Confinement blues / Le blues du confiné (2)

Cette fois-ci, je vais inverser : la version anglaise vient d’abord puis une version française suivra plus bas (ne désespérez pas !)

To be quite honest with regard to the title of this article, I am not suffering from the blues too much (but I do listen to a lot of that musical vein), being « confined » in a large space in the country and not in a small apartment in the Paris where I usually live. In fact, this whole confinement thing has turned into multiple opportunities: to read more, to work outside on the garden and stuff, to make and fix all kinds of things that need making or fixing (my other name is McGyver), and all the while enjoying what is a beautiful spring. All of this adds up to the life that I would like to live most of the time, apart from missing the contact with others of course, and despite the capacities of telephone lines and the internet. Money will become a problem at some point soon, but, for one thing, we spend less and we can also cut down on food.

So to fit with this cutback approach, I am going to write today about three simple and inexpensive wines that I have drunk over the past week and which have given me as much pleasure as many more expensive ones. You do not have to spend a lot to get good in other words.

But first, a word about a poor and yet expensive wine to prove in another way my point. It comes from Burgundy, where some great and delicious wines are produced but where the notion of value-for-money seems to have little or no signification in too many cases. A few years ago I purchased, from the producer Follin Arbelet, a case or two of red Burgundies, one of which is an Aloxe Corton Premier Cru Les Vercots. The vintage is 1999. When I first opened a bottle of this wine, it seemed harsh and unyielding, with little fruit and very muscular tannins: not my idea of fun and, even less, of those things that I appreciate most in red burgundies and which revolve around delicacy, finesse and refined fruit flavours. So I decided to forget this in my cellar. I did open a bottle a year ago and was again very disappointed but I took no notes of it at that time. Last week I tried again and the wine was just as that first bottle has seemed to me at the time: harsh, unyielding, aggressive and with no fruit. It had apparently not moved since the first taste maybe fifteen years ago. No traces of oxidation, but no favourable evolution either. It was to me undrinkable! Now this wine is/was available, according to Wine Searcher, for around the price of 60 euros a bottle (I paid much less at the time of purchase, but that was still too much), and I made with it what must have been one of the most expensive Sangrias ever!

Here is the recipe: a bottle of indifferent (the word is mild) red Burgundy (but you can use any robust red), at least half a bottle of San Pellegrino, the juice of half a lemon and a few slices of same, the juice of one orange and some peel, three tablespoonfuls of brown sugar and some cinnamon. Stir this up well and keep in the fridge for a few hours, then drink cool: makes for a very refreshing and quite palatable drink. I think that the next bottle of this wine will probably make a pretty decent boeuf bourguignon!

So, perhaps listening to my quarter of more or less Scottish blood (to be verified since that particular granny was born in South Africa!), I turned to some much less expensive wines for the rest of this confinement week, as follows…..

For a very good simple red wine that gives far more pleasure than the one mentioned above and its « prestigious » appellation, I found, a couple of years ago in the local wine shop down here in south-west France, this little gem of a wine of which I keep a small stock for moments like this. La Buvette (means a watering hole, roughly translated) costs just 5 euros a bottle, is sensibly closed with a screwcap, and is quite delicious. It also has an attractive and fun label that gives one a pretty good image of what is inside the bottle: a good « quaffer », and it is best when drunk lightly chilled, like around 12/14°C. It comes under the category Vin de France.

At 5 euros a bottle, we are still close to the average price of a bottle of wine sold in France, essentially due to the weight of supermarkets and their ilk. But for me, although I almost never pay more than 30 euros for a bottle, this is cheap. And it is very good too. It comes from an excellent and very creative cooperative producer called Castelmaure, situated further south from here in the Aude département. For sure it very light in structure and full of fruit, and yet that fruit is fully ripe and crunchy/refreshing. Surprisingly the back label shows 14,5% alcohol, yet the wine seems so refreshing. This whole thing about balance in a wine is eminently complex, as the comments on Marc-André Gagnon’s article on this blog last Saturday reveal. It may not have great complexity or any « minerality », whatever that may be: not being a great eater of nails or wire I am not too well equipped to say. But it sure is a great drink! The bottle carries no vintage and no mention is made of any grape variety but it seems to me like grenache and cinsault in the blend, or something pretty close. After a year or two in my cellar standing up (no need to lay bottles down under a screwcap) it shows no sign of alteration, just a slight deposit which probably means that it has not been filtered, or only very gently.

Now for an excellent pair of wines from Spanish Catalonia that I purchased last summer following a visit to the producers and their estate Sota els Angels (thank you Marie-Louise for the introduction). Both these wines retail in Spain for around 10 euros, and both are also closed with screwcaps. Imagine daring to do that in a country so bound by tradition and in an area where they produce cork? These are both appellation wines from the Catalonian DO of Empordà, and both have, unusually, a bit of age on them.

Flow white, DO Empordà 2018

This is a blanc de noir, in other words, it is a white wine made from red grapes, in this instance Carignan Noir. Its golden colour has a greyish tinge which often reveals a white wine made from black grapes. The nose is discreet, more vegetable than fruity (perhaps hay and gorse). The palate has a pleasant balance between dryness from the natural acidity, a hint of tannins in the background that just tickle the tongue, and some pear and apple-based fruit flavours. It has good length and a medium body. Very refreshing. I remember when I visited last July the producers telling me that this came out of an accident (like many good and also bad things). Their Carignan was planted to make red wine but in this vintage it had some rot problems and the quality was not going to make the cut. Instead of throwing it all away, they decided to press the grapes gently, throw away the skins and go with a white. Great result!

Flow red 2015, DO Empordà

The red version has more depth and complexity than the La Buvette above, but it still just about creeps into the quaffer category on account of its easy-going approach. Again a screwcap for both technical (no problems with bloody cork defects) and practical reasons (easy to open and close). It is a blend of Carignan and Merlot I think. Here the colour shows some browning at the edges: it is almost 5 years old after all. The nose is richly spicy, with strong woodland and preserved/jammy fruit hints: as mich tertiary as primary. Crisp profile, with lightish tannins and good acidity that provides freshness on the palate. A different profile to the rounded and more juicy La Buvette, but still very easy to drink and good value. It will also stand up to a wider range of things on the table.

And a photo of its producers, Guy and Maria, a couple whom it was my great pleasure to meet last year and write about here. Because wine is also, and indeed perhaps essentially, about people.

So what?

Well, you don’t have to pay a lot to get good wines. In some cases, doing so may even be counter-productive, as the above examples show. Just hope that your local shop (if it is still open, and it should be) chooses well, or that your own cellar is well stocked. And keep an open mind, beyond the labels!

David Cobbold

Pour les images qui illustrent ce texte, voyez dans la version anglaise ci-dessus

Pour être tout à fait honnête par rapport au titre de cet article, je ne souffre pas trop du blues ces temps-ci, même si j’écoute beaucoup de cette musique-là. J’ai la chance d’être confiné dans un grand espace et à la campagne, et non pas dans le petit appartement parisien où je réside la plupart du temps. Je dirai même que cette histoire présente de nombreuses opportunités pour moi : davantage de lecture (Le Premier Homme de Camus, cette semaine, magnifique !), le temps de travailler dehors dans le jardin et sur d’autres projets, de fabriquer et réparer différents objets, et le tout en profitant pleinement d’un printemps somptueux. Tout cela fait partie du genre de vie que j’aimerais pouvoir vivre tout le temps, en dehors de l’absence de contact avec les autres et malgré les capacités du téléphone et de l’internet. L’argent deviendra un problème à un moment donné car j’ai du cesser presque toutes mes activités rémunératrices; mais en même temps, nous dépensons beaucoup moins et l’on peut aussi réduire la nourriture.

Pour être en phase avec cette approche économe de la vie, je vais commenter aujourd’hui trois vins relativement simples, mais bons et pas chers et que j’ai bu cette semaine. Ils m’ont procuré autant de plaisir gustatif que bon nombre de bouteilles plus chers. Il n’est pas nécessaire de dépenser beaucoup pour bien boire!

Mais avant cela, je ne peux pas résister à me plaindre d’un autre vin dégusté, qui non seulement était bien plus cher que ceux qui vont suivre, mais qui est issu d »une appellation soi-disant « prestigieuse ». Il vient de Bourgogne, région qui produit certains grands et délicieux vins, mais où la notion d’un bon rapport qualité/prix/plaisir fait trop souvent défaut.

Il y a quelques années, j’ai acheté, directement chez le producteur Follin Arbelet, quelques caisses de Bourgogne rouge. Une de ces caisses contient cet Aloxe-Corton Premier Cru Les Vercots, millésime 1999. Le vin de la première bouteille que j’avais ouverte, il y a déjà longtemps, me semblait dur, tannique et sans fruit, et surtout manquant de ce que je recherche dans un Bourgogne rouge : la délicatesse d’un fruité subtil.  Alors j’ai laissé les autres bouteilles dans ma cave en espérant que le temps allait arranger l’affaire. J’ai retenté ma chance l’an dernier avec une deuxième bouteille: ce fut à peu près la même déception. Je suis plutôt têtu, alors cette semaine, j’ai insisté à nouveau. Rebelote! Ce vin état rêche, ses tanins rigides et sans aucune impression de fruit. Pas de trace d’oxydation mais pas d’amélioration non plus : un bloc, imbuvable pour moi. Selon Wine Searcher, une telle bouteille vaut aujourd’hui dans les 60 euros (je l’ai payée moins au moment de son achat, heureusement, mais c’est toujours trop dans pareil cas). J’ai donc décidé d’en faire une des plus chères Sangrias de tous les temps.

Voici la recette : prenez une bouteille d’un vin rouge de qualité moyenne (c’est rien de le dire, dans le cas présent), au moins une demie-bouteille de San Pellegrino, le jus d’un demi citron de quelques tranches de ce fruit, le jus d’un orange et un peu de sa peau, de la cannelle et trois cuillerées à soupe de sucre roux. Touillez tous cela et mettez au frigo deux heures. Bu frais, cela vous fait un bon apéro bien désaltérant. On peut même l’allonger au dernier moment avec un peu plus d’eau gazeuse. Attention, une sangria n’est pas une salade de fruits déguisée : le vin doit dominer.

Je pense que le prochain flacon de ce vin fera un excellent boeuf bourguignon qui, pour une fois, portera bien son nom !

Bref, en écoutant mon quart de sang écossais (dosage qui mérite vérification, vu car la grand-mère en question était native d’Afrique du Sud), j’ai décidé de prendre des bouteilles bien plus modestes pour le reste de la semaine. Voyons cela…

A la buvette

Il y a deux ou trois ans, chez le caviste de la petite ville du sud-ouest où je fais mes courses hebdomadaires, j’ai trouvé un excellent vin rouge qui ne vaut que 5 euros et qui plaît à tout le monde. Ce petit bijou, fermé par une capsule à vis comme il se doit, s’appelle La Buvette. Il est produit par l’excellente et très créative cave coopérative Castelmaure, dans l’Aude. Il a une étiquette qui donne une bonne idée de l’esprit de ce vin (voir ci-dessus): c’est un « vin de soif », malgré ses 14,5% d’alcool; degrés qu’on ne ressent pas sauf en vidant la bouteille lors d’un long repas. Car l’équilibre d’un vin est plus complexe qu’une affaire de chiffres, comme on peut le voir dans l’article de samedi dernier de Marc-André Gagnon et les commentaires qui l’ont suivi (sur ce blog).

Bu légèrement fais, c’est un pur plaisir fruité. Il n’a peut-être pas de « minéralité » (si quelqu’un peu m’éclairer sur ce terme bizarre car je ne mange que trop rarement des clous pour avoir des repaires fiables) et on s’en fout ! Catégorie Vin de France, sans millésime ni cépage, mais je soupçonne qu’il doit s’agir de grenache et de cinsault. J’en garde toujours un petit stock d’avance.

Pour suivre, je vous propose une excellent paire de vins de la Catalogne espagnole que j’ai achetés l’été dernier, suite à une visite et un court séjour au domaine Sota Els Angels (et merci à Marie-Louise pour l’introduction). Ces vins se vendent en Espagne autour de 10 euros la bouteille et sont aussi fermés par des capsules-à-vis. Il fallait l’oser dans une région productrice de liège ! Il font partie de la DO Empordà et chacun de ces vins a un peu d’âge aussi (2 et 5 ans, ou presque).

Flow white, DO Empordà 2018

Il s’agit d’un blanc ne noir, fait avec du Carignan Noir. Sa teinte dorée est légèrement grisée, ce qui souvent indique ce type de blanc est fait avec des raisins noirs. Le nez est discret et plus sur le versant végétal que fruité (foin, fougère ?). Au palais, il y a un équilibre intéressant entre la sécheresse due à l’acidité naturelle et un vague écho de tanins qui chatouillent à peine la langue, puis des saveurs qui rappellent des pommes et des poires. Bonne longueur et un corps moyen pour un vin très désaltérant. J’ai le souvenir que, lors de ma visite, Guy et Maria m’ont dit que ce vin était plus ou moins un accident car en 2018, leur carignan, destiné à faire du rouge, avait un problème de maladies et n’allait pas faire du bon. Alors ils l’ont pressé doucement, viré les peaux, et fait ce blanc. Le résultat est probant !

Flow red 2015, DO Empordà

La version rouge de Flow a davantage de profondeur et complexité que La Buvette ci-dessus. C’est, dans un sens, un vin plus « sérieux » mais reste facile d’accès. Il s’agit d’un assemblage Carignan/Merlot je crois. Après près de 5 ans la couleur est devenu grenat. Le nez est bien épicé avec une fort accent de sous-bois et de fruits en conserve : bien plus tertiaire que primaire. Bien précis en bouche avec des tannins fins et une bonne acidité qui donne de la fraîcheur. Très bon à ce prix-là et cette complexité lui destine à une gamme d’accords plus large.

Et, pour finir, une photo du couple ! Après tout, le vin concerne, et peut-être avant tout, les gens et leur esprits, et pas que des choses techniques ! J’ai écrit sur ma visite chez eux sur ce blog l’été dernier ici.

Et alors ?

Pour commencer, il n’est nullement nécessaire de payer cher pour boire des bons vins. Et cela peut même être contre-productif, comme dans l’exemple cité ci-dessus. Il faut juste espérer que votre caviste local (qui doit être ouvert ces temps-ci) choisit bien ses vins et écoute vos goûts, ou bien que votre cave soit bien garnie de choses diverses. Gardez l’esprit ouvert et oubliez l’attrait des étiquettes qui promettent sans tenir !

David Cobbold

 

8 réflexions sur “Confinement blues / Le blues du confiné (2)

  1. Joseph LE NIR

    Voilà un constat terrible pour ce Bourgogne !
    Constat que j’ai partagé hélas à plusieurs reprises de vins issus de vendanges pas mûres ou sur-extraits. Vins de cette région ou d’ailleurs, mais dans mes souvenirs relevant souvent d’une vingtaine d’années.

    Question subsidiaire: est-ce que les pratiques actuelles des vignerons, ou la modification du climat ne nous met pas, consommateurs, un peu plus à l’abri de ces défauts ?

    J'aime

    1. David Cobbold

      Merci Joseph pour votre commentaire. Je pense que la sur-extraction, qui pouvait bien être à l’origine de la dureté de ce vin, est passé de mode maintenant. Il y a aussi une bien meilleure connaissance de la maturité des raisins et comment l’obtenir. En ce qui concerne les modification climatiques, c’est plus complexe je pense, mais il me semble évident qu’il est plus facile d’avoir des raisins bien mûrs et sains si la météo est de votre côté. Les gels du printemps et les épisodes de grêles restent de gros problèmes en Bourgogne, cependant.

      J'aime

    2. georgestruc

      Danger avec la question des modifications climatiques qui peuvent se traduire par des plantations de vignes dans des lieux froids porteurs de mauvaise maturité. La tentation est forte de convaincre les gestionnaires des AOC de pouvoir effectuer ce genre de démarche en spéculant sur une modification de cet ordre.

      J'aime

  2. Nadine Franjus

    Merci David pour ces commentaires « engagés ». Enfin surtout courageux pour le Bourgogne. Il y a eu de nombreuses discussions sur ce site sur le choix de « ne pas démolir un vin » mais plutôt « éviter d’en parler ».
    Pour les autres propositions, vous posez la question du juste prix d’une bouteille de vin. A 5 euros, qui gagne sa vie? La part donnée au producteur est, le plus souvent, minuscule par rapport aux autres : le prix de la mise en bouteille, le prix de la bouteille, l’étiquette, le bouchon, le carton. Puis le transport et les différents intermédiaires, de l’acheteur au distributeur, entre le vigneron et le consommateur. Revenons au vigneron, connaît-il le coût réel de son vin? Ce n’est pas le même à Aloxe-Corton en Bourgogne et à Embres et Castelmaure dans les Corbières, en commençant par le prix de la terre. Parfois, on aimerait voir le coût de production sur l’étiquette pour savoir si le geste d’achat fait vivre le vigneron ou creuse son déficit.

    J'aime

  3. David Cobbold

    Merci Nadine. Même si j’évite de parler de la quasi-totalité des mauvais vins que je déguste, il est des moments ou on ne doit pas se taire. Je n’ai jamais été partisan de pousser la poussière sous le tapis. Les mauvais Bourgognes, il y en a trop et ils ne sont pas donnés ! Alors je crois qu’il est de notre devoir d’alerter nos lecteurs à cet état de fait. Tout le monde n’est pas beau et gentil.

    Aimé par 1 personne

  4. La Buvette, je crois que c’est un assemblage de Grenache et de Carignan.
    Je me demande d’ailleurs pourquoi il n’est pas vendu comme Corbières ou Vin de Pays de l’Aude ou d’Oc. Une question de rendements? D’emplacement des vignes? Ou bien de positionnement du vin?
    J’aimerais bien visiter un jour cette cave de Castelmaure, dont on dit tant de bien, et dont on achète même les bouteilles! A bon entendeur…

    J'aime

    1. Nadine Franjus

      Je t’accompagnerai volontiers Hervé et il faut prendre le temps d’arpenter le vignoble. C’est un beau terroir des Corbières, sauvage et minéral. A Embres et Castelmaure, la nature a encore des droits et ça se sent et ça se boit.

      Aimé par 1 personne

  5. David Cobbold

    Nous sommes d’accord. On y va ensemble dès qu’on arrive à bouger ? Cela fait longtemps que j’ai envie de visiter ce producteur et c’est vrai que le terrain est magnifique par là. J’en ai parcouru une partie à moto en juillet dernier est c’est une splendeur.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.