyeux la fois. Termine sur de fines notes éicées17, 50 €.

Songe d’Altaïr blanc 2015

Issu de maccabeu, de grenache (blanc, gris), et, de sauvignon.  Petite macération pelliculaire de quelques heures puis pressage pneumatique doux. Pas de débourbage.  Vin très vif, surprenant,  salin et long. On ne se croirait pas dans le Sud. 15,00 €


Domaine La Bancale, Roussillon – St Paul de Fenouillet  

Bastien Baillet exploite 2 hectares dans le Fenouillèdes. Installé depuis 2014, il fait déjà beaucoup parler de lui. Pas de chimie ni à la vigne ni à la cave. Je ne le connais pas plus que ça, et, je ne sais pas grand chose de lui, mais j’ai aimé les 2 cuvées qu’il a présentées.

Le Fleuve blanc 2016 Vin de France

Assemblage de 40% de carignan blanc, 30% de grenache gris et 30% de macabeu, élevé 10 mois en barriques bourguignonnes. Soleil, matière et fraicheur sont au rendez-vous !

Le Fleuve rouge 2016 Vin de France

Assemblage de 50% de syrah, le reste grenache et carignan, élevé 10 mois en demi-muids d’occasion. Un rouge au fruit intense, juteux et glissant grâce à la finesse de ses tanins, et, qui offre une finale épicée et fraiche. Un vin qui met de bonne humeur !


Domaine Léonine, Stéphane Morin

Encore un domaine 100% Nature du Roussillon, mais celui-ci n’est pas nouveau, c’est en 2005 que le Stéphane Morin a créé le domaine de 13 ha situé sur le piémont des  Albères à Saint –André. Les parcelles sont sur les communes de, St-André, Argelès sur mer, St-Génis-Des -Fontaines et Port-Vendres. Il travaille en agriculture biologique, l’encépagement est à dominante grenache noir, gris, blanc.  Coté vinification, les fermentations sont spontanées, avec des levures indigènes, sans collage ni filtration. L’élevage en barriques bourguignonne concerne tous les rouges et le blanc de macération.  Toutes les manipulations de vin sont effectuées par gravité. Le domaine est….. « pompophobe ». Stéphane n’est pas anti soufre, mais contre l’abus de soufre. La plupart de ses cuvées dépassent rarement les 12° car il préfère vendanger ses vins tôt. Pour lui, la macération carbonique est une base essentielle, elle consiste à recueillir les grappes dans une cuve et à les laisser tremper en remplaçant l’air par du gaz carbonique. Une première fermentation va alors s’établir à l’intérieur de chaque grain. Il fait cela principalement sur le grenache. Il cherche à faire des vins proches du terroir, avec  le moins d’intervention possible. Tous ses vins sont en Vin de France, peu alcoolisés, ils sont digestes, amicaux et vite accessibles. Musicien à ses heures, ses vins portent tous un nom en lien avec la musique, son autre passion.

Barrick White 2017 Vin de France

Élevage en cuve inox 5 mois sur lies fines. Frais et droit, ce vin est déjà un régal inattendu. Mi macabeu (vignes 40 ans), mi chardonnay (vignes de 10 ans) avec un faible degré d’alcool, c’est un très joli blanc sec, tout en finesse et en tension. La complexité aromatique n’est pas de reste, plein de fruits et tout en fraicheur, c’est délicieux. «Il a le charme et l’ampleur de la voix de Barry White !!! » 14€

 Chuck Barrick 2017 Vin de France

60% syrah, 40% grenache noir issus de vignes 10 ans d’âge. Macération carbonique pendant 10 jours, pressurage puis élevage en barrique de 500l pendant 4 mois. Le nez de belle intensité, dégage des notes fruitées intenses accompagnées de touches d’épices et de violette. La bouche est ronde, gourmande, gouleyante avec de la fraîcheur. Un vin fin et agréable. Degrés alcoolique 12º, 14€


Bottle Neck 2017 Vin de France

50% Syrah, 50% Grenache noir issus de vignes 30 et 25 ans d’âge. Macération carbonique de 15 jours. Elevage en barriques pendant 6 mois. (le bottleneck est le tube de verre ou de métal que les guitaristes placent au bout d’un de leur doigt). Sa chair suave aux arômes de fruits rouges et de garrigue offre un jus très fruité laissant en bouche une belle fraîcheur. Bel équilibre, finale épicée, un rouge très gourmand, et très facile à boire, du fruit et de la rondeur, un maximum de plaisir !

Entre Cœur 2015 Vin de France

100% grenache, Vignes âgées de 30 ans. Macération carbonique de 15 jours. Sans pigeage, ni remontage. Élevage 9 mois en barriques de 300l et 400l. Degrés alcoolique 12.5° . Le nez plein de fruits noirs très généreux offre aussi des notes d’épices. La bouche est, profonde et délicate et pleine de fruit.  Ample, puissant, gorgé de soleil, porté par des tanins de velours, il est dynamisé par une finale fraîche qui laisse une impression d’élégance et d’harmonie. C’est un magnifique grenache, onctueux et charmeur,  puissant et complexe, et, à la fois désaltérant.  26€


Les Petites Mains 2016

Un carignan pur issu de vignes 25 et 115 ans d’âge. Macération égrappée pendant 3 semaines, dans une cuve tronconique. Pressurage puis élevage pendant 10 mois dans une cuve tronconique  en bois de 20hl. Un nez puissant avec des parfums de fruits rouges murs. La bouche est ample et  structurée, gourmande avec des arômes fruités et épicés. Les tanins sont soyeux, la finale est longue. Le tout offre une belle fraicheur, plein de fruits, c’est un vin dense, fin, velouté qui affiche un très bel équilibre.   18€

Les vins de Stéphane Morin sont vraiment surprenants, frais, équilibrés et pleins de fruits. Se sont des vins nature précis et très plaisants, j’ai compris en les goutant pourquoi, il fait tellement parlé de lui.


Il y avait bien d’autres domaines intéressants, des bulles amusantes aussi, c’est devenu très tendance, beaucoup de domaines en présentent aujourd’hui. Je n’ai pas eu assez de temps…Coup de coeur pour les Jura de Philippe Châtillon…


P.S. Je vous confirme que Vinexpo a en effet, choisi d’avancer les dates du salon de Bordeaux, il passera de juin à mai (13 au 16 mai 2019), et non pas mars que les acheteurs se rassurent, un peu ; J’en profite pour partager avec vous les dates du premier Vinexpo Paris qui se tiendra quant à lui du 13 au 15 janvier 2020 à la Porte de Versailles.

Hasta pronto,

Marie-Louise Banyols

5 Commentaires

En sopexien dans le texte – le foodtalk comme on le speake

Voici un communiqué de notre chère Sopexa, trouvé sur le site de ce qui fut naguère l’agence de référence des produits alimentaires FRANCAIS.

Je me dois de le préciser, parce qu’on y trouve une proportion de termes anglais à faire se retourner le brave Edgard Pisani dans sa tombe. Je vous les ai mis en couleur, c’est plus parlant, si j’ose dire.

5 mars 2018 News Sopexa

#JAO2018 : Chez Sopexa, le Food & Drink inspire !

L’univers du Food & Drink, ça vous parle ? Chez Sopexa, ça nous Inspire !
Le mardi 27 mars, Sopexa ouvre ses portes à l’occasion de la Journée Agences Ouvertes de l’AACC.
Venez découvrir une agence 100% Food, Drink & Lifestyle !

Qu’on soit Foodista, amateur de foodporn, fin connaisseur de vin, ou simplement tea lover, aujourd’hui tout le monde parle de food. Comment faire émerger une marque ou un produit dans les discussions ? Comment bien se faire représenter. Aujourd’hui, tout le monde peut prétendre au titre « d’influenceur » tant convoité par les marques et les agences. L’enjeu : comment les repérer et les capter !

A partir de 16h, venez nous retrouver au coeur de Paris, dans le quartier d’affaires de la Bourse, la nouvelle « place to be » des aficionados de Food & Drink.  

Au programme de la #JAO2018 de #Sopexa :


Sopexa, c’est : 250 food lovers, 31 nationalités, basés dans 24 pays, dont le terrain de jeu est worldwide. Mais concrètement, que fait-on et quels sont nos talents ? Venez le découvrir.


Cuisinier et youtubeur autodidacte, Alex French Guy Cooking a su faire de son petit accent frenchy sa marque de fabrique, et ne cesse de gagner de nouveaux fans ! 460 000 abonnés sur sa chaîne youtube en janvier 2018. Cet influenceur, au profil atypique doté d’un univers singulier, sera parmi nous le 27 mars pour révéler quelques insights sur son aventure.

– À partir de 18h : AFTERWORK 100% Food & Drink

Un concours photo vous attend pour gagner LE GOODIE BAG de l’agence, tant convoité… Le règlement sera affiché le Jour J à l’accueil.

Amusez-vous bien !

Et bien moi, non seulement ça ne m’inspire pas, mais ça me gave. Dommage, car si ça se trouve, au-delà de cet emballage, le contenu mérite peut-être l’attention… Après tout, pendant des années, la Sopexa a fait un excellent travail de promotion.

N’y voyez aucun chauvinisme de ma part: j’aime la langue anglaise. Mais dans son contexte!

Non seulement le choix de l’anglais pour les termes utilisés dans ce communiqué destiné à des Francophones n’a rien de pertinent (ne parle-t-on pas de gastronomie?), mais leur accumulation et leur côté faussement branchouille me donnent de l’urticaire. Cette novlangue de publivore parisianocentré à velléités cosmoglottes est totalement ridicule. Il ne manque plus que l’écriture inclusive!

Heureusement, je ne suis pas influenceur. Juste journaliste. 

Hervé Lalau

3 Commentaires

Des Racines, des Ailes… et des Vignes

Ce soir, sur France 3, l’émission Des Racines & des Ailes est consacrée à quatre vignobles français inscrits au patrimoine de l’Unesco. Avec des reportages tournés à Saint-Emilion, en Bourgogne, en Val de Loire et en Champagne…

Qu’on se le dise!

En espérant que Mme Buzyn et ses acolytes plus ou moins anonymes ne fassent pas un jour de ce patrimoine une sorte de zoo, un musée en plein air où les vignes ne seraient plus que de la décoration…