Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Le rancio, c’est pas un rigolo !

22 Commentaires

Cette fois, je vais vous la jouer cool. Vous pondre un truc sans esbroufe, sans phrases savantes. Quelque chose de pas trop docte, je l’espère, comme un papier que je voudrais utile, destiné aux vrais mordus du vin, aux passionnés, aux inconditionnels, à ceux qui savent s’abandonner, bref, aux honnêtes hommes.

Brigitte Verdaguer, Domaine du Rancy. Photo©Michel Smith

Brigitte Verdaguer, Domaine du Rancy. Photo©Michel Smith

Pas d’explications trop ardues, juste un peu de rêverie, de poésie teintée de méditation. C’est le style du vin qui l’impose. Car celui dont je vais vous causer n’est pas fait pour les beuveries entre amis. Il s’agit plus, à mon avis, d’un vin de solitaire. Un vin à détacher du repas. Même s’il est difficilement contestable sur les fromages, parfois aussi au moment du dessert, ce type de vin que l’on sirote en fermant les yeux est plus pour moi un vin de réflexion à humer dans la pénombre d’un salon, dans la profondeur d’un fauteuil en cuir avec pour proximité le crépitement d’un feu de bois et, pour accompagner le tout, les volutes d’un havane qui se mêlent avec tendresse au piano d’un Samson François naviguant entre Liszt, Chopin et RavelOu d’une troublante Maria Callas dans la Norma de Bellini. Mieux encore, il a beau être fait pour des plaisirs solitaires, ce vin que l’on nomme « rancio », qu’il soit sec pur et dur, ou pas trop, n’exclut pas cependant qu’il soit présent dans les ébats érotiques tant il vous colle à la peau, tant il suinte en vous, tant il exhale des parfums mystérieux…

Collioure, oùl'on sait faire du rancio depuis des lustres. Photo©Michel Smith

Collioure, oùl’on sait faire du rancio depuis des lustres. Photo©Michel Smith

Parlons-en de son parfum. Il embaume dès qu’il entre dans le verre. Il marque d’emblée son territoire, montrant de manière flagrante qu’il ne s’agit pas d’un vin conventionnel. Car ce vin est tout bonnement l’ancêtre de nos grands Banyuls ou Maury, l’ancêtre de l’avant mutage, de l’avant législation. Il est sec et rancioté et c’est ce qui importe le plus. À moins d’avoir pigé dès le départ, je soupçonne que vous vous demandez où je veux en venir ? Rien de tortueux, rassurez-vous. Je souhaite simplement vous entraîner aujourd’hui au pays qui est devenu le mien par les hasards de la vie. C’est aussi le pays de Léon (Luc Charlier pour les petits nouveaux), de Gauby Père et Fils, d’Hervé Bizeul et d’une flopée d’hurluberlus tous aussi curieux et cinglés les uns que les autres. Ce pays est la Catalogne, du moins la partie française de la Catalogne. Certains préfèrent entendre le nom de Roussillon, d’autres ne parlent que de Pyrénées-Orientales. C’est moins poétique, je le concède, mais quelque part plus exotique. Révisez donc votre histoire, moi, cela ne me regarde pas puisque je vois mon pays d’adoption comme un magistral trou du cul de la France riche d’une culture vinique à faire pâlir d’envie bien des vignobles plus tonitruants, notamment ceux de l’autre versant des Pyrénées. Mais passons, car l’important ici est de souligner l’hypocrisie de certains d’entre nous qui s’affirment « connaisseurs » et qui, finalement n’y connaissent pas grand-chose, ou si peu, à moins qu’ils n’oublient leurs classiques et qu’ils ne savent plus laisser parler leur cœur pour mieux s’ouvrir aux différentes approches du vin.

L'incomparable Rancio sec de la Rectorie, à Banyuls-dur-Mer. Photo©MichelSmith

L’incomparable Rancio sec de la Rectorie, à Banyuls-sur-Mer. Photo©MichelSmith

Je pense par exemple aux incultes qui osent dire que le rosé n’est pas un vrai vin ou que le vrai rosé doit se faire d’une manière et pas d’une autre. Et aux couillons qui ne rêvent que de grands crus en caisse bois avec la même force qu’il m’est arrivé d’avoir – en vain – en pensant qu’un jour peut-être Claudia Cardinale finirait tôt ou tard dans mon plumard… Mais ces gens-là ont-ils seulement entendu parler des rancios secs du Roussillon ? Ont-ils trempé une fois dans leur vie, voire effleuré de leurs lèvres le gras de ce vin mordant au possible ? Ont-ils su saisir ces longs moments de grâce où le vin pénètre dans le corps jusque dans les entrailles ? Ont-ils compris la claque ? Ont-ils saisi la jouissance ? Face à de tels vins, on a vite fait de faire le ménage autour de soi, d’évacuer les importuns. Le plus souvent, ils se contentent de placer avec dédain leur nez au-dessus du verre ventru pour le repousser illico presto sur la table. Quelle bande d’ignares ! Incapables qu’ils sont de soulever la jupe de ces vins de bronze et de topaze vêtus du jeu subtil d’ombres et de lumières. La révélation du Sud, ils n’y voient que dalle.

Domaine Sire, un des rois du Rancio. Photo©Michel Smith

Domaine des Schistes, un des rois du Rancio. Photo©Michel Smith

Alors, voilà. La catégorie de vins dont je vais vous parler n’a rien à envier aux grands crus de Sauternes, du Jura ou d’ailleurs puisqu’ils sont résolument « à part ». Ce sont des vins « qui fouettent les papilles » comme le dit fort à propos l’ami Gérard Muteaud sur le site du Nouvel Obs dont je vous recommande la lecture.

Sire, Daguerre et Danjou, trois pontes du Rancio sec ! Photo©MichelSmith

Sire, Daguerre et Danjou, trois pontes du Rancio sec ! Photo©MichelSmith

D’abord, on pourrait dire d’eux que ce ne sont pas de vrais vins puisqu’ils vont à l’encontre de tout ce que l’on enseigne dans les cours d’œnologie. Depuis cent ans, on vous serine que l’air ambiant, l’oxygène, est l’ennemi du vin, les variations de températures aussi et la lumière pendant que vous y êtes. Or, reprenant une sorte de vieille tradition paysanne, le « vi ranci », comme l’ont dit ici, se faisait de manière empirique dans un vieux tonneau jamais rempli à ras bord dans lequel on rajoutait chaque année un peu de vin frais, celui que l’on ne vendait pas au négoce local et que l’on gardait pour soi. Il en résultait un vin pas toujours bon selon nos critères actuels, mais parfois miraculeusement fin, que l’on gardait pour les grandes occasions qu’offrait la vie familiale, mariages, communions, etc. Là, je vous parle d’une époque plutôt faste qui remonte aux années 1870 à 1970 où le vin ne connaissait pas trop la crise, en dehors le l’épisode du phylloxera qui dévasta le vignoble : 38.000 ha de vignes dans le Roussillon en 1820, 60.000 en 1907, 70.000 en 1931. Mais il paraît que la tradition est beaucoup plus ancienne, sachant que la vigne a toujours été présente dans le Roussillon en même temps que les cultures des céréales, là où c’était possible, et de l’olivier, bien sûr.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Souvent caché sous l’escalier ou dans une pièce non chauffée de l’habitation, ou bien encore dans un recoin du chai lorsqu’il y en avait un, parfois même dehors, sous un auvent – les caves étaient rares dans ce pays où le raisin se vendait à des sociétés comme Byrrh ou à des coopératives pour faire des vins mutés à l’eau-de-vie ou aromatisés – ce vin « perpétuel », quelque fois coiffé d’un voile microbien, prenait alors en s’oxydant et en vieillissant le goût étrange de la noix verte mêlé dans le meilleur des cas à quelques notes épicées et fruitées. Des goûts que l’on retrouve dans d’autres pays comme l’Andalousie où ce type d’élevage s’est sophistiqué au fil des temps pour devenir une industrie au service d’une appellation comme le Jerez, par exemple. En ce temps-là, on "éduquait" le vin plus qu’on ne le faisait.

Celui de Ferrer-Ribière. Photo©MichelSmith

Celui de Ferrer-Ribière. Photo©MichelSmith

Côté français, dans le Roussillon, ce goût particulier, celui qu’en Espagne on appelait le « rancio », n’était pas aussi apprécié, sauf dans les campagnes. Notre palais, surtout celui des villes, s’affinait et devait être plus sucré. Les industriels des apéros ont cherché à se débarrasser du sec et du rance en ajoutant de l’alcool afin de conserver les sucres du raisin. Ainsi naquirent les différentes appellations de Vins Doux Naturels qui  à l’époque réjouirent nos mémés et pépés, Rivesaltes, Banyuls et Maury en tête, suivis de toute la kyrielle des vins de marques destinés à l’apéritif, au « quatre heures » aussi. Précisons tout de même que la technique existait depuis le Moyen âge et qu’elle permettait tout simplement aux vins de voyager sans trop d’encombres.

Jean L'Hériritier et Marc Parcé, chevilles ouvrières du Rancio sec auprès de Slow Food. Photo©MichelSmith

Jean L’Hériritier et Marc Parcé, chevilles ouvrières du Rancio sec auprès de Slow Food. Photo©MichelSmith

Aujourd’hui,  il faut être fou et se casser la tête pour oser attendre 5 à 10 ans afin que le goût de rance, le fameux rancio, fasse surface et puisse être embouteillé pour être revendu à un prix conséquent. Il faut être cinglé pour exposer son fût à l’extérieur, lui infliger les variations de températures et les intempéries. Fou, parce qu’il y a de la perte (la fameuse part des anges) dans l’air et pas mal de risques à prendre : soit le rancio se développe de manière élégante et subtile afin de ne point trop heurter le palais des dégustateurs et c’est tant mieux, soit il imprime à un vin la limite repoussante, mais indélébile, quelque chose de vulgaire et de proprement imbuvable. L’autre gageure consiste à faire en sorte que la fermentation du jus de raisin se fasse totalement pour justifier le qualificatif de « sec », chose qui n’est pas évidente quand le taux d’alcool frise ou dépasse les 16°/17°. Pour ma part, il m’arrive de privilégier  certains types de rancios qui virent vers le demi-sec, donc pas tout à fait secs. Affaire de goût. Sur les roqueforts et certains desserts, ils sont incomparables, tandis que les secs peuvent jouer un rôle au moment de l’apéro sur des crustacés, des coquillages ou des anchois.

Le Rancio sec de la Préceptorie. Photo©MichelSmith

Le Rancio sec de la Préceptorie. Photo©MichelSmith

C’est pourquoi il convient de saluer l’initiative de Slow Food, association mondiale qui, sous l’égide de ses Sentinelles, et au début du millénaire, a remis au goût du jour cette production artisanale de qualité. Les cépages concernés sont les différentes variétés du Grenache (gris, blanc, noir), Carignan, Maccabeu. De là, une association de producteurs est née qui rassemble quelques domaines parmi les plus convaincus sous le nom de Rancios Secs du Roussillon. Peu ou prou, je rejoins mon ami Muteaud dans sa liste de favoris. Pour résumer, j’ai été impressionné ces derniers temps en priorité par les Frères Parcé, du Domaine de La Rectorie à Banyuls qui nous offrent un vin proprement divin, religieux, pur. Puis viennent le Domaine de La Tour Vieille à Collioure (« Mémoires », que je trouve d’un extraordinaire rapport qualité prix avec le « Cap Creus »). On remarquera ensuite des vins curieux comme ce « Ranfio Fino » (vin de voile) de Vial Magnères à Banyuls un temps vinifié par Bernard Sapéras, disparu l’an dernier et dont j’aime aussi la cuvée « Al Tragou ». Autre vin semblable quoique plus discret, celui du Domaine Ferrer-Ribière, dans les Aspres. À ne pas négliger, le « Al Padri » de la Cave l’Étoile, également de Banyuls, probablement le moins cher mais le plus rustique du lot. Avec le cépage blanc catalan Macabeu, il faut retenir les vins du Domaine de Rancy, à Latour de France, comme ceux de la Préceptorie, à Centernach, où Joseph Parcé s’affirme de plus en plus. Pour le côté « solera » élevage particulier où les vins jeunes sont éduqués par les vins vieux en même temps qu’ils viennent les renforcer, il faut aller au Domaine des SchistesJaques et Nadine Sire font des merveilles aidés de leur fils Michael. Pour compléter la collection, ne pas négliger non plus l’un des noms les plus en vue, celui du Domaine Danjou-Banessy, qui offre un 1980 d’enfer ! Je pourrais aller plus loin, fouiller le Roussillon des Aspres à la Vallée de l’Agly pour dénicher des vins, que dis-je, des trésors, à des prix défiant parfois l’entendement. Mais après tout, maintenant, c’est à vous de travailler !

Michel Smith

About these ads

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

22 réflexions sur “Le rancio, c’est pas un rigolo !

  1. Et si cela ne vous donne pas envie d’aller fouiller sous les jupes de la Catalogne !

  2. Adiu! Bel article ! Je me permets de mentionner aussi le SOC Rancio de Patrice au Domaine Ey….un 100% Grenache Blanc en quete du souvenir des premiers vins goûtés au tonneau de notre Grand-Pere dans notre (tres) tendre enfance!

  3. Bravo – et on pourra goûter (et acheter) tous ces rancios secs et les autres le 2 juin 2014 à Perpignan pour la grande rencontre des Rancios secs du Roussillon (Professionnels – amateurs et consommateurs) – nous embouteillerons notre 1er Rancio sec au mois de mai avec émotion … pour être prêt ce 2 juin (et aussi le 8 juin avec le 3ème salon Les Vins dans les voiles à Banyuls sur mer).

  4. Un billet de passionné, une vraie plaidoirie ; merci, cela donne, bien entendu, l’envie, que dis-je, la nécessité impérative, de faire connaissance avec de tels vins. Si quelques uns sont à Vinisud, en attendant Perpignan, promis, ce sera ma première visite, entre 4 ou 5 master-class. Ma seule référence sont les rares rancios de Rasteau, produit magique, certains aux "reflets verts", dans la gamme des VDN de grenache de ce cru de la vallée du Rhône.

  5. Magnifique Domaine de Rancy 4 ans d’âge il y a 2 jours (13 euros particuliers).

    Si on veut un peu plus casser la tirelire, le 1959 est somptueux !

  6. Et les Madère, Michel, tu aimes? Je ne parle pas des Madère de cuisine, bien sûr, mais des vrais grands Madère. Léon doit apprécier. Dis, Tonton Léon, tu nous parles de l’estufagem?

  7. N’oublie pas le grillo sicilien, Hervé, qui peut produire de beaux vins de Marsala, pas pour la cuisine …

  8. Oui, c’est vrai. J’espère retourner chez Florio en juin.

  9. Il y a de belles cuvées chez Florio.
    Le Ventennale sicilien de Marco de Bartoli est intéressant à découvrir (le reserva 10 anni aussi).
    Attilio Contini élargit la palette en Sardaigne (vernaccia di Oristano).

    Mais l’Andalousie met la barre très haut, en Jerez et en Montilla-Moriles, avec de nombreux Amontillado, Palo Cortado et Oloroso potentiellement renversants (Lustau, Emilio Hidalgo … Perez Barquero, Alvear, Toro Albala).

  10. De Bartoli, c’est très bien, en effet, Laurent- et aussi pour son Passito di Pantelleria Bukkuram.
    Contini, je ne connais pas. Il y a toujours à découvrir, c’est ça la magie du vin!

  11. Superbes aussi que ces muscats … mais c’est vraiment une autre gamme (dans ce même registre, ne rate pas, si tu le peux, les vins de Hauner en Malvasia delle Lipari sur les Eoliennes)

  12. Vers 2004 /2005 ,Au salon des vins de Pâques à Caen ,les Verdaguer de la Tour de France étaient " montés"nous faire découvrir leur production.
    Dégustation, explications, cépages bref tout ce qu on attend d un exposant compétant !

    je repasse en fin de salon (étant également exposant ) et les trouve déçus -et découragés – : ventes très rares et pas vraiment de conversion à leur exceptionnel Rancio (dont j’ai tjrs 2 flacons en cave )

    En cette terre du cidre , muscadet et beaujolais semblent plus attirer le chaland que les productions sortant des sentiers battus.

    Dommage car ici, un bon Rancio est introuvable, tout comme les muscats secs si frais en bouche sur des St Jacques !!

  13. Marco qui est plus là, malhereusement, aurait applaudit sans cesse à cet article… merci pour cette merveilleuse pièce de poésie du vin et du rancio!

  14. Je l’ai rencontré plusieurs fois à Paris et à Marsala. Le prochain verre de rancio, j’aurais une pensée pour ce grand monsieur !

  15. Particularité merveilleuse du rancio sec : il bonifie, complexifie toutes les sauces catalanes, telles que civets( lapin, langouste, escargots ….), peut rentrer dans la composition des terrines de viande, intervient dans les marinades de poissons crus, une larme dans la sauce américaine l’améliore…
    En fait , c’est un exhausteur de gout qui donne une typicité et une saveur particulière aux mets.

  16. Ping : Terrine au rancio sec | Artichaut et cerise noire

  17. J’ajoute à retardement un petit supplément gastronomique suite à l’observation de JJS, en vous suggérant la lecture de ce délicieux blog culinaire que je commence à fréquenter, blog tenu par une Catalane pure souche. Allez-y voir, c’est ici : http://artichautetcerisenoire.fr/2011/04/la-terrine-de-ma-maman/ Vous aurez au moins une recette au Rancio sec !

  18. Très bel article, il y a beaucoup d’autres vignerons qui élèvent du Rancio Sec, c’est toujours une belle découverte d’en déguster un que nous ne connaissons pas…… Merci d’avoir partagé notre article. Nous avons un autre blog, http://gourmandisesetcompanie.wordpress.com dans lequel nous publions également des articles et des recettes entre autres sur et avec du Rancio Sec………

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 9  353 followers