Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


16 Commentaires

Il est gentil, mon vin nature!

Contrairement à ce que j’entends ou lis çà et là, il n’est pas si méchant que ça le vin dit nature… Il est gentil, ni plus ni moins. Gentil dans le sens qu’il ne casse pas trois pattes à un canard, fut-il en provenance directe de Challans. Mais en titrant ainsi, n’allez surtout pas croire que je me range béat du côté des bobos parisiens ou toulousains, la bedaine avancée, fraîchement convertis aux bienfaits du « zéro intrant » comme ils disent si poétiquement, satisfaits d’avoir, pensent-ils, découvert je ne sais quel graal du vin. Ni que je fustige les plus actifs des gladiateurs appartenant au clan de la réaction pinardière, critiques auxquels je pardonne d’être parfois par trop sectaires dans leurs arguments aussi conventionnels que traditionnels. Ou encore que je me transforme ici en adorateur du Gentil, ce vin blond alsacien tendre et facile jadis populaire dans les bistros haut et bas-rhinois, remis (gentiment) au goût du jour par la maison Hugel ou par mes amis les Klur. N’allez pas supputer non plus qu’avec le GV (rien à voir avec le Gévéor…), le Gentil Vin personnifié  par le vin nature, je cherche à me positionner en GO du vin histoire de célébrer les 65 ans du Club Méditerranée. Ne tirez pas de ces conclusions hâtives qui laisseraient croire, en mauvais français et en plagiant Jean Yanne, que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Non, tout cela serait trop injuste, tandis que je cherche simplement à remettre les pendules à l’heure. Et si j’essaie de vous attirer dans ma nasse, ce n’est pas dans le but de piéger qui que ce soit. Il se trouve que je reste observateur, toujours curieux, en alerte, et que je suis dans une période médiane, entre révolte et lassitude. C’est pourquoi, même si mon opinion est faite, j’attends la lecture d’un petit livre rouge que j’ai commandé, un ouvrage qui se veut « manifeste » commandé il y a plusieurs jours déjà aux Éditions de l’Épure, ouvrage (voir ci-dessous) signé Antonin Iommi-Amunategui, un brûlot (peut-être) que je meurs d’impatience de le lire puisque tout le monde se l’arrache chez quelques cavistes branchés que l’on dit désormais alternatifs, comme le courant qui passe.

Antonin, l'auteur du petit Manifeste rouge. Photod©DR

Antonin, l’auteur du petit Manifeste rouge. Photod©DR

En attendant l’ouvrage, je me suis autorisé, en une sorte de préambule, à vous faire partager ma modeste opinion sur le sujet. Un sujet ô combien capital qui gravite autour du vin dit nature ou encore libre, naturel, vivant, gai, voire nu que sais-je encore. Ce faisant, j’espère que je ne me ferais pas crêper le chignon (que je n’ai pas) et que dans le petit monde qui s’écharpe autour du vin sur les ondes d’internet on ne me cherchera pas plus de noises encore moins de poux. Car si je m’autorise à donner mon avis, c’est que celui-ci est non seulement autorisé, mais qu’il est quasiment définitif vu mon grand âge. 169_1Premièrement, contrairement à beaucoup de mes confrères, je n’ai rien contre les vins sans soufre. La planète œno offre de telles libertés de choix et de pensées qu’il me semble normal que toutes sortes de pratiques et de philosophies coexistent en la matière pour le meilleur, pour le moins bon aussi. Je l’ai déjà dit ici : ayant essuyé tant de débats allant du non dosé en Champagne et au non chaptalisé en Beaujolais, je suis curieux de goûter tous les vins qui se présentent à moi. Je suis ravi de pouvoir en aimer beaucoup et je n’ai nulle honte à en détester certains plus que de raison. Je tiens tellement à ma liberté de penser, de juger et d’écrire que j’en ai fait mon métier. Si cela ne plaît pas à certains ayatollahs qu’ils le disent et l’écrivent, cela ne me dérange nullement dès lors que cela ne vire pas trop à la chasse aux sorcières. Et puis, les choix en matière de vins sont tels qu’il doit y en avoir pour tous les goûts, y compris pour les plus étranges, pour les plus vinaigrés, les plus pourris, les plus boisés et, pourquoi pas pendant qu’on y est, les plus bouchonnés. –Deuxièmement, et c’est le privilège du vieux con que je suis (d’un naturel très nature, quand même), il me semble que, goûtant les vins dits natures depuis près de 30 ans, je suis en droit d’établir une sorte de bilan les concernant. Non pas un bilan définitif, mais une opinion modeste au bout d’années de dégustations diverses et variées pendant lesquelles, à de multiples occasions, ces vins se sont présentés à mon jugement. En effet, ce qu’ignorent les gringalets, mais aussi les grands penseurs d’un âge mûr qui se hasardent à me vendre l’aspect novateur de la chose, voire son côté révolutionnaire, c’est que la volonté de se passer du soufre qu’ont certains vignerons chercheurs dans l’âme et audacieux dans leurs conceptions du vin, remonte à l’époque des années 1980/1990 lorsque le vin de pépé laissait de plus en plus la place aux vins modernes que nous buvons et apprécions aujourd’hui, un vin issus d’une plante moins chargée en pesticides, d’un raisin plus sain et d’une terre moins dénaturée par les engrais chimiques. Tous les buveurs d’aujourd’hui ne le savent pas ou feignent de l’ignorer. Leur attitude est normale à leur âge : ils croient tout inventer, tout créer sous la baguette magique de leur enthousiasme, tout remettre en question. Je le croyais aussi à leur âge alors, comment leur en vouloir ? Or, lorsque du haut de leurs certitudes ils cherchent parfois – je dis bien, parfois – à nous endoctriner sur ce qu’il faudrait boire et ne pas boire, démarche qui m’insupporte, il est normal que je cherche aussi à mettre les points sur les « i ». Non, les gars, vous n’avez rien inventé : fut un temps où les Pierre Frick, Marcel Richaud, Pierre Overnoy, Marcel Lapierre, Olivier Cousin et autres Henry Marionnet, nous abreuvaient de leurs discours et de leurs expériences sur le sujet, n’hésitant pas parfois à mettre un certain bémol à leur enthousiasme et à répéter, par exemple, que l’aspect sanitaire du raisin ainsi que la propreté en cave étaient parties prenantes dans la réussite aléatoire de leurs rares cuvées élaborées sans soufre, cuvées que l’on était quelques fois tenté de qualifier de « sans souffle » tant elles avaient du plomb dans l’aile. L’un d’eux me disait en ce temps-là qu’il vinifiait sur un fil, tel un funambule. Et que le risque qu’il prenait l’excitait au plus haut point.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Troisièmement, surtout à l’adresse des sceptiques qui ont toujours du mal à admettre qu’un vin dit nature puisse être buvable, il me paraît impératif d’affirmer que, les expériences aidant sur tous les sols, tous les cépages et dans toutes les régions, alors que ce millénaire est déjà bien entamé, les progrès en matière de vins natures ont été considérables ces dernières années. Les échecs sont moins nombreux, même s’il existe quelques zozos capables de vinifier des horreurs, chose également possible chez les vignerons dits conventionnels. Mais la technique, l’inventivité, la témérité et l’utilisation entre autre du dioxyde de carbone dans la protection des jus, ont permis des avancées considérables. Les grands vignerons et les négociants bien établis tels François Lurton et Gérard Bertrand, pour ne citer que ceux-là, prouvent que le sans soufre ajouté peut sortir de son ghetto et entrer de plain-pied dans la grande distribution qui, quoiqu’on en pense, est actuellement le nerf mondial de la guerre commerciale du vin. Récupération ? Sans doute. Conséquence, ce type de vin ne peut plus, à mon avis, être moqué, vilipendé, diabolisé comme il l’est trop souvent encore. Il faut savoir vivre avec notre époque et accepter les progrès œnologiques en même temps que l’évolution de la consommation. D’ailleurs, le vin nature s’écoule en Italie, au Portugal, en Suisse, en Espagne, en Australie… Et ce n’est pas cette expansion qui va empêcher nos vins d’avoir du goût et de séduire le consommateur. Le premier bénéifice que nous ait apporté cette mode qui pourrait n’être que passagère, c’est cette formidable prise de conscience qu’ont les plus talentueux vinificateurs du moment : on peut enfanter de grands vins en limitant très fortement les doses d’apports en soufre. Boire du vin, même en excès, devient alors beaucoup plus digeste, beaucoup plus confortable, plus moderne et plus agréable.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Quatrièmement, évoquons pendant qu’on y est ce qu’il y a de plus important, finalement, dans cette histoire où l’on ne cesse de se mordre la queue : le goût, le corps et la structure du vin. En m’excusant par avance sur le caractère un peu trop généralisateur de ce qui va suivre, je peux dire sans honte que j’adore les vins libres lorsque je les cueille dans leur prime jeunesse surtout, en plein sur leur fruit, plus rarement lorsqu’ils sont plus âgés, sauf à les prendre dans une cave, chez eux à priori, où ils n’ont pas subi les excès de variations de températures et encore moins les affres du transport. Par précaution, certains cavistes vont même jusqu’à les ranger au froid pour les stocker plus sûrement. Donc, je ne les repousse pas systématiquement, on l’aura compris. Mais je dois avouer qu’en dehors d’une dégustation récréative, ce type de vin qui, on le voit, mérite pleinement qu’on le qualifie de vin gentil, ne va rarement plus loin que ce que j’attends d’un vrai vin, un vin de table, par exemple. Où veux-je en venir ? Eh bien, après m’être rincé le gosier en bonne compagnie avec des vins de nature aimable, tels les vins sans soufre ajouté, pourvu qu’ils ne soient pas déviants et marqués par d’horribles saveurs (il y en a aussi dans les vins dits conventionnels), il me faut d’autres boissons autrement plus sérieuses pour m’accompagner à table et parfois jusqu’au bout de la nuit. J’ai eu la chance (pas qu’une fois) de comparer à l’aveugle le vin d’une même cuvée sans soufre ajouté d’un côté et avec un minimum de soufre de l’autre. C’est toujours la cuvée soufrée qui m’impressionnait le plus. N’ayant qu’une matière moyennement expressive et peu persistante, les vins sans soufre ajouté, les gentils, même ceux qui concèdent un trait de génie, manquent de profondeur, de longueur, de complexité. Une fois bus, ils vous tombent des bras et vous quittent sans même avoir la politesse de dire au revoir. Je n’ai pas le souvenir non plus d’avoir apprécié une bouteilles de vin nature laissée en vidange un jour ou deux. Pour ce qui me concerne en tout cas, ils n’ont pas cette allonge indispensable, cette prolongation miraculeuse qui vous marque l’esprit, vous pénètre le corps et vous fait apprécier les mariages les plus complexes, les plus subtils. En d’autres termes, ils n’ont pas grand-chose d’efficaces et de vibrant à me proposer vu, qu’en plus, ils ne s’épanouissent guère trop après une garde, même moyenne. Sauf exception, bien entendu.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

En définitive, je ne les écarte de ma bouche que s’ils sont franchement mauvais, à l’instar de n’importe quel autre vin. Et je qualifierai volontiers ces vins d’aventureux tant il peut y avoir de différences d’une bouteille à l’autre sur le vin d’une même cuvée. Et puisque je ne crache jamais sur les aventures, que je suis ouvert d’esprit, je les goûte volontiers… tout en ne me privant pas de les critiquer comme je le ferais avec n’importe quel autre vin. Pour l’instant, je n’ai toujours pas bu de très grand vin qui se revendique du mouvement vin nature.

Michel Smith


8 Commentaires

Liberté, égalité, poulet

Le dimanche midi, très souvent, chez les Lalau, on mange du poulet.

Pas n’importe quel poulet – toujours du Label Rouge. Je connais le réseau, j’ai visité des élevages avec la Sopexa, à Loué, il y a une dizaine d’années (salut à Vincent Bayer!). Et puis même si c’est plus cher, la vie est trop courte pour manger des volailles poussées aux hormones en 40 jours.

Toujours est-il que dimanche dernier, c’était du poulet fermier de Loué.

260x260-1322287970-37d74c7e79

Liberté, égalité, poulet de Loué

Ayant entendu naguère M. Montebourg (ou était Mme Le Pen?) nous dire qu’il fallait acheter français, je me suis dit, bravo, Hervé, tu es dans le bon, tu participes à l’effort collectif. Plus encore, même, car habitant l’étranger, je pourrais sans scrupules me dédouaner (ah-ha!) de cette impérieuse nécessité. D’autant que ma femme, elle, est Belge.

Avant de mettre mon poulet tricolore dans mon four (allemand, je le crains), je l’ai badigeonné d’huile d’olive. Hélas, c’était de la tunisienne. Elle est excellente et beaucoup moins chère que celle des Baux, et même moins cher que la Puget, dont je ne suis pas sûr qu’elle soit 100% française. Et puis en plus, elle me rappelle les amis que j’ai en Tunisie – Pilar, Belgacem, Inès, je vous dédie ce poulet.

Tiens, vous savez quoi, ces gens sont presque comme nous, ils ont deux pieds, deux mains, une tête et ils parlent même français. Ils gagnent leur vie, assez honnêtement au demeurant, en produisant d’excellents vins à partir de cépages français, espagnols ou italiens.

A ce propos, il faudra que je demande à mon coach en francitude si j’achète bien français quand je bois un Languedoc à base de grenache (pardon, garnacha), un Roussillon contenant du carignan (cariñano) ou un Côtes de Provence blanc à base de rolle (vermentino) – sans parler du gewürztraminer. Ach, das ist zu gut!

Enfer et damnation: j’oublie toujours de demander leurs extraits de naissance aux vignerons – c’est qu’il faut faire gaffe, il y a tant d’étrangers dans le vignoble hexagonal. Ils sont partout. Voila deux ans, Marc et moi, nous avons rencontré un flying winemaker suisse qui vinifiait alternativement à Leyda, au Chili, à Genève et aux Iles de Lérins. Le monde du vin est tout petit. Même qu’il y du vin espagnol dans le Vieux Papes.

Trahison

Mais revenons à mon poulet.

Une fois cuit, il est arrivé sur la table. Chez nous, on aime bien les épices; on a mis du poivre – je crois qu’il vient de Macassar, par la Porte d’Italie. Et puis mon fils a mis du Merkén. Si vous ne savez pas ce que c’est, je vous le dis: c’est un mélange d’épices fumées par les Indiens mapuches du Chili. Là encore, souvenir, souvenir, ce sont des copines qui m’ont offert ce pot, à Santiago. C’est bon comme là bas, dis!

Pour accompagner le poulet, ma femme avait fait du riz – un riz basmati du Delta – non, pas le Delta du Rhône, plutôt celui du Mékong.

Et pour arroser le tout, là, j’ai carrément dérapé. J’ai trahi la nation (pire, la Bourgogne!). J’ai servi un excellent Pinot Noir de Nouvelle-Zélande. Notez, le domaine (Brancott Estate) est la propriété d’un groupe français, Pernod-Ricard, qui possède des vignes dans la plupart des pays du Nouveau-Monde; mais curieusement, pas en France. Ils NZ’aiment peut-être pas les vins standardisés, comme disent les Jeunes Agriculteurs.

Bref, indirectement, avec mon pinot des Kiwis, je bois quand même un peu français.

Bref, mon poulet n’est pas un poulet à la Montebourg, mais plutôt un poulet à la Valls. Ben oui, notre ministre de l’intérieur nous vient de l’extérieur. Il est né Espagnol en 1962, naturalisé Français en 1982.

323_valls

Drapeau français, européen… je ne vois pas l’espagnol?

Nobody’s perfect.

Pendant que je trahis mon pays avec tous ces produits étrangers, heureusement, bon nombre de mes amis étrangers mangent, conduisent ou boivent français… ma femme, par exemple.

Alors, amis protectionnistes, réfléchissez… consommer français, pourquoi pas, mais pas au détriment des bons produits d’ailleurs. Ne vexons pas inutilement nos clients étrangers…

Hervé Lalau


10 Commentaires

#Carignan Story # 270 : allez, encore un effort…

Quelques fois je suis pris de découragement. Je me dis que je pourrais mettre la clef sous la porte, que ce serait beaucoup plus simple pour moi de ne plus rien écrire, de ne rien faire, de profiter de mes vacances toscanes sous les regards protecteurs de mes saints voisins, Domenico et Caterina. Laisser les choses glisser sur mon cuir tanné par les ans et, tout simplement, vagabonder corps et âme. Faire comme mes confrères qui, lorsqu’ils sont en vacances, donnent parfois sur le registre du strict minimum syndical. Commencer par dresser une liste de choses à ne surtout pas négliger, comme siroter mon Campari-soda un peu plus à l’ombre que d’habitude, oublier le Carignan, penser à goûter les pici au ragoût de lièvre, dénicher un bon Sangiovese ne dépassant pas 10 €, passer boire une tasse de chocolat chaud chez Nannini (le roi du café), écouter les musiciens du Tubo, m’asseoir sur le marbre bien frais pour lire un chapitre de mon Livre de Poche en tirant sur mon mini Romeo y Julieta… En voilà des choses à faire en cette bonne ville de Siena, des choses faciles, belles, capitales et urgentes.

Siena, vue du Jardin botanique de l'Université. Photo©MichelSmith

Siena, vue du Jardin botanique de l’Université. La pluie menace… Photo©MichelSmith

Au lieu de ça, je rumine. Je pense à entretenir cette satanée rubrique que personne ne songe à lire. Tiens, par exemple, je me questionne encore sur le rôle parfois excessif que jouent certains œnologues dans la conception d’un vin. La chose n’est pas nouvelle et pourtant elle alimente encore les pensées du vieux critique en vins que je suis devenu. Sujet bateau, s’il en est, marronnier de toujours, débat insoluble mais pourtant capital.

Il y a quelques mois, je m’étais énervé ici même sur un Carignan que je trouvais mal fagoté, Les Jamelles, acheté à un prix très raisonnable dans un magasin des Corbières : le vin puait la noix de coco et cela avait eu le don de me mettre hors de moi d’autant plus que je savais que j’allais recevoir, à ma demande, des échantillons d’une autre cuvée de Carignan conçue par le même œnologue bourguignon, Laurent Delaunay, acclamé un peu partout, surtout dans les pays anglo-saxons, comme un talentueux créateur de vins. Pis, il m’avait été recommandé par un ami vigneron qui le savait « fou de Carignan ».

Mais avant d’aller plus loin, voici un petit avant-goût de ce qui m’attendait au travers du site d’une des maisons que l’oenologue sus mentionné a créé : « Convaincu par le formidable potentiel des terroirs du Languedoc, c’est en 2005 qu’il (Laurent Delaunay, ndlr) rachète la Maison Abbotts, créée en 1996 à Marseillette, près de Carcassonne par la jeune et talentueuse oenologue australienne, Nerida Abbott. Séduite par la région et la diversité de ses terroirs, animée par une grande rigueur et une infinie précision, elle a toujours travaillé à produire les meilleurs vins des appellations du Languedoc-Roussillon ».

Je me lance donc en compagnie de quelques amis, et les vins d’Abbotts & Delaulay sont placés au milieu d’une dégustation informelle où se trouvent quelques crus du Sud. Les trois échantillons de Carignan, en Vin de France, sont goûtés en tentant d’effacer de mon esprit les reproches passés. Cela commence par un 2012 où, rebelote, le goût de vanille teintée de noix de coco se met en avant, certes de manière un peu moins caricaturale que lors de ma dégustation des Jamelles, mais suffisamment pour me choquer.

vin-altostratus-domaineabbottsetdelaunay-1

Qu’à cela ne tienne, je laisse passer l’orage. J’attaque le second échantillon, version 2011 du même vin : là, j’admets que la matière s’impose avec plus d’ambition. Mais la puissance arrive telle un tsunami et déroule son tapis de planches macérées à l’alcool. Un bon point tout de même puisque la fraîcheur semble faire surface… Las, avec le 2010, on tombe de nouveau dans les mêmes travers avec ce yukulélé exotique pour moi insupportable. Il y a bien du fruit en finale, mais aussi un paquet de bois carrément inhospitalier.

Mes camarades trouvent que j’exagère un peu. Ils me font remarquer que cette série est certes « commerciale », mais techniquement bien faite. Alors…

Alors, quelques semaines plus tard, avant d’aller boire mon café au bar Il Palio sur la fameuse place du Campo, je jette à nouveau un coup d’œil sur le site de la maison australo-languedo-bourguignonne Abbotts & Delaunay histoire d’en savoir un peu plus. Est-ce le même Carignan 2012 qui compose la cuvée Alto Stratus mise en avant sur le site ? Bien que n’ayant pas noté ce nom de cuvée sur mes petits papiers, je n’en doute pas. « La vendange est manuelle, et faite seulement avec des raisins mûrs. 40% de la vinification est faite traditionnellement, et 60% à partir de vendange entière. L’élevage est de 9 mois, 60% en fûts et 40% en cuve inox afin d’apporter de la fraîcheur. A la dégustation, on aperçoit une robe foncée et vive. L’Alto Stratus a un nez légèrement sauvage et végétal, avec des notes de rhubarbe, de réglisse, de pain d’épice et de poire. Son attaque est très ronde et gourmande. Ses notes crémeuses et fruitées rappellent le clafouti aux griottes acidulées de mon enfance ».

J’en déduis que je dois me faire trop vieux, qu’il est temps que j’arrête, que je laisse tomber le pinard et que je me mette à l’aquarelle une bonne fois pour toute. Cerise sur le clafoutis, ce vin fort nuageux est commercialisé sur le site maison à 19,50 € la bouteille ! On m’annonce que Bettane et Desseauve l’avaient (trop généreusement ?) noté 14,5/20. Je ne sais pas pourquoi, mais cette dernière précision me rassure… Ciao tutti !

Michel Smith


10 Commentaires

2014 en primeur? No thanks I’ll lunch instead @Les Belles Caves (Tours)

Les Belles Caves

Les Belles Caves

Last week Les 5 gave a substantial sign our collective good sense – none of us were in Bordeaux for the annual en primeur madness.

Many acknowledge that late March/early April after the vintage is too early to assess wines that will not be bottled for around another 18 months. Furthermore there is little guarantee that the blends tasted this last week will be the final blend. Indeed it would be strange if the definitive blend was decided this early.

Despite these well-founded doubts thousands of merchants, consultants and journalists descended on Bordeaux to taste the 2014. Many will have spent the Easter weekend writing up the hundreds if not thousands of tasting notes they took aiming to publish as soon as possible. Tasting notes are always a snap shot but these notes on unfinished wines are even more transitory than usual.

With Robert Parker now opting out of tasting en primeur, there is an added incentive for leading critics signed up for the 2015 Parker Handicap Chase to get their notes out as early as possible to have a chance of moving up the pecking order.

Christian Seely of Pichon-Baron reported that over last week he had well over 2000 visitors at the château. Surely another insanity! All these merchants, journos rushing up and down the Médoc and across to Saint-Emilion – driving trying to keep up to their crowded appointment agenda. How many litres of fuel wasted in a week?

Anyone putting together a sensible programme would arrange for all of the en primeur wines to be tasted centrally in Bordeaux thus drastically curtailing the amount of driving. Of course this won’t happen. The reverse is the case with more and more châteaux opting to oblige tasters to make appointments to taste at the château. You can see why this is so attractive to the châteaux. Impossible to taste blind and an opportunity to impress with their new stunning tasting room, new cuverie etc.. No point splashing the cash if no one notices…

All this for an en primeur system that has recently served the ultimate consumer or investor badly as Will Lyons has shown in The Wall Street Journal. A process that has thinned people’s wallets as efficiently as a 24-year Bromley scamster:

‘Let’s run through the numbers. Figures from Liv-ex, the London International Vintners Exchange, show that Château Lafite Rothschild 2010 was released at a price of £12,000 for a case of 12 bottles. Today it is trading at £5,600—a loss of 53%, or £6,400.’ More here.

Instead of Bordeaux we opted instead to have Wednesday lunch to the fine Bistrot des Belles Caves in central Tours, one of Jacky and Joelle Blot’s businesses. In Touraine there are many three-course weekday lunches for between 10-12 €. Two courses at the Bistrot des Belles Caves costs 18€ with three-courses 24€. The difference being that the cooking at the Bistrot is very good with an amuse bouche included. Six euros more for fine dining. Not that a basic menu can’t be fun and good value. Rather that six euros moves the whole experience up a number a notches.. Furthermore the wine list is extensive and excellent – strong, of course, in the Loire but also Burgundy.

Bistrot 4 Bordeaux 0

The brilliant 2009 Vendanges Entires from Vincent Pinard.

The brilliant 2009 Vendanges Entières from Vincent Pinard.

The fine first course featuring an oeuf mollet

The fine first course featuring an oeuf mollet

Anita's salmon

Anita’s salmon

Chicken with spring vegetables

Chicken with spring vegetables

My very good entrecôte cooked just I ordered.

My very good entrecôte cooked just I ordered.

J-Elvis1


16 Commentaires

Beychevelle, grand cru de précision

C’est sur le site de Terre de Vins: le Château Beychevelle se dote d’un nouveau chai qui devrait « amener de la précision ».

Vous allez dire que j’accorde trop d’importance aux mots. Mais c’est le genre de phrase qui m’interpelle au niveau de mon vécu de dégustateur.

Qu’est-ce que la précision, dans le vin?

Voyons le dictionnaire. Précision: « Exactitude stricte; netteté rigoureuse dans la pensée et dans l’expression; exactitude dans l’action; détermination stricte; étroitesse de l’accord entre les résultats… »

Voila qui ne nous aide pas beaucoup dans notre quête. Peut-on dire d’un vin qu’il est exact ou au contraire, qu’il est erroné?

Les nouveaux propriétaires de Beychevelle trouvent-ils que leur vin n’est pas tout à fait net?

Je sais, je cherche la petite bête.

Mais avouez avec moi que parler de précision, pour un vin, c’est vague.

IMG_0020

Château Beychevelle (Photo (c) H. Lalau)

Ses arômes sont-ils flous? Sa construction bancale? Ou veut-on dire qu’il manque de cohérence, selon les millésimes? Ou bien de cohésion entre ses différentes composantes – nez, bouche, finale? Ou bien encore Castel et Suntory jugent-ils que les procédés de vinification actuels sont imprécis?

Je lis que le nouveau cuvier permettra de mieux respecter les raisins. Total respect.

Pourtant, ils ne me semblaient pas trop malmenés: parlant du Beychevelle 2012, mon confrère Fabian Barnes évoquait dans In Vino Veritas « un vin élégant, bien élevé et complexe »; il en faisait un de ses coups de coeur de l’année, lui donnant la même note (16/20) qu’au Château d’Issan, et juste un point de point de moins qu’au Château Palmer.

Quant au 2011, il en fait même une de ses rares « Belles bouteilles » du Médoc pour ce millésime, à l’égal de Château Lagrange, de Château Lafon Rochet, de Château Haut-Marbuzet, de Château Sociando-Mallet et de Château Poujeaux. Il figure aussi dans sa sélection des primeurs 2014.

Pas de quoi rougir! Pas de quoi non plus justifier la construction d’un nouveau chai ultramoderne, sauf peut-être pour renforcer sa comm? Il est amusant de voir comment des propriétés qui se réfèrent sans arrêt à un classement vieux d’un siècle et demi, font aujourd’hui dans la surenchère architecturale contemporaine – voyez Faugères, voyez Cheval Blanc…

Je saurais gré aux nouveaux vinificateurs de Beychevelle de m’apporter quelques… précisions.

Hervé Lalau


13 Commentaires

Une chouette invitation

Ce matin, mon amie Hedwige m’apporte cette chouette invitation:

« Le Président, le Conseil d’Administration et la Direction de l’ODG XXX (1), ainsi que son vigneron, sont heureux de vous inviter à une dégustation exclusive et comparative de son vin.

Plusieurs bouteilles de la cuvée, dans le même millésime, seront en effet proposées aux dégustateurs préalablement formés. Notre vin, produit naturel, s’affranchit de toutes normalisations. Le dégustateur honnête se doit donc d’accepter une certaine variabilité entre les bouteilles d’un même vin. Loin de témoigner d’un défaut de conception, ceci illustre le côté vivant du produit.

jupiter-compared-to-saturn

La date de l’événement a déjà été fixée: il s’agit du 21 décembre 2020, date de la Grande Conjonction entre Jupiter et Saturne, qui, comme on le sait, revient approximativement tous les 19 ans 3/4, et dont l’influence sur les courants telluriques, la corne de vache et le crottin de cheval n’est plus à démontrer.  On relira à ce propos l’excellent ouvrage du Professeur Benviniste, La Mémoire du Vin, aux éditions Illuminati.

L’heure exacte de la dégustation vous sera communiquée en temps utile – elle devra être adaptée en fonction des observations astronomiques des jours précédents, afin que la comparaison entre le vin puisse se faire dans les conditions optimales, au moment adéquat. Une fois le panel dûment briefé sur les potentialités de la cuvée, le mage annoncera le millésime choisi.

Un buffet de poissons végétariens (péchés à Loire descendante) sera servi aux dégustateurs.

D’ores et déjà, merci de réserver cette date dans votre calendrier astral. Réponse souhaitée par retour de chouette. »

J’en bave d’avance.

imagesHervé Lalau

 (1) A la demande de notre conseil juridique, Maître Folace, afin de ne pas tomber sous le coup de la nouvelle loi Santé, toute mention pouvant être interprétée comme une publicité pour une marque de poison, même légal et assujetti à la taxation, a été supprimée de la lettre.

 


14 Commentaires

Les 5 de l’Evin – l’avenir des blogs de vin en France?

Lu et approvée – l'administration Loi Evin 2016

Ce billet lu et approuvé – Loi Evin 2016

••••••••••••••••

L’explication: La France doit-elle en finir avec le vin ?

Loi Évin : le vin face à de nouvelles menaces de censure

Could the French parliament ban the Breton’s  » Nuits d’ivresse  » ?

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 12 891 autres abonnés