Première rencontre Européenne des vins oxydatifs à Perpignan : une superbe dégustation…(volet 1)

Je vous l’avais annoncé, ce lundi  11 juin à 10h, le salon ouvrait ses portes, à la Galerie d’Art, à seulement 100 mètres du « Centre du Monde » (c’est comme ça que  Dalí a baptisé la gare de Perpignan). La Première rencontre Européenne des vins oxydatifs commençait !  Pour ceux qui ne sont pas venus, vous n’imaginez pas ce que vous avez perdu! Certaines bouteilles nous ont fait vivre de beaux moments de partage et d’émotions avec les vignerons ! C’est tout ce que nous apporte cette culture traditionnelle, complexe et exquise, qui bouge et peut laisser perplexe celui qui la découvre. Ces vins centenaires dont les gouttes s’inscrivent dans ces bouteilles, en arrivent à altérer notre structure moléculaire, et nous remue.

Malena, une amie uruguayenne me disait: « Il peut y avoir une création humaine égale, mais pas supérieure ». Tous ces vins de mémoire et de témoignage se sont donnés rendez-vous à Perpignan, les amateurs, les passionnés de vins oxydatifs, mais aussi les professionnels sont venus nombreux, beaucoup ont traversé la frontière. Ils ne l’ont pas regretté; tous ont confié en partant avoir fait de très belles découvertes, et connu des moments uniques.

35345563_791756554355080_9030191339957911552_o

Au programme, plus de trente domaines, la plupart du Roussillon, (IGP Côtes Catalanes Rancio Sec et IGP Côte Vermeille Rancio Sec), certains du Languedoc, d’autres venus du Priorat, de la Terra Alta, de l’Emporda, de Jerez, de Montilla-Moriles et même de Sardaigne, et de Sicile.  Faisant partie de l’organisation j’étais pas mal occupée tout au long de la journée, mais j’ai quand même eu le temps de  (presque) tout déguster, suivez-moi  pour un petit voyage dans le monde des vins oxydatifs secs…

Commençons par aller voir ce que nous réservent l’Espagne et l’Italie:

Jaume Balaguer (Arrels del Priorat)

Michel Smith a écrit «Un vin exceptionnel ! Redégusté à la fin de la journée, il m’a accompagné durant tout le trajet de retour vers Pézenas. Il marquera mes souvenirs pour longtemps. On m’avait dit que plus un rancio est vieux, meilleur il est ! Cela s’est confirmé lors de ma dégustation d’hier à la Première Rencontre Européenne des Vins Oxydatifs « Be Ranci ! » à Perpignan.»

 

 

Scala Dei.

Scala Dei présentait un vin unique en son genre, Antecessor Brugueres 1997, un vin blanc de 20 ans d’âge, 100% grenache blanc. J’ai aimé sa complexité aromatique,  avec ses notes de fruits secs, son boisé intégré, sa belle oxydation, son caractère minéral et son acidité. Il m’a rappelé un peu les amontillados.

 

 

 

Vall Llach, les vins de lumière

Présentée comme un parfum précieux, en flacon de 20 cl, cette merveille est âgée de cent ans en moyenne.L’histoire est émouvante : Il  sort d’une vielle barrique de  1927 de Cal Vall, la maison de la mère de Llach, qui en ont toujours élaboré, et  ils viennent d’embouteiller 60 litres  en hommage à Marie Cal Vall.
Quelques gouttes suffisent!

 

 

 

Domaine Vinya Ferrer (Terra Alta)

Deux amis d’enfance, Marcel Carrera et Ramón Viña ont décidé de faire du vin nature ensemble. C’était en 2010, ça représente en tout 2 ha de grenache et 1h de Cariñena et Morenillo ! Leur Rancio, avec un nez net et expressif, aux parfums de mon enfance, torréfaction, menthol, fruits secs, une bouche savoureuse, ample avec des notes de noix, de noisettes grillées et zeste d’orange, finale agréablement amère.

 

La Vinyeta ( Emporda)

Plus près de chez nous, Josep Serra nous a présenté son Ranci Sereno. J’aime La Vinyeta, leur façon d’entendre la vie, l’espace unique qu’ils ont créé, en harmonie avec l’environnement qui les entoure, l’énergie qu’ils déploient et qui se traduit dans les vins, et dans les étiquettes ! Vino rancio Sereno un vin oxydatif surprenant, élaboré à partir du cépage grenache gris.

 

En Andalousie subsiste une authentique culture, les bodegas de Jerez et de Montilla Moriles possèdent leur secret

Les jerez d’Emilio Hidalgo

Juan Manuel M. Hidalgo –un des membres de la cinquième génération de cette bodega familiale était là! Les plus anciennes soleras d’Hidalgo, qui contiennent des oloroso, palo cortado et pedro ximenez d’exception, datent de la seconde moitié du XIXème siècle.

salon des vins oxydatifs 87 le 11 juin 2018

La Panesa, c’est un fino extraordinaire élevé sous voile pendant un minimum de 15 ans dans une soléra qui a débuté en 1961. C’est le nom de l’une des parcelles de ce domaine familial.

El Tresillo 1874 – especial amontillado viejo, chaque bouteille contient une infime partie de ce premier millésime, 1874, date de lancement de la solera. C’est un amontillado d’une exceptionnelle puissance. Un nez d’une grande complexité mélangeant des notes d’épices de fruits secs et de bois exotique.  Puissant mais suave,  et très long.

Marqués de Rodil est un palo cortado. Cette cuvée passe en moyenne plus de 15 ans en élevage à la bodega, dont la moitié sous voile, comme un fino. D’une extraordinaire complexité aromatique, de belle puissance et d’une grande longueur en bouche, avec une remarquable fraîcheur saline.

35226932_789755987888470_5333365722452066304_n

Les Montilla Moriles de Bodegas Robles

Fondée en 1927, à la fin des années 90, la troisième génération prend la relève. Les frères Pilar et Francisco Robles décident que les principes des grands-parents doivent être maintenus et appliqués en utilisant la meilleure technologie disponible aujourd’hui. C’est précisément ce qu’ils ont trouvé dans l’agriculture biologique

20180611_173525

Fino, parfumé, à la fois délicat et puissant. Des arômes  de fruits frais qui lui gardent toute sa jeunesse, associés à des notes légèrement oxydatives,  d’amandes, et des senteurs méditerranéennes.

L’amontillado est un vin de caractère, au nez, il est intense, avec des arômes de noix et légèrement épicé, laissant une sensation de douceur. La bouche est ronde, suave et en même temps légèrement amère,  intense et longue. Très bon. Dans le film Le Festin de Babette, l’amontillado est servi avec de la soupe de tortue.

L’oloroso, puissant et harmonieux. Gras et délicatement suave, bien que sec, frais, gourmand et avec une subtilité aromatique croissante. L’alcool passe inaperçu  ce qui donne un vin doux et très aromatique qui laisse un très long souvenir.

J’ai aimé son vermouth, délicieusement épicé et parfaitement dosé.

34962353_10209111866473930_1716926924766314496_n

Les Montilla Moriles dAlvear

Fondée en 1729 c’est la bodega la plus ancienne d’Andalousie, huit générations ont gardé vivant leur amour du vin « avec enthousiasme, rigueur et passion » . Tous ses vins sont élaborés à partir du cépage Pedro Ximénez, le meilleur héritage de Montilla. María Alvear vient d’en prendre les rênes, elle était au Salon pour nous faire gouter ses trésors.

J’ai admiré son fair-play et sa patience, elle n’a reçu ses vins qu’a 15h et seulement un carton sur 4 envoyés!

Le Fino Capataz  provient de la plus vieille solera  solera de la cave qui, malgré son âge, garde toujours le voile. Il est juste à la frontière subtile qui sépare les vieux Finos des Amontillados plus jeunes.  Il est racé, plein, sec, savoureux et légèrement amer. Grande persistance finale.

La Criadera est un très vieux Fino ( plus de 12 ans de vieillissement biologique), dans lequel à la fin a commencé un vieillissement oxydatif  (sans voile de fleur). C’est donc un Fino qui pourrait aller à l’ amontillado. Très élégant. Sec, expressif et puissant. Avec des notes salines  qu’il tient de la concentration due à son vieillissement prolongé.

Un oloroso élaboré de la même façon que les Fino mais avec la particularité qu’ici l’élevage se fait uniquement par oxydation et non d’une façon biologique sous voile.  Arôme intense et profond, avec de légères notes  de raisins secs provenant du PX. En bouche,  senteurs boisées très élégantes, très long avec de légères nuances douces  et des notes de noisettes et amande grillée. Très persistant,  notes douces du PX qui participe à  son élaboration

20180611_164709
Maria Alvear et Montserrat, une célèbre sommelière de Catalogne.

35077637_789756321221770_1361605379879862272_n

Marco de Bartoli (Sicile)

De Sicile,  Giuseppinna est venu nous présenter, un rancio de cépage grillo, issu d’une solera de 20 ans. C’est le type historique, pré-britannique, du marsala, sec et marqué par un goût de rancio. Très beau vin. (Bruno Stirnemann)

 

20180611_105621

2 réflexions sur “Première rencontre Européenne des vins oxydatifs à Perpignan : une superbe dégustation…(volet 1)

  1. Cela a dû être un moment génial, le genre de rendez-vous à ne pas manquer quand on aime ce genre de vins. Il y a plusieurs domaines que je connais, sauf que je ne savais pas qu’il faisait de l’oxydatif comme Vall Llach. Contini, c’est top, j’y suis allé il y a une dizaine d’années, il doit m’en rester une ou deux bouteilles. Et puis, j’ai reconnu quelques visages sur tes photos, mais dis-moi, c’est qui le grand type en bleu avec un chapeau, il me semble l’avoir croisé il y a bien longtemps, cela devait être dans une autre vie…
    Merci Marilou.
    Marco

    J'aime

  2. Ping : Curieux Chenin que celui-là ! | Les 5 du Vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :